College Players Top 250 Special Edition 2018-19

NCAA Division I, March Madness, Scouting...
opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1641

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par opigucci » 10 novembre 2018, 07:42

Tu as bien fait de faire le portrait de Massinburg, 43 points et 14 rebonds (contre West Virginia tout de même) cette nuit!!! Super travail vraiment.

hgiv13

Sophomore
Avatar du membre
Deer District
657

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par hgiv13 » 10 novembre 2018, 10:57

Wow énorme travail ! Je suis assez surpris (agréablement !) de voir Chatrouny ici et j'ai hâte de voir où seront les Hauser et Howard !

2words

Night Driver
Avatar du membre
76ers Liberty Baller
Belgique
10117

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par 2words » 10 novembre 2018, 13:38

pourtant, Massenburg, c'etait vraiment mal parti, il tirait plus mal qu'un stormtrooper alors que WVU le laissait tout seul xD
Hinkie's Fan N°2
STAT

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 11 novembre 2018, 23:56

Le #235 au ranking Jon Davis au buzzer beater et les Charlotte 49rs s'offrent le scalp des Cowboys d'Oklahoma State.
2 nouvelles tranches de 25 prévues demain si tout se passe bien :D
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 12 novembre 2018, 09:42

Le #236 au ranking Nick Mayo (Eastern Kentucky) a battu son record de points en carrière avec un monster game face à Chatte au nougat.
Déjà signalé par certains sur le topic général mais le #148 au ranking CJ Massinburg (Buffalo) est une vraie scoring machine:
Yes, baaaaaaad man :D
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

2words

Night Driver
Avatar du membre
76ers Liberty Baller
Belgique
10117

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par 2words » 12 novembre 2018, 13:19

Petit pari, Chris Clemons arrive dans une de ses 2 prochaines vagues :p
Hinkie's Fan N°2
STAT

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 12 novembre 2018, 14:17

Image


125-101



125- Jahvon Quinerly (G, 6-1, freshman, Villanova)

Image

Le coach Jay Wright n’hésite pas à faire confiance au talent, il a fait de Jalen Brunson un starter dès sa première saison, il devrait en être de même avec Jahvon Quinerly aka ‘Jelly Q’, autre gros prospect 5 étoiles, top 25 de la classe 2018, qui avant de signer pour Nova s’était désengagé d’Arizona, sous investigation du FBI. Les profils sont à l’opposé, Brunson était un petit buffle, Quinerly plus longiligne va jouer sur la finesse de son ball handling, sa vision. Deux questions, peut-il devenir un shooteur régulier, et surtout saura t’il défendre en 1c1 comme l’aime Jay Wright.

124- Justin Simon (F, 6-5, senior, Saint John’s)

Image

Un joueur criminellement sous-estimé en College, grosse recrue à son arrivée à Arizona, top 40 des lycées, mais où il ne trouva jamais sa place dans la rotation du fait qu’il ne savait pas mettre un panier. Transféré à Saint John’s il est devenu un des meilleurs stoppeurs défensifs en College notamment grâce à son envergure de 2,11m, celui qui prend systématiquement en charge le scoreur adverse, et son côté ‘couteau suisse’ fait le reste (12.2pts, 7.1reb, 5.1ast, 2.5stl, 41.7% à 3pts, certes sur un faible volume, 15 sur 36). Il fait penser à un Theo Pinson (North Carolina) dans le côté altruiste.

123- Lamont West (F, 6-8, redshirt junior, West Virginia)

Image

Le leader Jevon Carter parti l’équipe de Bob Huggins devrait largement s’appuyer sur sa meilleure arme, son frontcourt, les Sagaba Konate ou Esa Ahmad. S’il y a un joueur qui peut s’affirmer dans un rôle de stretch-player et de poseur de mismatchs in&out c’est Lamont West. Il doit devenir une alternative fiable grâce à son shooting extérieur, le jeu de WV consiste trop souvent à presser, faire perdre la balle à l’adversaire et se ruer au cercle pour des paniers faciles. Il doit donc faire mieux que ses 34% en carrière (90 treys) surtout si son poignet le laisse enfin tranquille (déchirure des ligaments).

122- Donta Hall (F, 6-9, senior, Alabama)

Image

L’intérieur de Bama est l’ancre défensive de l’équipe (6.6 reb, 2.0 blk), un joueur athlétique possédant une grosse envergure (reportée à 7’2), un gros moteur et un côté ‘beast’ sur le parquet, un des plus féroces dunkers du College (75, premier de la SEC). Parfois son hustle lui joue des tours et il peut être exposé aux fautes bêtes. Cette saison il recevra l’aide dans la raquette de Tevin Mack l’ex-joueur de Texas et pourrait un peu plus s’écarter, même si la plupart de ses points sont inscrits autour du cercle (72.6% au tir, #2 NCAA à 2pts).

121- Seth Towns (F, 6-7, junior, Harvard)

Image

Le joueur de Harvard est un talent multi-facettes, un ailier capable de tout faire ou presque, la saison passée il tournait à 16.0 points, 5.7 rebonds, 1.8 passes tout en shootant à 44% de loin (63 tirs primés), ce qui lui a valu le titre de joueur de l’année de l’Ivy League. C’est un cauchemar de matchup à lui seul et trouve toujours le play qui va faire mal à l’adversaire. Certains rapports de scouts le comparent à un ‘petit’ Jayson Tatum dans son jeu, son presque voisin. Il espère enfin découvrir la Folie de Mars en compagnie de son complice Bryce Aiken, longtemps blessé la saison dernière.

120- Coby White (G, 6-5, freshman, North Carolina)

Image

Recrue 5 étoiles au final (#23 par ESPN, #25 par 247sports) White a signé très tôt en faveur des Tar Heels il y a déjà plus de 2 ans alors qu’il n’était ranké qu’autour de la 100ème place et il est vite devenu une figure familière de la fac puisqu’il est aussi natif du coin. Bref il connait tous les rouages à UNC, un atout pour ce meneur très rapide balle en main qui n’aura aucun mal à pousser le tempo, en plus de ses dispositions au scoring. Joel Berry parti il faudra combler le poste et ça se joue entre lui et le junior Seventh Woods. White devra prouver qu’il sait défendre pour gagner ses minutes.

119- KeVaughn Allen (G, 6-2, Senior, Florida)

Image

Le combo athlétique des Gators a vécu une saison junior un peu plus compliquée que la précédente qui l’avait vu se révéler. Un scoring et un shooting en baisse (de 14 à 11pts, de 43.8 à 36.1%, de 37.0 à 32.8% à 3pts) et une perte de confiance générale dû en partie à des problèmes hors du court. On espère donc revoir ce guard à la mentalité de ‘blue collar’ à son meilleur, débarrassé d’une grosse partie du playmaking avec l’arrivée du freshman Andrew Nembhard. Il pourra ainsi se focaliser sur ce qu’il fait de mieux, être agressif des 2 côtés du terrain, scorer, défendre, prendre les ‘big plays’ à son compte, bref redevenir ce joueur décisif.

118- Nickeil Alexander-Walker (G, 6-5, sophomore, Virginia Tech)

Image

Le jeune canadien originaire de Toronto sera très attendu encore cette saison après une première année encourageante, NAW ayant débuté chacun des 33 matchs de la saison des Hokies, terminant à 10.7 pts, 3.8 reb, 1.5 ast, 39.2% à 3pts (58 treys). Son statut de gros prospect à son arrivée sur le campus de VT (top 30 des lycées) est toujours valable, il doit donc justifier cette saison les promesses entrevues, celle d’un arrière dans les normes athlétiques du poste (1,96m, 95kg), très bon shooteur en spot-up, capable de jouer les second meneur, d’être dans le ton en défense, bref de faire de cette équipe des Hokies un dangereux outsider de sa conférence.

117- Louis King (F, 6-8, freshman, Oregon)

Image

Une des 2 grosses recrues des Ducks avec le pivot Bol Bol, King en effet est un ailier 5 étoiles (#11 par ESPN, #20 par 247sports) qui devrait impacter la saison d’Oregon mais il faudra être patient, il se remet d’une blessure au ménisque touché au lycée, son retour est prévu en décembre. Le roi Louis devrait succéder à un certain Troy Brown dans un rôle d’ailier versatile, capable de jouer du 2 au 4 selon les matchups, avec en avant des qualités de slasher mais aussi de bon manieur de balle. Il possède également le potentiel de défendre plusieurs positions, reste son shooting comme inconnue, le domaine où il doit progresser.

116- Tariq Owens (F, 6-10, redshirt senior, Texas Tech)

Image

Déjà un vétéran du College, l’intérieur au bandeau aura 24 ans au moment de la prochaine draft et compte déjà 3 facs derrière lui, Tennessee, Saint John’s et donc Texas Tech, pour laquelle il vient d’être transféré. Owens va donner un vrai boost à la raquette des texans grâce à son côté athlétique et longiligne (2,08m, 95kg), un joueur très mobile qui peut switcher au périmètre, contrer en trailer grâce à son timing et sa détente (2.8 blk/match l’an passé). Il s’est même découvert avec Chris Mullins à Saint John’s un petit tir extérieur certes sur un très faible volume (12 sur 37). Il devrait être la caution défensive des Red Raiders cette saison.

