College Players Top 250 Special Edition 2018-19

NCAA Division I, March Madness, Scouting...
PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 12 décembre 2018, 23:07

Promis, je vais essayer de poster ça pour vendredi.

Non, l'ordre que je m'étais fixé n'a pas varié, Luke Maye sera top 6 c'est dire, histoire de spoiler ^^
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
7891

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Garcy22 » 13 décembre 2018, 20:46

PistolPete44 a écrit :
12 décembre 2018, 23:07
Luke Maye sera top 6 c'est dire, histoire de spoiler ^^
J'ai toujours su que tu etais un fan refoulé des Tar Heels :)))
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 15 décembre 2018, 08:56

25-1




25- Jon Elmore (G, 6-3, Senior, Marshall)

Image

Un candidat sérieux au titre de meilleur joueur issu d’un mid-major, accentué par le fait qu’Elmore est le seul joueur depuis 25 ans à avoir posté une moyenne de 22 points, 6.5 passes et 5.5 rebonds dans une saison. Le tout au service d’une équipe du Herd qui a effectué sa meilleure saison depuis environ 40 ans, se qualifiant pour March Madness en y passant un tour (face à Wichita State où Elmore inscrit 27pts et gagnant son duel face à Landry Shamet). Ce meneur s’éclate dans le système up-tempo et shoot-happy concocté par Dan D’Antoni (‘le frère de’) et il forme avec son complice du backcourt C.J Burks un des meilleurs duos one-two punch du pays. Athlète tout juste dans la moyenne (1,91m, 85kg) son jeu repose avant tout sur ses skills balle en main, sa vision, sa créativité pour lui-même et les autres, sa lecture du jeu et en particulier du pick’n’roll, ses drives, même si parfois il tente des passes risquées qui débouchent sur des turnorvers (3.7/match). C’est aussi un défenseur tenace qui sait lutter à travers les écrans, qui reconnait les aides défensives, même s’il peut souffrir en iso ou en 1 contre 1. Un ‘general on the floor’ qui compte boucler son cursus par une autre grosse saison.


24- Tremont Waters (G, 5-11, sophomore, LSU)

Image

La dynamo de LSU a vécu une première saison en College de grosse facture, la première de la fac de Baton Rouge sous les ordres de Will Wade, lui valant une sélection dans l’équipe All-Freshman de la SEC. Il a bouclé sa saison en dominant son équipe dans 4 catégories, au scoring (15.9), à la passe (6.0), aux steals (2.0) et aux minutes jouées (33.0), preuve de son influence sur le jeu, même si après avoir tâté de la pré-draft les feedbacks lui ont révélé, entre autre, de devoir s’imposer encore plus comme un leader vocal sur et en dehors du terrain, lui qui est d’une nature assez discrète. Listé sans doute généreusement à 1,80m mais visuellement plus petit (sans doute autour de 1,75m), ce meneur de poche aura la charge cette saison d’encadrer et de faire jouer une classe freshman très prometteuse, et aussi de faire passer un cap à une équipe qui n’a plus vue la March Madness depuis 2015. Avec sa combinaison de vision du jeu, de vitesse, de changements de rythme il devrait conduire un up-tempo qui fait la part belle au jeu de transition (LSU était classé #11 NCAA par points scorés sur transition). C’est aussi un défenseur avisé sur la balle et un shooteur de séries (72 treys à 35%), domaine le shooting où ce work alcoholic doit encore progresser.

23- Kellan Grady (G, 6-5, sophomore, Davidson)

Image

Impossible de réellement se défaire de l’ombre de Stephen Curry qui règne toujours et encore du côté de Davidson, surtout quand vous empruntez quelques caractéristiques au shooting ou traits physiques avec la star. Grady s’est révélé être un scoreur naturel sur sa saison freshman (18.0pts à 50%), aidant son équipe à se qualifier pour March Madness en remportant le tournoi de conférence de l’Atlantic-10 (sur un floater gagnant en finale face à Rhode Island). Ses stats devraient faire un bond avec le départ de Payton Aldridge, il sera sans aucun doute le point focal de l’attaque des Wildcats avec sa faculté à finir dans la peinture et au cercle, plus de 60% de réussite à 2pts, ce qui est remarquable pour un guard, surtout quand on sait qu’il prend aussi particulièrement soin de la balle (1.1 TO). S’il parvenait à améliorer son shooting extérieur (73 treys à 37.2%) il en sera encore plus dangereux, lui qui aime d’abord prendre son défenseur sur son dribble pour se créer son propre tir. Si on ajoute sa capacité à jouer second meneur (1.9ast) cet arrière ‘smooth’ et longiligne (1,96, 88kg) a des chances en cas de ‘breakout year’ de concourir pour le POY de sa conférence après en avoir été nommé freshman de l’année la saison passée.


22- Romeo Langford (G, 6-5, freshman, Indiana)

Image

Son choix fut tardif mais lorsqu’il décida lors d’une retransmission nationale d’opter pour Indiana c’est tout cet état dingue de basket qui chavira, preuve de l’aura qui précède Romeo Langford, et de l’attente suscitée. Il faut dire qu’on n’avait plus vu passer un prospect de ce calibre (top 5 national) depuis la venue d’un certain Eric Gordon (top 2 en 2007). C’est un joueur taillé pour le poste 2 (1,98m, 97kg) sans pour autant être un gros athlète, il manque sans doute de vitesse voir d’explosivité, mais il compense cependant par un bel équilibre balle en main et un excellent jeu de jambes qui l’aide sur ses déplacement et pénétrations, et un contrôle du corps pour terminer au cercle. Il lit aussi très bien le jeu adverse et s’avère intelligent dans ses déplacements sans ballon. Sa taille lui autorise à prendre des pull-ups par-dessus la défense et il sait jouer en iso, bref une belle panoplie d’attaquant-né. Son excellente envergure (2,11m) couplée à sa taille devrait aussi l’aider en défense même s’il n’est pas le plus rapide latéralement, et également au rebond. Il lui reste encore à améliorer son maniement de balle pour éviter un côté ‘turnover prone’, prendre confiance sur son tir extérieur et gommer une certaine faiblesse aux lancers.

21- Cassius Winston (G, 6-0, junior, Michigan State)

Image

Le meneur des Spartans a vraiment haussé le ton la saison passée, devenant un des meilleurs passeur/shooteur de tout le College. Des chiffres, il est passé de 5.2 passes sur sa saison freshman à 6.9 en sophomore (#8 NCAA), il a également terminé deuxième derrière Trae Young au pourcentage à la passe (43.7). Mais c’est surtout sur son shooting et son adresse que ses stats se sont envolées, passant de 42.3 à 50.7% au tir, de 38.0 à 49.7% à 3pts et de 77.5 à 90.0% aux lancers, terminant #9 NCAA au True Percentage Shooting (68.0). Difficile également de trouver un joueur aussi influent sur le jeu offensif de son équipe avec un usage de la balle assez modéré (usage % de 21.0), malgré son lot de turnovers (2.5). On peut aussi penser que son influence va s’étendre cette saison avec le départ d’un Miles Bridges ou d’un Jaren Jackson, et pas que sur le terrain il doit également devenir un vrai leader de vestiaire. Il peut être exposé en défense par son manque de taille (1,83m) et de qualités athlétiques, il peut être ainsi pris sur sa latéralité ce qui est assez rare chez de petits gabarits, c’est le point à améliorer, de même que son manque de séparation parfois sur son dribble ou son premier pas. Mais il devrait être un candidat sérieux à une place dans l’équipe-type de la Big Ten.

