College Players Top 250 Special Edition 2018-19

NCAA Division I, March Madness, Scouting...
PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 06 novembre 2018, 11:10

Image


‘A côté le Blue Ribbon passerait pour un travail d’amateur.’ USA Today

‘Une entreprise jamais réalisée dans toute l’histoire de l’Humanité.’ Dick Vitale

‘La précision d’une passe de Steve Nash, la force d’un dunk de Shaquille O’Neal.’ SLAM Magazine

‘Un projet pharaonique qui se doit d’être salué à sa juste valeur.’ Al-Farouq Aminu, expert en hiéroglyphes

‘He did it again, again and again!’ Michael Jordan, ancien joueur universitaire

‘Oh My Fucking God, il manque plein de gars là dedans…’ Khloé Kardashian, scout de la balle orange



Non, pas 100, ni 150, ni 200 mais 250 joueurs rankés par mes soins pour vous amoureux du College !

Soyons fou, on aurait pu pousser le bouchon encore plus loin, carrément aller jusqu’à 500 tant le College regorge d’excellents joueurs, mais là on frisait la crise de foie.

On se contentera donc de 250 brefs portraits mais où l’essentiel y est sur chacun de ces heureux élus, un exercice pas si simple où il faut parvenir à condenser en quelques lignes le portrait d'un joueur (auto-congratulation gratuite)

Bien entendu le choix de chaque joueur et de son classement respectif est parfaitement assumé, les partis-pris également, il est difficile d’être impartial même si on a essayé, difficile de satisfaire les une et les autres à propos d'un ranking, de quelque nature soit-il.

Pour rappel comme d’habitude ceci n’est pas une mock draft où les joueurs sont classés selon leur potentiel NBA, on oublie donc.

C’est un classement certes en fonction des skills de chaque joueur mais surtout par rapport au rôle qu’ils auront à jouer dans leur équipe, leur influence sur le jeu mais aussi la manière qu’ils auront d’impacter cette nouvelle saison universitaire qui commence.

Ce sera effectué sous la forme d’un décompte par tranche de 25 joueurs, donc 10 posts pour les plus courageux qui suivront le bon déroulement (ou pas) des opérations. En espérant que l'entreprise soit menée jusqu'au bout, ce qui n'est pas encore garanti :D

Bonne lecture à vous ou pas, enjoy !
Modifié en dernier par PistolPete44 le 06 novembre 2018, 13:09, modifié 2 fois.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.


PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 06 novembre 2018, 12:07

Image


250-226



250- Andrew Jones (G, 6-4, junior, Texas)

Image

On se devait de commencer par lui. Victime d’une leucémie en décembre dernier, qu’il a combattu courageusement et qui semble être en rémission (fingers crossed). De retour à l’entrainement en septembre, il se fracture un orteil début octobre. Une péripétie comparée à sa maladie. Il n’existe pour le moment aucune indication ni délai quant à un éventuel retour, on espère juste le revoir en bonne santé, et si possible sur un parquet cette saison. L’an passé Jones tournait sur ses seuls 10 matchs disputés à 13.5pts, 2.4reb, 2.0ast et 46.3% de loin.

249- Aubrey Dawkins (F, 6-6, redshirt junior, UCF)

Image

Un retour parmi les vivants, Dawkins n’a plus disputé un match officiel depuis plus de 2 ans et son transfert de Michigan en 2016, une année comme redshirt puis une grave blessure à l’épaule qui l’a tenu éloigné des terrains l’an passé. Ailier athlétique au profil de 3& D (43.9% à 3pts à Michigan) on espère qu’il va retrouver une grosse partie de son potentiel de l’époque, son coach de père Johnny encore plus. Une grosse saison des Knights passe par un Dawkins à 100%.

248- Mac McClung (G, 6-2, freshman, Georgetown)

Image

Le joueur viral de cette pré-saison universitaire, une hype qui vire déjà à l’hystérie, une réputation de machine à highlights qui le précède, peut être le joueur le plus excitant à voir jouer depuis un certain Allen Iverson du côté des Hoyas. Pat Ewing a sans doute voulu réveiller un programme moribond, où l’on est plus connu pour fabriquer des pivots, la venue de ce blanc-bec dans un des bastions du sport afro-américain ne passe donc déjà pas inaperçue. Jump Mac, jump !

247- Donnie Tillman (F, 6-7, sophomore, Utah)

Image

Un spécimen athlétique (2,01m, 102kg) snobé à sa sortie du lycée, au-delà de la 200ème place au ranking, mais que le coach Larry Krystkowiak a su repérer en recruteur malin qu’il est (les improbables Delon Wright ou Jakob Poeltl, c’est lui). Tillman a succédé à un certain Kyle Kuzma comme poste 3/4 chez les Utes (7.8 pts, 4.8 reb en 20.3 min) et il entend suivre ses pas en ayant bossé tout l’été sur son shoot. Ses stats devraient faire un bond en avant significatif.

246- Carlton Bragg (F, 6-9, redshirt junior, New Mexico)

Image

Où l’on reparle de Carlton Bragg, ancien top 20 des lycées, recruté en fanfare chez les Jayhawks de Kansas avant de passer 2 saisons plombées par l’inconstance, malgré quelques flashs de talent ici ou là. Transféré à Arizona State qu’il quitte dans la foulée au premier semestre de l’année dernière sans avoir jouer un seul match. Voici l’intérieur désormais sans bandeau débarquant chez les Loups du Nouveau-Mexique, suite (et fin ?) de la saga.

245- Mario Kegler (F, 6-7, redshirt sophomore, Baylor)

Image

Revoilà ‘Super Mario’, ancien top 50 des lycées en 2016 et auteur d’une bonne saison freshman 2016-17 à Mississippi State (9.7 pts, 5.5 reb, 1.2 ast, 34.5% à 3pts), avant de demander dans la foulée un peu à la surprise générale son transfert vers Baylor et d’y passer une année comme redshirt. Un créateur de matchups avec son physique (2,01m, 100kg) et ses dispositions comme shooteur. Prévoir une grosse saison de sa part au sein d’une équipe en mode reconstruction.

* Ca démarre fort pour lui, suspendu les 6 premiers matchs de la saison pour ‘violation des règles de l’équipe’.

244- Brandon Williams (G, 6-1, freshman, Arizona)

Image

Le seul Wildcat présent dans ce top 250, et de justesse. C’est dire la perte d’influence de la fac de Tucson et de son coach/recruteur Sean Miller, dans l’œil du cyclone du FBI. Un ‘total rebuild’ après avoir perdu son 5 majeur (Jackson-Cartwright, Trier, Alkins, Ristic, Ayton) avec à la clé des transferts (Jeter, Luther, Coleman), une classe sophomore en galère la saison passée (Akot, Barcello, Randolph) et donc sa meilleure recrue, le meneur Brandon Williams.

* A noter la volte-face de Brandon Williams, top 40 des lycées, qui après avoir signé dans un premier temps avec Arizona s’est rétracté pour ré-ouvrir son commitment puis de nouveau choisir tardivement en mai les Wildcats, signe du malaise du côté de Tucson pour attirer des top prospects suite aux affaires en cours.


243- Jordan Nwora (F, 6-8, sophomore, Louisville)

Image

Avec les départs de 4 starters (Snider, Deng, Spalding, Mahmoud) l’équipe se cherche des joueurs capables de prendre le job, le jeune ailier d’origine nigériane en est un. Assez peu utilisé l’an passé par David Padgett (12 min/match) il est néanmoins parvenu à se montrer efficace sur un court laps de temps comme l’atteste son adresse générale, 46.4% au tir, 43.9% à 3pts, 76.9% aux lancers.

*A noter qu’il est devenu cet été avec le Nigéria coaché par son propre père le meilleur marqueur de sa sélection lors d’un match officiel avec 36 points, performance réalisée pour le compte des qualifications de la coupe du monde de la zone Afrique face au Mali.

242- Aaron Menzies (C, 7-3, redshirt senior, Saint Mary’s)

Image

Un transfert qui tombe à pic pour les Gaels qui ont perdu à l’intersaison leurs 2 big men, la star australienne Jock Landale actuellement au Partizan, et Evan Fitzner parti aux Hoosiers d’Indiana. Le géant britannique n’est pas un génie mais ses 2,21m et ses 120 kilos de viande en imposent dans une raquette (8.9 reb et 2.3 blk en 2017-18 avec Seattle), une arme de dissuasion massive à lui seul.

241- Hayden Koval (C, 7-0, sophomore, Central Arkansas)

Image

La petite fac de UCA n’avait plus enregistré de triple-double depuis un certain Scottie Pippen en 1987, c’est désormais fait avec 2 des siens l’an passé, freshmen de surcroit, DeAndre Jones et donc Hayden Koval le contreur fou (3.1/match). Nul besoin de préciser qu’il a été réalisé entre autre grâce à 11 contres, le jeune pivot longiligne ayant un sens parfait du timing et de l’anticipation. Autre arme dans son arsenal il peut aussi armer de loin (34 treys à 33%).

240- Carte’Are Gordon (C, 6-8, freshman, Saint Louis)

Image

Le natif de Saint Louis a fait le choix du cœur puisqu’il vit à quelques miles du campus, en snobant des facs comme Kansas ou Missouri, choix que n’avait finalement pas fait un autre ‘local hero’, Jayson Tatum. Gordon est ranké #75 de la classe 2018 et faisait parti des U17 champions du monde. Il s’est développé en un intérieur physique (listé à 2,06m et 104kg) mais possédant déjà un all around game qu’on n’attend pas forcément d’un tel gabarit. A surveiller.

239- Kira Lewis (G, 6-3, freshman, Alabama)

Image

A vérifier mais le freshman de Bama devrait être l’un des plus jeunes joueurs de College si ce n’est le plus jeune, il est né le 6 avril 2001 donc il n’aura pas encore 18 ans quand la saison 2018-19 sera déjà terminée. La raison, une signature tardive en août et un reclassement pour la saison en cours, qui donne au coach Avery Johnson une alternative au poste de meneur après le départ de sa star Collin Sexton. Bien entendu il faudra se montrer patient avec lui, notamment sur sa maturité physique mais ce top 40 des lycées fin comme les blés devrait faire très tôt parler de lui.

238- Cameron Krutwig (C, 6-9, sophomore, Loyola-Chicago)

Image

L’improbable parcours de cendrillon des Ramblers à la Madness a eu pour conséquence de révéler au pays tout entier, outre Sister Jean, un jeune pivot freshman encore dans son jus physiquement, un peu dodu, mais avec une telle maturité pour son âge, une telle science de son poste et du jeu qu’il a bluffé tout son monde. Ce non-athlète compense donc par son sens du placement, de l’anticipation et sa présence physique (2,06m, 118kg), et bien sûr de bonnes mains. Elu sans surprise freshman de la Missouri Valley avec ses 10.5pts, 6.1reb, 1.7ast en 23min.

237- Kouat Noi (F, 6-7, redshirt sophomore, TCU)

Image

L’un des nombreux australiens d’origine soudanaise à passer par le College, l’ailier des Horned Frogs a répondu aux attentes placées en lui après une saison redshirt. Il est capable d’évoluer à l’intérieur ou plus au périmètre où il sait sanctionner de loin (59 treys à 43.4%). Il a endossé le rôle de sixième homme et de scoreur en sortie de banc (10.2 pts en 22 minutes), apportant son énergie communicative.

