WNBA

WNBA, WNCAA, Equipe de France...
jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 12 octobre 2013, 19:32

Je vous ai laissé tranquille avec la WNBA pendant toutes les finales mais comme j'ai suivi toute la saison, il faut bien conclure. :)

Les Minnesota Lynx ont littéralement survolé la finale, gagnant les deux premiers matchs de 25 points et ne laissant planer qu'assez peu de doute sur le troisième match. Maya Moore a été élue MVP des finales. A noter que dans sa carrière elle a déjà gagné le championnat NCAA (2 fois), WNBA (2 fois), les JO, les championnats du monde (+ un championnat d'Espagne et un de Chine), le tout à 24 ans.

Image

Et comme elles ne chôment pas, qu'elles ne se plaignent pas de l'enchaînement des matchs malgré des salaires nettement inférieurs aux garçons, on va pouvoir retrouver beaucoup de ces joueuses en euroligue, dès le mois de novembre, ou dans le championnat chinois. ;)
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 04 janvier 2014, 20:14

Les Sparks vont quitter Los Angeles suite à des problèmes de financement.
Finalement les Sparks vont rester à Los Angels. Magic Johnson est venu à leur secours et fait partie des personnes qui ont racheté l'équipe.
Magic Johnson a écrit :“I love the Sparks; I was at the first game,” Johnson said of the 1997 game against the Liberty that marked the W.N.B.A.’s debut. “I had three sisters who played. Mark has a daughter who plays right now, and my daughter played for two years. We love women’s basketball already. This is a no-brainer for us.”
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 01 avril 2014, 07:28

Toujours à propos des Sparks, ils viennent de signer Sandrine Gruda pour la saison à venir en l'échangeant à Connecticut contre deux tours de draft. Du coup elle jouera avec Candice Parker qu'elle connaît bien puisqu'elles sont déjà coéquipières à Ekaterinenburg. C'est son grand retour après plusieurs années d'absence en WNBA.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 05 avril 2014, 15:46

La draft WNBA aura lieu le 14 avril. Parmi les favorites pour les premiers choix, certaines sont encore en course dans le final four NCAA qui se joue demain: Chiney Ogwumike (Stanford), Kayla McBride (Notre Dame), Alyssa Thomas (Maryland), Stefanie Dolson (UConn), Bria Hartley (UConn). Pas de phénomène comme Britnney Grinner cette année mais une bonne densité de bonnes joueuses NCAA qui vont arriver en WNBA avec l'expérience des grands rendez-vous.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 14 avril 2014, 16:46

Image

Ce soir (à 2 heures du matin chez nous) aura lieu la draft WNBA. Comme chez les garçons, plusieurs joueuses sont directement invitées par la WNBA et sont supposées être celles qui vont être prises au premier tour (même si c'est loin d'être une science exacte). La liste est ici pour ceux que cela intéresse. A noter que parmi elles on trouve 5 "big women", 6 arrières et seulement une SF.

Chiney Ogwumike qui a été élue meilleure joueuse de WNCAA cette saison (et dont la soeur joue déjà en WNBA et a été le premier choix 2012) part favorite pour être la première draftée par Connecticut. Jouer aux côtés de Tina Charles qui joue aussi à l'intérieur serait sans doute une bonne chose pour son apprentissage et pourrait permettre à terme de former une paire d'intérieures très cotée. Surtout que Connecticut a eu de gros problèmes au rebonds la saison dernière.

Pour la suite des pronostics, je vous laisse consulter la mock draft du site WNBA.com et les profils des joueuses inscrites à la draft.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 15 avril 2014, 10:04

Finalement la soirée de la draft aura été plus surprenante que prévue.

Image

Les choix:

1 Chiney Ogwumike a bien été choisie en n°1. Les deux soeurs deviennent donc les premières à avoir été choisies toutes deux à la première place de la draft WNBA. Par contre, contrairement à ce que je disais hier, Ogwumike n'aura pas l'occasion de jouer avec Charles: elle a été envoyée à NY contre la rookie Alyssa Thomas (4è choix), la joueuse Kelsey Bone (pivot) et un TDD 2015. C'est un gros tremblement de terre en WNBA, Charles étant quand même la MVP 2012. Du coup les rookies Ogwumike et Thomas vont avoir de grosses responsabilités dès le départ à Connecticut.

2 Odissey Sims, l'ancienne partenaire de Britney Grinner à Baylor, a été choisie en 2è par Tulsa.Elle va former avec Skylar Diggins draftée la saison dernière une paire d'arrière de haut niveau même si le reste de l'équipe reste encore faible.

3 Kayla Mc Bride a été choisie par San Antonio. Elle a contribué à la superbe saison de Notre Dame et est une joueuse solide. Elle peut devenir le point d'appui d'une équipe en manque de stars malgré son nom.

4 Allyssa Thomas a été recruté par NY et envoyé à Connecticut. C'est probablement la meilleure ailière de la draft et en arrivant dans une équipe de bas de tableau qui vient de transférer sa meilleure joueuse pour elle elle va tout de suite se retrouver avec de grosses responsabilités.

5 Natasha Howard arrive à Indiana. Vu le niveau sur le papier de l'équipe championne 2012, elle commencera sûrement sur le banc avec à terme l'ambition de partager la raquette avec Tamika Catching la star de l'équipe (avec Zellous).

6 Stefanie Dolson (ma petite grande préférée) a été selectionnée par Washington. Il y a déjà du monde à l'intérieur dont Meesemann la jeune belge qui a fait une belle saison en 2013-2014 mais elle devrait quand même réussir à se faire une place sans grosse difficulté, notamment grâce à l'absence de Snow qui d'après les dernières infos pourrait ne pas jouer cette saison.

7 Bria Hartley, la coéquipière de Dolson à UConn a été choisie par Seattle et immédiatement expédiée à Washington ou elle jouera avec ...Stefanie Dolson.

8 Shoni Schimmel a été selectionnée par Atlanta, finaliste l'an dernier. Peu de chances d'être titulaire à l'arrière mais elle intègre une belle équipe et jouera aux côté de la Française Céline Dumerc et de stars comme Mc Coughtry ou Sancho Lyttle qui vient de gagner l'Euroleague.