115- Lamonte Turner (G, 6-1, redshirt junior, Tennessee)

Image

Elu co-meilleur sixième homme de la SEC la saison passée (avec Jontay Porter de Mizzou) Turner a joué les 35 matchs des Vols, aucune fois comme starter, tout en étant le troisième marqueur de l’équipe (10.9 pts) et le quatrième en temps de jeu (25.3 min). Le coach Rick Barnes aime son énergie en sortie de banc et son intensité défensive, d’ailleurs c’est souvent lorsqu’il brille de ce côté du terrain que le petit meneur sort ses meilleurs matchs. C’est aussi un adepte des gros shoots en fin de partie, un des meilleurs ‘closers’ du College.

114- Andrew Nembhard (G, 6-5, freshman, Florida)

Image

Si on devait chercher le Trae Young de cette cuvée freshman peut être que le nom du jeune meneur canadien ne serait pas si extravagant que ça. Certes il ne finira pas meilleur scoreur et passeur du College cette saison mais il devrait être excitant à voir jouer. Top 30 des lycées, le prospect de la Montverde est un meneur de grande taille avec un excellent maniement de balle, capable d’inventer des passes, on sait qu’il n’aura aucun problème à être créatif mais on va aussi lui demander d’être ‘safe’ avec la balle, et de prouver qu’il sait aussi shooter et défendre.

113- Bennie Boatwright (F, 6-10, senior, USC)

Image

‘Bennie Buckets’ c’est un peu le Mirotic du College, un stretch-4 qui aime plus que tout déclencher derrière la ligne, un joueur un peu indolent qu’on aimerait voir plus concerné par d’autres facettes du jeu, plus de slashing, plus de rebond. Son coach Andy Enfield voudrait même le voir muer en un point forward, à condition qu’il reste en bonne santé. Boatwright est sujet aux blessures, la dernière en date un tendon du genou touché en février qui lui a fait écourter sa saison. A 100% c’est un ‘game changer’ et un créateur de mismatchs.

112- Justin Wright-Foreman (G, 6-2, senior, Hofstra)

Image

Un des meilleurs scoreurs du pays l’an passé, dans le top 5 national (24.4 pts/match), il évolue comme un poisson dans l’eau à Hofstra, fac new-yorkaise, lui le natif du Queens. Il a été élu meilleur joueur de sa conférence l’an passé, la Colonial Athletic, grâce à son excellence saison et tentera de faire aussi bien voir mieux cette année s’il gagne en efficacité (44.9% au tir, 36.6% à 3pts), le problème des shooteurs en volume issus de petites facs (19 tirs pris par match). Il rêve d’emmener le Pride à la Madness mais la lutte sera sévère avec Charleston.

111- Jalen McDaniels (F, 6-11, sophomore, San Diego State)

Image

Un joueur ranké au delà du top 150 des lycées, discret à son arrivée chez les Aztecs et qui a fini la saison comme starter. McDaniels c’est avant tout un physique hors norme (2,11m, 90kg), un athlète fin comme les blés qui rappelle un certain Jonathan Isaac. Pour l’instant il n’a pas son côté contreur (0.6/match) ou shooteur (4 sur 19 à 3pts) mais c’est un rebondeur hors pair (7.5 en 24 min, 12.2 reporté sur 40) et un défenseur multi-position par sa taille et sa mobilité latérale. Scoreur essentiellement autour du cercle on rapporte qu’il a travaillé son jump shot tout l’été pour devenir plus complet et augmenter ses chances d’être drafté, son but.

* A noter que son jeune frère Jaden est un très gros prospect puisqu’il figure actuellement dans le top 5 de la classe 2019, quasi même physique, même poste que son ainé mais annoncé bien plus complet avec déjà un jump shot dans son arsenal.

110- Justin Robinson (G, 6-1, senior, Virginia Tech)

Image

Le petit dragster des Hokies est un remarquable athlète pour sa taille, un manieur de balle hors-pair et un leader vocal. L’an passé il était premier de son équipe au scoring (14.0 pts), à la passe (5.6), aux interceptions (1.2) tout en shootant à 40% de loin, c’est dire son impact sur la saison réussie de VT, un bilan de 21-12 et un ticket pour la Madness. Il est le bras armé de son coach Buzz Williams qui adore son intensité et sa ténacité en défense malgré un gabarit limité, et bien sûr l’influence qu’il a jusque dans le vestiaire.

109- Amir Coffey (G/F, 6-8, junior, Minnesota)

Image

Minnesota nourrissait de grandes ambitions la saison dernière, ils sortaient d’une saison à 24 wins, beaucoup les voyaient comme de sérieux outsiders nationaux et puis il y a eu le scandale Reggie Lynch et les nombreuses blessures dont celles de Eric Curry, Dupree McBayer et donc Amir Coffey leur ‘do it all player’ blessé à une épaule. Le swingman des Gophers est très important dans leur dispositif puisqu’il fait le lien entre backcourt et frontline, dans un rôle de point forward (3.2 ast) et de scoreur in&out. Il reste la meilleure chance pour Minnesota, plus encore que Jordan Murphy, de jouer un rôle dans la Big Ten.

108- John Petty (G, 6-5, sophomore, Alabama)

Image

Débarqué en College avec une réputation de sharpshooter cet ancien top 20 des lycées et recrue 5 étoiles arrivé un peu dans les bagages de Collin Sexton n’a pas failli à sa tâche (10.2pts à 46.5% au tir, 90 treys à 37.2%) dans un rôle de seconde lame offensive. Cette saison avec le départ de la star de l’équipe en NBA on peut penser que Petty va devenir l’option numéro #1 en attaque et que ses stats vont faire un bond. Excellent joueur sans ballon, grand navigateur entre les écrans, il va néanmoins devoir montrer d’autres facettes, créer à partir de son dribble, pénétrer vers le cercle, défendre plus dur, s’il veut devenir un joueur complet.

107- Frank Howard (G, 6-5, senior, Syracuse)

Image

Les Orangemen seront ambitieux cette saison, la 43ème sous les ordres de Jim Boeheim, l’équipe retourne tous ses starters de l’an passé plus quelques freshmen et transferts qui devraient offrir une rotation plus dense. Le meneur Frank Howard entame sa quatrième saison mais seulement sa deuxième comme starter, il a beaucoup joué l’an passé (38.4min), trop sans doute, mais a explosé ses stats (14.4pts, 4.7ast, 3.5reb, 1.8stl), il lui reste pour franchir un cap définitif à être plus ‘safe’ (3.4 turnovers) et devenir plus fiable de loin (67 treys à 32.7%). Son duo ‘one-two punch’ avec Tyus Battle sera encore le ciment de l’équipe.

106- Elijah Thomas (C, 6-9, senior, Clemson)

Image

L’intérieur des Tigers aura encore un rôle vital à jouer cette saison au sein d’une des meilleures escouades défensives du College (#22 à la Defensive Efficiency), grâce à sa puissance, sa mobilité et son côté energizer. Sa saison junior a largement contribué à celle de son équipe, 3ème de l’ACC derrière Virginia et Duke, bilan de 25-10 et grosse Madness, vainqueur de New Mexico State et Auburn avant de s’incliner face à Kansas. Il peut encore mieux faire que ses 10.7 pts, 8.1 reb, 2.3 blk et 56% au tir. Solid as a Rock.

105- Sam Hauser (F, 6-8, sophomore, Marquette)

Image

Une saison magnifique vécue par le débutant des Golden Eagles, troisième lame offensive derrière le duo d’enfer Andrew Rowsey-Markus Howard. Hauser est un shooteur naturel qui pourrait atteindre le plateau mythique des 50/40/90 presque en clignant des yeux, ses 14.1 pts à des pourcentages ahurissants, 49.9% au tir, 48.7% à 3pts (95 réussis), 83.6% aux LF, le classe parmi les tous meilleurs à l’efficacité offensive (#10 NCAA). Rowsey parti il devrait encore hausser le ton au scoring mais son efficacité tiendra t’elle la route avec plus de tickets de shoot, et surtout peut-il upgrader sa défense.

104- Alpha Diallo (G/F, 6-7, senior, Providence)

Image

Avec les départs des seniors Rodney Bullock (14.3pts), Kyron Cartwright (11.8pts) et Jack Lindsey (8.8pts) le très versatile Alpha Diallo devient de facto cette saison le go-to player des Friars, même s’il avait déjà montré l’étendue de ses progrès la saison dernière avec ses 13.2 pts, 6.6 reb et 2.3 ast. Sa versatilité s’exprime d’abord en défense où il peut garder des postes 1 comme des 4, avec son physique (2,01m, 93kg) et son impeccable latéralité. Il aime aussi shooter à mi-distance et possède un arsenal de floaters mais il lui manque encore un tir extérieur, quasi inexistant (24 treys à 22.4% en 2 saisons). Breakout star ?

103- Terance Mann (G/F, 6-6, senior, Florida State)

Image

Le prototype même du ‘glue guy’, parfait joueur d’équipe et rêve de coach, altruiste parfois jusqu’à la caricature mais si précieux dans un collectif. Mann est un joueur athlétique et longiligne (1,98m, 96kg) au profil de 2-way versatile (12.6pts, 5.4reb, 2.6ast) mais qui est encore un non-shooteur à ce stade (25% à 3pts, 65% aux lancers). Pas grave c’est un des joueurs en College les plus efficaces une fois à l’intérieur de l’arc (69.1%). Il entre donc parfaitement dans ce que prône le coach Leonard Hamilton, un jeu basé sur des guards athlétiques qui agressent le cercle en permanence tout en étant de redoutables multi-défenseurs et fort rebondeurs.