236- Nick Mayo (F, 6-9, senior, Eastern Kentuky)

Image

Voilà un joueur qui est élu depuis 3 saisons dans le cinq de sa conférence, l’Ohio Valley, qui tourne en carrière à 17 points, 6 rebonds, 2 passes, 1.3 contres et 43.7% à 3pts (certes sur un petit volume), qui a débuté chacune des 93 parties disputées avec les Colonels, et qui reste désespérément sous les radars du College. Sans doute tributaire des résultats de sa fac qui n’est plus apparue à la Madness depuis 2014 et qui depuis 3 saisons présente un bilan négatif.

235- Jon Davis (G, 6-3, senior, Charlotte)

Image

Après avoir tâté de la pré-draft et effectué des workouts notamment pour les Hornets et les Celtics le vétéran est retourné en College pour travailler ses points faibles, les turnovers (3.9) et la sélection de tir (39.2%), le fait souvent d’un usage intensif de la balle, mais aussi sa défense, car pour le reste Davis est à la fois un excellent passeur (5.3 ast) et scoreur (17.6 pts). Le nouveau coach Ron Sanchez, disciple de Tony Bennett à Virginia, adepte d’une défense de fer et de la discipline en attaque, devrait l’aider dans ce sens.

234- Chuma Okeke (F, 6-8, sophomore, Auburn)

Image

Le jeune intérieur des Tigers a réussi une belle campagne freshman (7.5 points et 5.8 rebonds en 21 minutes de jeu) disputant les 34 matchs de son équipe, sortant à chaque fois du banc pour apporter sa versatilité en attaque puisqu’il peut aussi s’écarter et shooter (34 treys à 39%). A lui cette saison de prouver qu’il peut aussi passer un cap en défense et prendre exemple sur l’autre intérieur Anfernee McLemore.

233- Michael Weathers (G, 6-2, redshirt sophomore, Oklahoma State)

Image

Pris dans une histoire de vol de sac dans un bar en septembre dernier, et suspendu à titre provisoire depuis par sa fac, Weathers attend son jugement mais les dernières nouvelles laissent à penser qu’il pourrait bientôt rejoindre son équipe. Le contraire serait un coup dur pour les Cowboys puisque ce meneur représente un transfert majeur pour OSU, il tournait pour sa première année à Miami (of Ohio) à 16.7 pts, 4.8 ast, 4.4 reb, 1.9 stl, 1.4 blk. Après une année redshirt passée à s’entrainer au quotidien avec l’équipe il paraissait prêt à 100%.

232- Jordan Tucker (F, 6-7, redshirt sophomore, Butler)

Image

L’ancien de Duke ne sera éligible qu’à partir de la mi-décembre mais il est attendu avec impatience du côté des fans des Bulldogs. On va surtout attendre de lui qu’il soit à la hauteur de son statut de top 40 des lycées à son arrivée à Duke, qu’il justifie sa réputation d’excellent ailier-shooteur, peut être pas qu’il remplace la production d’un Kelan Martin, idole locale, ou alors c’est que son année aura été plus que réussie. Sans doute le facteur X de la saison de Butler.

231- Oscar Da Silva (F, 6-9, sophomore, Stanford)

Image

Allemand comme son nom ne l’indique pas (fils d’un ancien boxeur brésilien immigré en Allemagne dans les années 90) Da Silva faisait parti l’an dernier de cette belle classe freshman avec le meneur Daejon Davis et l’ailier KZ Okpala. Il devrait jouer un rôle accru cette nouvelle saison avec le départ de 3 starters dont la ‘star’ Reid Travis. Ailier versatile et skillé balle en main, excellent shooteur, un joueur dont la progression est à suivre vu d’Europe.

230- Ignas Brazdeikis (F, 6-7, freshman, Michigan)

Image

Le canadien d’adoption né en Lituanie à Kaunas (l’ancien alumni Nick Stauskas n’est pas pour rien dans sa venue à Michigan, une sorte de mentor) est un spécimen physique doublé d’un joueur aux skills avancés balle en main, capable grâce à cela de jouer du poste 2 au 4. Il arrive avec une réputation de scoreur-né et de joueur ultra-confiant au caractère très démonstratif, ce qui ne sera pas sans rappeler un certain Moe Wagner aux fans des Wolverines. Il pourrait devenir assez vite un starter indiscutable.

229- Max Strus (G, 6-6, redshirt senior, DePaul)

Image

Même si DePaul continue de côtoyer les bas-fonds de la Big East (le dernier bilan positif date de 2006-07, la dernière apparition à March Madness de 2003-04), les choses semblent bouger du côté de la fac historique de Chicago, quelques transferts ambitieux, un top 40 comme Romeo Weems attendu la saison prochaine, et un ‘do it all player’ comme Strus pour expédier les affaires courantes l’an passé (16.8 pts, 5.6 reb, 2.7 ast, 1.3 stl), on l’attend encore meilleur cette saison.

228- Vasa Pusica (G, 6-5, senior, Northeastern)

Image

Ce meneur serbe a attendu son transfert chez les Huskies après 2 premières saisons anonymes à San Diego pour commencer à faire parler de lui, même s’il continue à évoluer sous les radars nationaux. L’an passé il tournait à 17.9 points et 5.1 passes tout en enquillant à 3pts (76 treys à 42.7%) et en excellant sur le pick’n’roll, son nom revient donc de plus en plus dans les conversations. Son rêve absolu est de jouer les J.O pour son pays natal.

227- De’Ron Davis (F/C, 6-10, junior, Indiana)

Image

Victime d’une rupture du tendon d’Achille survenue en janvier l’intérieur des Hoosiers avait auparavant démontré son efficacité au poste bas avec un temps de jeu limité (9.6 pts, 4.3 reb, 1.5 blk, 61.5% au tir en 19 min) tout en pouvant lutter avec les Big de sa conférence (Happ, Haas, Wagner etc), malgré un manque de conditioning (près de 115kg sur la balance) et de qualité latérale en défense. Cette saison il sera concurrencé en interne par un Evan Fitzner (ex-Saint Mary’s) mais Indiana aura besoin de son big body dans les joutes de la Big Ten.

226- Otis Livingston II (G, 5-11, senior, George Mason)

Image

Le leader des Patriots est un scoreur prolifique (17.3pts) doublé d’un excellent facilitateur (4.4 ast) avec de bons pourcentages d'adresse (38.2% à 3pts, 85.7% aux lancers). George Mason sera un outsider dangereux au sein de l’Atlantic-10 puisque l’équipe repart quasi au complet, à Livingston d’emmener tout son monde pourquoi pas aller danser en mars prochain, ce qui serait une première pour la fac depuis 2011.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 06 novembre 2018, 16:58

225-201



225- Josh Cunningham (F, 6-7, redshirt senior, Dayton)

Image

Cet intérieur massif (2,01m, 106kg) est passé de 7.9 pts, 7.5 reb à 43% au tir lors de sa première année à Bradley à 15.6 pts, 8.4 reb à 64% la saison passée à Dayton comme junior. Entre-temps devenu le go-to player et le leader charismatique des Flyers par la régularité de ses performances, il semble paré pour une ‘monster year’ et tentera de qualifier son équipe pour le bal du mois de Mars dans une conférence A-10 très dense.

224- Lindsey Drew (G, 6-4, senior, Nevada)

Image

A l’heure d’écrire ces lignes on ne connait toujours pas l’avenir concernant le meneur du Wolf Pack, le staff avait peut être l’intention de le déclarer redshirt, le roster est largement garni, et avec tous les départs envisagés à la fin de la saison à venir ce serait garder une belle option sous le coude pour 2019-20. Mais surtout le garçon revient d’une terrible blessure, rupture du talon d’Achille en février dernier. S’il était apte, nul doute qu’il pourrait soulager les jumeaux Martin très/trop utilisés, et ses 8.1pts, 4.3ast, 4.1reb, 39% à 3pts seraient les bienvenus.

*Fils du coach actuel des Cleveland Cavaliers, Larry Drew.

223- Nick Emery (G, 6-2, redshirt junior, BYU)

Image

Sa vie est déjà un roman, Emery eu 24 ans le 1er septembre dernier et a déjà été déclaré redshirt…3 saisons depuis 2013, les deux premières parce qu’en tant que mormon il a dû effectuer une mission de 2 ans à l’étranger (Allemagne) pour le compte de son église, la dernière pour raisons personnelles, un divorce compliqué à gérer. Ce n’est pas terminé, il écope pour la présente saison de 9 matchs de suspension pour avoir touché entre temps des ‘bénéfices inappropriés’. On se souvient aussi de son coup de poing donné à un joueur d’Utah en 2015. Sinon le guard des Cougars est très talentueux, ancien 4 étoiles, et de surcroit ami de Jimmer Fredette qui l’a toujours soutenu.

222- Isaiah Reese (G, 6-5, junior, Canisius)

Image

Après avoir testé les eaux de la NBA en mai dernier grâce à une remarquable saison sophomore (16.9 pts, 5.8 reb, 4.7 ast, 2.2 stl), le guard des Golden Griffins est de retour en College prêt à (re)faire parler de lui et poursuivre son but ultime de jouer un jour en NBA. Ce serait alors une revanche pour ce joueur ignoré à sa sortie du lycée, repéré in-extrémis par son coach actuel Reggie Witherspoon lorsqu'il était assistant à Chattanooga.

221- Jeff Dowtin (G, 6-3, junior, Rhode Island)

Image

‘El Jefe’ son surnom chez les fans des Rams a passé un cap comme sophomore, non seulement il a amélioré quasiment toutes ses stats (9.6pts contre 5.5, 5.6ast contre 2.2, 3.1reb contre 1.5, 70.9% aux lancers contre 57.1 etc) mais il s’est affirmé comme le playmaker de l’équipe. On peut légitimement penser qu’avec le départ des 4 seniors titulaires (Matthews, Terrell, Robinson, Berry) il en devienne désormais le taulier et que sa saison junior soit à la hauteur de son nouveau statut.

220- Joe Cremo (G, 6-4, senior, Villanova)

Image

Sa réputation de sharpshooter l’a toujours précédé partout où il est passé, surtout dans l’état de New York où il a toujours joué, que ce soit au lycée ou à l’université d’Albany où il tournait à 17.8 points et 45.8% de loin (76 tirs primés) l’an passé, tout en jouant les ‘facilitateur’. Cremo ne répétera sûrement pas ces numéros à Nova mais sera une solide option offensive en sortie de banc. Il devra cependant apprendre à défendre un ‘petit peu’ avec le coach Jay Wright s’il veut gagner ses minutes.

219- Corey Davis, Jr. (G, 6-1, sophomore, Houston)

Image

Ce meneur venu de JUCO a vite trouvé ses marques chez les Cougars et pour sa première saison en université il a claqué des stats prometteuses, 13.1 pts, 3.1 reb, 2.4 ast, 42.9% à 3pts (103 treys), 80.8% aux lancers, tout en étant la seconde option offensive derrière la scoring machine maison, Robert Gray. Ce dernier parti on imagine que son scoring va faire un bond, et s’il maintient ses pourcentages d’adresse sur un plus gros volume on pourra parler de lui comme d’une des meilleures gâchettes du College.

