College Players Top 250 Special Edition 2018-19

NCAA Division I, March Madness, Scouting...
opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1641

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par opigucci » 17 novembre 2018, 11:06

Vick encore 33 points et 7 paniers primés!!!
Moses Brown: 23 pts, 14 rebonds et 8 contres!!!

Il devient quoi Marcus Lovett?

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 17 novembre 2018, 11:56

opigucci a écrit :
17 novembre 2018, 11:06
Il devient quoi Marcus Lovett?
Il a quitté la fac et doit surement avoir trouvé un contrat quelque part en Europe ou dans le monde. Je crois qu'il reste malgré tout éligible pour la Draft 2019.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

Véhixe

Spurs
Avatar du membre
Popovich's Army
Martigues
4001

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Véhixe » 18 novembre 2018, 23:35

Énorme énorme taff PP ! Je t'avoue que je ne pense pas lire au dessus du Top 50 je pense mais je trouve que tu fais un travail exceptionnel.

Je crois même pas que j'arriverais à faire un Top 20 NBA haha, je me demande comment tu fais pour suivre tous les matchs.

Sinon après avoir dévoilé ton top 250 entièrement, j'aimerais bien refaire mon basketix version NCAA 2018/2019 :
Véhixe a écrit :
22 mars 2018, 23:02
Oye Oye spécialiste NCAA et surtout de la futur draft incoming ! Bon, y en a parmi vous qui vont me détester, qui vont grincer des dents ou me lancer des sorts avec une poupée voodoo mais tant pis.

Je vais faire le gros basketix de base mais j'aimerais savoir (subjectivement) le meilleur prospect correspondant à chaque stéréotype suivant :

1) Meilleur sniper de la draft ?

2) Meilleur défenseur intérieur de la draft ?

3) Meilleur défenseur extérieur de la draft ?

4) Meilleur 3&D de la draft ?

5) Meilleur vision/passe/QI de la draft ?

6) Meilleur joueur athlétique de la draft ?

7) Meilleur dragster de la draft ?

Voilà si vous répondez vous êtes méga cool, si vous trouvez ça débile/inutile/impossible pas besoin de faire la remarque du type "Ouais mais c'est pas des critères ça, c'est pas comme ça que ça marche blablabla tu peux pas te baser que sur ça blablabla" je m'en fous. Répondez pas tout simplement.

Merci à vous les boys si vous faîtes l'effort de répondre à ce bandwagonner de la draft.

Kiss
He was a master craftsman of unlikely basketball memories: passionate dunks, bullet passes, nutmegs, deep high-arching threes, rabid bats, euro steps, fearless blocks - he did it all, and he did it with flair and a sense of the moment that was unmatched.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 19 novembre 2018, 09:20

J'essaierai de te répondre sur le topic de la Mock Draft.

Comme ça vite fait 7) meilleur dragster de la draft, Carsen Edwards (Purdue).
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1641

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par opigucci » 20 novembre 2018, 21:55

PistolPete le suspens est insoutenable concernant les 50 premiers :taré1: :taré1: :taré1: !!!

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 22 novembre 2018, 06:49

50-26




50- Nazreon Reid (F/C, 6-10, freshman, LSU)

Image

Une énorme recrue pour les Tigers, Reid est un consensuel 5 étoiles (#12 par ESPN, #18 par 247sports) qui annonce une saison prometteuse d’autant qu’il est accompagné d’une classe freshman ambitieuse avec un autre 5 étoiles Emitt Williams, un top 30 Javonte Smart et un top 50 Darius Day. Reid va apporter sa taille et son poids (2,08m, 109kg) dans la raquette lui qui est sans doute l’intérieur le plus physique de la classe 2018 mais ce qui le rend spécial c’est qu’il possède des fondamentaux déjà avancés pour son âge, d’abord un surprenant maniement de balle pour un tel big, capable de remonter un ballon après un rebond voir de dribbler, jouer les playmaker au périmètre, ressortir la balle sur les prises à deux etc. Il devrait ainsi pouvoir provoquer des mismatchs selon l’endroit du court. Il possède également un jeu de jambes très agile qui lui permet une variété de moves balle en main, jouer dos au panier comme face au jeu, bref il risque d’impacter des 2 côtés du terrain au bonheur de LSU.

49- Isaiah Roby (F, 6-8, junior, Nebraska)

Image

Un joueur assez indéfinissable, son point fort c’est qu’il n’a pas de véritable faiblesse, il peut à peu près tout bien faire comme ses stats le reflètent en partie, 8.7pts, 6.3reb, 2.0blk, 1.7ast, 40.5% à 3pts en 24 minutes. Roby est un poste 3/4 athlétique (2,03m, 102kg, wingspan reportée à 7’3) capable de joue les point forward ou les stretch-four en attaque selon les mismatchs, voir les small-5, et d’être un multi-défenseur de l’autre côté du terrain où ses qualités athlétiques de détente et de mobilité lui permettent de switcher in&out. Sa compréhension du jeu, sa coordination pieds-mains, sa capacité à jouer avec ou sans ballon sont difficilement quantifiables au-delà des chiffres pour son équipe, surtout si on ajoute son excellente efficacité, 56% au tir, 40.5% à 3pts et 72.4% aux lancers. Chez les Cornhuskers si on met souvent en avant le duo James Palmer-Isaac Copeland il ne faudrait pas oublier l’homme de base du système, le très polyvalent Isaiah Roby qui n’aura que 21 ans en février prochain, jeune pour un junior.

