Detroit Pistons 2018/2019

Tous les topics d'équipes de la conférence EST.
Easy

Bulls
Avatar du membre
Windy City
26315

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Easy » 06 août 2018, 19:32

Ouais n'empêche que selon moi Bennett >>>> bust que Darko
BULLS FOR LIFE <3
« les 6èmes hommes » podcast NBA dispo sur tweeter/ facebook/ Apple podcast/ youtube! Allez viens, on est bien!

The Number 9

Rookie
Bad Boys Pistons
200

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par The Number 9 » 06 août 2018, 19:59

Non mais à l'origine, c'était "plus gros bust de l'histoire", ce qui est très exagéré. Il y a bien pire que ce cher Darko (je l'aimais bien, dommage qu'il n'ait jamais eu les capacités mentales pour jouer à haut niveau).
Et dans le contexte de la draft, Darko était très coté. Ne mettez pas Wade ou Bosh dans l'équation, personne ne les mettait pour un top2 à l'époque. Dumars n'a pas pris Mélo parce qu'il avait confiance en Prince, ça a toujours été dit comme cela.

Sinon, pour le départ de Billups. Tu oublies de préciser qu'il fait suite à la resignature (avec contrat max de mémoire, ou en tout cas important) de Rip. Rip ayant dit depuis que si ils lui avaient dit "si tu signes tant, on va devoir envoyer du monde ailleurs et cela peut être un cadre" il ne l'aurait pas accepté.
Ensuite, Joe D panique oui. En peu de temps, on lui a imposé de présenter une situation financière limpide pour attirer des repreneurs (la veuve Davidson ne voulant pas de l'équipe). Ca a été un tel bordel...
Davidons meurt en 2009 de mémoire, mais la santé s'était bien dégradée depuis quelques temps et ils n'avaient plus trop de pouvoirs de décision depuis.

dumarsetçarepart

Sophomore
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
685

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par dumarsetçarepart » 06 août 2018, 21:43

Merci dt pour cet article hyper intéressant
C'est cliqué pour l'article.
De même, je trouve dommage qu'on oublie régulièrement corliss Williamson dans la discussion. Le mec était un 6 ème homme en or. Capable de scorer avec la seconde unit afin de tenir la baraque. Joueur dur et intense, il arrivait à maintenir les pistons à flots dans les moments chauds. J'ai en tête qu'avec son départ l'équipe a perdu quelque chose.
après en 2005 contre les spurs, Detroit n'a pas eu de chance. Le game 5 perdu sur un 3 points de dernière seconde reste en travers de la gorge! Et honnêtement, j'ai trouvé les décisions sur le game 7 à partir de la fin du 3 ème quart temps extrêmement orientée même si détroit avait eu précédemment des arbitrages favorables sur d'autres séries.

Doctor Tardis

Pistons
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
Paris
16392

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Doctor Tardis » 07 août 2018, 22:54

Nouvel assistant GM dans le front office
Dirige @DetPistonsFR / Just a kid chasing his dream.

toniooooo

Franchise Player
Avatar du membre
2262

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par toniooooo » 07 août 2018, 23:12

C'est un génie d'après ce que j'ai lu. Il est spécialisé dans les stats avancées et le salary cap. Il a notamment participé à l’élaboration de la Trade Machine d’ESPN. Moi ça ma plait comme recrutement.
"La force ne vient pas d'une capacité physique, mais d'une volonté indomptable"
Gandhi

Doctor Tardis

Pistons
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
Paris
16392

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Doctor Tardis » 07 août 2018, 23:21

Voici donc le front office hiérarchisé plus ou moins terminé :

Tom Gores - Proprio
Arn Tellem - Vice Président
Ed Stefanski - GM (Malik Rose, Sammy Gelfand, Gregg Polinsky et Sachin Gupta)
Dirige @DetPistonsFR / Just a kid chasing his dream.

dumarsetçarepart

Sophomore
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
685

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par dumarsetçarepart » 08 août 2018, 23:09

Moi je ne les connais pas ces assistants gm mais j'ai l'impression qu'on va passer d'une gestion de groupe très instinctive (svg) à une gestion très analytique. C'est un peu caricatural et simpliste mais on voit bien que l'orientation prise tend vers une analyse très poussée des adversaires. Est ce que ça suffira pour faire progresser ce groupe et devenir une place forte à l'est?