9 Nathalie Achonwa, actuellement blessée, a été choisie par Indiana. Une belle équipe dans laquelle elle ne devrait pas être responsabilisé trop tôt, le temps de se remettre en forme.

10 Markeisha Gatling, encore une grande, a été choisie par Chicago. Avec Fowles en pivot titulaire, son temps de jeu sera forcément limité et elle n'a pas forcément le physique pour être décalée en 4.

11 Chelsea Gray, une meneuse de jeu, arrive à Connecticut, comme Ogwumike et Thomas. Elle a des chances de s'imposer à la mène dans cette équipe rajeunie mais elle est également sensible aux blessures qui l'ont handicapée en NCAA.

12 Tricia Liston a été sélectionnée par les championnes en titre. A priori, elles n'ont besoin de rien pour s'améliorer donc elle jouera peu. Néanmoins, connue pour être efficace à 3pts, elle pourrait se voir confier un rôle de tireuse longue distance en sortie de banc.

Pour les deuxième et troisième tours, je vous invite à suivre ce lien.

A noter que Astou N'Dour, la jeune sensation espagnole (MVP du championnat d'Espagne et meilleure jeune joueuse européenne de l'année) a été choisie au second tour par San Antonio.
Modifié en dernier par jujug le 29 avril 2014, 07:09, modifié 2 fois.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 15 avril 2014, 18:08

Un truc que j'appréciais bien jusqu'ici dans le basket féminin était l'absence (ou du moins la grande rareté) de gros caprices notamment dans les trades qui donnait l'impression d'une certaine harmonie et que chacun (joueuses, coachs, GMs) pouvait faire son travail correctement. A opposer à la cacophonie masculine à base de Dwightmare, Melodrama ou autre Decision.

Mais apparemment, Tina Charles, MVP 2012, copie les garçons puisque son transfert surprenant serait plus ou moins un chantage.
"We consulted with Tina after the season," general manager Chris Sienko said. "We went to visit her in Russia in the winter. We talked to her after when free agency started. We talked to her agent. All the things that were important to her were on our radar. We made those happen and at the end of the day they changed their minds. She wanted to go to New York. Winning wasn't important to her, in their words. She just wanted a change of scenery. We were shell-shocked, quite honestly."
"I'm disappointed," coach Anne Donovan said, "but truthfully, you have to have people committed to winning and wanting to be here. That didn't describe Tina anymore. She did not want to be in Connecticut. She made it clear."
"Once we were faced with the fact that Tina said she would not play if she wasn't traded, we didn't think it was fair to our fans," Etess said. "We were ... disappointed doesn't really begin to describe it. This wasn't really by design. Our hand was forced. But I think we ended up drawing a really good hand."
Dans tous les cas, si la saison NCAA a été superbe dans le Connecticut, la saison WNBA risque d'être un peu morose même si le roster est sans doute promis à un avenir brillant.

Photo: Tina Charles quand elle jouait à Connecticut

Image
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 17 avril 2014, 17:31

La saison WNBA commence le 16 mai. Pour que ceux qui envisagent de la suivre pendant l'été (vous savez cette longue période durant laquelle il n'y a strictement aucun match NBA et où l'on débat sans fin de rosters imaginaires qui ne verront jamais le jour) je me propose pour vous présenter rapidement d'ici le début de la saison chacune des équipes engagées (elles sont douze) en allant de la moins bien classée la saison dernière à la meilleure pour donner les clés de compréhension. Une présentation tous les deux-trois jours donc. ;)
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 17 avril 2014, 17:41

Connecticut Sun
Image
Historique et palmarès

Anciennement Miracle d'Orlando, la franchise est dans le Connecticut depuis 2003. Le Sun n'a jamais gagné le championnat même s'il a accédé aux finales à deux reprises en 2004 et 2005. Depuis l'an dernier, l'équipe est entrée dans une phase de reconstruction douloureuse.

La saison dernière

Dernière de la conférence Est 10 W/24 L

La star de l'équipe

Il y avait Tina Charles. Elle vient d'être échangée. Difficile donc de trouver une réelle star dans l'effectif. Ce sera probablement l'intérieure rookie Chiney Ogwumike, draftée en n°1, qui jouera ce rôle.

Image

Les ouvrières de l'ombre

Difficile à dire là encore tant le roster semble faible. L'arrière Allison Hightower (ancienne joueuse de Nantes) all-star la saison dernière devrait sans doute être une pièce importante du roster. Katie Douglas transférée des Fever cette saison mais de retour de blessure pourrait jouer un rôle essentielle aussi si elle a retrouvé toutes ses facultés. Elle sera en tout cas, malgré son statut de récente arrivée dans l'équipe, celle dont l'expérience est de loin la plus importante, d'autant plus qu'elle a déjà joué au Sun il y a quelques années donc connaît la franchise et les fans.

Image Allison Hightower

Image Katie Douglas

Le reste du roster

Composition de l'équipe

Beaucoup d'inconnus dans ce roster qui comporte peu de joueuses d'expérience hormis Katie Douglas et dans une moindre mesure Renée Montgomery. Allyssa Thomas, la jeune ailière rookie arrivée dans le trade de Tina Charles et draftée 4è pourrait être un élément important pour faire le lien entre une ligne d'arrière plutôt solide sur le papier (Hightower/Douglas/Montgomery) et un secteur intérieur en construction centrée sur une rookie.

Image Allyssa Thomas

Le coach

Anne Donovan est le coach du Sun. Ancienne joueuse (double championne olympique notamment) et ancienne coach de l'équipe des Etats-Unis, c'est une coach expérimentée dont la tâche va tout de même être certainement difficile cette saison.