20- Cameron Reddish (G/F, 6-8, freshman, Duke)

Image

Cam Reddish est peut être bien le joueur le plus complet de sa classe d’âge, un joueur qui a la taille (2,03m, envergure de 2,16m) et les fondamentaux déjà sûrs pour pouvoir évoluer sur quatre positions (1 au 4), capable d’être un leader balle en main et mener le jeu sur pick’n’roll grâce à une solide vision et un excellent maniement de balle. Il arrive aussi en College avec une réputation de shooteur, il est au dessus de 50% d’adresse au lycée ou avec team USA. Il est aussi à l’aise en 1-contre-1 ou sur catch-and-shoot, bref se dresse le portrait d’un ‘all around player’ dont le statut de numéro 3 de la classe 2018 parait justifié. Le bémol c’est que les 2 joueurs qui le précèdent sont aussi ses futurs équipiers, à savoir R.J Barrett et Zion Williamson et qu’il pourrait pâtir de cette forme de concurrence interne, du moins médiatiquement. De plus il n’est pas annoncé comme un joueur ayant le feu sacré, à la manière d’un Andrew Wiggins à Kansas, il devra donc démontrer qu’il peut être constant dans l’effort, et notamment défensivement sans doute le domaine qui laisse le plus d’interrogations à son sujet, même s’il possède les armes pour briller (taille, envergure, mobilité). A l’arrivée Reddish pourrait s’avérer comme le facteur-x de Duke avec son jeu multi-facette, avec ou sans ballon, malgré un traitement médiatique moindre.

19- Juwan Morgan (F, 6-8, senior, Indiana)

Image

L’intérieur des Hoosiers est encore un nom relativement méconnu du grand public, surtout loué par les spécialistes qui suivent de près l’actu du College, voir par les coaches et les joueurs. L’arrivée de Romeo Langford va sans doute cristalliser l’attention et le reléguer dans l’ombre mais il ne faut pas s’y tromper, Morgan reste le pilier de l’équipe, et son âme, un joueur vénéré par son coach Archie Miller pour sa mentalité et son abattage. Son année junior a été remarquable sur un plan personnel, après 2 premières saisons plus discrètes dans l’ombre des Thomas Bryant, OG Anonuby ou Troy Williams, il a bouclé l’exercice 2017-18 à 16.5pts, 7.4reb, 1.5ast, 1.4blk, 1.2stl, insuffisant cependant pour aider Indiana à présenter autre chose qu’un bilan à peine équilibré (16-15) pour la première année du coach Archie Miller (ex-Dayton) à sa tête. Joueur de devoir sous le cercle, mobile, à l’aise sur up-tempo et jeu de transition, il a sans contexte été un des joueurs de College ayant le plus progressé et il devra continuer à le faire, travailler notamment son handling, son shooting extérieur s’il veut rêver de NBA (30.2% sur un faible volume), il doit pouvoir plus s’écarter. Nommé co-capitaine de l’équipe son influence devra aussi s’étendre au vestiaire.

18- Daniel Gafford (C, 6-11, sophomore, Arkansas)

Image

Le pivot d’Arkansas est sans doute le plus gros potentiel à retourner en College, avec Jontay Porter de Missouri mais on sait ce qu’il est advenu de ce dernier, out pour la saison avant qu’elle ne commence. Sa démarche est à louer, sa présence à la dernière Draft lui aurait sûrement valu un premier tour garanti, surtout que Arkansas a perdu gros avec le départ de ses 3 seniors dont les 2 top scoreurs de l’équipe (Jaylen Barford, Daryl Macon) et qu’il ne sera pas si bien entouré. Cela dit les attentes ne seront pas démesurées chez les Razorbacks et Gafford aura tout le loisir de continuer sa progression tranquillement dans son coin. Il a déjà de solides attributs athlétiques (2,11m, 106kg, wingspan de 7’2) qui en font un solide protecteur de cercle et un ‘rim runner’ à la Capela en attaque. Ses 11.8pts, 6.2reb, 2.2blk en 22.6min en freshman sont une bonne base, en étant l’option principale en attaque il va pouvoir élargir sa palette de moves, pourquoi pas acquérir du range sur son tir, switcher un peu plus au large en défense, si possible améliorer aussi ses lancers (52.8%), bref ce que lui ont demandé à priori les staffs NBA rencontrés s’il veut aller chercher un lottery pick.


17- Kyle Guy (G, 6-3, junior, Virginia)

Image

Le numéro 5 des Cavaliers entre dans sa troisième saison qui doit être celle de l’éclosion définitive, après avoir déjà vécu une ‘breakout year’ en 2017-18. Il est devenu le go-to scorer de l’équipe l’an passé (14.1pts), sa principale menace extérieure (83 treys à 39.2%), le tout récompensé par une sélection dans la All-ACC First Team, en belle compagnie (Bagley, Berry, Maye, Robinson). Si son complice du backcourt le meneur Ty Jerome est le leader vocal et en quelque sorte le ‘bad guy’ du groupe, Kyle Guy lui est plus celui qui s’assure que chacun joue sa partition et veille à la bonne entente au sein de l’équipe, bref il endosse le costume du ‘nice guy’. Cette saison les attentes seront importantes à son sujet, on attend qu’il soit encore une fois la mèche offensive de l’équipe et son créateur d’attaque. Balle en main c’est un des joueurs qui utilise le mieux les écrans, et UVA est sans doute l’équipe numéro 1 du College dans ce domaine, Guy a ainsi utilisé 89 possessions d’écrans pour scorer ce qui le place largement en tête au niveau national, notamment grâce à son excellente lecture du jeu et sa façon de déclencher son tir dans de petits espaces. Défensivement et malgré un gabarit frêle (1,91m, 79kg) il a progressé et la Pack-Line Defense parvient à le cacher collectivement.

16- Dean Wade (F, 6-10, Senior, Kansas State)

Image

L’intérieur de K-State forme avec son complice Barry Brown un des meilleurs duos in&out de tout le College, son absence sur blessure lors de la dernière Madness fût un crève-cœur pour les Wildcats perdant d’un seul coup leur meilleur joueur et scoreur, et le leader d’équipe, malgré un voyage jusqu’à l’Elite Eight. Wade venait de boucler un exercice au cours duquel il avait tourné à 16.2pts, 6.2reb, 2.7ast, 1.5stl de moyenne, tout en shootant à 44% à 3pts (sur un volume de 91 tentatives), lui valant une sélection dans la Big XII First Team de la saison. Mais sa plus belle récompense il l’obtenait de la part des coachs adverses, notamment Bill Self de Kansas qui le considère tout simplement comme l’un des meilleurs joueurs du pays. Il faut dire que cet intérieur est un joueur très complet capable d’abord de créer son propre tir, sa mécanique est fluide et vu sa taille difficile à contrer, et de shooter de partout avec une préférence pour le mid-post. Wade est aussi un athlète fluide qui se déplace très bien sur le court, très intelligent sans ballon. Sa défense est également solide malgré un manque de puissance (2,08, 103kg) mais il compense par son placement et un gros moteur. Il peut aussi contenir des arrières au périmètre et switcher sans problème. Joueur des plus sous-estimés.