102- C.J Burks (G, 6-4, senior, Marshall)

Image

Il forme avec Jon Elmore sans doute le meilleur duo One-Two Punch des mid-majors et l’un des meilleurs backcourts du College. Les 2 ayant décidé de retourner à Marshall finir leur cursus on peut parier sur une autre saison réussie du Herd (25-11 en 2017-18), Burks lui surfera sur ses 20.1pts, 4.1reb, 3.1ast, 47.2% au tir (dont 86 treys à 36.4%) et 88.9% aux lancers. Sixième homme ses 2 premières saisons il s’est mué en un starter indiscutable l’an passé au point d’exploser toutes ses stats. Le Marshall de Dan D’Antoni peut compter sur son guard pour perpétuer son jeu up tempo (#6 per KenPom) et son attaque de feu (#10 NCAA).

101- Jared Harper (G, 5-11, junior, Auburn)

Image

Le speedster des Tigers est le dépositaire du jeu up-tempo préconisé par le coach Bruce pearl, et malgré le retour de suspension du pivot Austin Wiley le rythme ne devrait pas décélérer cette saison. Son année sophomore a été en tous points remarquable, finissant avec une ligne de stats de 13.2 pts, 5.4 ast, 3.2 reb, 1.2 stl, lui valant d’être nommé dans la second team All-SEC. S’il pouvait progresser sur son tir extérieur il ne sera pas loin de la first team (115 treys à 35.0%). Son leadership s’est aussi affirmé, sur et en dehors du terrain, il n’hésite pas à parler de Final Four pour 2019.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

FloridaTrump

Rôle-Player
Avatar du membre
Magic
1423

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par FloridaTrump » 12 novembre 2018, 20:19

De plus en plus intéressant ce ranking, on rentre dans le lourd.

J'espère que Nembhard va pouvoir reconduire les Gators à un certain prestige :)
#PureMagic

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 12 novembre 2018, 22:12

Le #239 au ranking Kira Lewis d'Alabama commence déjà à faire parler de lui, 'joueur du match' face à Appalachian State:
Pour rappel le meneur freshman n'a que 17 ans et 7 mois.

Il tourne à 13.5pts, 4.0ast, 3.0reb, 44.4% à 3pts après 2 matchs.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

adums

MVP
Avatar du membre
11333

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par adums » 12 novembre 2018, 23:25

J'y connais rien en NCAA mais je suis admiratif de tout ce boulot PP, et c'est vraiment super intéressant, chapeau... :amen:

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 13 novembre 2018, 12:50

C'est sympa vos retours, merci encore :)

Une nouvelle tranche pour bientôt, ou pas :D

Le #130 au ranking Lagerald Vick (Kansas) a eu un coup de chaud cette nuit:
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 13 novembre 2018, 17:05

100-76




100- Dewan Fernandez (F, 6-11, junior, Miami U)

Image

Il a change son nom à l’intersaison, ex-Huell, pour faire honneur à sa mère Christina Fernandez, peut être un premier indice vers un nouveau joueur. Après une campagne sophomore honorable (11.4pts, 6.7reb, 1.0blk) l’intérieur des Canes doit franchir un cap, celui d’un ex-prospect 5 étoiles et top 25 des lycées à l’énorme potentiel athlétique (2,11m, 107kg), et combler en partie la perte des 2 draftés NBA, Lonnie Walker et Bruce Brown. Les retours des scouts lors de la pré-draft ont confirmé une chose, Fernandez doit se bouger le c… cette saison s’il veut mériter un premier tour de draft, son but. Pour cela il devra être à la lutte avec les frontcourts qui peuplent sa conférence et tourner en double-double à la moyenne points/rebonds, un minimum.

99- Jaylen Hands (G, 6-3, sophomore, UCLA)

Image

Une saison décevante dans l’ensemble pour le freshman d’UCLA, arrivé entouré d’une grosse hype, recrue 5 étoiles et Top 20 des lycées, athlétique et rapide balle en main, mais qui n’aura pas confirmé son statut, sauf à de rares moments. La plupart du temps, et notamment dans les 12 défaites concédées par les Bruins de la saison, il a eu trop d’absences à la mène et au scoring, 2 domaines où il était attendu, ne dépassant qu’une seule fois la barre des 10 points en ces occasions. Surtout sa fin de saison a été un calvaire, il termine ses 10 derniers matchs avec une moyenne de 7.0pts et 37.8% au tir (25 sur 66). Des motifs de satisfaction à chercher cependant pour la nouvelle saison, assez peu de pertes de balles (1.8/match), un bon tir extérieur (43 treys à 37.4%) ou encore un potentiel défensif grâce à sa vitesse latérale.

98- Bryce Brown (G, 6-3, senior, Auburn)

Image

Auteur d’une ‘breakout year’ l’an passé le guard des Tigers a mérité d’être cité au sein de la second team All-SEC, passant de 7.5 pts la saison précédente à 15.9 pts en junior, en inscrivant également 107 tirs primés contre 56. Deuxième scoreur de l’équipe derrière Mustapha Heron, Brown devrait être le go-to scorer de l’équipe cette saison vu que ce dernier a rejoint le Saint John’s de Chris Mullin. Mais son impact ne s’arrête pas qu’au scoring, c’est aussi un remarquable défenseur qui laisse ses adversaires à 37% au shoot, un 2-way indispensable pour le coach Bruce Pearl s’il veut jouer les trouble-fêtes en College cette saison.

97- Clayton Custer (G, 6-1, senior, Loyola-Chicago)

Image

Impossible de ne pas se remémorer le parcours à la March Madness de la petite fac de Chicago jusqu’au Final Four (une première depuis 1963 pour Loyola). Un joueur les a porté durant toute cette épopée, le meneur Clayton Custer, on se souvient notamment de son buzzer beater face à Tennessee, mais il a également été l’artisan de la saison mémorable des Ramblers dans son ensemble (13.2pts, 4.1ast, 1.5stl, 45% à 3pts), la fac finissant avec un bilan historique de 32-6 et raflant tout sur son passage, titre de saison régulière, tournoi de conférence et ticket pour March Madness. Une revanche pour cet ancien d’Iowa State où il n’a pas eu sa chance, fréquentant le bout du banc. Il sait qu’il serait désormais attendu partout, lui et son équipe, le plus dur commence aujourd’hui, revenir à la réalité.

96- Justin James (G/F, 6-7, senior, Wyoming)

Image

Une progression assez linéaire saison après saison pour le big guard des Cowboys, un joueur assez complet niveau skills (QI basket, handling, jump shot) mais encore assez méconnu malgré le fait d’être l’un des meilleurs de sa conférence, la Mountain West. Sa saison junior a été pleine, il a débuté les 32 matchs de Wyoming et aidé sa fac à terminer avec un bilan de 20-13 (#6 MWC) derrière ses 18.9pts, 6.0reb, 3.1ast, malgré un gros ‘slump’ à 3pts (de 41.9 à 30.8%). Il repart pour un dernier exercice, lui qui avait tâté du draft process, en ayant gagné plus de 5 kilos sur son poids de forme (81,5 à 87kg) afin de mettre toutes ses chances à la prochaine draft.

95- Nick Weiler-Babb (G, 6-5, redshirt senior, Iowa State)

Image

Le meneur des Cyclones a vécu une saison junior de haut vol même si elle s’est achevée prématurément fin janvier suite à une blessure au genou, d’ailleurs la fac finira sur un 2-9 sans lui. Difficile donc de passer sous silence sa production d’ensemble (11.3 points, 7.0 rebonds, 6.8 passes, 1.3 steals), il est clairement devenu le leader de son équipe même si le canadien Lindell Wigginton en est le go-to player attitré. Seul joueur de la fac avec Jeff Hornacek et Monté Morris à atteindre les 10 passes dans un match 6 fois dans une saison. Il a également échoué à rien du record de la moyenne à la passe sur une saison établi par Monté Morris (6.8 contre 6.9).

94- Esa Ahmad (F, 6-8, senior, West Virginia)

Image

Remplacer des seniors et leaders tels que Jevon Carter et Daxter Miles ne sera pas chose aisée mais Bob Huggins a quelques cartes dans ses mains dont son intérieur Esa Ahmad au sein d’une équipe qui devrait largement dépendre de son frontcourt. Après avoir loupé les 13 premiers matchs la saison passée pour un test anti-drogue positif il s’est ensuite imposé comme un starter (16 de ses 21 matchs), bouclant une bonne saison (10.2pts, 5.5reb, 2.0ast). Ahmad est un solide athlète (2,03, 104kg) disposant de mains, qui comprend les concepts du jeu sans ballon et qui sait utiliser son physique et ses fondamentaux pour créer des mismatchs favorables.