48- Charles Matthews (G, 6-6, redshirt junior, Michigan)

Image

Si l’arrière des Wolverines est capable de surfer sur la saison passée et d’améliorer les choses qui doivent l’être il devait devenir l’un des joueurs en vue de la Big Ten voir mériter une sélection dans la First Team de sa conférence. Sa Madness a été le point d’orgue de sa première vraie saison comme titulaire (41 matchs débutés sur 41) après un transfert de Kentucky où il jouait les utilités au bout du banc (10min/match). Doté de solides qualités athlétiques (1,98m, 93kg, wingspan de 6"9) sa capacité à attaquer le cercle, prendre des rebonds (5.5), passer (2.2) et défendre plusieurs positions le rend indispensable dans le nouveau système mis en place par John Beilein, où tout part d’une grosse intensité défensive man-to-man. Si Matthews parvenait à améliorer de façon significative un shooting plus que déficient (34 treys à 31.8%, 55.8% aux lancers) sa moyenne ferait un net bond (13pts/match) et il deviendrait enfin le 2-way que tout le monde lui prédisait qu’il deviendrait.

47- Myles Powell (G, 6-2, junior, Seton Hall)

Image

Perdre 4 seniors tels que Carrington, Delgado, Rodriguez et Sanogo qui étaient le ciment des Pirates ces dernières saisons, 3 participations à March Madness consécutives de 2016 à 2018 plus un tournoi de conférence 2016, est quasi insurmontable mais voilà il reste le seul starter de l’an passé, le talentueux arrière Myles Powell. Celui qui a été désigne MIP de la Big East en sophomore tournait à 15.5pts en étant simplement la troisième option offensive de l’équipe derrière Carrington et Rodriguez, sa contribution offensive devrait logiquement faire un bond malgré la pancarte du go-to guy mise certainement sur son dos par ses adversaires. Son ticket de shots était déjà important, près de 12 par match dont plus de 7 treys tentés à un pourcentage très correct vu le volume (37.9%), et il jouait 21% des possessions de l’équipe, ces chiffres seront certainement en expansion cette saison. Pour cela il a mis les bouchons doubles cet été, travaillant à muscler son corps et sur son conditioning afin de devenir plus résistant.

46- Admiral Schofield (F, 6-5, senior, Tennessee)

Image

Si Grant Williams est la star du programme, élu meilleur joueur de la SEC la saison dernière, les Vols possèdent un autre joueur possible candidat au même titre, peut être même son joueur le plus important malgré la richesse de l’effectif, et il se nomme Admiral Schofield. Il avait terminé son année en trombe scorant 18.6pts sur les 9 derniers matchs, lors du money time de la saison, signe de son nouveau statut. De toute façon Tennessee possède un des meilleurs duos 1-2 punchs aux ailes avec ces deux-la. Schofield est d’abord un joueur physique (1,96m, 107kg), excellent rebondeur pour sa taille (6.4), très bon shooteur (64 treys à 39.5%, 75.6% aux LF), capable de scorer in&out avec sa puissance et sa mobilité qui le rend difficile défendre d’où un poseur de mismatchs. Mais c’est en défense que s’exprime le mieux sa versatilité puisqu’il peut défendre quasiment toutes les positions, dans la raquette comme au large. Le coach Randy Barnes compte sur son ailier polyvalent pour aller loin cette saison.

45- Udoka Azubuike (C, 7-0, junior, Kansas)

Image

Une espèce en voie de disparition, un big de 2,13m pour près de 125kg (wingspan de 7"5) qui joue exclusivement près du cercle, 77% de réussite dans la peinture, personne n’a fait mieux en College la saison dernière, preuve malgré tout de son utilité, au moins à l’échelon universitaire. Un joueur en surpoids qui a de grandes chances de le rester toute sa carrière avec les conséquences que cela entraine, manque d’endurance, sujet aux fautes, les 2 facteurs étant liés, 23.6 minutes passées en moyenne sur le parquet. Mais qui malgré tout reste efficace durant ce laps de temps, 13pts, 7reb, 1.7blk par match (22pts, 12reb sur 40mn). Surtout son rôle était primordial l’an passé vu le manque de profondeur de la frontline, souvent le seul big entouré de 4 guards. Le coach Bill Self sait que ses Jayhawks sont une équipe avec plus d’impact des 2 côtés de la raquette avec son ‘space eater’ sur le parquet, sa force de dissuasion en défense et son côté ‘enforcer’ et féroce dunkeur en attaque.

44- Jordan Caroline (F, 6-7, redshirt senior, Nevada)

Image

Un monstre sous-dimensionné. Un physique de linebacker (2,01m pour 105kg), normal avec un père ancien pro en NFL. Un des plus gros moteurs en College qui possède l’activité d’un décathlonien, éclatant de santé (près de 35 min/match), un créateur de mismatchs, trop rapide pour des big traditionnels, trop puissant face à des intérieurs longilignes. Son côté facteur-x devait encore plus se vérifier cette saison avec l’arrivée de vrais bigs comme le freshman Jordan Brown et Trey Porter le transfuge de Old Dominion. Il a souvent du faire office de pivot l’an passé, jouant hors de position, là il va pouvoir ainsi jouer les stretch-4 voir les petits ailiers, faire encore plus de dégâts sur ses drives et peut être améliorer son tir extérieur (36 treys à 32.4%), même s'il reste un joueur qui score et prend des rebonds dans la peinture à gros bouillon (17.7pts, 8.6reb) et qui aime agresser le cercle (6.8 lancés tentés, 70.9% convertis). Peut être même l’arme anti-Zion si d’aventure les routes du Wolf Pack et de Duke venaient à se croiser.