15- Tyus Battle (G, 6-6, Junior, Syracuse)

Image

L’arrière des Orangemen est sans doute l’un des joueurs les plus impactant à retourner en College après avoir tâté de la Draft, il pèse considérablement sur le jeu de son équipe et dans la perspective d’une saison réussie avec au bout un éventuel ticket pour March Madness. Non seulement Battle est l’atout numéro 1 offensif de Syracuse (19.2pts) mais son scoring est essentiel au sein d’une équipe qui a galéré comme jamais la saison passée en attaque, n’inscrivant que 66.6pts de moyenne, une misère (#317 NCAA). Bien sûr dans ce contexte il peut paraitre comme un shooteur de volume (15.8 tirs/match) et de séries, son pourcentage laisse clairement à désirer (39.9% au tir, 32.2% à 3pts) mais il faut l’accepter, les équipes du coach Boeheim ont cette tendance fâcheuse à une médiocre sélection au tir. Son apport est aussi précieux en iso autre tendance maison, Battle a fini l’an passé dans le top 25 des plays en iso. Malgré cela il s’avère un joueur plutôt altruiste, c’est un excellent ‘ball mover’ capable de faire l’extra-passe ou de servir ses intérieurs au cœur de la raquette après un drive. En défense sa taille et son physique (1,98m, 93kg) lui permettent de maintenir la pression en tête de la zone 2-3 et de générer des pertes de balle sur les contacts (1.5stl). En plus d’être un ‘clutch player’.

14- Nassir Little (F, 6-7, freshman, North Carolina)

Image

Little débarque à Chapel Hill entouré d’une hype que la fac n’avait sans doute plus connue pour un prospect depuis un certain Harrison Barnes à l’aube de la saison 2010-11. L’ailier des Tar Heels est en effet une énorme recrue (Top 3 national selon 247sports, Top 6 selon ESPN). Certains parlent de lui comme d’un potentiel joueur dominant en College, à l’image d’un Tyler Hansbrough en son temps, d’autres du meilleur athlète que la fac ait compté depuis un certain Vince Carter en 1995. Ni plus ni moins. Il faut dire que sa réputation l’a largement précédé, créant un précédent en remportant à la fois les titres de MVP du McDonald’s All America et du Jordan Brand Classic. Little est d’abord un ‘freak’ athlète capable de jouer bien au dessus du cercle, un joueur puissant et compact (1,98m, 100kg) mais aussi très mobile, fluide et coordonné, des qualités qui lui permettent de se déplacer sur un court avec les meilleurs, de slasher et finir au cercle en absorbant les contacts, de lutter au rebond avec sa grosse détente et son impeccable envergure de 2,18m. Il devra cependant raffiner certains aspects de son jeu comme son passing game, son jump shoot dont la mécanique est cependant jugée excellente. On le dit aussi multi-défenseur, un stoppeur dur sur la balle, capable de switcher sur tout le monde, bon protecteur de cercle, on a hâte de voir le phénomène à l’oeuvre.

13- Sagaba Konate (F, 6-8, junior, West Virginia)

Image

L’intérieur d’origine malienne (il est né à Bamako) est venu relativement sur le tard au basket comme beaucoup de joueurs africains avant lui, sa carrière universitaire est de ce fait assez météorique pour un joueur classé au-delà de la 250ème place à sa sortie du lycée. Il est devenu un des joueurs les plus impactant défensivement de tout le College, se forgeant une réputation de contreur féroce (3.2blk), squattant les highlights des grands networks du pays, offrant de véritables clinics du genre notamment face à Kansas, Baylor ou Kentucky grâce à son timing de volleyeur. Ayant perdu son chef de défense le meneur Jevon Carter, Konate devrait encore un peu plus émerger comme son successeur, on peut y voir un jeune Ben Wallace en lui. Quelques chiffres qui démontrent l’impact défensif de Sags (son surnom), il contre environ 1 tir sur 5 pris dans la raquette, son block rate de 16.5% est également le meilleur depuis la création du data en 2009, il y a aussi la manière, il peut contrer des deux mains indifféremment. De plus il est moins sujet aux fautes (4.6 contre 7.6 sur 40mn) et peut donc rester plus longtemps sur le parquet. Offensivement il est moins frustre qu’il n’y parait avec son petit baby hook et un jumpe shot en progrès, même s’il n’est clairement pas une option prioritaire en attaque.

12- Shamorie Ponds (G, 6-1, junior, Saint John’s)

Image

Le gaucher new-yorkais est sans doute l’un des joueurs les plus doués balle en main et en 1-contre-1 de tout le College, accumulant les perfs individuelles comme on enfile des perles, on se souvient de son enchainement de matchs la saison passée face à des top teams, 31pts face à Xavier, puis 33pts dans une victoire face à Duke, 26pts et une nouvelle victoire sur le parquet du futur champion Villanova pour finir par 44pts face à Marquette. Ponds a ainsi terminé meilleur scoreur de la Big East avec ses 21.6pts (plus 5.0reb, 4.7ast et 2.3stl) et il sera en liste cette fois pour le titre de meilleur joueur de sa conférence, tout simplement. Il peut manoeuvrer n’importe quel défenseur grâce à son maniement de balle, il se sert de son arsenal de dribbles et de feintes pour s’ouvrir le chemin du cercle (5.8 lancers/match à 85.7%), reste à devenir un shooteur consistant à 3pts vu son ‘slump’ de la saison passée (de 37.5 à 25.3%). La venue à ses côtés de l’arrière Mustapha Heron transféré d’Auburn cet été devrait le soulager d’une partie du scoring et ne plus en faire la cible unique des défenses adverses, en plus de pouvoir se concentrer un peu plus sur le playmaking. Une saison de haut vol de sa part et ce sont les portes de la NBA qui pourraient s’ouvrir à lui.


11- Mike Daum (F, 6-9, redshirt senior, South Dakota State)

Image

Pour tenter d’expliquer l’impact de Mike Daum aka ‘The Dauminator’, les Jackrabbits se sont toujours qualifiés pour March Madness sous son leadership, cumulant dans cet intervalle 3 titres de saison régulière de la Summit et 2 tournois de conférence, une véritable orgie. Rien n’aurait été possible sans les exploits chiffrés à répétition de ce joueur hors normes. Le plus étonnant malgré tout c’est qu’il continue d’évoluer allégrement sous les radars, les Spurs de San Antonio ont bien envoyé des scouts, il a bien tâté de la pré-draft mais a été snobé, n’ayant pas été invité au Draft Combine. Certains pensaient même qu’il serait tenté de demander son transfert immédiat dans une fac plus huppée comme il en était autorisé puisque déjà diplômé, mais il a préféré rester fidèle à SDSU, ajoutant à son aura locale. On passera sur tous les records de sa fac qu’il va engloutir les uns après les autres, records de sa conférence également. Il faut d’abord s’attarder sur la scoring machine qu’il est (23.9pts), cinquième marqueur NCAA en 2017-18 et seul big du top ten au milieu d’une flopée de guards. C’est aussi un gros rebondeur (8.4) et le deuxième aux rebonds défensifs avec un total de 295 prises, un excellent shooteur de loin (96 treys à 42.5%) et un gros pourvoyeur de lancers (194 réussis à 85.1%). Son excellente envergure de 2,24m fait que son jump shot est difficile à contrer, sa science du placement et son QI basket font le reste. Un monstre polymorphe.