218- B.J Stith (G, 6-5, redshirt senior, Old Dominion)

Image

Après avoir passé une année freshman au bout du banc de Virginia cet arrière longiligne avait fait un choix familial en étant transféré à ODU, autre fac de l’état. En effet son père Bryant ancien pro NBA en est l’un des assistants coach et son frère Brandan jouait encore avec lui la saison passée. Choix judicieux puisqu’il en est devenu le capitaine et le scoreur attitré (14.2 pts à 40.3% à 3pts) avec une progression régulière depuis 2 saisons.

217- Jeremiah Tilmon (F/C, 6-10, sophomore, Missouri)

Image

La grave blessure de l’intérieur Jontay Porter out pour la saison, a pour conséquence directe de mettre en lumière un autre sophomore, Jeremiah Tilmon. Il a donné l’impression d’être arrivé dans les bagages des frangins Porter mais c’est un solide top 50 des lycées, un stretch-five aux déplacements remarquables pour son gabarit (2,08m, 113kg), avec un postgame déjà raffiné. Son problème c’est son manque de maturité sur le terrain, trop de fautes stupides, et hors du terrain, c’est un ‘giant kid’ qui a encore 12 ans dans sa tête. Il doit franchir un cap mentalement.

216- Zack Bryant (G, 6-2, sophomore, UAB)

Image

Une saison remarquable compte tenu de son pedigree, classé à peine 2 étoiles à sa sortie du lycée mais qui a tout de suite montré les facettes de son talent à Alabama-Birmingham, celle d’un combo athlétique plutôt ‘slasher’ que shooteur (30 treys à 31.9%). Joueur réputé altruiste, excellent défenseur mais aussi rat de gymnase. Il a terminé l’an passé premier de son équipe aux minutes disputées (31.2), second au scoring (13.6), et à la passe (3.1). Une révélation.

215- Luka Garza (C, 2-11, sophomore, Iowa)

Image

Le grand pivot longiligne des Hawkeyes a effectué une année freshman satisfaisante dans l’ensemble (12.1 pts, 6.7 reb, 1.1 blk, 55.7% au tir, 34.8% à 3pts) mais a été snobé dans les bilans de fin de saison, ne figurant pas dans la Freshman Team de la Big Ten. Sans doute contre lui le fait de jouer pour le compte d’une équipe aussi faible que Iowa, classée #308 à l’efficacité défensive. Opéré d’un kyste à l’abdomen qui l’a handicapé tout l’été il devrait pouvoir débuter la nouvelle saison.

214- Braxton Key (F, 6-8, junior, Virginia)

Image

Transfert clé réalisé par Virginia, auteur d’une belle saison freshman à Alabama (12.0 pts, 5.7 reb, 2.5 ast) puis victime la suivante d’une blessure au ménisque autant que de l’émergence en interne du freshman Herb Jones, Key va pouvoir amener de la densité à un roster qui en manquait, et de la versatilité, capable d’évoluer sur les postes 3 et 4 avec son côté ‘do it all player’. Pour ne rien gâcher il est le neveu de la légende vivante de Virginia, Ralph Sampson.

213- Taveion Hollingsworth (G, 6-2, sophomore, Western Kentucky)

Image

Un meneur élu Kentucky Mister Basketball en 2017 et qui a échappé à John Calipari, en fait ce dernier lui avait demandé de patienter, sous-entendu qu’il n’était pas un choix prioritaire. Le jeune papa (oui, à 20 ans à peine) a saisi le message et choisi une autre fac du coin, WKU. Sa saison freshman était déjà prometteuse (13.3 pts à 48.0% au tir, 37.8% à 3pts) mais la venue du big man Charles Bassey laisse présager d’un duo in&out qui risque de martyriser la concurrence dans la Conference-USA. On sort déjà la boite à pop corn.

212- Ahmaad Rorie (G, 6-1, redshirt senior, Montana)

Image

Les Grizzlies ont terminé la saison dernière à 26-8, deuxième bilan de leur histoire, raflant saison régulière et tournoi de conférence de la Big Sky et en se qualifiant pour March Madness où ils échoueront d’entrée face au finaliste Michigan. La raison était en parti dû à leur leader Ahmaad Rorie, auteur d’une moyenne de 17.2 pts, 3.9 reb, 3.7 ast et 85% aux lancers. Bonne nouvelle, il est certainement de retour pour une Big Year.

211- Chris Lykes (G, 5-7, sophomore, Miami U)

Image

Le ‘little big man’ des Canes sera en charge presque à lui seul de la bonne tenue du backcourt puisque 3 starters de l’an passé sont partis (Newton, Brown et Walker IV, les 2 derniers draftés). On sait qu’il peut produire des côtés du terrain, à la fois comme catalyseur offensif et peste en défense, mais le coach Jim Larranaga voudra sûrement le voir plus playmaker cette saison, sans pour autant brimer sa créativité en 1 contre 1 et ses instincts électriques de manieur de balle.

210- Moses Brown (C, 7-1, freshman, UCLA)

Image

Ce jeune pivot originaire de New York devrait assez vite occuper une place de starter malgré la concurrence en interne de Cody Riley ou Jalen Hill selon les configurations d’équipe. Mais grâce à sa taille et sa mobilité il va apporter ce qui manquait à UCLA ces dernières saisons, un vrai protecteur de cercle, ce que n’était pas vraiment Thomas Welsh durant ses 4 années. Un indice, les Bruins risquent de jouer souvent ‘tall ball’ cette saison.

209- Jarrell Brantley (F, 6-7, senior, Charleston)

Image

Brantley est une bête physique (2,01m pour 113kg), un joueur difficile à défendre par sa combinaison de puissance, vitesse et habilité balle en main, un cauchemar de matchup, surtout qu’il peut s’écarter (30 treys à 38.5% l’an passé). Malgré une blessure au genou qui lui a fait manquer les 10 premiers matchs, sa saison junior a été remarquable (17.3 pts, 7.1 reb, 1.7 ast) et il l’a terminée en trombe, contribuant à qualifier son équipe pour la Madness et de remporter au passage titre de saison régulière et tournoi de conférence de la CAA.

208- Luguentz Dort (G, 6-4, freshman, Arizona State)

Image

Ce jeune québécois au ranking controversé, 5 étoiles pour certains (247sports, et donc plus grosse recrue du programme depuis un certain James Harden), 4 étoiles pour d’autres (Rivals) ou carrément oublié (ESPN) commence à intriguer, d’abord par son physique de petit buffle (1,93m, 96kg), ensuite par son style agressif vers le cercle, toujours en mode attaque, grâce à son premier pas, son dribble et sa puissance. On le dit aussi pas maladroit de loin, de quoi vraiment rappeler quelqu’un du côté des Sun Devils, un barbu devenu célèbre.

207- Ahmad Caver (G, 6-2, senior, Old Dominion)

Image

Il n’y a pas que UVA (Virginia pour les intimes) dans l’état de Virginie connue pour sa défense, ODU (Old Dominion pour les mêmes intimes) l’est également, classé #34 NCAA l’an passé à la Defensive Efficiency, grâce notamment à son meneur et redouté défenseur Ahmad Caver, auteur d’une énorme saison l’an passé (14.2 pts, 6.2 ast, 3.5 reb, 2.3 stl) et qui compte bien emmener ses troupes à March Madness, ce qui serait une première depuis 2011.

206- Naji Marshall (F, 6-7, sophomore, Xavier)

Image

L’ailier des Musketeers est un candidat probable à une breakout year, Xavier ayant perdu 4 de ses starters. Tout d’abord grâce à des qualités athlétiques au dessus de la moyenne (énorme envergure, grosse détente et mobilité) qui en font un défenseur déjà redouté au sein de la Big East, il n’est pas non plus maladroit balle en main (1.6 ast) et a donné des garanties comme shooteur, bien qu’utilisé marginalement.

205- Deshon Taylor (G, 6-2, senior, Fresno State)

Image

L’arrière des Bulldogs a fini la saison 2017-18 en enquillant une moyenne de 17.7 points, 3.2 rebonds, 2.6 passes et 1.5 steals et a fortement aidée son équipe à terminer l’année avec un bilan de 21-11 à la quatrième place de la Mountain West. Non seulement Taylor est un scoreur mais également un excellent défenseur, c’est aussi un moissonneur aux lancers (7.5/match) qu’il convertit à 83.3%. Normal qu’il figure dans le Cinq de pré-saison de sa conférence en compagnie des 3 ‘monstres’ de Nevada, les jumeaux Martin et Jordan Caroline.

204- Geno Crandall (G, 6-3, redshirt senior, Gonzaga)

Image

Après quelques sueurs froides, Crandall n’a été éligible que tardivement la faute à des degrés universitaires non validés, il a pu réintégrer l’équipe au début du mois d’octobre, pouvant enfin s’entrainer avec ses teammates. Son apport risque d’être déterminant au sein de la second unit des Zags au relais des autres guards Josh Perkins et Zach Norwell. La saison passée il tournait à 16.6pts, 4.3reb, 3.6ast, 2.1stl, 41.7% à 3pts avec North Dakota.

203- Nathan Knight (F/C, 6-10, junior, William & Mary)

Image

L’intérieur est devenu une force dominante pour The Tribe, son gabarit (2,08m, 115kg) l’autorise à tabasser dans la raquette où il récolte un paquet de lancers (6.3/match) qu’il convertit à un bon 76.9%. C’est aussi un passeur averti sur les prises à deux voir à trois, et il peut aussi s’écarter pour shooter, il commence à posséder un embryon de tir extérieur. Il n’était pas pour rien dans la bonne tenu de son équipe au sein de la CAA, bilan de 19-12, et espère se rapprocher du titre de saison régulière voir d’un ticket à la Madness.

202- Isaiah Washington (G, 6-1, sophomore, Minnesota)

Image

Dans l’ombre du titulaire Nate Mason la saison passée le meneur freshman a néanmoins disputé les 32 matchs des Gophers dont 4 comme starter, avec des hauts et des bas et quelques perfs comme ce match à Michigan en sortie de banc (26 pts). Mason parti, cet ancien top 60 des lycées natif de Harlem, et précédé d’une grosse réputation à Big Apple, devrait être le starter à la mène cette saison et faire bien mieux que ses 8.7 points, 2.3 passes et surtout ses 24% à 3pts, gommer ce côté ‘happy shooter’. Breakout star ?

201- Isaac Copeland (F, 6-9, redshirt senior, Nebraska)

Image

Un des vétérans du College, il aura 24 ans au moment de la Draft en juin prochain. La raison, une saison junior quand il était encore à Georgetown écourtée au bout de 7 matchs pour des problèmes au dos. Il sera logiquement déclaré médical redshirt et gagnera un an d’éligibilité de plus. Dans la foulée il demande son transfert vers Nebraska où il débarque la saison dernière. Ancien gros prospect 5 étoiles en 2014 (top 20) ‘Cope’ est un excellent athlète et aussi un multi-défenseur grâce à son hustle et sa latéralité. Gros duo in&out avec son complice James Palmer.
Modifié en dernier par PistolPete44 le 09 novembre 2018, 23:40, modifié 11 fois.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

UJ3212

Franchise Player
Avatar du membre
Jazz
4098

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par UJ3212 » 06 novembre 2018, 17:05

Le travail de dingue... :shock:

Je regarderai ça à tête reposée.

Bravo en tout cas

Sentenza

All Star
5319

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Sentenza » 06 novembre 2018, 17:07

l'année dernière, tu avait mis Trae Young à quelle place?

