Boston Celtics 2019/2020

Tous les topics d'équipes de la conférence EST.

Par lequel des rookies êtes-vous le/la plus emballé/e ?

Le sondage s’est terminé le 16 juillet 2019, 13:00

Romeo Langford
5
33%
Grant Williams
7
47%
Carsen Edwards
3
20%
Tremont Waters
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 15

zostrummer

Rôle-Player
Avatar du membre
Beantown Supacrew
1260

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par zostrummer » 16 mai 2019, 14:54

Bien motivé, dans une équipe qui compte sur lui, je lui laisse encore le bénéfice du doute. Mais ce n'est pas le seul joueur à sortir quelques bonnes semaines pour remplacer un titulaire, et peu arrivent à garder leur plus haut niveau et rentre dans le rang, en étant soit d'honnêtes joueurs (Darren Collison) soit des boulets à gros contrats (Reggie Jackson). Et même si je l'aime bien, je pense qu'il finira dans la deuxième catégorie.

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 16 mai 2019, 19:35


marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 16 mai 2019, 19:41

On a tous envie de passer à autre chose mais celticsfr a quand même sorti un bilan de la saison qui vient de se terminer : http://celticsfr.info/2019/05/16/bilan- ... n-2018-19/

(trop long et compliqué à mettre en forme pour ici)

toniooooo

All Star
Avatar du membre
Die-Hard Knicks Fan
6054

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par toniooooo » 17 mai 2019, 10:54


marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 17 mai 2019, 11:04

Je sors la preview estivale celticsfr d'ici dimanche soir.

(le plan n'a pas changé)

zostrummer

Rôle-Player
Avatar du membre
Beantown Supacrew
1260

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par zostrummer » 17 mai 2019, 11:07

marmite a écrit :
16 mai 2019, 19:41
On a tous envie de passer à autre chose mais celticsfr a quand même sorti un bilan de la saison qui vient de se terminer : http://celticsfr.info/2019/05/16/bilan- ... n-2018-19/

(trop long et compliqué à mettre en forme pour ici)
Merci.
C'est dur de ne pas être d'accord avec tout ce qui est dit. Je suis un peu plus clément avec Tatum et Morris, surtout ce dernier qui même à contre courant apporte souvent des points qui font du bien et un fighting spirit qui fait défaut à certains autres. Il s'éclaterait dans une team comme les Rockets, ou pourquoi pas les Sixers en lieu et place de Harris.

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 17 mai 2019, 11:17

(merci à toi) Oui c'est forcément sévère mais j'ai tout de même essayé de distinguer saison et PO, Morris a été très bien sur ces PO et on l'a souvent récompensé... mais c'est quand même en grande partie parce que ses tirs rentraient. Tatum c'est sévère aussi mais c'est vraiment en comparaison à sa saison rookie et aux attentes. Après il reste jeune évidemment donc faut aussi modérer ses exigences.

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 17 mai 2019, 17:19

Sans grande surprise, Wyc Grousbeck, proprio majoritaire des Celtics, a renouvelé sa confiance absolue en Stevens et Ainge. D'ailleurs Ainge va mieux, il a repris le boulot, il a mené les exit interviews des joueurs, supervisé des workouts de draft... Selon Austin Ainge, il n'est absolument pas question que Ainge père step down.

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 18 mai 2019, 16:16

https://www.bostonherald.com/2019/05/18 ... bound/amp/

Kyrie Irving is going to get paid. He’s going to get a max contract from someone, and the Celtics would still like to be the team that signs those checks. Let’s put that right up front.

But, man, is it getting strange out here on the Kyrie beat.

Wading through the talk from NBA sources all through the season on Irving’s future (and even his present) has been a regular task, and the cacophony has gotten only louder here at the league’s annual draft combine.

The most interesting bit of information from several sources that we’ve been able to consolidate and confirm is that some teams thought to have interest in Irving as a free agent are now a great deal more wary. Based on the way things played out with the Celtics this season and Irving’s role both off the court all year and on it in the playoff loss to Milwaukee, certain clubs are concerned about putting too many eggs in his basket right away.

Two teams for certain are telling people they will only go after him if they land another marquee free agent and that player says he wants Irving. In each of these cases, the initial target is different. (There was worry on one of those clubs that the basketball ops people might be overruled by ownership and told to make Irving a primary aim, but that organization is now on the same page.)

What’s interesting to some is even that Irving is so potentially available this summer. When teams were trying to get into the race for him two years ago, they were informed by his side that he would definitely not re-sign with them.

“We were told that the team he wanted to go to was getting ready to trade for him,” said one general manager. “And that team was Boston. So the Celtics were where he wanted to go. He got what he wanted. Now here we are two years later. Crazy.”


And where we’ve been all season has been fairly wild, too, as regards Irving rumors. A good part of the year was spent trying to follow through on tips regarding his future, but that proved essentially impossible because, a.) no one on an imposing team was going to be able to truly confirm something without fear of getting into serious trouble, and, more importantly, b.) no one could be sure of what Kyrie would want when the season was over.

As we’ve noted here several times, even his pronouncement last October that he planned to be back wasn’t taken by the club as a binding pledge. The belief was always that his final call would be based on how the Celts’ year went. And even on this there is now uncertainty about the forecast around the club.

Will Kyrie take the disappointing end to heart and want to return to lead the repair of what was broken this season? Will he want to finish the job he so boldly started?

Or will he leave a task in progress to look for an allegedly greener pasture as he did when he asked out of Cleveland two years ago, this time before he gets the championship he did with the Cavaliers?

Danny Ainge has quite understandably taken a break and not spoken to the media since suffering a mild heart attack in Milwaukee April 30, but the last time he did chat he said he’d been having conversations all year with Irving and that he felt encouraged by those discussions.

Meanwhile, the chorus here at the draft combine continues to sing about Irving’s departure from the Celtics, though when some of the more involved sources are pressed on the matter, they refuse to bet their domiciles on the outcome.

The Celtics do continue to hold out hope that Irving will clear his head, realize the possibilities in Boston with a reworked roster that may even have Anthony Davis and choose to stay and fulfill the line from the Nike commercial about getting his number retired there — a line that, by the way, he wrote himself. It would be an epic journey of realization for a guy who considers himself a deep thinker.

But there is room to wonder whether Irving will ever be truly happy. Some who have been with him at other stops have told the Herald this is an ongoing concern, that it’s hard to know how he will be from day to day. And while his Celtic teammates generally had good relationships with him, there was acknowledgement that traversing his emotional spectrum — for example as he went from benevolent leader at the end of the regular season and through the Indiana series and Game 1 against the Bucks to the way his disappointment manifested itself in the four losses that followed — was an issue.

As Terry Rozier told NBC Sports Boston during the year, “Ky’s our leader and when he’s in a great mood and he’s feeling good, we’re hard to beat and it’s contagious. It rubs off on everybody else. Sometimes when he’s not like that, it can get everybody uptight.”

And the way things went for the Celtics has caused some of Irving’s expected pursuers to, if not get uptight, then to at least pause for a moment. The talk has been fast and often borderline furious. One Knick source said three months ago that people above him in the organization were convinced the club was getting both Irving and Kevin Durant. A prominent agent shook his head at that and said the ongoing dilemma was that Kyrie wanted Brooklyn and Durant wanted the Knicks. Another league source said the Irving/Brooklyn talk was just a smokescreen. But a Warrior source said he knew for sure that Irving had spoken to Durant about the possibility of teaming up.