43- Bruno Fernando (C, 7-0, sophomore, Maryland)

Image

L’intérieur angolais est un freak athlétique (2,08m, 110kg) disposant de grosses mains et d’une envergure mesurée à 7-4 (2,24m) lors du dernier NBA Combine. On pensait qu’il tenterait sa chance à la Draft vu son potentiel mais le garçon a finalement été sage et décidé de revenir se perfectionner une année de plus, il est encore dans son jus par certains aspects de son jeu. Malgré tout sa saison freshman a été dans l’ensemble satisfaisante, surtout la seconde partie après un slump en janvier (10.3pts, 6.5reb, 1.2blk, 57.8% au tir, 74% aux LF en 22.4min). Fernando fait preuve d’un gros moteur et d’une intensité en défense, rebond et protection du cercle, même s’il peut disparaitre de certains matchs et peut être sujet aux fautes. Offensivement dès qu’il peut capter la balle autour du cercle il est difficile à stopper même s’il ne dispose pas de moves variés. On a aussi pu apercevoir quelques flashs de son ball handling et d’un embryon de tir. L’arrivée de l’intérieur freshman Jalen Smith pourra même lui libérer de la place pour opérer.

42- Josh Reaves (G, 6-4, senior, Penn State)

Image

Un combo très athlétique (1,93m, 95kg, wingspan de 2,01m) capable de switcher sur tout en défense grâce à son excellente latéralité, de jouer également second meneur (3.1 passes) mais qui répugne encore à shooter (moins de 5 tirs par match en carrière), prenant un soin maniaque de sa sélection de tir (48.7%). Reaves a été un artisan majeur de l’excellente saison de Penn State avec en point d’orgue la victoire finale au tournoi du NIT* face à Utah. Avec le départ de Tony Carr parti monnayer ses talents en NBA c’est le moment pour lui de prendre encore plus de responsabilités, et pas seulement en défense mais en franchissant un cap nécessaire en attaque pour son équipe qui aura besoin qu’il se transforme en un 2-way d’élite cette saison. Avec son compère Lamar Stevens il devrait forme un des duos les plus athlétiques en College et tenter de qualifier les Nittany Lions à la Madness pour la première fois depuis 2011.

* Le NIT est le tournoi de ‘consolante’ pour toutes les équipes recalées à la Madness, c’est un tournoi sur invitation dont la finale se déroule invariablement au Madison Square Garden à New York. De grands noms l’ont gagné, UCLA, Kentucky, Indiana, Michigan, Villanova etc

41- P.J Washington (F, 6-8, sophomore, Kentucky)

Image

Après avoir longuement espéré un premier tour garanti qu’il n’était finalement pas certain d’obtenir en juin dernier, l’intérieur hybride des Wilcats a décidé de retourner en College. Sa décision pourrait lui permettre de faire fructifier une saison sophomore par un contrat juteux en NBA, le but de tout gros prospect sortant de Kentucky. Pour cela il devra néanmoins prendre en compte la concurrence interne avec les Richard, Montgomery et Reid, mais surtout améliorer ce qui doit l’être, être plus à l’aise sur son ball handling, trouver du range sur son shot, travailler ses lancers (60% de réussite) pour quelqu’un qui se rend 5.6 fois par match sur la ligne, être capable de défendre sur les extérieurs. Le reste cet hybride 3-4 très athlétique (2,03m, 107kg) aux longs segments (wingspan de 7’3) est un excellent rebondeur (5.7 en 27min), un bon passeur (1.5), il sait jouer en iso, il est mobile sur jeu ouvert et dispose d’un gros moteur, il peut impacter par sa défense in&out, bref un homme de base sans aucun doute du coach Calipari.

40- Lindell Wigginton (G, 6-2, sophomore, Iowa State)

Image

Le canadien issu des rangs de la prestigieuse Oak Hill Academy est un combo plus à l’aise off-the-ball mais qui peut prendre aussi le jeu à son compte (2.8 passes). Il a démontré lors de son année freshman chez les Cyclones qu’il était tout d’abord un scoreur, d’ailleurs il a terminé l’année cinquième marqueur de la Big XII avec ses 16.7pts derrière les Trae Young, Keenan Evans, Devonte’ Graham ou Jevon Carter, que du lourd. Après avoir testé de la pré-draft on lui a conseillé de retourner bosser ce qui devait l’être, ses prises de décision incertaines (3.0 turnovers) d’où améliorer ses skills de meneur, sa sélection de tir douteuse (adresse de 41.2%) ou sa difficulté à finir dans le trafic (42.3% à 2pts), voir ses lancers (66.0%). Cela dit c’est le processus normal de nombre de freshmen, rien d’alarmant car pour le reste Wigginton est un joueur confiant en lui, excellent shooteur (69 treys à 40.1%) que ce soit sur catch&shot ou en sortie de dribble, capable de plays athlétiques vers le cercle avec son premier pas rapide et aussi bon défenseur sur la balle.

*blessé au pied gauche dès le début de saison, out "indéfiniment", sa fac a parlé d’un retour "quelque part en décembre".

39- Zach Norvell, Jr. (G, 6-5, redshirt sophomore, Gonzaga)

Image

Une belle surprise de voir le freshman des Zags nommé meilleur débutant de sa conférence la West Coast, mais en y regardant de plus près c’est la marque de fabrique de la maison qu’un joueur placé sur la redshirt list performe la saison suivante après s’être imprégné de la culture locale, d’avoir partagé tous les scrimmages, travaillé ses points forts comme faibles et effectué tous les déplacements avec l’équipe. Norvell ne déroge pas à la règle comme avant lui Olynyk, Wiltjer ou Williams-Goss dans un passé récent. Une première saison solide donc qui l’a vu tourner à 12.7pts, 3.9reb, 2.3ast avec de bons pourcentages (57.9% à 2pts, 37.0% à 3pt (77), 80.0% aux LF), devenu starter au bout de quelques matchs (29 débutés sur 37). Mais c’est lors de l’épilogue de la saison qu’il a haussé son niveau, tournoi de conférence et March Madness inclus, finissant à plus de 17pts de moyenne sur les 7 derniers matchs dont un ‘monster game’ face à Ohio State (28pts, 12reb, 4ast, 6 treys). Si ce shooteur à l’âme de leader peut franchir un cap en défense sa saison sophomore en sera encore meilleure.