Image

Les ambitions pour cette saison

Difficile à dire tant l'équipe part dans le brouillard. Tout est à reconstruire. Cela dit, la saison dernière a été tellement catastrophique que faire mieux est un objectif raisonnable tout en s'assurant de développer au mieux les jeunes talents disponibles.
Modifié en dernier par jujug le 29 avril 2014, 07:14, modifié 6 fois.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 18 avril 2014, 09:54

Tulsa Shock
Image
Historique et palmarès

Héritière des Shocks de Detroit, l'équipe n'a pas de palmarès notable depuis son déménagement à Tulsa pour la saison 2010-11.

La saison dernière

Dernière de la conférence Ouest avec 11W/23L

La star de l'équipe

En principe ce devrait être l'australienne Liz Cambage. Mais du fait des championnats du monde qu'elle veut préparer au mieux avec son équipe, il est fort probable qu'elle soit absente. Du coup, la star de l'équipe sera sans doute Glory Johnson, l'ailière all-star la saison dernière.

Image

Les ouvrières de l'ombre

Deux joueuses sont également centrales dans le dispositif de Tulsa: Riquna Williams, meilleure sixième joueuse l'an dernier de la ligue et Skylar Diggins la meneuse de jeu sophomore. Avec Glory Johnson elles constitueront l'essentiel des atouts de Tulsa cette saison.

Riquna Williams
Image

Skylar Diggins
Image


Le reste du roster

Composition de l'équipe

Tulsa accueille quatre rookies cette saison mais la plus notable est sans aucun doute Odissey Sims, l'arrière de Baylor sélectionnée en deuxième choix de la draft. Tout comme Skylar Diggins la saison dernière elle devrait jouer un rôle important dans l'équipe dès sa première saison. Pour le reste, Tulsa manque essentiellement de taille en l'absence de Liz Cambage et son jeu devrait être prioritairement axé sur le jeu extérieur.

Image

Le coach

Tout nouveau coach puisque l'ancien a été licencié après la dernière saison, Fred Williams prendra la direction de l'équipe cette saison. Coach d'expérience, il était auparavant coach des Atlanta Dream qu'il a emmené en finale la saison dernière.

Image

Les ambitions pour cette saison

Construire une équipe autour de joueuses majeures encore jeunes puisque le coeur de l'équipe a moins de 25 ans. Etant donnée la saison dernière catastrophique, les ambitions seront forcément mesurées cette saison. Faire mieux que l'an dernier semble un minimum, se qualifier pour les playoffs paraît par contre très compliqué.
Modifié en dernier par jujug le 24 avril 2014, 20:41, modifié 1 fois.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 21 avril 2014, 11:08

New-York Liberty
Historique et palmarès

Dix fois en playoffs depuis 1997, quatre fois en finale (1997,1999, 2000, 2002), les New-York Liberty sont une équipe reconnue en WNBA. Mais ils n'ont jamais encore gagné le championnat.

La saison dernière

La saison dernière était une saison de transition. Changement de coach avec l'arrivée de Bill Laimbeer, blessure d'Essence Carson, New-York a terminé avec un bilan de 11 W/23 L (plus mauvais bilan ex-aequo de son histoire) et la cinquième place de la conférence Est qui l'a empêché de se qualifier pour les playoffs. Pour la quatrième fois seulement depuis 1997.


La star de l'équipe

Malgré l'arrivée de Tina Charles, franchise player en puissance, Cappie Pondexter reste pour l'instant à priori la star de l'équipe. Finaliste de l'Euroleague avec Fenehrbace cette saison, Pondexter est une des meilleures arrières de WNBA (1st all-WNBA team à plusieurs reprises) et est également très expérimentée puisqu'elle affiche à son palmarès deux titres WNBA (2007 et 2009 avec Phoenix).

Image Cappie Pondexter

Les ouvrières de l'ombre

C'est le transfert de l'intersaison et ouvrière de l'ombre est une expression tout sauf adaptée dans cette situation. Lors de la draft, New-York a échangé son premier tour (Allyssa Thomas) et son futur premier tour de l'année prochaine pour obtenir la MVP 2012 Tina Charles. Souhaitant quitter Connecticut, celle-ci a obtenu gain de cause et se retrouve donc à New-york avec une arrivée digne d'une diva. Mais la pression va être très forte, New-York a sacrifié beaucoup de son avenir pour l'obtenir et elle a tout intérêt à jouer comme en 2012 plutôt que comme la saison dernière. Si elle y parvient, elle sera sans nul doute la franchise player de l'équipe et les Liberty seront des candidats au titre. Sinon, les Libertys sont appelées à vivre quelques saisons difficiles à l'avenir.

Image Tina Charles

Essence Carson est beaucoup plus discrète. Dans un rôle de lieutenant ou même de sixième joueuse selon les saisons, Essence Carson est un des rouages essentiels de l'équipe. D'ailleurs, sans essence l'an dernier, la saison des Liberty n'a pas réussi à démarrer. Cette saison, rétablie, la All-star 2011 devrait permettre à l'équipe des Liberty de solidifier son jeu extérieur et être le relais entre les deux stars Pondexter et Charles.

Image Essence Carson

Le reste du roster

Composition de l'équipe

Hormis les trois joueuses citées, l'évènement central de cette saison est sans doute la retraite de Katie Smith qui passe dans le staff. Les lignes arrières sont assez solides, il y des joueuses d'expérience et désormais Pondexter est bien accompagnée.

Image Pondexter au second-plan avec les deux intérieures Pierson (n°33) et Braxton (n°45).

Le coach

Inutile sans doute de présenter Bill Laimbeer. "Bad Boy de Detroit" double-champion NBA devenu coach WNBA, papa poule des Schock trois champion WNBA, c'est un des coachs les plus réputés de la ligue et parmi les plus médiatiques. Avec une saison ratée l'an dernier, doté de deux superstars cette saison, il n'a pas vraiment le droit à l'erreur et se doit de mener son équipe au plus près du titre de champion.