93- Devontae Cacok (F, 6-7, senior, UNC Wilmington)

Image

Un profil atypique et unique, assez représentatif de ces joueurs de mid-colleges souvent ignorés à leur sortie du lycée. On raconte que c’est sa mère qui l’a emmené à une journée de détection du côté de Wilmington où Kevin Keatts l’actuel coach de NC State l’aurait alors repéré. Le reste, après une année freshman anonyme il explose dans un rôle d’intérieur sous-dimensionné (2,01m, 96kg) et de ‘rim runner’, toujours le premier arrivé au cercle. Il tournait en sophomore à l’invraisemblable adresse de 80% sur la saison, et l’an passé en junior il a carrément terminé meilleur rebondeur NCAA (13.5) tout en scorant 17.7pts/match et en étant une machine à double-doubles (22, #2 NCAA).

92- Fletcher Magee (G, 6-4, senior, Wofford)

Image

Un des meilleurs shooteurs de tout le College, le guard des Terriers était proche du plateau des 50/40/90 la saison passée, il tournait à 48.4% au tir, 43.9% à 3pts (148 treys) et 90.7% aux lancers pour 22.1pts par match. Il a bien sûr terminé POY de sa conférence, la Southern (SoCon). Une revanche pour ce floridien natif d’Orlando, non ranké et ignoré à sa sortie du lycée, qui a déjà attiré l’attention des staffs NBA en effectuant quelques workouts à la dernière pré-draft avant de terminer son cursus universitaire. On se souvient de ses ‘big games’ face à Georgia Tech (36pts) et North Carolina (27pts), deux upsets majeurs face à des écuries de l’ACC pour la petite fac de Wofford.

91- Phil Booth (G, 6-3, redshirt senior, Villanova)

Image

Une éternité qu’il semble être à Nova, en fait il y entame sa cinquième saison après avoir été déclaré medical redshirt, n’ayant pu disputer que 4 matchs en 2016-17 suite à une blessure au genou, et ainsi "redoubler" son année junior. Entre-temps il avait été l’un des artisans du titre de 2016 comme il l’a été pour celui de 2018, souvent dans un rôle de shooteur/scoreur en sortie de banc. Booth est un combo avec de solides fondamentaux (maniement de balle, vision du jeu, shooting) bref un profil à tout (bien) faire sans vraiment exceller nulle part. Il devrait être le taulier de l’équipe avec l’intérieur Eric Paschall au vu de tous les départs de la saison passée.

90- Dylan Windler (F, 6-7, senior, Belmont)

Image

Une star des mid-majors encore très méconnu malgré une ‘breakout year’ en junior, compilant 17.3pts, 9.3reb, 2.7ast, d’ailleurs personne en College n’a tourné la saison dernière à plus de 17 points, 9 rebonds, 2.5 passes tout en shootant à 42.6% de loin (69 tirs primés). C’est dire son impact sur la saison de Belmont qui termine sur un excellent bilan de 24-9, même si c’est Murray State qui a tout gagné dans l’Ohio Valley. Ce qui frappe avec cet ailier c’est sa terrible efficacité au tir, dans le top 10 (#8) à l’Effective Field Goal Percentage où ne figurent que des intérieurs, en shootant autant de loin (169 tentatives). Surtout si on ajoute son côté passeur, driver, slasher et rebondeur et sa défense tout terrain grâce à sa taille et sa latéralité.

89- Tacko Fall (C, 7-6, senior, UCF)

Image

Si tout le monde reste en bonne santé du côté de Central Florida cette nouvelle saison peut être synonyme de ‘breakout year’ de la part des Knights, et pourquoi pas viser le titre de l’AAC. Surtout si son ancre défensive, le géant sénégalais Tacko Fall (2,29m), est de retour à 100% après des problèmes à l’épaule qui l’ont conduit à stopper sa saison en janvier afin de se faire opérer. Il reste un des meilleurs ‘game changer’ défensifs en College (7.7reb, 2.4blk en 22 min en carrière) à condition de se préserver des fautes, son pêché mignon. Avec le retour des 2 autres blessés Aubrey Dawkins et BJ Taylor les attentes sont grandes du côté d’Orlando, on envisage sérieusement un ticket à la Madness, le premier depuis 2005.

88- Killian Tillie (F/C, 6-10, junior, Gonzaga)

Image

Notre frenchy aurait du figurer bien plus haut (autour de la 30ème place) mais sa récente fracture de stress à la cheville le fait chuter vu son absence estimée à 8 semaines. Pas l’idéal parce qu’il sera absent quasiment toute la partie réservée aux matchs hors-conférence qui vont décider d’une grosse partie de la saison des Zags, notamment ce triptyque de début décembre face à des Top 25 (Washington, Tennessee, North Carolina). Gonzaga risque de jouer gros en perdant la production de son big mobile et skillé (12.9pts, 5.9reb, 1.7ast, 1.0blk, 47.9% à 3pts). Il avait travaillé cet été sur son renforcement musculaire afin de lutter sous le cercle, en son absence le prometteur serbe Filip Petrusev devrait se montrer.

87- Simisola Shittu (F, 6-10, freshman, Vanderbilt)

Image

Vanderbilt aura fait parler bien avant que la saison démarre, la fac de Nashville a défrayée la chronique niveau recruiting grâce à ses 2 gros commitments, celui du meneur Darius Garland et de l’intérieur Simi Shittu, tous deux Top 20 et recrues 5 étoiles (ne pas oublier dans le package l’arrière Aaron Nesmith, top 70). L’équipe devrait pouvoir rebondir d’une saison 2017-18 assez vilaine, bilan de 12-20, compréhensible vu le manque de talent, à possible poil à gratter de la SEC. Son duo in&out de freshmen fera sûrement parler, notamment son intérieur canadien d’origine nigériane, un big athlétique de 2,08m et 107kg qu’on annonce très skillé balle en main, à condition d’être à 100% physiquement*

*Victime d’une torn ACL en décembre dernier

86- Tre Jones (G, 6-2, freshman, Duke)

Image

La dernière fois qu’un Jones a débarqué en tant que meneur à Duke la saison s’est terminée par un titre, le dernier des Dukies en 2015, il s’appelait Tyus Jones. Depuis le poste a connu plus de bas que de hauts avec les Derryck Thornton, Frank Jackson, Trevon Duval ou des joueurs qui dépannaient, Luke Kennard ou Grayson Allen. Cette saison arrive un certain Tre Jones, le jeune frangin, celui dont on évoque à peine le nom parmi les freshmen, le quatrième couteau, pourtant recrue 5 étoiles (#15 par 247sports, #17 par ESPN). On l’annonce passeur prioritaire, aimant opérer sur pick’n’roll, sachant se servir des écrans, actif en défense sur la balle ou les lignes de passes, peut être un peu moins bon shooteur que son ainé, un caractère moins tenace sans doute aussi, mais si le titre est au bout l’histoire sera belle pour les Jones.

85- Robert Franks (F, 6-7, Senior, Washington State)

Image

Après 2 saisons comme réserviste le robuste intérieur des Cougars (2,01m, 108kg) a vécu une grosse saison personnelle, nommé à juste titre Most Improved Player de la Pac-12, passé de 6.3pts, 3.3reb, 0.8ast, 31.1% à 3pts à 17.4pts, 6.6reb, 1.9ast, 40.5% à 3pts. Normal me diriez-vous avec un temps de jeu passé du simple au double (16.4 à 33min) et la ‘star’ du programme Josh Hawkinson qui jouait sur sa position parti. Encore fallait-il le faire, et de belle manière puisque Franks a aussi battu le record de la fac du nombre de treys sur un match, en enquillant 10 (sur 13) face à California. La fac se traine dans les bas-fonds de sa conférence, sixième saison consécutive avec un bilan négatif, pas de Madness depuis 10 ans, le seul motif de satisfaction vient de son intérieur au jeu in&out calibré pour la NBA.

84- Jaylen Fisher (G, 6-2, junior, TCU)

Image

Le meneur des Horned Frogs serait classé plus haut s’il n’était sujet à des blessures récurrentes. Touché à un ménisque du genou il a mis fin à sa saison sophomore en janvier. Depuis il a subi une arthroscopie à ce même genou droit en septembre, sachant qu’il avait subi la même blessure au genou gauche à l’été 2017, un ménisque déchiré, et qu’il s’était aussi fracturé le poignet gauche lors de sa saison freshman. TCU est une équipe de guards, le coach Dixon joue souvent avec 2 meneurs, Fisher et Robinson, pas étonnant que TCU soit classée deuxième à la passe (18.6) et neuvième au shooting (49.6%) de tout le College. Toute la fac espère le retour de son meneur albinos, un joueur à la fois créatif (4.4 passes en carrière), excellent shooteur (83 treys à 39.9%) et agressif vers le cercle (55.6% à 2pts la saison passé).

83- Herbert Jones (G/F, 6-7, sophomore, Alabama)

Image

Le swingman de Bama est fréquemment cité dans la liste des joueurs promis à une ‘breakout year’. Ne pas trop se fier à ses stats (4.2pts, 3.5reb, 1.4ast, 1.3stl en 21.2min), l’essentiel est dans sa capacité à défendre sur des poste 1 comme des 4 avec son physique (2,01m, 94kg), à switcher en permanence et à prendre des charges qui conduisent souvent à des passages en force. Il a le potentiel pour finir meilleur défenseur de la SEC cette saison. A lui de devenir plus 2-way, le départ de Collin Sexton peut lui donner l’occasion de jouer plus souvent balle en main, il possède un excellent handling et une bonne vision. Son shooting est par contre trop embryonnaire, 7 treys réussis sur 26, 50% aux lancers, il doit réellement faire mieux.

