[24" BASKET LEAGUE] Publications

Forum des Fantasy Leagues NBA (Yahoo!, ESPN, BasketUSA)

Quelle place à la draft pour les Expansions Teams ?

Hors Top 3 mais on laisse faire la lottery.
6
19%
Place fixe 6 et 7
13
42%
Place fixe 10 et 11
8
26%
Place fixe 15 et 16
0
Aucun vote
A la fin du premier tour
4
13%
 
Nombre total de votes : 31

PopJH13

Franchise Player
Red Rockets
2132

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par PopJH13 » 27 juin 2020, 09:14

Dallas NBA News

NBA World Champions 2006 ! À qui le tour ? 2/4

Depuis 96, plusieurs équipes se sont démarquées en étant championnes NBA :
Les Lakers en 97/99/00, les Knicks en 03/04, les Nuggets en 01/02, le Jazz (si si) en 96, le Heat en 98, les Spurs en 2005.

Depuis 99, chaque franchise ayant remporté le titre a fait un back to back, les Spurs poursuivront-ils cet exploit ? C'est le sujet de l'article du jour pour le Dallas NBA News !

Image

Bulls - NJ

Une fois n'est pas coutume je vois les Bulls bien au dessus de ses adversaires d'une série, les Nets, ces derniers n'ayant simplement AUCUN starter avec un avantage sur son homologue de l'Illinois, mis à part éventuellement MWP sur Anthony Parker, qui a néanmoins une bien plus grande expérience que l'ancien futur meilleur joueur que Kobe. Mais surtout, Elton Brand face aux trois pivots, certes valeureux et utiles, mais bien trop lent et cramés pour tenir la cadence face au MVP unanime de la confédération des GMs (© Uds).
Est-ce la fin de la disette côté Bulls ? Côté Nets le contrat est déjà amplement rempli pour l'équipe qui a tirée une page de l'histoire de la ligue en éliminant les très grand Knicks.

Pronostic de la rédaction : 4-1 Bulls

Sixers - Hornets :

Encore une fois c'est une série, à mon sens déséquilibrée, Amare ne sera pas à 100% durant toute cette dernière, Chris Paul ne jouera pas du tout, et globalement, sans même parler des absences, cette équipe de Sixers me paraît plus impressionnante. L'escouade de Kobe Bryant aura à cœur de marquer le coup et de réitérer sa belle campagne de l'an dernier, avec en renfort le 2e meilleur meneur de l'histoire de la ligue (si si Galdosh). Côté Charlotte tout les voyants sont au vert, l'équipe est jeune et emmagasine de l'expérience, see you next year !

Pronostic de la rédaction : 4-2 Sixers

Spurs - Jazz

Y-a-t-il vraiment besoin de développer pour expliquer à quel point cela va être déséquilibré ? Le champion sortant, vainqueur 4-0 d'une équipe valeureuse des Pélicans affronte les vainqueurs d'un chokeur notoire.
Encore une fois, peu de matchs ups semblent sourire aux Mormons, on les cherche encore en fait, malgré cet état de fait, c'est une immense performance que de sortir les Warriors, d'autant plus avec un coach aussi mauvais (coucou Rhéa). On pressent fortement un coup de balai de la part des éperons, qui auront à cœur de marquer le coup pour montrer que ce sont des candidats très crédible à leur propre succession.

Pronostic de la rédaction : 4-0 Spurs

Mavericks - Sonics

Je vous vois derrière vos écrans, à attendre que je me mette en finale de conf largement, et bien, vous aviez, pour une fois, raison (si si même toi Sativa, je t'assure) avec les blessures de Finley et de Prince, la série semble jouable pour les texans, à observer le duel entre LeBron James et son adversaire du soir, que ce soit Marion ou Gasol, et le duel entre Ray Allen et Beno Udrih à la mène. C'est aussi le retour de Dampier sur ses terres, à Seattle, il voudra sans l'ombre d'un doute faire regretter à ses anciens dirigeants son départ. Pour les deux équipes, une défaite serait une grande déception étant donné que leurs inspirations sont tout autre.

Pronostic de la rédaction : 4-3 Mavericks, avec un finish à l'extérieur bitches

V@l

All Star
76ers Liberty Baller
6419

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par V@l » 27 juin 2020, 11:50

Eliminés mais en progres !

Image

La jeune equipe des Warriors s'est encore inclinée au 1er tour des PO, et c'est pas faute d'avoir prevenu que la malediction etait lourde de sens, le GM des Warriors affichant des la fin de la SR ses doutes concernant la serie a venir en declarant, "la SR c'est ok on sait faire, les PO euh non la par contre vous m'en demandez trop". 59 wins pour ca...

Sait il trop poser en victime destabilisant son effectif et en particulier son meneur Mike Bibby meconnaissable ? loin de la tout de meme, dailleurs le GM du Jazz a fait ca tres bien tout au long de la serie a en devenir ridicule, et assez insupportable disons le, quand à 2-1 ou 3-2 ca pleurnichait encore, immaturité, irrespect et/ou chambrage ? Pour ensuite donner des lecons tactiques apres la victoire, bref les Warriors ont préférés se murer dans le silence.

Pour le GM, seul Mike Bibby a décu. Mais il se verra quand meme proposer sous peu un nouveau contrat.

Reste que le GM se dit satisfait des 2 matches gagnés, n'oublions pas que jamais les Warriors n'avaient gagné 2 matches dans une serie de PO ! Que D12 ou Bosh sont encore si jeunes, le temps fera son oeuvre, ou pas, car il se murmure egalement que le GM lassés des critiques venant de GM qui doivent etre amoureux de lui, tant ils s'entetent a en parler, chercherait un successeur sous peu apres 10 ans à Oakland.

Mais en tout etat de cause, l'effectif est mis sur le marché, tout le monde peut bouger, toute GROSSE offre sera etudiée (enfin sauf celles des GM amoureux, eux ils peuvent se brosser hein :langue1:) , car il faut bien s'occuper apres le 1er tour des PO, et ca on a l'habitude à Golden State.

kcnarf

Franchise Player
Avatar du membre
Lakers
2544

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par kcnarf » 27 juin 2020, 17:34

LA : Lakers : chronique d'une défaite annoncée
Image

Une nouvelle équipe dirigeante inexpérimentée, le recrutement d'une brochette de géants inutiles, un effectif majoritairement composé de joueurs qui ont fait la preuve de leur carences mentales en Playoffs, le trade d'un O'Neal, la titularisation d'un meneur sans shoot, une préparation à base de courses auto-moto et de cinema de mauvais goût, tous les ingrédients d'un désastre étaient perceptibles.

Pourtant, la saison régulière, en particulier depuis l'arrivée de Jeff Foster, laissaient espérer une campagne de Playoffs différentes des trois précédentes. Comme l'an passé face aux Pels, certains observateurs pronostiquaient une qualification. Comme l'an passé, les Lakers sortent par la petite porte d'une élimination 4-1.

Malgré tout, Pamela Anderson, Carmen Electra, Jessica Alba, Jennifer Garner, et Kcnarf Junior Junior seront encore là l'an prochain, la décision vient d'être actée. En revanche, le HC, dont tout le monde a déjà oublié le nom, sera remplacé par Dennis Rodman.
Deux options s'offrent à Pamela : liquider l'effectif, sachant que les Lakers n'ont pas leur pick (une erreur de la précédente direction qui avait préféré Jermaine à Jeff), ou tenter une fois de plus de reconquérir le titre avec Carter et McGrady. Kcnarf (le vrai, l'unique, l'alcoolique), tout juste sorti de réanimation suite à une méchante grippe, aurait donné quelques conseils avisés: "Il faut faire revenir Kobe, Shaq, Eddie Jones et Donyell Marshall ".

Jeff Foster verra-t-il sa team option levée ? les FA TJ Ford, DerMarr Johnson et Larry Hughes resteront-ils ? Si oui, à quel tarif ? Yao Ming ?
DLGM 6 : James Harden - Marcus Smart - Otto Porter Jr - John Collins - Steven Adams + Kurucs, Morant, Baynes, MPJ, Matthews

Rhea

All Star
Avatar du membre
Windy City
DTC
7939

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Rhea » 27 juin 2020, 21:15

Statement from Rhea, GM of the Utah Jazz


Chers fans,

Le service de relations publiques du Jazz ainsi que beaucoup de fans m'ont fait parvenir les commentaires du GM des Warriors que je considérais comme un bon copain jusque là, n'hésitant pas à le défendre quand certains lui cherchaient des noises, quand bien même parfois, il faut le reconnaître, ça tenait plus du chambrage qu'autre chose. Parce que quand j'apprécie quelqu'un, je le défend tant qu'il le mérite.

Il faut croire que j'avais de sacrées œillères à son sujet au vu de ma surprise quand à sa communication du jour. Je peux pardonner beaucoup, ayant l'agacement facile envers mon équipe, les journalistes et le monde entier à la moindre défaite. Mais jamais je n'ai attaqué gratuitement un copain GM. Surtout sur des choses complètement fausses.

Commençons donc par clarifier cette partie là.
Sait il trop poser en victime destabilisant son effectif et en particulier son meneur Mike Bibby meconnaissable ? loin de la tout de meme, dailleurs le GM du Jazz a fait ca tres bien tout au long de la serie a en devenir ridicule, et assez insupportable disons le, quand à 2-1 ou 3-2 ca pleurnichait encore, immaturité, irrespect et/ou chambrage ? Pour ensuite donner des lecons tactiques apres la victoire, bref les Warriors ont préférés se murer dans le silence.
Première chose, parce que je suis un gros connard de grammar nazi (Et attaché aux règles de typographie aussi):

S'est-il
posé
Loin
même
d'ailleurs
ça
très
série
à
disons-le
ça
leçons
après
Pas de s à "ont préféré", on n'accorde pas avec le verbe avoir sauf si le COD est avant le verbe.

Et je vous épargne la syntaxe dégueulasse (Ne serait-ce que parce que je suis pas toujours mieux)

Là, monsieur Val, vous êtes autorisé à dire que je suis immature et non respectueux. Mais reprenons.

Avant la série, il me paraissait réaliste d'imaginer un sweep ou éventuellement une défaite 4-1 au vu des résultats en saison régulière, surtout connaissant Val et sa prudence sur les temps de jeu pour éviter les blessures, ce que je peux aisément comprendre. Après le premier match à la maison, que nous avons brillamment emporté, j'étais déjà très content et considérait ma série réussie, en me disant que quand Bibby arrêterait d'être sur courant alternatif, chaque team retrouverait sa place, et les vaches seraient bien gardées.

Croyez-moi que j'ai été le premier étonné lorsque au sortir du match 5, nous menions encore 3-2. Mais très heureux bien sûr. Mais je ne considérais pas la qualification comme acquise car Val, en accord avec son coach avait toujours la possibilité de retourner la situation tactiquement. Et que si tel était le cas, le Jazz aurait du mal à passer car le dernier match aurait lieu à Oakland, et le record des Warriors à la maison n'incitait pas à penser que l'on pourrait prendre deux matches à l'extérieur dans la même série.

Bien sur, je savais que nos chances de qualification étaient nettement plus grandes, mais j'ai préféré laisser en sourdine mon éternel optimisme ainsi que ma très haute opinion de mes différents effectifs, qui m'ont parfois été reprochés par le passé. (Ou même encore récemment quand mon avis sur le fait que les Spurs étaient l'équipe qui nous conviendrait le plus au premier tour est devenu dans la bouche de certains : "Il pense sortir les champions lol"). Choses sur lesquelles le sieur val avait lui même attiré mon attention par le passé.

Croyez-moi donc qu'au sortir de notre qualification, sur laquelle j'ai souhaité être sobre, par respect pour Val qui n'est pas un grand amateur du chambrage même pour la déconne (Et parce que le Rhea du premier titre du jazz a changé et essaie d'être plus mature. (A mon âge, il serait temps quand même.)), je ne m'attendais pas à ces accusations de jouer la pleureuse. Mais ça, j'aurais pu finir par pardonner en mettant ça sur le compte d'un côté mauvais perdant parfois un peu exacerbé chez le GM de la baie.

Mais dire ça pour ensuite m'accuser de jouer un double jeu et de n'attendre que ça pour chambrer, cela ne passe pas. Déjà parce que ce n'est pas le genre de la maison : Nous les mormons, quand on a un truc à dire, on le dit en face. De deux, je ne suis pas venu poser ma crotte comme ça pour me moquer, mais simplement pour répondre à un avis. Avis sur lequel des GM meilleurs tacticiens que moi semblent d'accord. Mais visiblement, je chambre et je me moque selon Val, ce qui l'autorise donc, de son point de vue à me tacler.

Soit.

Mais il faut être deux pour danser le tango. Et je me débrouille pas trop mal à ce petit jeu selon ces dames. Donc moi aussi, je vais tacler, et façon Vinnie Jones.

Commençons par le bilan en PO de Val : Que des éliminations au premier tour les années où il arrive à se qualifier. Un record de 4-24 avant d'affronter le jazz. Dont deux sweep en suivant. Je l'ai souvent défendu en disant qu'il s'en sortait bien sur d'autres ligues, qu'il était pas verni au tirage ou avec les blessures, etc.

Et il a perdu 2-4 contre moi.

Moi, pas Gugur, pas Sativa, pas Shoot. Moi, qui, tactiquement, suis probablement un des pires GM que la ligue ait jamais porté, au point que je m'entoure parfois de conseillers pour progresser.

Ce qui prouve que ce que disent certains autres GM sous le manteau pour ne pas le provoquer est vrai : Il a le sens tactique d'un fer à repasser. Bordel, même mon môme de 7 ans s'en serait rendu compte qu'Arenas titulaire, cela obligeait Bibby à se crever en défense. Surtout qu'il y avait Redd en face. Mais apparemment, le relever, c'est le chambrer. Va falloir qu'on m'explique.