marmite

Celtics
Avatar du membre
10298

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par marmite » 08 août 2018, 23:10

Non.

toniooooo

Franchise Player
Avatar du membre
2262

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par toniooooo » 08 août 2018, 23:16

dumarsetçarepart a écrit :
08 août 2018, 23:09
Moi je ne les connais pas ces assistants gm mais j'ai l'impression qu'on va passer d'une gestion de groupe très instinctive (svg) à une gestion très analytique. C'est un peu caricatural et simpliste mais on voit bien que l'orientation prise tend vers une analyse très poussée des adversaires. Est ce que ça suffira pour faire progresser ce groupe et devenir une place forte à l'est?
Moi je pense que le groupe va progresser. Est ce que ça sera suffisant, j'en doute mais ce sont d'excellentes bases à mon avis pour bâtir un projet.
"La force ne vient pas d'une capacité physique, mais d'une volonté indomptable"
Gandhi

The Number 9

Rookie
Bad Boys Pistons
200

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par The Number 9 » 09 août 2018, 00:18

marmite a écrit :
08 août 2018, 23:10
Non.
:D
Le pire c'est que c'est probablement vrai. :(

Ceci dit, niveau staff, il y a eu du bon travail de fait. J'étais sceptique devant l'armada de conseillers en tout genre, mais dans le fond ça a été assez rapidement clair avec Stefanski qui mène la barque.
Je ne sais pas ce que ça donnera mais il s'est plutôt très bien entouré. J'ai toujours mes réserves sur le coach, et surtout sur cet effectif (pour du long terme, et surtout pour peser réellement sur la conférence) mais je sens quand même une petite attente monter chez moi (c'est le cas chaque année, mais là il y a un petit truc en plus).

dumarsetçarepart

Sophomore
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
685

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par dumarsetçarepart » 11 août 2018, 09:36

Première prevision de classement dur bs :
https://www.basketsession.com/actu/powe ... 1835/5/#rs

détroit : 21 ème
peu d'observateurs croient en cette équipe et en ce staff au final.

Sortie du calendrier avec une ouverture à la lca contre brooklyn.
ensuite le calendrier me semble ardu : on rencontré notamment 4 fois les sixers d'ici Noël, Houston en aller retour en novembr boston au moins 2 ou 3 fois d'ici noel.

http://m.espn.com/nba/teamschedule?teamId=8&src=desktop

The Number 9

Rookie
Bad Boys Pistons
200

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par The Number 9 » 11 août 2018, 10:35

Et sinon, est ce qu'on se tape encore beaucoup de back to back ?
C'est un grand classique des dernières saisons...

Doctor Tardis

Pistons
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
Paris
16392

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Doctor Tardis » 12 août 2018, 00:21

Les Pistons ne jouent que 13 back-to-back cette année, soit légèrement moins que la moyenne NBA qui est de 13.3.
Dirige @DetPistonsFR / Just a kid chasing his dream.

RowLegion

Sophomore
Avatar du membre
Lakers
897

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par RowLegion » 13 août 2018, 00:37

Il devrait pas plutôt bosser un peu Drummond durant l'été ? Au lieu de ça il sort un album :lol:

Celtics / Lakers / Nets / Pelicans / Spurs / Trail Blazers

Doctor Tardis

Pistons
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
Paris
16392

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Doctor Tardis » 13 août 2018, 00:53

Cela ne me dérange pas personnellement étant donné que c'est le seul qui a travaillé cet été dans le roster :lol:
Dirige @DetPistonsFR / Just a kid chasing his dream.

Doctor Tardis

Pistons
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
Paris
16392

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Doctor Tardis » 13 août 2018, 18:27

Dossier : George Yardley, l’auteur de la préface des Pistons
Publié par Valentin Feuillette le 13 août 2018 sur https://detpistonsfrance.wordpress.com/ ... s-pistons/


Afin de combler un mois d’août relativement stérile en terme d’actualité NBA. La rédaction de Pistons France vous propose les trois dossiers habituels estivaux. Et cette année, le joueur marquant de la franchise décrypté sera George Yardley, probablement méconnu par la plupart d’entre vous mais pourtant légendaire dans le Michigan.