82- Chris Clemons (G, 5-9, senior, Campbell)

Image

Clemons c’est 2,232 points inscrits en 3 saisons, le meilleur scoreur en activité de tout le College, 96 de ses 97 matchs à plus de 10 points (série en cours, 82), 93 matchs débutés sur 97, et toute une litanie de records de la fac qu’il laissera derrière lui. Si tout se passe bien il devrait faire son apparition dans le top 10 All-Time des scoreurs NCAA, et passer des légendes comme Larry Bird*, Elvin Hayes*, Danny Manning ou encore Oscar Robertson*. Depuis 2 saisons Campbell a même un bilan positif, Clemons a ce rêve fou en lui d’emmener ses Fighting Camels à la Madness.

*Bird, Hayes et Robertson n’ont passé que 3 ans en College, Manning 4.

81- Tres Tinkle (F, 6-8, redshirt junior, Oregon State)

Image

Pénalisé par le fait de jouer dans une équipe qui n’a gagnée que 21 matchs ces 2 dernières saisons, Tinkle a néanmoins réussi à être élu dans l’équipe de l’année de la Pac-12 grâce à sa production d’ensemble (17.6pts, 7.2reb, 3.7ast, 1.4stl, 84% aux lancers). Débarrassé de ses pépins physiques, seulement 6 matchs disputés en 2016-17 à cause d’un poignet fracturé, il est redevenu ce poste 3/4 capable de jouer in&out et de devenir le bras armé de son père de coach, Wayne, sur le parquet. Le fiston est parti pour franchir un cap définitif, à condition d’améliorer son tir extérieur (48 treys à 32.7%) et d’éviter de se retrouver trop souvent en ‘foul trouble’ en défense.

80- Kenny Wooten (F, 6-9, sophomore, Oregon)

Image

Le jeune intérieur des Ducks a repris l’an passé le rôle de Jordan Bell parti se couvrir de gloire du côté de Golden State. Le freshman n’a pas gagné de titres avec Oregon mais son année a été plus que satisfaisante notamment sur le plan défensif son domaine de prédilection (4.5reb, 2.6blk en 19.8min), où ce Pogo Stick humain brille grâce à ses qualités athlétiques de mobilité et de détente, et son envergure (wingspan de 7’2). Il ne sera sans doute jamais une arme offensive, peu de moves balle en main, mais son axe de progression sera de s’étoffer physiquement (2,06m pour 92kg) et d’être moins sujet aux fautes à l’avenir. Une interrogation, l’arrivée d’un protecteur de raquette comme Bol Bol peut-elle lui nuire.

79- Cameron Johnson (F, 6-8, redshirt senior, North Carolina)

Image

L’ancien de Pittsburgh avait patienté 10 matchs avant de faire ses débuts avec les Tar Heels, suite à une blessure au genou. Succédant à un Justin Jackson qui sortait d’une grosse saison lui ayant valu un premier tour de draft, l’ailier longiligne s’est montré à la hauteur des attentes dans un rôle de scoreur (12.4pts) mais aussi de playmaker (2.3ast), sûr balle en main (à peine 1 turnover/match). Pour avoir souvent servi de paillasson avec Pitt il prenait sa revanche face à Duke dans un triptyque qu’il terminait par 2 victoires et une belle ligne de stats (14.7pts, 7.0reb, 37.4% à 3pts). Opéré à la hanche qui l’a handicapé tout son cursus il devrait être enfin opérationnel à 100% et former un formidable frontcourt avec Luke Maye et le freshman Nassir Little.

78- Mustapha Heron (G, 6-4, junior, Saint John’s)

Image

Un gros coup réalisé par les Johnnies et le coach Chris Mullin avec la venue de Mustapha Heron en provenance d’Auburn où il tournait à 16.4pts et 5.3reb la saison passée en ayant démarré comme starter chacun de ses 32 matchs. La cerise sur le gâteau est venue tardivement, il n’a obtenu son éligibilité qu’à la mi-octobre sans donc passer par la case redshirt. On salive à l’avance du duo offensif qu’il va former avec la star de l’équipe, Shamorie Ponds. Il lui faudra sans doute lâcher plus le ballon avec un ‘ball dominant’ comme le new-yorkais. Ne pas oublier le gros prospect qu’il était à sa sortie du lycée, recrue 5 étoiles et Top 25 national 2016, devançant des Zach Collins, Tyus Battle ou…Shamorie Ponds.

77- Quinndary Weatherspoon (G, 6-4, senior, Mississippi State)

Image

Le coach Ben Howland a sans doute en main l’une des meilleures équipes de l’histoire du programme, ses 5 starters de la saison passée sont encore là, la classe freshman est très talentueuse avec 2 prospects tels que Reggie Perry et Robert Woodard, top 50 des lycées. Cela se reflète dans le Top 25 de pré-saison, MSU figurant à la 18ème place. La fac a donc une chance de retourner à March Madness, absente depuis 2009, malgré une SEC très relevée. Elle le devra sans doute à son combo ‘Q’, solide leader depuis 3 saisons (14.4pts, 6.0reb, 3.3ast, 1.4stl en junior) surtout s’il parvient à hausser son tir extérieur, 36% en carrière mais avec une adresse en baisse systématique chaque saison. ‘Q’ semble en mission pour sa dernière saison chez les Bulldogs.

76- Yoeli Childs (F, 6-8, junior, BYU)

Image

Un joueur sous-estimé, cet intérieur athlétique (2,03m, 102kg) navigue encore sous les radars malgré une très convaincante saison soph’ qui lui a valu les honneurs d’être nommé dans la First Team de la West Coast, avec ses 17.8pts, 8.6reb, 2.2ast, 1.8blk. La faute aussi d’évoluer en permanence dans l’ombre du géant de la conférence Gonzaga, et même de Saint Mary’s. Pas de March Madness donc pour Childs et BYU (dernière apparition en 2015) donc pas ou peu de visibilité nationale. Il a tout de même effectué des workouts avec plusieurs équipes NBA qui ont aimé son potentiel athlétique (bonne envergure de 7’0, grosses mains), sa capacité à défendre plusieurs positions mais il doit se doter d’un tir à 3pts fiable s’il veut progresser (31.3%, 15 sur 49).
Modifié en dernier par PistolPete44 le 13 novembre 2018, 23:28, modifié 2 fois.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

TuniGoBlue

Rookie
Windy City
164

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par TuniGoBlue » 13 novembre 2018, 23:17

Quel boulot fantastique PP ! Bravo

spicygsw

All Star
Avatar du membre
Dub Nation
7051

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par spicygsw » 13 novembre 2018, 23:26

Attention Tacko Fall et UCF c'est l'AAC pas l'A-10 même si je sais que c'est une erreur d'attention :)

Gardons un oeil sur Coby White de UNC, je pense qu'il méritera sa place dans le Top 100 voire mieux d'ici la fin de la saison !

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 13 novembre 2018, 23:29

Exact, faute impardonnable ^^

Je trainais par là, c'est rectifié.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

Easy

Bulls
Avatar du membre
Windy City
28976

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Easy » 14 novembre 2018, 02:08

Ce travail de titan !!!!!!!!
Chapeau vraiment
BULLS FOR LIFE <3
@eazyland
« les 6èmes hommes » podcast NBA dispo sur twitter/ facebook/ Apple podcast

2words

Night Driver
Avatar du membre
76ers Liberty Baller
Belgique
10117

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par 2words » 14 novembre 2018, 02:25

Je sais pas si t'as Tyler Harris de Memphis dedans, mais il est en train de faire un de ses chantier contre LSU... 20 points, 6-12 à distance NBA, reste 12min...

Ah, petite precision, c'est son 2eme match en college xD

Sinon, Tacko est trop haut pour pour moi, autant c'est une ancre, autant offensivement, il sert à rien... pas parce qu'il n'a aucun moove, mais juste parce qu'il ne voit pas un ballon (4-4 contre FAU et c'est tout le temps pareil), je pige pas son coach.
Hinkie's Fan N°2
STAT

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 14 novembre 2018, 11:12

2words a écrit :
14 novembre 2018, 02:25
Sinon, Tacko est trop haut pour pour moi, autant c'est une ancre, autant offensivement, il sert à rien... pas parce qu'il n'a aucun moove, mais juste parce qu'il ne voit pas un ballon (4-4 contre FAU et c'est tout le temps pareil), je pige pas son coach.
Oui mais sur sa seule présence défensive il te facilite les choses, combien de fois les mecs en face se posent la question, "bon je drive au cercle ou pas, pas très envie de me faire bâcher", rien que ça c'est précieux, après c'est certain qu'il ne voit pas beaucoup le ballon en attaque pour le moment par rapport aux 2 dernières saisons, 6.5 tentatives par match, ce qui est déjà peu, contre 3.0 actuellement, mais ce n'est que 2 matchs faudra voir si c'est une tendance qui se dégage ou pas.