Je rappelle encore son bilan : 7 fois en PO, jamais plus qu'un premier tour. Mon bilan en 3 voyages en PO : 1 titre (Bien aidé par l'effectif que j'avais à la base, je n'ai eu qu'à le compléter, soyons honnêtes), 2 demi-finales (Et peut-être mieux si nos amis texans avaient le bon gout de choke). Les tours de PO, ça ne se joue pas, ça se gagne monsieur. Mais cela ne me semble pas quelque chose de très connu dans la baie. Peut-être faudrait-il que nous leur donnions quelque cours, qui sait?

Je ne vais pas plus tirer sur l'ambulance de son talent de coach, on m'a appris à ne pas cracher sur quelqu'un déjà au sol. Alors parlons de son talent de GM.

Kiri? Assurément une belle progression. Mais récupéré sur les cendres d'une équipe où le GM s'est fait virer pour avoir essayé d'abuser à un point stratosphérique des règles existantes à l'époque.
Kobe? Échangé contre Vince Carter. Je n'en dirais pas plus, cette phrase se suffit à elle même.
Bibby? Récupéré après qu'une équipe soit sortie de la ligue. (En l’occurrence Washington)

Je continue, ou ça vous suffit?

Je ne doute pas que Val ne souhaitera plus discuter avec des représentants du Jazz, mais bon, pour ce qu'on va y perdre, ça n'est pas une grosse perte. Notre camaraderie, il l'a perdue lui même en la jetant aux orties parce qu'il sait pas gérer correctement son seum.

Allez, pour finir sur une note plus légère, repassons-nous son bilan en PO dans cette ligue :

4-24
Que des éliminations au premier tour.
Des upsets sous forme de sweep contre les terribles Pels ou les cotorep des Mavs. Ou d'élimination sans gloire contre le surpuissant Jazz.

Image

Et ca se permet de prendre de haut le GM des mavs, rapport à son âge. Ou de dire que tel ou tel GM est un con ou un connard parce qu'un mot pour la déconne a été pris de travers. Avant de rappeler que lui est un adulte responsable et qu'il a pas de temps à perdre avec les petits cons.

Monsieur val, vous me permettrez donc de conclure mon message en vous faisant part de l'avis de la majorité des GM de la ligue : Le petit con, c'est vous. (Même si je le reconnais, quand tout va bien, vous savez être agréable et de bonne discussion. Mais là, ça n'est plus possible.)

Rhea, GM du Jazz.

PS : Merci aux fans du jazz pour la remontée d'informations. Nous comptons sur vous pour faire un barouf de tous les diables contre les Spurs.
Modifié en dernier par Rhea le 28 juin 2020, 11:15, modifié 1 fois.
Thats your opinion. But opinion is just a combination of Pi and Onion, and since no one likes maths and onions make you cry, your argument is invalid.

hgiv13

Sophomore
Avatar du membre
Deer District
656

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par hgiv13 » 28 juin 2020, 10:59

LE TITA-KNICKS
Chronique d'un joli bateau qui n'a pas su passer les âges
Image
10 ans après l'arrivée du GM Hgiv13 et de sa star Tim Duncan, les meilleurs jours de cette équipe des Knicks semblent derrière eux, minés par les blessures depuis leur back-to-back d'il y a 2 ans, les Knicks vont devoir reconstruire, mais comment en sont-ils arrivés là et quelles perspectives d'avenir pour ce qu'il reste du Bateau Ivre New-Yorkais ?
New-York - Le 10 juin 1997
"Salut les gars, c'est le nouveau patron, on a raté les playoffs l'an passé et pour la ligue, ça la fout mal de voir New York en mauvaise posture du coup j'ai décidé de négocier avec le commish, on a une chance de récupérer le 1st pick pour prendre Duncan, comme on avait fait avec Ewing, ça va être trankilou pour régner sur l'Est ensuite"

C'est ainsi que le nouveau GM Hgiv13 est arrivé dans la Grosse Pomme, un coup de chance pour certains, un coup de maître pour les initiés, un coup de p*te pour ses adversaires. En draftant Tim Duncan pour l'associer au vieux Pat Ewing, il a fait renaître ce qu'on n'attendait plus à New York : l'espoir. Après un premier trade pour ramener enfin un meneur élite, Kenny Anderson, New York se retrouve donc avec Anderson, Houston, Duncan et Ewing, de quoi aller loin en playoffs. Après une honnête saison à 48 victoires, les Knicks encore trop tendres tomberont en playoffs contre le Magic avant le premier coup dur : le départ de Kenny Anderson pour les dollars de Miami.

Sans meneur, les Knicks vont errer, Dejuan Wheat, Chris Childs et Robert Pack ne seront pas suffisants et 2 nouvelles sorties de route prématurées, combinées au départ de Pat Ewing, trop vieux vont donner aux Knicks l'opportunité de signer enfin un FA de renom : Allen Iverson. Malheureusement, la mayonnaise ne prendra pas et le meneur est échangé après une saison et une sortie de route au premier tour contre Nick Van Exel et Jamal Crawford, un premier trade judicieux pour récupérer des assets à la base des succès futurs de la franchise.

Avec ces deux nouveaux joueurs, pas forcément d'excellents défenseurs, les Knicks avancent jusqu'au 2e tour en 2001 puis arrive l'intersaison 2002. Peu convaincus par Jamal Crawford en sortie de banc et par Van Exel à la mène, ils vont monter 2 trades pour récupérer une future star au poste 3, un solide meneur de jeu ainsi qu'un pick lottery qui se transformera en pick 3 : Rafer Alston, Caron Butler, un précieux pick et Jim Jackson débarquent à New York et la saison commence pour le mieux jusqu'à ce coup de génie de la trade deadline. En difficulté à Los Angeles sans Donyell Marshall, Shaquille O'Neal est envoyé à New York avec l'excellent Bobby Jackson. Brad Miller, Jim Jackson, un pick et moult fillers. Avec l'une des raquettes les plus dominantes de l'Histoire, New York était alors prêt à remonter au sommet. Jack avait trouvé sa Rose.

D'autant plus que dans le même temps, les picks du fond de draft se sont révélés judicieux pour ajouter de précieux role players à la rotation : Dan Gadzuric et Mike Pietrus ont ainsi débarqué, remportant plus de titres que les nombreux joueurs les ayant précédés à la draft.

Malheureusement, la première saison des Knicks s'arrêta prématurément au Game 6 des Finales contre les tenants du titre avec un nom de préparation au poulet. Donyell Marshall, l'ancien acolyte du Shaq donnant la leçon pour s'offrir son 5e titre en 6 ans. Le cauchemar vécu par Allan Houston en Finales donnait une indication de ce qui allait arriver l'été suivant : il fallait sacrifier le dernier membre des Knicks datant de l'arrivée de Duncan et le fameux pick des Rockets pour trouver la pièce manquante du puzzle, ce si précieux 3&D d'élite qu'il manquait au roster pour compléter Caron Butler et étirer les défenses pour la raquette dominante. Avec une sélection en 1st team et cinq dans les équipes défensives, Kerry Kittles s'est avéré être le profil idoine.

Avec leur nouveau 5 majeur Alston - Kittles - Butler - Duncan - O'Neal et un banc complet autour de joueurs de devoir comme Bobby Jackson, Charles Jones, Mike Pietrus, Walter McCarthy, Vin Baker, Latrell Spreewell ou encore Dan Gadzuric, les Knicks ont déroulé le temps d'une saison régulière : 63 victoires, des playoffs maîtrisés et une victoire en Finale contre les Sonics de la Nouvelle Star LeBron James (que la ligue aimerait bien voir à New York selon nos sources). Un premier titre pour Duncan, un 4e pour le Shaq et la Grosse Pomme qui chante.

La saison de la confirmation étant toujours plus compliqué, les Knicks ont ronronné, sûrs de leurs forces avec seulement 51 victoires en saison régulière. L'équipe s'est mise au diapason pour aller détruire en Finales la meilleure équipe de la saison régulière : les Spurs et leurs 66 victoires. 4-1 malgré la perte du match initial avec un Shaq diminué et un Butler qui revenait d'une longue blessure pendant les playoffs.

Favoris pour le threepeat, chose que n'avaient pu réaliser les Lakers, les Knicks allaient tomber contre leur plus gros ennemi : New York et ses tentations. Avec des blessures tout au long de l'année et surtout celle de Tim Duncan à l'aube des playoffs, les Knicks n'ont pas pu repasser le premier tour. Malgré le renfort de Lamond Murray la saison suivante, preuve que le GM croyait encore au titre, les Knicks ont ainsi perdu successivement Mike Pietrus, Rafer Alston puis Caron Butler et Bobby Jackson lors du game 6 contre les Nets, laissant même à Tim Duncan le soin d'assurer la mène.

Ainsi se referme donc l'ère Tim Duncan - Shaquille O'Neal à New York. L'ensemble de l'effectif étant sur le marché des transferts pour une reconstruction complète et immédiate.

Les 3 meilleurs assets des Knicks restent Tim Duncan bien entendu qui ne sera pas bradé - l'équipe pouvant poser un max à la FA -, l'excellent meneur Rafer Alston qui sait mener une équipe au titre mais pourra également parfaire le banc d'un prétendant. Enfin, Caron Butler son jeune age et son contrat stable sont aussi en vente.

Le reste de l'équipe (Shaq, Kittles, Murray, Jackson) est dispo en S&T

Alors à vos offres !

Rhea

All Star
Avatar du membre
Windy City
DTC
7939

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Rhea » 29 juin 2020, 17:42

Morceaux choisis des derniers entraînements du Jazz


Toujours à l'affut de unes putassi.....d'un scoop intéressant à mettre sous la dent de nos chers lecteurs du SLC Tribune, nos reporters de l'extrême, tel des ninjas des temps modernes ont bravé le huis clos imposé par le coach du Jazz, et c'est peu dire que la méthode de motivation du coach est assez particulière.

En voici quelques verbatim :
Bon, Jelani, je compte sur toi pour remettre la même à Perkins que ce que tu as collé à l'autre tocard d'Howard. Du 20-10 bordel. Et souviens-toi qu'ils ont préféré te vendre pour garder un mec qui a des pains aux raisins en guise de mains. Nous, on a su voir ton vrai talent, ne me déçois pas.
Al, n'aie pas peur d'un tracteur allemand. Si tout le monde préfère rouler dans un SUV Ford que dans une Trabant, c'est pas pour rien. Ok, il est fort en défense. Et en attaque. Et physiquement. Mais fais le courir, il tiendra pas 5 minutes avec ses genoux cagneux et sa dégaine à porter des chaussettes avec ses Birkenstock. Et puis merde, tu es mieux payé que lui, tu es donc forcément meilleur
Brandon, tu te souviens des 30 points que tu as collé sur la mouille de Paulo? Lui aussi. Sers-t-en pour rentrer dans sa tête et le défoncer, cornegidouille. On a besoin de tes shoots pour passer.
Michael, on a réussi à les poutrer sans toi, avec le cadavre de Cuttino titulaire. Raison de plus pour pas avoir peur d'un amateur de maté. Et si tu veux que les autres équipes te prennent aussi au sérieux que nous, bah continues sur la lancée de ce que tu as collé à Arenas. Ok Gino défend mieux. Mais si Cuttino l'a déglingué, toi tu vas l'envoyer dans la strastophère le pauvre gus
Raymond. Tu as bien mérité ton surnom de Raymond fait le taf. Bah refais pareil. En plus leur meneur est pitresque comparé à Bibby, donc ca devrait être aussi simple que de t'envoyer un menu maxi best-of...quoi? Mais non, j'insinue pas que tu es gros
Mais non Cuttino, j'ai pas dit que tu avais le niveau de jeu d'un cadavre. Juste que contre les Spurs, tu revenais de blessures et tu grinçais tellement de partout qu'on aurait dit un cadavre qui déambulait. C'est pas pareil....oh et puis pourquoi je me fais chier à te motiver, tu seras pas là avant le match 4 de toute façon.
Comme vous voyez, du lourd, du très très lourd. Surtout quand on sait à quel point le coach est taiseux devant les journaux, et n'envisage pas officiellement mieux qu'une défaite 1-4.
Thats your opinion. But opinion is just a combination of Pi and Onion, and since no one likes maths and onions make you cry, your argument is invalid.

Alexis

Franchise Player
Avatar du membre
Windy City
2932

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Alexis » 30 juin 2020, 23:10

Spurs Talk


Image

Et c'est donc le début des demi finales de conférence ! Les Spurs reçoivent le Utah Jazz, une franchise qui aura beaucoup parlé dans les médias cette semaine. Beaucoup de trashtalking, et maintenant c'est sur le terrain qu'il faut parler. C'est parti !



Bilan de la vague :

- Victoire 116-107 : 1-0 : Premier match de la série, et première victoire pour les éperons ! Les deux équipes auront lutté et se seront rendus coup pour coup, mais San Antonio a creusé l'écart patiemment, tout au long de la rencontre.
Du côté des titulaires, Dirk Nowitzki, homme du match en 27-8, a été bien épaulé par Paul Pierce (26-7), pour un duo très efficace. Ginobili (14-4 et 6 passes, un peu de déchêt) et Tinsley (11-4-5, peu de déchêt) auront été trop discrets, et Kendrick Perkins a sorti un petit match (4-5 et 2blk, déchêt au shoot) de son côté. Le différentiel du 5 majeur n'est qu'à +6 de moyenne.

Du côté des remplaçants, c'est la tuile pour Ben Gordon ! Touché au genou après 4 petites minutes de jeu sur une dirty play de Michael Redd, qui aura donc joint la parole de son coach aux actes, Ben n'aura pas pu avoir son rayonnement habituel. Pourra-t-il revenir sur le terrain pour la suite de la série ?
Francisco Garcia aura brillament assuré l'intérim de 6th man d'un soir avec 15pts à 50%. Charlie Bell a profité de rares minutes pour lui pour se mettre en évidence également, et Matt Harpring aura pris le dessus sur Austin Croshere dans son apport au poste de Power Forward. Petits matchs pour Battie et Foyle sous l'arceau.

Collectivement, le problème récurrent depuis le début des playoffs est toujours là : 10 possessions d'écart en faveur de l'adversaire, faute partagée par les rebonds offensifs / steals / TO. 1 ballon volé en cumulé pour le duo Ginobili / Tinsley ? Heureusement, l'adresse des Spurs (47% à 3 points, ce n'est pas fréquent cette saison) et du Jazz (46%/25%) aura rattrapé ce delta. Comme à chaque fois.