L’été dernier, Pistons France vous proposait un dossier retraçant les premières années des Pistons à Fort Wayne, avant le déménagement vers Detroit. Cependant, les joueurs de cette époque n’ont pas réellement eu une place prépondérante dans ce papier. Cette erreur sera corrigée aujourd’hui avec ce long article sur George Yardley, considéré comme la première légende des Pistons, le protagoniste marquant du chapitre 1 de la franchise.

CARTE D’IDENTITÉ
  • Nom : George Harry Yardley III
  • Surnom : The Bird (trad. L’oiseau)
  • Date de naissance : 03 novembre 1928 à Hollywood (Californie)
  • Date de décès : 13 août 2004 à Newport Beach (Californie)
  • Taille : 1m96
  • Poids : 86kg
  • Poste : Ailier / Arrière
  • High-School : Newport Arbor (Californie)
  • Université : Stanford (1947-1950)
  • Draft : 1950 par Fort Wayne Pistons à la 7ème position du premier tour
  • Équipes : Fort Wayne-Detroit Pistons (1953-1959) / Syracuse Nationals (1959-1960)
  • Stats en carrière : 19.2 points 8.9 rebonds 1.7 passes en 472 matches (dont 384 à Detroit)
  • Palmarès : Premier joueur à avoir marqué 2 000 points en une saison, six fois all-stars, deux All-NBA Teams.

UN SURDOUÉ DE STANFORD PROMIS AU BASKET



George Yardley voit le jour en novembre 1928 dans le quartier d’Hollywood en Californie, qui commence à devenir le centre de l’industrie cinématographique américaine avec l’émergence de plusieurs sociétés de production telles que la Paramount Pictures, la Fox ou la Warner Bros. Le jeune Yardley se passionne très tôt aux sports notamment le basket-ball où il effectue ses premiers shoots à Balboa Island, une petite île près de Newport Beach en Californie lorsqu’il était au lycée de la ville. Cependant, le sport était considéré comme une simple passion, et non un réel moyen solide de gagner de l’argent. Alors George Yardley travaillait d’arrache-pied en cours pour s’assurer un avenir prospère dans l’ingénierie.

En 1947, il est accepté dans la prestige université de Stanford qui lui offre l’opportunité d’allier sports et études scientifiques. En parallèle, le futur numéro 12 des Pistons s’inscrit à des cours de volley-ball, de football (américain) et d’athlétisme dans le but de peaufiner sa détente, ses réflexes et son endurance pour le basket. Cela lui a permis d’être nommé à trois reprises consécutives dans l’équipe All-American au volley et au basket, tout en glanant deux fois le titre de College Player of the Year. A cette époque, George Yardley gagne son surnom de « The Bird » par ses camarades de la très célèbre maison de fraternité religieuse étudiante Phi Kappa Psi. Diplôme d’ingénieur en poche, il décide de s’inscrire à la Draft NBA 1950 où il est sélectionné à la septième position du premier tour par les Pistons de Fort Wayne dirigés par Fred Zollner.


ENTRE L’ARMÉE ET L’AAU



Néanmoins, George Yardley ne foulera pas les parquets de la NBA avant 1953 car il décide de jouer trois années en AAU – une association à but non lucratif qui organisait les ligues mineures de sports amateurs. Durant ses saisons, il porte le maillot de la Stewart Chevrolet Ace où il remporte un titre en 1951 et également trois trophées de MVP. A côté de cela, Yardley passe son service militaire dans la Navy (l’armée américaine) pour renforcer « son mental et ses valeurs combatives » d’après ses dires. Face à Denver lors des finales 1951, il marque 32 points permettant à son équipe de remporter le titre si précieux. Avec une moyenne de plus de 23 points par match lors de ce tournoi, le « Bird » y gagne une véritable côte grandissante dans tout le pays de l’Oncle Sam : certains le voient comme le potentiel futur G.O.A.T du basket.

Cette expérience plutôt originale pour le talent cinq étoiles qu’il représentait (considéré à l’époque au même rang qu’un Bob Cousy, Larry Foust ou Bill Sherman) a toujours été louée par le principal intéressé, qui n’a jamais regretté d’avoir retardé son grand bond NBA pour que son leadership puisse être plus efficace et son jumpshot plus régulier.