Image Bill Laimbeer

Les ambitions pour cette saison

Elles sont forcément élevées. Les dirigeants New-Yorkais n'ont pas fait venir une ancienne MVP pour faire de la figuration et ont mis les moyens pour satisfaire leur ambition. Avec un coach réputé et une équipe bâtie sur l'expérience, l'objectif ne pourra être autre que le titre même si le chemin sera long et les adversaires costauds.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 24 avril 2014, 17:08

San Antonio Stars
Historique et palmarès

La franchise a été crée à Salt Lake City sous le nom de Utah Starzz avant de déménager en 2003 à San Antonio où elle devient San Antonio Silver Stars. Depuis, le nom a été raccourci en San Antonio Stars. Elles n'ont atteint les finales WNBA qu'une seule dois, en 2008.

La saison dernière

5è de la conférence Ouest avec 12 W/22L. Non qualifiée pour les playoffs.

La star de l'équipe

La joueuse naturalisée russe Becky Hammon est sans doute la joueuse qui mérite le plus ce statut aux Stars et son absence sur blessure l'an dernier est certainement l'une des multiples raisons de la non-qualification de l'équipe pour les playoffs. Multiple all-star, all-wnba first team en 2007, son retour en bonne santé sera certainement décisif concernant les résultats de l'équipe cette saison.

Image Becky Hammon


Les ouvrières de l'ombre

L'ailier-fort imposante Danielle Adams et l'arrière expérimentée Jia Perkins étaient les deux maillons forts de l'équipe l'an dernier en l'absence de Becky Hammon. Si elles n'ont pas suffi à permettre aux Stars de réussir une belle saison elles seront sans doute de nouveau au premier rang pour assister Hammon dans sa tâche cette saison.

Image Danielle Adams

Image Jia Perkins


Le reste du roster

composition d'équipe

Si le reste du roster n'est pas des plus impressionnants, les Stars se caractérisent tout de même par un collectif qui fonctionne. A cela s'ajoute cette saison l'arrivée de l'arrière rookie Kayla Mc Bride qui a permis entre autres à Notre-Dame d'accéder en finale trois fois en quatre ans d'université. C'était certainement une des meilleures arrières de NCAA, elle pourrait devenir une des meilleures de WNBA.

Image Kayla Mc Bride

Le coach

Coach expérimenté, Dan Hughes est le coach qui a gagné le plus de match avec les Stars depuis leur création. Il a d'ailleurs été COY en les coachant en 2007, année ou San Antonio se qualifie pour la deuxième fois de son histoire en finale de conférence.

Image Dan Hughes

Les ambitions pour cette saison

Difficile à dire tant qu'on aura pas vu l'impact sur le jeu du retour de Becky Hammon et de l'arrivée de Kayla Mc Bride. Avec une ligne arrière aussi talentueuse et un collectif correct, San Antonio pourrait poser des problèmes aux autres équipes. La concurrence au sein de la conférence Ouest est néanmoins très relevée et se qualifier pour les playoffs sera très difficile tant Minnesota, LA, Phoenix et Seattle semblent supérieures sur le papier.
Modifié en dernier par jujug le 25 avril 2014, 14:50, modifié 1 fois.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 25 avril 2014, 14:45

Indiana Fever
Historique et palmarès

Le principal fait d'armes des Indiana Fever est le titre de championne WNBA en 2012. Elles ont également atteint les finales en 2009.

La saison dernière

La saison dernière, le Fever n'a pas réussi à défendre son titre. Néanmoins, les joueuses expérimentées qui composent l'équipe ont tout de même réussi à se hisser jusqu'en finale de conférence après une saison régulière compliquée (4è de la conférence Est).

La star de l'équipe

Tamika Catchings est sans conteste la star de l'équipe. MVP des finales lors de la campagne victorieuse du Fever en 2012, MVP de la saison régulière en 2011 entre autres récompenses c'est évidemment le ciment et l'atout majeur de l'équipe depuis son arrivée en 2002. Son apport est évidemment indispensable, le seul bémol à ce tableau idyllique étant son âge puisqu'elle va avoir 35 ans durant la saison.

Image Tamika Catchings

Les ouvrière de l'ombre

L'arrière Shavonte Zellous est la joueuse qui monte dans l'équipe. All-star l'an dernier elle a vu ses responsabilités augmenter en jouant beaucoup plus et en améliorant son impact sur le jeu du fait en partie de l'absence sur blessure de Katie Douglas ce qui lui a valu d'obtenir le titre de "Most improved player". Douglas désormais partie dans un autre club et Catchings vieillissant, il n'y a aucune raison que son importance diminue dans l'équipe, au contraire.

Image Shavonte Zellous

Erlana Larkins est l'autre éventuel atout de l'équipe et surtout un élément central de la raquette. Très forte en playoffs l'an dernier en tournant en double-double points/Rebonds, elle a par contre fortement déçu dans le championnat chinois cette saison au point d'être coupée si bien que l'incertitude règne sur son compte à l'orée de cette nouvelle saison. Néanmoins c'est une joueuse de devoir qui sera nécessaire à l'équipe pour batailler près du panier.

ImageErlana Larkins

Le reste du roster

composition d'équipe

Le Fever est une équipe bien organisée et structurée qui a prouvé la saison dernière qu'elle avait digéré son titre. Et si l'avenir peut faire peur avec une Franchise Player vieillissante, le front office a pris la peine de recruter deux rookies au premier tour de la draft qui jouent à l'aile, tout comme leur superstar: Natasha Howard (choix 5) lui servira sans doute de remplaçante cette saison tandis que Natalie Achonwa (choix 9) une des principales raisons de la belle saison de NCAA de Notre-Dame en NCAA (avec Mc Bride des Stars) prendra soin de se remettre de la blessure aux ligaments croisés qu'elle a contracté lors des finales. Mais si elle se remet et que les deux joueuses jouent à leur niveau supposé, le Fever aura un duo d'ailier prometteur et pourra voir l'avenir en rose.

Image Natasha Howard (en pantalon) et Natalie Achonwa (robe rouge)

Le coach

Lin Dunn coach Indiana depuis 2008 et c'est donc elle qui a conduit l'équipe en finale en 2009 et au titre en 2012. Coach depuis quarante ans en NCAA puis pour l'équipe nationale féminine, elle est très expérimentée et est une des coachs les plus reconnues aux Etats-Unis.