Maintenant je peux te comprendre sur le seul point de vue basket et skills, on peut l'envisager plus bas et hors top 100 mais j'ai choisi l'influence qu'il avait en défense même s'il n'a jamais eu un temps de jeu fou fou, toujours autour des 20 minutes.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 15 novembre 2018, 18:18

75-51





75- Jalen Hudson (G/F, 6-5, redshirt senior, Florida)

Image

Le swingman des Gators a vécu une superbe première saison dans le rôle attendu de go-to scorer qui lui était dévolu, après avoir patienté une année comme redshirt dû à son transfert de Virginia Tech. Après le départ des seniors Egor Koulechov (13.8pts) et Chris Chiozza (11.1pts) on peut même penser que ses stats vont encore s’améliorer (15.5pts, 78 treys à 40.4%), surtout avec un passeur comme le freshman Andrew Nembhard, et s’il parvient à maintenir son efficacité au tir sur un plus gros volume. Ce solide athlète doublé d’un shooteur a de l’ambition, pourquoi pas rêver à la NBA, à condition de progresser aussi en défense, notamment empêcher les pénétrations adverses vers le cercle.

74- Jessie Govan (C, 6-10, senior, Georgetown)

Image

Le big man des Hoyas s’est amélioré saison après saison, à son rythme, la raison pour laquelle on ne fait pas trop de publicité de son cas, l’autre raison est que Georgetown est un géant endormi depuis quelques saisons. En tout cas Govan ressuscite un peu cette tradition des big men de la fac, encore plus maintenant que Pat Ewing en a la charge. Son année junior a été excellente, tournant en double-double sur la saison, 17.9pts, 10.0reb, plus 2.0ast et 1.0blk. C’est aussi un joueur qui provoque les fautes, 5.2 lancers/match qu’il convertit à un bon 76%. Il sera orphelin cette saison de l’autre intérieur Marcus Derrickson, ses responsabilités devraient être donc encore plus grandes, d’autant qu’il devra encadrer une cuvée freshman prometteuse (Akinjo, LeBlanc, McClung).

73- Aric Holman (C, 6-10, Mississippi State)

Image

L’intérieur des Bulldogs est un joueur des plus efficaces en College, car malgré ses 23.0 minutes/match l’an passé il compilait des stats de premier plan, 10.9pts, 6.7reb, 1.8blk, le tout accompagné d’excellents pourcentages, 57.3% au tir, 44% à 3pts (37 sur 84), 73.3% aux lancers, preuve du discernement et de la connaissance de son rôle. Son côté athlétique et longiligne est essentiel des 2 côtés du terrain, en défense il altère bon nombre de tirs adverses quand il ne les contre pas, en attaque c’est un rim runner grâce à sa mobilité tout en sachant s’écarter pour prendre un shoot mi-distance ou derrière l’arc. Si MSU veut voyager loin cette saison ce sera avec Holman à son meilleur, avec peut être encore plus de responsabilités en attaque.

72- Payton Pritchard (G, 6-2, junior, Oregon)

Image

Le meneur des Ducks a vécu une excellente saison sophomore, terminant meilleur marqueur (14.5pts) et passeur (4.8ast) de son équipe tout en montrant une belle adresse extérieure (85 treys à 41.3%). Pritchard sera encore plus important pour son équipe cette saison, Oregon a perdu 3 starters (les 2 Brown, Elijah et Troy drafté, McIntosh) et doit reconstruire autour de lui et Paul Wright l’autre titulaire encore présent. Il lui faudra encadrer cette fantastique classe freshman avec à leur tête les 5 étoiles Bol Bol et Louis King mais également un top 35 comme Will Richardson et un top 60 comme Francis Okoro. C’est talentueux mais l’alchimie d’équipe est à créer, l’expérience de Pritchard sera donc précieuse surtout que derrière lui le poste de backup est mince, donc prévoir un gros temps de jeu.

71- Jarrey Foster (F, 6-6, senior, SMU)

Image

Un des meilleurs ailiers de tout le College, un joueur athlétique (1,98m, 100kg, wingspan de 7’0) capable de jouer 4 dans du small-ball, qui a dû écourter sa saison en janvier dernier suite à une torn ACL partielle. Foster est un mélange de QI basket, de physique, de versatilité (un combo 3/4 voir poste 2), et d’upside défensive, encore relativement méconnu sur le plan national. C’est vrai que jouer pour SMU n’aide pas trop même si avant lui des Semi Ojeleye, Sterling Brown ou Ben Moore, tous 3 actuellement en NBA, ont pu s’y faire remarquer. Son côté ‘do it all player’ devrait l’aider à rejoindre le trio cité en NBA (13.2pts, 5.9reb, 2.7ast, 1.2blk) surtout s’il franchit un cap à longue distance (37.4% en carrière mais sur un faible volume). Par contre c’est un joueur ‘heady’, peu sujet aux turnovers (1.2 sur ses 3 saisons).

70- Lamar Stevens (F, 6-8, junior, Penn State)

Image

L’ailier des Nittany Lions sort d’une solide saison sophomore où il tournait à 15.5pts, 5.9reb, 1.9ast, 1.1blk, 46.5% au tir, dans un rôle de seconde lame offensive derrière la star Tony Carr. Mais c’est surtout sur ses 5 matchs de postseason qu’il s’est affirmé, non pas à la Madness mais au tournoi de consolante du NIT (Penn State étant la meilleure équipe non qualifiée selon KenPom) qu’il a remporté, finissant MVP avec ses 19.2pts et sa grosse finale face à Utah (28pts, 11 sur 15 au tir). Connu pour son éthique de travail et son côté rat de gymnase cet excellent athlète (2,03m, 102kg) a sûrement mis toutes chances de son côté et notamment travaillé son tir extérieur (30 treys à 32%) pour progresser et figurer parmi les favoris au titre de POY de la Big Ten, rien que ça.

69- Milik Yarbrough (F, 6-6, redshirt senior, Illinois State)

Image

Un des meilleurs transferts réalisés la saison dernière, l’ancien des Billikens de Saint Louis s’est totalement épanoui au sein de sa nouvelle équipe d’Illinois State. Yarbrough est l’un des couteaux suisses du College, un joueur sans position réelle, capable de porter la balle, créer pour les autres, cavaler en transition, prendre des rebonds, défendre et switcher sur quasiment tous les postes du 1 au 5 avec son 1,98m et ses 104kg. De plus il est difficile à défendre avec son côté créateur de mismatchs partout sur le parquet. Après donc une année sans jouer en 2016-17 comme redshirt suite à son transfert, sa saison junior a été plus que remplie, le ‘do it all player’ des Redbirds a tourné à 16.6pts, 6.6reb, 4.8ast, 80.4% aux lancers, il n’y a guère qu’à longue distance qu’il peine (31 treys à 29%).

*A noter ses nombreux problèmes extra-sportifs cumulés tout au long de son cursus, vol en flagrant délit, conduite sous licence falsifiée, accident de voiture au cours duquel il blesse une conductrice, arrestation après une dispute avec son ex-fiancée, la liste commence à s’allonger.

68- Keldon Johnson (G/F, 6-6, freshman, Kentucky)

Image

Grosse recrue 5 étoiles (autour du Top 10 selon les différentes officines de ranking) l’ancien membre de la célèbre Oak Hill Academy est d’abord un athlète ‘smooth’ qui vaut le coup d’œil (1,98m, 95kg), qui possède tous les atouts pour briller des 2 côtés du court. Plus scoreur que shooteur, il devra se montrer plus fiable sur son tir extérieur si Kentucky ne veut pas revivre le manque de spacing de la saison dernière, Calipari ne pourra compter que sur le seul Tyler Herro, bien moins bon défenseur que Johnson, qui grâce à sa mobilité latérale devrait pouvoir contester les drives adverses et rester au contact. Mais ce qui le distingue des autres c’est sans doute son arsenal balle en main pour créer de la séparation, stepbacks, pump fakes, eurosteps, floaters et un body control à la Ginobili toute proportion gardée pour finir ses actions.

67- B.J Taylor (G, 6-2, redshirt senior, UCF)

Image

Sans doute le joueur le plus important du programme, plus encore que le géant Tacko Fall, Taylor c’est "le cœur et l’âme" de l’équipe, le leader incontestable, c’est souvent lui qui permet à UCF de rester à flot et lorsqu’il faut conclure un match le ballon est invariablement dans ses mains. Ceci quand il est en pleine possession de ses moyens physiques parce qu’il a eu son lot de blessures, une année sophomore blanche en 2015-16 en raison d’une fracture au tibia, et l’an passé en 2017 une fracture au pied dès le match d’ouverture qui lui a fait manquer la moitié de la saison. Certains le comparent dans le jeu et l’influence à un petit Kemba Walker, un joueur qui dicte le tempo, clutch dans les moments chauds, un vrai petit général plus scoreur que passeur (3.0ast en carrière). L’année ou jamais pour lui de voir enfin la Madness.