UN DÉVELOPPEMENT A FORT WAYNE



La première saison NBA de George Yardley est légèrement décevante puisqu’il a des difficultés à montrer ses capacités au scoring dans une équipe coachée par Paul Birch où le collectif prônait, à défaut d’avoir une option offensive centrale. Il termine avec seulement 9.0 points et 6.5 rebonds de moyenne, tout en dépassant la barre des 20 unités qu’à quatre reprises seulement sur un total de 63 matchs joués. Les Fort Wayne Pistons se qualifieront de justesse pour ce qui était l’ancêtre des Playoffs malgré un exercice 1954 laborieux. Dans les années 50, les séries éliminatoires se composaient de six équipes (trois de la division Est et trois de la division Ouest). Les franchises qualifiées d’une même division se rencontraient deux fois au premier tour – soit un total de quatre matchs joués par équipe sur ce tour. Sur la côte Est, on retrouvait alors : les New York Knicks, les Boston Celtics et les Syracuse Nationals. A l’Ouest, il y avait : les Minneapolis Lakers, les Rochester Royals et les Fort Wayne Pistons. Et ces derniers ont perdu leurs quatre rencontres (deux face aux Lakers et deux face aux Royals) et se sont donc fait sortir au premier tour. Par la suite, deux finales de division se jouaient entre les quatre équipes restantes (au meilleur des trois matchs) puis la grande finale (au meilleur des sept matchs).


Larry Foust

Le propriétaire et general manager Fred Zollner décide lors de l’inter-saisons suivante de renvoyer Paul Birch pour engager Charles Eckman, alors simple arbitre à l’origine, qui saura responsabiliser le prodige venu de Stanford. Avec un George Yardley enfin dans un rôle de scoreur (deux matches à +30 points et seize à +20 points), aux côtés d’un Larry Foust en double-double de moyenne dans la peinture, les Pistons réalisent une saison monstrueuse en terminant premiers de leur division Ouest dans le sillage de leur duo all-stars (Yardley – Foust). Contrairement à la saison précédente, la NBA a réformé leur système de Playoffs : désormais les leaders des divisions sont automatiquement qualifiés pour les finales de division et les quatre autres équipes doivent passer par un premier tour préliminaire. Après avoir écarté les Lakers en quatre matchs, les Pistons chutent en finales NBA 1955 face au Syracuse Nationals dans une série remplie de suspense qui ira jusqu’au game seven.

« On prend les mêmes et on recommence. », voici la phrase qui collerait le mieux à la saison 1956 des Pistons. Une fois encore, le duo Foust-Yardley retrouve le All-Star Game synonyme d’une solide saison de leur part et la franchise toujours coachée par Charles Eckman termine première de la division Ouest en étant la meilleure défense de la ligue avec seulement 93.7 points encaissés par match. Bien que statistiquement il y ait peu de différences entre la saison précédente et celle-ci, George Yardley commence à prendre confiance en étant bien plus régulier au scoring avec plus de performances dépassant les 20 points et cela se ressent en Playoffs. En effet, Fort Wayne élimine les St Louis Hawks en cinq matchs avec plus de 25 points de moyenne sur la série pour le « Bird » des Pistons qui s’est livré un duel de titans face au légendaire Paul Arizin.

Lors de l’offseason, Zollner renforce son équipe avec un meneur Gene Shue et un pivot canadien Bob Houbregs. Cependant, cette saison 1957 sera particulière à analyser, car le bilan collectif diminue avec moins de victoires au compteur, mais par contre ce sera celle qui marque l’explosion de George Yardley qui endosse un véritable rôle de franchise player avec 21.5 points 10.2 rebonds de moyenne – à la fois meilleur scoreur et rebondeur de l’équipe. L’ailier des Pistons est propulsé parmi les têtes d’affiche de la NBA derrière Bob Pettit, Paul Arizin, Dolph Schayes et Bob Cousy. Fort Wayne joue tout de même les Playoffs mais ne peut guère éviter le piège Minneapolis Lakers en demi-finales.