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 06 novembre 2018, 17:18

Sentenza a écrit :
06 novembre 2018, 17:07
l'année dernière, tu avait mis Trae Young à quelle place?
Assez loin il me semble, déjà par le fait d'être un freshman, par principe (même si j'en abuse pas mal dans mon ranking), de plus pas parmi les tous premiers freshmen de sa classe, sinon je pense pas avoir dit trop de conneries sur lui^^

Sorry pour l'auto-quote,
66 Trae Young: Oklahoma I PG (1,88m, 82kg) I freshman I 19 ans

Il n’entre pas trop pour le moment dans les discussions parmi cette classe de freshmen surdoués qui débarque en College mais on peut parier que d’ici la fin de la saison le jeune meneur des Sooners aura fait parler de lui, et à son avantage. Young à défaut d’être doté de grosses qualités athlétiques fait plutôt parler son maniement de balle et son excellent QI, c’est aussi un excellent shooteur, il fait penser à un jeune Stephen Curry. Il va vite devoir prendre en main une équipe assez inexpérimentée mais qui regorge de talents, notamment dans le backcourt (C.James, McGusty, Odomes), de quoi permettre à Oklahoma de jouer à nouveau les trouble-fêtes au sein de la Big XII.
Je ne pensais pas qu'il allait tant impacter la saison, en même temps je ne devais pas être le seul^^
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

FloridaTrump

Rôle-Player
Avatar du membre
Magic
1423

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par FloridaTrump » 06 novembre 2018, 18:17

Bordel, je viens de lire les avis, j'en peux déjà plus :lol:

Je n'ai pas encore lu, mais j'adore déjà et un grand merci pour le boulot :)

Allez hop, à la lecture !
#PureMagic

Petrovic

Rôle-Player
Avatar du membre
Dub Nation
1521

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Petrovic » 06 novembre 2018, 20:12

Et beh PP, ils sont ou les 200 autres ??? on attends nous...Purée, ces jeunes. Tout se perd. Non je rigole, gros boulot, même si on attends la suite..^^
Brazdeikis je l'ai vu jouer mais ou ? en U19 ? Je l'avais trouvé pas mal.

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
9270

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Cracker » 06 novembre 2018, 20:21

Respect PP, pour le boulot, et de nous le faire partager ! :amen2:

La C1 arrive, je lirai ça tranquillement ce week-end.
Peace and Basket.


2words

Night Driver
Avatar du membre
76ers Liberty Baller
Belgique
10117

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par 2words » 06 novembre 2018, 21:05

Sacre boulot PP :love:

Bon, on est d'accord de toute maniere, Mike Daum en 1, Custer en 2, Barrett en 3, Adams en 4 et Lever en 5, c'est acté :p #spoil
Hinkie's Fan N°2
STAT

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
7891

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Garcy22 » 06 novembre 2018, 22:00

Encore un projet pharaonique de PP44 sur le College Basketball: magnifique!
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 07 novembre 2018, 09:10

Merci pour vos premiers retours les gars, ça fait plez' 8-}

Je vais essayer de poster 2 autres tranches d'ici ce soir. Ou pas :mrgreen:
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

Tyler

Rookie
SuperSonics
224

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Tyler » 07 novembre 2018, 18:28

J'ai tout lu, énorme taf comme d'hab. T'arrives à me faire dire "tiens, j'aime bien ce joueur" juste avec tes présentations, c'est fort ! Merci !

2words

Night Driver
Avatar du membre
76ers Liberty Baller
Belgique
10117

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par 2words » 07 novembre 2018, 18:37

Je connaisais pas DeRon Davis, et ben vindju, sacré bestiaux le gaillard, et adroit en plus
Hinkie's Fan N°2
STAT

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 07 novembre 2018, 23:46

200-176



200- Sam Merrill (G, 6-5, junior, Utah State)

Image

L’inconnu dans la maison. Un des rares joueurs en College à s’approcher du plateau des 50/40/90 au shooting. L’an passé le guard des Aggies tournait à 50.4% au tir, 46.5% à 3pts (98 tirs primés) et 84.9% aux lancers, pour aussi 16.3pts, 3.3reb et 3.1ast. Il formait un redoutable duo avec l’autre guard Koby McEwen, transféré cette saison à Marquette, on peut penser logiquement qu’avec le départ de ce dernier sa production ne va pas faiblir. La saison passée même l’ambiance survoltée du Kennel à Gonzaga ne l’avait pas empêché d’y aller de ses 19 points et surtout 6 passes. Parce qu’il est tout sauf un soliste.

199- Matt Haarms (C, 7-3, redshirt sophomore, Purdue)

Image

Le jeune pivot néerlandais (2,21m) devrait enfiler les bottes d’un autre géant, un certain Isaac Haas et lui succéder au centre de la raquette des Boilermakers. Haas jouait plus sur son côté robocop en campant au poste bas, Haarms est plus athlétique et mobile, poseur d’écran au large, et aime arriver lancé au cercle. Cependant c’est en défense qu’il est attendu avec son côté protecteur de cercle (2.1 blk en 17 min), c’est d’abord de ce côté du terrain qu’il gagnera ses minutes, lui qui a encore très peu d’années de basket derrière lui. La plus belle mèche du College.

198- Joseph Chartouny (G, 6-3, senior, Marquette)

Image

Un transfert qui n’a pas fait la une même en College mais la venue du québécois Joseph ‘Joey Steals’ Chartouny va faire du bien au backcourt de Marquette, déjà en terme d’expérience, 3 saisons à Fordham en A-10, mais c’est aussi un guard plutôt physique (1,91m, 91kg) qui sait distribuer (5.2 passes en 84 matchs) et surtout montrer l’exemple en défense, pas un luxe aux côtés de non-défenseurs comme Markus Howard ou Sam Hauser les fers de lance offensifs de l’équipe.

197- Garrison Mathews (G, 6-5, senior, Lipscomb)

Image

La petite fac de Nashville, à l’ombre du géant Vanderbilt, est devenue une des forces de sa conférence ces 2 dernières saisons, mettant à mal le règne de Florida Gulf Coast au sein de l’Atlantic-Sun, kudos à son go-to player par lequel Lipscomb vit et meurt. Mathews est devenu une star des mid-majors grâce à sa réputation de sharpshooter d’élite qui martyrise consciencieusement match après match les défenses adverses. L’an dernier il a envoyé son équipe pour la première fois de sa courte histoire à la Madness derrière ses 21.7 points et 90 treys à 38%.

196- Alessandro Lever (F/C, 6-10, sophomore, Grand Canyon)

Image

Un des grands espoirs transalpins de sa génération, formé à Reggio Emilia, Lever avait fini par choisir le GCU coaché par la gloire locale Dan Majerle plutôt que rejoindre une grosse conf’ comme l’ACC et Georgia Tech. Bien lui en a pris au final puisque sa première saison chez les Lopes a été remarquable, l’équipe ayant terminée avec un excellent bilan de 22-12, et sur un plan personnel le jeune intérieur italien a été élu freshman de sa conférence, la Western Athletic, et même dans le Cinq de l’année, avec une ligne de stats de 12.2 pts, 4.4 reb, 1.2 ast. Il espère apporter un premier ticket pour March Madness cette saison à sa fac.

195- Desmond Cambridge (G, 6-4, sophomore, Brown)

Image

Le freshman a pris d’assaut l’Ivy League en décrochant le titre de meilleur débutant tout en étant élu dans le second Cinq de la conférence avec ses 17.3 points et 4.5 rebonds. Un arrière athlétique capable d’agresser le cercle, également excellent rebondeur et bon défenseur, bref un profil de ‘do it all player’ qui devrait continuer sa belle progression cette saison, et pourquoi pas tenter d’ajouter un tir extérieur fiable à sa panoplie déjà étoffée.

194- Terence Davis (G, 6-4, senior, Ole Miss)

Image

Deux grosses news à Ole Miss, le coach emblématique Andy Kennedy a été viré en cours de saison dernière, la seule fois sous son règne de 12 ans que la fac a affichée un bilan négatif. Son go-to player Terence Davis est ensuite revenu terminer son cursus après avoir tâté du Draft Process. Le nouveau coach Kermit Davis faiseur de miracles à Middle Tennessee (3 tickets à March Madness en 6 ans) pourra donc compter sur son arrière senior et homonyme, néanmoins auteur d’un slump au shooting l’an passé (de 48.2 à 40.7% au tir), pour remettre sur de bons rails le programme.

193- CJ Bryce (G, 6-5, redshirt junior, NC State)

Image

L’ancien d’UNC-Wilmington a suivi son coach Kevin Keatts chez le Wolfpack, on peut légitimement penser qu’après une année redshirt à partager tous les scrimmages de l’équipe il sera prêt dès l’Opening Day. Sa relation avec un passeur prioritaire comme Markell Johnson ne peut que lui être profitable, lui qui tournait à 17.4 points par match lors de sa saison sophomore. Il devrait être le go-to scorer de l’équipe et s’épanouir dans le même système up-tempo qu’à UNCW, donc pas de dépaysement.

192- Kezie Okpala (F, 6-9, sophomore, Stanford)

Image

Stanford devra se reposer sur sa classe freshman de l’an passé (Daejon Davis, Oscar Da Silva et donc KZ Okpala) qui ambitionne de prendre le pouvoir. Okpala était une grosse recrue des lycées, ranké #30 par Rivals, #42 par ESPN et 247sports, mais un ‘late bloomer’ car il ne cesse de grandir, 25 centimètres pris en 3 ans, à l’aise balle en main puisqu’il possède des skills de guard. Après avoir manqué les 11 premiers matchs de la saison dernière il s’est progressivement installé comme starter, faisant valoir sa versatilité sur les postes 3, 4 ou 5, il peut passer, prendre des rebonds, switcher sur tout le monde en défense, il lui manque encore un vrai tir fiable.

191- Dylan Osetkowski (F, 6-9, redshirt senior, Texas)

Image

Le rouquin transféré de Tulane est devenu une pièce essentielle du frontcourt des Longhorns l’an passé, débutant les 34 matchs de son équipe, cumulant le plus gros temps de jeu de l’équipe (35.2 min) avec au passage une belle ligne de stats (13.4 pts, 7.2 reb, 1.2 ast). Le point noir c’est qu’il a paru parfois fatigué, n’ayant pas l’habitude d’être autant sollicité, et que son corps, surtout ses épaules fragiles, était à la limite. Toute l’intersaison a consistée à régénérer et à assécher son corps d’une partie de son body fat. Un nouveau joueur à la rentrée ?

190- James Dickey (C, 6-10, redshirt junior, UNC Greensboro)

Image

La fac de Caroline du Nord a tout raflée dans la Conférence Southern (SoCon pour les intimes), titre de saison régulière, tournoi de conférence et donc un ticket validé pour la Folie de Mars, le tout sur la base d’une grosse défense symbolisée par son pivot James Dickey, un des meilleurs big défensifs du College, un joueur athlétique qui abat du boulot dans la raquette (8.4 Reb, 2.1 blk) et qui a logiquement été élu la saison dernière meilleur défenseur de sa conférence. Le natif de Raleigh tentera de faire aussi bien cette saison, voir mieux, passer un tour à la Madness (battus par Gonzaga l’an passé).

189- V.J King (G/F, 6-6, junior, Louisville)

Image

On attendait de lui qu’il soit la star de l’équipe après le départ de Donovan Mitchell en NBA mais le swingman des Cards a vécu une saison décevante, irrégulier voir parfois invisible sur le terrain, même si le lourd contexte ambiant a pesé et rejailli sur toute l’équipe. Grosse recrue à son arrivée en College, top 25 des lycées, excellent athlète, longiligne, envergure de 2,13m, capable de jouer 2/3 et de créer pour lui-même, c’est ce joueur conscient de ses qualités que les fans de Louisville veulent enfin voir évoluer cette saison.