And while that last line may seem explosive, it could also be simply a case where star players sit and chat about what-ifs. Or it could be more. No one really knows, and even some of the people who know more than others are unsure of what Irving and even Durant will ultimately decide.

The Celtics remain hopeful.

“We’ll have more conversations with him and his representatives in the coming weeks,” assistant general manager Mike Zarren said Friday as the NBA combine wound through its last hours. “We had a quick exit interview with everyone on the team, and the day after you lose a tough playoff series is not the time to have those conversations. There’s always one goal in Boston, and it’s banner 18 and that’s what we’re after, and it’s going to be a very busy summer. But we haven’t had any of those conversations with him or his people yet. I know he went on vacation, and as he comes back and we talk with him, we’ll see where things go.”

Here with NBA people at the combine facility and Chicago’s fine restaurants, the uncertainty has only been getting louder.

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 19 mai 2019, 12:42

Allez, en avant-première, la preview de l'intersaison 2019 par celticsfr :

Comme j'ai pu le faire par le passé, je mets le texte en entier ici avec une partie sous spoiler mais je vous invite à le lire sur notre site, déjà parce que la mise en forme est plus travaillée (légèrement) et aussi parce que pour nos stats ça récompensera le boulot et il n'y a aucune publicité puisque tout ce qu'on fait est entièrement bénévole : http://celticsfr.info/2019/05/19/previe ... aison-2019
La saison 2018-19 si décevante à peine digérée, on se doit – ne serait-ce que par souci de santé mentale – commencer à tourner nos regards vers la suite.

C’est une intersaison pleine d’enjeux qui débute pour Boston. Ces dernières années, les Celtics ont pu jouer sur deux tableaux avec leur mélange de joueurs de niveau All-Star et de jeunes, mais cet été ils sont un peu à la croisée des chemins. Comme le dit Mike Zarren, l’assistant GM de Boston :

« Au vu de l’état de notre effectif, compte tenu des assets que nous possédons pour cette draft et les prochaines, pratiquement toutes les transactions possibles sont à envisager, qu’il s’agisse de trades pour des joueurs, des spots particuliers dans la draft, des tours de draft à venir, ou que nous fassions nos propres sélections. Nous avons beaucoup de flexibilité cet été, mais également beaucoup de grosses décisions à prendre. Les deux prochains mois vont être très, très chargés. »

Nous allons donc tenter de défricher un peu le terrain pour comprendre quelles seront les clés de leur intersaison et émettre des suppositions sur le raisonnement du front office.

SOMMAIRE

• Quel chemin emprunter avec Kyrie Irving ?
• Un possible renfort de choix
• L’avenir d’Al Horford

• Les choix de draft
• Que faire de Gordon Hayward ?
• Quid de Terry Rozier et Marcus Morris ?
• Le contrat de Jaylen Brown

• Brown et Tatum sont-ils prêts ?
• Le reste du roster
• Qui viendra compléter le staff de Brad Stevens ?
• La santé de Danny Ainge
• Conclusion

http://celticsfr.info/2019/05/19/previe ... aison-2019

Quel chemin emprunter avec Kyrie Irving?

C’est évidemment la question brûlante et on a beau retourner ça dans tous les sens, grincer des dents tout en essayant de déchiffrer le vrai du faux, comme expliqué dans le bilan de fin de saison, le dossier prioritaire pour les Celtics reste avant tout de re-signer Kyrie Irving. C’est selon nous leur meilleure option sportive.

Pourquoi ?

Tout d’abord, car il possède un attribut non-négligeable pour l’attractivité d’une franchise : son statut de star. Certains journalistes ont rapporté qu’Anthony Davis ne fermerait pas totalement la porte à une re-signature même sans Kyrie, mais il est évident que le projet de Boston est plus convaincant avec un All-Star qui arrive à peine dans son prime.

Ensuite, sur les plans sportif et financier, tout simplement car les Celtics n’auraient aucune marge de manœuvre pour recruter un remplaçant digne de ce nom. En effet, ce qui permet à Boston de pouvoir proposer un contrat mirobolant à Irving mais pas à n’importe quel autre free agent comme Kemba Walker, c’est le fait de détenir ses Bird Rights. C’est également la raison pour laquelle un départ de Kyrie Irving ne donnerait pas à Boston, qui est largement au-dessus du seuil du cap, une enveloppe de 21 millions de dollars. De fait, sans Irving, et a fortiori s’il s’en allait à New York, Boston pourrait vite perdre du terrain sur certains concurrents de l’Est et en céder à d’autres équipes montantes.

Enfin, si l’on prend un peu de recul sur le projet de l’ère Brad Stevens, on peut considérer que l’équipe a déjà fait une grosse partie du chemin en arrivant jusqu’à ce stade, et qu’un échec d’une seule saison ne suffit peut-être pas à tout remettre en cause.

À la limite, dans l’hypothèse où le divorce serait consommé, la meilleure option pour les deux parties resterait encore une re-signature. En effet, cela permettrait à Irving de bénéficier du plus gros contrat possible (à la seule exception d’une formule 1+1 avec re-signature encore derrière, mais seuls les joueurs d’une plus grande stature s’y sont jusque-là essayés), et à Boston de proposer un des meilleurs joueurs de la ligue sous contrat à long-terme si les choses ne s’améliorent pas.

Derrière Irving, certains défendront l’option Terry Rozier, mais si l’on est sérieux un instant, on se doit de reconnaître que Rozier bénéficie d’une certaine cote surtout en raison de ses playoffs 2018 où il n’y avait absolument plus d’attentes réalistes vis-à-vis de l’équipe. Sur l’ensemble de sa carrière, il a plus souvent montré ce dont il n’était pas capable que l’inverse, à savoir mener le jeu d’une équipe et tirer à un pourcentage acceptable, ce qui devrait en réalité le disqualifier complètement des débats.

En tout cas, oui, l’hypothèse dans laquelle Irving partirait pour une autre équipe est bien présente. Après tout, cette saison a été un échec sur beaucoup de plans. Irving ayant été diabolisé par sa gestion de la presse et des égos, c’est d’ailleurs une piste défendue par un certain nombre de supporters qui préfèreraient voir l’équipe repartir sur un cycle avec Jaylen Brown et Jayson Tatum comme fers de lance.

Le problème qui se pose face à ce scénario est que Brown va entrer dans sa dernière année de contrat et qu’il devrait vraisemblablement exiger un salaire conséquent (maximal ?) dès qu’il sera en mesure de le faire. Jayson Tatum sera dans ce même cas de figure d’ici deux ans. Les deux ont du potentiel, mais de là à imaginer qu’ils formeront un duo de vrais All-Stars capables de rivaliser à l’Est avec Giannis Antetokounmpo, Joel Embiid, Ben Simmons et Victor Oladipo (sans même parler de Kawhi Leonard ou encore Jimmy Butler dont le futur à l’Est est moins certain) ? Les probabilités restent assez légères.