66- Noah Dickerson (F, 6-8, senior, Washington)

Image

Un des intérieurs les plus productifs au poste bas de tout le College, Dickerson est sous-dimensionné (2,03m) mais hyper bulké (110kg) et possède une solide envergure de 2,16m, qui lui permet de s’imposer dans une raquette et sous le cercle où il a amassé la saison passée, sa meilleure, 15.5pts et 8.4reb tout en shootant à 56.9%. Ce qui lui a valu une sélection dans la All-Pac-12 first-team. C’est donc un joueur plus physique qu’athlétique, un déménageur de raquette qui joue sur son hustle plus qu’un protecteur de cercle (0.6blk en carrière), d’ailleurs son manque de jeu au dessus du cercle le pénalise en défense face à des intérieurs plus grands et athlétiques. Malgré tout les Huskies auront besoin de leur ‘bruiser’ s’ils veulent ambitionner de gagner leur conférence et de jouer les outsiders à la Madness.

65- Josh Perkins (G, 6-3, redshirt senior, Gonzaga)

Image

Les Zags auront besoin de leur meneur senior pour être à la hauteur de leurs ambitions, ni plus ni moins que le titre suprême. Perk’ devrait être opérationnel à 100% après avoir subi une opération à son épaule qui l’a handicapé toute la saison dernière. Et notamment par rapport à son shooting, il possède une très belle mécanique bien huilée, son pull up jumper est une petite merveille et son tir extérieur fiable (83 treys à 39.3% l’an passé). Il a aussi fait de gros progrès sur l’aspect purement gestion depuis ses débuts comme backup des Kevin Pangos ou Nigel Williams-Goss, il tournait l’an passé à 5.3 passes pour 2.1 pertes de balle, un bon ratio (28 matchs à moins de 2 turnovers), malgré une réputation de craqueur dans les big games. C’est aussi un bon défenseur au périmètre, ce qui lui donne l’avantage sur Geno Crandall qui pourrait le concurrencer à la mène.

64- Marcquise Reed (G, 6-3, redshirt senior, Clemson)

Image

Le combo des Tigers a vécu une’breakout year’, finissant avec une belle ligne de stats (15.8pts, 4.7reb, 3.3ast, 1.7stl). Seul son shooting extérieur a subi une érosion (de 40.2 à 35.4%) mais sur un volume bien plus conséquent (189 tentatives contre 82).C’est aussi un stakhanoviste, 35 matchs sur 35 débutés pour un temps de jeu moyen de 35 minutes. Mais c’est en défense que Reed et les autres seniors de l’équipe (Mitchell, Skara et Thomas) donnent le ton, Clemson était ranké #7 par KenPom à l’efficacité défensive, la clé de leur succès, un bilan de 25-10, une 3ème place de l’ACC derrière Virginia et Duke et un voyage à la Madness perdu in extremis face à Kansas après avoir battu New Mexico State et Auburn. Reed veut cette fois aller encore plus loin, pour cela qu’il est resté à la fac alors qu’étant déjà diplômé il aurait pu demander son transfert ou chercher un contrat en Europe.

63- Charles Bassey (C, 6-11, freshman, Western Kentucky)

Image

‘Man amongst Boys’ comme le dit l’expression consacrée, le jeune pivot d’origine nigériane a toujours fait cette impression visuelle alors qu’il vient tout juste de fêter ses 18 ans (le 18 octobre dernier). Son physique est quasiment NBA ready (2,11m, 110kg) bien qu’il soit de la classe 2019 mais reclassé 2018 en juin dernier. Il devrait pouvoir montrer ce que n’a pas pu (ou voulu) faire Mitchell Robinson des Knicks, devenir un impact player dès son premier match pour WKU. Très athlétique pour son gabarit, il peut jouer au dessus du cercle, on imagine donc qu’avec son envergure reportée à 7’3 (2,21m) il va pouvoir jouer les protecteurs de cercle mais aussi gober des rebonds à haut débit. On le dit aussi mobile, capable de s’écarter et shooter, bref le ciel est un peu sa limite malgré un jeu offensif encore tendre, peu de moves offensifs balle en main, un peu normal vu son âge.

62- Matisse Thybulle (G/F, 6-5, senior, Washington)

Image

Le swingman des Huskies est d’abord un spécialiste défensif, un des tous meilleurs en College toutes positions confondues, ses qualités athlétiques font merveille, un joueur très long (1,96m, 89kg) grâce notamment à une remarquable envergure (7’0, 2,13m) et à une lecture du jeu adverse qui lui permet de venir en aide, trapper, switcher à l’envie, et récolter un paquet de steals (3.0) voir même contrer (1.4blk). Normal donc qu’il ait été élu meilleur défenseur de la Pac-12 la saison passée. Bien sûr offensivement son jeu n’est pas au même niveau mais c’est un honnête shooteur de loin (58 treys à 36.5%, 53 à 40.5% en soph’) et il tire souvent parti de ses propres interceptions pour finir au cercle, c’est également un excellent ‘cutter’. Il a débuté 98 des 99 derniers matchs des Huskies, un gage de régularité.

61- Jarron Cumberland (G, 6-5, junior, Cincinnati)

Image

C’est à cet arrière physique (1,96m, 98kg) d’incarner le renouveau de la fac et d’en devenir le leader et go-to player, à la suite des Troy Caupain, Gary Clark ou Jacob Evans, il l’a notamment démontré lors de la dernière March Madness face à Georgia State (27pts) ou Nevada (17pts). Il doit perpétuer ce label de dureté propre aux équipes de Mike Cronin basé sur une grosse défense qui a permis à Cincy d’aller danser en Mars 8 saisons consécutives, la neuvième sera encore à ce prix. Depuis ses débuts il a progressé chaque saison, pas une fois starter en freshman, 35 matchs (sur 35) débutés comme titulaire l’an passé. Le fait de jouer contre des first units lui a fait chuter son adresse (de 49.3 à 40.9%), il doit se montrer plus efficace et progresser au shooting (60 treys à 33.9%) et savoir mieux sanctionner sur la ligne (67.8% aux lancers) lui qui aime aller au contact vers le cercle. A lui de franchir ce cap définitif.

60- Ty Jerome (G, 6-5, junior, Virginia)

Image

Le combo de Virginia n’est pas à dissocier de son complice du backcourt Kyle Guy, les 2 forment l’un des meilleurs duos d’arrières du College et apportent leur sens du jeu et du shooting à une équipe ultra-défensive. Jerome a en charge de la mène la plupart du temps chez les Cavaliers même s’il n’est pas un pur playmaker (3.9ast), mais son fort caractère de compétiteur-né et ses attitudes de leader ne trompent pas, il aime les responsabilités. Il utilise sa taille et son physique (1,96m, 91kg) par rapport à de plus petits meneurs sur le pick’n’roll, même s’il est un athlète dans la moyenne basse. Il sait aussi briller sans ballon, c’est un bon shooteur (37.9% à 3pts) et doit se montrer plus agressif sur la ligne des lancers vu son pourcentage (90.5% mais sur 1.3 tentatives/match), c’est également un défenseur tenace.

59- Ja Morant (G, 6-3, sophomore, Murray State)

Image

Murray State s’est faite une spécialité de ces scoring guards ces dernières années, d’Isaac Canaan en passant par Cameron Payne ou encore Jonathan Starks, mais la nextology devrait s’arrêter avec le dénommé Temetrius ‘Ja’ Morant, la dernière petite trouvaille de la fac. Morant s’est révélé comme un de meilleurs meneurs freshman la saison dernière alors qu’il était sorti non ranké des rangs lycéens, un exploit. Seul South Carolina s’était intéressé à lui mais il avait choisi Murray State pour son penchant pour les guards et la façon de les développer. Mais ce qui le sépare des ses ainés c’est qu’il est plus passeur prioritaire que scoreur (6.3 passes/match) et déjà un athlète au dessus de la moyenne bien que très longiligne (1,91m, 79kg), très rapide balle en main et pouvant jouer avec aisance au dessus du cercle. Il lui reste à acquérir un tir extérieur fiable (27 treys à 30.7%).

*Morant est devenu seulement le 7ème freshman sur les 25 dernières saisons à cumuler au moins 150 passes, 150 rebonds, 10 contres et shooter à 42%. Les 6 autres: Derrick Rose, John Wall, D’Angelo Russell, Ben Simmons, Lonzo Ball et Shai Gilgeous-Alexander.

58- Barry Brown (G, 6-3, senior, Kansas State)

Image

Une saison junior bien remplie pour le musculeux combo de K-State (1,91m, 88kg), qui lui a valu de figurer dans la seconde équipe de la Big-12, terminant deuxième marqueur (15.9pts) et passeur (3.2) de son équipe. Il s’est définitivement révélé notamment lors du tournoi final même si l’upset face à Loyola reste en travers de la gorge de toute l’équipe. D’ailleurs les Wildcats retournent leur Cinq majeur et seront encore très compétitifs cette année, le duo in&out qu’il forme avec l’intérieur Dean Wade en sera le ciment. C’est par sa défense qu’il brille avant tout, une vraie peste animée d’un gros moteur qui se joue des écrans adverses, on peut dire qu’il a eu du travail au sein de la Big-12 à garder les Trae Young, Devonte Graham, Jevon Carter ou Keenan Evans. S’il peut passer un cap sur son tir extérieur, à peine 32.6% en carrière, il sera encore plus dangereux.