188- Jordan Goodwin (G, 6-3, sophomore, Saint Louis)

Image

Les attentes concernant les Billikens sont hautes cette saison, entre une excellente classe freshman, des transferts ciblés et 3 starters encore présents, dont Goodwin candidat au titre de meilleur joueur de sa conférence l’Atlantic-10, tant sa saison freshman a marquée les esprits (11.5 pts, 7.5 reb, 4.0 ast, 2.0 stl). Meneur physique, doté d’un gros moteur, peste défensive, capable de créer pour lui-même et les autres, on attend de lui ni plus ni moins qu’une ‘monster year’ et qu’ils emmène Saint Louis jusqu’au tournoi final.

*pris en février dernier dans une histoire de ‘sexual assault’ sur le campus et immédiatement suspendu pour le reste de la saison, il loupera ainsi les 7 derniers matchs, il a depuis été innocenté dans cette affaire qui mettait en cause 3 autres étudiants.

187- Jordon Varnado (F, 6-6, senior, Troy)

Image

Varnado n’est pas un nom inconnu en College, Jarvis le frère ainé fût une star à Mississippi State en devenant le meilleur contreur universitaire de tous les temps. Le plus jeune, Jordon, est un solide défenseur et rebondeur mais c’est surtout un joueur plus versatile, capable de jouer du poste 2 au 5, un cauchemar de mismatch pour toutes les adversaires des Trojans en Sun Belt, avec son excellent ‘feel for the game’ et ses qualités athlétiques. S’il parvenait à acquérir un tir extérieur fiable il ne serait pas loin du titre de POY de sa conférence.

186- Shakur Juiston (F, 6-7, senior, UNLV)

Image

S’il ne fallait retenir qu’un nom dans cette équipe d’UNLV très décevante à la recherche de son glorieux passé, c’est lui, un intérieur sous-dimensionné mais hyper bulké, quasi impossible à stopper près du cercle grâce son maniement de balle, son dribble et son hustle, trop mobile et skillé pour des big traditionnels. L’ancien de JUCO s’est transformé d’entrée la saison passée en une redoutable double machine (14.6 pts, 10.0 reb de moyenne). Dommage qu’il soit un cas isolé chez les Running Rebels, le seul joueur d’impact de l’équipe.

185- Javin DeLaurier (F, 6-10, junior, Duke)

Image

L’intérieur des Dukies a joué les utilités en bout de banc jusqu’à présent, avec tout de même une petite nuance la saison passée, son temps de jeu est passé de 7 à 12 minutes, même si la majorité du temps l’a été pour soulager Bagley ou Carter des fautes et/ou de la fatigue. La seule question qui vaille la peine d’être posée, peut-il devenir titulaire du seul poste d’intérieur cette saison, en concurrence avec Marques Bolden, si on veut laisser de côté l’option Zion en stretch-five. Son côté athlétique et mobile (2,08m, 106kg), son hustle en défense, sa capacité à prendre des rebonds des 2 côtés peut l’y aider.

184- Anfernee McLemore (F, 6-7, junior, Auburn)

Image

Une blessure atroce dans la dernière ligne droite de la saison face à South Carolina, bilan fracture du tibia et cheville disloquée, l’aura privé des parfums de la Madness et de toute ambition pour son équipe, Auburn passant de 23-4 avec lui à 3-4 sans lui. La question cruciale est de savoir s’il a totalement récupéré de l’opération, McLemore est un intérieur physique qui s’engage toujours à fond, à la fois le ‘do it all player’ des Tigers (7.4 pts, 5.3 reb, 2.7 blk, 39% à 3pts) et leur meilleur défenseur.

183- Trey Porter (C, 6-11, redshirt senior, Nevada)

Image

Un énorme coup réalisé par le Wolf Pack, grand spécialiste des transferts, avec l’ex-pivot d’Old Dominion qui tournait à 13.2 points et 6.2 rebonds l’an passé. Porter est un big hyper athlétique, la fac a annoncée cet été une max vert de 45’5 inches de sa part aux tests effectués en interne. On devine aisément la nouvelle dimension que va prendre la raquette de Nevada si on considère aussi l’apport de l’autre intérieur Jordan Brown, top 30 des lycées en 2018. Porter sera sans doute le facteur X d’une équipe qui n’en manque déjà pas.

182- Matt Mooney (G, 6-3, redshirt senior, Texas Tech)

Image

Un transfert impactant, un facteur X pour sa nouvelle équipe, l’ancien guard de South Dakota élu deux années de suite dans le Cinq de sa conférence débarque chez les Red Raiders avec son expérience, son leadership, son énergie communicative et son scoring dans une équipe qui a perdue ses deux arrières Keenan Evans et Zhaire Smith. Il tournait ces deux dernières saisons à 18.7 points, 4.3 rebonds, 2.5 passes, 2.1 steals plus 152 tirs primés à 36%, certes dans une conférence moins compétitive.

181- Immanuel Quickley (G, 6-3, freshman, Kentucky)

Image

Il a été la première recrue de la classe 2018 à signer en faveur de Kentucky, entendu qu’il serait le meneur titulaire. Mais un événement est survenu entre-temps, le reclassement d’un autre meneur, Ashton Hagans qui était prévu pour 2019-20. Autre indice, Quade Green est toujours dans l’effectif. Le charme serait-il retombé avec Quickley de la part de Calipari, le trip aux Bahamas cet été a semblé indiquer le contraire, le starter c’était lui, apparaissant ‘safe’ balle en main, excellent distributeur, impliqué en défense, capable de créer son tir. Affaire à suivre.

180- Quentin Goodin (G, 6-3, junior, Xavier)

Image

Xavier est en mode ‘rebuilding’ cette saison après le départ de nombreux starters, les Trevon Bluiett, JP Macura ou Kerem Kanter soit les 3 meilleurs scoreurs de l’équipe. Le coach Chris Mack parti lui aussi à Louisville c’est son assistant Travis Steele qui tient désormais les rênes et connait donc bien le roster. Il s’appuiera sur quelques candidats à une ‘breakout year’ dont le meneur Quentin Goodin, le seul starter de la saison passée encore présent, un joueur athlétique qui excelle sur transition, excellent passeur (4.9) mais qui devra franchir un cap au shooting (30.2% à 3pts).

179- Jordan Bohannon (G, 6-1, junior, Iowa)

Image

Il a une chance de devenir l’un des tous meilleurs meneurs de l’histoire du programme, sa saison junior sera décisive à ce titre, notamment sur le plan défensif où il devra montrer l’exemple au sein d’une des pires escouades défensives en College, malheureusement pour lui. Car pour le reste Bohannon sait distribuer (5.3 passes en carrière), shooter (185 treys à 42.3%) et il est quasi automatique sur la ligne des lancers (90.4% l’an passé).

*A propos des lancers, il a eu ce geste incroyable la saison passée en ratant volontairement un lancer qui lui aurait permis de battre le record de la fac du nombre de lancers réussis consécutivement (34) alors qu’on honorait les 25 ans de celui détenu par Chris Street, décédé lors d’un accident de la route alors que sa série était en cours. Quelques minutes plus tard Bohannon ira de nouveau sur la ligne et mettra ses 2 lancers.

178- Quade Green (G, 6-0, sophomore, Kentucky)

Image

Green a connu une première saison faite de hauts et de bas, titulaire à la mène en début de saison puis perdant son rôle au profit d’un autre débutant, Gilgeous-Alexander. Cette saison avec un backcourt rempli de manieurs de balle (Hagans, Quickley, K.Johnson) on l’imagine plus en off-guard dans une second unit qui aura besoin de son scoring/shooting (9.3 pts, 37.6% à 3pts, 80.8% aux LF). Il reste un meneur et manieur de balle très décent, et malgré ses flaws en défense vu sa taille, il devrait être une option viable en sortie de banc.

177- M.J Walker (G, 6-5, sophomore, Florida State)

Image

Une première saison difficile pour l’arrière des Noles, recrue 5 étoiles, top 30 des lycées pourtant à son arrivée à Tallahassee mais qui a du faire face à la concurrence d’un backcourt loadé et d’une grosse rotation. Walker possède de réelles chances de voir son temps de jeu augmenter cette saison (18.8 min), le colombien Braian Angola qui jouait sur sa position est parti en G-League, surtout le système mis en place par le coach Leonard Hamilton fait de Big Guards qui cavalent et agressent le cercle en permanence devrait lui convenir.

176- Mamadi Diakite (F, 6-9, redshirt junior, Virginia)

Image

Saison après saison Virginia reste parmi les meilleures défenses de College, le coach Tony Bennett arrive toujours départ après départ à trouver le joueur qui va remplacer la pièce manquante au sein de la célèbre et redoutable Pack-Line Defense. Isaiah Wilkins le patron de la défense parti on peut parier sans trop se tromper que l’intérieur malien saura franchir le cap cette saison, c'est un joueur physique (2,06m, 103kg), doté d'un gros moteur, excellent rebondeur, qui devrait voir son temps de jeu exploser (15 min l’an passé).
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 09 novembre 2018, 13:43

175-151


175- Tookie Brown (G, 5-11, senior, Georgia Southern)

Image

Une star des mid-majors, Brown a toujours figuré dans la first team de la Sun Belt à chacune de ses saisons, preuve de son impact non seulement sur son équipe mais sur sa conférence. La saison passée a été sa meilleure avec des stats dignes d’un POY (18.9 pts, 4.3 ast, 4.1 reb, 1.8 stl, 47% à 3pts), titre qui est finalement revenu au futur drafté Kevin Hervey de UT-Arlington. C’est aussi le rêve de ce joueur, souvent comparé à l’ancien pro Speedy Claxton de par sa taille et son jeu, devenir le second drafté de la fac et jouer un jour en NBA.

* Jeff Sanders reste à ce jour le seul joueur drafté par la NBA du programme, #20 par les Chicago Bulls en 1989.

174- Markis McDuffie (F, 6-8, senior, Wichita State)

Image

L’année ou jamais pour l’ailier des Shockers, il doit devenir le leader enfin attendu d’une jeune équipe (seulement 2 seniors dans l’effectif), il dit vouloir pour cela s’inspirer de ses glorieux ainés Fred VanVleet et Ron Baker les 2 NBAers qui ont marqué à jamais l’histoire du programme. Il est donc temps pour lui de rebondir après une saison junior gâchée par les blessures et marquée par l’irrégularité de ses performances, à l’image de l’ensemble de sa carrière universitaire. It’s now or never.

173- Emmitt Williams (F, 6-7, freshman, LSU)

Image

L’intérieur des Tigers est d’abord un spécimen physique doté également d’un hustle et d’un moteur non-stop qui n’est pas sans rappeler un certain Montrezl Harrell, époque Louisville. Il devrait former avec l’autre grosse recrue Nazreon Reid un frontcourt très complémentaire capable de rivaliser avec n’importe qui dans la conférence SEC voir nationalement, le duo risque même carrément de terroriser les raquettes adverses. A voir s’il peut se doter d’un tir extérieur correct pour étendre sa panoplie, même s’il n’en aura pas forcément besoin au niveau du College.