38- Cody Martin (G/F, 6-7, redshirt senior, Nevada)

Image

L’arrivée des jumeaux Martin dans le Nevada en provenance de NC State a vraiment été le ‘real deal’ pour le Wolf Pack, une année à patienter avant de les voir à l’œuvre, saison redshirt oblige en raison des règles sur les transferts, mais l’attente a été récompensée. Si Caleb l’ainé est certainement le meilleur des deux niveau potentiel et cela depuis le lycée (top 60 pour Caleb contre top 90 pour Cody), l’apport de Cody est essentiel de par la qualité de son ‘all around game’ et sa capacité à noircir une feuille de stats. La preuve la saison passée avec ses 14.0pts, 6.3reb, 4.7ast, 1.7stl, 1.5blk, si on ajoute 51.6% d’adresse au tir, personne n’a jamais cumulé ce seuil statistique depuis 25 ans en College, pas un mince exploit. Ce que ne disent pas les stats c’est son approche old school du jeu, le cadet n'est pas un scoreur ou un adepte des plays flashy, il apporte surtout en terme de QI, de playmaking, de défense, avec un moteur et un hustle à la hauteur de sa versatilité et de son altruisme. Il ne sera jamais sans doute un shooteur (29% à 3pts sur un faible volume de 50 tirs) mais le reste de son jeu le rend indispensable.

37- Eric Paschall (F/C, 6-8, redshirt senior, Villanova)

Image

L’ancien de Fordham reste un des 2 seuls starters de la saison passée encore présent dans l’effectif en 2018-19 avec Phil Booth, il a débuté chacun de ses 38 matchs, n’en manquant que 2 pour un protocole de commotion. Il est aussi le co-capitaine de l’équipe, toujours avec son complice Phil Booth, et ces deux-la seront le ciment des Wildcats. Paschall n’aura aucun mal à se glisser dans la peau du leader et de donner le ton en défense là où il excelle, avec son physique d’intérieur massif et trapu (2,03m pour 115kg). Le départ d’Omari Spellman va sans doute le forcer à jouer plus souvent au centre de la raquette dans un rôle de pivot small-ball, les autres alternatives n’étant pas nombreuses, mis à part les 2 sophomores, Dhamir Cosby-Roundtree ou Dylan Painter mais qui n’offrent pas de garanties immédiates. Outre la défense Paschall va devoir aussi se multiplier en attaque, faire mieux que ses 10.6pts de l’an passé, surtout qu’il est adroit dans la peinture (63.9% à 2pts) et pas maladroit de loin (36 treys à 35.6%), profiter aussi de son adresse aux lancers (81.3%) mais en forçant plus de tentatives (2.5/match).

36- Jordan Murphy (F, 6-6, senior, Minnesota)

Image

Un joueur souvent sous-estimé y compris au sein de sa propre conférence puisque le comité de la Big Ten l’a oublié au moment de dévoiler sa First All-Team en fin de saison, figurant simplement dans la Third Team des coachs et la Second Team des médias. Sans doute la saison chaotique de Minnesota (15-17) a joué un rôle mais difficile pour cet intérieur sous-dimensionné mais hyper bulké (1, 98m, 113kg) de faire mieux que ses 16.8pts, 11.3reb et 24 double-doubles de l’an passé. Doté d’un gros moteur et grâce à sa puissance physique il peut poser des problèmes quasi insolubles à des poste 4, seule sa taille l’empêche de rivaliser face à de vrais pivots athlétiques. C’est pourquoi cette année repositionné sans doute en 4 avec la venue du freshman Daniel Oturu un pivot de 2,08m et le retour de blessure de Eric Curry l’autre intérieur costaud de 2,06m pour 107kg il sera encore plus dangereux avec plus d’espace pour manœuvrer et ainsi pouvoir améliorer son jeu face au panier et son shooting (seulement 11 treys à 31.4%).

35- Bol Bol (C, 7-2, freshman, Oregon)

Image

Déjà commencer par le background, Bol Bol est bien le fils du grand Manute. Il a donc hérité d’un certain patrimoine génétique certes moins spectaculaire avec ses 2,18m pour 100kg mais son envergure est annoncée à 2,33m (7’8), on peut déjà projeter les dégâts au contre que de telles mensurations vont engendrer. Bien sûr on va aussi pouvoir parler d’ancre défensive et de protecteur de cercle à son sujet mais Bolx2 n’est à priori pas qu’un épouvantail défensif qu’on agiterait à l’occasion, le garçon parait bien plus skillé, il peut shooter à parti d’un dribble, prendre des pull-ups y compris à longue distance, il devrait ainsi largement battre les 14 treys réussis par Mo Bamba avec Texas l’an passé. Il pourra donc stretcher sans trop de problème et même manœuvrer les autres pivots de près avec son handling en mettant la balle au sol. Il se déplace également avec une certaine facilité que ce soit dans un petit périmètre ou plus au large. Reste à se renforcer du haut du corps, et surtout le point d’interrogation majeur est dans sa détermination à réussir à tout prix, Bol Bol est encore assez nonchalant et ‘easy going’.