Quelques anecdotes générales sur les Fort Wayne Pistons et cette NBA des années 50 :
  • Fort Wayne est en réalité une ville située dans l’Etat de l’Indiana qui deviendra les principaux rivaux des Pistons par la suite.
  • Les prix moyens d’un billet pour voir les Pistons de George Yardley étaient entre $1.0 et $5.0 dollars en 1955.
  • Les Pistons jouaient au War Memorial Coliseum qui avait une capacité de 10.000 places – un chiffre astronomique pour la NBA de l’époque.
  • La ligne à trois-points n’existait pas. Et les contres et interceptions n’étaient pas comptabilisés.
  • Le 22 novembre 1950, les Pistons battent les Lakers 19-18 sur un buzzer de Larry Foust (plus petit score répertorié sur un match NBA officiel de l’histoire). Cela entraînera l’installation de la shot-clock violation l’année suivante.
  • Les matchs étaient déjà retransmis à la télévision, longtemps sur une chaîne nommée DuMont (fermée en 1956) puis sur NBC.

L’EXPLOSION LORS DU DÉMÉNAGEMENT A DETROIT



Les contraintes financières et les tailles de marché sont fréquemment citées pour justifier la relocalisation d’une franchie, et Zollner a dû y faire face alors que les années 60 arrivaient. Fort Wayne n’était pas Boston, Minneapolis ou New-York, une grande ville capable d’attirer la lumière et les fans. La NBA était trop grosse pour Fort Wayne, tout comme elle l’a été avec Rochester, puis Syracuse. Fred Zollner n’a pas eu besoin de regarder bien loin pour trouver le bon endroit. La plupart des pistons qu’il produisait étaient livrés à des entreprises basées à Detroit, à seulement 150 miles de Fort Wayne. Même le nom des Pistons collait avec le cadre de Motor City, comme si l’équipe avait toujours été là.

Pour cette grande première, les désormais Detroit Pistons recrutent le meneur all-star Dick McGuire ce qui porte le nombre de joueurs étoilés dans ce roster à trois avec George Yardley et Gene Shue. Cependant, l’équipe du Michigan doit combler le départ de Larry Foust, cadre important du groupe, parti aux Lakers. Durant cet exercice, l’ailier des Pistons connaît une année historique où il devient le premier joueur de l’histoire de la ligue à scorer +2000 points en une saison (appartenant précédemment à George Mikan). Il termine également meilleur marqueur de la NBA avec 27.8 points (également 10.7 rebonds). Le titre suprême de MVP lui échappe malheureusement à cause de résultats collectifs trop faibles (seulement 33 victoires pour 39 défaites). Detroit retrouve les finales de conférence mais les St. Louis Hawks seront encore une fois un obstacle trop grand.



L’année suivante, les Pistons décident d’échanger George Yardley au Syracuse Nationals contre Ed Conlin. La légende de Detroit y restera seulement un an et demi avant de prendre sa retraite NBA à 31 ans. En 1961, il tente un bref come-back sur les parquets de la ABA (American Basketball Association) sous le maillot des Los Angeles Jets, une ligue professionnelle concurrente de la NBA fondée en 1971 et présidée par l’ancien joueur George Mikan. Ce championnat se distinguait notamment par des règles plus ouvertes et un jeu résolument tourné vers l’attaque. Lors de la cuvée 1996, George Yardley est introduit au Hall of Fame du basket, le Panthéon de la balle orange. Malheureusement, il nous quitte quelques années plus tard en 2004 à l’âge de 75 ans de la maladie de Charcot attaquant le cortex cérébral.




ENTREPRENEUR DANS UNE SECONDE VIE



Quelques années après sa retraite, George Yardley décide de fermer officiellement son livre NBA pour mettre ses connaissances scientifiques acquises à Stanford au profit de la société. Ainsi, il crée en 1960 son entreprise d’ingénierie spécialisée dans l’amélioration de la sécurité des bâtiments californiens dans les marchés industriels, institutionnels et commerciaux. Au fil des années, Yardley a collaboré avec plusieurs fabricants afin de faciliter la vente de ses systèmes et composants de sécurité. Voilà maintenant plus de cinquante longues années que la George Yardley Company se développe dans tout l’état de la Californie, implantant leur production dans les rues de Los Angeles, Sacramento et San Francisco.