Chez l'adversaire, Jélani McCoy (8blk, 16pts) a montré quel joueur fantastique les Spurs avaient laché, et Redd a fait feu de tout bois après son sale coup sur Gordon. En revanche, Roy et Harrington se seront fait cramer par leurs adversaires. L'ordre naturel des choses est en place.
A taffer pour le prochain match : Ne pas laisser d'espoir à l'adversaire (réveil des titulaires).

- Victoire 104-83 : 2-0 : l'invincibilité des Spurs continue dans ces playoffs, et le HCA est préservé avec la manière ! +26 à la mi-temps, des titulaires à 30min de moyenne, les joueurs ont répondu présents pour aller venger l'attaque en règle de Michael Redd le match précédent.

Et ce sont bien les titulaires qui auront sonné la charge (+21 de moyenne) ! Dirk Nowitzki, une nouvelle fois homme du match, aura brillé avec un 25-10 à 66%. Ginobili (18-9), Pierce (13-5-5) et Tinsley (7 en ass/to) ont su apporté le juste écot à leur franchise player allemand (7stl pour le trio). Perkins (3-2, 2TO, 4blk) aura été le seul en difficulté du 5 majeur, sans perturber sa force de frappe.

Du côté du banc, Ben Gordon a tenu à jouer malgré la douleur à son genou droit (7days dtd). Ils jouent sale en face mais cela ne m'arrêtera pas, rien ne nous arrêtera, a-t-il déclaré avant la rencontre. 17points à 5/16 au tir, le 6MOY en titre aura leadé la second unit comme il a pu (meilleur différentiel du banc). Le fidèle Garcia aura une nouvelle fois été chirurgical (5/6 au shoot, 4stl) et Matt Harpring sur 2minutes en PF a montré presque autant que Croshere en 15. Foyle, Battie et Bell auront livré d'honnêtes passages.

Collectivement, le problème de possession a été enfin réglé (+4 pour les Spurs), avec un rebond défensif et un nombre de turnovers maitrisé. 16 steals, 10 blocks, la défense a été active. Il fallait une grosse défense (41%/26%) et des possessions d'avance pour faire un blowout, car côté adresse texane c'était un soir sans.

Dans l'équipe d'en face, Harrington, McCoy, Redd, Roy, Felton... tous ont perdu les pédales. Il faut chercher du côté de Scott Pollard sur le banc pour voir un joueur rentrer ses shoots !

A taffer pour le prochain match : Aller chercher la win, même par la petite porte.

- Défaite 111-103 : 2-1 : Premier match à l'extérieur, et Utah inflige sa première défaite à San Antonio ! Le Jazz était surmotivé en début de match et a surpris les joueurs texans (+19 à la mitemps), qui n'ont pu réduire l'écart en seconde mitemps qu'à +8.

Du côté des titulaires, seul Manu Ginobili a rendu la vie difficile au 5 majeur d'en face (25pts à 9/15), ne pouvant compter que sur des matchs moyens pour Dirk (25-8 mais à 8/21, 6 turnovers), Pierce (7reb-6passes pour 1 seul turnover, mais à 3/15 au shoot) et Tinsley (7passes 0to, 2/7 au shoot). Nouveau match sans pour Perkins (2-1 et 3blk), qui vit une nouvelle série très compliquée. A -8 de moyenne, la défaite est pour la lineup des titulaires.

Côté remplaçants, Ben Gordon aura été héroïque (5days en DTD, genou touché) avec 22pts à 9/12, et le sergent Garcia toujours bien propre (2/2, +10 de différentiel, meilleur côté texan). Adonal Foyle a tiré son épingle du jeu depuis le banc contrairement à Tony Battie, pendant qu'Harpring et Croshere se seront bien relayés. Un très bon passage de Charlie Bell à noter une nouvelle fois (7pts 1stl 0to en 3 petites minutes).

Collectivement, seulement 2 possessions d'écart pour le Jazz, la faute est à chercher ailleurs. A 47% aux tirs seulement (malgré un 44% à 3points), l'adresse adversaire est à peu près maîtrisée, et c'est bien l'adresse Spur qui est une nouvelle fois incriminée, malgré une défense adverse pourtant légère. Les Spurs déjouent offensivement et cela se ressent. Egalement une nouvelle fois, petit nombre de steals (6) côté texan.

En face, Michael Redd mangé par Ginobili (il se murmure en coulisses que l'argentin est en mission sur l'attaquant depuis le coup de genou volontaire de celui-ci sur Ben Gordon), c'est bien Al Harrington qui a enfin pris son courage à 2 mains et oser enchaîner des paniers (homme du match), bien soutenu par Felton, Roy & McCoy (13rebonds).

A taffer pour le prochain match : Eclabousser la rencontre par le talent de titulaires revanchards.

Bilan :
2-1, le home court advantage est préservé. Les scénarios des matchs incitent plutôt à l'optimisme, avec Ben Gordon qui commence à monter en chaleur malgré sa blessure contractée au premier match. Malgré tout, le Jazz est accrocheur et parvient à faire déjouer les Spurs, et il faudra leur être sérieux pour espérer aller rejoindre leur 5ème finale de conférence d'affilée.

Alexis

Franchise Player
Avatar du membre
Windy City
2932

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Alexis » 05 juillet 2020, 14:19

Trading Block de San Antonio

Image

Sortie de route prématurée pour les Spurs. Plusieurs séries se sont arrêtées cette saison : 2 finales NBA d'affilée, 2 SR à 60+ wins, et surtout 4 finales de conférence d'affilée. En revanche, celles concernant les demifinales de conférence (8 d'affilée), les playoffs disputés (9 d'affilée) et les SR à 50+ wins (7 d'affilée) restent en cours. Cela correspond bien, finalement, à la tournure prise par la franchise cette année avec une petite transition qui a été opéré : un virage a été pris, l'effectif est rajeuni, les jeunes seront davantage responsabilisés (Perkins, Gordon, les rookies à venir) sans en oublier pour autant la compétitivité. Le titre reste l'objectif suprême.

Néanmoins, qui dit nouveau départ dit mouvements.

Sont ainsi disponibles à San Antonio :
- s&t de Paul Pierce (MVP, double champion)
- Charlie Bell (2 ans à 2M, bon 3&d qui se développe très bien et a souvent pot vert)
- Francisco Garcia (2ans de contrat rookie, 26ans, bon 3&d qui fait partie des meilleurs développements de sa promo)
- First 2010 Spurs
- Pick 10 (12 après la lottery probablement)
Jamaal Tinsley, Kendrick Perkins & les autres firsts ne sont pas du tout sur le marché, mais l'équipe ne sera pas inflexible en cas d'offre déraisonnée, comme souvent avec ce Front Office.
Possibilité de trade up ou down à la draft qui vient. La franchise est ouverte à tout deal, donc n'hésitez pas à passer un coup de fil. La bise !

PopJH13

Franchise Player
Red Rockets
2132

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par PopJH13 » 05 juillet 2020, 22:16

Dallas NBA News

NBA World Champions 2006 ! À qui le tour ? 3/4

Depuis 96, plusieurs équipes se sont démarquées en étant championnes NBA :
Les Lakers en 97/99/00, les Knicks en 03/04, les Nuggets en 01/02, le Jazz (si si) en 96, le Heat en 98, les Spurs en 2005.

Depuis 99, chaque franchise ayant remporté le titre a fait un back to back, les Spurs poursuivront-ils cet exploit ? C'est le sujet de l'article du jour pour le Dallas NBA News !

Image

Bulls - Sixers

La finale de conférence attendue par toute la ligue aura donc bien lieu, sans surprise, les deux grands favoris ont honorés leur rang.
C'est aussi un remake de l'an dernier, une série extrêmement disputée où la bande à Elton et Jason a finit par s'incliner ; à contrario cette année la rédaction fait des taureaux les grands favoris pour remporter la G-League et ça d'assez largement. En effet l'escouade de 2words me semble compliquée à arrêter, je vois mal Iverson s'employer avec succès sur le Jet, à contrario Anthony Parker et Erick Strickland ont de quoi limiter Kobe et Jefferson, sans les stopper complétement néanmoins

Pronostic de la rédaction : 4-1 Bulls

Jazz - Sonics

La darling de cette saison 2006-2007 qui affronte la meilleure équipe de cette même année, affiche alléchante sur le papier, sur le terrain cependant on voit mal le Jazz du grand coach Rhéa arriver à ne serait ce qu'accrocher les Sonics du King LeBron. Néanmoins à la rédaction du Dallas NBA News apprend de ses erreurs, le résultat qui semblait sans appel sera donc révisé pour être plus gratifiant envers l'excellente saison de l'équipe de Salt Lake City (le GM des Mavs, entre deux conférences de presse l'annonçant sur le départ, aurait déclaré que ce n'était "que de la putain de chattasse).
En dehors de ça, Roy est surcôté (si si) la raquette des Sonics est très solide malgré les absents, qui devraient néanmoins revenir pendant cette série.

Pronostic de la rédaction : 4-1 Seattle (faut pas déconner)

Un détroit soleil

Pistons
Bad Boys Pistons
1586

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Un détroit soleil » 06 juillet 2020, 14:07

CLASSEMENT ALL TIME, 10 ANS DE SIMU 24s, POUR LA POSTERITE (5/10)


Historique on vous dit !!! 10 ans de simu déjà, 10 années qui ont vu le Jazz, les Lakers, le Heat, les Nuggets, les Knicks et les Spurs remporter un titre (ou plusieurs). 10 années qui ont également vu de superbes équipes marquer la ligue, des coaches affirmer leur style et des GM soutenir leur vision à court, moyen ou long terme. Certains ont été débarqués, d’autres ont pris une retraite (parfois temporaire) bien méritée tandis que certains continuent de jouir d’une confiance absolue malgré des échecs retentissants et aucun titre (la majorité en fin de compte)
Mais finalement, on ne parle jamais plus que de ce qui fait l’essentiel de cette ligue: les joueurs !!
Le basketball en impose 5 sur le parquet par équipe, 5 avec des caractéristiques techniques bien précises et des responsabilités définies. Comment les classer, leur rendre hommage et justice ? Comment définir la position du rôle player multiple champion face à celui qui collectionne les récompenses individuelles et qui aura marché sur ses adversaires sans pour autant obtenir le titre suprême ? *
C’est la tache extrêmement difficile que nous nous avons accepté de réaliser, non sans crainte, mais également avec beaucoup d’excitation et de passion.
Si votre joueur n’est pas à la place qu’il mérite selon vous, tant mieux, cela donnera lieu à des débats (et non ébats !!). Soyez certains en tout cas que nous avons tout fait pour n’oublier personne, que chacun puisse être cité, que chaque équipe marquante soit alors référencée dans cet article. Car les joueurs représentent la Ligue oui, mais ils représentent surtout leur équipe, leur franchise et leurs fans.
Pour les 10 ans, c’est donc … et non pas 10, pas 12 mais 16 équipes all-time. Ne nous demandez pas le rapport il n’y en a aucun si ce n’est la passion qui nous fait vibrer. Oui on est comme ca nous, on est fou. On est fou de NBA. On est fou de vous tout simplement.
16 équipes pour 10 articles, 2 articles pour chaque poste, publication après publication. 10 articles pour les 10 ans.
Aujourd’hui les ailiers c'est le sujet, 1ere partie !!

* Les stats sont arrêtées à la date du 20/04/2007, juste avant le début des PO

Image

16e place:
JOSH HOWARD (29.7 min / 16 points / 6.6 rebonds / 2.4 passes / 1.5 steals / 0.4 blocks)
Une belle entrée pour commencer avec un joueur qui ne cesse de progresser année après année depuis son arrivée dans la Ligue. Drafté par sa franchise actuelle, le Orlando Magic, il a de suite bénéficié de la confiance de son GM et a été installé en tant que titulaire à l’aile. D’abord 10 points, puis 13, puis 17 et enfin 23.5 points cette saison. Bien sur, les minutes, les rebonds et les passes suivent la même tangente pour cet ailier qui sait tout faire, et qui le fait même très bien. Très bon dans chaque secteur du jeu, il dispose d’un excellent shoot, quelle que soit la distance, de bons fondamentaux en défense et malgré son physique longiligne, ses 2m01 ses 103 kilos tout mouillé, il n’hésite pas à aller au mastic et capter du rebond (8 cette saison ce qui en fait le meilleur à son poste dans cette catégorie). Ailier à tout faire, très bon partout sans exceller pour autant quelque part, si ce n’est au rebond pour un joueur à son poste, il tranche clairement avec les profils de spécialistes que l’on trouve de plus en plus dans la grande ligue. Si il n’a jamais été récompensé d’un MIP qui aurait été plus que significatif, il a obtenu cette année sa première sélection All Star ainsi qu’une inattendue (en début de saison) élection en All League First Team. Il a déjà connu deux fois les PlayOffs et comptabilise 27 matchs en deux participations dont une belle finale de conférence en 2004/2005. Cette année marque un coup d’arrêt dans sa formidable progression avec cette absence de PO, dû notamment à un Magic qui lâché dans les derniers instants de la saison, et qui a souffert du départ d’Amare Stoudemire à Charlotte. Pour autant, Josh Howard a su montrer qu’il pouvait prendre l’équipe sur ses épaules, reste à prouver qu’il peut emmener son équipe en PO. Annoncé à sa draft comme un lieutenant idéal, il est la croisée des chemins pour définitivement s’installer parmi les meilleurs joueurs à son poste et continuer d’exploser les attentes le concernant. Décrié et douté au moment du choix du Magic à la draft 2003, il a déjà surpassé toutes les prévisions et il est difficile de voir jusqu’où ce joueur pourra aller. Son plafond demeure difficilement déchiffrable et cela reste pour autant terriblement excitant.
Palmarès :
- 1 x Finale Conférence Magic 2005
- 1 x All Star Magic 2006
- 1 x All League First Team Magic 2006