172- Torin Dorn (G, 6-5, senior, NC State)

Image

Sans doute l’homme de base du système Keatts, utilisé comme un faiseur de matchups grâce à son physique (1,96m, 95kg) et son côté presque ‘sans position’, même si son meilleur poste est sans doute comme stretch-four. Il s’avère de plus en plus comme un leader vocal, celui qui donne l’exemple par sa combativité, et on peut s’attendre qu’il fasse encore mieux que ses 13.9 points et 6.3 rebonds de l’an passé, qu’il prenne également plus confiance en son tir extérieur.

171- Jon Axel Gudmundsson (G, 6-4, junior, Davidson)

Image

L’islandais est un joueur précieux pour le programme, sa saison sophomore a été simplement remarquable (13.2 pts, 6.0 reb, 5.1 ast, 1.3 stl, 40.6% à 3pts en 35 min), seulement éclipsée par la présence des stars de l’équipe Peyton Aldridge et Kellan Grady. Avec le départ du premier nommé Gudmundsson devient plus encore le couteau suisse (ou islandais) de l’équipe, comme premier meneur, meilleur rebondeur et shooteur attitré, d’autant qu’il s’est forgé une expérience supplémentaire cet été en disputant les Qualifiers de la coupe du monde avec l’Islande.

170- Kaleb Wesson (C, 6-9, sophomore, Ohio State)

Image

Son problème n’a jamais été le talent, à l’image d’un ancien de la maison, Jared Sullinger, mais plutôt sa condition physique et son poids de forme(s). Listé autour des125 kilos on espère qu’il a passé l’été à la salle à travailler son conditioning afin de rester le plus longtemps sur le parquet et d’éviter de se retrouver comme souvent en foul trouble. Parce que pour le reste cet ‘enforcer’ se charge souvent de dominer ses adversaires au poste bas, un art qui se perd même en College, cela quand il est en forme...et sur le parquet.

169- Jordan Brown (F/C, 6-11, freshman, Nevada)

Image

Une des plus grosses recrues de l’histoire du programme voulue par le coach Eric Musselman, autour du top 30 national selon les différentes officines de ranking, membre des U17 champions du monde. Le longiligne intérieur californien (2,11m, 97kg) débarque chez les ‘Loups du désert’ suivi de gros espoirs, apporter sa taille et sa mobilité des deux côtés du parquet, sa présence sous le cercle, dans une équipe de vétérans où il ne lui sera pas demandé une tonne de responsabilités, de quoi lui enlever de la pression et le laisser se développer à son rythme.

168- Drew McDonald (F, 6-8, senior, Northern Kentucky)

Image

McDonald c’est un peu le ‘big country’ du College, un imposant physique de bûcheron (2,03m, 113kg), le gars qu’on imagine plus à l’aise au volant de son tracteur au milieu des champs de blé mais étonnamment skillé balle en main pour un big, bref un joueur atypique, un peu old school. Un intérieur complet capable de scorer (17.0), prendre des rebonds (9.6), passer (2.3), shooter (55 treys à 33%, 80% aux lancers), auteur de 18 double-doubles en 2017-18 et qui rêve de goûter de nouveau aux joies de la Madness comme il y a 2 saisons.

167- Jaylen Hoard (F, 6-8, freshman, Wake Forest)

Image

Le frenchy est un vrai 5 étoiles consensuel et top 25 des lycées, seulement le troisième dans l’histoire du programme après Chris Paul et Al-Farouq Aminu (désolé, pas Tim Duncan). Il débarque dans une équipe de Wake Forest qui a perdu plus de 50% de son scoring de la saison passée. Hoard devrait donc s’installer comme le go-to scorer des Demon Deacons mais aussi démontrer sa versatilité comme joueur in&out (playmaking, rebond, défense). C’est beaucoup demander à un freshman, surtout dans une conférence aussi relevée que l’ACC mais son coach Danny Manning a confiance en son impact player.

166- Trent Forrest (G, 6-4, junior, Florida State)

Image

Le combo des Noles bâti comme un bulldozer a été l’un des facteurs qui a permis à son équipe de s’illustrer lors de la dernière March Madness, éliminant au passage Missouri, Xavier et Gonzaga avant de s’incliner de justesse face au futur finaliste Michigan. Le tout grâce à l’intensité défensive qu’il met en permanence, son agressivité naturelle vers le cercle et son côté couteau suisse (4.9reb, 4.1 ast, 1.6 stl), mais il doit encore progresser offensivement, Forrest est encore à ce jour un non-shooteur.

165- RJ Cole (G, 6-1, sophomore, Howard)

Image

Une énorme saison freshman pour le petit bison de Howard, du moins sur le plan personnel, puisqu’avec ses 23.7 pts/match il émergeait à la 7ème place des scoreurs, avec en prime 304 treys pris (soit 14 de moins que Trae Young) pour un bon 36% considérant le volume. On pourrait croire qu’il n’est qu’une gâchette mais Cole tournait également à 6.1 passes et 1.7 steals, pas suffisant cependant pour faire gagner son équipe, qui accusait un bilan famélique de 10-23. Il n’en reste pas moins un joueur à suivre cette saison chez les top scoreurs.

164- Daejon Davis (G, 6-3, sophomore, Stanford)

Image

Le natif de Seattle est un candidat à la ‘breakout year’ après avoir digéré une saison freshman porteuse d’avenir sur le plan personnel (10.7 pts, 4.8 ast, 4.4 reb, 1.2 stl, 40.3% à 3pts), en étant aussi l’auteur d’un buzzer beater du milieu de terrain à l’ultime seconde pour battre USC. Il devra cependant réduire ses pertes de balle (4 TO/match) tout en faisant jouer une équipe très rajeunie (1 seul senior, 6 freshmen), ayant perdue 3 starters dont l’intérieur Travis Reid. Le rebuild de Stanford passe en partie par lui.

163- Ayo Dosunmu (G, 6-4, freshman, Illinois)

Image

Enfin un éclair dans la grisaille du côté d’Illinois avec la venue d’un prospect tel que le jeune chicagoan, top 30 des lycées, comme on en a plus vu au poste de meneur depuis un certain Deron Williams. Certes Dosunmu n’est pas à priori du même calibre que son ainé d’un point de vue potentiel NBA, mais il arrive les bagages bien pleines, avec déjà un sens des responsabilités et une grosse maturité qui n’est pas sans rappeler un autre meneur à son âge, Jalen Brunson. Son QI basket, son flegme, son playmaking et sa défense devraient l’aider à surnager dans la Big Ten.

162- E.J Montgomery (F, 6-10, freshman, Kentucky)

Image

P.J Washington. Nick Richards. Travis Reid. Plus donc Montgomery qui présente le plus gros potentiel des 4 du frontcourt, top 15 de la classe 2018, mais pas assuré de passer devant eux dans la rotation. Retour du Platoon System, ou pas. Le kid a pour modèle Anthony Davis qui s’est entrainé avec lui à l’intersaison et lui a sans doute filer des tuyaux. Il se rapproche un peu de lui, il joue au dessus du cercle, peut s’écarter et shooter et a un gros potentiel défensif avec une envergure reportée à 7’2. D’ailleurs c’est sûrement sa défense qui lui fera gagner des minutes.

161- Jericho Sims (C, 6-9, sophomore, Texas)

Image

Dans l’ombre de Mo Bamba le jeune pivot n’en a pas moins tiré son épingle du jeu malgré un temps de jeu assez limité la saison dernière (5.0 pts, 3.9 reb en 18 min), mais plus que ses stats assez anonymes c’est son côté athlétique et ‘flying high’ qui avait intrigué, surtout pour un tel gabarit (2,06m, 108kg). Forcément avec un temps de jeu revu à la hausse, on peut envisager qu’il se transforme en un très bon défenseur, il a la puissance et la mobilité pour donner le change sous le cercle, avec ce côté ‘energizer’. Offensivement et balle en main ça demandera plus de temps.

160- Nick Weatherspoon (G, 6-3, sophomore, Mississippi State)

Image

Ancien top 40 des lycées il forme avec son frangin Quinndary aka ‘Q’ le backcourt de MSU (sans oublier Lamar Peters). Positionné off-the-ball il est devenu un redoutable stoppeur défensif au périmètre grâce à son physique (1,91m, 88kg) et sa vitesse latérale. Annoncé plutôt comme shooteur à son arrivée en College il a galéré toute la saison sur son tir extérieur (29.2%) mais il a compensé par un style agressif vers le cercle où son gabarit l’aide à finir ses actions (55.4% dans la peinture). On attend l’éclosion définitive du cadet des Weatherspoon.

159- Luwane Pipkins (G, 5-11, junior, Massachusetts)

Image

Un des rares motifs de satisfaction chez les Minutemen dans une saison catastrophique, un bilan de 13-20 et une avant-dernière place de l’Atlantic-10. Le meneur de poche de U-mass a fait tout son possible (21.2 pts, 4.0 ast, 107 treys à 42.6%), emmenant son équipe dans des fins de match serrées malgré les défaites (7 de moins de 5 pts, 3 autres en overtime). Pipkins a aussi battu le record de la fac sur un match (44 pts contre La Salle) devançant d’illustres ainés comme Julius Erving ou Marcus Camby. Il peut viser le POY de l’A-10 cette saison.

158- Alex Robinson (G, 6-1, redshirt senior, TCU)

Image

Le coach de TCU Jamie Dixon adore son système à 2 meneurs, seulement la saison dernière quand l’un des 2, Jaylen Fisher, s’est gravement blessé au genou en janvier, il a fallu que l’autre, Alex Robinson, prenne en charge seul le playmaking donnant ses sueurs froides à chacun quant à la suite. Le match d’après Robinson rassurait tout son monde, claquant 17 passes dans une victoire face à Iowa State, le reste un bilan de 21-12 et un voyage à March Madness, le premier depuis 1998 pour TCU. Dixon sait qu’il peut compter sur son vétéran.

157- David Jenkins, Jr. (G, 6-2, sophomore, South Dakota State)

Image

Une vraie bonne pioche pour les Jackrabbits, Jenkins a surgi de son chapeau la saison passée pour devenir l’un des tous meilleurs scoreurs de première année (16.1 pts), un joueur agressif vers le cercle (79.9% aux lancers, plus de 4 tentatives par match), capable également de sanctionner de loin (84 treys à 38.2%). Bref une des meilleures secondes gâchettes de tout le College aux côtés du Dauminator et l’un des facteurs qui ont permis la domination de SDSU exercée sur la Summit League. Le duo Daum-Jenkins risque encore de faire des ravages.

156- Nick Richards (C, 6-11, sophomore, Kentucky)

Image

La saison dernière John Calipari a un peu vécu ce qui s’était passé avec Skal Labissière, un top prospect censé apporter des 2 côtés du terrain mais qui s’est totalement liquéfié au fil de la saison, malgré le fait pour Richards d’avoir débuté les 37 matchs des Wildcats. Ses stats sur 40 minutes étaient cependant encourageantes (13.9pts, 12 reb), comme la tournée aux Bahamas cet été qui a révélée un joueur épanoui, Kentucky aura bien besoin d’une ancre défensive pour faire le 'dirty work' et encadrer la jeunesse.