Aujourd’hui, la company emploie des centaines de scientifiques et continue de produire des projets autour de trois valeurs chères aux yeux de George Yardley : proximité, nouveauté et sûreté. En effet, ils attachent une importance capitale à adapter leurs idées et leurs systèmes selon les clients, c’est-à-dire que leurs productions peuvent être modifiées d’après les besoins spécifiques des acheteurs. Yardley voulait éviter un travail à la chaîne où des milliers de produits similaires seraient construits. De plus, les nouvelles énergies et technologies sont utilisées aujourd’hui pour que l’entreprise perdure dans l’ère moderne, tout en étant en avance sur leur temps.

sources images/vidéos : NBA.com, Getty Images, USA Today, ESPN, YouTube, George Yardley Company
Dirige @DetPistonsFR / Just a kid chasing his dream.

Doctor Tardis

Pistons
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
Paris
16392

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Doctor Tardis » 13 août 2018, 18:32

:!: Si vous lisez le dossier rétro sur George Yardley, veillez à bien cliquer sur le lien sous le titre en rouge afin de confirmer votre lecture. Ceci est capital pour les comparatifs médiatiques et statistiques mensuelles pour le site :!: ;)
Dirige @DetPistonsFR / Just a kid chasing his dream.

dumarsetçarepart

Sophomore
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
685

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par dumarsetçarepart » 13 août 2018, 21:55

ARticle du Trashtalk sur le poste 3 et la lutte entre Stanley Johnson et GR III. Intéressant comme point de vue...Surtout qu'il est mentionné qu'en fonction des configurations SJ pourrait jouer 4 ce qui me semble une bonne idée.

http://trashtalk.co/2018/08/13/deux-jou ... s-pistons/

Un détroit soleil

Sophomore
Bad Boys Pistons
786

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Un détroit soleil » 14 août 2018, 02:35

dumarsetçarepart a écrit :
13 août 2018, 21:55
ARticle du Trashtalk sur le poste 3 et la lutte entre Stanley Johnson et GR III. Intéressant comme point de vue...Surtout qu'il est mentionné qu'en fonction des configurations SJ pourrait jouer 4 ce qui me semble une bonne idée.

http://trashtalk.co/2018/08/13/deux-jou ... s-pistons/
Bah grosso modo, GR c'est le shoot à 3 points, SJ c'est le reste, à savoir le physique et la défense. J'aimerais tant que SJ confirme son potentiel apparu à de (rares) moments comme ce match de la saison dernière contre Cleveland (31 Janvier, 26 points, 10 rebonds, 4 passes contre Lebron please).

Pour autant je ne vois ni l'un ni l'autre être starter. Enfin, plutôt si ça ne tenait qu'à moi, je choisirais d'inclure Kennard dans le starter 5 afin de garder en qualité de shoot à distance tout en pouvant soulager Reggie à la création.

Reggie, Kennard, Bullock, Griffin, Drummond et Stanley en 6e homme. GR m'apparait plus comme un joueur de la rotation dans l'absolu.
Ish/Calderon, Rookies, Stan/GR III, Ellenson/Stan, Zaza pour une seconde unit autrement plus consistante que celle de la saison dernière .. It misses Tolliver cependant :'( ...

dumarsetçarepart

Sophomore
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
685

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par dumarsetçarepart » 14 août 2018, 08:01

]Petit article qui fait chaud au coeur même si l'issue semble de plus en plus improbable.

https://www.basketusa.com/news/513245/b ... a-detroit/

SylvesterTemple

Bucks
Avatar du membre
Bucks Forest County
10565

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par SylvesterTemple » 14 août 2018, 10:09

DT, je salue une nouvelle fois ton travail de fou et ton amour plur cette franchise :amen:

Continue !
Giannis Antetokounmpo : "My goal is to win in Milwaukee, bring a Championship to the city... I would never leave for LA." (02/07/2018)

KekeDeluxe

Rookie
Avatar du membre
Rip City
243

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par KekeDeluxe » 14 août 2018, 10:20

Un détroit soleil a écrit :
14 août 2018, 02:35
dumarsetçarepart a écrit :
13 août 2018, 21:55
ARticle du Trashtalk sur le poste 3 et la lutte entre Stanley Johnson et GR III. Intéressant comme point de vue...Surtout qu'il est mentionné qu'en fonction des configurations SJ pourrait jouer 4 ce qui me semble une bonne idée.

http://trashtalk.co/2018/08/13/deux-jou ... s-pistons/
Bah grosso modo, GR c'est le shoot à 3 points, SJ c'est le reste, à savoir le physique et la défense. J'aimerais tant que SJ confirme son potentiel apparu à de (rares) moments comme ce match de la saison dernière contre Cleveland (31 Janvier, 26 points, 10 rebonds, 4 passes contre Lebron please).