Image

15e place :
GLENN ROBINSON (30.5 minutes / 17.9 points / 5.5 rebonds / 2.5 passes / 1 steals / 0.4 blocks)
Un vrai bon joueur de basket, attiré par le panier, capable de tout faire, et surtout de scorer. Si les pourcentages ne sont pas des plus remarquables, le joueur a été le leader offensif de son équipe lors de ses meilleures années. Ses dimensions sont idéales pour le poste de SF et il ne se prive pas pour shooter quelle que soit sa position ou la distance, en plus d’ajouter du rebond et un complément de passes. Sa meilleure saison ? Celle effectuée à Boston en 2000 avec 26.5 points, 7.6 rebonds, 3.8 passes et 1.7 steals. Une saison récompensée par une place en All League Second Team et un bilan tout honorable de 44 victoires pour 38 défaites mais … une dixième place synonyme d’absence en post season. Une saison à l’image de sa carrière, où “Big Dog” assure les highlights et les chiffres mais fait office principalement de Franchise Player dans des équipes moyennes qui peinent en PO. Pour illustration, ses 32 matchs de PO sur seulement 5 campagnes depuis 1996 (dont 3 sorties au premier tour). Son parcours est d’ailleurs tout aussi significatif puisqu’il débute à Milwaukee où il vit deux upsets difficiles. Transféré à San Antonio il vit une première année de transition avant d’arriver en PO pour cette fois ci être dans le bon camp, éliminant au premier tour son ancienne équipe des Bucks avant de perdre en 7 matchs face aux Suns. On tient là peut être quelque chose … Oui, car après deux saisons au Celtics et aux Blazers, sans PO mais en y réalisant ses meilleures statistiques personnelles, il part donc dans l’Arizona pour épauler le duo Nash-Walker. Résultat ? 2 sorties au premier tour. Depuis c’est rideau ! Les Bucks ont choisi de s’en séparer quand ils ont cherché à construire leur super team, les Spurs l’ont échangé afin de passer un palier significatif, les Suns ont vécu un véritable échec avec lui…
Si il profite bien (financièrement) d’un retour chez les Bucks où il jouit d’une amitié certaine avec le GM, le joueur est en fin de carrière et on sent que le poids des années fait lourd. Ce qui reste certain, c’est qu’avec ses 107 616 250 dollars engrangés depuis 1998, sa place au ranking des joueurs les mieux payés de la ligue n’est pas prête d’être contestée de suite. Et il a au moins ça pour lui. On dit merci qui ? Merci Sylvie !
Palmarès :
- 3 x All Star Bucks 1996 / Celtics 2000 / Blazers 2001
- 1 x All League Third Team Bucks 1996
- 1 x All League Second Team Celtics 2000

Image

14e place :
RON “METTA WORLD PEACE” ARTEST (32.4 minutes / 15.1 points / 4.7 rebonds / 2.8 passes / 1.7 steals / 0.4 blocks)
Le genre de joueur gênant. C’est à dire que même si il ne s’agit que de basket, sa façon de défendre vous donne l’impression qu’il est indiscret tant il rentre dans votre cercle intime. Le nez dans votre cou, un corps aussi lourd à bouger que l‘armoire de ta grand mère, MWP est un ailier puissant doté de capacités défensives rares. Mais il n’est pas que ça. Longtemps couvé à Milwaukee, qu’il rejoint après 6 mois passés dans le Colorado suite à sa draft par les Nuggets, il représente une véritable mise de la part du GM des Bucks lequel choisit de se séparer de son meneur titulaire Sam Cassel. Une décision encore sujette à débat aujourd'hui dans la planète basket vu la dynamique de la franchise à l'époque, eux qui sortait d'une superbe finale de conférence face aux Lakers. Pour plusieurs analystes, la franchise Wisconsin aurait été traumatisée par la finale perdue et aurait "rendu les armes" face à la force de frappe des Lakers pour déporter sa fenêtre de titre en prenant un très jeune joueur contre l'un des meilleurs meneurs de la Ligue. Cela s'avérera un véritable échec en termes de résulats... Mais revenons à Ron Artest, jeune, au potentiel brut et incertain, il est responsabilisé immédiatement par Milwaukee et se positionne comme titulaire dès sa saison sophomore, une place qu’il ne quittera plus. Le but est d'en faire le pendant parfait à la star Ray Allen, en proposant un arrière unique offensivement et un ailier potentiellement monstrueux défensivement. Il est des plus réguliers, difficile à jouer et développe également son jeu offensif. Relativement adroit à 3 points, il ne se ménage pas sur le parquet ajoutant régulièrement 4 à 5 rebonds par match et près de 3 passes. Un ailier complet, excellent lieutenant qui donne raison à son GM d’avoir parié sur lui. Pour autant, notre ami des pandas finit par stagner et surtout il peine à véritablement diminuer l’impact de cette nouvelle génération d’ailiers capables de le contester physiquement. Milwaukee ne décolle pas, pire, la franchise régresse malgré les investissements de l’équipe et la présence d’un des meilleurs arrières de l’histoire. Avec seulement 25 matchs en PO dont 3 sorties au premier tour, le joueur pâtit du niveau collectif d’une équipe qui ne passe pas le palier et qui enchaîne les déceptions. L’heure est au changement, et en 2005 après plus de 5 années passées dans le Wisconsin, il est mis sur le marché. Les Pistons courtisent le joueur depuis des années et cherchent un ailier. Son profil colle parfaitement à la philosophie du coach et un accord est trouvé dans un deal à 3 avec le Heat. Manque de pot, les Nuggets passent par là, montent dans la draft et coiffent sur la ligne le choix décisif au deal, un certain Andrew Bogut. Les Pistons en PLS, le joueur est finalement envoyé dans le New Jersey contre 2 firsts picks, dans une équipe prête à repartir de l’avant. La franchise du New Jersey veut en faire son leader d’équipe et de vestiaire capable de dispenser les meilleurs conseils et d’encadrer les jeunes de l’équipe. Oui la phrase paraît toute sortie d’un monde parallèle dit comme ça quand on connaît le bonhomme et pourtant … Ronron prend pleinement son rôle et s’en régale. Aux Nets il passe un step et tourne à 20 points de moyenne ; sa deuxième année est encore meilleure que la première alors que les jeunes progressent et il rejoint les PO à nouveau cette année prêt à en découdre. Depuis son arrivée aux Nets il y a deux ans, il collectionne les récompenses de fin de saison et a été convié deux fois au All Star Game. Agé de seulement 27 ans, il aura eu l’avantage d’être auprès de GM qui lui donnent une confiance absolue, pleinement fans du joueur ce qui a favorisé son développement dans la Ligue. Offensivement toujours en progression, défensivement élite, MWP pourrait encore progresser et montrer donc que sa formidable évolution, il la doit avant tout à lui seul.
Palmarès :
- 2 x All Defensive Second Team Bucks 2004 / Nets 2006
- 2 x All Star Nets 2005, 2006
- 1 x All Defensive First Team Nets 2005
- 1 x All League Third Team Nets 2005

Image

13e place :
TIM THOMAS (27 minutes / 12.9 points / 5.4 rebonds / 1.7 passes / 0.7 steals / 0.3 blocks)
Vous voulez la définition de réussite collective ? Demandez la donc à Tim Thomas il vous en donnera tout un roman sur le sujet. Mais comment un joueur sans aucune distinction individuelle peut-il se trouver dans un tel classement ? Déjà vous pouvez commencer par comptabiliser 80 matchs de PO en 7 participations, et cela avec 5 franchises différentes. Ensuite vous devez émarger à 49.3% au shoot en carrière tout en étant poste 3, et un joli 41.5% à 3 points en carrière. Puis, vous lui donner un basket IQ des plus performant, offrant un joueur capable de trouver aisément sa place dans n’importe quel collectif, en tant que lieutenant ou comme role player autour de nombreuses stars, faisant de lui le liant idéal à tout effectif visant la victoire finale. Enfin bien évidemment, vous lui ajoutez au CV un parcours des plus garnis entre titre, finales et nombreux tours passés. Culminant à 2m08, il est à la fois grand et puissant en tant que SF, mais beaucoup plus rapide que la majorité des PF ce qui fait de lui un joueur redoutable quelle que soit la rôle qui lui est attribué. Tim Thomas c’est le joueur idéal pour tout collectif, un joueur qui a lui aussi, comme son prédécesseur au classement, dépassé toutes les espérances le concernant à sa draft. Pourtant, avec 7 franchises en 10 ans, on ne peut pas dire que les GM aient forcément eu le nez fin pour déceler quel apport ce joueur était capable d'offrir. Finalement, il aura obtenu la confiance dans 2 franchises essentiellement, les Bulls et les Spurs. La première pour s'installer et progresser, la seconde pour enfin confirmer et gagner. On se souvient encore de la sortie du GM des Bulls à la signature de Tim Thomas aux Bucks... "TT" a su faire de son admirable adaptation à tout environnement une véritable force où il s’est épanouit pleinement jusqu’à son apogée lors de son cycle à San Antonio. Aujourd’hui à Boston, il n’est d’ailleurs pas surprenant que les Celtics aient choisi de se tourner vers lui et de le récupérer en échange d’un ancien MVP de la Ligue. Une belle victoire sur le manque de reconnaissance personnelle, bien que les statistiques le justifient, mais qui sublime d’autant plus l’ensemble du parcours de ce joueur d’équipe.
Palmarès :
- 1 x Finale Conférence Spurs 2003
- 1 x Finale NBA Spurs 2004
- 1 x Titre Champion Spurs 2005

Image

12e place :
JALEN ROSE (29.2 minutes / 13.9 points / 4.2 rebonds / 4.2 passes / 1 steals / 0.3 blocks)
Joueur polyvalent en approche et c’est peu de le dire. Car rares sont ses collègues de profession disposant d’une palette aussi large. Du poste de meneur au poste d’ailier fort, il n’y a pas beaucoup de responsabilités que Jalen ne peut pas assumer. Rose est drafté par Denver en 1994 avant de rejoindre Indiana en 1996. Dans un rôle de joueur de complément, il continue de progresser et s’impose dans son rôle de joueur à tout faire. Dès sa première année, le jeune basketteur découvre les finales de conférence. Il s’éclate chez les Pacers et progresse saison après saison. Cependant d’un point de vue collectif, il subit ensuite les sorties consécutives au premier tour. Le joueur est en train de gagner du galon dans la ligue, en impose toujours plus mais n’a pas la vitrine pour se montrer en post season. Indiana stagne beaucoup trop et malgré la patience du joueur, la franchise devient trop petite pour son talent. Les Cavaliers qui souhaitent passer un cap et former une équipe compétitive autour de Eddie Jones font venir Rose pour le compléter idéalement. Et ils payent le prix fort puisque c’est 3 tours de draft ainsi que Zach Randolph qui sont cédés en échange du duo Jalen Rose-Juwan Howard. Niveau IQ on est alors servi. Les Cavaliers après nombreuses désillusions réalisent une belle saison autour d’un groupe solide, expérimenté qui se base alors considérablement sur un starting five bien établi. Et Jalen Rose, qui alterne les fonctions suivant les besoins, brille de plus belle, avec 20 points, 5.5 rebonds et 5.5 passes en plus de 1.5 steals. Mais la saison finit en eau de boudin avec une sortie au premier tour (encore) face aux Nets, malgré une série en 27 points de moyenne, avec 8 rebonds et 6 passes. Mais les joueurs ont faim, ils en veulent et Rose se démultiplie avec une saison similaire à la précédente sur les mêmes standards (19 points, 5.2 rebonds, 5.6 passes). Finalement les Cavaliers en impose encore plus sur les parquets. Le groupe est gonflé à bloc et arrive en Play Off comme une place forte de la Conférence Est. Malheureusement, Cleveland doit finalement subir les blessures d’un groupe décimé en PO et termine son parcours post season en finale de Conférence face aux futurs champions les Knicks. Jamais plus Rose n’aura meilleure occasion d’atteindre les finales NBA et le titre, malgré une pige du coté de la Baie d’Oakland en 2005 en tant que 6e homme. Au final le joueur aura été régulièrement en PO mais aura connu 7 sorties au premier tour en 9 participations. Pas de quoi l’empêcher de glaner quelques récompenses individuelles et surtout, d’être un acteur important de deux grandes épopées malgré l’absence de titre.
Palmarès:
- 2 x Finale Conférence Pacers 1996 / Cavaliers 2003
- 3 x All Star Pacers 2001 / Cavaliers 2002, 2003
- 1 x All League Third Team Cavaliers 2002

Image

11e place :
RICHARD JEFFERSON (33.8 minutes / 17.9 points / 5.8 rebonds / 3.5 passes / 0.7 steals / 0.3 blocks)
Annoncé ailier complet à sa draft, ailier complet il aura été depuis son arrivée dans la ligue. Idéal en lieutenant de Kobe depuis plusieurs années, il aura débuté à Atlanta et montre dès son année rookie l’étalage de ses compétences. Il se blesse pourtant, mais cela ne l’empêche pas d’inscrire plus de 20 points, 7 rebonds et presque 4 passes sur l’année. L’échantillon est un peu faible mais suffisant pour que les Aces ne misent sur lui. Pas de quoi en profiter longtemps puisque 3 mois plus tard l’équipe est démantelée. Les Sixers en profitent et se jettent sur lui alors qu’ils sont en complète reconstruction. Kobe est arrivée 6 mois avant et la franchise veut construire autour de ces deux joueurs en voyant en Jefferson le pendant idéal, soulageant le MVP défensivement tout en lui apportant un soutient significatif offensivement. Le joueur épouse complètement son rôle avec des pourcentages de haute facture, un scoring vraiment intéressant et une forte défense. Mais les PO restent absents pour le jeune joueur. En 2004 il les découvre enfin après 3 années d’attente et sort les Pistons avant de rendre les armes au tour suivant. Qu’à cela ne tienne, la saison qui suit voit les Sixers réaliser un formidable parcours en atteignant les finales NBA, perdus en 7 matchs face aux Spurs de Dirk. L’équipe est jeune, elle est en progression et n’a rien à regretter pour autant. Cette saison, les Sixers ont fait parti des deux grosses équipes dominantes à l’Est et fait office de véritable favori en ayant intégré notamment un certain Allen Iverson à la mène. Jefferson lui ne change ni ses habitudes ni son jeu. Son scoring demeure de haute facture, ses pourcentages restent précis, sa justesse longue distance est toujours de qualité et le joueur complète idéalement un effectif rempli d’égo. Un joueur star capable de se mettre en 2e ou 3e option et de garder un véritable impact, le genre d’atout idéal pour aller au titre, le type d’asset décisif. En fin de contrat cette saison, nul doute qu’il sera observé, probablement courtisé et que les Sixers seront les premiers à poser un contrat sur la table pour lui. Mais qu’importe l’équipe, lui continuera de faire ce qu’il sait faire parfaitement, produire, marquer, défendre, compléter ou prendre les choses en main … Etre un formidable joueur de basket en somme.
Palmarès :
- 2 x All Star Sixers 2004, 2006
- 1 x All League Third Team Sixers 2004
- 1 x Finale NBA Sixers 2005