34- D’Marcus Simonds (G, 6-3, junior, Georgia State)

Image

Un joueur encore relativement sous les radars du College mais qui en 2 saisons chez les Panthers de Georgia State est devenu l’un des tous meilleurs joueurs de l’histoire du programme, surtout s’il confirme cette saison en junior. Son coach Ron Hunter qu’on pourrait soupçonner d’être partisan dit qu’il sera le plus haut drafté de l’histoire de la fac, pour rappel son fils R.J Hunter le fut en 28ème position en 2015, suite à la mémorable Madness de la même année. Son année sophomore a été bien remplie, Simonds a fini POY de sa conférence la Sun Belt, il a permis à son équipe de décrocher un billet pour March Madness en remportant son tournoi de conférence (où il finit MVP), le tout derrière ses 21.2pts, 5.7reb, 4.4ast, 1.7stl. GSU retourne 4 de ses starters de la saison passée et a donc de grandes chances de remporter sa conférence et de se qualifier une nouvelle fois pour la Folie de Mars derrière son meneur, un joueur athlétique et puissant (1,91m, 88kg), difficile à arrêter sur ses drives et qui adore aller au contact, mais qui devra faire mieux que ses 29.2% de loin et moins pire que ses 3.6 turnovers s’il veut accéder à ses rêves de NBA.

33- Ky Bowman (G, 6-1, junior, Boston College)

Image

Après avoir flirté avec la NBA le meneur des Eagles a décidé de poursuive en College à l’inverse de son mate Jerome Robinson drafté en juin dernier dont il sera orphelin et dont la production globale sera difficile à remplacer. Les deux complices du backcourt se partageaient la balle de façon similaire, Robinson avait un Usage % de 27.3, Bowman de 26.5, on peut donc penser que ce dernier aura souvent la balle en main cette saison et que ses stats personnelles déjà excellentes devraient encore décoller (17.6pts, 6.8reb, 4.7ast, 1.5stl). Surtout qu’il joue beaucoup et ne souffle quasiment jamais sur le banc, c’est l’un des joueurs les plus actifs en College avec ses 38.2 minutes par match, preuve aussi de son éclatante santé. La conséquence c’est que la gomme laissée le pénalise parfois en défense où il doit faire des impasses mais il dit avoir travaillé cet été sur son endurance en améliorant sa diététique. S’il parvient à devenir un joueur efficace des 2 côtés une belle surprise, à l’image de son pote Robinson l’an passé, pourrait aussi l’attendre en juin prochain.

32- Jarrett Culver (G, 6-5, sophomore, Texas Tech)

Image

On l’a peut être pas assez remarqué mais derrière le spectaculaire Zhaire Smith et ses highlights athlétiques de la saison dernière se cachait un autre freshman de talent, sans doute même plus skillé et complet que le désormais joueur des Sixers en NBA. Sa première saison laisse présager du meilleur à venir avec ses 11.2pts, 4.8reb, 1.8ast, 1.1stl, 55 treys à 38.2% en 26 minutes de jeu, surtout que le kid avait débarqué en College blessé à une hanche lors de sa dernière année de lycée, ce qui l’avait privé de toute la préparation estivale. Désormais à 100% cet arrière athlétique et longiligne (1,96m, 88kg) devrait donc se révéler définitivement au grand public grâce notamment à son shooting, son slashing et sa dureté en défense qui en font un modèle de 2-way. Il peut aussi évoluer comme second meneur et adore attaquer les closeouts, il doit cependant améliorer son tir en sortie de dribble et ne pas se contenter d’être un spot-up shooter, avoir une meilleure compréhension du pick’n’roll, et gommer cette faiblesse aux lancers (64.8%). Une année sophomore qui s’annonce prometteuse s'il réunit toutes les pièces du puzzle.

31- Reid Travis (F/C, 6-8, redshirt senior, Kentucky)

Image

Après avoir passé 4 saisons du côté de Stanford en Californie celui qu’on surnomme ‘The Fridge’ en raison de son côté un peu cubique (2,03m, 108kg) devrait être le transfert impactant de la nouvelle saison de par sa destination, Kentucky, une des powerhouses du College, et d’en faire de facto un des favoris au titre final. Rare chez les Wildcats de pouvoir compter dans leurs rangs un joueur aussi expérimenté, un redshirt senior de cinquième année* qui pourra encadrer les jeunes pousses. Auteur d’une belle campagne junior avec ses 19.5pts et 8.7 reb il ne répliquera sans doute pas ces chiffres cette saison mais avec sa dureté sous le cercle, sa science du rebond et son scoring intérieur il fait d’emblée figure de ‘difference-maker’ au sein d’un frontcourt talentueux (Washington, Richards, Montgomery) mais assez inexpérimenté. Il connait parfaitement son rôle et ses propres limites, il n’est pas athlétique et donc pas protecteur de cercle, il shoote rarement au-delà de sa zone de confort des 3 mètres, il laissera ça à d’autres et c’est plutôt une qualité.

*Lors de sa saison sophomore en 2015-16 Travis a été victime d’une fracture de stress à une jambe et contraint de stopper sa saison au bout de 8 matchs, lui permettant ainsi d’être déclaré ‘medical redshirt’ pour avoir disputé moins de 30% de la saison et ainsi gagner une année supplémentaire d’éligibilité.