155- Grant Riller (G, 6-3, junior, Charleston)

Image

Besoin d’un panier, appelez Riller à l’aide il délivrera. L’arrière des Cougars tournait à 18.6 points de moyenne la saison passée avec d’excellents pourcentages (54.5% au tir, 39.4% à 3pts), terminant même à 25pts par match sur les 10 derniers de la saison. Une véritable scoring machine qui ne devrait pas faiblir en junior avec le départ de l’autre gâchette maison Joe Chealey parti du côté des Hornets en NBA. Pour ne rien gâcher c’est aussi le meilleur défenseur de son équipe.

154- Mike Watkins (F/C, 6-9, redshirt junior, Penn State)

Image

L’intérieur des Nitanny Lions est un cas à part, un peu à l’image d’un Royce White époque Iowa State, ses problèmes hors du court nuisent considérablement à son parcours sportif. Des mots reviennent comme bipolarité, dépression, crise d’angoisse, pris aussi en détention de marijuana ou récemment lors d’une bagarre dans un McDo, la liste s’allonge. Dommage car Watkins est une force dans la peinture quand il reste focus uniquement sur le jeu (12.1 pts, 8.9 reb, 2.3 blk, 68.5% au tir), nommé dans la Defense Team de la Big East la saison dernière.

* Les dernières nouvelles ne sont pas très bonnes, sa fac l’a suspendu ‘indéfiniment’, le temps qu’il règle ses problèmes hors du court.

153- T.J Gibbs (G, 6-3, junior, Notre Dame)

Image

Une année sophomore qui l’a vue exploser (15.3 pts, 3.0 ast, 40.3% à 3pts), il devrait donc confirmer cette saison avec les départs des seniors Bonzie Colson et Matt Farrell. L’arrière des Irish devient de facto la première arme offensive de son équipe avec certainement le plus gros temps de jeu de l’effectif, lui qui a joué 1,348 minutes la saison passée, 10ème temps de jeu de tout le college. Un vrai stakhanoviste du jeu. Il doit également franchir un cap mental et devenir le leader vocal de l’équipe.

152- Tyler Cook (F, 6-9, junior, Iowa)

Image

L’intérieur des Hawkeyes est talentueux mais Iowa est une telle calamité en défense que ça rejaillit négativement les joueurs. Cook a bien sûr ses torts, son moteur n’est pas toujours à la hauteur, ses prises de décision non plus, on attend désormais plus du joueur de troisième année qu’il est. Il va devoir franchir un sérieux cap s’il veut voir ses espoirs de NBA intacts, il a le potentiel pour figurer dans la première équipe de la Big Ten mais il doit être autre chose qu’un intérieur physique qui dunke sur tout ce qui bouge. Mieux comprendre le jeu, faire un meilleur usage du ballon (handling, dribble) et devenir plus leader.

151- Tyler Herro (G, 6-5, freshman, Kentucky)

Image

Tyler ce héros. Difficile d’imaginer quelle sera la répartition des minutes à Kentucky dans une probable rotation à 9 joueurs, ce qui est certain c’est que le freshman les gagnera principalement à la sueur de son shooting. Calipari a définitivement besoin d’un extérieur fiable pour ne pas risquer de revivre le manque flagrant de spacing constaté la saison dernière. Herro devrait être ce joueur, à condition de ne pas hypothéquer son temps de jeu par une défense des plus suspectes.
Modifié en dernier par PistolPete44 le 09 novembre 2018, 23:25, modifié 1 fois.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

Sentenza

All Star
5319

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Sentenza » 09 novembre 2018, 14:00

Jaylen Hoard, je suis un peu étonné de le voir si bas, il a quand même une bonne côte à l'heure actuelle

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 09 novembre 2018, 14:08

Je pense que tu confonds un peu potentiel et mock draft et l'impact d'un joueur en College. Il y a même des gars qui ne mettent quasi aucun freshman dans leurs classements des joueurs, à part les tous meilleurs. Concernant Hoard il va quand même être esseulé à Wake Forest, il n'y a pas beaucoup de talent autour de lui, son impact ne sera pas négligeable sur son équipe mais il ne pourra pas faire grand chose à mon avis pour step up Wake Forest dans l'Atlantic Coast, d'où un ranking qui correspond à ce que va être sa saison, sans doute des 'big numbers' personnels mais l'équipe ne décollera pas des bas-fonds.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13217

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par PistolPete44 » 09 novembre 2018, 17:30

150-126



150- Jeremiah Martin (G, 6-3, senior, Memphis)

Image

Blessé assez sérieusement en février dernier (fracture du pied) puis opéré cet été d’une hernie inguinale le meneur des Tigers a eu son compte de pépins cette année. On pensait qu’il manquerait le début de saison mais il est déjà réapparu sur le parquet disputant un match de pré-saison, encourageant bien sûr pour lui-même mais aussi pour son nouveau coach Penny Hardaway qui aura bien besoin des services de son meneur et leader pour célébrer l’an I de sa prise de fonction. Impossible d’ignorer la production de son guard (18.9pts, 4.3reb, 3.8ast, 2.3stl).

149- James Thompson IV (C, 6-10, senior, Eastern Michigan)

Image

Un joueur qui n’a sans doute pas la reconnaissance qu’il mériterait, une star des mid-majors, toujours à plus de 10 points et 10 rebonds de moyenne par saison depuis ses débuts, une machine à double-double et un modèle de régularité. Il a raflé quasiment tous les honneurs dans la conférence MAC en 3 saisons, freshman de l’année, dans le premier Cinq, dans le Cinq défensif, reste plus qu’à aller chercher celui de POY et un ticket pour la Madness qui viendrait alors clore une grosse carrière universitaire, mais dans l’ombre.

148- C.J Massinburg (G, 6-3, senior, Buffalo)

Image

Si la fac de Buffalo a vécue une saison historique, titre de saison régulière de la MAC, vainqueur du tournoi de conférence, ticket pour March Madness où elle détruit au passage le seed #4 Arizona avant de s’incliner face à Kentucky, elle le doit à son système à 4 guards qui courent et shootent de partout tel un tourbillon sans fin. Et particulièrement à l’une de ses scoring machine (4 joueurs à plus de 15 pts l’an passé), CJ Massinburg, meilleur scoreur des Bulls (17.0 pts, 7.3 reb, 2.4 ast, 89 treys à 40.5%) et leader de cette équipe de fous furieux.

147- Kevin Porter (G/F, 6-5, freshman, USC)

Image

Le natif de Seattle est la plus grosse recrue des Trojans depuis un certain DeMar DeRozan en 2008, 5 étoiles (#28 par 247Sports) ou 4 (#40 par ESPN) selon la correction faite ou pas, après avoir impressionné son monde lors d’un scrimmage grandeur nature en marge du Nike Hoop Summit (où étaient présents notamment Garnett, Lillard ou Isaiah Thomas). Porter est déjà un athlète dans les standards NBA (1,96m, quasi 100Kg) avec des dispositions de sharpshooter, une combinaison fatale si elle s’avérait cette saison en College, faisant de lui un quasi one&done. Une possible très grosse révélation chez les freshmen.

146- John Konchar (G, 6-5, senior, Fort Wayne)

Image

Konchar c’est un peu le ‘Dauminator’ du pauvre, éclipsé par ce dernier puisque les 2 jouent au sein de la Summit League, un duel qui les oppose maintenant depuis 3 saisons. Mais ne pas s'y tromper, le ‘power guard’ des Mastodons (1,96m, 96kg) est l’un des meilleurs joueurs de mid-college qui n’a cessé de travailler chaque saison sur son physique, son shoot, et dont le côté ‘sans position’ se reflète dans ses stats en carrière (14.2 pts, 8.7 reb, 3.7 ast, 2.1 stl, 43.% à 3pts). L’archétype du vrai joueur de College, rat de gymnase, dédicacé à son sport jusqu’à la moelle.

145- Desmond Bane (G, 6-5, junior, TCU)

Image

Les Horned Frogs de Texas Christian possèdent l’une des toutes meilleures tractions arrière de tout le College avec les excellents Jaylen Fisher et Alex Robinson dans un registre de meneurs, tandis que l’athlétique arrière Desmond Bane (1,96m, 98kg) en est la mèche offensive. Ses stats devraient faire un bond après la perte des 2 meilleurs scoreurs de la saison passée (Vladimir Brodziansky et Kenrich Williams), à voir s’il pourra alors maintenir ses excellents pourcentages (54% au tir, 59 treys à 46%). Un adepte des big shots.

144- Brandon Clarke (F, 6-8, redshirt junior, Gonzaga)

Image

Même sans la blessure récente de Killian Tillie on pouvait penser que l’ancien intérieur de San José State aurait eu un rôle important dans la rotation des Zags. Il devrait reprendre avec des caractéristiques assez proches le rôle de Johnathan Williams, l’actuel Lakers. C'est-à-dire une présence athlétique dans la raquette, du rebond, travailler dos au panier, du switch en défense, cavaler en transition etc. Quant on sait comment les redshirts rebondissent en général à Gonzaga, les Kelly Olynyk, Kyle Wiltjer, Nigel Goss-Williams, on ne se fait pas trop de souci pour Clarke.

143- Reggie Perry (F, 6-10, freshman, Mississippi State)

Image

Une excellente recrue de la part de MSU, Perry est un combo 3/4 athlétique (2,08m, 108kg), top 35 des lycées, qui devrait pouvoir aussi bien jouer dos au panier que face au jeu avec son bon maniement de balle, avec la promesse d’étendre son shoot jusqu’à la ligne des 3pts, bref dans un rôle attendu de stretch-four et de poseur de mismatchs qu’il manquait à l’équipe, capable de briller également des deux côtés du terrain. Profil de one&done en fin de saison si tout s’aligne parfaitement pour lui. Encore en dessous des radars NBA mais plus pour très longtemps sans doute.

142- Quinton Rose (G/F, 6-8, junior, Temple)

Image

Rose est un guard longiligne de 2,03m pour 85kg, capable de scorer (14.9 pts l’an passé) mais aussi à l’aise comme facilitateur (2.3 passes) dans un rôle de point forward, utilisant sa taille et sa vitesse pour aller au cercle et ses longs bras pour défendre sur la balle. Après avoir sondé la NBA il a pris conscience qu’il fallait se renforcer physiquement, travailler son shooting (34.5% longue distance), ses lancers (65.3%) et franchir un cap comme leader vocal cette saison. Un joueur encore largement sous-estimé sur le plan national.

141- Remy Martin (G, 6-0, sophomore, Arizona State)

Image

Philippin comme son nom ne l’indique pas, et ancien partenaire de lycée d’un certain Marvin Bagley, le meneur de poche des Sun Devils s’est déjà taillé une réputation de peste défensive, car malgré sa petite taille c’est un athlète redoutable qui possède des qualités de vitesse et de détente au dessus de la moyenne pour son gabarit. Son côté energizer en sortie de banc (élu co-sixth man de la Pac-12) en fait le chouchou de la fanbase d’Arizona State. Il devrait logiquement débuter comme starter à la mène cette saison après le départ de tous les titulaires du backcourt (Holder, Evans, Justice).

140- Jordan Poole (G, 6-4, sophomore, Michigan)

Image

Tout le monde a encore en tête son incroyable buzzer beater face à Houston lors de la dernière Madness, on sait le joueur talentueux mais derrière l’exploit Poole n’a inscrit que 26 points le reste du tournoi, même s’il était aussi diminué. Il faut prendre également en compte son faible temps l’an passé, 12.5 minutes/match, c’est pourquoi avec les départs de plusieurs starters il a une chance de débuter cette saison comme titulaire, à condition d’étendre son all around game (il compte plus de turnovers que de passes), de bien défendre, bref de ne pas compter que sur son shooting.