Image

10e place :
STEVE SMITH (33.1 minutes / 17 points / 4.1 rebonds / 3.4 passes / 0.7 steals / 0.3 blocks)
Acteur majeur à la fin des 90’s, on aurait presque oublié l’héritage de Steve Smith, en particulier de 1996 à 1998 où il collectionne les récompenses et réussites tel Gargantua face à un dîner de pélerins. Joueur intelligent (et pas que sur le parquet), magnifique, complet, son niveau de jeu est tel qu’il est placé comme ailier malgré son physique très longiligne et son manque de masse. Pas de problème pour autant. Champion du monde 1994 avec les USA il débute à Miami en 1991 et s’impose déjà comme l’une des attractions de la Ligue. Après de belles performances au Heat, il rejoint l’équipe qui vient de l’éliminer des PO en 1994, les Hawks, en échange de Kevin Willis. Le joueur continue de régaler mais évolue de plus en plus d’une position de meneur créateur à une position d’arrière ailier. Malgré sa très belle saison à 23.4 points aux Hawks en 1996, il arrive en fin de contrat et est attendu parmi les plus gros agents libres. Mais pour Smith l’argent n’a jamais été une véritable problématique. Trop heureux de vivre de sa passion en bonne santé et d’enfin exploser pleinement dans la Ligue, il tranche avec beaucoup d’autres joueurs. Et pour preuve, il signe aux Toronto Raptors moyennant 39M de dollars sur 6 ans. C’est en fait moitié moins que le nouveau contrat de Gary Payton. Il vient alors compléter une équipe des plus excitantes autour de Stoudamire et Camby. Michael Jordan rejoindra l’équipe à l’hiver et la franchise canadienne fera office d’épouvantail à l’Est. Un statut pleinement assumé qui verra Toronto dominer l’Est avant de se faire balayer par des Lakers injouables en finale NBA. Steve Smith assume son statut à l’aile sans pour autant atteindre le but ultime. Vrai mélodrame pour Magic Johnson, proche de Smith et Jordan mais joueur historique des Lakers, cette finale aura été le théâtre du début de la domination des pourpres et or jusqu’en 2002. Le joueur finira en pleurs dans les bras de son modèle. C’est peut être l’une des raisons pour laquelle Steve Smith a été oublié. La suite de sa carrière n’aura pas vraiment aidé non plus, puisque le joueur, une fois passé sa période canadienne, aura enchainé les franchises, ne trouvant jamais vraiment sa place dans aucun projet ni la confiance d’aucun GM. Une fin de carrière bien triste et presque irrespectueuse pour un joueur qui aura continué de produire quel que soit son rôle. Redoutable longue distance, son jeu polyvalent est presque précurseur de la tendance de jeu de la Ligue et aurait bien justifié un peu plus de lumière et de reconnaissance. Heureusement qu’on peut corriger cette faute et lui rendre un hommage des plus mérités.
Palmarès :
- 2 x All Star Hawks 1996 / Raptors 1997
- 1 x All League First Team Hawks 1996
- 1 x All League Third Team Raptors 1997
- 1 x Finale NBA Raptors 1997
- 1 x Finale Conférence Raptors 1998

Image

9e place :
ANDREI KIRILENKO (33.1 minutes / 17.4 points / 6.6 rebonds / 3.2 passes / 1.6 steals / 1.4 blocks)
Il est absolument terrible de se dire que la plus grande faiblesse d’Andrei Kirilenko est de jouer aux Warriors finalement. Quand on voit la confiance et la place donnée par son GM c’est un crève cœur de devoir écrire une telle chose. Et pourtant … Comment un joueur aussi fort, dominant des deux cotés du parquet et qui collectionne les récompenses depuis sa confirmation chez les Dubs peut il donc être aussi absent en post season. Le joueur est le leader moral, l’image de Golden State depuis des années. Son bilan ? 5 saisons pleines et donc 3 sorties au premier tour en 4 ans… Un camouflet considérable pour le russe qui ne ménage pas ses efforts. Un joueur aussi collectif dans le jeu que lui et aussi pauvre de récompenses collectives. On ne cesse de multiplier les combles mais ils tombent comme une évidence.
Drafté par les Sixers après plusieurs années de formation au CSKA Moscou, le sosie d’Ivan Drago dans Rocky intrigue, voir divise. Sa place de premier tour n’est pas contestable mais certains GM le placent aisément dans le top de la draft tandis que d’autres se montrent bien plus sceptiques dans leurs déclarations. Finalement choisi en 3e position devant des ailiers américains tels que Jefferson, Johnson et Wallace (on fait difficilement plus « Oncle Tom » que ces noms), les premières voix s’élèvent. Avec 14.5 points et 5 rebonds par match malgré une blessure qui lui fait manquer une bonne partie de la saison, le joueur confirme mais les questions continuent de se poser. Qu’à cela ne tienne, le joueur ne restera pas bien longtemps du coté de Philadelphie. A peine plus d’une saison et le voilà en route pour Oakland, échangé contre Kobe et une pelleté de tours de draft. Si les tours gagnés représentent de véritables asset pour les Dubs, « AK47 » est sensé incarné le renouveau de la franchise et surtout celui qui va remplacer le MVP sortant poste pour poste. Un sacré défi, une énorme pression aussi mais le joueur en a connu d’autres. Aux Etats Unis on sait peu de ce qui se passe hors des frontières et le joueur est lui aussi appelé dans son pays a dominer son sport. Talent précoce, plus jeune joueur professionnel du pays à 18 ans et 10 mois, il n’est pas du tout effrayé par les responsabilités qu’on souhaite lui donner à son jeune âge. Et de suite il impose son jeu, son style, sa patte. Dans un style très russe, sans frasque extra-sportive ou égoïsme, discret mais tellement pesant dans le jeu qui finalement parle pour lui.
En saison régulière, il se pose parmi les meilleurs à son poste depuis plusieurs années, en témoigne ses 4 élections au match des étoiles, ses 4 élections en First team défensives et ses 2 titres de DPOY. Et donc tout ça pour ça ? Tout ça pour 3 sweeps lors des 3 dernières saisons ? La question se pose bel et bien. N’est il qu’un joueur de SR qui peine à mener son équipe lorsque les PO et le jeu se durcissent, ou bien est ce que les limites de la franchise se situent dans les choix entrepris, la tactique du coach ou sur le supporting cast (ce dont on peut douter vu les noms qui l’entoure) ? Probablement beaucoup de tout cela.
Le joueur ne souffre d’aucune remise en question concernant son niveau, noircissant la feuille de match comme peu en sont capables. Scoring, rebond, passes, défense, steals, blocks … Le menu est complet, digne des plus grands palaces, et aucun joueur n’offre une palette aussi large dans la Ligue actuellement. Culminant à 2m06 (6.9) il a la taille et la puissance d’un PF tout en ayant la mobilité d’un SF. Difficile à défendre certes mais tellement éprouvant à battre offensivement, son envergure d’albatros aidant avec ses 2m24 les ailes déployées, on ne compte plus le nombre de joueurs mis dans sa poche et qui se sont fait complètement éteindre en l'affrontant. Avec une formation « européenne » et un IQ basket des plus relevés, le joueur semble être un idéal du joueur basket moderne complet.
Cette année, les Warriors ont réalisé leur meilleure saison depuis 1996. Dominants tout le long de la régulière, ils arrivent en PO avec la ferme volonté de passer enfin le niveau, autour de joueurs qui ont pour certains cumuler les désillusions. Des joueurs de talent, affamés et revanchards, que demander de plus ? Un nouvel arrêt au premier tour face au Jazz pourrait sonner le glas d‘un projet qui ne cesse de tousser une fois les affaires courantes de saison régulière expédiées. Si nouvelle défaite, qui sera le grand sacrifié ? Val, Andrei Kirilenko ou peut être d’autres joueurs ? Quels seront les leviers activés en fin de saison ? L’avenir de la franchise pourrait se jouer prochainement mais suivant les choix faits, cela pourrait également apporter son lot de réponses, à commencer par la place de Kiri dans le gotha de la Ligue. D’autres joueurs à ce sujet ont pris une avance certaine et il s’agirait de ne pas subir les évènements, son talent mérite bien plus.
Palmarès :
- 1x All Defensive Second Team Warriors 2002
- 4 x All Star Warriors 2003, 2004, 2005, 2006
- 4 x All League Defensive First Team Warriors 2003, 2004, 2005, 2006
- 1 x All League First Team Warriors 2005
- 2 x DPOY Warriors 2005, 2006

Image

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

ALL TEAMS OF THE DECADE

1st: Mike Bibby - Kobe Bryant - ? - ? - ?
2nd: Allen Iverson - Ray Allen - ? - ? - ?
3rd: Anfernee Hardaway - Eddie Jones - ? - ? - ?
4th: Steve Nash - Anthony Parker - ? - ? - ?
5th: Jason Terry - Kerry Kittles - ? - ? - ?
6th: Damon Stoudamire - Manu Ginobili - ? - ? - ?
7th: Terrell Brandon - Michael Jordan - ? - ? - ?
8th: John Stockton - Michael Redd - ? - ? - ?
9th: Gary Payton - Doug Christie - Andrei Kirilenko - ? - ?
10th: Sam Cassel - Allan Houston - Steve Smith - ? - ?
11th: Chauncey Billups - Brent Barry - Richard Jefferson - ? - ?
12th: Jamaal Tinsley - Reggie Miller - Jalen Rose - ? - ?
13th: Andre Miller - Richard Hamilton - Tim Thomas - ? - ?
14th: Steve Francis - Erick Strickland - Metta World Peace - ? - ?
15th: Rod Strickland - Jamal Crawford - Glenn Robinson - ? - ?
16th: Tim Hardaway - Dwyane Wade - Josh Howard - ? - ?

Image

V@l

All Star
76ers Liberty Baller
6419

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par V@l » 07 juillet 2020, 13:31

Ca va bouger à Oakland...


Image

Un point sur l'effectif :

Mike Bibby : A Resigner au max, puis peut etre en partance vers une grande franchise de l'Est qui tiendrait la corde.

Gilbert Arenas : devrait rester malgré des pistes, toujours cote Est.

Andrei Kirilenko : inconnu, 2 grosses offres sont parvenues, une Est, une Ouest, rien est fait, le joueur desirant partir, pour une franchise jouant le titre (Sonics et Bulls seraient sa priorité).

Chris Bosh : joueur le plus demandé des Warriors, A Resigner au max, a voir si c'est pour rester ou partir, la cote Est reste toujours au taquet...si Howard devait partir il n'aurait plus son bon de sortie et serait replacé au poste de pivot (Brand modele).

Dwight Howard : tres demandé egalement, mais ca reste l'inconnue, selon la contrepartie, et le prix, mais si Bosh part il devrait rester.

Greg Buckner : devrait etre conservé.

David West : intransferable.

Sergio Rodriguez : joueur non protégé en vue des expansions.

Eddie Jones : non resigné.

Nick Van Excel : non resigné.

John Salmons : non resigné.

Marc Jackson : non resigné.

Amal McCaskill : non resigné.

Jamal Sampson : non resigné.

Zydrunas Ilgauskas : non resigné.

SylvesterTemple

Bucks
Avatar du membre
Deer District
15482

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par SylvesterTemple » 07 juillet 2020, 16:39

Image

Fin de saison 06/07 : direction la lottery !

1) Dans le top 3 de la draft

Seulement 8 victoires cette saison pour la franchise du Wisconsin qui, heureusement, détient son premier tour de draft. Actuellement top 1, celui-ci sera sujet à lottery mais ne devrait normalement pas glisser en dehors du top 3.
A priori, 5 candidats pour ce choix de draft : Kevin Durant, Joakim Noah, Marc Gasol, Al Horford, Mike Conley.
On évalue à 90% les chances que le pick soit conservé et donc non-tradé.

Image


2) Dans le top 10 de la draft

En plus de leur propre choix, SylvesterTemple, le GM des Bucks, détient le 8ème choix avant lottery, en provenance du Heat. Si ce pick peut percer le top 3, il peut tout autant descendre en 12ème position, surtout avec les deux expansions prévues cet été.
Arrivés à ce choix, Milwaukee devrait avoir un certain nombre d'options : Wilson Chandler, Jeff Green, Corey Brewer, Rodney Stuckey, Greg Oden, Marcin Gortat, Thaddeus Young, Rudy Fernandez, Nick Young, Marco Belinelli, etc.
On évalue à 80% les chances que le pick soit conservé et donc non-tradé.

Image


3) Dans le reste de la draft

Enfin, d'autres picks sont actuellement dans la besace du GM de Milwaukee mais tous sont hors lottery et leur place est donc fixe. Ou tout du moins le sera lorsque l'expansion aura eu lieu : choix 11 en provenance des Cavaliers (deviendra 13), choix 18 en provenance des Nets (deviendra 20), choix 21 en provenance des Mavericks (deviendra 23), choix 26 en provenance des Bulls (deviendra 28).
Nombreux sont les candidats en lisse pour ce choix mais on imagine aisément l'écart de niveau des rookies entre un choix 13 et un choix 28.
On évalue à 50% les chances que chaque pick soit conservé et donc non-tradé.