30- Kamar Baldwin (G, 6-1, junior, Butler)

Image

Les Bulldogs ont perdu leur meilleur élément, Kelan Martin, qui aura impacté le programme tout au long de son cursus de 4 années par sa polyvalence, sa dureté physique et son charisme. Il ne sera pas remplacé poste pour poste mais l’équipe possède quelques joueurs de talent capable de perpétuer ce qu’on appelle ici le ‘Butler Way’, une culture basket basée sur l’esprit d’équipe, la dureté au mal, symbolisé par le mantra "gritty, not pretty". S’il y a un joueur qui est en capacité de reprendre le flambeau c’est bien le meneur Kamar Baldwin qui malgré ses mensurations (1,85m, 78kg) est un joueur qui peut impacter le jeu physiquement et qui est aussi le meilleur défenseur de son équipe. Il sait qu’il devra devenir la première option au scoring, faire mieux que ses 15.7pts de l’an passé. C’est peut être beaucoup lui demander, le joueur a quelques faiblesses (prises de décision, shooting) mais il dispose néanmoins d’une bonne supporting cast autour de lui (Paul Jorgensen, Sean McDermott) et a donc les moyens de répondre aux attentes, et devenir un potentiel POY de la Big East.

29- Quentin Grimes (G, 6-5, freshman, Kansas)

Image

Le jeune combo des Jayhawks retrouve son coach Bill Self avec qui il a remporté l’or cet été aux mondiaux U18 au Canada, derrière ses 21.5 points, 7.5 rebonds et 5.0 passes, finissant même MVP du tournoi. La transition devrait donc se faire en douceur dans un système orienté sur les guards et donc fait pour Grimes. Ce solide athlète (1,96m, 95kg) devait évoluer aux côtés de l’autre freshman le meneur Devon Dotson dans un rôle plus off-the-ball même s’il possède également les skills du playmaker (vision, passe, prise de décision). D’ailleurs Bill Self l’a qualifié de "meneur qui peut jouer sans le ballon", même s'il sera plus attendu dans un rôle de shooteur/scoreur extérieur capable aussi d’aller agresser dans la peinture avec son physique. Quelque soit son utilisation il devrait impacter le jeu de Kansas et permettre de jouer avec différentes lineups. Si on rajoute qu’il est un excellent rebondeur pour sa taille, un bon défenseur grâce à son sens du placement et de l’anticipation qui compense une latéralité moyenne, on voit se dessiner le portrait d’un ‘do it all player’ qui aurait pour seules faiblesses réelles des difficultés à finir au cercle (faible envergure) et curieusement les lancers-francs (une main gauche faible qui accompagne le mouvement).

28- James Palmer (G/F, 6-6, redshirt senior, Nebraska)

Image

James Palmer est l’un des meilleurs seniors en College tous postes confondus et il aura l’occasion de le prouver au sein d’une équipe des Cornhuskers du Nebraska très dangereuse avec son meneur Glyn Watson et sa frontline Isaac Copeland-Isaiah Roby. Après 2 saisons anonymes chez les Hurricanes de Miami et son transfert dans le Nebraska après une année redshirt cet arrière physique (1,98m, 95kg) rebondissait de façon spectaculaire et impactait son équipe par ses 17.2pts, 4.4reb et 3.0ast, valant à nebraska un bilan de 22-11 et une quatrième place dans la Big Ten porteuse d’espoirs. Sélectionné dans l’équipe-type de la Big Ten en fin de saison il espère cette fois concourir pour le titre de POY, pour cela ce ‘ball dominant’ à la fois facilitateur et scoreur agressif vers le cercle où il récolte un paquet de lancers (6.7/match, 73.8%) devra vraiment améliorer son shooting extérieur (43 treys à 30.9%), soigner sa sélection de tir et sans doute un peu abandonner le ballon. S’il parvient à envoyer ses Cornhuskers au Bal de Mars pour la première fois depuis 2014 la NBA ne sera sans doute plus un mirage pour ce "Mister Buckets".

27- Kris Wilkes (F, 6-8, sophomore, UCLA)

Image

L’ailier longiligne des Bruins (2,03m, 93kg) est le joueur le plus talentueux de l’effectif actuel, ancien top 25 des lycées et recrue 5 étoiles l’an passé, à lui de prouver qu’il peut porter son équipe et devenir ce go-to player avec les départs des tauliers Aaron Holiday et Thomas Welsh. C’est une année charnière pour lui d’un point de vue NBA après avoir tâté de la pré-draft et décidé de revenir en College, mais aussi pour le coach Steve Alford un peu sur la sellette, d’autant plus que la Pac-12 est très ouverte avec des équipes en rebuilding (Arizona, Arizona State, Oregon) et que UCLA peut très bien en tirer les marrons du feu. A condition que Kris Wilkes, plus que le meneur Jaylen Hands, en soit le fer de lance à la fois comme scoreur (13.7pts l’an passé), rebondeur (4.9) et même passeur (1.7). Aaron Holiday et ses 20.3pts partis ses tickets de shot devraient s’envoler (11/match en 2017-18) à condition de soigner son adresse sur un plus gros volume (35.2% à 3pts, 65.5% aux lancers). Autre dossier la défense, rarement désigné pour garder le meilleur joueur adverse il devra également démontrer son leadership de ce côté-là et donner l’exemple.

