Portland Trail Blazers 2020-2021

Tous les topics d'équipes de la conférence OUEST.

Au bout de 10 matchs, peut (bien) mieux faire, c'est quoi le(s) souci(s) pour vous ?

les rotations de Stotts ?
4
10%
l'organisation défensive ?
7
17%
les systèmes offensifs sur demi-terrain ?
4
10%
l'efficacité au tir ?
1
2%
l'investissement et le sérieux des joueurs ?
1
2%
l'utilisation de Covington et DJJ ?
4
10%
le niveau global de Lillard ?
4
10%
le niveau global de Nurkic ?
5
12%
le plafond défensif de l'équipe ?
5
12%
le niveau du banc ?
2
5%
un roster surestimé ?
3
7%
un roster pas complémentaire ?
2
5%
 
Nombre total de votes : 42

KekeDeluxe

Blazers
Avatar du membre
Rip City
2503

Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par KekeDeluxe » 31 août 2020, 17:04

Image
Portland TrailBlazers 2020/2021
Modifié en dernier par KekeDeluxe le 12 janvier 2021, 16:30, modifié 8 fois.

KekeDeluxe

Blazers
Avatar du membre
Rip City
2503

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par KekeDeluxe » 12 septembre 2020, 09:59

La Preview



#1
Le bilan 2019-2020
L'année des 50 ans de la franchise, après une saison 2018/19 qui nous aura fait vibrer et amené des play-offs somptueux, c'est peu dire qu'on attendait mieux.

Image

Une saison décevante... sauvée par le panache de sa clôture
35 wins / 39 loses
1 barrage gagné / 8th seed
Défaite aux 1er tour face aux Lakers (1-4)


Après une intersaison compliquée qui a vu Olshey se débarrasser de ses role players pour d'autres moins performants et moins à l'aise dans leur rôle, deux titulaires (Rodney Hood et Zach Collins) vont vite rejoindre Nurkic à l'infirmerie. Les Blazers ont rapidement vu leurs résultats tourner au vinaigre avec notamment un très mauvais mois de novembre (5-10) où la défense, déjà pas un point fort dans l'Oregon, s'est montrée complètement incapable de permettre à la production offensive des stars portlandaises de faire gagner des matchs.

Image

Ayant sous l'impulsion quasi mystique de Damian Lillard au mois de janvier, équilibré la barre du win share, Portland connaît un mois de février de nouveau assez négatif (sans Lillard) et l'équipe semble résignée à achever une saison foirée en luttant timidement pour des play-offs où ils n'espèrent rien.

Image

A 29-37 lors de l'interruption de la saison, Rip City semble distancé et résigné, plutôt loin de Grizzlies qui ont le vent dans le dos... Mais la bulle verra clairement la routourne tourner. Le retour de Nurkic change la donne et l'équipe attaque et défend plus efficacement autour d'un Damian Lillard dont le god mode est visible setup par défaut. Accrochant ce fameux barrage face aux Grizzlies, ils confirment et abordent une série pour l'honneur face à des Lakers contre qui ils n'ont pas les armes (défaite 4-1 en arrachant un 1er match surprise grâce à une adresse historiquement mauvaise des Lakers).
Des piliers qui confirment... un supporting cast qui n'a pas suivi
Damian Lillard.
Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard.
30 pts / 8 passes déc' / 52/40/88
6 matchs à plus de 50 points


Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard. Damian Lillard.

Ceux qui ont réussi leur saison

CJ McCollum n'a pas démérité. Son rôle de lieutenant et de relais de Lillard a été fait, son scoring est resté intact et il progresse doucement dans la création. On le sent toujours plus impliqué et appliqué sur tous les secteurs du jeu malgré ses lacunes. Une progression dans l'efficacité pure reste à espérer pour passer un nouveau cap.
Gary Trent Jr. a clairement trouvé sa voie. Une montée en puissance couronnée par une bubble de très haut niveau ou son shoot a été plus fiable que jamais, sa défense hargneuse et intelligente et son sang-froid impressionnant. Du miel.
Image
Carmelo Anthony a agréablement surpris à la sortie de sa retraite. Altruiste, simplifiant son jeu et se mettant au service du collectif, il s'est appliqué et a apporté une bouffée de positivité dans une saison qui en manquait... Ses défauts restent, mais il a le mérite d'essayer de les cacher du mieux possible.
Même si Jusuf Nurkic a passé l'essentiel de sa saison en costard à carreaux, son retour mérite une mention tant il est l’élément qui a métamorphosé le jeu de l'équipe. Revenir en forme après une si longue blessure, c'est déjà une réussite.

On attend(ait) mieux mais rien de grave
Forcément, les blessés Rodney Hood et Zach Collins ne sont pas à blâmer d'autant que sur les quelques matchs joués, le premier a été très bon et le second laisse plutôt entrevoir une continuité dans sa progression (sans passer le pallier qu'on attend de lui, des deux côtés du terrain).
Le rookie Nassir Little a peu joué et ses prestations ont été à la fois encourageantes, dans l'énergie défensive et les capacités de cut et de shoot, et en même temps pas assez fiables pour qu'on le laisse plus longtemps sur le terrain.
Image
A d'autres échelles, on peut dire la même chose de l'intérieur énergique Wenyan Gabriel arrivé en cours de saison et du français Jaylen Hoard qui a donné le sourire dans les quelques minutes de garbage time qu'on lui a laissé.
Recrue majeure à la deadline, Trevor Ariza a été intéressant et a amené ce qu'on attendait au minimum de lui, de la défense et des shoots qui rentrent. Ça a plutôt été le cas, sans no plus déborder du minimum syndical.
Enfin big up à deux soldats sympathiques parti pendant l'hiver, le pivot haïtien Skal Labissière et le stretch 4 vétéran Anthony Tolliver qui ont fait ce qu'ils pouvaient, avec des hauts et des bas pour nous dépanner quand c'était le désert de Gobi dans la raquette.