Image
Giannis Antetokounmpo : "My goal is to win in Milwaukee, bring a Championship to the city... I would never leave for LA." (02/07/2018)

hgiv13

Sophomore
Avatar du membre
Deer District
656

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par hgiv13 » 07 juillet 2020, 17:10

Tim Duncan sur le départ ?

Après son rendez-vous du matin avec le GM des Knicks, Tim Duncan a été aperçu le sourire aux mèvres fredonnant la chanson de MC Solaar. Promesse de nouveaux renforts ? Indication sur sa prochaine destination ? Soirée avec ses anciens coéquipiers français Rigaudeau, Moïso et Pietrus ? Futur collab' avec Tony Parker ?

Personne ne le sait encore vraiment...

PopJH13

Franchise Player
Red Rockets
2132

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par PopJH13 » 07 juillet 2020, 21:58

Dallas NBA News

NBA World Champions 2006 ! À qui le tour ? 3/4

Depuis 96, plusieurs équipes se sont démarquées en étant championnes NBA :
Les Lakers en 97/99/00, les Knicks en 03/04, les Nuggets en 01/02, le Jazz (si si) en 96, le Heat en 98, les Spurs en 2005.

Depuis 99, chaque franchise ayant remporté le titre a fait un back to back, les Spurs poursuivront-ils cet exploit ? C'est le sujet de l'article du jour pour le Dallas NBA News !

Image

Bulls - Sonics


La grande finale ! Les deux meilleurs bilans de la ligue qui s'affrontent, comme une évidence finalement. Les Bulls ont balayés les Nets, ont infligés une défaite facile aux Pistons et aux Sixers et se pose donc en bonne position pour être le NBA World Champions 2006-2007.
Du côté des Sonics la post-season est excellente aussi, un sweep des Suns au premier tour puis un gentleman sweep sur la meilleure équipe de la ligue, et le Jazz du meilleur coach de la ligue, incroyable parcours en somme.
La confrontation de la deuxième meilleure défense et de la meilleure attaque de la ligue. Une affiche de rêve donc, portés par les deux stars, Elton Brand et le king, LeBron James. Le facteur X sera sûrement le Jet, opposé à Beno Udrih, Il a de quoi retourner la défense des Sonics.

Pronostic de la rédaction : 4-3 Bulls

Woj_24

Rookie
Avatar du membre
183

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Woj_24 » 08 juillet 2020, 23:47

Image
Alors que les finales battent leur plein et à l'aube d'un match 7 décisif entre Bulls et Sonics, les autres franchises ne restent pas inactives et travaillent en coulisse pour donner la meilleure concurrence possible aux deux super teams.

- Tim Duncan disponible, de nombreuses franchises se sont manifestées. Vexé, le joueur souhaiterait au plus vite quitter les Knicks qui semblent partir sur un renouveau avec de jeunes joueurs. Chacun est venu aux nouvelles, si les Celtics et les Pistons ont été proches d'un accord, ce serait finalement les Cavaliers qui auraient obtenu la mise moyennant deux jeunes joueurs et du tour de draft (au moins 2). Le joueur ne serais pas forcément ravi de sa destination mais business is business. Entre Détroit et Cleveland, il faut dire que le choix est bien difficile pour lui. Dommage pour Boston.

- Les Pistons et les Lakers auraient convenu d'un accord pour un transfert sec entre deux joueurs. L'annonce pourrait tomber dans la semaine.

- Secret de polichinelle, Mavericks et Jazz auraient trouvé un accord pour échanger leurs pivots respectifs que sont Erick Dampier et Jelani McCoy. Dans cette optique, coté Texas, Rashard Lewis serait en partance ou du moins fortement pressenti pour un départ. Un tdd est attendu en échange pour l'excellent 6e homme des Mavericks. Les Pacers seraient en pôle position sur le dossier.

- Coté Warriors c'est la foirfouille. La visibilité sur la suite demeure opaque, mais les propositions se font légions depuis l'élimination surprise au premier tour. Personne ne semble à l'abri.
Insider de la 24SecondsBasketLeague, je rapporte vos indiscrétions pour servir vos intérêts dans l'anonymat le plus total. Contact en MP.

Un détroit soleil

Pistons
Bad Boys Pistons
1586

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Un détroit soleil » 09 juillet 2020, 04:05

Prévision expansion dans la Ligue


Deux arrivées dans la grande famille basket à prévoir avec le retour des Washington Wizards et l'arrivée du Thunder de Oklahoma City. De fait, une expansion va arriver sous peu, et des joueurs vont être exposé. Suivant le nombre de joueurs sous contrat, les franchises devront donc mettre à disposition 0, 1, 2 ou plus de joueurs.
0-4 joueurs --> Pas de joueurs exposés
4-8 joueurs --> 1 joueur exposé
+ de 8 joueurs --> Tous les joueurs au dessus de 8 protégés devront être exposés.

Impossibilité également lors de l'expansion de sélectionner deux joueurs d'une même équipe. Une fois pris, le joueur choisi bloque l'accès aux autres joueurs qui retournent alors dans l'effectif. Pour s'amuser nous avons créer une expansion fictive, afin d'imaginer à quoi ressemblera le "menu" lorsque les nouveaux arrivants s'assoleront à la table pour prendre leur part du gâteau. On vous laisse juge de ce qui a été offert par les généreux GM de la Ligue qui souhaite la bienvenue à ses nouveaux voisins.


Image
Les GM des nouvelles franchises aussi posent question ...

Bulls : 8 joueurs (1) → Elton … On rigole, on mise sur Shelden Williams. Shane Williams s’est montré et Quinn a fait une sortie remarquée en PO.
Sixers : 5 joueurs (1) Brad Miller, le plus faible d’un roster en question. Repartira, repartira pas ?
Hornets : 12 joueurs (4) Speedy Claxton pour le salaire, Jordan Farmar pour le niveau, Marko Jaric pour la durée et DeSagana Diop pour le profil commun.
Knicks : 4 joueurs (0) → Epargnés. Contrairement à Tim Duncan…
Nets : 10 joueurs (2) Leon Powe et Lynn Greer. Les autres joueurs ont trop d’importance dans le collectif de l’ équipe.
Celtics : 7 joueurs (1)Walter Hermann normalement. Mais Boston peut choisir de libérer du cap avec Joel Pryzbilla. Peu de chances cependant car le joueur garde de la valeur.
Cavaliers : 9 joueurs (1) → Beaucoup de possibilités ici. Marcus Williams en pole position d’après nos sources.
Pistons : 6 joueurs (1) → Que de bons joueurs. Forcés d’exposer Chris Wilcox. Au lieu de penser à gagner un titre (haha) ils auraient mieux fait de signer un joueur sur deux ans à prix mini.
Magic : 7 joueurs (1) → Pas de séparation douloureuse, les choix sont nombreux. On mise sur Hakim Warrick exposé.
Raptors : 6 joueurs (1) → Webber non libéré, Ca devrait se jouer entre Bonzi Wells pour le salaire et Michael Dickerson. Néanmoins on parie sur ce dernier, c’est suffisant pour offrir un max à la FA si il est choisi. Salaire faible et contrat sur un an, idéal pour n’importe quelle expansion.
Heat : 7 joueurs (1)Salomon Jones. Pas prêt de s’imposer dans l’effectif vu ce qu’il a montré depuis sa draft.
Pacers : 8 joueurs (1) → Entre la franchise et le GM c’est la devinette niveau ligue des champions. Daniel Gibson car la blague a suffisamment duré.
Bucks : 4 joueurs (0) → Crise de fou rire … Il garde ses joueurs. Ce sont les nouveaux arrivants qui sont soulagés.

Supersonics : 7 joueurs (1) → Les champions en titre s'attaquent à de grosses resigns dont celle de Lebron James. On va croiser les doigts du coté de Seattle pour que Antawn Jamison soit choisi. Ca aiderait beaucoup les finances.
Spurs : 7 joueurs (1) Alexander Johnson. En même temps a t’il été déjà dans cet effectif pour autre chose que cette expansion ?
Warriors : 7 joueurs (1)Sergio Rodriguez. Idem, voir plus haut. A moins que le changement de stratégie ne pousse Greg Buckner vers la sortie.
Mavericks : 7 joueurs (1) → Eddie House devrait être conservé. Du coup, c'est un autre Eddie, Eddie Robinson, qui devrait être exposé après la levée de son option.
Lakers : 8 joueurs (1) → Boone/Blatche/Armstrong. Ca en fait du PF à développer. Du coup on pense que Hilton Armstrong sera le joueur exposé. Pas de temps de jeu cette année d’ailleurs.
Jazz : 11 joueurs (3) → Et pas des moindres. Brian Scalabrine à dispo ... et on espère qu'il ne soit pas choisi. On joue avec le feu et les sentiments chez les mormons. Si on retire les joueurs importants de l’effectif, il reste ensuite Anthony Carter et …Cuttino Mobley le 6e homme du Jazz. Un vétéran pour une équipe d’expansion ?
Pelicans : 11 joueurs (3) → Quelle douloureuse expansion à venir. Entre jeunes joueurs à développer et membres importants du groupe, il va falloir faire des sacrifices. Renaldo Balkman et Jahidi White semblent évidents. Eddy Curry moins mais devrait être l’autre joueur non protégé du coté de la Louisiane.
Suns : 12 joueurs (4) → On parlait de douleur, mais ce n’est rien comparé aux Suns. Wally Szczerbiak, Mike Miller et Ryan Hollins sont confirmés. Petit interrogation autour de Peja Stojakovic ou bien un des deux arrières Sebastian Telfair ou Shannon Brown. On parie sur ce dernier.
Kings : 8 joueurs (1) → Y’a l’embarras du choix à l’exception du dernier rookie de l’équipe. Ca devrait se jouer entre Chris Duhon et Zach Randolph. Piecette sur ce dernier dont la descente aux enfers continue. Peut être de quoi se relancer dans une team nouvelle.
Nuggets : 9 joueurs (1) → Une draft entière dans cet effectif. Les lottery picks seront inaccessibles… Wait y’a que ça. Du coup on garde les jeunes et on expose Cal Bowdler. Un vétéran de plus.
Trailblazers : 11 joueurs (3) → Autre équipe, autre classe de draft. Pas aussi fournie mais bien plus en danger avec 3 joueurs à exposer. On écarte donc les plus prometteurs, reste Linas Kleiza, Chuck Hayes et Robert Swift. Pas si en danger que ca finalement.
Timberwolves : 9 joueurs (1)Donyell Marshall et ses 5 bagues. En croisant fortement les doigts des mains et des pieds. Dur la fin de carrière parfois, c’est vraiment ce qu’on appelle se faire montrer la porte de sortie.
Rockets : 10 joueurs (2) → N’est pas les Bucks qui veut, quand bien même le bonnêt d’âne n’est pas loin d’être partagé. Allan Ray (en attendant Brian Kobe qui aura peut être un autre niveau) et David Harrison pour nous.


Au total, 38 joueurs exposés, 15 en provenance de la conférence Est et 23 depuis la conférence Ouest.

Récapitulatif de notre prévision :
C : Shelden Williams, Brad Miller, DeSagana Diop, Leon Powe, Eddy Curry, Jahidi White, Ryan Hollins, Cal Bowdler, Chuck Hayes, Robert Swift, David Harrisson
PF : Chris Wilcox, Hakim Warrick, Salomon Jones, Alexander Johnson, Hilton Armstrong, Brian Scalabrine, Zach Randolph, Donyell Marshall, Antawn Jamison
SF : Walter Hermann, Eddie Robinson, Renaldo Balkman, Mike Miller, Wally Szczerbiak, Linas Kleiza
SG : Marko Jaric, Lynn Greer, Cuttino Mobley, Michael Dickerson, Shannon Brown*
PG : Speedy Claxton, Jordan Farmar, Marcus Williams, Daniel Gibson, Sergio Rodriguez, Anthony Carter, Damon Stoudamire, Allan Ray

* Sinon Peja Stojakovic

Si avec tout ça vous ne trouvez pas votre bonheur …



Image
Miam miam... Qui veux une part du gâteau bien foireux dont personne ne veut ???

MikeCorleone

Franchise Player
Avatar du membre
Deer District
3462

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par MikeCorleone » 09 juillet 2020, 18:57

Seattle this is for you !!!



Image


Scènes de liesse dans les rues de la cité émeraude, après 27 ans d'attente Seattle est de nouveau sur le toit de la Nba après une finale épique contre les Chicago Bulls, les Sonics sont champions nba bien emmenés par un Lebron James MONUMENTAL.

Il n'en fallait pas moins face aux Bulls d'un Elton Brand stratosphérique qui ne sera jamais passé sous les 30 pts et les 10 rebonds.. Lebron James confirme aujourd'hui son surnom de "chosen one" en devenant à 22ans et 6 mois l'un des plus jeunes mvp des finales de l'histoire.

Le GM des Sonics sensiblement éméché et pas moins fier de son équipe à tenté de s'exprimer auprès des médias "C'est incroyable, le suspens, la tension et finalement la victoire... je suis tellement fier des gars et tellement heureux pour eux, je pense particulièrement à Raef et Raja qui méritaient tellement ce titre après être passés si proche, cette saison n'a pas été simple et une nouvelle fois on n'a pas été épargné par les blessures mais cette année les joueurs ont décidés qu'il n'y aurait pas d'excuses et qu'ils iraient au bout.

MikeCorleone à également eu une pensée pour l'un des grands artisans de ce titre, l'ex gm Sebduth : C'est lui qui à crée la base de ce groupe si talentueux, nous savons tous ici ce qu'on lui doit et à quel point il est impliqué dans ce succès.

KJ7

Kings
Avatar du membre
Superteam just young
2481

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par KJ7 » 09 juillet 2020, 22:02

Breaking News Toronto Raptors: Troy Murphy sur le départ !