En résumé, au vu de ces échéances de contrats proches et de la présence de Gordon Hayward, signé au max, d’Al Horford (qui possède une player option pour l’an prochain, au max également), les Celtics n’auraient de flexibilité financière ni dans l’immédiat ni dans le futur et seraient donc condamnés soit à espérer une progression monstre de leurs deux jeunes ailiers, soit à mettre en route un nouveau plan de reconstruction, ce qui signifierait qu’ils auraient juste perdu du temps et des ressources entretemps.
Un possible renfort de choix

On le sait, Danny Ainge explore toujours toutes les possibilités. Une d’entre elles est bien sûr la piste d’un transfert pour faire venir Anthony Davis, cible des Celtics depuis un bon moment. À ce stade, on ne peut pas faire grand-chose d’autre que spéculer et énumérer des points qui pourraient potentiellement jouer en faveur de l’équipe dans ce dossier. Ainsi, on relèvera que David Griffin, nouveau décisionnaire des Pelicans, s’était exprimé sur la situation à NOLA quelques semaines avant d’y être embauché. Il expliquait alors clairement que la meilleure chose à faire selon lui serait de récupérer en échange de l’intérieur au minimum un jeune au potentiel de star, des tours de draft et un role player de qualité. Tous ces éléments sont en possession de Danny Ainge, qui par ailleurs est proche de Griffin depuis qu’ils ont travaillé ensemble à Phoenix.

Il y a également une autre piste, qui à cet instant relève plus du fantasme qu’autre chose mais dont on peut être certains que Ainge essaiera de la creuser : Kevin Durant.

On le sait, KD avait témoigné un vif intérêt au projet des Celtics en 2016, et avec les rumeurs de son possible départ des Warriors, c’est une possibilité – complexe – que d’imaginer son arrivée à Boston.

On peut être à peu près certains que Ainge pitchera l’idée à Durant. Le plus difficile serait évidemment d’obtenir un accord. Jackie MacMullan, une journaliste ESPN éminemment respectée, suggérait cette saison qu’il ne fallait pas écarter cette possibilité.

Derrière, en cas d’intérêt du joueur, qui est proche de… Kyrie Irving, le front office a plus que prouvé avoir les compétences pour organiser toute cette gymnastique.

Concrètement, cela demanderait que Kevin Durant exerce son option de contrat (il toucherait moins que sur le marché, mais il a déjà prouvé qu’il pouvait faire ce sacrifice avec les Warriors) et qu’un transfert soit ensuite monté avec en échange Al Horford (s’il exerce son option, ce qu’il ferait probablement pour rejoindre Golden State) ou Gordon Hayward (qui représenterait un risque non-négligeable pour eux en plein prime de Stephen Curry), plus évidemment quelques assets supplémentaires.

Bien sûr, ce serait très dur de convaincre Golden State, mais cette hypothèse se défend peut-être en comparaison à une perte sèche de KD, potentiellement chez un concurrent de l’Ouest de surcroît.

Enfin, on peut rapidement évoquer le cas Bradley Beal. Il semble que les Wizards soient ouverts à un trade de leur arrière All-Star (même si il faudra attendre l’arrivée d’un nouveau front office pour en savoir plus) et il pourrait être une option intéressante à Boston. Le problème est que l’on ne sait pas vraiment ce que les Wizards veulent en échange et les possibilités des Celtics en terme de joueurs à envoyer sont limitées. Si pour des superstars comme Davis ou Durant la question ne se pose pas, on peut être plus hésitant à mettre un Brown ou un Tatum en plus de choix de draft pour Beal.

L’avenir d’Al Horford


Si on exclut les hypothèses d’un transfert ou de l’arrivée d’un intérieur de talent, il reste nécessaire de se pencher sur l’avenir du natif de la République Dominicaine. Horford devra décider le 18 juin au plus tard d’exercer ou non sa player option d’un montant de 30 millions de dollars.

À ce stade de sa carrière, et même si gagner est la priorité absolue pour lui, c’est difficile de l’imaginer faire une croix sur autant d’argent garanti… à moins qu’il ne décide de privilégier le long-terme. Steve Bulpett du Boston Herald rapporte que Horford pourrait apparemment envisager de faire une croix sur cette dernière année et re-signer à Boston pour des émoluments moins conséquents à l’année, mais à la seule condition d’obtenir une garantie de trois ans. Cela dit, il paraît difficilement envisageable de le voir rempiler pour moins de 20 millions annuels quand on voit que c’est ce que touchaient des Jabari Parker ou Zach LaVine cette saison. Il convient de préciser que même en cas de départ d’Irving, un contrat revu à la baisse pour Horford ne suffirait pas à donner du cap space aux Celtics.

Quoi qu’il en soit, il est à peu près certain que Horford ne rempilera qu’à condition d’avoir des garanties sur son avenir à Boston, c’est-à-dire s’il est aussi sûr que possible qu’il ne sera pas transféré derrière, et sur le long-terme uniquement s’il a le sentiment que l’équipe n’a pas abandonné sa quête de titre(s).

---------------

Les choix de draft

Comme on l’a appris récemment, Boston possèdera les choix 14, 20 et 22 à la draft. Nous ne sommes franchement pas spécialistes de la draft, et l’option n°1 du front office étant un trade pour Davis, nous n’avons pas passé de temps à imaginer d’autres possibilités. Nous ne sommes pas donc en mesure de vous citer des noms intéressants.

Par contre, dans l’optique d’un transfert de ces assets pour Davis, on peut dire que ce ne sont clairement pas les meilleurs choix possibles étant donné que le milieu de la draft est considéré comme assez faible. Du coup, on a un peu de mal à se dire que les dirigeants des Pelicans seraient contents de recevoir plusieurs joueurs pas hyper cotés avec des salaires garantis sur quatre ans. D’un autre côté, on peut aussi se dire que NOLA peut créer une énorme pépinière de talents un peu comme Boston avait commencé à le faire.

À voir quelle sera la stratégie préférée de nos dirigeants.

Concernant un trade avec les Pelicans, il convient de rappeler que rien ne serait officiel avant le début du mois de juillet car Davis et Irving ne peuvent pas en l’état être ensemble dans l’équipe, pour cause de clauses présentes dans leurs contrats actuels respectifs. Il faut attendre que Kyrie se libère de son contrat pour qu’un trade soit officialisé.

Cela signifie donc qu’au soir de la draft fin juin, les Celtics chercheront certainement à faire les choix qui conviennent le plus au front office des Pelicans… tout en essayant d’y trouver également leur compte au cas où ?

Que faire avec Gordon Hayward ?

Au risque d’être très redondants avec notre bilan de fin de saison, on va répéter que même si la tentation de transférer Hayward est très présente chez beaucoup de fans, c’est assez improbable.

Tout d’abord parce que l’ailier ne pourra pas faire pire que cette saison où il a quand même eu de bons passages. Certes pas de quoi justifier un contrat maximum, mais il y a du positif à exploiter de son niveau plancher. Il est en effet très propre balle en main, sait jouer patiemment et distribuer, ce qui laisse absolument entrevoir un possible rôle de point-forward.

Au niveau du management, outre l’image qu’un transfert enverrait dans la ligue, ce serait en plus très certainement une mauvaise opération dans la mesure où cela nécessiterait de compenser sa valeur négative par des pièces plus attractives.