26- Markus Howard (G, 5-11, junior, Marquette)

Image

L’an passé le backcourt de Marquette était composé de 2 scoreurs prolifiques tels que Markus Howard et Andrew Rowsey, 2 lutins au-delà des 20pts de moyenne par match mais qui au final ne matchaient pas vraiment ensemble, quand l’un scorait beaucoup l’autre était plus discret, ils ont scoré plus de 20pts ensemble que sur 1 seul match la saison passée, et autant dire qu’en défense c’était portes ouvertes vu leu taille (Rowsey 1,78m, Howard 1,80m). On peut donc espérer une meilleure alchimie avec un défenseur comme Joseph Chartouny et qu’Howard reprenne une partie du scoring de son ancien compère cette saison. Son Usage Percentage était de 30.9, il devrait diminuer avec un meneur comme Chartouny et donc avoir plus de situations de catch&shoot que passer son temps à créer son tir, et quand on connait ses capacités de shooteur (46.4% au tir, 111 treys à 40.4%, 93.8% aux LF) on peut envisager quelques cartons mémorables de sa part. Un candidat au titre de POY de la Big East s’il progresse sur 2 secteurs, la défense où il est exposé sur pick’n’roll, et sur ses qualités de playmaker s’il prend de meilleures décisions balle en main.
Modifié en dernier par PistolPete44 le 24 novembre 2018, 14:39, modifié 1 fois.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
7894

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Garcy22 » 22 novembre 2018, 18:03

Azuibuke en surpoids? Tu es un peu rude non? On a vu l'an dernier son importance lorsqu'il s'est blessé avant la MM: les Jayhawks ont eu les ailes coupées meme si De Sousa faisait des miracles dans laeinture pour essayer de compenser
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

jujug

Greatest
Avatar du membre
18323

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par jujug » 22 novembre 2018, 19:12

Norvell de Gonzaga 39è on peut trouver cela un peu haut car c'est un joueur qui n'attire pas la lumière mais sur les deux derniers matchs récent du Maui il a vraiment été essentiel à son équipe. On en parle peu mais il est clairement important dans les plans du coach et n'est globalement pas étranger au bon début de saison de son équipe.
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

MintBerryCrunch

MVP
Avatar du membre
Bleed Green
Switzerland
12190

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par MintBerryCrunch » 22 novembre 2018, 19:17

Tu m'épates Jujug de pouvoir suivre autant de ligues et avoir un niveau d'analyse toujours bon :-\
Youtube et instagram: @Astromigui

jujug

Greatest
Avatar du membre
18323

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par jujug » 22 novembre 2018, 19:22

MintBerryCrunch a écrit :
22 novembre 2018, 19:17
Tu m'épates Jujug de pouvoir suivre autant de ligues et avoir un niveau d'analyse toujours bon :-\
Pour le coup je picore plus que je ne suis désormais d'où le fait d'ailleurs que je n'interviens pas sur tous les sujets. Gonzaga en l'occurrence j'ai vu plusieurs de leurs matchs en ce début de saison, Duke aussi mais clairement si je commente Norvell il y a plein d'autres joueurs sur lesquels je ne pourrais donner mon avis, en tout cas à l'heure actuelle ou alors sur des souvenirs des années passées. Alors que fut un temps j'étais un peu plus calé. Par contre comme je regarde des matchs d'un peu partout sans distinction de sexe, d'âge ou de continent du coup je peux discuter d'un peu tout. Mais je touche mes limites bien plus vite qu'avant, le temps ne s'achète pas. ;)
"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

MintBerryCrunch

MVP
Avatar du membre
Bleed Green
Switzerland
12190

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par MintBerryCrunch » 22 novembre 2018, 19:44

Oui c'est clair ! C'est ça qui m'épate, du temps j'en ai et finalement j'en regarde pas une chier des matchs à part le soir quand je dors pas donc respect à toi (et à tous les autres sur ce topic ! Une des meilleurs parties du forum que je lis souvent ! 8-} )
Youtube et instagram: @Astromigui

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
7894

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Garcy22 » 22 novembre 2018, 20:43

jujug a écrit :
22 novembre 2018, 19:12
Norvell de Gonzaga 39è on peut trouver cela un peu haut car c'est un joueur qui n'attire pas la lumière mais sur les deux derniers matchs récent du Maui il a vraiment été essentiel à son équipe. On en parle peu mais il est clairement important dans les plans du coach et n'est globalement pas étranger au bon début de saison de son équipe.
C'est marrant j'ai eu exactement la meme reflexion (mais j'ai eu la flemme de poster) en trouvant son nom a la 39eme place mais c'est clair qu'en y reflechissant bien, ce n'est pas vllé au regard des ses premiers matchs cette saison
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 22 novembre 2018, 22:07

Garcy22 a écrit :
22 novembre 2018, 18:03
Azuibuke en surpoids? Tu es un peu rude non? On a vu l'an dernier son importance lorsqu'il s'est blessé avant la MM: les Jayhawks ont eu les ailes coupées meme si De Sousa faisait des miracles dans laeinture pour essayer de compenser
C'est ce que j'évoque dans son court portrait, il y a un Kansas avec et sans lui. Mais pour moi faire autour des 125kg c'est beaucoup même pour un seven footer, tu en as qui font 108-110kg avec la même taille. Il ne sera jamais longiligne mais il peut (il doit) encore s'assécher pour son futur sinon il aura toujours des problèmes de conditioning/stamina et donc de foul trouble, et il ne restera que 20mn max sur le parquet au lieu de 30 voir parfois plus s'il joue en NBA.