Complètement dépité du déroulement de la saison précédente de sa franchise, le GM des Raptors aurait décidé de repartir de zéro. Un coup de fil imprévu aujourd'hui d'une autre franchise qui propose plusieurs picks futurs aurait précipité un possible départ de l'intérieur fuyant. KJ7 et tout le staff de l'équipe auront une réunion ce weekend pour prendre une décision définitive à ce sujet.
Seul Trevor Ariza, Kirk Hinrick et Chris Webber (pour d'autres raisons, KJ7 aurait promis au joueur qu'il pouvais finir sa carrière ici, avec un temps de jeu conséquent) paraissent intouchable

Un détroit soleil

Pistons
Bad Boys Pistons
1586

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Un détroit soleil » 10 juillet 2020, 03:40

"Retour vers le Futur, Draft 1998
Nouvelle rubrique, on repart dans le passé en analysant les précédentes drafts en tentant de refaire les choix tels qu'ils pourraient être aujourd'hui avec les bons et mauvais points. Analyse:


Image

1. Dirk Nowitzki (Position réelle: 3e) / +2 => Golden State Warriors
En termes de domination, il n'a pas beaucoup de concurrence à son poste (tout poste confondu aussi). Si il a mis plus de temps a "se mettre en route" que ses partenaires de draft, si il a fait douter Keke au point de le convaincre de le céder à San Antonio, il y est devenu une légende. Officieusement MVP de la Ligue il y a deux ans, il a été le véritable fer de lance des Spurs qui ont enchainé participations en PO, progression, finales jusqu'au titre l'année dernière. Il a d'abord égaler David Robinson et George Gervin avant finalement de les dépasser dans le coeur des fans de la franchise pour être surement le joueur le plus emblématique de San Antonio. Reconnu par ses pairs, aimé par ses coéquipiers et craint par ses adversaires, il est d'après nous le joueur le plus dominant et régulier de sa draft, même si la concurrence proche n'a pas à souffrir de la comparaison. 7 fois all Star, 3 fois first Team, 1 fois second Team et 3 fois third Team en plus d'ajouter un titre de MVP des finales et un titre de meilleur scoreur de la Ligue, véritable iron man des parquets jusqu'à sa blessure cette saison (en régulière comme en PO), c'est un véritable exemple pour toute une génération. Oui on peut être européen et gagner en NBA (mais c'est plus facile si tu fais 2m13)

Stats carrière: 30.8 minutes / 22.9 points / 6.8 rebonds / 2.2 passes / 0.5 steals / 0.9 blocks (55.7% FG, 87.1% FT, 40.5% TP)

2. Vince Carter (Position réelle: 1er) / -1 => Atlanta Hawks
Phénomène annoncé et phénomène il fut. Swingman talentueux, complet et terreur des défenses, capable de filocher comme planter les plus gros tomars de l'histoire de la ligue (dommage qu'il n'ai jamais participé au Dunk Contest), il est auréolé aujourd'hui de 7 sélections All Star, 4 sélections en First Team, 1 sélection en seconde team, 1 titre de meilleur scoreur en 2003 et surtout 2 titres avec les Lakers en 1999 et 2000. Il faut dire que malgré la pression de devoir "remplacer Kobe" le joueur fut tombé dans une armada telle que la domination fut une évidence. Si les joueurs se sont succédés aux Lakers et que les plus grandes figures ont quittés le navire, Carter a toujours bénéficié de la confiance de son coach et est devenu peu à peu l'emblème de ces Lakers des 2000s. Cependant depuis le double départ Jones/Shaq, il peine à porter son équipe malgré des performances de haut vol. Un très grand joueur certes, qui a gagné certes, mais qui n'a encore jamais montré un véritable leadership capable de mener son équipe vers les hauteurs de la Ligue. Les Lakers sont entre deux eaux, du moins, seront toujours trop forts pour viser moins que les PO avec un joueur comme Carter. Peut être serait il temps de tourner la page, pour Vince qui semble se complaire dans cette situation bancale et pour les Lakers afin de cesser de vivre sur la nostalgie d'une domination terminée depuis près de 5 ans au moins. A moins qu'on ne l'entoure pour de bon comme le franchise player qu'il est réellement.
Stats carrière: 33.7 minutes / 24.4 points / 5.7 rebonds / 3.9 passes / 1.2 steals / 0.6 blocks (48.9% FG, 77.5% FT, 41.7% TP)

3. Paul Pierce (Position réelle: 2e) / -1 => Sacramento Kings
Joueur emblématique des Nuggets avec qui il a gagné non pas un mais bien deux titres en plus d'y ajouter un titre de MVP de la saison et (évidemment) une First Team en 2002. Niveau saison complète on a rien fait de mieux depuis ces 10 ans. Ailier complet, capable de sanctionner à toutes distances, puissant, intéressant au rebond, pas un manchot en défense pour autant, il a dominé son poste durant plusieurs années. Drafté par Atlanta pour une saison rookie de haute facture, il est transféré dans le Colorado un an et demi plus tard. A Denver il y restera 5 ans et demi pour le succès qu'on connait. D'abord envoyé chez les Rockets (qu'il a envoyé en PO à la seule force de son retour sur les parquets après sa longue blessure), puis chez les Celtics avant un court passage de 6 mois chez les Spurs, il effectue des intérims suivant les besoins malgré la baisse des ambitions par rapport à ses années chez les Nuggets. Pas de quoi influer tant que ça sur lui, il garde une certaine cote sur le marché et ne devrait pas manquer de prétendants. A pratiquement 30 ans reste à savoir sur quelle durée et à quel prix pour un joueur dont le peak semble éloigné mais qui garde toute sa science du jeu et sa technique.

Stats carrière: 33.5 minutes / 21.1 points / 6.2 rebonds / 3.6 passes / 1.4 steals / 0.4 blocks (49.6% FG, 79.8% FT, 35.7% TP)

4. Mike Bibby (Position réelle: 5e) / +1 => Boston Celtics
Bien que estimé seulement une place au dessus de sa position de draft, rien ne présageait d'un tel parcours pour Mike Bibby. Top meneur de cette cuvée, il en est devenu l'un des meilleurs de la ligue depuis son arrivée. Au sein des Washington Wizards, où il fut initialement drafté, il progresse et mène l'équipe coup sur coup à une extraordinaire finale NBA puis une finale de conférence l'année suivante. Malheureusement la machine se bride l'année suivante, Bibby loupe les PO puis participe au sweep en 4e année. L'équipe n'y survit pas en interne et la franchise explose complètement. Bibby libre de signer où bon lui semble choisit de rejoindre le projet des Warriors. Bien mal lui en a pris puisqu'il a du mal à renouveler ses performances de ses belles années à Washington, en particulier en PO. Habitué des sorties au premier tour, c'est la 5e de suite qu'il encaisse cette saison. Pour autant cela ne doit enlever en rien sa qualité de basketteur tant il montre de qualités et surtout un volume couplée à une justesse qui n'a pas son pareil dans la Ligue. Rompu aux joutes du All Star game et des first et second teams, il a prouvé depuis longtemps qu'il faisait parti du gratin. A lui maintenant de prouver que son parcours avec les Wizards n'était pas une sorte d'oasis dans un désert.

Stats carrière: 34.8 minutes / 19.5 points / 3.8 rebonds / 7 passes / 1.5 steals / 0.2 blocks (46.4% FG, 79.9% FT, 43.1% TP)

5. Raef Lafrentz (Position réelle: 11e) / +6 => Washington Wizards
Fraichement auréolé du titre de champions avec les Seattle Supersonics, rien n'annonçait une telle carrière et un tel succès à Lafrentz. Drafté en 11e position, on le qualifie comme un rôle player plus, avec un profil particulier de poste 4 fuyant. Drafté par Orlando, échangé quelques mois seulement après à Seattle, il n'a depuis pas quitté sa franchise et a su progresser au même rythme que cette dernière. Un échange constant, du donnant-donnant idéal qui a permis à chaque entité de profiter l'une de l'autre jusqu'au succès ultime cette saison, bien soutenu par LeBron James il faut le concéder. Cependant cela ne doit pas enlever le poids de Lafrentz dans la réussite de son équipe. D'abord ailier fort, son poste naturel, il progresse chaque saison de façon constante et prend de plus en plus de place, entre shoot primé du parking et tartes distribuées en défenses. Formant une raquette intéressante avec Gugliotta lors de ses premières années, il compose un duo d'intérieurs terribles avec Erick Dampier par la suite, s'affirmant toujours plus avec 19 points et 8 rebonds en 2002, sans compter sa deuxième sélection AS (il en aura 3 en tout). L'année suivante le King est drafté, Lafrentz, comprend le talent du garçon et le couve. Les années suivantes, plus James se développe, plus Lafrentz choisi de laisser de son influence au profit du golden boy. Réussi c'est peu de le dire. Repositionné comme pivot afin de former avec raquette une raquette mobile et technique, le coup tactique est magistral et permet entre autre à la franchise de gagner un titre en fin de saison. Malgré ses 13 points et 7 rebonds depuis 2 saisons, il est assurément l'une des plus grandes réussite de sa franchise et un exemple de développement.

Stats carrière: 30.6 minutes / 15.1 points / 7.7 rebonds / 1.9 passes / 0.4 steals / 2.8 blocks (48% FG, 71.5% FT, 41.7% TP)

6. Al Harrington (Position réelle: 15e) / +9 => Charlotte Hornets
Si Lafrentz est un exemple de progression constante, Al Harrington en est un d'explosion tardive. Et quelle explosion. Arrivé à tout juste 18 ans en sortie du lycée, devenant ainsi le 10e joueur de l'histoire drafté sans passer par l'université, le plancher de Al Harrington etait aussi bas que son plafond demeurait insondable. Aux Clippers il apprends les ficelle du métier, aux Pelicans il confirme pouvoir être un joueur de rotation en NBA, à Orlando il devient d'abord 6th man avant de finir lieutenant numéro 1 ++ d'un Amare Stoudemire calibre MVP. Transféré au Jazz l'année dernière, il est donc devenu le leader offensif de l'équipe avec 23 points et 8 rebonds par match. Menant son équipe jusqu'en finale de conférence cette année, il a encore braqué tous les pronostiques. Enfin récompensé d'un All Star ultra mérité, d'un MIP auquel il aurait pu prétendre chaque année quasiment depuis 5 ans et d'une All NBA Second team, il gagne enfin la reconnaissance de toutes ces années de travail. Il en fallait de la maturité pour réussir à ce niveau, et les questions étaient nombreuses à la draft du jeune Al, il a su lever tous les doutes. Malgré sa jeunesse et les interrogations autour d'un joueur aussi brut, ce qui explique en partie sa place à la draft, la même problématique demeure cependant: Jusqu'où ira t'il ?

Stats carrière : 24 minutes / 12.7 points / 5.3 rebonds / 1.4 passes / 0.5 steals / 0.2 blocks (49.5% FG, 67 FT, 38.3% TP)

7. Jerome James (Position réelle: 31e) / +24 => Boston Celtics
Coucou, dans la famille steal de draft je voudrais le Papa ! Qu'on se le dise un second round, leader aux contres en 2006, double all Defensive second team, dans la course au DPOY depuis 4 ans et finaliste conférence/NBA vous en trouverez pas beaucoup. Doux euphémisme, car on a pas vu cela depuis Ben Wallace, non drafté, mais les finales en moins et les DPOY en plus. Joueur défensif par excellence, il est grand, lourd, mais parait tout de même limité. Aux Hawks on se cherche, l'heure est aux essais. Le GM y croit a fond, au détriment des railleries des fans de basket et du scepticisme dans les médias. Peu importe, petit à petit, l'oiseau fait son nid. Et le gros zozio va y poser son arrière train dans toutes les raquettes de la Ligue, à base de rebonds et contres distribués comme Jésus l'aurait fais avec ses pains. L'autre James réussi même a développer au cours de ces années un petit shoot intéressant afin d'être plus visible offensivement. Enfin reconnu à sa juste valeur, il est transféré aux Suns (avec autres assets) contre Walker et monte son scoring à 13.5 points. Aux Sixers depuis deux ans, il donne pleine satisfaction malgré ses 31 ans bien tassés du coté de Philadelphie. Encore éligible à un nouveau contrat, nul doute qu'il n'aura pas à attendre autant qu'à sa draft pour recevoir un coup de téléphone pour espérer ses services.

Stats carrière: 27.7 minutes / 9 points / 7.9 rebonds / 1.2 passes. / 0.4 steals / 2.9 blocks (50.9% FG, 61% FT)

8. Jason Williams (Position réelle: 6e) / 0 => Vancouver Grizzlies
Meneur influent des Bucks et du Magic des dernières années, le joueur n'a jamais transcendé les compteurs. Mais il connait son job, et il le fait bien et avec la manière. On ne compte plus le nombre de passes dans le dos, no look et autres alley oops plus créatifs les uns que les autres. Excellent manieur de ballon, scoreur si les responsabilités se font, passeur créatif, IQ de haut niveau et défense solide, le joueur ne souffre d'aucun défaut si ce n'est sa taille et un physique lambda pour la Ligue. Si son plafond compétitif est une finale de conférence avec le Magic il y a deux ans, le joueur a mené nombreuses équipes compétitives à des stades intéressants malgré tout. Vancouver aura eu le nez de le drafté, pas de le garder ensuite. Les Rockets et le Magic ne feront pas bien mieux et c'est finalement cette dernière franchise qui rattrapera son "erreur" en le rapatriant en Floride, après avoir été au centre du projet Bucks en tant que meneur. Au Magic donc, pour y vivre ses meilleures années et gagner deux élections aux Defensive Teams de fin de saison. Un nom de franchise qui semble fait pour lui.