Autant lui laisser une possibilité de se racheter avec un gros travail de fond en amont. Si, à l’aube de l’intersaison 2020, Hayward n’est pas revenu à son meilleur niveau, il ne lui resterait alors plus qu’un an de contrat, ce qui rendrait la perspective d’un transfert beaucoup plus réaliste.

Le seul cas où un transfert pourrait avoir du sens serait en cas d’été catastrophique pour les Celtics (Kyrie part, aucune star ne vient). Danny Ainge pourrait alors être tenté de se débarrasser de Hayward en sacrifiant un choix de draft contre un joueur avec un salaire à peu près équivalent mais une saison de moins pour se donner plus de flexibilité dès l’été prochain. Espérons qu’il n’en ait pas à arriver là.

Quid de Terry Rozier et Marcus Morris ?

Terry Rozier sera vraisemblablement RFA cet été, ce qui veut dire qu’il pourra explorer le marché des agents libres mais Boston pourra se réserver le droit de s’aligner sur toutes les offres qui lui seront faites.

On l’a brièvement évoqué plus haut, mais Rozier a déçu cette saison et on se dit qu’il faudrait vraiment que le marché soit très peu encourageant pour qu’il ne se résigne et rempile à Boston dans des termes favorables à l’équipe. Alors que sa cote était au plus haut il y a précisément un an, difficile de savoir où elle se situe désormais, d’autant qu’il évolue au poste le plus concurrentiel de la ligue.

Concernant son futur sportif, certains voudraient le voir rester à Boston en lieu et place d’Irving, mais il est grand temps de voir les choses en face : c’est un joueur qui se classe en-dessous du moyen de la ligue dans pratiquement tous les domaines, et qui se voit pourtant comme un futur All-Star. Un joueur qui, à cause de sa taille, ne peut jouer que meneur mais qui est meilleur sans ballon. Il veut être titulaire, mais si Rozier était dans une autre équipe, qui envisagerait sérieusement de l’installer en lieu et place d’un futur Hall of Famer comme Kyrie ?

Quant à Marcus Morris, il sera libre comme l’air cet été et semble avoir apprécié la passion des supporters, mais les contraintes financières pour un retour risquent d’être un obstacle de poids.

Certes, Boston possède les Bird Rights de Morris, ce qui signifie que la franchise peut le faire re-signer sans se soucier de dépasser le plafond du salary cap. Cependant, les pénalités liées à la luxury tax et le spectre de la repeater tax pourraient faire grimacer les propriétaires.

De son côté, Morris a alterné le bon et le moins bon à Boston mais il possède des atouts en vogue ces temps-ci en NBA. Il pourrait donc viser un gros contrat qui serait son premier et probablement son dernier à bientôt 30 ans.

Le contrat de Jaylen Brown

Il reste théoriquement une année de contrat à Jaylen Brown avant qu’il n’accède au statut de RFA avec les Celtics. Cependant, comme tous les rookies choisis au premier tour, Brown aura la possibilité dès juillet et jusqu’à la veille du début de la saison 2019-20 de négocier une prolongation.

Brown, qui n’est pas représenté par un agent depuis son arrivée dans la ligue, a indiqué qu’il discuterait avec les dirigeants de cette éventualité dès que possible, et qu’il engagerait un agent s’il n’y a pas d’accord avant la date limite.

Il est peu probable que Boston et Brown parviennent à un accord dès cet été, car Brown demandera très certainement un gros contrat. Les dirigeants peuvent tout simplement choisir d’attendre l’été 2020, voir l’évolution du joueur, laisser le marché dicter sa valeur et choisir de s’aligner sur les éventuelles offres.

-------------

Brown et Tatum sont-ils prêts ?

Les Celtics ne devraient pas hisser le drapeau blanc l’an prochain, et dans l’éventualité où ils ne parviendraient pas à faire venir un Anthony Davis, seul gros nom disponible pour le moment, ou un autre grand joueur, ils devraient donc logiquement à nouveau compter sur Brown et Tatum.

Mais sont-ils prêts ?

Avec leurs échéances de contrat respectives, les deux joueurs seront évidemment suivis de près par le front office qui devra évaluer leur valeur sportive, prospective et contractuelle.

Cette saison, l’équipe avait de grandes ambitions et tous deux ont répondu différemment à l’appel.

Tatum, érigé en potentielle seconde option offensive aux côtés de Kyrie, n’a pas tout à fait franchi le cap espéré même si certains indicateurs statistiques ne sont pas décevants. Peut-être les attentes étaient-elles tout simplement trop élevées pour un joueur qui malgré un potentiel quasi sans limite reste très jeune et tendre. On soulignera notamment une certaine passivité là où il avait largement l’espace de s’exprimer, des choix offensifs contestables et un caractère qui ne s’est pas vraiment affirmé sauf pour réclamer des fautes. Après, on l’a vu sur sa saison rookie, il est tout à fait capable d’avoir la contribution offensive d’un lieutenant dans une bonne équipe, mais peut-il déjà maximiser cet apport avant de rêver de plus ?

Brown, a contrario, a su trouver des ressources en lui pour mettre de côté ses ambitions, accepter un rôle moindre pour le bien de l’équipe et rebondir après une entame de saison compliquée. Son potentiel maximum reste plus flou que celui de Tatum mais son intensité et son agressivité en particulier sont d’excellentes qualités pour un role player. Reste à savoir pour combien de temps il s’en contentera.

Le reste du roster

Une fois toutes ces affaires traitées, l’équipe devra gérer plusieurs autres dossiers : Aron Baynes, Semi Ojeleye, Brad Wanamaker, Daniel Theis, Robert Williams ainsi que celui de Guerschon Yabusele (même si son contrat est garanti), bref du reste de l’effectif.

Baynes possède une option à 5M, et au vu de toutes les blessures qu’il a accumulées cette saison ainsi que son attachement à la franchise, il devrait logiquement l’exercer. Il a jusqu’au 13 juin pour cela.

Ensuite, il n’y a pas vraiment de doutes sur le futur d’Ojeleye, en revanche pour les autres ça risque d’être plus compliqué.

Wanamaker évolue au poste où il y a le plus de compétition en NBA et pourrait en faire les frais en dépit de qualités intéressantes. De même, il a peut-être envie de retrouver des sensations et un retour en Europe pourrait l’y aider. L’équipe peut lui proposer une qualifying offer (QO) mais elle ne devrait pas le faire car Wanamaker sera certainement atteignable au salaire minimum qui est inférieur.

Theis a reçu moins d’opportunités cette saison que durant la précédente et pourrait lui aussi recevoir une QO. En la refusant, il deviendrait RFA à son tour et pourrait recevoir quelques offres. À voir si Boston s’alignera ou décidera de faire confiance à Robert Williams à sa place.

Williams, justement, ne devrait pas être trop en danger. À l’inverse de Yabusele, Williams a des qualités athlétiques hors-normes qui le rapprochent d’un freak et son potentiel fait saliver. À moins qu’une équipe ne le réclame dans un gros transfert, on peut supposer que Boston lui conservera une place bien au chaud dans l’équipe, avec peut-être (mais il y a du travail) quelques opportunités de plus que l’an dernier ?