10- Ethan Happ (F, 6-10, redshirt senior, Wisconsin)

Image

Happ est un joueur unique, un modèle de régularité dans ce qu’il sait faire le mieux, travailler consciencieusement dans la raquette match après match, saison après saison, sans jamais s’en écarter (au sens propre), il ne shoote jamais hors de la peinture et n’est pas décidé à le faire encore cette saison alors qu’il va boucler son cursus chez les Badgers. Pourquoi changer une formule gagnante à l’échelle du College, donnez-lui la balle dans la raquette et il fera le reste par sa coordination pieds-mains, son maniement de balle, ses moves au poste bas, sa science à trouver des angles, cette capacité à frustrer les défenseurs appelés à résoudre ce casse-tête vivant, le tout sans jouer au dessus du cercle. Happ c’est le côté old school revisité, une sorte de Kevin McHale de la grande époque des Celtics transposé au XXIème siècle. Autant dire que l’intérieur de Wisconsin est indispensable à son équipe comme sans doute aucun autre joueur en College, il est utilisé sur 34.8% des possessions des Badgers (#7 NCAA), son ‘assist rate’ de 35.5% est excellent pour un big (3.7 passes), c’est vraiment la plaque tournante, le point focal du jeu d’attaque, sans doute trop, il manque un pendant à Happ au niveau des lignes arrières. S’il pouvait améliorer un peu flatteur 55% aux lancers il en serait encore plus efficace. Candidat au joueur de l’année, au moins de la Big Ten.

9- Rui Hachimura (F, 6-8, junior, Gonzaga)

Image

Le ‘LeBron japonais’ a vécu une belle champagne sophomore, quadruplant son temps de jeu d’une saison à l’autre (4.9 à 20.7mn) et laissant enfin éclater tout son potentiel mis en couveuse, postant un solide 11.6pts, 4.7reb et 56.8% au tir. On peut penser qu’avec le départ de Johnathan Williams qui jouait près de 30 minutes sur le même poste le jeune intérieur nippon parviendra encore à grignoter des minutes tout en devenant un titulaire indiscutable cette saison (seulement 2 matchs sur 37 comme starter l’an passé). Il devrait ainsi continuer à martyriser les raquettes adverses sur une base encore plus régulière en imposant son solide physique (2,03m, 104kg), ses qualités athlétiques lui permettant de pénétrer et jouer au dessus du cercle avec beaucoup d’aisance, sans compter ses coast-to-coast balle en main qui sont aussi devenus sa marque de fabrique. Il est également à l’aise pour attaquer et casser une zone (64% au tir contre ce type de défenses), c’est un excellent défenseur sur le pick’n’roll, reste à acquérir du range sur son tir, il est carrément non-existant à 3pts (19.2%, 5 sur 26). En dehors du court il a appris à s’ouvrir un peu plus maintenant qu’il possède une bonne maitrise de l’anglais et commence à apprivoiser le fait qu’il est en train de devenir une icône nationale dans son pays le Japon où, fait rare, plusieurs des matchs de Gonzaga ont été retransmis sur un grand network. C’est pourquoi passer d’un statut de timide étudiant étranger parlant très mal anglais à ses débuts à celui probable cette saison de go-to player d’une des équipes favorites pour le titre national est un bond assez inimaginable et vertigineux, mais qu’il devrait assumer avec tout le flegme nippon nécessaire.

8- De’Andre Hunter (F, 6-7, redshirt sophomore, Virginia)

Image

On ne l’avait peut être pas vu venir mais en une seule saison de College (après avoir été redshirt en 2016-17 pour lui laisser le temps de récupérer totalement d’une fracture à la jambe survenue au lycée) Hunter s’est fait une redoutable réputation de stoppeur défensif, se transformant en l’un des meilleurs défenseurs sur la balle, capable de garder des postes 2 comme des 5 et de switcher sur tout le monde. C’est un solide athlète de 2,01m pour 100kg, qui possède une envergure de 2,18m sans pour autant être un freak athlétique, mais il est puissant du haut du corps et mobile dans ses déplacements, son moteur et ses instincts défensifs font le reste, c’est le type qu’on peut envoyer en mission sur le meilleur joueur adverse les yeux fermés. Il apporte une plus-value indéniable à une équipe déjà solide dans ce domaine. Offensivement il est encore tendre mais il a démontré quelques flashs de son talent au shooting, un bon 38.3% à 3pts certes sur un faible volume (21 sur 55) mais en étant une quatrième voir cinquième option en attaque. D’ailleurs sa réussite aux lancers ne trompe pas (75.5%), Hunter possède un bon toucher et encore une bonne marge comme shooteur. Autre force son attaque des closeouts ainsi que son utilisation sous le cercle où il est suffisamment puissant pour venir y finir dans de bonnes conditions. Une tendance cependant à la ‘tunnel vision’ où il s’enferme en fonçant droit sur ses pénétrations, qu’il doit gommer. Ce stretch-4 en attaque et multi-défenseur pourrait pourquoi pas en cas de grosse saison de sa part flirter avec le Top 10 lors de la prochaine draft.

7- Dedric Lawson (F, 6-9, redshirt junior, Kansas)

Image

L’ancien Tiger de Memphis pourrait bien s’avérer être le chaînon manquant, celui que recherche désespérément le coach Bill Self afin de décrocher le titre national qui se dérobe à lui et aux Jayhawks depuis 2008. Obligé d’en passer par la case redshirt à la suite de son transfert de Memphis on a le souvenir d’un joueur ô combien polymorphe, qui impactait le jeu de son équipe par tous les bouts lors de sa saison sophomore en tournant à 19.2pts, 9.9reb, 3.3ast, 2.1blk, 1.3stl. Certes jouer pour le compte d’une powerhouse historique comme Kansas n’a pas le même poids et peut donner le vertige, mais le garçon a eu un an pour s’y préparer mentalement et doit connaitre tous les rouages de l’équipe à force de scrimmages intensifs. Aucune raison donc qu’il ne soit pas opérationnel dès le Day One en exprimant son côté ‘do it all player’ et son leadership dans une équipe qui a perdu beaucoup de joueurs d’expérience, les Graham, Mykhailiuk ou Newman. Surtout au sein d’une équipe qui repose autant sur sa base arrière, il est celui qui doit faire le lien entre les lignes. Lawson va apporter son ‘feel for the game’, c’est sans doute l’un des joueurs en College avec le plus fort QI basket, et ce des 2 côtés du court. Son solide physique (2,06m, 107kg, 2,18m d’envergure) couplé à un excellent moteur en font aussi un rebondeur hors pair, achevant de dresser le portrait d’un joueur très complet, les seules faiblesses qu’on peut lui trouver réside dans son shooting, surtout extérieur, un manque d’explosivité et de détente, une certaine lenteur sur sa latéralité mais tout ça est en grande partie gommé par la somme de ses qualités.

6- Luke Maye (F, 6-8, senior, North Carolina)

Image

Tout le monde ou presque connait l’étonnant parcours de l’intérieur des Tar Heels, passé de walk-on et l’anonymat le plus complet à un statut de All-American en cette pré-saison, sans oublier une place méritée dans le premier Cinq de l’ACC la saison dernière. On peut parler d’une des trajectoires les plus surprenantes de mémoire qu’il ait été donné de voir en College, d’une trajectoire et du développement d’un joueur du domaine de l’inédit, ou presque. Si la saison dernière de North Carolina fut des plus poussives pour le champion en titre, elle s’acheva dans le fracas d’une défaite de plus de 20pts au second tour de la Madness face à Texas A&M, en revanche celle de Luke Maye fut remarquable. On doit se rappeler que le frontcourt était inexistant suite aux départs la saison précédente des Tony Bradley, Kennedy Meeks ou Isaiah Hicks mais à lui seul Maye est parvenu à combler ces absences en se muant en double-machine* des 2 côtés du terrain (16.9pts, 10.1reb). Ses progrès au shooting en se montrant clutch par moment ont également impressionné, il peut tirer de partout comme l’ont prouvé ses 50 treys à 43.1%. C’est aussi le roi du ‘pump fake’ quand il s’agit d’aller collecter des points dans la peinture ou d’obtenir des fautes, les lancers par ailleurs étant sa vraie faiblesse puisqu’il ne les convertit qu’à 62.4%. Cette saison il devra démontrer qu’avec les départs des vétérans Joel Berry et Theo Pinson le boss de l’équipe c’est dorénavant lui, et qu’il va devoir encadrer les jeunes pousses prometteuses que sont Nassir Little et Coby White.