Image Lin Dunn

Les ambitions pour cette saison

Vainqueur du championnat en 2012, finaliste de conférence en 2013, l'objectif du Fever cette saison ne peut qu'être ambitieux. Cette mission dépendra pour partie de la faculté de Catchings à rester une des meilleures joueuses de la ligue et de celle de Zellous d'intégrer désormais ce groupe d'élite.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

Baz

Art Director
Avatar du membre
Bleed Green
Paris
24562

Re: WNBA

Message par Baz » 26 avril 2014, 03:53

Vivement le focus sur les Lynx ! @-)
En tous cas, tu as un lecteur assidu, Ju' !

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 26 avril 2014, 09:08

Baz a écrit :Vivement le focus sur les Lynx ! @-)
En tous cas, tu as un lecteur assidu, Ju' !
Merci pour ta lecture. N'hésite pas à me faire part d'incohérences éventuelles. ;)

Pour les Lynx, je fais le classement de l'an dernier à rebours, je garde les meilleures pour la fin et elles ont fini premières, donc ce ne sera pas pour tout de suite. :)
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

Baz

Art Director
Avatar du membre
Bleed Green
Paris
24562

Re: WNBA

Message par Baz » 26 avril 2014, 12:00

I know that nigga, I'm just eagerly awaiting for the best part of it !

Image

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 27 avril 2014, 11:16

Seattle Storm
Historique et palmarès

Le Storm est double champion WNBA en 2004 et 2010. L'équipe reste à l'heure actuelle sur dix qualifications d'affilée en playoffs.

La saison dernière

Le Storm a fini 4è de la conférence Ouest et s'est qualifié pour les playoffs. Malheureusement, comme les deux années précédentes, elles n'ont pas réussi à passer le cap des demi-finales de conférence (premier tour des playoffs).

La star de l'équipe

Sue Bird évidemment. Son absence sur blessure l'an dernier a été un drame pour les supporters de Seattle. Cette saison, elle est rétablie et elle va donc constituer un renfort de choix pour son équipe après le départ à la retraite de Tina Thompson en fin de saison dernière. Meneuse de jeu, elle joue évidemment un rôle primordiale à la fois dans la direction du jeu mais aussi à la marque puisqu'elle était en 2012, durant sa dernière saison, la meilleure marqueuse de l'équipe. Mais à 34 ans et alors que le roster de Seattle s'est beaucoup renouvelé depuis son départ avec notamment les départs en retraite ou sur blessure de Tina Thompson, Ann Wauters et Lauren Jackson, le retour à la réalité risque tout de même d'être difficile pour celle qui reste avec Camille Little et Tanisha Wright la seule rescapé à Seattle du titre de 2010.

Image Sue Bird

Les ouvrières de l'ombre

Tanisha Wright est le deuxième élément essentiel du backcourt de Seattle. Lieutenant de Bird, elle devra sans doute davantage marquer que dans le passé tout en animant le jeu, elle qui était la meilleure passeuse de l'équipe la saison dernière. Une des joueuses les plus expérimentées du roster.

Image Tanisha Wright

Crystal Langhorne
soulève beaucoup d'espoir à Seattle. Le Storm a quand même échangé son 7è choix de draft 2014 (entre autres) pour l'obtenir et elle a la lourde tâche de remplacer une joueuse légendaire du club partie à la retraite à l'issue de la saison dernière, Tina Thompson. La nouvelle arrivée a des atouts pour cela même si ses dernières années de compétition ont déçu au regard des espoirs qu'elle avait soulevé au début de sa carrière (MIP en 2009 puis all-star lles deux années suivantes). Elle apportera certainement un peu de technique et de physique dans la raquette du Storm qui risque d'en manquer cruellement.

Image Crystal Langhorne

Le reste du roster

Composition d'équipe

Le roster du Storm est globalement solide ce qui explique d'ailleurs que le club ait continué à avoir des résultats corrects malgré les nombreux départs ou blessures qui ont émaillées les saison depuis son dernier titre. A l'aile, Camille Little a été re-signée et assurera sans doute sa place dans le cinq majeur tandis qu'Alysha Clark la remplacera ponctuellement. L'arrière est également bien fourni puisqu'en plus des deux titulaires évoquées ci-dessus on trouve plusieurs joueuses expérimentées dont la petite (5'3) Temeka Johnson titulaire à la mène l'an dernier mais qui retrouvera le banc avec le retour de Bird, la nouvelle recrue australienne Jenna O'Hea (qui a par ailleurs signé en LFB à Lattes-Montpellier pour la saison prochaine) ainsi que Noelle Quinn. La seule interrogation concerne la raquette. Le vide laissé par Tina Thompson sera sans doute comme dit ci-dessus en partie comblé par Crystal Langhorne mais le coach devra choisir pour son frontcourt entre des joueuses expérimentées mais un peu sous-dimensionnées pour les postes et des joueuses plus grandes mais sans expérience à ce niveau.

Image Camille Little


Le coach

Brian Agler est le coach du Storm depuis 2008. C'est lui qui l'a mené au titre (et aussi un roster de rêve) en 2010 en glanant d'ailleurs cette même année la récompense de meilleur coach WNBA.

Image Brian Agler

Les ambitions pour cette saison

Difficiles à cerner. Le retour de Bird devrait donner de l'espoir mais sa saison à Ekaterinenburg où elle n'a quasiment joué qu'en championnat et pas en Euroleague laisse planer le doute. A priori, on devrait assister à une année de transition à Seattle mais dans une telle structure, une telle année devrait quand même être synonyme de playoffs car il y a de la densité dans le roster. Et si Bird et Langhorne retrouvent leur niveau d'antan alors tous les espoirs seront permis.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 28 avril 2014, 18:39

Washington Mystics
Historique et palmarès

Les Washington Mystics sont une franchise peu victorieuse. Son principal fait d'arme est une finale de conférence en 2002. Sinon l'équipe a soit échoué au premier tour des playoffs, soit ne s'est pas qualifiée pour l'après-saison.

La saison dernière

Pour sa première année, Mike Thibault a mené les Mystics en playoffs après avoir terminé 3è de la conférence Est. Elles se sont faites éliminer au premier tour.