Enfin, pour Yabusele, la situation est plus complexe qu’elle n’y paraît. Comme nous l’écrivions dans le bilan de la saison, son contrat a été garanti par les Celtics, et il fait office de coéquipier modèle, mais les places d’une équipe qui vise le titre sont chères et ça pourrait bien menacer la sienne. Il pourrait également servir à équilibrer les salaires dans un trade. À ce stade, et malgré la sympathie qu’on éprouve à son égard, on parle cependant de détails dont l’importance sur la vue d’ensemble est moindre.

Qui viendra compléter le staff de Brad Stevens ?


Peu après l’élimination des Celtics face aux Bucks, plusieurs sources dont le Boston Globe ont confirmé ce qui était un secret de polichinelle depuis début avril : l’assistant Micah Shrewsberry va quitter les Celtics.

Il va donc falloir remplacer celui qui était souvent crédité pour la tactique défensive de l’équipe durant ses six saisons dans le staff de Stevens.

Un premier nom circule depuis quelques jours, celui de J.B. Bickerstaff, à qui Stevens a apparemment fait passer un entretien lors du Draft Combine. Bickerstaff reste sur un échec cuisant en tant qu’entraîneur des Grizzlies, mais il a derrière lui une carrière d’assistant coach remarquable débutée en 2004.

Il est cependant probable que la décision ne soit pas prise de sitôt, comme l’explique Mike Zarren au Boston Globe :

« Brad n’a pas d’idée fixe sur quel genre de personne il veut, sur la provenance de cette personne. Du coup, il discute avec beaucoup de gens. »

La santé de Danny Ainge

Au-dessus de tout ça plane l’ombre de Danny Ainge, qui a fait un léger infarctus (si l’on peut dire) juste avant le Game 2 du second tour. Ainge avait déjà fait une première crise cardiaque dix ans plus tôt, et, compte tenu du peu d’informations dont on dispose depuis, il était légitime de se demander si les médecins et les propriétaires (ses employeurs) n’allaient pas émettre des doutes sur sa santé à moyen terme.

Son métier est très stressant et Ainge fait absolument tout son possible pour y exceller, ce qui amène inévitablement à se demander s’il ne devrait pas prendre un peu de recul.

On a appris il y a peu que Danny récupérait très bien et avait déjà repris le travail. Son fils Austin Ainge, également membre de l’organisation, expliquait qu’il n’était pas prévu que Ainge père lève le pied et passe le relais à quelqu’un d’autre.

Si cela se produisait, le successeur serait tout trouvé puisque Ainge est assisté de Mike Zarren depuis déjà un sacré moment. Zarren est fan des Celtics depuis toujours et a gravi tous les échelons au sein de la franchise, lui qui y avait atterri en tant que stagiaire non-rémunéré.

Pour vous faire une idée, sachez que Ainge dit de lui qu’il est son « arme secrète », quelqu’un qu’il tient en haute estime :

« Mike est bien plus brillant que moi. Je suis absolument pour m’entourer de personnes plus intelligentes que moi. »

Au cours de ces dernières années, il avait été ciblé par plusieurs équipes dont Philadelphie, New Orleans, Washington, Detroit…

On ne va évidemment pas souhaiter que Ainge doive céder sa place pour des raisons de santé, mais c’est toujours rassurant de savoir que la personne derrière lui est plus que méritante et prête.

Conclusion

Pour conclure, on constate qu’il y a beaucoup de paramètres variables, mais selon nous une direction sportive claire à suivre, particulièrement dans la mesure où il faudrait un concours de circonstances très improbable et une énorme prise de risques pour que Boston ait le cap space suffisant pour envisager une autre direction.

On espère en tout cas que ce tour d’horizon vous aura permis de faire un bon état des lieux.
Merci ! :love:

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 20 mai 2019, 11:00

Nouveau sondage mis en place jusqu'à dimanche ;)

zostrummer

Rôle-Player
Avatar du membre
Beantown Supacrew
1260

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par zostrummer » 20 mai 2019, 12:53

J'ai voté oui, mais avec certaines réserves.
La franchise doit tout faire pour être meilleure la saison prochaine, et la seule perspective pour cela passe par la signature d'Irving. Il peut être un argument pour la pérennité du projet Davis, il peut s'améliorer en tant que Franchise player, et peut aussi devenir un gros atout pour un trade si tout ne se passe pas comme voulu sur le parquet. Comme on ne pourra pas s'aligner sur d'autres gros FA, autant mettre le max sur lui.

Edit : super taf la preview Celtics.fr! Tout est dit sur Irving, et le cas Rozier est très bien décortiquer. Tu as raison de préciser qu'il sort de très bon playoffs 2018 alors que les attentes sont quasi nulles après la blessure des 2 "stars". Ca relativise sa perf, tout comme celle de Tatum d'ailleurs. Je n'avais pas vu ça sous cet angle...
Tu penses vraiment que Jaylen B va vouloir un contrat max? J'imagine aucune équipe lui proposer 20M, 15M sera déjà très bien, à la Smart.

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 21 mai 2019, 08:38

J'avais pas vu ton edit. Merci !

Pour Brown on m'a dit pareil, j'avais effectivement écrit max et j'ai corrigé en gros contrat pour que ce soit plus nuancé, mais pour moi ça fait typiquement partie du genre de joueurs qui le demandera oui. Après tout même avec des lacunes très claires dans son jeu il a une contribution solide, il reste jeune, il a une grosse expérience, il s'est adapté à plusieurs rôles, il a progressé au tir à trois points par rapport à l'université, il y a plein d'arguments à donner pour dire qu'il le réclamera. Après j'ai pas trop réfléchi à l'évolution du cap non plus pour voir si c'est réaliste mais je pense que c'est l'image qu'il a de lui.

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 21 mai 2019, 18:46

https://www.bostonsportsjournal.com/201 ... vis-trade/
With the Celtics' season and the NBA draft lottery in the rearview mirror, the focus of the franchise has shifted to potentially trading for New Orleans Pelicans superstar Anthony Davis. This post will address some of the rules, considerations, and timelines to know in thinking about trading for Davis. This is not an analysis of what would make a fair trade offer; any example trades are constructed to illustrate trade math or a rule and not a comment on talent or trade "fairness."
Designated Rookie Extensions

As has been discussed ad nauseam during the season, the Celtics cannot trade for Anthony Davis while holding Kyrie Irving's current contract. This is because the league does not allow a team to have traded for more than one active Designated Rookie Extension contract. These special deals signed after a first-round pick finishes their third season run for five years instead of the usual maximum of four seasons.

Irving will be opting out of that fifth season but the fourth year of his deal won't end until the league season concludes at the end of June. That means that the Celtics cannot officially acquire Davis until July. This is both fine (every year teams agree to trades in June that can't be finalized until July) and helps to simplify this conversation. All player contracts and salaries used from this point will be for 2019-20 and we can ignore laying out what it would mean to formally trade for Davis before the 2018-19 season comes to a close.
Salary Matching Rules in Trades

If a team makes a trade where they end up below the salary cap there are no rules for how much in current season salary they must be sending out. While it's theoretically possible that Boston could drop far enough below the cap to acquire Davis without needing to worry about salary matching, it would involve first Kyrie Irving to another team (or renouncing his free agent rights in anticipation of that) and likely also losing Al Horford via his player option before renouncing the team's rights to other free agents like Marcus Morris and Terry Rozier. It seems highly unlikely that Boston would even try to acquire Davis if both Irving and Horford had already left, so we will treat the Celtics as an over-the-cap team in these hypotheticals.