On est pas content, on ne veut plus ça
Hassan Whiteside a fait ses stats, contré, pris des rebonds, balancé des punchlines comme un Jean-Claude Van Ribéry de l'Oregon... mais il a surtout été incroyablement handicapant pour la défense et pour l'attaque de Portland en étant un protecteur d'arceau trop facile à berner et un poids mort offensif malgré ses mensurations. On aurait clairement mieux fait de garder Meyers Leonard et Moe Harkless à la place.
Image
Autres grosses erreurs de casting, Kent Bazemore et Mario Hezonja auront été des porteurs de balle très inefficaces et des joueurs sans ballons médiocres dont les qualités défensives sont tout juste potables et n'ont que peu d'influence sur le rendement de l'équipe.
L'arrivée des trois joueurs cités ci-dessus et l'importance qu'on a du leur donner au regard des blessures et des départs a été déterminante pour expliquer la mauvaise saison (au moins le début) de Portland.
On a toujours envie d'être indulgent, et d'ailleurs, on croit toujours en lui, mais force est de constater que Anfernee Simons n'a pas trouvé son rôle, beaucoup d'erreurs, un joueur encore inefficace malgré des flashs d'explosivité et de création, et surtout des appuis qui en font un défenseur très pénalisant. Trop talent pour abandonner le projet mais trop de retard pour lui garantir 20 minutes/match la saison prochaine.
Enfin, parti à Sacramento avec quelques bons matchs dans son historique, Caleb Swanigan n'a pas montré grand chose à son retour, surtout pas d'envie.
Hors parquet
Lillard et son orchestre ont eu la gentille habitude de faire raisonner une voix dissonante dans les médias. En critiquant les regroupements de stars d'abord, puis en déclarant ne pas apprécier tout le monde parmi ce que la ligue regroupe de superstars (coucou Russ).

Fortement impliqué dans le mouvement anti-racistes post-George Floyd (comme beaucoup d'autres), Lillard a aussi été un des premiers a émettre des doutes sur la bubble (avant l'affaire du Zoom de Kyrie). Une dissonance qui s'est notamment concrétisé par le seul vote défavorable à la reprise parmi les 30 gouverneurs de franchise. Jody Allen a expliqué son vote par la volonté de représenter le choix de ses joueurs.

Image

En ce qui concerne la célébration des 50 ans de la franchise, si les maillots vintage, costumes pelles à tartes de Terry Stotts et autres petites nostalgies ont été sympas à suivre, on regrettera l'absence de beaucoup des plus importants joueurs de l'histoire de la franchise à ces célébrations (pas de Drexler, pas de Terry Porter, de Buck Williams, pas de Sheed, pas de Brandon Roy...) et l'impression que si la franchise a cette image soudée et familiale aujourd'hui, les liens avec certains anciens ont semble-t-il été difficiles à conserver.
#2
L'intersaison
Il est particulièrement difficile de se projeter dans l’intersaison charnière qui se présente cet été. S’il on arrive en fin d’échéances des lourds contrats signés (puis échangés) en 2016, on reste assez loin d’une situation vierge et plusieurs décisions difficiles restent à prendre, par le front-office comme par certains joueurs.

Image

Le point thunes
Image
114 M$ de potentiellement engagé sur un cap pour l'instant maintenu à 115M$... mais seulement 104 de garanti avec le jeu des options.
Des options et des incertitudes
Au commencement, il y a pléthore d’options peu évidentes qu'ils restent à trancher et qui seront déterminantes pour définir la capacité d'action de l'équipe. Rodney Hood (6M) et Mario Hezonja (1,9M) disposent d’une player option peu onéreuse et leur côte est relativement peu élevée, le premier en raison de sa blessure, le second pour son niveau de jeu… Dans ces cas, difficile de savoir si les joueurs vont parier sur eux-mêmes dans une situation de récession financière des franchises ou si la sécurité d’une année supplémentaire va les séduire. Même en cas de levée de sa PO, le maintien de Mario dans l’effectif pourra d’ailleurs se poser pour le front-office, le joueur n’ayant pas vraiment réussi à trouver sa place dans l’effectif.

Autre décision déterminante : que faire du contrat de Trevor Ariza qui court encore à hauteur de 12,8M$ la saison prochaine mais dont seul 1,8M$ est garanti. Sur le papier, le profil du joueur et son expérience est importante pour le roster. Arrivé après de très mauvaises expériences à Phoenix, Washington et Sacramento, il a également connu un regain de forme assez satisfaisant sur ses quelques matchs à Portland. Dans la pratique, son refus d’intégrer la bulle pour raisons personnelles puis ses soucis avec la justice, auxquels on n’oubliera pas d’ajouter son manque d’implication que les autres franchises post-Rockets ont ressenties, laisse perplexe quant à l’idée de lui faire confiance. D’autant que si cap space il doit y avoir à la free agency (en gros, 10M$ dans l’hypothèse d’une PO validée de Rodney Hood), c’est directement lié à l’idée de couper Ariza.

Image
I don't know where I'm gonna disappoint next year...