139- Austin Wiley (C, 6-11, junior, Auburn)

Image

C’est l’un des mystères de cette saison à venir, de retour d’une année de suspension après que son nom ait été cité par le FBI dans l’affaire de pots-de-vin accordés à sa famille par l’ancien assistant de l’équipe Chuck Person, le jeune pivot (encore 19 ans) devra vite démontrer qu’il a mis à profit ce congé sabbatique forcé pour redevenir ce prospect prometteur qu’il était à sa sortie de lycée. Il remettra aussi de la taille dans l’équipe puisque Auburn était la plus petite équipe de la SEC l’an passé (1,94m de moyenne) et donnera une alternative intéressante à l’intérieur à cette équipe de shooteurs.

138- Xavier Sneed (G/F, 6-5, junior, Kansas State)

Image

Le natif de Saint Louis est d’abord un spécimen physique (1,96, 96kg), capable d’impacter le jeu des 2 côtés avec son profil rugueux de 3&D, même s’il n’a pas progressé comme espéré au shooting la saison passée (41.7% au tir, 34.4% à 3pts). Il a néanmoins largement rempli sa mission grâce à son gros moteur et sa combativité, puisqu’il a aidé K-State à aller jusqu’aux portes du Final Four en Mars (battu par le cendrillon Loyola-Chicago), on se souvient entre autre de son ‘monster game’ pendant le tournoi face à Kentucky (22 pts, 9 reb, 5 sur 8 à 3pts).

137- Brad Davison (G, 6-3, sophomore, Wisconsin)

Image

Le plus gros ‘sparkplug’ vu en College depuis un certain Aaron Craft à Ohio State, un joueur émotionnel, un vrai leader contagieux, un pitbull sur le terrain, le genre à jouer tout le monde les yeux dans les yeux, le chouchou de la fanbase des Badgers. Au regard d’une épaule qui l’a embêté toute sa saison (opérée cet été) on peut dire que son apport a été plus qu’encourageant (12.1 pts, 2.5 ast, 1.2 stl) et que son shooting est sûrement à revoir à la hausse maintenant qu’il est en pleine possession de son physique (40.5% au tir, 35.5% à 3pts).

136- Ashton Hagans (G, 6-3, freshman, Kentucky)

Image

Pas simple d’imaginer la répartition des rôles et donc des minutes dans cet effectif de UK, mais on peut penser que le jeune meneur freshman fraichement reclassé (il était prévu pour 2019-20) gagnera ses minutes d’abord grâce à son potentiel de défenseur d’élite via ses qualités athlétiques, mais c’est aussi un joueur très rapide balle en main et doté d’une excellente vision. Il devrait pouvoir coiffer Immanuel Quickley meilleur shooteur dans la course au poste de meneur (why not envisager de les associer de la part de Cap).

135- Devon Dotson (G, 6-2, freshman, Kansas)

Image

Le backcourt des Jayhawks parait hyper loadé cette saison, le jeune freshman aura la concurrence de Charlie Moore (ex-California) sur le poste de meneur voir du combo Quentin Grimes, voir encore d’un Dedrick Lawson qui devrait évoluer comme point forward, bref que des joueurs de ballon. Mais il aura 2 atouts à faire valoir, sa vitesse d’exécution balle en main, surement un des plus guards les plus rapides en College cette saison, et sa ténacité en défense. Il lui faudra cependant gommer ses turnovers et prouver qu’il peut jouer sur jeu placé.

134- Kerwin Roach II (G, 6-4, senior, Texas)

Image

On désespère de voir le talentueux mais inconstant combo des Longhorns passer le cap définitif vers un joueur complet et régulier. D’ailleurs les feedbacks NBA après qu’il ait tenté sa chance au Draft Process ont été jugés ‘sans pitié’ de sa propre confession, preuve du travail à fournir. Peut être abuse t’il de son côté ‘über’ athlétique pour scorer au détriment de son shooting (33.2% à 3pts en carrière), son playmaking n’est pas non plus au point sur jeu placé et pick’n’roll. Par contre son impact défensif est indéniable et il a mieux terminé sa seconde moitié de saison (14.3pts sur ses 17 derniers matchs contre 10.1 sur les 15 premiers).

* suspendu pour l’ouverture de la saison, pour ‘violation des règles de l’équipe’

133- Markell Johnson (G, 6-1, junior, NC State)

Image

On l’a un peu oublié mais Markell Johnson était une solide recrue 4 étoiles et top 60 de la classe 2016, seulement à NC State la même année et au même poste évoluait un certain Dennis Smith Jr. Il a néanmoins pu faire ses classes comme backup attitré, sans pression, avant de devenir logiquement la saison dernière le titulaire du poste après le départ de la star. Il s’est ainsi épanoui dans le système up tempo prôné par le coach Kevin Keatts et ses qualités de passeur altruiste ont fait le reste (7.3 ast/match, #3 NCAA).

132- Tyler Hall (G, 6-5, senior, Montana State)

Image

Le guard des Bobcats entre dans sa dernière année et laissera quoiqu’il arrive une empreinte indélébile du côté de Bozeman. Bien sûr il y a toute une litanie de records à aller chercher, Hall n’est qu’à 173 points du record de la fac avec ses 1,861 points au démarrage de la saison, il n’est pas loin non plus du record de la Big Sky (2,102 pts) et possède déjà celui du nombre de 3pts pour un Bobcat (315). C’est quand il devait passer un cap en junior qu’il a connu sa ‘pire’ saison, régression au scoring (de 23.1 à 17.5 pts) et à l’adresse (47.6 à 40.7%). Comparé à un petit C.J McCollum (gros scoreur, petite fac) il espère une fin universitaire en fanfare.

131- Joshua Langford (G, junior, 6-5, Michigan State)

Image

Souvent relégué dans l’ombre d’un Miles Bridges ou d’un Jaren Jackson l’an passé voir de ses camarades de promo Cassius Winston ou Nick Ward, il est temps pour le cinquième Beatles, pardon Spartan, de définitivement prendre son envol. On sait que pas mal de joueurs l’ont fait lors de leur année junior sous Tom Izzo, Draymond Green ou Denzel Valentine pour les citer, l’espoir est permis. Langford a les armes pour y parvenir, il peut créer son shoot de partout, il lit bien le jeu sans ballon, il sait défendre mais il doit encore apprendre à finir au cercle.

130- Lagerald Vick (G, 6-4, senior, Kansas)

Image

Vick est finalement retourné à Kansas finir son cursus après de multiples hésitations qui ne se sont achevées que cet été, demande de transfert, possibilité de jouer en Europe, les interrogations étaient nombreuses de sa part. En tant que seul senior du groupe il aura son mot à dire au vu de sa production de l’an passé (12.1 pts, 4.8 reb, 2.1 ast, 37.3 à 3pts), on peut imaginer un rôle à la Devonte’ Graham, mais il ne devra pas trainer en route, Kansas a peut être la meilleure équipe de son histoire ou pas loin, et les bouches sont nombreuses à nourrir. Attention, devenu un peu la 'tête de turc' du public de la Fieldhouse.

129- Jalen Smith (F, 6-10, freshman, Maryland)

Image

Smith est natif de Baltimore, c’est à souligner car dans le passé la fac n’a pas toujours su attirer les gros prospects du coin. Et il en est un, un 5 étoiles, seulement le troisième de l’histoire de la fac (qui se souvient encore des 2 autres, Mike Jones en 2003 et Diamond Stone en 2015). Intérieur athlétique et longiligne, mobile, coordonné pour sa taille, il devrait être actif des deux côtés du terrain et former avec l’angolais Bruno Fernando opérant plus près du cercle un des meilleurs duos d’intérieurs de la Big Ten voir du College, tout court.

128- Jerrick Harding (G, 6-1, junior, Weber State)

Image

Le guard des Wildcats commence à accumuler les records de sa fac, cumulant 979 points sur ses 2 premières saisons soit 6 de plus qu’un certain Damian Lillard qui le détenait. Il a également battu le record sur un match avec 46 unités, il n’était pas non plus très loin du plateau mythique des 50/40/90 au shooting l’an passé (53% au tir, 42.5% à 3pts, 88.2% aux LF). Mais il ne faudrait pas réduire Harding à de simples chiffres même spectaculaires, il faut aussi prendre en compte sa redoutable efficacité par rapport à l’usage du ballon, et son incroyable endurance par rapport à son temps de jeu.

127- Jalen Adams (G, 6-3, senior, Connecticut)

Image

Le talentueux meneur des Huskies aura malheureusement traversé son cursus universitaire un peu comme une âme en peine, une seule apparition à March Madness en freshman, puis plus rien. La faute à un programme parti en sucettes avec Kevin Ollie après le titre de 2014, et un Adams sans doute obligé d’en faire beaucoup (trop ?) au scoring. Il revient boucler son cursus on l’espère sur une bonne note avec un nouveau coach, Dan Hurley, qui saura sans doute mieux le cerner, et un Alterique Gilbert enfin sur pied qui devrait le délivrer de la mène et qui est aussi un pitbull en défense. Participer au rebuild de Uconn pour finir, une tâche honorable pour Adams.

126- Miye Oni (G/F, 6-6, junior, Yale)

Image

Oni est un big guard qui peut quasiment jouer sur 4 positions (du 1 au 4), qui a constamment progressé depuis 2 saisons, récompensé justement par une place dans la first team de l’Ivy League en 2017-18. L’an passé son impact sur sa conférence se reflétait à travers ses stats, dans le top 10 de l’Ivy au scoring (15.1pts, #5), au rebond (6.0, #5), à la passe (3.6, #5) et aux minutes jouées (32.8, #10). Il devra cependant se reprendre après un ‘sophomore slump’ au shooting qui l’a vu passer de 44 à 40% au tir, et surtout de 39 à 31% à 3pts.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

FloridaTrump

Rôle-Player
Avatar du membre
Magic
1423

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par FloridaTrump » 09 novembre 2018, 22:34

Vraiment énorme travail et si bien fait !
Comme pour beaucoup j'imagine, tu me fais découvrir et connaître certains joueurs et même apprécier en quelques lignes.
Continue ainsi :)
#PureMagic

Sativa

MVP
Avatar du membre
Cavaliers Fear The Sword
16025

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par Sativa » 09 novembre 2018, 22:38

Wtf Wiley est arrivé en NCAA à quel âge ?!

spicygsw

All Star
Avatar du membre
Dub Nation
7051

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par spicygsw » 10 novembre 2018, 00:04

PP qui nous jure ne plus avoir le temps, de plus pouvoir faire de Top 100...

Pour nous sortir un Top 250 :lol:

Tu es un grand malade et on t'en remercie, je me régale ! Ce matin je lisais ça en cours, j'attendais la suite comme un épisode de GoT :?

Mention spéciale à Alex Robinson un de mes coups de coeur la saison dernière, vraiment l'homme à tout faire cette équipe, le prolongement du coach sur le terrain, et le sosie de Bernardo Silva quand il avait pas rasé sa barbe :mrgreen:

2words

Night Driver
Avatar du membre
76ers Liberty Baller
Belgique
10117

Re: College Players Top 250 Special Edition 2018-19

Message par 2words » 10 novembre 2018, 00:37

@spicy, je suis sur de causer avec toi sur Twitter, mais t'es quel compte? xD Celui qui ecrit pour QI?
Hinkie's Fan N°2
STAT