*Seulement le sixième Tar Heel à finir une saison à plus de 10 points et 10 rebonds de moyenne sur les 40 dernières années.

5- Grant Williams (F, 6-8, junior, Tennessee)

Image

L’intérieur des Vols a lui aussi suivi une trajectoire étonnante, un poil moins spectaculaire qu’un Luke Maye, mais assez comparable dans le côté météorique de la progression, passé de recrue 3 étoiles anonyme (autour de la 200ème place) à son arrivée à Tennessee, à POY de sa conférence, la SEC, alors qu’il vient tout juste de boucler une saison sophomore consistante (15.2pts, 6.0reb, 1.9ast, 1.3blk). Autant dire que les attentes du côté de Knoxville seront grandes à son sujet mais également d’un point de vue collectif. L’équipe retourne tous ses titulaires et le noyau dur de joueurs qui lui avait permis de décrocher le titre de saison régulière (à égalité avec Auburn). S’il n’y avait eu cet upset malheureux sur le fil face à Loyola-Chicago la voie vers le Final Four n’était pas si utopique. Grant Williams a symbolisé cette montée en puissance des Vols, s’il est encore méconnu du grand public c’est sans doute parce qu’il n’est pas un athlète hors normes ou doté d’un charisme fou, mais c’est plutôt un joueur stable émotionnellement, régulier dans ses performances, qui sait se montrer agressif dans une raquette et y récolter points et fautes (plus de 6 lancers par match). Le tout grâce à un physique compact et puissant malgré une taille relativement sous-dimensionnée pour un intérieur (2,01m ou 2,03m selon les infos, 108kg), sans doute hérité du père dont on dit qu’il a été garde du corps de Prince ou Michael Jackson. D’ailleurs son coach Rick Barnes a un modèle tout trouvé pour lui, un joueur qu’il a eu 3 ans sous ses ordres à Texas et dont il en a fait également un POY de conférence, P.J Tucker.

4- Zion Williamson (F, 6-6, freshman, Duke)

Image

Place au phénomène, il n’y a pas un joueur aussi physique que Zion dans tout le College, c’est le genre de joueur hors normes qu’on ne voit passer qu’une fois par décennie, et encore. C’est un hercule de 1,98m pour quelques 125kg, qu’il sera sans doute impossible à stopper sur ses drives, certains ont employé la comparaison, ou la vision, d’un train de marchandises lancé à toute allure. Mais le plus effrayant c’est que le kid natif de Spartanburg (ça ne s’invente pas) en Caroline du Sud est très coordonné pour son gabarit, également skillé balle en main, son handling est déjà avancé, il possède un joli toucher de balle, une solide vision du jeu et des instincts de passeur. Non seulement il va battre ses défenseurs sur sa puissance couplée à sa mobilité mais aussi sur son maniement de balle et la rapidité de son premier pas. Effrayant. Bien entendu c’est sur jeu rapide qu’il devrait faire la majorité de ses dégâts, la qualité de son shooting notamment extérieur demeure elle encore une inconnue, et on ne sait pas comment il se comportera sur jeu placé, c’est sans doute là que se situe sa marge de progression et la possibilité de devenir un joueur complet et un des tous meilleurs de sa classe d’âge. Niveau défense on le sait doté d’une excellente verticalité et d’un sens du timing qui devait en faire un bon protecteur de cercle mais sait-il se positionner, reconnaitre les aides et être à l’aise à défendre en zone, bref possède-t-il un réel QI défensif. Autre interrogation la cohabitation avec les 2 autres gros prospects que sont RJ Barrett et Cam Reddish, sauront-ils partager les rôles en attaque et ne pas se marcher dessus, il n’y a qu’un ballon. Pour le este pas de souci, Coach K. devra savoir utiliser ce cauchemar de mismatchs à différentes sauces au grand désespoir des adversaires des Dukies.

3- Caleb Martin (G/F, 6-7, redshirt senior, Nevada)

Image

L’ainé des jumeaux Martin est aussi le meilleur des deux, un des joueurs les plus dangereux en 1-contre-1 de tout le College, un des plus créatifs aussi balle en main, un ailier-shooteur qui a fait passer le Wolf Pack du Nevada dans une autre dimension, parmi les équipes candidates à un Final Four. Caleb retourne donc finir son cursus chez les Loups du désert après avoir tourné l’exercice précédent à 18.9pts, 5.4reb, 2.6ast, 1.3stl et décroché le titre de POY de la Moutain West Conference, tout en ayant tâté de la pré-draft. L’ailier de Nevada fait son beurre quotidien à travers une combinaison d’excellents fondamentaux, d’un moteur non-stop et d’un tir extérieur fiable (100 treys à 40.3%). C’est avant tout un créateur à partir de son dribble, il crée facilement de la séparation balle en main, mais il brille aussi dans le jeu sans ballon en se postant tout autour de l’arc-de-cercle constamment en mouvement, prêt à recevoir le ballon et déclencher un tir. C’est aussi un excellent athlète (2,01m, 95kg) capable de défendre sur les meilleurs extérieurs adverses grâce à sa latéralité et un haut du corps puissant lui permettant de résister aux charges. En fait l’ainé des Martin est un ‘do it all player’ sans véritable défaut mais sans une qualité qui se détache plus qu’une autre, il sait shooter sans être un tireur avec une mécanique fluide, passer sans être un playmaker naturel, slasher sans être très rapide sur son premier pas. C’est sans doute là que réside sa force. Sa ‘breakout year’ en appelle une autre avec le but d’aller chercher un éventuel Final Four, Nevada en a les moyens, voir carrément le titre.

2- Carsen Edwards (G, 6-1, junior, Purdue)

Image

Le combo de Purdue est sans doute le joueur en College capable de faire les plus grosses différences individuelles balle en main, un petit dragster quasi inarrêtable sur jeu ouvert, capable de finir ses actions par les plus belles envolées et des dunks rageurs malgré une taille limitée (1,83m). C’est son jeu naturel, être agressif avec la balle, prendre sa chance au tir de partout (97 treys à 40.6%), Edwards est plus scoreur que passeur (2.8ast) et cette tendance déjà naturelle devrait s’accentuer cette saison avec la perte de 4 starters seniors et non des moindres (PJ Thompson, Dakota Mathias, Vince Edwards, Isaac Haas) qui représentaient à eux seuls près de 50 points inscrits par match. Autant dire que le petit Carsen va devoir se démultiplier encore plus et ses 18.5pts faire un bond significatif, il n’a pas le choix s’il veut maintenir une équipe de Purdue à flots au sein d’une Big Ten qui s’annonce très compétitive avec les 2 Michigan, Indiana, Maryland et des outsiders comme Ohio State, Nebraska, Penn State, Wisconsin ou encore Minnesota, tous bien moins impactés par les départs de titulaires. Il devrait faire un concurrent à la course au POY crédible malgré les circonstances défavorables, car briller en Big Ten et conduire ses Boilermakers à la Madness s’annonce comme une tâche compliquée. Néanmoins la hype est bien réelle à son sujet, des parutions de référence comme Athlon Sports ou Lyndy’s le classent second de leur Top Players de la saison à venir, la ‘Bible du College’ le Blue Ribbon a même décidé de lui consacrer sa Une nationale, et Street&Smith’s le classe numéro #1 des joueurs déjà établis (hors freshmen). C’est donc bien individuellement qu’il sera jugé faute d’appartenir à un collectif fort.