La question que devra nécessairement se poser le front-office sur les cas Ariza, Hood, mais également sur une éventuelle prolongation de Carmelo Anthony (on y revient) est la suivante : Est-on en mesure de trouver mieux avec l’enveloppe restreinte qui se dégagera avec un ou plusieurs départ de ces derniers ? L’enveloppe semble à la fois trop faible pour espérer une réelle plus-value défensive et de shoot aux postes 3-4-5 et trop importante pour faire des paris sur des joueurs moins côtés qui permettraient de densifier l’effectif. Autre solution pour le cas Ariza, faire de son contrat un filler pour trader un pick de draft contre un joueur intéressant et confirmé.
Peu de prolongations à envisager… dans l’immédiat !
Côté prolongation des expirants, on voit mal comment Hassan Whiteside, dont l’impact dans le jeu est trop évidemment négatif, serait prolongé à fortiori avec des cap holds faramineux que le front office devra s’empresser de dégager pour gérer d’autres priorités. L’autre expirant phare est Carmelo Anthony qui clame son envie de rester et dont l’équipe semble aimer l’implication. La question de son maintien dépendra des négociations qui s’ouvriront nécessairement. A noter que sa prolongation via bird rights paraît d’ores et déjà improbables à la vue du montant maximum (2M$) et qu’il devra prendre la place d’une potentielle recrue de Free Agency… Quant à Caleb Swanigan et Wenyan Gabriel, on envisage pas vraiment que la franchise mise à nouveau sur le premier qui est revenu des Kings moins bon qu’à son départ. En revanche, elle peut vouloir prolonger le projet de développement du second dont l’énergie a été intéressante dans la bulle. Aller au-delà de la qualifying offer ne paraît pas réellement une priorité néamoins.

Image
Oui, je vais resigner pour une deuxième année au minimum vet', oui oui.

La question des prolongations de long terme de certains en fin de contrat en 2021 pourra toutefois se poser. Si on envisage plutôt que Zach Collins devra attendre de prouver sa valeur lors de la saison à venir pour que soit fixé le montant de son premier contrat post-rookie, Gary Trent Jr. peut recevoir une offre dans le courant de l'année à la vue de l'importance qu'il est en train de prendre dans l'effectif. Même chose pour l'encore jeune Jusuf Nurkic dont on voit bien les Blazers renoncer à leur Team Option 21-22 à 13m$ (un cadeau pourtant) contre l'assurance de prolonger son pivot sur le long terme.
Une draft pleine d’opportunités
Avec le 16ème pick, bien malin qui pourra prédire les joueurs disponibles pour les Blazers. Encore plus visionnaire celui qui prédira qui a tapé dans l’œil de Neil Olshey. En tant que fan, on espère toujours chez un play-offable un rookie qui fit rapidement et qui remplisse un besoin déjà identifié. Mais avec l'expérience, on sait que ce n'est pas la philosophie de Neil Olshey qui n'a qu'un seul objectif : sélectionner le plus haut potentiel possible.
Très peu de chance donc de le voir opter pour un profil de 3&D aguerri à la Saddiq Bey qui nous ferait pourtant du bien immédiatement, Neil préfère recruter ce type de profil au second tour (avec réussite, pour mémoire, c'est Crabbe, Connaughton, Layman, Trent Jr., Will Barton...)

Image

En revanche, cette draft, dans les ranges 10-25, regorge de jeunes joueurs encore bruts dont les qualités ne demandent qu'à être confirmées... et les défauts gommés. Aussi bouché le poste semble être, il n'est pas complètement impossible de voir les Blazers drafter un guard parmi ceux qui tomberont en 16. Cole Anthony, Kira Lewis, Nicolo Mannion ou Tyrell Terry, voir même pourquoi pas RJ Hampton, le GM ne regardera pas leur compatibilité avec l'actuel backcourt ni avec les récents draftés mais juste leur profil intrinsèque.
A l'aile, le shooter Aaron Nesmith ou le potentiel de polyvalence et d'athlétisme que représentent Josh Green, Jaden McDaniels et Patrick Williams vont clairement intriguer les scouts, tandis que les profils atypiques et "à modeler" des intérieurs Aleksej Pokusevski et Precious Achiuwa sont typiquement le genre de paris que Neil Olshey semble apprécier.

Ne négligeons enfin pas la dernière opportunité qui consisterait à échanger ce pick avec, par exemple, le contrat d'Ariza, contre un bon joueur peu cher...
Quelle genre de free agency ?
Difficile de se projeter dans le recrutement de joueurs libres tant que l'enveloppe ne sera pas connue, ni même le roster post-options et draft.
Néanmoins, pour les fans et les suiveurs attentifs des TrailBlazers, il y a des besoins qui ne pourront pas être comblés immédiatement par des prolongations ou une draft (à fortiori basée sur le potentiel et pas sur le niveau actuel), c'est la défense des ailes d'abord et la densité de la raquette ensuite. Et là, c'est compliqué, car les profils visés vont l'être par tout le monde.
Portland dispose potentiellement de deux enveloppes non cumulables :

- une MLE pouvant atteindre 9m$ / Cette enveloppe pourrait être utilisée pour des bons role players, notamment à l'intérieur qui est pour le moment restreint aux seuls Collins et Nurkic mais... il est probable qu'elle serve aussi à conserver Rodney Hood et/ou Carmelo Anthony dont une prolongation sous Bird Rights resterait relativement sous-payée !

Image
Je suis grand et je shoot, envoyez la caillasse

- un cap space de 10m$ faisant suite à un éventuel cut de Trevor Ariza / Si le cut du vétéran dégage du cap space, il faut être persuader de trouver un meilleur joueur pour ce prix ! L'enveloppe est sans doute trop juste pour aller chercher un Davis Bertans, Jae Crowder, Christian Wood, Malik Beasley, Aaron Baynes, Montrzel Harrell ou Jerami Grant. Il faudra donc se poser la question de savoir si le recrutement de joueurs moins côtés ou au profil moins "parfait" comme Bobby Portis, Marcus Morris, KCP, JaMychal Green, Dario Saric, Juan Hernangomez, Harry Giles, Nerlens Noel, Torrey Craig ou Derrick Jones Jr. peuvent valoir le coup de se priver d'Ariza d'une part, et de se permettre d'être radins sur les prolongations de Hood et Melo d'autre part....

Beaucoup de "si" au final !
Et le staff ?
A priori, et malgré le très actif marché des coachs, peu de mouvements à anticiper côté Blazers. Si Terry Stotts a été critiqué dans la saison régulière pre-covid, sa bulle lui a redonné du crédit qu'il n'a semble-t-il jamais perdu en interne.