La star de l'équipe

Michelle Snow vraisemblablement absente cette saison et de toute manière en fin de carrière, Crystal Langhorne transférée contre une rookie et une sophomore, la star de l'équipe ne sera donc pas une mais deux joueuses rookies en l'occurrence les deux principales actrices du titre de Uconn en NCAA qui se retrouvent en club, la grande et pétillante Stephanie Dolson (6'5, 6è choix à la draft) et la plus petite et discrète mais efficace Bria Hartley (5'8, 7è choix). Ces deux là ont fait des miracles pendant quatre ans dans le Connecticut, le front Office des Mystics comptent bien sur elles pour faire de même à Washington.

Image Bria Hartley et Stephanie Dolson

Les ouvrières de l'ombre

Pas de vraie star donc dans cette équipe mais quelques joueuses d'expérience tout de même. L'arrière Kara Lawson, transférée du Sun et championne olympique 2008 en fait partie. Joueuse la plus âgée et expérimentée de l'effectif en l'absence de Michelle Snow, elle fera sans nulle doute office de mentor pour les jeunes joueuses de Washington et notamment Bria Hartley.

Image Kara Lawson

Ivory Latta sera la deuxième joueuse d'expérience du backcourt. La meneuse fêtera ses trente ans au cours de la saison et devrait elle aussi jouer un rôle important dans une équipe dominée par la jeunesse. Son autre métier depuis juillet 2013 (assistant-coach à North Carolina) devrait lui donner encore plus de facilités à faire passer ses messages auprès de ses jeunes partenaires.

Image Ivory Latta

Le reste du roster

Composition d'équipe

S'il ne comporte pas de star à proprement parler, l'effectif des Mystics est dense, trop à certains postes d'ailleurs diraient sans doute certains. A l'arrière, à priori, sauf surprise, le coach devrait aligner Latta, Hartley et Lawson car il serait bête de se priver de tous les talents disponibles. A l'aile, l'expérimentée Monique Currie devrait être titulaire et suppléée par la jeune Tianna Hawkins. C'est au poste de pivot que les places vont valoir chères: Dolson devrait y jouer le plus de minutes mais la franchise compte également beaucoup sur la jeune belge Emma Meesseman et Kia Vaughn mérite aussi quelques minutes. Le frontcourt de l'équipe est en tout cas physiquement impressionnant avec ces trois joueuses toutes à plus de 6'4.

Image Emma Meesseman

Le coach

Trois fois WNBA coach of the year dont une dernière fois la saison dernière pour sa première année à Washington, Mike Thibault est un coach bien établi en WNBA. A la fois head coach et GM, il est la clé de la politique de reconstruction du roster et devra donc continuer à la mener à bien cette saison. Sachant qu'à son arrivée l'an dernier il a réussi à emmener son équipe en playoffs alors quelle avait terminé les deux saisons précédentes à la dernière place de la conférence, on ne peut qu'être optimiste.

Image Mike Thibault

Les ambitions pour cette saison

Elles sont forcément mesurées tant le roster est un grand chantier. Néanmoins, les jeunes joueuses recrutées sont talentueuses et entourées de joueuses d'expérience et de devoirs. Si la magie opère, les résultats pourront être au rendez-vous ainsi que les playoffs. Si ce n'est pas le cas, cette saison fera office de grosse revue d'effectifs pour constituer à l'avenir le roster le plus efficace possible.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 30 avril 2014, 09:23

Atlanta Dream



Historique et palmarès

L'Atlanta Dream est la dernière franchise en date créée en WNBA, en 2008. Mis à part la première saison, sinon, elle s'est toujours qualifiée pour les playoffs, perdant même en finale à trois reprises (2010, 2011 et 2013) en six ans d'existence. Elles n'ont pour l'instant jamais gagné le championnat.

La saison dernière

Deuxième de la conférence Est derrière Chicago, le Dream se hisse en finale pour la troisième fois de son existence. Avec une défaite à la clé, pour la troisième fois aussi.

La star de l'équipe

Angel Mc Coughtry est la principale raison de la réussite du Dream. Avec une moyenne de plus de 20 pts par match sur les quatre dernières saisons (sur cinq saisons en carrière), elle est une des attaquantes les plus efficaces de WNBA. Et la saison dernière, elle a même également été la meilleure passeuse de l'équipe, c'est dire son importance et sa polyvalence. Sa seule limite à l'heure actuelle se situe en finale: après sa défaite l'an dernier en finale WNBA, elle a encore perdu ce printemps avec son club de Fenehrbace en finale de l'Euroligue. Autant dire qu'elle sera doublement revancharde cet été.

Image Angel McCoughtry

Les ouvrières de l'ombre

Et devinez qui est une des joueuses principales de Galatasaray qui a vaincu l'équipe de MC Coughtry en finale de l'Euroligue? Sa coéquipière espagnole à Atlanta Sancho Lyttle. Absente une bonne part de la saison dernière sur blessure elle est peut-être ce qui a manqué à Atlanta pour devenir champion. Sa présence dans la raquette et surtout au rebond sera en tout cas un gros plus cette saison pour Atlanta.

Image Sancho Lyttle

Erika de Souza sera aussi dans la raquette du Dream. Joueuse d'expérience, la pivot brésilienne est également une très bonne rebondeuse et excelle en défense. Par ailleurs, son efficacité près du panier lui permet de marquer des points faciles et de débloquer certains matchs difficiles.

Image Erika de Souza


Le reste du roster

Composition d'équipe

Evidemment, de ce côté-ci de l'Atlantique, notre attention portera toute entière sur la petite meneuse de jeu rookie du dream: Céline Dumerc. En concurrence entre autres avec une autre rookie, Shoni Schimmel (draftée 8è) celle-ci peut tout à fait espérer une place de titulaire à la mène et avec un frontcourt comme celui du dream elle aura l'embarras du choix en matière d'options offensives. Le reste du roster est par ailleurs tout à fait solide avec à l'intérieur des joueuses d'expérience sur le banc telles la pivot Ruth Riley ou l'ailière Le'coe Willingham. A l'arrière, par contre, c'est moins expérimentée même si Jasmine Thomas a désormais deux années de titulaire derrière elle.