Stats carrière: 30.9 minutes / 11.1 points / 2.9 rebonds / 6 passes / 1.7 steals / 0.1 blocks (42.4% FG, 80.4% FT, 36.1% TP)

9. Peja Stojakovic (Position réelle: 4e) / -5 => Portland Trailblazers
Mine de rien, le shooteur yougoslave aura fait ses performances en régulière comme en PO. Certes il n'aura jamais été au niveau d'un choix numéro 4 de draft, surtout de ce niveau général. Si il perd 5 places au classement c'est parce qu'il n'aura pas pu être franchise player ni même lieutenant d'une véritablement équipe ambitieuse. A Boston l'équipe l'est carrément et il en est le fer de lance mais l'équipe sombre en 5 matchs face aux Pistons lors d'un upset historique, le fameux "We Believe in Hill". Au mieux sa position de role player au sein des Bulls aura été sa meilleure fonction.
Excellent joueur dans ses premières année, ses deux premières saisons à Boston offrent beaucoup d'espoir et laisse penser que le Peja sera un sacré bonhomme dans le futur de la Ligue. 17.7 puis 19.3 points, le joueur en impose et il est convié au ASG dès sa première saison... et la suivante également. Pourtant, transféré ensuite aux Bulls, il devient le 3e larron autour du jeune duo Brand/Terry. 2 finales de conférence avec les Bulls c'est bien. Sans pour autant réussir à combiner la réussite individuelle trouvée à Boston et le projet collectif obtenu chez les Bulls, le joueur finit par stagner. Aujourd'hui aux Suns, le joueur alterne en sortie de banc poste 3/4. Son talent mérite plus de minutes, plus de visibilité, et on sent qu'il en a encore sous la semelle. Pour autant il semble bien s'en accommoder, étant relativement bien payé du coté de l'Arizona. Toujours aussi talentueux offensivement que transparent défensivement, et à bientôt 30 ans, il a encore le temps de donner un dernier coup de collier pour retrouver ses sensations passées. Espérons que ce soit dans la bonne franchise. Espérons aussi qu'il le veuille bien.

Stats carrière: 28.5 minutes / 14.7 points / 4.9 rebonds / 1.8 passes / 0.8 steals / 0.2 blocks (48.7% FG, 90.8% FT, 39.3% TP)

10. Antawn Jamison (Position réelle: 6e) / -4 => New Jersey Nets
Si certains joueurs ont mis du temps à se montrer, Jamison est arrivé avec ses gros sabots dans la Ligue et à vite fait fantasmer de nombreuses franchises. Une première année à Charlotte pour se mettre en route à 14.5 points puis c'est l'orgie offensive. 22 points dans sa deuxième saison, puis transféré au Heat il continue sur le même rythme avec 23 points. Céder à nouveau en Californie chez les Kings il continue son rythme avec 21 points. Une saison accident, deux saisons on émet encore des doutes, trois saisons c'est assuré. Mais il ne pèse pas en PO et se heurte chaque année au premier tour. Son scoring baisse ensuite avec l'arrivée de Webber et Finley. Si il retrouve de belles sensations aux Nets, il continue de plafonner en post season. Il aura fallu que Seattle le récupère cette année pour qu'il fasse une épopée en PO, laquelle ira d'ailleurs jusqu'au bout. Titré dans un rôle de joueur de banc, Jamison est une machine à scorer qui a du attendre de trouver un rôle de joueur d'équipe pour l'emporter. Son talent le méritait bien.

Stats carrière: 30.7 minutes / 16.7 points / 6.9 rebonds / 1.7 passes / 0.6 steals / 0.3 blocks (49.3% FG, 70% FT, 32.3% TP)

* Lewis dans le même style de joueur mérite sa mention tant il a performé cette année, mais n'ayant jamais atteint les chiffres d'un Jamison malgré tout.

Wild Card: 11. Jelani McCoy (Position réelle: 41e) / +30 => Orlando Magic
Dans la famille steal de draft, à coté de Jerome James, je voudrais le tonton. Et ca tombe bien il est issu de la même draft. Drafté 41e, il aura donc été snobé par toutes les franchises de la ligue en première partie avant que la moitié de celle ci ne le zappe une seconde fois. Boston le choisit donc et veut lui donner une chance. D'abord sur le banc puis installé de façon surprenante en tant que titulaire dès la seconde année, l'excellent management des Wizards le récupère en 2001. Pour glaner déjà une belle revanche sur la draft avec une sélection en All Defensive second Team, si représentative du joueur. 2 sorties au premier tour pour goûter au PO, et le joueur signe aux Spurs, autres franchise très bien gérée à un salaire conséquent témoignant de la confiance du staff de San Antonio. Et le joueur n'a pas besoin de beaucoup plus que de cette confiance en fait. Il cartonne; continue de progresser, enchaine les matchs en post season et attrape le titre en 2006. Depuis au Jazz, il est l'un des facteur décisif et important du beau parcours des mormons. Et tout ça pour un second round. Jelani "Steal" McCoy.

Stats carrière: 26.4 minutes / 8.4 points / 6.7 rebonds / 1.3 passes / 0.5 steals / 2.1 blocks (52.4% FG, 50.1% FT)

Les mentions honorables : Tyronn Lue, Matt Harpring, Vladimir Stepania
Les recalés : Olowokandi, Brad Miller, Ruben Patterson, Nazr Mohammed



BILAN: Une draft de très très très haut niveau. 3 voir 4 HOF, des MVP en veux tu en voilà, des titres, le haut du panier frôle la perfection. Les trois premier cités se tirent la bourre dans ce classement et leurs places pourraient être interchangées. Mike Bibby est pas bien loin de sa place originelle mais aura évoluer à un niveau bien plus haut que celui attendu. Et que dire des joueurs suivants avec deux gros steals que sont Lafrentz et Harrington.
On pense avoir atteint des sommets mais voilà qu'arrivent les deux centres de second round que sont Jerome James et Jelani McCoy. Références défensives, ils font partis des meilleurs à leur poste et montre que la draft est loin d'être une science exacte. Et que bien plus d'un second tour mériteraient une véritable chance avec un peu de développement.
Dans cette draft 1998, le talent ne manque pas, en particulier offensivement ou les scoreurs se font légions, mais tous ne sont pas tombés les bonnes franchises, n'ont pas eu les bonnes rencontres ou les bons parcours malgré des impacts significatifs. On pourrait alors citer Stojakovic, Jamison, Lewis mais aussi Mobley, Wells, Hugues voir Harpring.
Tyronn Lue confirme et cultive la culture de l'explosion tardive dans une des meilleures drafts des récentes années qui propose d'excellents mais différents profils. Il y a de tout mais c'est de très bon goût et les drafts suivantes devront s'accrocher pour offrir un telle profondeur et satisfaction d'ensemble. Pas d'erreurs significatives dans cette draft si ce n'est celle toute relative des Clippers qui choisissent Brad Miller en 12e et le choix bien plus discutable de Michael Olowokandi par le Utah Jazz en 16.
Messieurs de cette draft, joueurs comme dirigeants, je vous dis chapeau bas.

Image
Modifié en dernier par Un détroit soleil le 12 juillet 2020, 05:02, modifié 2 fois.

marmite

Celtics
14598

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par marmite » 10 juillet 2020, 11:51

ANNONCE TÉLÉGRAPHIÉE : les Wolves sont prêts à étudier les offres pour le pick 4, ainsi que pour un sign and trade de Chris Kaman.

Un détroit soleil

Pistons
Bad Boys Pistons
1586

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Un détroit soleil » 12 juillet 2020, 17:08

Tracy McGrady chez les Pistons: You’re the one


Image
Déjà à l'aise aux Pistons, le gars est venu à la présentation en ... PYJAMA !!

Sur un air de Jazz

“Let' em talk you down, Call you names
My mind's made up, It ain't gonna change
I'm sure in my heart, Happy and free
You're the one, You're the one, You're the one for me »
:sifflote:

De Tracy à Tracy, c’est un peu l’état d’esprit de notre GM actuellement. Complètement en train de planer depuis l’arrivée du swingman à l’aéroport de Détroit, UDS a conclu donc un échange sec entre Leandro Barbosa et Tracy McGrady. Le brésilien, qui est arrivé mi décembre dans le blockbuster qui a envoyé Michael Redd vers le Jazz, a produit un certain apport en sortie de banc après un départ très compliqué chez les Mormons, et surtout via une adresse retrouvée : 45-80-42 à peu de choses près et un profil de 6e homme qui lui a convenu comme un gant. Arrière de métier, essayé à la mène, Barbosa a retrouvé son jeu du coté des Pistons. Néanmoins il n’aurait pas pu combler cet éternel manque au poste d’ailier que le seul Hedo Turkoglu ne pouvait transcender pour autant.
De fait, ni une ni deux, notre rigolo de service... euh notre responsable de franchise pardon, a proposé un échange sec à son homologue de Californie (on vous passera les détails mais il semble que les « discussions » aient duré toute la nuit avec l’assistante GM Jessica Alba). Probablement très convaincant au cours de cette soirée chaude en plein mois de Juin, le deal est alors acté le lendemain.

Image
La GM assistante des Lakers, très satisfaite apparement des tractations
et de l'échange acté durant la nuit avec le GM des Pistons

Un franchise player oublié...
De vous à nous c’est clairement le talent du multiple all star qui est échangé contre l’excellent contrat du jeune et très intéressant Leandro Barbosa. Un tour de force du GM des Pistons pour tenter le tout pour le tout avec T-Mac avant la fin de son contrat actuel. La ligue vit à travers ses stars et Détroit souhaite redonner à McGrady la place de Franchise player qu’il avait pu perdre à Miami ou Los Angeles. Si son positionnement semble encore poser question au sein de l'équipe entre le poste d’arrière et d’ailier, c’est parce que la FA à venir semble offrir certains espoirs mais aussi beaucoup d’incertitudes sur ce que pourrait être le roster final des Pistons et les nécessités.
Que ce soit dit, aux Pistons nous avons de vrais ailiers fort, pas comme aux Lakers, et on ne fait pas d’expériences étranges au point d’installer un joueur qui n’est pas fait pour un poste (coucou Kenyon !) . Aux Lakers il aura retrouvé de belles sensations et notamment une adresse retrouvée à 54.4% au shoot et 35.7% à 3 points. Ca ira, c’est évidemment grâce à son talent fou, et non pas à son repositionnement, nous en sommes certains. Et puis le multiple All Star Vince Carter permettait d’attirer les défenses, laissant à Tracy McGrady une certaine liberté d’espace ; nul doute que Chauncey Billups pourra en faire de même (comment ça groupie ??).

...pour une franchise oubliée
A Détroit ca fait bien (trop) longtemps que l’équipe assure sa place en Play Offs mais quitte ces derniers moins d’une semaine après le début. Marre d’être dans le rôle de « la-copine-un-peu-chiante-dont-personne-ne-veut-à-la-soirée-et-qui-la-quitte-avant-les-festivités-car-tout-le-monde-s’en-fout-d’elle-mais-qui-vient-quand-même-pour-se-prouver-qu’elle-existe » (inspiration), les Pistons semblent être prêts à changer de dimension afin de compter parmi les favoris l’année prochaine.
Entre le recrutement d’un T-Mac connu pour ses éliminations répétées au premier tour, ce qui semble être un début de domination pour un certain Lebron James et l’intention de miser sur la FA pour compléter le groupe, on se demande quand même quel genre d’ingrédients peut se trouver dans la tasse du matin de notre GM..

Image
"Tu m'as oublié en oubliant qui tu étais, regarde en toi Tracy, tu vaux mieux que ce que tu es devenu. Il te faut reprendre ta place dans le cycle de la Ligue. N'oublie pas qui tu es !!"

V@l

All Star
76ers Liberty Baller
6419

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par V@l » 12 juillet 2020, 18:31

KOBE...or not KOBE...


Image

La rumeur enfle, l'enfant prodige pourrait bien faire son retour dans la baie...les fans le reclamant au GM, lassés d'une saison defensive sans eclat, on ne peut que les comprendre, autant faire le spectacle quitte a ne jamais passer le 1er tour des PO...

marmite

Celtics
14598

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par marmite » 13 juillet 2020, 18:43

ANNONCE TÉLÉGRAPHIÉE :

Le GM des Wolves est en vacances et va transmettre sa liste pour la draft à UDS ainsi qu'à PopJH13.
Peu de chances que les offres contre le pick 4 soient étudiées, mais si vous êtes intéressés c'est un SG qui m'intéresse.
Le pick 26 est offert contre un futur 1st.
Le 33e pick est accessible contre un second tour futur.

Alexis

Franchise Player
Avatar du membre
Windy City
2932

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Alexis » 13 juillet 2020, 22:32

Vous êtes plutôt pick 14, Charlie Bell ou Francisco Garcia ?

A 3 jours de la draft, qui se tiendra probablement le jeudi 16 Juillet 2020 à 21h, la franchise de San Antonio met sur le marché 3 picks ou joueurs.

Image

Pick 14 : disponible contre un pick équivalent sur les drafts 2008 ou 2009, ou deux picks moins bons


Image

Charlie Bell : disponible contre un meneur (Charlie étant un SG dans notre esprit) ou ailier-fort équivalent, ou un late first (2007/2008/2009)

Image

Cisco Garcia : disponible contre un meneur ou ailier-fort équivalent, ou un/des pick(s) (2007/2008/2009)


La deadline côté texan est fixée à demain soir. Après, il sera déjà temps de préparer la draft !

Woj_24

Rookie
Avatar du membre
183

Re: [24" BASKET LEAGUE] Publications

Message par Woj_24 » 14 juillet 2020, 12:48

Image
- Les Bucks après une saison historiquement mauvaise auraient l'envie de repartir du bon pied des l'année prochaine. Et ce n'est pas faute d'essayer puisque malgré des refus, ils auraient tenter de trouver un accord pour les deux intérieurs Troy Murphy et Dwight Howard.

- Les Warriors qui sont en proie à de futurs limitations sur leur payroll souhaiteraient intégrer la draft afin de récupérer Mike Conley.

- Cependant l'attentisme de Val sur les différents trades amènerait certains GM à fermer leur porte malgré les différents ultimatums.

- Marmite souhaiterait monter dans la draft et passer en 2e position contre leur 4e pick + compensation à définir.

- Les Bucks réfléchiraient à l'idée de récupérer Al Horford avec leur 3e pick. Un 3e pick qu'ils auraient d'ailleurs proposé en échange de Paul Millsap, sans succès car refusé par le board des Suns qui croit pleinement au joueur né à Monroe en Louisiane.

- Le GM des Hornets annonce que toutes les tractations sont stoppées ! Rien ne bougera pour le moment.
Insider de la 24SecondsBasketLeague, je rapporte vos indiscrétions pour servir vos intérêts dans l'anonymat le plus total. Contact en MP.