On sait néanmoins que le premier assistant Nate Tibbetts passe régulièrement des entretiens chez les (nombreuses) équipes qui recrutent. Pas impossible donc de voir les assistants se renouveler !
#3
Blazers 2020-2021 : nouveau chapitre
Est-ce que c'est réaliste de dire que l'on visera le titre ? non
Est-ce que l'on peut décemment annoncer autre chose avec un joueur calibre MVP dans son prime entouré de deux lieutenants solides ? non plus


Image

Objectif ? Sky is the limit.
La franchise n'aura pas d'autre option que de chercher les meilleurs résultats possibles, immédiatement. Pour cela, une année pleine des stars de l'équipe, un recrutement judicieux des joueurs de compléments et une stratégie qui permette de proposer des solutions aux défis posés par la concurrence est plus que nécessaire.

Petite liste non-exhaustive des planètes qui doivent s'aligner pour espérer une saison de contender :
- Une nouvelle saison all-time de Lillard,
- une progression de CJ McCollum dans la régularité,
- des progrès et des retours confirmés du côté de Hood, Nurkic, Collins, Trent Jr. voir Simons,
- un rôle judicieux pour Melo s'il reste,
- des recrues qui permettent de répondre physiquement aux joueurs dominants de la conférence Ouest et notamment ses ailiers porteurs de ballons, ou au moins de limiter la casse,
- le retour d'une attaque avec du jeu sans ballon, un pick&roll efficace et une variété de solutions,
- une défense collective cohérente autour d'intérieurs mobiles et capables de protéger correctement le cercle,
- un banc plus productif et moins dépendant de la présence de Lillard ou McCollum
- pas de blessures,
- des miracles de coaching,
- des adversaires moins difficiles à contenir pour nous que les Lakers.
A suivre...

Gilead

Sophomore
Avatar du membre
Property of his Airness
727

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Gilead » 12 septembre 2020, 15:35

Belle présentation, beaucoup aimé le Damian Lillard répété à l’infini, mérité pour lui même si ça s’est terminé avec blessure.
Pour moi déjà arriver à virer Whiteside serait une bonne étape, un intérieur pouvant s’écarter répondrait mieux aux besoins de la second unit

KekeDeluxe

Blazers
Avatar du membre
Rip City
2503

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par KekeDeluxe » 13 septembre 2020, 11:13

Merci !
Whiteside est expirant, la meilleure chose que l'on a faire avec lui, c'est rien.
Pour le profil que tu décris en pivot remplaçant qui s'écarte, à chaque fois ça me rappelle qu'on a Zach Collins dans l'effectif, j'espère le voir un jour dans ce rôle mais Stotts aime les duos d'intérieur assez grands...

Gilead

Sophomore
Avatar du membre
Property of his Airness
727

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Gilead » 13 septembre 2020, 11:29

Rien....c’est bien du coup !
Et oui c’est vrai j’avais zappé Collins il serait plutôt pas mal pour le coup....mais en auras t’il l’opportunité ?

KekeDeluxe

Blazers
Avatar du membre
Rip City
2503

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par KekeDeluxe » 14 septembre 2020, 12:35

Petit sondage sur vos pronos pour le devenir des contrats " à option".

Pensez à le lire 2.2. pour plus d'infos sur ces contrats et leur implication.

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
10093

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Cracker » 15 septembre 2020, 11:08

Super post Keke ! Je réagirai quand j’aurai un peu plus de temps, au lieu de répondre en bâclant le post.
En tout cas, vivement qu’on ne revoit pas Whiteside sous ce maillot, et en espérant qu’Hezonja ne prenne pas son option !!
Peace and Basket.
https://blazers.fr

Easy

Hall of Famer
Avatar du membre
Windy City
29165

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Easy » 15 septembre 2020, 11:09

À combien l'option de "super" mario ?
BULLS FOR LIFE <3
@eazyland
« les 6èmes hommes » podcast NBA dispo sur twitter/ facebook/ Apple podcast

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
10093

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Cracker » 15 septembre 2020, 11:12

1.9M$ ! C’est pas chère mais déjà trop chère payé pour son niveau et je souhaite vraiment ne plus le voir sur le terrain avec un maillot de Portland sur le dos.
Peace and Basket.
https://blazers.fr

toniooooo

All Star
Avatar du membre
7144

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par toniooooo » 21 septembre 2020, 16:40

Superbe poste Keke. GG !!! J'ai adoré cette présentation. J'espère pour vous juste pour réagir vite fait, que ni Mario ni Hassan ne seront encore là.
Si Kita vend le FC Nantes a un repreneur fiable, je m'épile les dessous de bras et le torse.

KekeDeluxe

Blazers
Avatar du membre
Rip City
2503

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par KekeDeluxe » 22 septembre 2020, 08:14

Merci tonio !

LaryGolade

Sophomore
Avatar du membre
Rip City
515

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par LaryGolade » 12 octobre 2020, 17:36

Super présentation.

Je pense que comme bien souvent on misera sur la continuité dans l'oregon. Nurkic a montré qu'il pouvait bien revenir et les dirigeants voudront voir à l'oeuvre le big three Dame-CJ-Nurkic.

Avec ces 3 là en bonne santé, quelques jeunes qui poursuivent leur progression (Trent, Collins, Simons, Little), Hood qui revient et je l'espère Melo qui prolonge l'aventure... il y a de quoi viser les playoffs. Dans cette conférence Ouest c'est déjà très très bien et la continuité en playoffs c'est quelque chose que les Blazers ne négligent pas.

Je ne pense donc pas qu'il y aura révolution cette année mais si mouvement il devait y avoir ce serait plutôt à l'été 2021 avoir sans doute beaucoup plus d'opportunités et une obligation à prendre des risques pour entourer Lillard au vu de la paye qu'il prendra à partir de la saison 2021-22.