1- R.J Barrett (G/F, 6-7, freshman, Duke)

Image

C’est le joueur qui se dégage le plus à l’entrée de cette nouvelle saison, pas loin d’être le choix le plus consensuel malgré le fait d’être un freshman et de n’avoir pas disputé une seule minute sur un parquet de College. Non seulement le kid canadien originaire de l’Ontario va concourir pour la place de numéro #1 à la prochaine draft mais aussi postuler comme meilleur joueur universitaire de l’année, les 2 choses ne sont pas si souvent liées, et ce depuis un certain Anthony Davis en 2012, puisque se sont succédés à la suite des Burke, McDermott, Kaminsky, Valentine/Hield, Mason III ou Brunson. Il possède de solides gênes, son père Rowan a joué en université à Saint John’s avant de faire fructifier sa carrière en Europe, et son parrain n’est autre que le Hall of Famer et légende vivante du basket canadien, Steve Nash. Barrett offre un mix assez unique de qualités physiques, c’est un athlète à la fois longiligne et puissant (2,01m, 93kg, envergure de 2,08m), fluide et coordonné, capable d’être à la fois très horizontal sur ses déplacements et vertical sur son attaque du cercle, sans être pour autant un freak. Autre qualité rare pour un jeune athlète de 18 ans, un bas du corps déjà puissant qui lui permet d’absorber les contacts et d’avoir un contrôle du corps très stable, qui fait dire à certains qu’il est déjà ‘NBA ready’. Le jeune Dukie semble aussi déjà disposer de solides ‘intangibles’, ces petits détails difficilement mesurables mais qui séparent les meilleurs des autres, comme avoir le feu sacré, être un compétiteur-né, posséder une grosse éthique de travail, être son propre motivateur, savoir faire preuve de dureté mentale etc Tout juste peut-on lui reprocher un maniement de balle encore serré, une mécanique de tir avec un arc trop plat, une sélection de tir douteuse, bref des détails par rapport au reste du package, parmi les plus complets vu chez un freshman ces dernières années.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
7891

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Garcy22 » 15 décembre 2018, 13:37

Merci pour cette derniere partie qui fait neanmoins un peu "outdated" apres que tous les joueurs ai joué environ 10 matchs. Certains ont deja bien glissé... (coucou les Tar Heels)
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

spicygsw

All Star
Avatar du membre
Dub Nation
7051

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par spicygsw » 15 décembre 2018, 16:19

Et d'autres ont bien monté, coucou le Badger :)))

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 19 décembre 2018, 11:26

Image


Classement réactualisé après un mois et demi de compet', ne figurent pas les joueurs blessés ou suspendus de longue, ceux en reprise qui ne comptent pas assez de matchs pour y figurer, ceux dont le temps de jeu n'est pas assez significatif, ceux dont les performances sont trop faibles etc...



UPDATE 19/12/2018



1- R.J Barrett (G/F, 6-7, freshman, Duke)

2- Grant Williams (F, 6-8, junior, Tennessee)

3- Zion Williamson (F, 6-6, freshman, Duke)

4- Carsen Edwards (G, 6-1, junior, Purdue)

5- Caleb Martin (G/F, 6-7, redshirt senior, Nevada)

6- Dedric Lawson (F, 6-9, redshirt junior, Kansas)

7- Rui Hachimura (F, 6-8, junior, Gonzaga)

8- De’Andre Hunter (F, 6-7, redshirt sophomore, Virginia)

9- Ethan Happ (F, 6-10, redshirt senior, Wisconsin)

10- Admiral Schofield (F, 6-5, senior, Tennessee)



11- Shamorie Ponds (G, 6-1, junior, Saint John’s)

12- Markus Howard (G, 5-11, junior, Marquette)

13- Ja Morant (G, 6-3, sophomore, Murray State)



14- Bol Bol (C, 7-2, freshman, Oregon) :!: blessé

15- Jarrett Culver (G, 6-5, sophomore, Texas Tech)

16- Daniel Gafford (C, 6-11, sophomore, Arkansas)

17- Juwan Morgan (F, 6-8, senior, Indiana)

18- Zach Norvell, Jr. (G, 6-5, redshirt sophomore, Gonzaga)

19- Myles Powell (G, 6-2, junior, Seton Hall)



20- Tyus Battle (G, 6-6, Junior, Syracuse)

21- Mike Daum (F, 6-9, redshirt senior, South Dakota State)

22- Yoeli Childs (F, 6-8, junior, BYU)

23- Cassius Winston (G, 6-0, junior, Michigan State)

24- Sagaba Konate (F, 6-8, junior, West Virginia)

25- Kellan Grady (G, 6-5, sophomore, Davidson)

________________________________________________

26- Brandon Clarke (F, 6-8, redshirt junior, Gonzaga)



27- Reid Travis (F/C, 6-8, redshirt senior, Kentucky)

28- Romeo Langford (G, 6-5, freshman, Indiana)

29- Ky Bowman (G, 6-1, junior, Boston College)

30- Jordan Murphy (F, 6-6, senior, Minnesota)

31- James Palmer (G/F, 6-6, redshirt senior, Nebraska)

32- Kyle Guy (G, 6-3, junior, Virginia)

33- Lagerald Vick (G, senior, Kansas)

34- Kamar Baldwin (G, 6-1, junior, Butler)

35- Luke Maye (F, 6-8, senior, North Carolina)

36- Robert Franks (F, 6-7, Senior, Washington State)

37- D’Marcus Simonds (G, 6-3, junior, Georgia State)

38- Kris Wilkes (F, 6-8, sophomore, UCLA)

39- Jordan Caroline (F, 6-7, redshirt senior, Nevada)

40- Ty Jerome (G, 6-5, junior, Virginia)

41- P.J Washington (F, 6-8, sophomore, Kentucky)

42- Bruno Fernando (C, 7-0, sophomore, Maryland)

43- Jaylen Nowell (G, 6-4, sophomore, Washington)

44- Jared Harper (G, 5-11, junior, Auburn)

45- Nickeil Alexander-Walker (G, 6-5, sophomore, Virginia Tech)

46- Anthony Cowan, Jr. (G, 6-0, junior, Maryland)

47- McKinley Wright IV (G, 6-0, sophomore, Colorado)

48- Alpha Diallo (G/F, 6-7, senior, Providence)

49- Cameron Reddish (G/F, 6-8, freshman, Duke)

50- Jon Elmore (G, 6-3, Senior, Marshall)

_______________________________________________

51- Luguentz Dort (G, 6-4, freshman, Arizona State)



52- Cody Martin (G/F, 6-7, senior, Nevada)

53- Eric Paschall (F/C, 6-8, redshirt senior, Villanova)

54- Jessie Govan (C, 6-10, senior, Georgetown)

55- Charles Bassey (C, 6-11, freshman, Western Kentucky)

56- B.J Taylor (G, 6-2, redshirt senior, UCF)

57- Nick Ward (F/C, 6-9, Michigan State)

58- Jarron Cumberland (G, 6-5, junior, Cincinnati)

59- Lamar Stevens (F, 6-8, junior, Penn State)

60- Mustapha Heron (G, 6-4, Saint John’s)