57- Chris Silva (F, 6-9, senior, South Carolina)

Image

Un des big les plus féroces du pays, un capitaine de défense qui donne l’exemple par le geste et la voix, le joueur d’origine gabonaise gagnerait à être reconnu même s’il a trusté les honneurs de post-saison, désigné co-meilleur défenseur de la SEC. Cependant il a été snobé au NBA Combine, ne recevant pas d’invitation. Silva n’est pas un monstre physique à proprement parler (2,06m, 101kg), il joue surtout sur sa mobilité, son explosivité et son moteur non-stop pour protéger son cercle, mais il doit étendre son jeu défensif au périmètre pour devenir encore plus complet de ce côté-ci. C’est également un excellent rebondeur (8.0 dont 3.3 offensifs), un joueur agressif autour du cercle en attaque où il récolte nombre de lancers (8.6 tentatives/match) qu’il convertit à un très bon 75.3%. S’il récolte moins de fautes, abaisse ses pertes de balles et joue un peu plus face au cercle une très bonne surprise peut l’attendre en juin prochain.

56- Jaylen Nowell (G, 6-4, sophomore, Washington)

Image

Une des grosses révélations de la saison chez les freshmen. Rien que sur le plan des seules stats il appartient au top 10 des débutants malgré le fait d’avoir été éclipsé médiatiquement par les habituels one&done et leur hype. Sa production d’ensemble a été des plus solides, 16.0pts, 4.0reb, 2.7ast, 1.3stl, 57.1% au tir, et dès son premier match en College il donnait le ton de sa saison, 32pts, 10 sur 15 au tir face à Belmont. Il possède un jeu un peu old school, il est plus efficace à mi-distance qu’à longue distance (35.1%) ou autour du cercle, principalement parce qu’il était le joueur d’iso de l’équipe et que la moitié des possessions sur iso lui revenait. A part Nate Robinson, Isaiah Thomas ou Markelle Fultz on n’a rarement vu un freshman chez les Huskies faire autant usage de la balle, même pas Brandon Roy.

55- Darius Garland (G, 6-2, freshman, Vanderbilt)

Image

Vanderbilt c’est chez lui, Garland est né à Nashville et a voulu en être le ‘local hero’ en jouant pour sa fac de cœur plutôt que céder aux avances de collèges plus huppés comme Duke, Kentucky, Indiana ou UCLA. Fils d’un ancien bon pro NBA, Winston Garland, plus de 500 matchs avec entre autres Golden State, les Clippers ou Denver, il a toujours baigné dans une atmosphère de compétition depuis son jeune âge. Il ne débarque pas seul, l’autre 5 étoiles l’intérieur Simi Shittu en a fait de même et si ces deux-là ne seront à priori que des météores de passage, tout Vandy s’apprête à faire la fête à son duo dynamique durant une saison entière. On annonce Garland comme à la fois un playmaker et un shooteur, son ball handling est au dessus du commun des mortels et la boite à highlights est déjà en chauffe. S’il conduisait Vanderbilt à la Madness, pas une chose aisée, on pourra parler alors de folie.

54- McKinley Wright (G, 6-0, sophomore, Colorado)

Image

Il a dépassé toutes les attentes liées a son sujet la saison passée, et pas qu’un peu, le meneur freshman des Buffaloes a explosé sur la scène de la Pac-12 avec ses 14.2 points, 5.5 passes, 4.7 rebonds, 1.0 stl, et une solide défense en prime face aux excellents guards qui peuplent sa conférence. Une surprise pour ce petit meneur compact (1,83m, 85kg) venu des profondeurs (#229 par 247sports, non ranké par ESPN). Ce que ne disent pas les chiffres c’est l’incroyable confiance qui l’habite, jouant sans complexe et animé d’un gros mental. Il est devenu le chouchou de la fanbase de Colorado en quelques matchs et les mots ‘work ethic’ et ‘hustle’ ne sont pas dénués de sens avec lui. Le plus dingue c’est qu’il n’est pas un grand athlète ni un gros shooteur (30.4% à 3pts) mais se trompe rarement dans ses choix et amène la balle aux bons endroits. Il pourrait bien prolonger la nextology des meneurs issus de Colorado draftés par la NBA (Chauncey Billups, Spencer Dinwiddie, Derrick White).

53- Anthony Cowan, Jr. (G, 6-0, junior, Maryland)

Image

Seul rescapé de l’excellent trio de freshmen arrives sur le campus en 2016 (avec Justin Jackson et Kevin Huerter) Cowan va devoir endosser à la fois le rôle d’organisateur (5.1 ast) et de scoreur dynamique (15.7 pts) qui lui est désormais confié. Les Terps sont une équipe très jeune (1 seul senior, 3 junior) et le meneur junior en sera donc le leader attitré, sur et en dehors du terrain. Il comptera également sur un secteur intérieur talentueux (Bruno Fernando, Jalen Smith) pour bien figurer en Big ten malgré les départs. L’arrivé du combo 4 étoiles Eric Ayala qui peut jouer à la mène le délestera sans doute d’une partie du playmaking et d’un temps de jeu surchargé (37.0min), ce qui pourrait lui faire gagner en lucidité (2.8 turnovers) et le laisser plus frais sur les fins de matchs.

52- Nick Ward (F/C, 6-9, junior, Michigan State)

Image

Difficile d’endiguer la perte de 2 lottery picks tels que Jaren Jackson et Miles Bridges pour les Spartans de Tom Izzo mais il reste une grosse partie de la classe 2016 au pouvoir, les Joshua Langord, Cassius Winston ou Nick Ward, tous anciens top 30-40 des lycées. C’est sur eux que coach Izzo s’appuiera pour jouer les épouvantails au sein de la Big Ten. L’intérieur Nick Ward et tête de turc favorite de son coach doit enfin délivrer cette saison, on dit que ses 2 mois de workouts avec 9 franchises NBA différentes lui ont mis du plomb dans la tête et qu’il aurait déjà perdu 8 kilos. Un joueur frustrant quand il est sur le parquet (18.9 min la saison passée) à cause de son manque de compréhension du jeu et son côté ‘foul prone’, qui met à mal une production assez remarquable par rapport à son faible temps de jeu (13.4pts, 7.1reb, 1.3blk). S’il parvenait à mettre de l’ordre dans sa tête Michigan State et Izzo devraient sourire plus d’une fois cette saison.

51- OShae Brissett (F, 6-8, sophomore, Syracuse)

Image

Mine de rien la saison du canadien a été l’une des plus réussies par un débutant dans l’histoire du programme. Brissett et ses 14.9pts le classent 5ème parmi les freshmen. Ses 8.8 rebonds le classent deuxième avec Derrick Coleman (Carmelo Anthony #1 avec 10.0). Ses 221 lancers tentés sont seulement devancés par les 238 du même Melo. S’il pouvait perdre son côté ‘brickman’ assez inédit pour un intérieur de 2,03m (35.4% au tir), même s’il s’écarte et tente beaucoup à 3pts (33.1% pour 166 tentatives) il ferait un bond de qualité assez important. Il doit aussi se renforcer du haut du corps, seulement listé à 95kg pour mieux résister aux charges et contacts pour là aussi améliorer son efficacité autour du cercle. Sinon c’est un joueur skillé pour son poste, il n’est pas maladroit balle en main, il peut poser la balle au sol, dribbler, aller au cercle et donc stretcher, ce qui le rend dangereux et imprévisible.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1641

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par opigucci » 16 novembre 2018, 09:57

Bon match de Tacko Fall cette nuit :merci:

spicygsw

All Star
Avatar du membre
Dub Nation
7051

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par spicygsw » 16 novembre 2018, 10:05

Ty Jerome trop bas ! C'est le joueur le plus clutch du pays, et le régulateur des Hoos, pour moi il est affreusement sous-estimé ne serait-ce que dans les discussions sur Virginia

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 16 novembre 2018, 13:08

#60 c'est déjà pas mal, on entre dans le money time là. Et puis il y a également 2 autres joueurs à UVA qu'on verra plus haut, il n'est pas seul à avoir de l'influence dans l'équipe.

Par exemple Parrish and co de CBS Sports ne l'ont mis que #84.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

spicygsw

All Star
Avatar du membre
Dub Nation
7051

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par spicygsw » 16 novembre 2018, 15:00

Justement, je le trouve plus important que les deux autres joueurs de UVA =((

Mais tu as raison il tombe assez bas dans tous les Top 100, je trouve ça injuste, on verra ce que la saison donne, en tout cas sur les premiers matchs c'est déjà le meilleur joueur de l'équipe donc pour l'instant j'ai raison :)))

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 16 novembre 2018, 17:09

spicygsw a écrit :
16 novembre 2018, 15:00
Justement, je le trouve plus important que les deux autres joueurs de UVA =((
Il est le go-to guy pour le moment au bout de 2 matchs mais le plus important à Virginia ce ne sont pas les individualités mais le système, notamment la Pack-line D. Qaund il s'agira de défendre face aux costauds de la conférence DeAndre Hunter sera sûrement le joueur décisif, mais si Jerome tourne à 20pts sur la saison ça aidera aussi UVA à se donner de la marge défensivement, parce que c'est souvent quand l'attaque marque peu que tout repose sur la défense et que l'équipe est exposée.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

spicygsw

All Star
Avatar du membre
Dub Nation
7051

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par spicygsw » 17 novembre 2018, 00:36

Je pense pas que Jerome tournera à 20 pts, même 15 ça serait énorme dans ce système haha