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
10093

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Cracker » 12 octobre 2020, 19:00

Re-Bienvenue à toi ! Content de te voir sur le topic !
J’ai également hâte de voir aussi ce que peux donner le trio en pleine forme (on l’espère), mais je pense que ça sera la dernière année de CJ. Il va falloir prolonger Trent Jr s’il confirme sa saison, et peut potentiellement devenir titulaire à côté de Lillard, ce qui pourrait envisager un trade de CJ pour un Ailier.
Il va falloir se pencher sur la draft aussi, j’ai pas dû tout regarder personnellement sur qui les Blazers pourraient se positionner.
Peace and Basket.
https://blazers.fr

Easy

Hall of Famer
Avatar du membre
Windy City
29165

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Easy » 12 octobre 2020, 19:01

J'aime cette idée.
BULLS FOR LIFE <3
@eazyland
« les 6èmes hommes » podcast NBA dispo sur twitter/ facebook/ Apple podcast

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
10093

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Cracker » 13 octobre 2020, 18:13

Draft 2020 Profile : Precious Achiuwa

Image

Precious Achiuwa :
Taille : 2.06m
Poids : 102 kgs
Envergure : 2.18m
Main forte : Droite
Poste : Ailier Fort
Age : 20 ans
Projection draft : 11-16

Statistiques 2019-20 :
Points: 15.8 (par 40 : 20.7)
Rebonds: 10.8 (par 40 : 14.2)
Contres: 1.9 (par 40 : 2.5)
%FG: 49.3
%FT: 59.9

Ses forces :
A une époque qui comporte plusieurs façons de jouer le pick-and-roll, Achiuwa correspond au profil d'un joueur qui pourrait s'épanouir en tant que finisseur près du cercle, à base de dunks ou d'alley-oop. Porté par sa taille, son côté athlétique et ses puissants dunks, le joueur de 20 ans a tous les outils pour shooter à haut pourcentage au cercle. La maîtrise d'Achiuwa dans le pick-and-roll ne se limite pas à tourner et à courir bêtement en rollant. Il fait un excellent travail pour bloquer les adversaires dans ses picks, et ainsi prendre l'avantage sur la suite du mouvement. Cette caractéristique devrait rapporter d’énormes dividendes au niveau NBA s'il est associé avec un shooteur capable de punir les défenseurs en sortie de pick derrière l'arc à trois points. En transition, Achiuwa couvre sans effort la longueur du terrain, ce qui peut donner beaucoup d'opportunité pour finir en alley-oop sur jeu rapide.
Défensivement, Achiuwa est un bloqueur de tir passionnant qui peut sauter à tout va, visiblement sans efforts. Quand il n'est pas près du cercle, l'ancien joueur des Tigers, a montré qu'il pouvait couvrir sa zone en défendant sur plusieurs positions. De plus, son énergie est débordante, et il surpasse très souvent ses adversaires pour les rebonds, aux deux extrémités du terrain.

Ses faiblesses :
L'avantage d'Achiuwa s'appuie sur ses capacités naturelles dans plusieurs domaines clés. Les préoccupations qui entourent son jeu sont en grande partie liées à son manque de polissage. Offensivement, A l'intérieur sur demi-terrain, il va vite devenir un joueur "inutile", à moins qu'il ne soit directement impliqué sur une action de pick-and-roll. Ses tentatives de tirs impliquent beaucoup trop souvent le contact, et le trafic, ce qui se fait ressentir sur son efficacité qui est étonnamment faible pour un rim-runner athlétique au niveau universitaire. Bien que son avantage en tant que finisseur sur pick-and-roll soit intéressante, il ne possède pas les compétences nécessaires pour créer des opportunités pour les autres sur un court rouleau. A l'intérieur, Precious afichait rarement des mouvements traditionnels sur le jeu au poste ou dos au panier durant son séjour à Memphis. En dehors des préoccupations offensives, Achiuwa doit affiner son jeu de jambes pur rester un facteur positive en défense. Son athlétisme lui permettait de couvrir les mouvements inutiles au niveau universitaire. En NBA, il pourrait courir le risque d'être un aimant à sifflet.

Saison 2019-20 :
Présenté comme le coéquipier de James Wiseman dans la peinture à Memphis avant la saison, Precious s'est rapidement retrouvé comme la seule star dans la rotation des intérieurs des Tigers. Cette attention supplémentaire n'a pas ralenti le natif de New-York. A partir de la fin décembre, Achuiwa a réalisé une série de six double-double. Les Tigers ont terminé avec un bilan solide, mais peu spectaculaire de 21-10. Individuellement, il a gagné une pléthore de reconnaissance une fois sa première année terminée. Il a remporté le titre de joueur de l'année de l'AAC et recrue de l'année de l'ACC. Statistiquement, il a dominé la conférence aux rebonds, et a terminé troisième à la moyenne de contres.

Bilan :
Les problèmes de jeu d'Achiuwa semblent pouvoir être corrigé avec du travail, de l'entrainement. Son jeu de jambes et sa lecture de jeu en tant que passeur devraient s'améliorer avec le temps et l'expérience s'il est associé à un staff d'entraineurs compétent et qui prendra du temps pour lui. Offensivement, son pourcentage au lancers-francs suggère qu'il y a une limite pour sa progression aux tirs. Son profil peut être intéressant en NBA, mais il se rapproche d'un peu trop près de l'archétype du big men de sortie de banc des équipes qui vont sélectionner au milieu du premier tour.