Pour autant je ne vois ni l'un ni l'autre être starter. Enfin, plutôt si ça ne tenait qu'à moi, je choisirais d'inclure Kennard dans le starter 5 afin de garder en qualité de shoot à distance tout en pouvant soulager Reggie à la création.

Reggie, Kennard, Bullock, Griffin, Drummond et Stanley en 6e homme. GR m'apparait plus comme un joueur de la rotation dans l'absolu.
Ish/Calderon, Rookies, Stan/GR III, Ellenson/Stan, Zaza pour une seconde unit autrement plus consistante que celle de la saison dernière .. It misses Tolliver cependant :'( ...
J'allais dire pareil, je trouve que l'article met de côté Kennard (et les rookies). GRIII en titulaire, ça paraît assez difficile ou alors j'ai loupé un épisode sur le gars.

Stan Johnson en back up post 4, ça risque de se faire par la force des choses de toute façon si Leuer est out et que Ellenson ne montre pas mieux.

Un détroit soleil

Sophomore
Bad Boys Pistons
786

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Un détroit soleil » 14 août 2018, 13:31

KekeDeluxe a écrit :
14 août 2018, 10:20
Un détroit soleil a écrit :
14 août 2018, 02:35
dumarsetçarepart a écrit :
13 août 2018, 21:55
ARticle du Trashtalk sur le poste 3 et la lutte entre Stanley Johnson et GR III. Intéressant comme point de vue...Surtout qu'il est mentionné qu'en fonction des configurations SJ pourrait jouer 4 ce qui me semble une bonne idée.

http://trashtalk.co/2018/08/13/deux-jou ... s-pistons/
Bah grosso modo, GR c'est le shoot à 3 points, SJ c'est le reste, à savoir le physique et la défense. J'aimerais tant que SJ confirme son potentiel apparu à de (rares) moments comme ce match de la saison dernière contre Cleveland (31 Janvier, 26 points, 10 rebonds, 4 passes contre Lebron please).

Pour autant je ne vois ni l'un ni l'autre être starter. Enfin, plutôt si ça ne tenait qu'à moi, je choisirais d'inclure Kennard dans le starter 5 afin de garder en qualité de shoot à distance tout en pouvant soulager Reggie à la création.

Reggie, Kennard, Bullock, Griffin, Drummond et Stanley en 6e homme. GR m'apparait plus comme un joueur de la rotation dans l'absolu.
Ish/Calderon, Rookies, Stan/GR III, Ellenson/Stan, Zaza pour une seconde unit autrement plus consistante que celle de la saison dernière .. It misses Tolliver cependant :'( ...
J'allais dire pareil, je trouve que l'article met de côté Kennard (et les rookies). GRIII en titulaire, ça paraît assez difficile ou alors j'ai loupé un épisode sur le gars.

Stan Johnson en back up post 4, ça risque de se faire par la force des choses de toute façon si Leuer est out et que Ellenson ne montre pas mieux.
La polyvalence de Johnson, pouvant jouer aux postes 2, 3 et 4 sont un atout non négligeable pour le banc particulièrement démunis sur les postes arrières. Si tu ajoutes en plus la nouvelle blessure de Leuer je pense que Johnson serait un excellent asset pour la second unit.
Cependant a terme je le voudrais en titulaire tant il est capable parfois de me bluffer par son intensité défensive et son jeu (Quand il ne se prend pas pour Ray Allen...). Si ca permet a Bullock de devenir le leader en sortie de banc avec son profil de 3&D tout en ayant intégré les rookies ainsi que Ish en dynamiteur alors Casey aura réussi la transition.

dumarsetçarepart

Sophomore
Avatar du membre
Bad Boys Pistons
685

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par dumarsetçarepart » 14 août 2018, 14:02

Voilà un post qui ne s'adresse pas aux furieux qui suivent tous les matches en pleine nuit (respect), mais plutôt aux papas pépère comme moi qui se contenteront de voir notre bouillie de basket en fin de journée!
Donc voici les matches des Pistons se déroulant à des heures correctes pendant l'année qui arrive :
3/11 - 18 h (heure française ): sixers pistons
11/11 - 21h30 : pistons hornets
9/12- 21h30 : pistons Nola
23/12 -22h : pistons Atlanta
12/01-21h30 : clippers pistons
02/02-23h : pistons clippers
02/03-23h: cavaliers pistons
10/03-17h: pistons bulls
07/04-22h : pistons hornets