Image Céline Dumerc

Le coach

Michael Cooper, joueur des Los Angeles Lakers et multiple champion NBA dans les années 80, est le nouveau coach des Atlanta Dream. Mais il a déjà une grande expérience du coaching comme en témoigne son titre de coach de l'année en WNBA en 2000 alors qu'il coachait les Los Angeles sparks qu'il a par ailleurs emmené deux fois consécutivement au titre en 2001 et 2002. On peut donc avancer sans risque qu'il sait gagner et faire gagner. A voir maintenant la manière dont il va s'y prendre pour faire fructifier le superbe effectif qu'il a désormais sous son autorité.

Image Michael Cooper

Les ambitions pour cette saison

Finalistes l'an passé, avec un effectif renforcé cette année, les ambitions du Dream ne peuvent évidemment être que le titre cette saison. Tout résultat inférieur au titre serait forcément une déception. C'est dire la pression qui va peser sur les épaules des joueuses et de leur coach à partir du mois prochain car le Dream n'est pas la seule équipe à poursuivre cet objectif.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

Baz

Art Director
Avatar du membre
Bleed Green
Paris
24562

Re: WNBA

Message par Baz » 30 avril 2014, 10:00

Lynx ! Lynx ! Lynx ! @-)
la grande et pétillante Stephanie Dolson
Jujug has a crush on Stephie !

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 30 avril 2014, 10:29

Baz a écrit :Jujug has a crush on Stephie !
J'apprécie beaucoup son personnage effectivement ainsi bien sûr que sa façon de jouer. Elle a quand même une carrière exceptionnelle en NCAA, elle est promise à une belle carrière en WNBA et elle est en permanence enjouée et souriante. C'est loin d'être le cas de toutes les joueuses (et je ne parle même pas des joueurs).

Par exemple, elle est passée au tonight show de Fallon (en gros la dernière minute sur la vidéo) avant même de jouer son premier match WNBA juste parce qu'elle a provoqué Jimmy Fallon (et elle a même demandé à Obama de danser lorsqu'elle a été reçu pour le titre de Uconn). C'est une joueuse qui peut contribuer à la médiatisation du basket féminin, elle n'a pas froid aux yeux, elle ne se prend pas au sérieux. On est libre de trouver cela ridicule (même si on ne trouvera pas ridicule que Deandre Jordan aille faire le clown à la télé) mais à titre personnel je ne trouve pas. ;)

Image
Source

Sinon, je te l'ai déjà dit, les Lynx viendront en dernier. Encore Phoenix, Los Angeles, Chicago à venir et ensuite ce sera le tour de Minnesota. ;)
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

Baz

Art Director
Avatar du membre
Bleed Green
Paris
24562

Re: WNBA

Message par Baz » 30 avril 2014, 10:39

C'est certain que c'est une bonne "recrue" pour la WNBA toute entière.
Aux Etats-Unis les talk-show sont une institution et Fallon dirige l'un des plus intéressants alliant à la fois l'humour et l'actu. C'est vrai que les invités viennent souvent y faire les clowns, mais c'est plus dans un esprit d'auto-dérision que pour venir lustrer leurs égos. J'adore particulièrement les séquences où Fallon invite ses guests chanteurs / chanteuses à venir taper le boeuf a capella avec quelques percussions pour accompagner. Ce sont des séquences vraiment géniales et d'une simplicité télévisuelle merveilleuse.
Tout ça pour dire que Dolson a clairement un bon sens des priorités. Elle vit son early success avec beaucoup de fun et de détachement.

Pour les Lynx, je fais comme si je n'avais pas lu.
Vite !

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 01 mai 2014, 09:53

Phoenix Mercury
Historique et palmarès

Le Mercury est une des équipes qui compte en WNBA. Deux fois championne (2007 et 2009), la franchise fait régulièrement partie des favorites pour le titre. Après une année 2012 calamiteuse due à de nombreuses blessures, l'équipe a démarré un nouveau cycle la saison dernière avec l'arrivée de Brittney Griner.

La saison dernière

Le Mercury faisait figure d'épouvantail en début de saison dernière. 3è de conférence, éliminée en finale de conférence, subissant un changement de coach en plein milieu de saison, l'équipe a finalement déçu ses supporters qui attendaient bien mieux. Cette saison apparaît donc comme celle de la revanche et du renouveau.

La star de l'équipe

Diana Taurasi entame sa onzième campagne à la mène des Phoenix Mercury. Triple championne olympique, MVP de WNBA en 2009, all WNBA à neuf reprises, blessée en 2012, elle a mené le Mercury au titre à deux reprises (2007 et 2009) et espère bien le faire encore cette saison. Meilleure marqueuse et passeuse de l'équipe l'an dernier avec plus de 20 pts et 6 passes décisives, elle risque encore d'être particulièrement efficace cette année, surtout que la composition de l'équipe est restée stable contrairement à l'année dernière.

Image Diana Taurasi

Les ouvrières de l'ombre

Phénomène physique, Brittney Griner (6'8) devait tout retourner sur son passage l'an dernier à son arrivée en WNBA. Mais finalement, mis à part quelques dunks qu'elle est une des rares à faire régulièrement en match, sinon, l'adaptation a été plus difficile que prévue et son impact moindre qu'attendu. Il n'en reste pas moins qu'elle est une pièce essentielle du dispositif du Mercury. Joueuse d'impact près du panier en attaque, ses 3 contres par match de moyenne en font aussi évidemment une arme défensive très dissuasive. L'expérience aidant il est fort probable qu'elle soit plus forte et plus régulière cette saison que l'an dernier et devienne du coup une joueuse incontournable en WNBA.

Image Brittney Griner

Bien que moins médiatique que ses deux coéquipières, l'ailière ancienne all-star Candice Dupree a également son rôle à jouer dans le cinq majeur. Extrêmement efficace en attaque en jouant essentiellement près du panier, elle était la deuxième option offensive de l'équipe l'an dernier derrière Taurasi et également la meilleure rebondeuse par match.