Quel intérêt pour Portland :
Avant de vous laisser emporter par les statistiques aux tirs d'Achiuwa, il est important de retenir son athlétisme. Les Blazers, en dehors d'un trio de jeunes, n'ont pas la présence d'un game-changer que possèdent les équipes d'élites dans la raquette. Achiuwa a le potentiel de devenir un joueur capable de maîtriser ses adversaires près du cercle et de frustrer les entraineurs adverses. Ceci dit, son manque de polissage pourrait ne pas correspondre au calendrier actuel de Portland. Si Portland veut un joueur avec ce profil, Neil Oshey serait peut-être plus intéresser par signer à nouveau Wenyen Gabriel et examiner d'autres options pour le pick n°16.


Peace and Basket.
https://blazers.fr

b-roy

Rookie
Rip City
105

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par b-roy » 15 octobre 2020, 11:55

Perso si on draft, je pense qu'il faut un joueur avec un impact direct et pas un que l'on devra encore attendre pour le développer. En développement on à déjà Little, Simmons et Hoard (en espérant qu'on le garde). On peut presque compter Collins qui galère à performer et Trent qui lui est à confirmer.

KekeDeluxe

Blazers
Avatar du membre
Rip City
2503

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par KekeDeluxe » 15 octobre 2020, 12:00

Après, comme je dis dans la preview, Neil Olshey est quasi philosophiquement attaché à drafter le meilleur potentiel quoi qu'il arrive et quelque soit le fit. Donc il ne faut pas trop compter sur le 3&D ready ou sur l'intérieur dynamique déjà apte à contribuer en sortie de banc.

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
10093

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Cracker » 15 octobre 2020, 16:41

Draft 2020 Profile : Isaac Okoro

Image

Isaac Okoro :
Taille : 1.98m
Poids : 102 kgs
Envergure : 2.04m
Main forte : Droite
Poste : Arrière-Ailier
Age : 19 ans
Projection draft : 5-10

Statistiques 2019-20 :
Points: 12.9 (par 40 : 16.3)
Passes: 2.0 (par 40 : 2.6)
Rebonds: 4.4 (par 40 : 5.6)
Interceptions: 0.9 (par 40 : 1.2)
FG%: 51.4
3P%: 28.6
FT%: 67.2

Ses forces :
Le principal avantage d'Okoro pour la NBA est sa capacité défensive. Sur les situations de défense sur porteur de balle, il s'efforce de pousser son adversaire hors de ses zones de confort. Il est très habile également pour forcer les pertes de balles et les passages en forces grâce à son très bon positionnement. Okoro ressemble au défenseur prêt à faire le saut immédiat en NBA. L'ailier de 19 ans est très bon pour garder son joueur, et perd rarement son adversaire sur les mouvements sans ballon. Il effectue très bien les rotations et possède la polyvalence pour défendre sur plusieurs positions.
Offensivement, les meilleurs traits d'Okoro sont exposés à l'intérieur de l'arc. Avec le ballon, il attaque le cercle et joue efficacement avec le contact. Une fois près du cercle, il a montré qu'il pouvait finir au-dessus ou en dessous du cercle, avec les deux mains. Quand il ne cherche pas à marquer, il a le profil d'un facilitateur secondaire. Ce n'est pas un ball-stopper, il fait régulièrement le bon choix quand il reçoit le ballon.

Ses faiblesses :
Un rapide coup d'oeil sur les pourcentages révèle la faiblesse de son jeu. Il n'a pas une mécanique pour shooter de loin idéale, il a affiché des pourcentages inférieurs à la moyenne au delà de la ligne à trois-points. Sans la capacité d'attirer l'attention dans ce secteur, il a enduré des périodes de jeu où il a disparu de l'action car n'est pas une menace dans ce secteur. Sur la ligne des lancers francs, Okoro a shooté à 67.2%, un chiffre qui ne fait pas espérer que son tir s'améliorera dans la grande ligue. Le style physique des défenseurs NBA, pourrait avoir un impact négatif sur sa production, car il se retrouverai face à des défenseurs plus physique.

Saison 2019-20 :
La première saison d'Okoro a démarré rapidement avec six matchs à plus de 10 points. Alimentés par un début d'année parfait de 15-0, les Tigers ont grimpé en flèche dans le classement et le ranking. Sa meilleur performance offensive de la saison est survenue en janvier contre Vanderbilt, avec 23 points en 32 minutes lors d'une victoire 83-79. A la fin du calendrier de la SEC, Okoro a obtenu une place dans la second All-SEC team, la SEC All-Defensive Team et la SEC All-Freshman Team.

Bilan :
Grâce à ses compétences défensives, Okoro a un potentiel indéniable pour la NBA, il est possible de le placer en tant que joueur capable de couvrir des tâches difficiles, de l'ombre pour un début de carrière. Contrairement aux autres joueurs défensive qui sont récemment entrés en NBA, ses compétences loin du ballon devraient réduire les critiques que la plupart des rookies ont de leur entraineur/staff. A 19 ans, ses capacités défensives et son potentiel élite dans le domaine devraient atténuer ses problèmes de tirs qui entourent les profils NBA recherchaient.

Quel intérêt pour Portland :
Même avec Gary Trent Jr qui est prêt à avoir un impact à plein temps dans la rotation la saison prochaine, l'entraîneur Terry Stotts fait face à de sérieuses questions et problème du côté défensif. Sur le périmètre, les Blazers s'appuie trop souvent sur des joueurs moyenne bon voir faible en défense pour ralentir les stars adverses. Insérer Okoro dans le roster donnerait aux Blazers un joueur de périmètre capable d'assumer de lourdes tâches défensives dès le premier jour. Il y aura une période d'apprentissage, mais il a le corps et l'expérience pour entreprendre ces tâches. L'apport d'Okoro pour les Blazers s'arrête à son apport défensif. Portland a enduré des années de tirs inefficaces aux côtés de Damian Lillard. Choisir Okoro ne romprait pas avec cette histoire souvent douloureuse. En regardant les projections actuelles, deux choses devraient se produire pour que l'arrière d'Auburn atterrisse à Portland. Premièrement, il devrait reculer dans les projections, et sinon, les Blazers devraient effectuer un trade pour pouvoir choisir plus haut que le pick 16 et sécuriser les services d'Okoro.