61- Marcquise Reed (G, 6-3, redshirt senior, Clemson) :!: blessé

62- Noah Dickerson (F, 6-8, senior, Washington)

63- Josh Perkins (G, redshirt senior, Gonzaga)

64- Cameron Johnson (F, 6-8, redshirt senior, North Carolina)

65- Tres Tinkle (F, 6-8, redshirt junior, Oregon State)

66- Milik Yarbrough (F, redshirt senior, Illinois State)

67- Aric Holman (C, 6-10, Mississippi State)

68- Alex Robinson (G, 6-1, redshirt senior, TCU)

69- C.J Massinburg (G, 6-3, senior, Buffalo)



70- Keldon Johnson (G/F, 6-6, freshman, Kentucky)

71- Miye Oni (G/F, 6-6, junior, Yale)

72- Charles Matthews (G, 6-6, redshirt junior, Michigan)

73- Tremont Waters (G, 5-11, sophomore, LSU)

74- Terance Mann (G/F, 6-6, senior, Florida State)

75- Dylan Windler (F, 6-7, senior, Belmont)

______________________________________________

76- Quinndary Weatherspoon (G, 6-4, senior, Mississippi State)

77- Tyler Cook (F, 6-9, junior, Iowa)

78- Chris Clemons (G, 5-9, senior, Campbell)

79- Simisola Shittu (F, 6-10, freshman, Vanderbilt)

80- Jon Axel Gudmundsson (G, 6-4, junior, Davidson)

81- Josh Reaves (G, 6-4, senior, Penn State)

82-Coby White (G, 6-5, freshman, North Carolina)

83- Justin James (G/F, 6-7, senior, Wyoming)

84- Udoka Azubuike (C, 7-0, junior, Kansas) :!: blessé

85- Barry Brown (G, 6-3, senior, Kansas State)

86- Nassir Little (F, 6-7, freshman, North Carolina)

87- Grant Riller (G, 6-3, junior, Charleston)

88- Justin Wright-Foreman (G, 6-2, senior, Hofstra)

89- Lamar Peters (G, 6-0, junior, Mississippi State)

90- Joshua Langford (G, junior, 6-5, Michigan State)

91- Tacko Fall (C, 7-6, senior, UCF)

92- Bryce Brown (G, 6-3, senior, Auburn)

93- Phil Booth (G, 6-3, redshirt senior, Villanova)

94- Payton Pritchard (G, 6-2, junior, Oregon)

95- Christian James (G, 6-4, senior, Oklahoma)

96- Amir Coffey (G/F, 6-8, junior, Minnesota)

97- Talen Horton-Tucker (G-F, 6-4, freshman, Iowa State)



98- Nazreon Reid (F/C, 6-10, freshman, LSU)

99- KZ Okpala (F, 6-9, sophomore, Stanford)

100- Oshea Brissett (F, 6-8, sophomore, Syracuse)

_________________________________________________

101- Jarrell Brantley (F, 6-7, senior, Charleston)

102- Markis McDuffie (F, 6-8, senior, Wichita State)

103- Chuma Okeke (F, 6-8, sophomore, Auburn)

104- Justin Robinson (G, 6-1, senior, Virginia Tech)

105- Elijah Thomas (C, 6-9, senior, Clemson)

106- Torin Dorn (G, 6-5, senior, NC State)

107- Sam Hauser (F, 6-8, sophomore, Marquette)

108- Ignas Brazdeikis (F, 6-7, freshman, Michigan)



109- Dean Wade (F, 6-10, Senior, Kansas State) :!: blessé indéfiniment

110- D’Mitric Trice (G, 6-1, junior, Wisconsin)

111- Jalen McDaniels (F, 6-11, sophomore, San Diego State)

112- Jordan Poole (G, 6-4, sophomore, Michigan)

113- Austin Wiley (C, 6-11, junior, Auburn)

114- Desmond Bane (G, 6-5, junior, TCU)

115- Drew McDonald (F, 6-8, senior, Northern Kentucky)

116- Nick Rakocevic (F, 6-11, junior, USC)

117- Vic Law (F, 6-7, senior, Northwestern)

118- Esa Ahmad (F, 6-8, senior, West Virginia)

119- Chris Silva (F, 6-9, senior, South Carolina)

120- Tre Jones (G, 6-2, freshman, Duke)

121- Max Strus (G, 6-6, redshirt senior, DePaul)

122- Jalen Adams (G, 6-3, senior, Connecticut)

123- Kaleb Wesson (C, 6-9, sophomore, Ohio State)

124- John Konchar (G, 6-5, senior, Fort Wayne)

125- Jerrick Harding (G, 6-1, junior, Weber State)

_______________________________________________

126- Fletcher Magee (G, 6-4, senior, Wofford)

127- Isaiah Roby (F, 6-8, junior, Nebraska)

128- C.J Burks (G, 6-4, senior, Marshall)

129- Quinton Rose (G/F, 6-8, junior, Temple)

130- Sam Merrill (G, 6-5, junior, Utah State)

131- Devontae Cacok (F, 6-7, senior, UNC Wilmington)

132- Trent Forrest (G, 6-4, junior, Florida State)

133- Moses Brown (C, 7-1, freshman, UCLA)

134- Remy Martin (G, 6-0, sophomore, Arizona State)

135- Luwane Pipkins (G, 5-11, junior, Massachusetts)

136- Devon Dotson (G, 6-2, freshman, Kansas)

137- Kerwin Roach II (G, 6-4, senior, Texas)

138- Jordan Nwora (F, 6-8, sophomore, Louisville)

139- Marial Shayok (G-F, 6-6, redshirt senior, Iowa State)

140- Lamine Diane (F, 6-7, redshirt freshman, Cal State Northridge)



141- Donta Hall (F, 6-9, senior, Alabama)

142- Markell Johnson (G, 6-1, junior, NC State)

143- Xavier Sneed (G/F, 6-5, junior, Kansas State)

144- Ty-Shon Alexander (G, 6-4, sophomore, Creighton)

145- B.J Stith (G, 6-5, redshirt senior, Old Dominion)

146- Kira Lewis (G, 6-3, freshman, Alabama)



147- Charlie Brown, Jr. (G-F, 6-7, redshirt sophomore, Saint Joseph’s)

148- David Jenkins, Jr. (G, 6-2, sophomore, South Dakota State)

149- Clayton Custer (G, 6-1, senior, Loyola-Chicago)

150- Jaylen Hands (G, 6-3, sophomore, UCLA)

_________________________________________________

151- Tyler Hall (G, 6-5, senior, Montana State)

152- Jordan Barnes (G, 5-11, junior, Indiana State)

153- Kenny Wooten (F, 6-9, sophomore, Oregon)

154- Desmond Cambridge (G, 6-4, sophomore, Brown)

155- Anthony Lamb (F, 6-6, junior, Vermont)

156- RJ Cole (G, 6-1, sophomore, Howard)

157- Isaac Copeland (F, 6-9, redshirt senior, Nebraska)

158- Bennie Boatwright (F, 6-10, senior, USC)

159- Jalen Smith (F, 6-10, freshman, Maryland)

160- Jordon Varnado (F, 6-6, senior, Troy)

161- Kevin Porter (G/F, 6-5, freshman, USC) :!: blessé

162- Nick Mayo (F, 6-9, senior, Eastern Kentuky)

163- Terence Davis (G, 6-4, senior, Ole Miss)

164- Nathan Knight (F/C, 6-10, junior, William & Mary)

165- Brandon Childress (G, 6-0, junior, Wake Forest)