Bol Bol par exemple il joue déjà plus de 28 minutes par match.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

spicygsw

All Star
Avatar du membre
Dub Nation
7051

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par spicygsw » 23 novembre 2018, 00:40

Très surpris de trouver Josh Reaves si haut, pour moi c'est le role player par excellence, pas un joueur qui arrive si haut dans un classement des meilleurs joueurs, mais pourquoi pas, c'est bien aussi de mettre en lumière ce genre de joueur

Markus Howard un peu bas à mon goût en revanche, pour moi c'est un All-American, un Top 15 donc
jujug a écrit :
22 novembre 2018, 19:12
Norvell de Gonzaga 39è on peut trouver cela un peu haut car c'est un joueur qui n'attire pas la lumière mais sur les deux derniers matchs récent du Maui il a vraiment été essentiel à son équipe. On en parle peu mais il est clairement important dans les plans du coach et n'est globalement pas étranger au bon début de saison de son équipe.
Tout à fait mais j'ajouterais que c'était prévisible avec sa grosse fin de saison dernière comme l'a rappelé PP dans sa description, Zach Norvell a un talent de scoreur assez énorme au niveau universitaire, pour moi il mérite largement sa place dans ce Top et je trouve ce classement logique

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 23 novembre 2018, 06:54

Oui c'est ça, je voulais récompenser un role player comme Josh Reaves qui pourrait jouer dans n'importe quelle équipe, un peu un Mikal Bridges like, un des meilleurs athlètes-défenseurs du College.

Ces stats cette saison (5 matchs): 11.8pts, 6.0reb, 3.4ast, 2.4stl, 42.1% à 3pts, 86.7% aux LF.

Concernant Markus Howard #26 c'était ma limite, je ne le place pas plus haut, pénalisé par la faiblesse défensive de son équipe, et la sienne, j'ai tenu compte de l'ensemble. Sinon sur ses seules qualités il n'y aurait pas scandale à le voir plus haut. Un choix.

Je ne comprends pas non plus le coach Woj (nan pas The Woj le spoiler de la draft, Steve Wojciechowski^^), il bâtit ses équipes sur des shooteurs/scoreurs qui ne savent pas défendre depuis qu'il est en place à Marquette, Henry Ellenson c'était déjà lui, Rowsey, Hauser, Howard etc, faudrait équilibrer avec plus de cols bleus comme à une époque.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

hgiv13

Sophomore
Avatar du membre
Deer District
657

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par hgiv13 » 23 novembre 2018, 15:55

PistolPete44 a écrit :
23 novembre 2018, 06:54
Concernant Markus Howard #26 c'était ma limite, je ne le place pas plus haut, pénalisé par la faiblesse défensive de son équipe, et la sienne, j'ai tenu compte de l'ensemble. Sinon sur ses seules qualités il n'y aurait pas scandale à le voir plus haut. Un choix.

Je ne comprends pas non plus le coach Woj (nan pas The Woj le spoiler de la draft, Steve Wojciechowski^^), il bâtit ses équipes sur des shooteurs/scoreurs qui ne savent pas défendre depuis qu'il est en place à Marquette, Henry Ellenson c'était déjà lui, Rowsey, Hauser, Howard etc, faudrait équilibrer avec plus de cols bleus comme à une époque.
Wojo personne ne le comprend vraiment, l'an passé Marquette c'était vraiment sympa à voir mais ça manquait de défense pour aller loin. L'équipe est un peu plus équilibrée que l'an passé mais dépendra vraiment de Howard et Hauser, on l'a bien vu contre Kansas...

Après Ellenson et Hauser restent des Wisconsinites pur jus donc c'était pas ultra choquant de les voir à Marquette !

2words

Night Driver
Avatar du membre
76ers Liberty Baller
Belgique
10117

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par 2words » 23 novembre 2018, 16:15

Ça va, c'est pas Savanah State ou The Citadel non plus niveau défense xD
Hinkie's Fan N°2
STAT

hgiv13

Sophomore
Avatar du membre
Deer District
657

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par hgiv13 » 23 novembre 2018, 16:49

Ah franchement l'an passé...

TuniGoBlue

Rookie
Windy City
164

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par TuniGoBlue » 23 novembre 2018, 23:12

Charles Matthews est un redshirt Junior :p

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 24 novembre 2018, 14:39

My bad, j'ai du checker sur ESPN qui le donne senior (ouh ESPN "fake news" :mrgreen: ) alors que généralement quand j'ai un doute je vais plutôt sur RealGm. C'est vrai qu'il a été transféré de Kentucky après une année et pas deux comme ça se fait généralement.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

TuniGoBlue

Rookie
Windy City
164

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par TuniGoBlue » 27 novembre 2018, 05:05

Vu ce que porpose Morant en ce début de saison, je propose qu'il passe directement en 1 hahaha

adums

MVP
Avatar du membre
11333

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par adums » 27 novembre 2018, 09:14

Le top 25, le top 25 !!! :pompom: :pompom: :pompom:

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 27 novembre 2018, 10:17

TuniGoBlue a écrit :
27 novembre 2018, 05:05
Vu ce que porpose Morant en ce début de saison, je propose qu'il passe directement en 1 hahaha
C'est sûr qu'avec ce genre d'heroic play ça ne va pas calmer la hype:
Et avec sa ligne de stats non plus, malgré la défaite face à Alabama dans un remake de seul contre tous.

38pts / 9reb / 5ast / 16 sur 29 au tir

Mais aussi...10 turnovers (forcément en jouant les 40mn et en ayant la balle en main en permanence même si ça commence à chiffrer^^) et 0/4 à 3pts.

Nobody's perfect.

Ne pas oublier dans le camp d'en face le match du meneur freshman Kira Lewis bourré de talent lui aussi.
adums a écrit :
27 novembre 2018, 09:14
Le top 25, le top 25 !!! :pompom: :pompom: :pompom:
Ca va venir, patience, patience ^^
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1641

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par opigucci » 12 décembre 2018, 21:39

Déjà 20 jours depuis la dernière partie, ce top 25 risque d'être véritablement incredible!!!!!!

2words

Night Driver
Avatar du membre
76ers Liberty Baller
Belgique
10117

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par 2words » 12 décembre 2018, 22:18

Il change tout les jours pour l'instant ^^
Hinkie's Fan N°2
STAT