To acquire Davis, Boston will need to send out at least 80% of the total salary they receive, minus $100,000. The same rule would apply to New Orleans in the likely event that they also operate as an over-the-cap team, but they will probably be receiving less in salary than they send out.
Player Options

The Celtics have two players who have option decisions that could impact the structure of a Davis trade. Al Horford and Aron Baynes both have option decisions due by June 29. The draft, when a Davis trade could logically happen, is on June 20. Obviously, that means that the Celtics will not know either players' decision and so could not include them in any trade made before those option decisions are finalized without first consulting with the players.

Baynes's option is for $5,453,280 and it would be helpful if he were to opt-in and consent to being part of a Davis trade package. I doubt he gets that much on the open market, and he would be the presumptive starter on the Pelicans, so it seems possible that he would do that.

Horford's option is for $30,123,015. It seems less likely that he would agree to go to New Orleans as they will be in some state of rebuilding (though Jrue Holliday and Horford along with Zion Williamson and whatever else Boston were to send could compete for a playoff spot) and he'll be 33. That being the case, if he does opt-in you would think it would be to stay with the Celtics. It's possible that he could opt-in as part of a more complicated multi-team trade that lands him on a different contender, but that theoretical opens up too many possibilities to reasonably cover here. The one worth a cursory mention is the fever dream of Kevin Durant opting-in and facilitating a three-team trade to Boston that lands both KD and AD alongside a re-signing Irving, and Horford in Golden State.

Kyrie Irving also has a player option but that is both due before the draft and a certainty to be declined.
Trading New Draftees

Because the Celtics cannot officially acquire Davis until July, any players who the Celtics draft for inclusion in a trade, even if that trade is agreed to before the draft begins, will be wearing a shamrock on their hat when they take to the stage. New Orleans GM David Griffin may be telling Danny Ainge who to take for him, but they will forever list as a Celtics pick.

New draftees can be traded in two ways. First, they can be traded before signing their rookie deal. In this scenario, you are technically trading their draft rights, and they do not count for any salary in trade matching. Second, they can be traded after they have signed their contract, but you must wait at least 30 days from the signing to make the trade official. In this scenario, their rookie salary is included for matching purposes.

For this reason, it's possible that a Boston-New Orleans trade could be agreed to in principle on, or even before, June 20 and leaked to the media as completed. However, Boston could make selections for New Orleans at the draft and, if the draftees salaries are needed to make a valid money match, they could sign with the Celtics on July 1 and the trade could be held in limbo and not announced as official until at least July 31.

It's rare that trades take that long to finalize but common that there is a holding period between trade agreement and finalization. Sometimes the exact terms of the trade even change in this time; we'll get to a scenario where that could be helpful in the sign-and-trade section. It's also worth noting that David Griffin has experience in dealing with this. When he acquired Kevin Love as Cavaliers GM it was not a done deal until August because they were waiting for Andrew Wiggins to clear his 30-day trade restriction after signing his rookie deal.
Anthony Davis's Trade Bonus

Like many superstars, Davis's contract includes a 15% trade bonus, sometimes referred to as a trade kicker. This provision says that if Davis is traded his salary will increase by 15% or up to his maximum salary, whichever is lower. Option years do not count in this calculation so we can ignore Davis's fifth-year option and just treat his contract as a one season deal.

Davis is scheduled to make $27,093,018 so if he is traded that would increase to as much as $31,156,971. He will be entering his 8th season in the league so if the salary cap is set at the projected $109M his maximum salary will be $32.7M. The maximum is more than his currently scheduled salary plus 15%, so he would be eligible to collect the entire 15% bonus.

The Pelicans would be responsible for paying the $4,063,953 bonus but the amount would be added to the cap sheet of the acquiring team. If the Celtics were to trade for Davis, it's reasonable to think that they would send cash to New Orleans to offset the payment of that bonus. Teams will be able to send and receive a total of approximately $5.6M in trades during the 2019-20 season.

Davis does have the ability to waive his bonus. He could do this to tip the scales in favor of his preferred destination, which seemed to clearly be Los Angeles in the past but we don't know for certain now, both by making it less costly for New Orleans and making the salary matching easier. He can also waive any part of his bonus; it's not an all-or-nothing question.

If an over-the-cap team were to acquire only Davis and he did not waive his trade bonus, the receiving team would need to send out at least $24,825,577 in total 2019-20 salaries. If he were to waive the entirety of his trade bonus that figure drops to $21,574,414.

One additional note: for the purpose of Pelicans-side salary matching Davis will count as $27,093,018 regardless of if he takes or waives his bonus.
Sign-and-Trades

A common question or idea when it comes to acquiring Davis is "what about a Terry Rozier sign-and-trade?" It's a reasonable one as Rozier clearly seems to want out of Boston and getting to that magical $24.8M in outgoing salary can be hard to do. However, sign-and-trade (S&T) deals have their own set of rules and leverage dynamics that make them much less common in reality than they are in fantasy proposals.
Base Year Compensation

If a player is re-signed for the purpose of a S&T using Full or Early Bird Rights to a contract above the minimum that gives them a 20% or greater raise, their outgoing salary for the purpose of trade matching will be considered the greater of their prior season salary or 50% of their new salary. However, the receiving team counts the entire new season salary for their own salary matching math. This rule would almost certainly apply to both Marcus Morris and Terry Rozier were they to be moved via S&T.

Rozier currently makes $3,050,390 so let's imagine that he signs a new deal starting at $10M in 2019-20. For the purpose of salary matching, he would count for $5M in outgoing salary for Boston (50% of $10M being greater than his prior $3M salary) but $10M for the receiving team.

Morris currently makes $5,375,000 so if he were to sign the same new deal starting at $10M in 2019 he would count for that $5,375,000 in outgoing salary. Marcus will likely sign for more than that, but this is just to illustrate how the rule works.

Baynes (were he to opt out) and Daniel Theis could also be subject to this rule, but I doubt that either could get a new contract large enough to make any more than a small difference in calculation.
Direct S&T Leverage

There are multiple problems with trying to include either Rozier or Morris in a direct S&T to New Orleans. First, the Pelicans would have to want the player on their new contract. Second, the player would have to want to go to New Orleans over their other options. Third, the player (and agent) would know that they have a huge amount of leverage and could demand a larger contract than what they would otherwise get, possibly making it so that the Pelicans would no longer want them.

The risks in engaging in a direct S&T negotiation with Rozier or Morris would be significant if you're basing your ability to complete the trade on including one. It may make sense to sound them out as part of due diligence but not to rely on them as a necessity in making a trade.
3rd Team S&T

A better way to approach a S&T could be to just see how the market plays out for Rozier and Morris (and Baynes, if he decides to leave) in July. As already covered, the two teams could be in a position where they've agreed on the principals of a trade but are waiting for 1st round pick contracts to pass 30 days before including them in salary matching.

Let's say that Davis is not willing to waive his trade bonus and the Celtics and Pelicans have agreed to a trade centered on Jayson Tatum, the 14th and 22nd picks, plus the future Memphis Grizzlies pick. There is an understanding that the trade will not be finalized until August 1 when the players picked 14 and 22 can have their salaries aggregated. At that point, Boston is $11,164,897 short of a valid trade but has committed to finding a reasonable solution by August 1. If they cannot, they will be obligated to include Marcus Smart.