166- Matisse Thybulle (G/F, 6-5, senior, Washington)

167- Jaylen Hoard (F, 6-8, freshman, Wake Forest)

168- Nick Weatherspoon (G, 6-3, sophomore, Mississippi State)

169- Deshon Taylor (G, 6-2, senior, Fresno State)

170- Jeff Dowtin (G, 6-3, junior, Rhode Island)

171- Tyler Herro (G, 6-5, freshman, Kentucky)

172- Taveion Hollingsworth (G, 6-2, sophomore, Western Kentucky)

173- Devin Cannady (G, 6-1, senior, Princeton)

174- Matt Morgan (G, 6-2, senior, Cornell)

175- Ahmad Caver (G, 6-2, senior, Old Dominion)

____________________________________________________

176- TJ Haws (G, 6-4, junior, BYU)

177- Armoni Brooks (G, 6-3, junior, Houston)

178- Xavier Johnson (G, 6-3, freshman, Pittsburgh)

179- Nick Muszynski (C, 6-11, redshirt freshman, Belmont)

180- Andrew Nembhard (G, 6-5, freshman, Florida)

181- Garrison Mathews (G, 6-5, senior, Lipscomb)

182- Tristan Clark (F, 6-9, sophomore, Baylor)

183- Javon Bess (F, 6-6, redshirt senior, Saint Louis)

184- Jaylen Fisher (G, 6-2, junior, TCU)

185- Antoine Davis (G, 6-1, freshman, Detroit)



186- Aubrey Dawkins (F, 6-6, redshirt junior, UCF)

187- Anthony Mathis (G, 6-3, senior, New Mexico)

188- Nicolas Claxton (C, 6-11, sophomore, Georgia)

189- Jon Davis (G, 6-3, senior, Charlotte)

190- Cameron Krutwig (C, 6-9, sophomore, Loyola-Chicago)

191- Matt Mooney (G, 6-3, senior, Texas Tech)

192- Tookie Brown (G, 5-11, senior Georgia Southern)

193- CJ Bryce (G, 6-5, redshirt junior, NC State)

194- Dylan Osetkowski (F, 6-9, redshirt senior, Texas)

195- Ebuka Izundu (C, 6-11, senior, Miami U)

196- Jordan Davis (G, 6-2, senior, Northern Colorado)

197- Kouat Noi (F, 6-7, redshirt sophomore, TCU)

198- Brandon Randolph (G/F, 6-6, sophomore, Arizona)

199- Kyle Alexander (F/C, 6-11, senior, Tennessee)

200- Chris Lykes (G, 5-7, sophomore, Miami U)

_________________________________________________

201- Ayo Dosunmu (G, 6-4, freshman, Illinois) :!: blessé

202- Jaxson Hayes (F, 6-11, freshman, Texas)

203- Martaveous McKnight (G, 6-4, senior, Arkansas-Pine Bluff)

204- Cyril Langevine (F, 6-8, junior, Rhode Island)

205- Daejon Davis (G, 6-3, sophomore, Stanford)

206- Cameron McGriff (F, 6-7, junior, Oklahoma State)

207- Ahmaad Rorie (G, 6-1, redshirt senior, Montana)

208- Naji Marshall (F, 6-7, sophomore, Xavier)

209- Akwasi Yeboah (F, 6-6, redshirt junior, Stony Brook)

210- Savion Flagg (G/F, 6-7, sophomore, Texas A&M)

211- Shizz Alston, Jr. (G, 6-4, senior, Temple)

212- Alessandro Lever (F/C, 6-10, sophomore, Grand Canyon)

213- Lamont West (F, 6-8, redshirt junior, West Virginia)

214- Paul Jorgensen (G, 6-2, redshirt senior, Butler)

215- Jarrey Foster (F, 6-6, senior, SMU)

216--Jaylin Walker (G, 6-3, senior, Kent State)

217- Jordan Ford (G, 6-1, junior, Saint Mary’s)

218- Brian Beard, Jr. (G, 5-10, senior, Florida International)

219- Jahmal McMurray (G, 6-0, senior, SMU)

220- John Petty (G, 6-5, sophomore, Alabama)

221-Ronshad Shabazz (G, 6-5, senior, Appalachian State)

222- KeVaughn Allen (G, 6-2, Senior, Florida)

223- Shelton Mitchell (G, 6-4, redshirt senior, Clemson)

224- Nijal Pearson (G, 6-5, junior, Texas State)

225- T.J Gibbs (G, 6-3, junior, Notre Dame)

_______________________________________________

226- Matt Haarms (C, 7-3, redshirt sophomore, Purdue)

227- Tariq Owens (F, 6-10, redshirt senior, Texas Tech)

228- Eric Carter (F, 6-9, redshirt senior, Delaware)

229- Herbert Jones (G/F, 6-7, sophomore, Alabama)

230- Luka Garza (C, 6-11, sophomore, Iowa)

231- Ahmad Clark (G, 6-1, junior, Albany)

232- LJ Figueroa (F, 6-8, sophomore, Saint John’s)

233- Braxton Huggins (G, 6-4, redshirt senior, Fresno State)

234- Trey Porter (F, 6-11, redshirt senior, Nevada)

235- Demajeo Wiggins (F, 6-10, senior, Bowling Green)

236- Devin Watson (G, 6-1, redshirt senior, San Diego State)

237- Jeremiah Tilmon (F/C, 6-10, sophomore, Missouri)

238- Michael Jacobson (F, 6-9, redshirt junior, Iowa State)

239- Josh Cunningham (F, 6-7, redshirt senior, Dayton)

240- Emmitt Williams (F, 6-7, freshman, LSU)

241- Daniel Utomi (F, 6-6, senior, Akron)

242- Justin Simon (F, 6-5, senior, Saint John’s)

243- AJ Brodeur (F, 6-8, junior, Pennsylvania)

244- Gabe Kalscheur (G, 6-4, freshman, Minnesota)

245- Quentin Goodin (G, 6-3, junior, Xavier)

246-Geo Baker (G, 6-4, sophomore, Rutgers)

247- Brandon Williams (G, 6-1, freshman, Arizona)

248- Daniel Oturu (C, 6-10, freshman, Minnesota)

249- Makai Mason (G, 6-1, redshirt senior, Baylor)

250- Chase Jeter (C, 6-10, redshirt junior, Arizona)
Modifié en dernier par PistolPete44 le 19 décembre 2018, 12:28, modifié 2 fois.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
7891

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Garcy22 » 19 décembre 2018, 11:59

Mais quel travail de titan, bravo!

Mes petits Tar Heels ont pris une belle claque après 1 mois et demi...à l'exception de Cameron Johnson qui lui monte (justement) dans le ranking
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 19 décembre 2018, 12:24

Coby White grimpe aussi :D

Pas un travail de titan, j'ai pas mis les stats, rien :mrgreen:
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
7891

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Garcy22 » 19 décembre 2018, 13:29

PistolPete44 a écrit :
19 décembre 2018, 12:24
Coby White grimpe aussi :D
Ah bon? En #82 je le trouvais justement un peu bas...
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1641

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par opigucci » 19 décembre 2018, 13:33

Comment ça, même pas une petite phrase pour les nouveaux entrants :sifflote: !? Non vraiment super boulot!!!!

opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1641

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par opigucci » 11 mars 2019, 22:21

Alors, la saison bientôt finie, ça donnerait quoi ce top 250 maintenant :taré1: ?

opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1641

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par opigucci » 05 août 2019, 12:09

Va t'on avoir le droit à un top 500 cette année ::d ?