Image Candice Dupree

Le reste du roster

composition d'équipe

Le roster du Mercury est solide et profond tant en backcourt qu'en frontcourt. En dehors des trois joueuses évoqués ci-dessus il comporte entre autres en effet la grande DeWanna Bonner (6'4), trois fois sixième joueuse de l'année et pièce essentielle du backcourt de l'équipe, l'australienne Penny Taylor, moins incisive qu'il y a quelques années mais très expérimentée ainsi que la peut-être future naturalisée française Mistie Bass joueuse de Lyon cette saison.

Image Dewanna Bonner

Le coach

Sandy Brondello est la nouvelle coach du Mercury. A la recherche de stabilité après une saison marquée par un changement de coach en plein milieu, la franchise s'est orientée vers cette coach australienne peu expérimentée. Assistante coach aux Sparks l'an dernier, Sandy Brondello n'a en effet comme expérience de head-coaching qu'une année aux Silver stars conclue par un bilan plus que mitigé (14 W/20 L) et un licenciement. En espérant que cette expérience-ci soit plus positive, le roster du Mercury méritant sans aucun doute d'être coaché intelligemment.

Image Sandy Brondello

Les ambitions pour cette saison

Le titre, bien sûr. Diana Taurasi reste une formidable compétitrice, Britney Grinner a un potentiel physique exceptionnel et le banc a une profondeur hors du commun à tous les postes. Reste une interrogation: comment Sandy Brondello, coach à la faible expérience, va t-elle mener toute cette équipe à la réussite?
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

jujug

Greatest
Avatar du membre
18360

Re: WNBA

Message par jujug » 04 mai 2014, 16:35

Los Angeles Sparks
Historique et palmarès

Les Sparks font partie des franchises importantes de la WNBA. Deux fois championnes au début du siècle (2001 et 2002) notamment grâce à légende du basket Lisa Leslie, elle n'ont pourtant jusqu'ici jamais retrouvé le lustre de cette époque depuis. La franchise a d'ailleurs failli partir à San Francisco cette saison avant que Magic Johnson et des investisseurs qui lui sont associés ne la rachètent et la stabilisent à Los Angeles.

La saison dernière

Les Sparks terminent secondes de la conférence Ouest derrière une magnifique équipe de Minnesota. Candace Parker est désignée MVP de la saison régulière mais malheureusement l'équipe échoue dès les demi-finales de conférence face à Phoenix.

La star de l'équipe

Candace Parker, de qui d'autre pourrait-on parler? MVP en 2013, elle est également la seule joueuse à avoir été MVP et rookie of the year la même saison (2008). Ailière, elle est non seulement l'une des rares joueuses à avoir la capacité de dunker en match mais elle a également une palette technique qui permet de la placer sans difficultés parmi les meilleures joueuses du monde, peut-être même la meilleure. Double championne NCAA, vainqueur de l'Euroleague, du championnat de Russie, championne olympique, il ne lui manque plus qu'un titre WNBA pour compléter un palmarès conséquent. Peut-être pour cette année, en tout cas elle jouera pour cela.

Image Candace Parker

Les ouvrières de l'ombre

Soeur de Chiney, la numéro 1 de la draft 2014 et elle-même n°1 de la draft 2012 puis ROY la même saison, Nneka Ogwumike partage la raquette avec Parker. Son jeu se caractérise par une bonne présence au rebond et surtout des qualités offensives très fortes à proximité du panier ce qui lui permet d'assurer pour son équipe des paniers faciles là où Parker s'éloigne un peu plus. Si cette raquette Parker/Ogwumike n'est pas la plus grande de WNBA elle est l'une des plus technique et efficace.

Image Nneka Ogwumike

Kristi Toliver est moins médiatique que ses deux coéquipières précédemment évoquées. Et cela symbolise bien la tendance de cette équipe à privilégier le frontcourt plutôt que le backcourt. Pourtant, elle est une des pièces essentielles de l'arrière, celle dont peut venir le danger extérieur puisqu'elle était tout de même celle qui prenait le plus de tirs dans l'équipe après Parker la saison dernière.

Image Kristi Toliver

Le reste du roster

Composition d'équipe

Les Sparks sont une équipe solide qui a déjà montré son efficacité en saison régulière sur les deux dernières années, depuis l'arrivé de Nneka Ogwumike et de la coach Carol Ross. Mais pour l'instant, en playoffs la situation est différente. Pourtant, tous les postes sont occupées par des joueuses d'expérience: à l'arrière, Lindsey harding complète un trio d'excellentes passeuses avec Toliver et Parker tandis que sur l'aile, Alana Beard apporte son expérience. Le banc est moins expérimentée mais des joueuses comme Candice Wiggins à l'arrière, Armintie Herrington à l'aile, Jantel Lavender ou la récente arrivée Sandrine Gruda à l'intérieur seront sans doute d'un apport essentiel à la réussite de l'équipe.

Image Sandrine Gruda

Le coach

Carol Ross
est la coach des Sparks depuis 2012, année durant laquelle elle est justement devenue coach of the year en WNBA pour sa première saison en tant que head coach. Mais ancienne assistante coach du Dream vainqueur de deux titres et ancienne coach en NCAA, elle a tout de même beaucoup d'expérience et les résultats des Sparks en saison régulière depuis son arrivée atteste de sa réussite. Il reste à transformer l'essai en playoffs.

Image Carol Ross

Les ambitions pour cette saison

Le titre bien sûr. Et surtout enfin réussir en playoffs ce que l'équipe réussit en saison régulière: gagner sans se faire peur. Los Angeles n'est plus allée en finale depuis plus de dix ans et l'équipe aura sans doute à cœur de montrer à Magic Johnson et aux investisseurs qui l'ont suivi qu'ils n'ont pas eu tort de miser sur elle.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

Baz

Art Director
Avatar du membre
Bleed Green
Paris
24562

Re: WNBA

Message par Baz » 04 mai 2014, 20:26

* trépigne... *

Image