In Mid-July Marcus Morris agrees to a 3/$36M deal with Dallas, starting at $12.6M and descending annually at 5%. The Celtics offer their own protected 2020 draft pick to the Mavs if they're willing to handle the signing as a S&T in a 3-team deal. As a Base Year Compensation player, Morris would count as $6,315,790 in outgoing salary for the Celtics; Dallas has the cap space to sign him outright and so don't need to worry about matching Morris's new salary in outgoing contracts.

The Celtics are now $4,849,107 short of a salary match and so send Guerschon Yabusele and Robert Williams to New Orleans. For the cost of these two players plus a future pick, they are able to keep Marcus Smart. The final trade, executed on August 1, is Anthony Davis for Tatum, Yabusele, Williams, and three picks to New Orleans plus Marcus Morris on a S&T to Dallas along with a future 1st round pick from Boston. Dallas also swaps a near valueless asset just to clear the "touching rule" on multi-team trades. The Celtics clear their salary matching obligation by $206k, the Pelicans create an $8.2 million trade exception, and the Mavericks receive a pick just for facilitating.
Tax Apron Considerations

A team receiving a player via S&T must remain under the luxury tax apron (projected at $6.21M above the tax line) for the entirety of the 2019-20 season. A team sending a player out via S&T is not subject to this restriction, unless they also receive a S&T player in that season.
Mid-level Exception Replacement S&T

A Three Team S&T like the hypothetical outlined above is much easier when working with a team under the cap. If the team were trying to sign the outgoing S&T player with their Mid-Level Exception it would mean that they were above the cap and so required to send salary back out, further complicating matters.
Kyrie Irving S&T

If Irving decides to leave Boston, the Celtics could make this same type of offer to his new team, regardless of an Anthony Davis trade. Assuming Kyrie would be signing for his maximum salary with a cap space team who, by nature of having gone under the cap will not be threatening the tax apron, they could offer to convert that into a S&T that would create a $32.7M trade exception for Boston in exchange for a draft pick. That TPE would be so large that Davis could fit into it, but the decisions related to acquiring Davis on a team without Irving are challenging. The TPE could also be used to acquire a different player to go alongside Davis either in the summer or during the season.
Final Considerations

While the odds of Boston acquiring Davis are certainly less than 50/50 at this point, it is worth discussing how the process could play out. A reasonable trade could range from the simple (the Celtics send enough current salary to New Orleans to complete the trade on July 1) to complex (a framework is agreed to but not finalized for over a month) so multiple avenues are open. One helpful thing is that the Pelicans now have a GM in Griffin who is creative in maneuvering around the cap and who has experience with the waiting game that sometimes needs to happen on blockbuster deals like this.

In fact, the biggest move of his Griffin's career, signing LeBron James in Cleveland, was facilitated by one Danny Ainge taking Tyler Zeller and Marcus Thornton off the Cavs' cap sheet in exchange for a draft pick. If two motivated and creative front offices find that their asset values line up, you can be confident that they'll find a way to make the rules work in their favor too.

FeLeR

Sophomore
Avatar du membre
76ers Liberty Baller
711

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par FeLeR » 21 mai 2019, 19:15

Ne serait-ce que pour ne pas le perdre contre rien, je dis oui il faut conserver Irving !
Fan de Boban Marjanovic (a) Je te suivrais jusqu'en CBA ... pardon ehh à Hollyw.. . Encore raté je voulais dire vers Philly ... ehh à Dallas TON UNIVERS IMPITOYABLE AAAAAAAHHHHH AH

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 21 mai 2019, 19:22

Ah oui d'ailleurs je voudrais bien les arguments de ceux qui ont mis "non".

DR50

Animation
Avatar du membre
Popovich's Army
8487

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par DR50 » 21 mai 2019, 19:32

Il est nul il choke en play-off c'est pas un leader sans LeBron James
Hinkie à jamais !

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 22 mai 2019, 20:22

1st Defensive team pour Smart, première fois de sa carrière qu'il est cité dans ces équipes.

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 23 mai 2019, 12:30

Court article sur celticsfr en complément de notre preview estivale où on revient plus en détail sur les arcanes du CBA qui font que Kyrie est selon nous la meilleure option pour Boston.
Comme vous avez pu le voir si vous avez lu notre preview de l’intersaison, l’été s’annonce particulièrement agité côté Celtics. Le front office risque d’avoir énormément de décisions à prendre et presque toutes dépendront d’une chose, la resignature ou non de Kyrie Irving.

Nous avons donc décidé de détailler dans cet article des points du règlement de la ligue qui seront cruciaux si jamais Kyrie venait à partir. Vous pouvez déjà retrouver la définition des différents termes explicités ici dans notre lexique mais nous avons choisi ici de détailler ici leurs conséquences précises sur l’été des Celtics. N’oubliez pas également que vous pouvez également consulter la situation salariale de tout l’effectif en détail à cette adresse.

Les Bird rights


La NBA fixe un salary cap chaque saison ($101,869,000 en 2018-2019) qui représente le montant cumulé des salaires que ne doivent pas dépasser les franchises. Ce cap est dit soft car dans les faits les équipes sont autorisées à le dépasser. Par contre, c’est là que ça devient intéressant, elles ne sont pas autorisées à signer des agents libres à un montant qui leur fera dépasser ce cap.

Il existe bien évidemment des exceptions à cette règle, dont celle qui nous intéresse ici, les Brd rights. Cette exception donne le droit à une franchise de resigner un joueur en dépassant le cap s’il est déjà dans son effectif.

Dans le cas des Celtics, qui sont largement au-dessus du cap, cela veut dire qu’ils peuvent resigner Irving, Horford et leurs autres agents libres sans souci. Mais en cas de départ de Kyrie, la situation deviendrait beaucoup plus compliquée puisqu’il faudrait que les Celtics libèrent assez d’espace en dessous du cap pour signer un éventuel remplaçant. Or, une autre subtilité du CBA rend cela difficile.

Les cap holds

Le cap space a donc une place primordiale dans la gestion des effectifs, pour éviter que les équipes ne contournent les règles grâce aux bird rights il existe ce qu’on appelle les cap holds. Quand un joueur devient agent libre, son salaire compte toujours dans le total d’une équipe (plus exactement un montant proportionnel à son salaire, qui peut-être bien supérieur dans certains cas) jusqu’à ce qu’il signe ailleurs où que l’équipe renonce à ses Bird rights.

Ainsi, cet été pour Boston, Marcus Morris compte dans le cap space, de même pour Horford et Baynes même s’ils déclinent leurs options. Si on se place toujours dans l’optique d’un départ de Kyrie, les Celtics ne pourront donc pas, par exemple, laisser Horford décliner son option, signer un agent libre avec le cap space libéré puis resigner Horford puisque son salaire comptera toujours. Et s’ils décident de renoncer aux Bird rights de Al, ils ne pourraient ensuite plus le resigner au dessus du salary cap.

C’est pour ces raisons que, dans notre preview, nous avons estimé qu’un départ de Kyrie serait très problématique pour les Celtics, malgré tous les doutes que ses performances contre les Bucks ont pu éveiller. Il serait extrêmement difficile pour Boston de libérer assez de cap pour signer un agent libre de poids pour le remplacer, surtout s’il faut lui proposer un contrat max au dessus de $30M comme ce serait le cas pour un joueur comme Kemba Walker par exemple, tout en gardant un effectif compétitif.