Source : http://www.trashtalk.co/2018/08/11/matc ... -programme

Daiv

All Star
Avatar du membre
Magic
5223

Re: Detroit Pistons 2018/2019

Message par Daiv » 15 août 2018, 00:56

Désolé, je viens de voir qu'il y avait eu un débat sur Darko, je débarque un peu tard mais ça m'intéresse. Parce que notamment Bastien TT m'avait fait hurler en disant que c'était le pire choix de draft de l'histoire.

Que Darko soit un bust c'est une évidence, le plus gros de l'histoire, pour moi assurément non, très loin de là. Je rejoins complètement la position de nunu et Dav'z, avec Darko, ils ont été champion, et vu comme ce titre a été plus qu'aucun autre une histoire d'alchimie (ce n'est pas leur faire injure au contraire que de dire que c'est le champion le moins talentueux de l'histoire), on a toutes les raisons de penser qu'avec Wade, Bosh ou Melo, on n'est pas sûr du tout qu'ils auraient eu la bagouze. Notamment parce qu'à différents degrés, les 3 joueurs en question ont tous un côté starlette qu'on a du mal à concevoir dans ce groupe de guerriers qu'était Detroit 2004.

Donc oui c'est un bust, mais paradoxalement, c'est un bon choix, peu importent les noms qui suivent, car c'est une pierre à l'édifice d'une équipe championne. Et le but c'est pas de faire la collec des jolis noms qui font des stats, c'est de décrocher la bague. Ils l'ont eue, bravo, ça valide tous les choix qui ont mené à ce titre. Le fait est que les Pistons n'avaient pas besoin du tout de rookie cette année là, et ils ont préféré miser sur un grand prospect européen au potentiel intrigant et qui avait surtout l'habitude d'avoir un petit rôle chez les pros (en tant qu'espoir dans le championnat serbe), plutôt que d'un joueur habitué à être la méga star chez les puceaux. En 2004, pendant les playoffs, il ne joue pas, genre vraiment pas, juste 3 miettes de garbage time (14 minutes au total réparties sur 8 matchs). Est-ce que quelqu'un se souvient de lui en train de pigner dans la presse parce qu'il était scotché au banc? Pas moi en tous cas. Alors c'est sans doute ce trait de caractère quoi l'a limité par la suite, en attendant, je pense vraiment pas que Larry Brown aurait pu bencher son rookie sans déclencher une ire médiatique si celui-ci s'était appelé Dwayne, Chris ou Carmelo. Et cet été là, c'était mieux sans rookie.

Du coup, le contexte étant posé, on peut oublier les camarades qui suivaient et juger la bustitude de Darko sur sa carrière et uniquement là dessus : 10 saisons NBA, 6pts, 3rbds, 1ct, c'est clair que c'est pas ouf du tout pour un n°2 de draft, mais au moins il a eu une vraie carrière NBA, avec 2-3 saisons en tant que starter (dans des équipes en bois of course). Et perso, le souvenir que j'en ai, c'est un joueur certes pas étincelant, mais pas catastrophique non plus. Il faisait le job, protégeais pas trop mal son cercle, mettait des brins, rentrait ses tirs à mi distance quand il était bien servi. Si oublie un peu sa place à la draft, c'était pas un joueur tout naze. Enfin Anthony Bennett il en rêve tellement d'une carrière à la Darko.

Bref, quand on parle des jolis busts de l'histoire, on peut évidemment citer Darko, mais y a vraiment d'autres gars à citer d'abord, notamment parce qu'ils ont été choisis par des équipes qui avaient vraiment grave besoin d'un mec au dessus du lot pour pouvoir leur faire sortir la tête de l'eau. Donc perso, je persiste et signe : les Pistons ont fait un bon choix lors de la draft 2003.
Image
FFL, forum francophone spécialisé dans les Fantasy Leagues (NBA, NFL, NHL,...)
24" Basket League : ORLANDO MAGIC, "what if" Penny Hardaway