Peace and Basket.
https://blazers.fr

toniooooo

All Star
Avatar du membre
7144

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par toniooooo » 16 octobre 2020, 12:25

Je te rassure Cracker okoro partira avant. :)
Si Kita vend le FC Nantes a un repreneur fiable, je m'épile les dessous de bras et le torse.

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
10093

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Cracker » 16 octobre 2020, 17:26

toniooooo a écrit :
16 octobre 2020, 12:25
Je te rassure Cracker okoro partira avant. :)
Je pense aussi, mais tu as quelques fois des surprises avec des joueurs qui chutent, ou des trades pour pick plus haut que prévu.
Peace and Basket.
https://blazers.fr

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
10093

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Cracker » 16 octobre 2020, 17:27

Draft 2020 Profile : Cole Anthony (fils de l'ancien Blazer Greg Anthony)

Image

Cole Anthony :
Taille : 1.91m
Poids : 86 kgs
Envergure : 1.95m
Main forte : Droite
Poste : Meneur
Age : 20 ans
Projection draft : 9-22

Statistiques 2019-20 :
Points: 18.5 (par 40 : 21.2)
Passes: 4.0 (par 40 : 4.6)
Interceptions: 1.3 (par 40 : 1.5)
FG%: 38.0
3P%: 34.8
FT%: 75.0

Ses forces :
Les meneurs de jeu de cette période NBA sont chargés d'être des facilitateurs de jeu et d'apporter du scoring. Anthony, qui était l'option offensive numéro 1 pour les Tar Heels en tant que freshman, a clairement pris le chemin de ce profil. Armés de mouvement rapides et efficaces sur le périmètre, ils possèdent le step-back que les évaluateurs, et les staffs convoitent. Lorsqu'un écran est bien posé, il l'exploite rapidement pour prendre un bon shoot. En isolation, Anthony utilise son jeu de jambes et sa flexibilité pour se créer son shoot. Autour du cercle, le natif de Portland peut finir des deux mains avec un bon touché. De dernier trait indique un certain potentiel pour exploiter au maximum le floater en NBA, like Trae young ou Tony Parker par le passé.
En dehors du scoring, Cole a un large éventail de dribble et a montré qu'il pouvait garder le contrôle du ballon dans le trafic. Indépendamment de l'attaque souvent maladroite de North Carolina, Anthony a montré du potentiel sur les phases de pick-and-roll.
Défensivement, c'est un défenseur infatigable qui se fait entendre sur porteur du ballon ou non porteur, très vocal, ce qui est un très bon point dans une défense, la communication. Une fois qu'il se sera adapté à la vitesse des matchs NBA, il pourra provoquer de nombreuses pertes de balle, et est un rebondeur fiable pour le poste de meneur de jeu.

Ses faiblesses :
Malgré son arsenal complet en attaque, ses pourcentages aux tirs sont inférieurs à la moyenne en raison de certains sélections de shoots douteuses. Il se contente quelques fois de tirs contestés, une tendance qui lui a fait passer son pourcentage aux shoots sous les 40% cette saison. Mis à part des difficultés aux shoots, Anthony cherche souvent à passer son défenseur par ses dribbles, plutôt que de mettre ses coéquipiers dans des bonnes positions de shoots en lisant la défense adversaire. Sa taille/envergure peut également poser problème lorsque qu'il sera obligé de switcher en défense, voire même en attaque. Et dernier point, il est intéressant de noter qu'il a été opéré du genou droit la saison dernière pour réparer un ménisque partiellement déchiré.

Saison 2019-20 :
En commençant la saison avec un match à 34 points face à Notre-Dame, tout semblait être la bonne voie pour Antony et North Carolina, cela a rapidement changé une fois que les Tar heels sont entrés dans une partie du calendrier plus difficile. Ils ont perdu leur deux premier match de Décembre face à des équipes classés, et Anthony a dû abandonné ses coéquipiers pendant deux mois après s'être blessé au ménisque droit lors d'une défaite face à Virginia le 8 décembre. Cole est revenu sur le parquet en février, et a inscrit plus de 10 points lors des deux matchs, qui étaient les derniers de la saison. Malgré son retour, les Tar Heels n'ont pu éviter une saison décevante, finissant à un bilan de 14 victoires pour 19 défaites. Individuellement, Anthony a remporté les honneurs d'être élu dans la Third Team All-ACC, et dans la ACC All-Freshman Team.

Bilan :
On peut comprendre à la fois les éloges et les critiques envers ANthony. D'une part, son scoring et son instinct correspondent au profil d'un meneur de jeu moderne. Il peut faire de véritable carton offensif. Défensivement, il possède les qualités de moteur et de leadership dont les équipes ont besoin. Ses faiblesses sont tout aussi visibles que ses avantages. En NBA, il devra faire un meilleur travail en évitant la pression et en lisant les défenses adverses. Il est également important de regarder la saison unique d'Anthony à North Carolina, le manque de shoots extérieurs des Tar Heels a limité l'espace offensif de l'équipe et ainsi d'Anthony pour jouer sur demi-terrain. Il a le potentiel pour être l'un des meilleurs rookies de cette draft.

Quel intérêt pour Portland :
L'avenir potentiel de Cole Anthony avec les Blazers dépend de sa position à la draft, et dans les plans de Neil Olshey. S'il est considéré comme le meilleur joueur disponible lorsque Portland pickera, son avantage en tant qu'asset de pick, ou optien de remplacement à long terme est très attrayant. La présence d'Anfernee Simons dans le roster complique les choses. Sans une équipe affilié direct en G-League, il n'y a aucune garantie que l'un ou l'autre guard recevra le temps de jeu nécessaire à son développement. Le temps de temps est compliqué pour jeunes meneurs à Portland, en particulier pour les scoreurs, car avec Lillard à son apogée, les remplacement à son poste se partage des miettes, des secondes de jeu.