Bien sûr, il existe d’autres exceptions qui permettent de signer des joueurs à des contrats moins importants qui pourraient permettre de compléter l’effectif (MLE, BAE…), mais cela resterait un casse-tête pour espérer attirer des joueurs de qualité.

Si vous allez lire l'article sur le site, vous pourrez bidouiller un graphique interactif pour voir comment libérer du cap.

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 24 mai 2019, 11:10

Danny Ainge se remet doucement de son infarctus, en plus d'avoir repris le travail, il était hier à une cérémonie religieuse en hommage à John Havlicek. Il est apparemment passé à une alimentation végétarienne. Dire qu'après son premier infarctus il était devenu addict à Chipotle. Je comprends pas du tout qu'avec autant de moyens tu te goinfres de bouffe d'une chaîne de fast food hyper salée.

Gugur

Modérateur
Avatar du membre
Windy City
4116

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par Gugur » 24 mai 2019, 11:14

C'est addictif la malbouffe. Les appétants sont vraiment forts... Et puis ça reste pratique si t'aimes pas cuisiner et que tu veux pas avoir un chef à la maison. Ca se saurait si les gens, même les plus riches prenaient soin de leur santé au delà du plaisir (bien que ça soit les classes les plus pauvres qui négligent le plus la santé, par priorisation du budget).

Fin de mon HS Sry.

Ils rencontrent qui comme joueur les C's ?
Kaede ♥ Jae ajoute 99 tranches de viande dans son ramen. La main droite c'est vraiment celle qui tient les baguettes ?

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 24 mai 2019, 11:32

Ouais mais on parle d'un mec qui passe une grosse partie de l'année dans les bureaux d'une équipe qui emploie un chef :D ça me dépasse totalement là. Même Ojeleye par exemple dit qu'il adore y aller, c'est dingue quand même ! On parle pas d'un gros burger bien gras comme menu mais d'un bol de riz avec des légumes et du poulet, le chef de l'équipe est largement capable de le faire en version saine quoi !

Il y en a eu beaucoup déjà, je suis allé chercher quelques noms mais en fait j'ai surtout lu les noms des joueurs interviewés au Combine :

According to a league source, the Celtics interviewed 14 draft prospects over the first two days of the NBA combine and have four more scheduled for Friday morning. The group is highlighted by Texas Tech guard Jarrett Culver, who is ESPN’s sixth-ranked prospect in this draft class, and Duke forward Cam Reddish, who is seventh.

The Celtics have also interviewed Texas center Jaxson Hayes (ESPN No. 9), North Carolina guard Coby White (No. 10), Indiana guard Romeo Langford (No. 11), Oregon center Bol Bol (No. 13), Kentucky forward P.J. Washington Jr. (No. 15), and North Carolina forward Nassir White (No. 16). The Celtics are scheduled to interview Gonzaga forward Brandon Clarke (No. 12) on Friday.

The other projected first-round picks on Boston’s interview list include Tennessee’s Grant Williams, Kentucky’s Tyler Herro, Iowa State’s Talen Horton-Tucker, Purdue’s Carsen Edwards, and Stanford’s KZ Okpala.

The group is rounded out by Admiral Schofield (Tennessee), Devon Dotson (Kansas), Jontay Porter (Missouri), and Mfiondu Kabengele (Florida State).

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 24 mai 2019, 11:32

Sinon Kyrie a été nommé dans la All-NBA Second Team (a)

Gugur

Modérateur
Avatar du membre
Windy City
4116

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par Gugur » 24 mai 2019, 12:20

marmite a écrit :
24 mai 2019, 11:32
Ouais mais on parle d'un mec qui passe une grosse partie de l'année dans les bureaux d'une équipe qui emploie un chef :D ça me dépasse totalement là. Même Ojeleye par exemple dit qu'il adore y aller, c'est dingue quand même ! On parle pas d'un gros burger bien gras comme menu mais d'un bol de riz avec des légumes et du poulet, le chef de l'équipe est largement capable de le faire en version saine quoi !

Il y en a eu beaucoup déjà, je suis allé chercher quelques noms mais en fait j'ai surtout lu les noms des joueurs interviewés au Combine :

According to a league source, the Celtics interviewed 14 draft prospects over the first two days of the NBA combine and have four more scheduled for Friday morning. The group is highlighted by Texas Tech guard Jarrett Culver, who is ESPN’s sixth-ranked prospect in this draft class, and Duke forward Cam Reddish, who is seventh.

The Celtics have also interviewed Texas center Jaxson Hayes (ESPN No. 9), North Carolina guard Coby White (No. 10), Indiana guard Romeo Langford (No. 11), Oregon center Bol Bol (No. 13), Kentucky forward P.J. Washington Jr. (No. 15), and North Carolina forward Nassir White (No. 16). The Celtics are scheduled to interview Gonzaga forward Brandon Clarke (No. 12) on Friday.

The other projected first-round picks on Boston’s interview list include Tennessee’s Grant Williams, Kentucky’s Tyler Herro, Iowa State’s Talen Horton-Tucker, Purdue’s Carsen Edwards, and Stanford’s KZ Okpala.

The group is rounded out by Admiral Schofield (Tennessee), Devon Dotson (Kansas), Jontay Porter (Missouri), and Mfiondu Kabengele (Florida State).
Ouep mais encore une fois les appétants rajoutés qui font la différence. La cuisine jap y a que ça de vrai^^

Bon sur la liste donnée, pour le pick 14 je t'ai mis en gras ceux que je pense encore dispo. Langford et Little c'est du prospect, le premier il va lui falloir un shoot et il sera vraiment bon, prospect super intéressant. Le second c'est ce que j'aime le moins dans ce que la draft peut apporter, j'ai un physique monstrueux et j'ai à peu près compris que la balle devait aller dans le panier, le reste m'est inconnu :mrgreen: J'exagère de fou, mais Little, c'est vraiment le gars que je sens pas du tout, l'avantage c'est qu'il a le temps potentiellement chez vous et il est habitué à sortir du banc, mais je sais pas s'il jouerait et donc s'il se développerait. On voit que les jeunes qui ne jouent pas à Boston ne montrent pas grand chose majoritairement.

Pour les autres noms, THT ça ferait plaisir à PP^^ Carsen Edwards dans un rôle de dynamiteur de banc ça peut bien fit chez vous et forcément Grant Williams ça serait juste trop bien à Boston. Kezie, pareil un gars que j'adore 3&D intelligent, ça me ferait chier qu'il atterrisse à Boston sur un profil hyper bouché.

Globalement on sent qu'on a une ligne directrice avec des joueurs aux profils "bâtards" que vous aimez bien, surtout pour les Bigs undersized.

Dans ce style, étonnant de ne pas voir Rui mais ça viendra peut-être.
Kaede ♥ Jae ajoute 99 tranches de viande dans son ramen. La main droite c'est vraiment celle qui tient les baguettes ?

marmite

Celtics
Avatar du membre
12553

Re: Boston Celtics 2019/2020

Message par marmite » 24 mai 2019, 12:22

Tweeners ?