Peace and Basket.
https://blazers.fr

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
8815

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Garcy22 » 16 octobre 2020, 20:34

Apres le fils de Gary Trent, pourquoi ne pas miser sur un 2eme fils d'ancien Blazer?

Je l'imagine assez mal cohabiter avec Lillard/McCollum mais pourquoi pas
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
10093

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Cracker » 16 octobre 2020, 21:12

J’ai vraiment peur qu’on prenne un meneur, ou un petit arrière encore ... surtout si on garde McCollum, Trent Jr et Simons. Ça risque de faire bouchon au niveau du temps de jeu.
Peace and Basket.
https://blazers.fr

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
10093

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Cracker » 17 octobre 2020, 10:26

Draft 2020 Profile : Saddiq Bey

Image

Saddiq Bey :
Taille : 2.03m
Poids : 100 kgs
Envergure : 2.11m
Main forte : Droite
Poste : Ailier
Age : 21 ans
Projection draft : 10-18

Statistiques 2019-20 :
Points: 16.1 (par 40 : 19.0)
Rebonds: 4.7 (par 40 : 5.6)
Passes: 2.4 (par 40 : 2.8)
Interceptions: 0.8 (par 40 : 0.9)
FG%: 47.7
3P%: 45.1
FT%: 76.9

Ses forces :
Bey a tiré le meilleur de son rôle lors de cette seconde saison avec Villanova. Du scoring à l'efficacité, le natif de Caroline du Nord a enregistré des chiffres impressionnants. Pour les prétendants NBA, le pourcentage époustouflant de 45.1% à trois points saute aux yeux. Soutenu par son shoot rapide et son mouvement constant sans ballon, Saddiq se met régulièrement dans des bonnes positions de shoots. Sa montée en puissance n'est pas le fruit du hasard. Il cherche toujours à exploiter aux mieux les trous défensives adverses. Ses mouvements sans ballon sont très bon, surtout quand les défenses adverses se repli dans la raquette sur un drive par exemple, et qu'il se positionne dans le corner pour ouvrir la ligne de passe et prendre un bon tir. En dehors du scoring, Bey a travaillé sur son dribble et sur la manipulation du ballon durant ses deux ans chez les Wildcats. Dans la raquette, l'ailier est un rebondeur instinctif, un plus pour son profil, capable d'enchaîner les rebonds offensifs.
Défensivement, il a la taille, l'envergure et le QI Basket pour défendre sur plusieurs positions. Cette combinaisons de forces devrait lui permettre d'être un bon élément défensive.

Ses faiblesses :
Au vu de ses chiffres incroyables, il faut bien l'analyser pour trouver ses points faibles. Sa plus grande lacune est sûrement son manque d'explosivité en attaque. Son premier pas n'était pas un problème pour lui en Université, mais cela pourrait en devenir un en NBA. Sur le périmètre, il pourrait être victimes des rapides close-outs agressif. Mis à part les problèmes athlétiques, Bey est un dribbleur relativement prévisible. Les défenseurs expérimentés le dirigeront vers la ligne de fond ou sur un défenseur pour le trapper.

Saison 2019-20 :
Avec Bey dans un rôle plus important, les Wildcats ont commencés la saison par un bilan de 8-2. Leurs seules défaites sont survenues contre des équipes classées. Individuellement, Bey a clôturé la dernière moitié de la saison avec une solide série de résultats offensifs. En janvier, il a inscrit 33 points, son record de la saison, dans une victoire contre Georgetown. Dans ce match, il a converti 8 de ses 10 tentatives à trois points.
À la fin de la saison, Bey était finaliste pour obtenir le Wooden Awards, et élu dans la First Team All-Big East.

Bilan :
Bey est quasiment un NBA ready, et fait ainsi de lui un bon candidat pour les prétendants aux Playoffs, principalement ce qui sélectionnent juste après la lottery. Grand, avec un shoot efficace à trois points, Bey pourrait être un très bon joueur de rotation sur son début de carrière. La principale critique l'entourant, et l'hypothèse selon laquelle il a atteint ou n'est pas loin de son potentiel en tant que joueur. Il est possible qu'il devienne encore plus efficace dans un rôle plus simple, au lieu d'un rôle de touche à tout qu'il a pu avoir au collège. Indépendamment des préoccupations envers son potentiel, Bey un joueur plutôt sûr dans cette draft.

Quel intérêt pour Portland :
Les Blazers entrent dans l'intersaison avec des décisions à prendre sur les postes extérieurs. Trevor Ariza (non guaranteed) et Carmelo Anthony (Free agent) ne sont pas sûr de revenir à Portland l'an prochain. Même si les deux reviennent, l'avenir de la rotation des Blazers est loin d'être simple. En ce qui concerne les jeunes talents, Bey ne possède pas le même avantage athlétique que Nassir Little. Mais le shoot de Bey et son expérience dans différents rôle le place sur une base solide.
L'adéquation potentielle de Saddiq avec Portland est évidente, il joue à une position "faible" chez les Blazers, et a fait ses preuves pour créer du spacing, que les Blazers ont besoin. Mais le bilan de Neil Olshey est loin d'être évident les soirs de draft, il est possible que Bey et plusieurs prospects à fort potentiels soient encore disponibles lorsque les Blazers vont choisir. Si tel est le cas, Olshey, et sa culture de prendre le meilleur potentiel, ne miseront peut-être pas sur Saddiq Bey.


Peace and Basket.
https://blazers.fr

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
8815

Re: Portland Trail Blazers 2020-2021

Message par Garcy22 » 17 octobre 2020, 12:53

Bey s'il est dispo pour vous, il faut se jeter dessus!

Un vrai bon RP qui viendra idealement se fondre dans le collectif des blazers
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith