College Top 100 Players 2017-18 by PP44

NCAA Division I, March Madness, Scouting...
PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

College Top 100 Players 2017-18 by PP44

Message par PistolPete44 » 10 novembre 2017, 14:07

Image

COLLEGE TOP 100 PLAYERS

by PP44
  • Ils loupent le cut de justesse:

    Le lieu de tous les tourments, de toutes les frustrations, il n’y a pas assez de places pour tout le monde dans ce top 100, les choix ont été pesés, disséqués, au moins 50 autres joueurs auraient pu prétendre à y entrer, preuve de la grosse densité du College. Il a donc fallu trancher dans le vif et laisser sur le carreau de sacrés bons basketteurs comme ceux cités ci-dessous, that’s life.

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Giddy Potts, Nate Mason, Rob Gray Jr

    Image Image
    (de gauche à droite): Makai Mason, Reid Travis

    Image Image
    (de gauche à droite): Quinndary Weatherspoon, Tyler Cook

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Matt Mobley, Thomas Welsh, Tyus Battle

    .Giddy Potts: Middle Tennessee I SG (1,88m, 99kg) I senior I 22 ans

    Potts s’est fait un nom avec sa fac ces deux dernières saisons au point de devenir un des meilleurs joueurs de mid-college. On se souvient de l’upset historique sur Michigan State il y a deux ans à la March Madness, l’an passé Mid Ten a remis ça en remportant facilement la conférence USA (17-1) pour finir sur une saison à 31 victoires, tout en éliminant au passage une solide équipe de Minnesota lors du tournoi final. Potts est un très gros shooteur, le meilleur en College au pourcentage à 3pts lors de sa saison sophomore, 42.2% en carrière avec 201 treys, mais aussi un ‘do it all player’ (5.3 rebonds, 2.0 passes, 1.3 steals), il tentera de qualifier ses Blue Raiders pour une troisième Madness de suite histoire de finir en beauté son cursus.

    .Nate Mason: Minnesota I PG (1,88m, 82kg) I senior I 22 ans

    Le meneur des Gophers a terminé la saison passée dans l’équipe-type de la Big Ten, preuve de son impact sur son équipe (15.2 points, 5.0 passes, 3.6 rebonds, 1.4 steals), et s’il pouvait améliorer ses pourcentages au tir en carrière (38.9% au tir, 34 .9% à 3pts) il entrerait dans une autre dimension car pour le reste Mason est plutôt safe balle en main (1.9 turnovers), c’est aussi un très bon défenseur sur la balle. Cette équipe de Minnesota retourne quasiment tous ses starters de la saison dernière et luttera pour les premières places en Big Ten, elle aura une nouvelle fois besoin de l’intensité et du leadership de son meneur.

    .Rob Gray Jr: Houston I PG-SG (1,88m, 86kg) I senior I 23 ans

    Le joueur des Cougars a le scoring dans le sang et une énorme confiance en lui, en témoigne la saison passée où il a fini à plus de 20 points de moyenne, améliorant au passage tous ses pourcentages au tir, il pourrait même faire mieux cette année et concourir pour le titre de meilleur marqueur NCAA, surtout depuis que Damyean Dotson a rejoint la NBA. Mais en perdant son ancien complice Gray Jr risque de stater un peu seul dans le désert, en plus d’être souvent ciblé, Houston aura ainsi du mal à jouer un rôle cette saison dans une conférence AAC très relevée, raison pour laquelle il loupe de peu le cut.

    .Makai Mason: Yale I PG (1,85m, 86kg) I junior I 22 ans

    Le meneur des Bulldogs est de retour et tout le monde du College s’en réjouit. Le meneur s’était fracturé la jambe juste avant le début de la saison passée, une saison blanche pour lui, conséquence sa blessure lui laissait deux années d’éligibilité et il en profitait entre-temps pour annoncer son transfert à Baylor pour sa dernière année universitaire. En attendant il repart cette saison avec l’intention de qualifier à nouveau Yale pour le tournoi final où il s’était définitivement révélé en 2016 en éliminant quasiment à lui seul…Baylor (31 points) avant de s’incliner face à Duke.

    .Reid Travis: Stanford I PF (2,03m, 111kg) I junior I 21 ans

    Bâti comme un frigidaire 'king size' l’intérieur de Stanford est un buffle quasi innarêtable dans une raquette une fois la balle en sa possession à quelques mètres du cercle, sa zone de confort où il fait essentiellement ses ravages et produit ses stats. Redshirt médical à la suite d’une blessure à la jambe qui lui avait fait louper la majeure partie de sa saison sophomore en 2015-16 Travis est revenu l’an passé à un excellent niveau comme le prouvent ses stats (17.4 points, 8.9 rebonds à 57.9% au tir). Joueur tanké comme un linebacker NFL et doté de très bonnes mains il lui manque cependant d’être un rim protector (5 contres la saison passée) et de pouvoir s’écarter (1 seul trey tenté en carrière, 39% sur ses jumpers), un manque de versatilité pénalisant.

    .Quinndary Weatherspoon: Mississippi State I SG (1,93m, 93kg) I junior I 21 ans

    'Q' a vécu une année sophomore mouvementée, on a crû un instant sa saison écourtée suite à une blessure au poignet pour finalement ne louper que 3 petits matchs et effectuer une très belle saison individuelle (16.5 points, 5.1 rebonds, 1.8 passes, 1.7 steals), tempérée cependant par une place au fin fond de la SEC. Joueur assez complet et l’une des raisons du départ de la ‘star’ Malik Newman lorsque son coach Ben Howland (ex-UCLA) s’est aperçu qu’il avait aussi bien sous le coude avec 'Q', il formera cette saison un backcourt de premier ordre avec le meneur Lamar Peters et le renfort de son jeune frère Nick. Malheureusement faute d’un jeu intérieur digne de ce nom les Bulldogs auront du mal à s’extirper des bas-fonds, 'Q' reste donc à quai.

    .Tyler Cook: Iowa I PF (2,06m, 113kg) I sophomore I 20 ans

    Auteur d’une saison freshman remarquée (12.3 points, 5.3 rebonds, 55.4% au tir) le jeune intérieur a tout pour faire péter la banque maintenant que la star des Hawkeyes Peter Jok s’en est allée, le jeu d’Iowa devrait pencher un peu plus sur le secteur intérieur avec la venue du prometteur pivot freshman Luke Garza et laisser à Cook du champ pour opérer. Avec son compère l’excellent meneur Jordan Bohannon Iowa aura un duo in&out sur lequel s’appuyer et Cook pourra s’étalonner face à une rude concurrence en Big Ten à son poste, Ethan Happ (Wisconsin), Justin Jackson (Maryland), la frontline de Michigan State, Isaac Haas (Purdue), Mo Wagner (Michigan), tous locataires de ce top 100.

    .Matt Mobley: Saint Bonaventure I SG (1,91m, 86kg) I senior I 23 ans

    Cet arrière scoreur forme l’un des meilleurs backcourts en College avec son complice le meneur Jaylen Adams et sort d’une belle saison (18.5 points, 86 treys à 37.9%). C’est un joueur athlétique qui aime avoir la balle en main et créer pour lui-même, il est capable de shooter dans quasi toutes les positions et excelle également sur jeu up-tempo où ses qualités de driver au cercle et de de slasher à la finition font merveille, sans oublier d’être un bon passeur (2.6). Il rêve enfin d’emmener ses Bonnies à la March Madness pour ce qui est sa dernière saison en College.

    .Thomas Welsh: UCLA I C (2,16m, 116kg) I senior I 21 ans

    Un des joueurs les plus humbles, les plus intelligents, les plus bosseurs de tout le College mais aussi l’un des plus sous-estimés, le géant Welsh mérite bien une citation. Au sein d’une équipe d’UCLA très offensive (#2 NCAA) c’est celui qui effectue le sale boulot défensif et sert de protecteur de raquette (8.7 rebonds, 1.3 contres) mais c’est aussi un des meilleurs joueurs de mid-range, son shoot à 4-5 mètres est quasi automatique, une pure merveille. Les Bruins sont très jeunes cette saison, Welsh leur servira d’aiguillage et saura mettre tout le monde sur le droit chemin.

    .Tyus Battle: Syracuse I SG-SF (1,98m, 93kg) I sophomore I 20 ans

    Syracuse n’aura certainement pas les faveurs des pronostics cette saison surtout dans une ACC toujours aussi relevée mais un des rayons de soleil pourrait venir du guard Tyus Battle au sein d’une équipe qui a perdu tous ses joueurs majeurs (Lydon, Thompson, Roberson, Gillon, White III). Jim Boeheim devrait s’appuyer sur la versatilité de son joueur capable d’occuper les 3 postes du backcourt mais plus sûrement dans un rôle de petit ailier avec Frank Howard à la mène et Geno Thorpe (ex-South Florida) comme arrière. Il attendra de lui aussi du leadership dans une équipe très rajeunie et qu’il montre l’exemple en défense, bref si les Orangemen auront du mal à se qualifier pour la March Madness Battle lui aura l’occasion de démontrer tout son talent.
-----------------------------------------

  • Ils vont surprendre cette saison:

    Ces joueurs ne sont pas encore des noms établis, certains n’ont même pas encore joué une minute en College parce que freshmen, redshirts, inéligibles, blessés ou bien confinés à un rôle réduit jusque là, voici un florilège de joueurs qui ont de bonnes chances de se révéler cette saison, de faire parler d’eux et de prendre leur envol.

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Wenyen Gabriel, J.J Caldwell, Omer Yurtseven

    Image Image
    (de gauche à droite): Marcus Lee, Omari Spellman

    Image Image
    (de gauche à droite): Kostas Antetokounmpo, Kyle Guy

    Image Image Image
    (de gauche à droite): D'Mitrik Trice, Yoeli Childs,Emmanuel Akot


    .Wenyen Gabriel: Kentucky I SF-PF (2,06m, 95kg) I sophomore I 20 ans

    Ne pas trop se fier à ses stats en freshman (4.6 points, 4.8 rebonds, 40.5% au tir en 17 minutes) Gabriel a les moyens cette saison de faire son beurre comme leader vocal et capitaine encadrant la jeunesse dans un rôle de sixth man, à la manière d’un Alex Poythress il y a quelques saisons. Il faudra bien trouver des joueurs qui pensent équipe avant tout à Kentucky et Calipari devrait lui confier ce rôle. Il possède le profil idéal de l’energizer athlétique, actif au rebond et en défense, capable de défendre plusieurs positions, et s’il pouvait améliorer son shooting et son QI balle en main, on est prêt à miser sur une belle saison de sa part au milieu de cette classe de freshmen surdoués.

    .J.J Caldwell: Texas A&M I PG (1,85m, 88kg) I redshirt freshman I 20 ans

    Après avoir été déclaré inéligible la saison passée pour manquements académiques ce jeune meneur est tout ce dont a besoin et qui avait cruellement manqué à cette équipe des Aggies, un passeur prioritaire capable de faire briller les autres et ainsi délester DJ Hogg d’une (grosse) partie du playmaking.

    *J.J Caldwell a été suspendu par Texas A&M pour les 5 premiers matchs de la saison pour violation des règles de l’université. Décidemment. En attendant le transfuge de Marquette Duane Wilson devrait assurer l’intérim mais il y a fort à parier qu’à son retour Caldwell prendra rapidement l’avantage sur lui.

    .Omer Yurtseven: North Carolina State I C (2,13m, 112kg) I sophomore I 19 ans

    Le jeune pivot turc a vécu une saison frustrante chez le Wolfpack, suspendu les 9 premiers matchs pour avoir touché de l’argent avec son ancien club turc de Fenerbahce, jamais dans le rythme par la suite. Ses stats ne reflètent bien entendu pas son talent (5.9 points, 4.4 rebonds en 18 minutes), semblant perdu sur le terrain et mal adapté en dehors. Décidé à revenir plus fort cette saison et avec la venue d’un nouveau coach, Kevin Keatts ex-assistant de Rick Pitino, Yurtseven doit montrer sa versatilité et ses bonnes mains en attaque, tout en devenant plus robuste en défense où son manque d’athlétisme l’empêche de contenir les big dans la raquette. S’il parvient à doubler ses stats la NBA lui fera les yeux doux, le potentiel est là.

    .Marcus Lee: California I PF (2,08m, 102kg) I sophomore I 23 ans

    Vous vous souvenez de lui, on l’avait perdu un peu de vue depuis ses années du côté de Kentucky, notamment lors de sa saison junior en 2015-16 où il tournait à 6.4 points, 6.0 rebonds, 1.6 contres en 21 minutes de jeu. Transféré depuis à California, on oublie que Lee est un ancien top 20 des lycées en 2013 et qu’il a participé à 2 Final Four de suite (14’, 15’) même si son temps de jeu était plutôt marginal. Il va déjà remplacer numériquement Ivan Rabb parti en NBA, ensuite encadrer une équipe privée de ses 5 top-scoreurs de la saison passée et qui accueille 6 freshmen, le nouveau coach Wyking Jones comptera donc sur lui et le pivot Kingsley Okoroh seul starter rescapé, pour former un duo défensif de premier ordre.

    .Omari Spellman: Villanova I C (2,06m, 111kg) I redshirt freshman I 20 ans

    Le jeune pivot de Nova aurait largement pu figurer dans le top 100, c’est dire les espoirs placé en lui et l’impact qu’on lui prête. Forcé à une saison redshirt pour raisons académiques ce prospect 5 étoiles qui n’est pas sans rappeler un certain Jared Sullinger période Ohio State, même physique, mêmes skills balle en main, a eu le temps de s’intégrer à l’équipe et de s’assécher physiquement, on parle d’une vingtaine de kilos perdus depuis son arrivée au campus. Le coach Jay Wright n’a sans doute jamais eu un pivot aussi dominant, capable de faire des dégâts à l’intérieur comme de shooter mi-distance, faire l’extra-passe, ressortir les ballons, en plus d’être très mobile, à lui de se mettre au diapason de l’équipe en défense.

    .Kostas Antetokounmpo: Dayton I SF-PF (2,08m, 90kg) I redshirt freshman I 19 ans

    On aurait aimé voir son frangin Giannis s’essayer au moins une année en College, Kostas va le faire. Ancien top 50 des lycées en 2016 et obligé d’en passer par la case redshirt l’an passé le jeune grec est bâti sur le même moule que son célèbre frère, long comme un jour sans fin, très athlétique, hyper mobile, on imagine qu’il va s’avérer précieux au contre et sur les aides défensives. Par contre il est extrêmement frêle par rapport à sa taille, il va devoir se renforcer du bas du corps et des jambes pour résister aux charges adverses, c’est encore un guard dans un corps d’intérieur. Blessé à une jambe cet été en stage avec la sélection grecque des U19, on a craint une fracture du tibia, on espère qu’il sera rétabli et opérationnel pour le début de la saison.

    .Kyle Guy: Virginia I SG (1,90m, 79kg) I sophomore I 20 ans

    Première (bonne) nouvelle, Guy a apparemment sacrifié sa célèbre 'man-bun' d’hipster sur les conseils de sa maman. Nouvelle coiffure, nouvelle saison, Kyle Guy est prêt pour le grand bond en avant que laisse entrevoir son année freshman, 7.5 points à 49.5% à 3pts (51 sur 103) en 18 minutes de jeu. Virginia a perdu ses deux meilleurs scoreurs de l’an passé, London Perrantes et Marial Shayok, il faudra compenser cette perte chiffrée même si le jeu de Virginia est avant tout basé sur le tout-défensif. D’ailleurs si l’arrière gracile des Cavaliers veut se garantir du temps de jeu auprès de son coach Tony Bennett il va devoir obligatoirement hausser son niveau en défense, son point faible, il a parait-il entrepris à l’intersaison un travail de renforcement musculaire à cet égard.

    .D’Mitrik Trice: Wisconsin I PG (1,83m, 81kg) I sophomore I 21 ans

    Le meneur sophomore est prêt à prendre les rênes des Badgers cette saison après avoir servi de backup à Bronson Koenig l’an passé et débuté comme starter 2 des 37 matchs de Wisconsin. On a déjà pu apercevoir à l’occasion ses qualités naturelles de leader et de shooteur extérieur (38 treys à 41.8%) tout en scorant 5.6 points en sortie de banc pour 18 minutes de jeu par match. Dans une équipe qui reconduit le seul Ethan Happ comme starter de la saison dernière il va falloir au coach Greg Gard de trouver rapidement des certitudes et Trice (dont le frangin Travis a joué pour Michigan State) doit être une des réponses aux nombreux départs, au même titre que l’intérieur Khalil Iverson, autre candidat à une breakout year.

    .Yoeli Childs: Brigham Young I PF (2,03m, 102kg) I sophomore I 19 ans

    Ses stats étaient déjà très prometteuses pour sa première saison, 9.3 points, 8.2 rebonds, 1.4 contres, des signes avant-coureurs (scrimmages, matchs de pré-saison) tendent à démontrer que le jeune intérieur des mormons va encore franchir un cap et qu’il pourrait aisément tourner cette saison en double-double de moyenne aux points-rebonds, surtout après le départ du pivot Eric Mika. BYU dispose de bons joueurs comme les guards Nick Emery et TJ Haws mais aucun n’a le potentiel de Childs, ancien top 60 des lycées en 2016, un intérieur athlétique capable de jouer en haute altitude et d’écraser les dunks les plus puissants de tout le College, sans oublier bien sûr de défendre son propre cercle. Un seul mot d’ordre cette saison: Feed the Childs.

    .Emmanuel Akot I Arizona I SG-SF (2,01m, 92kg) I 18 ans

    C’est sans doute parce qu’il voulait fuir sans plus attendre les rigueurs de l’hiver canadien, lui le natif de Winnipeg, que le jeune Emmanuel Akot a demandé sa reclassification dès cette saison dans l’Arizona où un climat plus propice l’attend. Attention il n’est pas venu jouer les utilités dans un effectif déjà bien fourni et être mis en couveuse au bout du banc, Akot a les moyens d’impacter le jeu des Wildcats dès le Day One par sa formidable versatilité. C’est d’abord un potentiel de défenseur d’élite capable de garder quasi toutes les positions de par son athlétisme (vitesse latérale, détente), c’est ensuite un joueur pouvant jouer les point forward, il possède une solide vision de jeu et une mentalité de passer-first, peut être même trop altruiste. Si on ajoute que son tir est en progrès, il a déjà enquillé quelques treys en pré-saison, Sky is the Limit.
Modifié en dernier par PistolPete44 le 10 novembre 2017, 14:13, modifié 1 fois.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Top 100 Players by PP44

Message par PistolPete44 » 10 novembre 2017, 14:09

  • Ces 'stars' que vous ignorez:

    Ces joueurs jouent pour la plupart loin des sunlights, dans des contrées reculées, dans de petites conférences, ils évoluent encore 'sous le radar' selon l’expression, il est temps de réparer cet oubli et de les faire entrer dans la lumière, ne pas s’y tromper, ce sont de vrais bons joueurs de basket, des stars de mid-colleges.

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Ehab Amin, Nick Mayo, Geno Crandall

    Image Image
    (de gauche à droite): Jordon Varnado, John Konchar

    Image Image
    (de gauche à droite): Preston Parks, Bryce Washington

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Koby McEwen, Devin Sibley, Ahmad Thomas


    .Ehab Amin: Texas A&M Corpus-Christi I SG (1,93m, 91kg) I senior I 22 ans

    Le natif d’Alexandrie en Egypte est international dans son pays depuis ses 12 ans, il a toujours figuré parmi les meilleurs éléments du continent africain, logique que son nom ait commencé à circuler en College à la suite de rapports de scouting et c’est à Corpus Christi au Texas qu’il a fini par atterrir. Il s’est enfin révélé la saison passée, doublant son temps de jeu et explosant ses stats, 16.9 points, 6.6 rebonds, 2.9 passes et surtout 3.4 steals (#1 NCAA), emmenant sa fac à la seconde place de la Southland derrière New Orleans. Fan de Ginobili, il adore attaquer le cercle et se contorsionner comme lui pour trouver des angles impossibles.

    .Nick Mayo: Eastern Kentucky I PF (2,06m, 107kg) I junior I 21 ans

    L’intérieur des Colonels est en train de franchir palier après palier, il a déjà dépassé la barre des 1,000 points, toujours un milestone pour un sophomore, et s’il allait au bout de son cursus il finirait presque à coup sûr meilleur marqueur All-Time de sa fac. Eastern Kentucky est certes un programme discret au sein d’une conférence discrète elle aussi, l’OVC (Ohio Valley Conference), mais le parcours de son capitaine rejaillit sur le programme et le met dans la lumière, d’ailleurs Mayo vient d’être nommé pour le Karl Malone Award de pré-saison parmi les 20 meilleurs ailier-forts de College. Il faut dire qu’avec de telles stats (18.5 points, 6.5 rebonds, 2.8 passes, 1.4 contres, 39.0% à 3pts, 77.4% aux lancers) il y a de quoi impressionner.

    .Geno Crandall: North Dakota I PG (1,93m, 82kg) I junior I 22 ans

    La Big Sky regorge de talents, on pense à Tyler Hall (Montana St.) ou Victor Sanders (Idaho) mais le meneur de North Dakota Geno Crandall les a mis tous les deux d’accord en remportant la conférence avec ses Hawks pour la première fois de l’histoire de la fac et en se qualifiant pour le tournoi final où ils ont été logiquement éliminés d’entrée par Arizona. Crandall a sorti des stats d’enfer en sophomore, 15.5 points, 4.4 passes, 4.0 rebonds, 2.1 steals, 50.3% au tir, on attend qu’il confirme cette saison, d’ailleurs il a été sélectionné dans le Cinq de pré-saison de la Big Sky, un signe qui ne trompe pas.

    .Jordon Varnado: Troy I SF-PF (1,98m, 98kg) I junior I 20 ans

    L’ailier de Troy continue d’être un des secrets les mieux gardés du College malgré ses performances convaincantes avec sa petite fac perdue de l’Alabama, sans doute plus pour très longtemps. Jordon c’est d’abord une connexion puisque son frangin Jarvis (ex-Mississippi State) a été drafté au second tour par Miami en 2010. C’est un ailier polyvalent, capable de jouer in&out, gros facteur de mismatchs, il sort d’une saison individuelle éblouissante (16.5 points, 7.1 rebonds, 1.4 contres, 36.4% à 3pts) et a ainsi permis ainsi à ses Trojans de remporter le tournoi de la Sun Belt et de se qualifier pour March Madness, éliminés d’entrée par Duke. Ses modèles avoués sont Paul Millsap et surtout Draymond Green dont il dit s’inspirer de sa versatilité et de son mental.

    .John Konchar: Fort Wayne I SG (1,96m, 94kg) I junior I 22 ans

    Konchar est l’exemple type du joueur de mid-major versatile et quasi sans position, tellement précieux dans un roster forcément limité en talent(s). C’est donc le profil de joueur à (tout) bien faire dont raffole le College, jugez ses stats, 14.9 points, 8.7 rebonds, 3.8 passes, 1.7 steals, et si l’on parle de son shooting on touche presque au sublime, 63.7% à l’adresse générale dont 51.7% à 3pts (45 sur 87). On pense à un Pat Connaughton le concernant, d’ailleurs son nom fût un temps évoqué du côté de Notre Dame mais la fac avait déjà utilisée ses scholarships à disposition. Il lui faudra prouver encore plus cette saison avec la perte de son complice et meneur Mo Evans, et pourquoi pas marquer les esprits comme lors de cet upset historique l’an passé face à Indiana, alors membre du top 25.

    .Preston Parks: The Citadel I PG (1,85m, 79kg) I sophomore I 19 ans

    Petit phénomène que ce joueur, inspiré durant son adolescence par un certain Steph’ Curry dont il se goinfrait de vidéos, il possède un peu de sa magie niveau ball handling mais moins côté shooting. C’est d’ailleurs le premier freshman depuis Curry à avoir terminé meilleur marqueur de la SoCo (Southern Conference) avec 17.5 points (plus 3.7 passes, 3.0 rebonds, 1.9 steals). On ne peut pas dissocier Parks de sa fac, The Citadel était tout simplement la meilleure attaque de College l’an passé (89.8 points), jouant un up tempo d’enfer favorisé par une rotation dense, 10 joueurs à plus de 5.9 points de moyenne, une équipe composée pour la plupart de freshmen (9!) adorant cavaler et shooter de partout. S’il progresse sur son tir extérieur (77 treys à 32.9%) il est encore parti pour une saison menée à un rythme fou.

    .Bryce Washington: Louisiana-Lafayette I PF (1,98m, 115kg) I senior I 21 ans

    Tout d’abord Washington c’est un physique hors-norme, un petit intérieur par la taille mais hyper bulké qui étonnamment possède une agilité de pieds remarquable pour un tel gabarit et de très bonnes mains. C’est également une tête bien faite, le garçon possède une moyenne académique de 3.3 points (le max est de 4), fils d’une mère proviseur de lycée. La saison passée le Cajun s’est transformé en Double Machine (13.5 points, 11.2 rebonds de moyenne), signant 22 double doubles (#6 NCAA). Son sens du timing et sa persévérance à suivre chaque tir lui confèrent cette science innée du rebond, il possède les moyens cette saison de finir meilleur rebondeur en College malgré la forte concurrence.

    .Koby McEwen: Utah State I PG (1,93m, 88kg) I sophomore I 20 ans

    Ce jeune canadien de Toronto classé top 80 des lycées, déjà surnommé 'The Maple Mamba' en raison de ses origines et de son prénom, est le plus gros prospect jamais débarqué chez les Aggies et n’a pas tardé à démontrer l’étendu de son talent, un caractère de compétiteur-né couplé à des qualités athlétiques naturelles qui l’ont conduit à être désigné meilleur freshman de la Mountain West (14.4 points, 5.0 rebonds, 3.0 passes, 42.0% à 3pts.). La fac mormone peut remercier le petit Koby d’avoir snobé des offres de Baylor ou Wake Forest, ayant choisi de rester dans l’Utah où il a fait son lycée. McEwen est un 'difference maker', sa marge de progression semble énorme grâce à une work ethic qui a déjà bluffé tout le monde et il espère bien que sa mentalité de winner sera contagieuse cette saison.

    .Devin Sibley: Furman I PG-SG (1,88m, 83kg) I senior I 22 ans

    Le meneur-scoreur des Paladins a vécu une saison junior de haut vol, terminant meilleur joueur de la Southern Conference et emmenant sa fac au titre de saison régulière (partagé à trois). Hélas malgré tous ses efforts Furman se voyait éliminé d’entrée du tournoi de conférence par Samford, adieu les rêves de March Madness. Pour son ultime saison il s’est juré de qualifier sa fac pour le bal de Mars, ce qui constituerait une première depuis 1980 pour Furman. Pour cela il devra faire encore mieux que ses 17.7 points à 52.2% tout en continuant à distiller la foudre derrière la ligne (79 tirs primés à 44.9%) et à hisser son niveau défensif. S’il y parvient il sera définitivement l’un des tous meilleurs joueurs de mid-major.

    .Ahmad Thomas: UNC-Asheville I SG (1,93m, 98kg) I senior I 22 ans

    Un des meilleurs big guards du pays, Thomas est un joueur puissant capable d’impacter le jeu dans tous les domaines et n’a cessé de progresser saison après saison, surtout offensivement, même si le garçon est avant tout reconnu et redouté pour sa défense, récompensé comme meilleur défenseur de la Big South la saison passée. Il brille sous le cercle par rapport à sa taille (6.6 rebonds), c’est aussi un gros voleur de ballons (3.0 steals, #5 NCAA) et peut défendre quasiment tous les postes. L’an passé il a franchi un cap en attaque notamment sur son shooting extérieur, certes sur un petit volume (37 treys à 45.7%). Il forme un redoutable duo avec l’autre guard MaCio Teague et rêve d’emmener ses Bulldogs au tournoi final, ayant échoué la saison dernière malgré le titre de saison régulière.
------------------------------------

  • Attention au big fail:

    Voici arrivé le moment où l’on peut faire parler à fond sa subjectivité voir sa mauvaise foi assumée, la plupart de ces joueurs ‘incriminés’ ont le potentiel pour intégrer le top 100 voir très haut pour certains, beaucoup d’entre eux figurent d’ailleurs dans pas mal de rankings de pré-saison de la presse spécialisée mais une poussière pourrait se glisser dans ces rouages trop bien huilés et faire que leur saison tourne au vinaigre.

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Deng Adel, Hamidou Diallo, Malik Newman

    Image Image
    (de gauche à droite): Marques Bolden, Bennie Boatwright

    Image Image
    (de gauche à droite): Udoka Azubuike, Brandon McCoy

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Austin Wiley, Andrew Jones, Kris Wilkes

    .Deng Adel: Louisville I SG-SF (2,01m, 91kg) I junior I 21 ans

    Une manière de sanctionner Louisville à ma manière, pas un seul joueur des Cardinals ne figure dans le top 100. L’ailier d’origine soudanaise au passeport australien est très attendu cette saison à Louisville pour succéder comme go-to guy à Donovan Mitchell et accomplir le même type de saison que le néo-Jazz l’an passé. Pour cela il va devoir montrer ses progrès sur son handle, son tir et même sa défense malgré le potentiel qu’on lui prête dans ce domaine, le tout avec une concurrence interne sur son poste (VJ King, Thomas et qui sait Brian Bowen) et surtout les conséquences du séisme Pitino qui laisse planer les plus gros doutes sur cette équipe avec un jeune coach de 32 ans comme David Padgett aux commandes.

    .Hamidou Diallo: Kentucky I SG (1,96m, 90kg) I redshirt freshman I 19 ans

    Le natif du Queens a déjà tout un parterre de scouts à ses pieds, Diallo est un freak athlétique qui possède un potentiel défensif dingue, il n’y a aucun débat possible là-dessus, nul doute qu’il sera aussi difficile de le stopper sur jeu ouvert, mais comment va-t-il se comporter face à des défenses sur demi-terrain, quel est l’état de son QI basket actuel, il semble que ses fondamentaux (handle, shooting, vision du jeu) semblent encore bien en retrait par rapport à ses qualités athlétiques. On peut faire confiance à John Calipari pour développer les talents mais cette saison Kentucky possède une équipe très jeune et immature, si les chosent ne se passaient pas comme prévu on pourrait assister à quelques noyades spectaculaires et Diallo être l’une d’entre elles.

    .Malik Newman: Kansas I PG-SG (1,91m, 86kg) I redshirt sophomore I 20 ans

    Les faits d’abord. Newman sort en 2015 de son lycée avec le statut d’un Top 10. On attend une grosse saison de sa part à Mississippi State et qu’il file directement en NBA. Profil de tweener, pas assez playmaker, pas assez bon shooteur, sa saison prend vite un mauvais tournant d’autant qu’il se fait même éclipser par un autre freshman de l’équipe, Quinn Weatherspoon. Résultat on le retrouve à Kansas après avoir demandé son transfert et être resté un an inactif en tant que redshirt. Il n’aura pas de troisième chance, il lui faut prouver d’entrée, Bill Self attend de lui de la versatilité, du shooting bien sûr mais surtout de la défense et un peu de playmaking pour soulager Devonte’ Graham. Et qu’il en finisse avec son problème chronique de crampes. Good luck Malik!

    .Marques Bolden: Duke I C (2,11m, 114kg) I sophomore I 19 ans

    Sa saison freshman avait mal démarrée, Bolden loupait les 8 premiers matchs pour une blessure à la jambe, il ne retrouvera jamais par la suite le rythme et le temps de jeu nécessaire, cantonné au bout du banc avec un temps de jeu famélique (6.5 minutes) et des stats en adéquation (1.5 points, 1.1 rebonds). Cette année la concurrence interne est encore plus forte, les postes intérieurs seront confiés aux deux prodiges freshmen Marvin Bagley III et Wendell Carter sauf surprise, sans compter qu’un Jordan Tucker bien meilleur shooteur, ou encore un Javin DeLaurier dans une version small-ball seront là pour lui contester les minutes restantes. La marge de manœuvre est donc étroite pour Bolden qui pourrait nous faire une Chase Jeter, gros prospect à son arrivée à Duke puis réduit à l’anonymat complet, au point de finir par être transféré.

    .Bennie Boatwright: Southern California I SF-PF (2,08m, 100kg) I junior I 21 ans

    L’ailier des Trojans est de retour pour une troisième année après avoir tâté de la draft, c’est une très bonne nouvelle à priori, USC récupère là son meilleur marqueur de l’an passé (15.1 points) même si sa saison a été interrompue deux mois par une blessure au genou et qu’il n’a joué que 19 matchs au final. Le problème avec Bennie Buckets (son surnom) c’est qu’il possède un vrai profil de tweener dans le mauvais sens du terme, il passe plus de temps campé derrière la ligne des trois points, 296 tentatives en deux saisons, qu’à essayer de se battre au rebond, il ne tourne qu’à 4.9 prises, insuffisant par rapport à sa taille. C’est également un piètre passeur, 1.3 passes sur sa carrière, ses interceptions et contres sont anecdotiques, on voit se dessiner le profil unidimensionnel du garçon, shooter d’abord, le reste importe peu. On parle aussi de ses genoux qui grincent ?

    .Udoka Azubuike: Kansas I C (2,13m, 127kg) I sophomore I 18 ans

    Ce qui frappe au premier abord c’est ce physique hors norme 'à la Eddie Curry' pour un gamin d’à peine 18 ans, ne pas oublier que le kid de Lagos où il est né au Nigéria vient tout juste de les fêter en septembre. On devine que le conditioning sera toujours son fil rouge même s’il parait plutôt ‘fit’ aux dernières nouvelles après une longue période sans jouer pour soigner une sérieuse blessure au poignet (déchirure des ligaments). Blessure qui l’avait vu interrompre sa saison au bout de 11 petits matchs où il avait montré sur ce laps de temps une partie de son potentiel (5.0 points, 4.4 rebonds, 1.6 contres, 62.9% au tir en 12.9 minutes) et surtout une agilité et une mobilité assez bluffante pour un tel gabarit. On comprend que Bill Self prie pour que son pivot n’ait pas de pépins physiques parce que le frontcourt est réduit à sa plus simple expression, surtout qu’il n’a pas toujours eu la main heureuse avec ses big dans un passé récent, voir Cliff Alexander, Cheikh Diallo ou Carlton Braggs, donc prudence.

    .Brandon McCoy: UNLV I C (2,11m, 111kg) I freshman I 19 ans

    Dans le cas précis de McCoy le talent n’est pas en cause, loin de là, ce serait plutôt le choix de la destination, UNLV demeure une fac réputée qui vit sur son passé prestigieux mais qui a fini bonne dernière de sa conférence l’an passé, la Mountain West, malgré l’apport d’un nouveau coach comme Marvin Menzies. Pourtant elle continue d’attirer de gros lycéens, un top 15 dans le cas de McCoy, et a grillé au passage des programmes plus huppés comme Kansas, Michigan State ou Oregon. On ne peut pas dire que les joueurs qui en sont sortis ces dernières saisons, les Stephen Zimmerman, Rashad Vaughn, Derrick Jones, Christian Wood aient été préparés à faire le saut avec la NBA, à l’exception sans doute de Pat McCaw chez les Warriors. Le kid a les moyens de faire une monster year sur un plan individuel sur ses seules qualités athlétiques et son potentiel de rebondeur-contreur mais ses skills balle en main, son QI basket sont très largement en friche, et noyé dans une possible médiocrité ambiante il pourrait aussi sombrer et perdre son temps et son talent.

    .Austin Wiley: Auburn I C (2,11m, 115kg) I sophomore I 18 ans

    Tout d’abord pour situer Wiley est la plus grosse recrue basket de la fac depuis un certain Charles Barkley en 1981, un pivot top 15 des lycées avec une envergure de 7’5, Auburn étant plus réputé pour son programme football. Mais depuis l’arrivé du sulfureux coach Bruce Pearl (ex-Tennessee) les choses se sont accélérées et la venue de gros prospects comme Austin Wiley et Mustapha Heron ont remis le programme sous les projecteurs. Hélas le passé semble déjà avoir rattrapé Pearl et ses méthodes de recrutement, son assistant Chuck Persons est tombé suite à l’enquête du FBI et la fac est désormais dans l’œil du cyclone. Sur un plan personnel Wiley a été victime d’une fracture de stress à la jambe cet été avec les Etats-Unis lors des mondiaux U19 en Egypte alors qu’il avait été en vue (10.3pts-10.9rbs), un sérieux avertissement avant même que la saison ne commence. Son jeu est avant tout basé sur un physique massif qui lui occasionne des problèmes récurrents de conditioning, Wiley a donc besoin d’être à 100% pour exprimer son potentiel défensif et dissuasif sous le cercle car il n’est pas très explosif et ne dispose d’aucun range par ailleurs.

    *2/11: Auburn vient de suspendre indéfiniment les deux joueurs cités dans l’enquête du FBI, Austin Wiley et Danjel Purifoy.

    .Andrew Jones: Texas I PG-SG (1,93m, 88kg) I sophomore I 19 ans

    Le combo des Longhorns est un gros point d’interrogation, il possède certes des qualités athlétiques bien au dessus de la moyenne mais ses fondamentaux balle en main et sa compréhension du jeu sont loin d’être à la hauteur. Sa saison freshman a été mitigée, faite de hauts et de bas, à sa décharge il a dû jouer pas mal de minutes sur le poste de meneur là où il est moins à l’aise car il manque cruellement de vision de jeu, son dribble est encore hésitant et la source de pas mal de turnovers (2.5). Placé en off-guard il est exposé par rapport à son shooting, il ne tourne qu’à 42.5 à l’adresse générale, 32.8% à 3pts, sa sélection de tir est douteuse et il n’a pas encore appris à jouer sans ballon et se servir des poses d’écrans. A ce stade on pourrait dire combo dans le mauvais sens du terme, ni véritablement 1 ou 2. Il a été aussi victime du contexte ambiant la saison passée, un coach, Shaka Smart, qui découvrait une nouvelle fac, une équipe jeune et indisciplinée, l’absence d’un vrai meneur et leader etc. Avec l’arrivée d’un Mo Bamba comme encrage défensif et d’un meneur prioritaire comme Matt Coleman les choses devraient déjà mieux se passer pour Andrew Jones.

    .Kris Wilkes: UCLA I SF (2,01m, 90kg) I freshman I 19 ans

    Le talent du kid n’est pas en cause, simplement il débarque dans une équipe remaniée qui doit gérer l’après-Lonzo Ball, il ne reste qu’un starter de la saison dernière, le géant Thomas Welsh, sans compter Aaron Holiday qui avait un gros temps de jeu comme sixième homme, UCLA va donc manquer d’expérience. Il peut également subir une concurrence interne avec le retour de blessure de Prince Ali ou du polyvalent frosh’ Chris Smith. Gonflé aussi d’être arrivé à la présentation de l’équipe sur le campus lunettes de soleil sur le nez, façon Cali Boy, le natif d’Indianapolis n’a pas mis longtemps à adopter le swag local. On sent que Wilkes respire la confiance, on ne peut pas lui donner tort, recrue 5 étoiles, élu Mister Basketball de son état l’Indiana, succédant ainsi 34 ans après à un certain…Steve Alford son coach actuel. Prototype de l’ailier longiligne et athlétique (envergure de 6’10) il doit encore gagner en puissance car un peu frêle mais on l’imagine pourvoyeur de mismatchs, comme big guard, petit ailier ou stretch-four avec ses capacité de slasher ou de shooteur face au jeu. Manquant encore de skills balle en main il va devoir toutefois prouver dès le Day One, à L.A chez les Bruins on veut du show et des résultats.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Top 100 Players by PP44

Message par PistolPete44 » 10 novembre 2017, 14:11

Image

COLLEGE TOP 100 PLAYERS

by PP44
100-91
  • Image Image Image
    (de gauche à droite): Rui Hachimura, Markus Howard, Jon Elmore

    Image Image
    (de gauche à droite): Joshua Braun, MaCio Teague

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Isaac Haas, Tres Tinkle, Victor Sanders

    Image Image
    (de gauche à droite): Chris Clarke, Thomas Wilder


    .100 Rui Hachimura: Gonzaga I SF (2,03m, 102kg) I sophomore I 19 ans

    Ne pas se fier à ses stats en freshman, seulement 130 petites minutes jouées, le 'LeBron James' nippon auteur d’un très solide tournoi mondial cet été en Egypte avec sa sélection U19 (20.6 points, 11.0 rebonds, 2.4 passes) devrait être aussi un solide contributeur sur les deux postes d’ailier pour les Zags cette saison avec tous les départs qui ont affectés la fac, surtout s’il montre du range sur son tir. Très athlétique (102kg, envergure de 7’2) son heure est venue de justifier en partie son surnom et ainsi aider la fac de Spokane à rester au sommet, fini de jouer les tourneurs de serviette pour le japonais.

    .99 Markus Howard: Marquette I PG (1,80m, 79kg) I sophomore I 18 ans

    Attention focus sur un petit phénomène, le dénommé Markus Howard a tourné l’an passé à 13.2 points et 2.3 passes en 22 minutes de jeu, rien d’extraordinaire, hein. Sauf que le petit gars a shooté à un ahurissant 54.7% à 3 points, et pas sur un petit volume, 82 sur 150, plus 88.9% aux lancers ; là sur un plus petit volume. Vous allez me parler de son faible ratio passes (2.3)-pertes de balle (2.0), de son côté sujet aux fautes et de sa difficulté à défendre face à des big guards mais Howard a effectué tout cela à tout juste…17 ans puisqu’il né le 3 mars 1999. Bluffant non?

    .98 Jon Elmore: Marshall I PG (1,91m, 85kg) I junior I 21 ans

    Elmore est le joueur adéquat pour mener le jeu up-tempo cher au coach Dan D’Antoni (frère d’un certain Mike de Houston), la fac de Marshall ayant terminé septième attaque NCAA la saison dernière. A la fois scoreur prolifique (19.7 points) et passeur avisé (5.9 passes), il aime aussi attaquer le cercle où il y récolte des lancers à la pelle (6.7 par match). S’il améliore sa sélection au tir (41.2%) et abaisse ses pertes de balles (3.1 turnovers) sa saison junior s’annonce comme des plus réussies, et celle du Herd par la même occasion. C’est aussi une tête bien faite, désigné All-Academic de la conférence USA.

    .97 Joshua Braun: Grand Canyon I SG (1,93m, 88kg) I senior I NC

    Deux torn ACL, une à chaque genou durant son lycée, 4 opérations subies à la suite, ce joueur est un véritable miraculé et l’exemple du type qui ne lâche rien, une 'story' comme en raffole le College. C’est aussi le symbole d’une jeune fac ambitieuse comme Grand Canyon qui pour sa première année d’éligibilité à la March Madness voudra s’y qualifier. Braun avec son scoring (17.5pts), sa rage au rebond, sa défense pot-de-colle et son côté sniper (41.6% à 3pts) ne laissera pas passer l’occasion, son coach Dan Majerle pourra compter sur son warrior revenu de tout pour valider un ticket de fin de saison.

    .96 MaCio Teague: UNC-Asheville I SG (1,91m, 85kg) I sophomore I 20 ans

    Si Amhad Thomas est le 'do it all player' de l’équipe et un cauchemar de mismatch, Teague possède bel et bien la plus grande upside, une saison freshman de haut vol qui laisse espérer plus de responsabilités par la suite. Joueur doué athlétiquement et capable de mener une attaque avec son profil de combo, Teague est également mortel derrière la ligne (70 tirs primés à 45%) et quasi métronomique aux lancers (88%). Une aubaine pour la petite fac de Caroline du Nord que de posséder un tel joyau, merci à la cellule de recrutement. Il peut rappeler de loin un C.J McCollum époque Lehigh.

    .95 Isaac Haas: Purdue I C (2,18m, 132kg) I senior I 22 ans

    Il doit y avoir une vie après Caleb Swanigan à Purdue, cela passe forcément par un rôle accru de la part du big body des Boilermakers qui jouait moins de 20 minutes par match la saison passée. Doté d’un gros moteur, d’une taille et d’un physique de golgoth malgré un certain manque de mobilité, Haas en impose dans la raquette et y génère de nombreuses fautes (5 lancers par match) avec son style un poil mécanique. Il lui reste à améliorer son range au tir, ressortir plus de ballons et travailler son conditioning pour compenser l’absence de qui vous savez.

    .94 Tres Tinkle: Oregon State I SF-PF (2,03m, 100kg) I redshirt sophomore I 21 ans

    Joueur polymorphe par excellence, le jeune ailier des Beavers est capable de faire à peu près tout sur un terrain, il tournait à 20 points, 8 rebonds, 2 passes et 2 steals quand sa saison 2017 fut écourtée au bout de 6 matchs, poignet cassé alors qu’il se remettait à peine d’une autre blessure au pied droit. Après avoir été déclaré medical redshirt on espère qu’il ait retrouvé toutes ses sensations cette saison, son papa de coach [Wayne Tinkle] aussi. Il a beaucoup manqué aux Beavers surtout que l’équipe regorge de talents (Eubanks, Thompson Jr, McLaughlin) susceptible de mettre le feu à la Pac-12 cette saison.

    .93 Victor Sanders: Idaho I SG (1,96m, 88kg) I senior I 22 ans

    Le joueur des Vandals est sans doute trop doué pour jouer dans une fac aussi perdue, dans un complet anonymat et oublié de tous. Pourtant cet arrière au morphotype parfait pour le poste est non seulement un attaquant prolifique (20.9 points) mais aussi un excellent facilitateur de jeu (3.3 passes) sans oublier d’être un shooteur mortel (101 treys à 43.9%) et un gros générateur de lancers (6.3 par match). Le duel au sommet de la Big Sky avec son homologue Tyler Hall (Montana State) pour le joueur de l’année s’annonce grandiose.

    .92 Chris Clarke: Virginia Tech I SF (1,98m, 95kg) I junior I 21 ans

    Si l’an passé les Hokies se sont qualifiés pour leur première Madness depuis 2007 ils le doivent en partie à leur ailier, en véritable noircisseur de stats qu’il est (11.4 points, 7.3 rebonds, 3.3 passes, 1.3 steals). Hélas il était victime d’une torn ACL en février dans une victoire en double OT face à Virginia lors de la seconde prolongation et Virginia Tech perdait là aussi son guerrier ultime et meilleur défenseur. VT aura besoin d’un Clarke à 100% de ses moyens cette saison, les deux top-scoreurs de l’équipe ne sont plus là (Zach LeDay, Seth Allen), s’il pouvait s’être acheté un petit tir extérieur entre-temps (4 sur 21 en 2 saisons) tous les espoirs sont permis.

    .91 Thomas Wilder: Western Michigan I PG (1,93m, 82kg) I senior I 22 ans

    Ce joueur au profil de combo guard a confirmé l’an passé une saison sophomore déjà prometteuse avec les Broncos, tous ses pourcentages ont été revus à la hausse, jugez-en, 45.8% d’adresse générale (+3.3), 83.2% aux lancers (+4.2), 44.4% à 3 pts (+5.4), le tout agrémenté de 19.3 points, 4.3 rebonds, 3.8 passes et 1.3 steals. Wilder n’est pas un passeur prioritaire ni particulièrement athlétique, plutôt un joueur qui base son jeu sur son ball handling, son dribble, qualités balle en main qui lui servent à créer de l’espace pour son shoot même s’il n’est pas maladroit pour distribuer le jeu avec sa vision et son sens du spacing.
90-81
  • Image Image Image
    (de gauche à droite): Moritz Wagner, Carsen Edwards, Robert Johnson

    Image Image
    (de gauche à droite): Braxton Key, Khyri Thomas

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Gary Trent Jr, Vladimir Brodziansky, Chris Clemons

    Image Image
    (de gauche à droite): Nick Richards, Payton Pritchard
  • .90 Moritz Wagner: Michigan I PF-C (2,08m, 108kg) I junior I 20 ans

    Le jeune intérieur allemand ayant décidé de retourner en College il sera une des grandes attractions de la Big Ten et devra aider Michigan à se qualifier à nouveau pour le tournoi final où il avait notamment brillé la saison passée face à Louisville, 26 points et une victoire remarquée. Moe comme on l’appelle est skillé balle en main, il possède un bon premier pas, peut dribbler, shooter, il est mobile et agile des pieds, il lui manque à acquérir une plus grande régularité dans ses performances et se faire violence dans la raquette lui qui aime plutôt s’écarter du cercle.

    .89 Carsen Edwards: Purdue I PG (1,83m, 86kg) I sophomore I 19 ans

    Le jeune meneur des Boilermakers a débuté 21 des 35 matchs en tant que freshman, preuve de la confiance de son coach Matt Painter, malgré la concurrence des guards P.J Thompson et Dakota Mathias avec qui il partage les responsabilités à la mène. Son profil est celui d’un accélérateur de particules avec son style full gas, capable de prendre n’importe quelle défense de vitesse, plus scoreur que gestionnaire, il peut aussi planter à l’occasion sur catch&shoot ou en sortie de dribble (49 treys à 34%), en plus d’être un bon défenseur sur la balle. Il risque de crever l’écran en Big Ten cette saison.

    .88 Robert Johnson: Indiana I SG (1,91m, 88kg) I senior I 22 ans

    Indiana se retrouve fort dépourvu après les nombreux départs de la saison passée (James Blackmon, OG Anunoby et Thomas Bryant) mais on peut faire confiance au nouveau coach Archie Miller (ex-Dayton) pour s’appuyer sur un vétéran comme Robert Johnson et sa versatilité. Le guard des Hoosiers est en effet capable de scorer (12.8pts), shooter (70 treys à 37%, 39% en carrière), passer (2.5), prendre des rebonds (4.4) et montrer l’exemple en défense, une des priorités du coach cette saison. Le senior est un candidat sérieux à une breakout year sur le plan personnel même si pour Indiana se profile sans doute une saison de transition.

    .87 Braxton Key: Alabama I SF (2,03m, 102kg) I sophomore I 20 ans

    On parle beaucoup de la venue du meneur ultra-côté Collin Sexton du côté d’Alabama mais il ne faudrait pas oublier ce qu’à réalisé la saison dernière l’ailier Braxton Key, sélectionné dans l’équipe all-freshman de la SEC, quand on sait que Kentucky y truste généralement les places. C’est un ailier très complet capable de prendre le jeu à son compte mais aussi de défendre, aller au rebond (12.0 points, 5.7 rebonds, 2.5 passes), il devra montrer cette saison des progrès sur son tir mais aussi sur sa condition physique. Il va à coup sûr former un sacré trident offensif à Bama avec les froshs Collin Sexton et John Petty.

    .86 Khyri Thomas: Creighton I SG (1,91m, 93kg) I junior I 21 ans

    Sans doute un des joueurs les plus sous-estimés dû à sa nature discrète, il laisse ses perfs parler pour lui, sa mentalité est exemplaire et tous les coachs aimeraient avoir un Khyri Thomas dans leur équipe. Joueur athlétique doté d’une énorme envergure par rapport à sa taille (6’10) il est taillé pour le combat et la défense, on peut dire sans se tromper qu’il est déjà l’un des meilleurs défenseurs au périmètre de tout le College. C’est aussi un attaquant efficace à la sélection de tir impeccable (50.5% au tir, 46 treys à 39.3%) doublé d’un playmaker avisé (3.3 passes), En fait Khyri c’est un peu ce 'héros très discret'.

    .85 Gary Trent Jr: Duke I SG (1,96m, 98kg) I freshman I 18 ans

    Trent Jr n’est certes pas le plus reconnu des freshmen de Duke, surtout avec le reclassement tardif et la venue de Marvin Bagley III, mais mon petit doigt me dit qu’il saura se rendre indispensable au fur à mesure de la saison. Il possède tout d’abord de redoutables qualités de scoreur pouvant créer son propre tir de partout sur le terrain, il devrait aussi être un défenseur multi-positions en utilisant son physique compact, bien sûr les minutes vaudront de l’or cette saison chez les Blue Devils mais s’il parvient à prouver suffisamment des deux côtés il fera son trou dans la rotation.

    .84 Vladimir Brodziansky: Texas Christian I PF (2,11m, 100kg) I senior I 23 ans

    L’intérieur slovaque des Frogs est un joueur longiligne capable de jouer in&out, sa production junior (14.1 points, 5.7 rebonds, 2.1 contres) a été solide, dans son sillage TCU a remporté le NIT où il s’est montré très convaincant (4 matchs à plus de 18pts). Cette saison sous la direction de l’excellent coach Jamie Dixon (ex-Pitt) TCU sera un gros outsider de la Big XII puisque le roster n’a quasi pas bougé et Brodziansky devrait constituer un redoutable duo avec l’autre ailier senior Kenrich Williams. A noter que le slovaque est avant tout une tête bien faite puisqu’il figurait dans l’équipe All Academic de la Big XII.

    .83 Chris Clemons: Campbell I PG-SG (1,75m, 82kg) I junior I 20 ans

    On aurait bien voulu classer la petite dynamo de Campbell plus haut dans le ranking mais la médiocrité du programme fait qu’il est difficile de l’envisager, même si les Fighting Camels sous son impulsion ont connu leur première saison positive depuis 2012 (19-18), une des trois seules en 20 ans d’existence en DI. Ce joueur ultra-athlétique malgré sa petite taille et gros shooteur (118 treys) a en effet terminé troisième marqueur NCAA l’an passé avec 25.1 points de moyenne. En faisant un peu de perspective s’il bouclait son cursus en continuant sur cette moyenne il franchirait aisément la barre des 3,000 points en carrière et ferait son apparition dans le Top 10 All-Time au scoring. Dingue, non ?

    .82 Nick Richards: Kentucky I C (2,11m, 108kg) I freshman I 19 ans

    Le pivot des Wildcats n’est sans doute pas le plus sexy des freshman débarqués à lexington cette saison mais il sera à coup sûr la garantie défensive de Calipari, sans doute le meilleur big dans ce registre chez les Wildcats depuis un certain Cauley-Stein. Richards s’illustrera dès le Day One dans le domaine du rebond, du contre et des aides défensives tout en jouant les rim-runner en attaque où il devrait conclure un paquet d’occasions autour du cercle. Pour le reste le tir et les moves offensifs ce sera sans doute en option mais là n’est pas son rôle et il le sait, à lui d’abord de faire le travail ingrat de l’ombre. Un pion essentiel dans une équipe jeune et joueuse comme UK.

    .81 Payton Pritchard: Oregon I PG (1,88m, 90kg) I sophomore I 19 ans

    Cette équipe des Ducks doit être définitivement la sienne cette saison, O. repart sur un cycle dont il doit être le leader même s’il sera aidé dans sa tache par les deux Brown, Elijah l’ex-Lobo ou Troy le freshman. Il fût l’un des seuls à surnager face au Canada (16 points, 4 passes) cet été aux mondiaux U19 avec Team USA. Pritchard est un compétiteur-né, c’est son point fort en plus de son maniement de balle et de savoir rester le plus souvent sous contrôle, rare pour un freshman. Il doit cependant progresser au shooting pour entrer dans une autre dimension cette saison et franchir un cap vers la renommée nationale.
80-71
  • Image Image Image
    (de gauche à droite): Jerome Robinson, Reggie Lynch, Kevin Huerter

    Image Image
    (de gauche à droite): Nick Ward, William Lee

    Image Image Image
    (de gauche à droite): Mustapha Heron, Miye Oni, Jalen Adams

    Image Image
    (de gauche à droite): Kevin Hervey, Chandler Hutchison
  • .80 Jerome Robinson: Boston College I SG (1,96m, 82kg) I junior I 20 ans

    Robinson a prouvé tout au long de sa seconde année qu’il était un arrière prolifique (18.6 points), au jeu plutôt complet (3.4 passes, 3.3 rebonds, 1.7 steals), le tout dans la plus redoutable des conférences l’ACC, reste encore à bosser sur ses fréquentes pertes de balle (3.2) et sa sélection au tir (42%). Il est entouré à BC de jeunes pousses prometteuses comme le meneur freshman Ky Bowman ou les sophomores Jordan Chatman et A.J Turner, prouvant la qualité du recrutement de la fac, cependant il y a un gros hic, les Eagles continuent de perdre inexorablement saison après saison, 9 petites victoires en 2017, 7 en 2016, de quoi perdre la foi.

    .79 Reggie Lynch: Minnesota I C (2,06m, 118kg) I senior I 22 ans

    Après avoir passé une saison comme redshirt, l’ancien d’Illinois State a vécu une première saison réussie à Minnesota, terminant meilleur défenseur de la Big Ten, en partie du à ses qualités de contreur (3.5 par match, #2 NCAA), son physique mammouthesque laisse peu de places à l’adversaire autour du cercle, Lynch est dominant dans une raquette. Le plus important cette saison sera de le tenir éloigné le plus possible des fautes, le garçon est foul prone et ne joue que 54.9% des possessions de son équipe. Il doit aussi faire mieux que ses 6.1 prises par match au rebond même si c’est une affaire collective chez les Gophers. Lynch n’est clairement pas un facteur offensif, l’attaque ne tourne pas autour de lui mais c’est un remarquable poseur d’écrans.

    .78 Kevin Huerter: Maryland I SG (2,01m, 86kg) I sophomore I 19 ans

    La saison du rouquin new-yorkais est sans doute passée un peu inaperçu derrière l’ogre Melo Trimble et ses deux potes de promo Justin Jackson et Anthony Cowan, en somme Huerter était la quatrième roue du carrosse. Sa production d’ensemble (9.3 points, 4.9 rebonds, 2.7 passes, 65 treys à 37%) dans ce contexte est plutôt remarquable, on peut donc penser que ses stats vont faire un bond en avant cette saison avec plus de responsabilités, un peu à la Luke Kennard auquel il se rapproche de par son profil. Gros shooteur c’est aussi un playmaker avisé et un défenseur tenace, son all-around game devrait encore gagner en qualité après avoir bossé avec Team USA cet été et pris du muscle, tout bénéf’ pour les Terps.

    .77 Nick Ward: Michigan State I PF-C (2,03m, 111kg) I sophomore I 20 ans

    On peut espérer du big body des Spartans qu’il ait définitivement laissé derrière lui ses problèmes de surpoids et aussi de concentration qui ont conditionné sa saison et l’ont exposé aux fautes. Pour le reste la venue d’un profil intérieur comme Jaren Jackson capable de s’écarter et focaliser une partie de l’attention devrait lui laisser de la place pour opérer au poste bas, là où ses bonnes mains et son jeu de jambes agile pour un tel gabarit font merveille. Attention à ne pas s’endormir en route, la concurrence interne sera rude avec les retours des blessés Ben Carter et Gavin Schilling mais une chose est sûre Michigan State sera armé dans la raquette.

    .76 William Lee: UAB I PF (2,06m, 98kg) I senior I 22 ans

    L’intérieur d’Alabama-Birmingham n’est certainement pas assez reconnu à sa juste valeur, certes il évolue dans un mid-college et une conférence du même acabit mais il en est l’un des meilleurs éléments, désigné meilleur défenseur de la Conference USA pour la seconde année consécutive. C’est un intérieur à la fois athlétique et agile, investi en défense (6.7 rebonds, 2.4 contres) et présent en attaque (13.2 points) où il adore s’écarter du cercle (44 treys à 37%). Du très solide pour celui qui est surnommé 'The Mayor of Blockingham', un des tous meilleurs joueurs de mid-colleges depuis deux saisons.

    .75 Mustapha Heron: Auburn I SG (1,96m, 99kg) I sophomore I 19 ans

    Les choses changent depuis la venue du coach Bruce Pearl à Auburn, reconnu pour ses talents de recruteur (très controversés^^) du temps de Tennessee, la fac attire à présent de gros prospects tel Mustapha Heron ou son compère le pivot Austin Wiley. L’arrière des Tigers a effectué une saison freshman de haut vol, terminant meilleur marqueur et rebondeur de l’équipe tout en tirant à 42.3% extérieur, aidant ses Tigers à obtenir leur premier bilan positif (18-14) depuis la saison 2008-09. Il lui reste à devenir plus régulier et se montrer compétitif face aux grosses écuries de la SEC (11 petits points face à Kentucky, 9 face à Florida).

    .74 Miye Oni: Yale I SG-SF (1,98m, 93kg) I sophomore I 20 ans

    Rare que la Ivy League accueille des joueurs du profil de Oni, aussi athlétique s’entend, on pense plutôt à des joueurs cérébraux mais assez limités physiquement, un cliché qui a la vie dure. Le désormais sophomore a été l’auteur d’une première saison très réussie grâce à sa polyvalence (12.9 points, 6.3 rebonds, 2.7 passes, 1.1 contres). C’est un cauchemar à défendre car il vous prend sur son premier pas rapide ou vous sanctionne de loin (61 treys à 39.6%). Avec le retour du meneur Makai Mason blessé toute la saison dernière il formera un duo de feu redouté, capable de permettre à nouveau aux Bulldogs de retrouver le tournoi final.

    .73 Jalen Adams: Connecticut I PG (1,91m, 88kg) I Junior I 21 ans

    Les Huskies ont vécu une saison 2016-17 catastrophique avec les blessures de titulaires (Alterique Gilbert, Terry larrier, Mamadou Diarra) et des dissensions apparues dans le staff, bref Uconn a fini la saison avec un solde négatif (16-17), une première depuis la saison 1986-87. Au milieu du marasme le meneur Jalen Adams s’en est plutôt bien sorti sur un plan personnel (14.4 points, 6.1 passes, 4 .3 rebonds), on imagine qu’avec le retour des blessés et un prometteur Christian Vital il n’aura plus la pancarte du gars ciblé en permanence et que ses pourcentages au shooting ne pourront que s’améliorer. Il faudra un Adams à son sommet pour que Connecticut retrouve des couleurs dans une AAC ultra-compétitive avec l’arrivée de Wichita State.

    .72 Kevin Hervey: UT-Arlington I PF (2,06m, 104kg) I senior I 21 ans

    Elu meilleur joueur de la Sun Belt, une première historique pour un joueur d’UTA (Marquez Haynes l’avait frôlé en 2010) l’intérieur des Mavericks retourne en College chercher ce qu’il lui manque, un ticket de fin d’année à la Madness loupé de peu la saison passée, pour parfaire de la plus belle des manières son cursus. Hervey s’est bien remis d’une torn ACL au genou gauche survenu en sophomore alors qu’il était déjà bien parti pour effectuer une monster year, sa saison junior a donc été ponctuée de stats remarquables (17.1 points, 8.5 rebonds, 2.5 passes, 1.2 steals, 68 treys à 34.3%) prouvant la versatilité du garçon balle en main et son influence sur le jeu.

    .71 Chandler Hutchison: Boise State I SF (2,01m, 91kg) I senior I 21 ans

    Le retour de leur meilleur joueur après avoir testé les eaux de la NBA est une aubaine pour les Broncos, en effet Chandler Hutchison a vécu une breakout year lors de sa saison junior, terminant avec des stats de all-rounder (17.4 points, 7.8 rebonds, 2.6 passes, 1.2 steals, 37.7% à 3pts). Cela a pour effet immédiat de faire de Boise State un candidat sérieux au titre de conférence à la lutte avec Nevada et San Diego State, après avoir terminé troisième la saison dernière de la Mountain West (20-12 overall). Connu pour son éthique de travail l’ailier des Broncos doit encore bosser sur son tir et son maniement de balle pour espérer franchir un cap personnel et retenter sa chance à la prochaine draft.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Top 100 Players 2017-18 by PP44

Message par PistolPete44 » 10 novembre 2017, 14:14

Image

COLLEGE TOP 100 PLAYERS

by PP44
70-61
  • Image Image Image
    (de g à d): Matt Farrell, E.C Matthews, B.J Taylor

    Image Image
    (de g à d): Shamorie Ponds, Trae Young

    Image Image Image
    (de g à d): Donte DiVicenzo, Kyle Washington, Johnathan Williams III

    Image Image
    (de g à d): Jaren Jackson Jr, Devontae Cacok
  • .70 Matt Farrell: Notre Dame I PG (1,85m, 81kg) I senior I 21 ans

    Dans l’ombre des meneurs Jerian Grant et Demetrius Jackson pendant ses deux premières saisons où il jouait les utilités, ce petit gars du New Jersey au sang irlandais a su saisir sa chance quand l’occasion lui en fût donnée l’an passé après le départ des deux monstres cités. Emergeant du quasi néant statistique il s’offrait une saison de toute beauté (14.1 points, 5.4 passes, 81 treys à 42.0%), prouvant au coach Mike Brey qu’il pouvait compter sur ses qualités de playmaker et de shooteur, de combattant aussi en bon 'irish' qu’il est, le tout malgré un physique assez passe-partout même en College.

    .69 E.C Matthews: Rhode Island I SG (1,96m, 91kg) I senior I 22 ans

    On espère que le combo gaucher aura digéré une saison post-torn ACL qui n’a pas répondue à toutes les attentes, quand on se souvient de ses deux premières saisons où Matthews avait montré une progression significative. Sa saison a été en effet marquée par le sceau de l’inconstance, sans doute a-t-il perdu un peu de son explosivité qui faisait sa force, même si Matthews reste ce scoreur agressif vers le cercle, en plus d’être capable par son handle et de sa vision du jeu de créer pour les autres. On attend également qu’il travaille sur une mécanique de tir toujours un peu suspecte. Les Rams ayant perdu leurs deux meilleurs défenseurs (Hassan Martin, Kuran Iverson) il lui sera demandé toujours plus de scoring et de leadership.

    .68 B.J Taylor: Central Florida I PG (1.88m, 91kg) I junior I 21 ans

    Si le géant sénégalais Tacko Fall capte une grosse partie des sunlights à UCF il ne faut pas oublier que le joueur le plus important de l’équipe et son leader incontestable se nomme bel et bien B.J Taylor, sans doute le meneur le plus talentueux jamais passé par la fac. Il est capable de prendre le jeu à son compte, de provoquer des brèches qui profitent tant à ses partenaires qu’à lui même, il se rend ainsi 6 fois par match sur la ligne des lancers. La fac d’Orlando, gros outsider déclaré, aura besoin que B.J Taylor auteur d’une excellente saison sophomore (17.4 points, 4.0 rebonds, 3.5 passes) passe un cap au shooting (34.0%à 3pts) pour rivaliser avec les meilleures formations de l’AAC.

    .67 Shamorie Ponds: Saint John’s I PG-SG (1,85m, 79kg) I sophomore I 19 ans

    His name is Ponds, Shamorie Ponds. Le natif de Brooklyn a surgi sur la scène universitaire new-yorkaise en établissant un record de points pour un freshman à Saint John’s, tournant à 17.4 points de moyenne, le reste de ses stats vaut aussi le coup d’œil, 4.4 rebonds, 3.1 passes, 2.1 steals, 75 tirs primés à 37.5%, Ponds a bien mérité de figurer dans la all-freshman team de la Big East. Il est le grand espoir d’une ville toujours prompte à s’enflammer pour ses jeunes pousses, le tout en formant un sacré duo avec l’autre freshman Marcus LoVett, d’un an son ainé puisque redshirt. Le coach Chris Mullins s’appuiera donc en priorité sur cette doublette pour tenter de ramener le Red Storm vers les sommets de la Big East.

    .66 Trae Young: Oklahoma I PG (1,88m, 82kg) I freshman I 19 ans

    Il n’entre pas trop pour le moment dans les discussions parmi cette classe de freshmen surdoués qui débarque en College mais on peut parier que d’ici la fin de la saison le jeune meneur des Sooners aura fait parler de lui, et à son avantage. Young à défaut d’être doté de grosses qualités athlétiques fait plutôt parler son maniement de balle et son excellent QI, c’est aussi un excellent shooteur, il fait penser à un jeune Stephen Curry. Il va vite devoir prendre en main une équipe assez inexpérimentée mais qui regorge de talents, notamment dans le backcourt (C.James, McGusty, Odomes), de quoi permettre à Oklahoma de jouer à nouveau les trouble-fêtes au sein de la Big XII.

    .65 Donte DiVincenzo: Villanova I PG-SG I sophomore (1,96m, 93kg) I 20 ans

    DiVincenzo est sans doute appelé à reprendre en partie le rôle laissé vacant par Josh Hart, le capitaine courage de ces dernières saisons à Nova. Hart a d’ailleurs agi sur lui comme un mentor lors de sa saison redshirt. Son coach Jay Wright le tient aussi en haute estime et n’hésite pas à le qualifier de 'ultimate team player', le parfait joueur d’équipe, un sacré compliment. Ce jeune combo force rarement une action malgré son peu d’expérience et peut paraitre parfois trop altruiste, c’est également un excellent défenseur qui fait parler son physique et sa dureté. Il lui reste encore à prendre plus de responsabilités en attaque et ainsi aider Villanova à rester au sommet de la Big East.

    .64 Kyle Washington: Cincinnati I PF (2,06m, 104kg) I junior I 24 ans

    Les Bearcats Gary Clark ou Jarron Cumberland auraient très bien pu figurer dans ce classement mais je choisis d’y faire entrer l’intérieur au répertoire inside-outside Kyle Washington, un energizer athlétique bon des deux côtés du terrain. Transféré de NC State puis ayant du patienter un an comme redshirt selon la règle, sa première saison avec Cincy a été une parfaite réussite terminant deuxième scoreur (12.9pts) et rebondeur (6.8rbs) de l’équipe le tout avec 24 minutes de jeu. Il possède cette capacité à s’écarter du cercle tout en sachant jouer dur dans la raquette mais il doit pouvoir améliorer son rendement de loin (42 tentatives à 35.7%) et venir sanctionner sur la ligne des lancers plus souvent (3.2 tentatives). A noter qu’à 24 ans il est le plus vieux joueur du classement.

    .63 Johnathan Williams III: Gonzaga I PF (2,03m, 102kg) I senior I 22 ans

    Bonne nouvelle pour Gonzaga que le retour cette saison de leur intérieur après avoir testé les eaux de la NBA. Le frontcourt est mince avec les départs du polonais Przemek Karnowski et du freshman Zach Collins, les sophomores Jacob Larsen et Killian Tillie ne pourront à eux seuls assurer le job. JW3 a le profil de pouvoir s’écarter même s’il rechigne encore à tenter sa chance de loin, sans doute un de ses axes de progression, à lui aussi de faire parler un peu plus ses qualités athlétiques de vitesse et de percussion en attaque alors qu’en défense on sait qu’il peut garder plusieurs positions. Il devrait former un couple d’ailiers-intérieurs très athlétiques avec son mate japonais Rui Hachimura pour le bonheur des Zags.

    .62 Jaren Jackson Jr: Michigan State I PF (2,11m, 108kg) I freshman I 18 ans

    Tom Izzo voit débarquer un énorme prospect du côté d’East Lansing, certes très jeune puisqu’il vient d’avoir tout juste 18 ans en septembre, mais capable d’impacter le jeu des Spartans dès le Day One. Le kid de La Lumière va apporter sa taille, son côté athlétique (une envergure de 7’4) qui fait de lui un rebondeur-contreur naturel, il possède parait-il aussi du range sur son tir et pourra s’écarter sans difficulté de la raquette, on voit tout de suite la complémentarité avec l’autre big body Nick Ward, plus spécialisé au poste bas. Jackson Junior est encore dans son jus, indiscipliné et sans doute exposé aux fautes, ça va être le boulot du sorcier Izzo de le transformer en un vrai spartan. En attendant un frontcourt Miles Bridges-Jaren Jackson-Nick Ward n’a quasi pas d’équivalent en College cette saison.

    .61 Devontae Cacok: UNC-Wilmington I PF (2,01m, 110kg) I junior I 22 ans

    Il y a tellement à dire sur ce joueur au profil atypique, passé en une année de l’anonymat à une exposition médiatique grâce à la saison historique des Seahawks (29-6) et une présence au tournoi final, éliminés de peu face à Virginia. Le coach Kevin Keatts qui a en partie façonné ce diamant brut n’est plus là mais Cacok devrait continuer à tirer les bénéfices d’une saison qu’il l’avait vu prendre 15 bons kilos de muscle et améliorer son endurance, et ainsi s’épanouir dans le jeu up tempo de l’équipe, toujours le premier arrivé et servi sous le cercle où il tournait à un irréel 80% de réussite :!: . Elu meilleur défenseur de sa conf’ il doit encore améliorer son QI basket et son all around game mais Cacok continuera de martyriser l’adversité des deux côtés du terrain pour le bonheur des Eagles.

    60-51
    Image Image Image
    (de g à d): Troy Brown Jr, Rodney Bullock, Amir Coffey

    Image Image
    (de g à d): Markis McDuffie, Marcus Foster

    Image Image Image
    (de g à d): Alize Johnson, Elijah Brown, Jordan Caroline

    Image Image
    (de g à d): Tacko Fall, Yante Maten

    .60 Troy Brown Jr: Oregon I SG-SF (2,01m, 95kg) I freshman I 18 ans

    Le natif de Las Vegas est le gros poisson ferré par les Ducks cette saison niveau recruiting, un 5 étoiles top 15 national qui sera opérationnel dès le Day One à n’en pas douter. Brown est un joueur hybride, une sorte de ball handler/slasher, il possède une solide vision de jeu et un excellent maniement de balle, couplé à de solides qualités athlétiques qui en font un athlète au dessus de la moyenne capable d’aller agresser le cercle, sans oublier d’être un bon shooteur. On voit qu’il pourra sans problème logger des minutes sur les trois postes du backcourt et si on ajoute à cela qu’il sera capable de défendre plusieurs positions avec sa latéralité et son envergure de 6’11 c’est un véritable couteau suisse qui a débarqué sur le campus d’Eugene.

    .59 Rodney Bullock: Providence I SF-PF (2,01m, 102kg) I senior I 23 ans

    Les Friars disposent d’un corps d’ailiers assez phénoménal, les Emmitt Holt, Jalen Lindsey, Alpha Diallo, dont fait bien entendu parti Rodney Bullock, seul survivant de l’ère Kris Dunn-Ben Bentil. Cet ailier combo à la lente maturité dû à deux saisons sans jouer, redshirt freshman à sa venue en College suivi d’une grave blessure à la jambe l’année suivante, bouclera finalement son cursus universitaire en essayant de qualifier sa fac pour à la March Madness pour la cinquième fois de rang. Jamais aussi à l’aise qu’en attaquant le cercle grâce à ses qualités de slasher, il excelle au rebond mais doit encore travailler son tir, notamment extérieur, et sa vision du jeu.

    .58 Amir Coffey: Minnesota I SG-SF (2,03m, 90kg) I sophomore I 20 ans

    Coffey est un peu atypique pour un 2/3, sa taille lui confère un avantage sur la plupart des guards, il possède également des qualités athlétiques couplées à un dribble déjà très perfectionné et un déplacement très fluide, ce qui lui permet d’attaquer avec aise les défenses pour finir au cercle. C’est un très bon playmaker capable de trouver l’open man après un premier dribble et casser n’importe quelle press, il raffole aussi de dunks ravageurs grâce à sa détente d’élite et utilise son moteur non-stop et sa taille en défense pour harceler son vis-à-vis. Il lui reste à prendre un peu de muscle, à être plus fiable sur son tir extérieur (32 treys à 33.7%) et on ne sera pas loin d’une breakout year vu les promesses affichées en freshman (12.2 points, 3.8 rebonds, 3.1 passes).

    .57 Markis McDuffie: Wichita State I SF (2,03m, 95kg) I junior I 20 ans

    Le coach Gregg Marshall dispose d’un effectif assez dense sur lequel s’appuyer, un luxe en College, même si émergent du lot le meneur Landry Shamet et donc l’ailier Markis McDuffie, un peu les successeurs du duo Fred VanVleet-Ron Baker mais dans un autre registre. L’équipe pourra s’appuyer sur son ailier polyvalent capable de jouer intérieur-extérieur mais aussi de défendre plusieurs postes grâce à son physique et sa mobilité. Il sait qu’il doit encore travailler sa conduite de balle et son tir pour devenir plus complet et ainsi espérer emmener ses Shockers le plus haut possible dans leur nouvelle conférence, l’AAC.

    *McDuffie a récemment subi une fracture de stress à la jambe, son retour est espéré vers la mi-décembre. Pour cette raison il régresse légèrement au classement.

    .56 Marcus Foster: Creighton I PG-SG (1,91m, 95kg) I senior I 22 ans

    Le guard des Bluejays a finalement décidé de retourner à Creighton y finir son cursus universitaire en mettant toutes les chances de son côté pour assouvir son rêve, jouer un jour en NBA. Il dit vouloir s’inspirer de joueurs comme Josh Hart ou Frank Mason, devenir à la fois un leader et un joueur plus complet sachant prendre les bonnes décisions. Pour cela il devra améliorer son côté playmaker, peut être revenir à ses amours du temps de Kansas State où il évoluait plus comme facilitateur que véritable arrière. Il devrait ainsi partager la mène avec Kaleb Joseph (ex-Syracuse) tout en restant ce scoreur agressif en attaque.

    .55 Alize Johnson: Missouri State I PF (2,06m, 95kg) I senior I 21 ans

    L’intérieur de Missouri State a été l’auteur d’une monster year avec son double-double à la moyenne (14.8 points, 10.6 rebonds), au point qu’il ait envisagé un moment d’inscrire son nom à la Draft et passer des workouts pour les Celtics. Il revient finalement pour une dernière saison avec sa fac pour acquérir encore plus de versatilité, travailler son handle, se renforcer physiquement car il est assez frêle même pour un intérieur fuyant, tout en continuant à acquérir plus de range (40 treys à 38.8%). Et qui sait profiter du vide laissé par Wichita State dans la Missouri Valley pour s’emparer du titre de conférence avec ses Bears.

    .54 Elijah Brown: Oregon I SG (1,93m, 91kg) I senior I 22 ans

    Un des transferts les plus importants de l’intersaison, l’ex Lobo est directement éligible pour être sorti de New Mexico avec un diplôme de communication en poche. Meilleur scoreur de sa fac ces deux dernières saisons, il a fini l’an passé à 18.8 points, 5.2 rebonds, 3.1 passes mais avec des pourcentages en baisse du à une sélection au tir douteuse, bien seul dans un océan de médiocrité. Le coach Dana Altman va lui demander de prendre en charge une partie du scoring laissé en route par son prédécesseur Tyler Dorsey, si possible en étant plus safe balle en main (3.0 turnovers) qu’à New Mexico et sans trop forcer de plays. Bref jouer plus intelligent, pas toujours le plus simple lorsqu’on passe d’une fac moribonde à un winning program comme O.

    .53 Jordan Caroline: Nevada I SG-SF (2,01m, 106kg) I junior I 21 ans

    C’est un peu le profil parfait du joueur sans position dont raffole le College, Caroline peut impacter le jeu avec son moteur non-stop et son physique de footballeur NFL mais aussi sa polyvalence. Il adore tabasser dans la raquette où il fait moisson de rebonds (9.2 par match) et y récolte faute sur faute par sa surpuissance (7.2 lancers par match) mais aussi dégainer de loin (33% à 3pts) et faire l’extra-passe (près de 2 passes par match). Un des meilleurs energizers du pays doublé d’un bosseur-né, le Wolf Pack tient là son chef de meute et peut espérer rééditer une saison 2016-17 qui l’avait vu mettre la main sur la Mountain West (saison régulière+ tournoi de conférence), malgré les départs de plusieurs starters importants (Oliver, Marshall, Fenner).

    .52 Tacko Fall: Central Florida I C (2,29m, 132kg) I junior I 21 ans

    Non le géant sénégalais n’est pas un gadget pour ceux qui en doutent encore, comme l’a prouvé son excellent saison sophomore (10.9 points, 9.5 rebonds, 2.6 contres, 71.8% au tir). La venue d’un coach comme Johnny Dawkins lui a fait un bien fou, ce dernier a agi comme un mentor, Fall a donc travaillé son conditioning en devenant plus endurant, il se fatigue moins et son temps de jeu a ainsi progressé de 17 à 26 minutes par match. Il est aussi devenu un joueur plus agressif en attaque où il possède quelques solides moves et une habilité surprenante balle en main. C’est aussi un 'game changer' en défense qui montre l’exemple à toute l’équipe puisque UCF a terminé dans le top ten des meilleures défenses.

    .51 Yante Maten: Georgia I PF I senior (2,03m, 108kg) I 21 ans

    L’intérieur des Bulldogs est l’un des joueurs les plus consistants de sa conférence depuis maintenant deux saisons, dans une SEC plus que jamais compétitive avec les traditionnels Kentucky, Florida ou Arkansas et en y rajoutant les Missouri (Porter Jr) ou Alabama (Sexton) il va donc devoir doublement se retrousser les manches malgré la perte du meneur JJ Frazier, pas si simple comme équation. En dehors de son scoring (18.2 points) Georgia devrait bénéficier d’un regain attendu de sa part au rebond (6.8 rebonds, baisse de -1.2 l’an dernier) tout en espérant qu’il tente plus souvent sa chance de loin (49.2% en carrière mais sur un faible volume), bref on attend de lui une monster year sur un plan personnel.

    50-41
    Image Image Image
    (de g à d): Kevin Knox, D.J Hogg, Khadeen Carrington

    Image Image
    (de g à d): Payton Aldridge, Egor Koulechov

    Image Image Image
    (de g à d): Lonnie Walker, Joe Chealey, Tyler Davis

    Image Image
    (de g à d): Jaylen Adams, Aaron Holiday

    .50 Kevin Knox: Kentucky I SF (2,06m, 98kg) I freshman I 18 ans

    Difficile de classer un joueur du roster de Kentucky parmi ce top 100, ne sachant pas lequel va véritablement émerger parmi tous ces freshmen. Kevin Knox est sans doute le plus gros potentiel du groupe, mais on voit surtout comment sa polyvalence et son athlétisme devraient être des armes redoutables dans les mains de Calipari. Knox est listé petit ailier mais il pourrait aussi bien évoluer comme big guard là où sa taille et son envergure (6’11) feraient merveille, où logger des minutes comme stretch-four dans une version plus small ball, un véritable créateur de mismatchs. On attend donc de lui du rebond, de la défense, du scoring, mais également du playmaking, et qu’il gomme son côté happy shooter, rien que ça.

    .49 D.J Hogg: Texas A&M I SF (2,03m, 98kg) I junior I 21 ans

    L’ailier des Aggies a vu sa saison écourtée en février la faute à une blessure au pied, on espère le revoir à son meilleur niveau cette saison et enfin délivrer toutes les promesses que son statut de top 40 laissait espérer. Hogg est un athlète tout juste moyen en terme de déplacement ou de saut mais c’est un joueur plutôt complet, capable de porter la balle, une sorte de point forward, mais aussi un joueur qui excelle sans ballon, rôle qui lui sera sans doute défini cette saison avec la qualification du meneur J.J Caldwell. Pour cela il va devoir montrer de réels sur son shooting car l’an passé ses pourcentages étaient assez désastreux (39.8% au tir, 56.8% aux lancers), bref il doit devenir le facteur X de l’équipe cette saison, dans un rôle de joueur à tout (bien) faire.

    .48 Khadeen Carrington: Seton Hall I SG (1,91m, 88kg) I senior I 22 ans

    Les Pirates retournent quasiment l’équipe de la saison dernière, chose jamais négligeable en College, de quoi laisser espérer de belles choses pour la saison à venir, obtenir un ticket pour le tournoi final et y jouer les outsiders tout en essayant de rivaliser avec les Villanova ou Butler dans la Big East. Bien sûr le natif de Brooklyn sera de la partie, lui sur qui désormais repose pas mal de responsabilités comme scoreur attitré, deuxième meneur, stoppeur défensif et patron du vestiaire, rien que ça. On attend qu’il s’affirme définitivement comme le go-to guy et leader local d’un groupe expérimenté prêt aux plus grands exploits.

    .47 Peyton Aldridge: Davidson I PF (2,03m, 102kg) I senior I 21 ans

    Aldridge est désormais orphelin de son complice et meneur Jack Gibbs avec qui il a formé un duo hors pair pendant 3 saisons de rang, il va devoir apprendre à jouer sans lui et faire face au plus gros challenge de sa carrière universitaire, devenir le go-to guy et le leader absolu de l’équipe, même s’il en était déjà le capitaine. Surnommé le 'Larry Bird de l’Atlantic-10' Aldridge est un intérieur hyper skillé qui sait manier le ballon, dribbler, passer et bien sûr shooter quasiment comme un arrière. Sa saison junior a été phénoménale (20.5 points, 8.2 rebonds, 2.2 passes, 40.9% à 3pts), peut-il encore faire mieux lui qui est déjà un des tous meilleurs stretch-four en College.

    .46 Egor Koulechov: Florida I SF (1,96m, 93kg) I senior I 22 ans

    Un des gros transferts de l’intersaison, le transfuge de Rice une fois son diplôme en poche avait le loisir de choisir une fac qui lui permettrait de viser haut, et surtout d’être éligible immédiatement. C’est chose faite avec les Gators qui du coup voient avec soulagement en Koulechov une solution au remplacement de Devin Robinson, dans un registre un peu différent, moins athlétique mais plus shooteur. Ne pas s’y fier, Koulechov est listé arrière mais c’est bel et bien sur le poste 3 voir en small-ball 4 qu’il évoluera. Même s’il est n’est pas très grand le russo-israélien a la science du rebond ancrée en lui, il tournait tout de même à 8 rebonds par match sur les deux dernières saisons, et à près de 40% à 3 points en carrière. On voit donc l’intérêt à inclure ce joueur sans position réelle dans une rotation et les bienfaits qu’il va apporter.

    .45 Lonnie Walker: Miami U I SG (1,93m, 87kg) I freshman I 18 ans

    Le frosh’ des Canes a été victime d’une sérieuse blessure au genou survenue en juillet (ménisque touché), un fâcheux contretemps pour lui et son équipe. On ne connait pas la date de son retour, probablement le staff va tout faire pour qu’il puisse débuter à minima les matchs de conférence. Il y a quand même quelque inquiétude à avoir, son jeu est basé en partie sur ses qualités athlétiques de vitesse et d’explosivité et les attentes placées en lui sont énormes cette saison, jamais l’a fac n’avait attirée un prospect classé si haut (top 15 national). Cette équipe de Miami est loadée en talent (Bruce Brown, Ja’Quan Newton, Dewan Huell) et peut espérer viser très haut mais elle le fera seulement avec un ‘game changer’ comme Lonnie Walker à 100% de ses capacités.

    *18/10 : Lonnie Walker a été autorisé à faire son retour avec Miami, il peut s’entrainer à nouveau normalement et devrait pouvoir débuter la saison à venir

    .44 Joe Chealey: Charleston I PG (1,93m, 86kg) I junior I 22 ans

    Joe Chealey est indissociable de son équipe, que certains commencent à appeler le 'gang de Charleston', une équipe rugueuse contre laquelle il est difficile de marquer (moins de 65 points encaissés par match) et qui reconduit l’ensemble de son Cinq de l’an passé, Charleston sera un des mid-programs à suive cette saison. Le guard des Cougars en est donc le leader, le go-to scorer (17.8 points), le meneur attitré (3.2 passes) et un sniper de loin (65 treys à 39.2%), difficile de défendre contre lui, il vous prend sur son premier pas ou vous sanctionne de loin. C’est aussi un joueur très sûr balle en main (1.7 turnovers), à l’image de son équipe qui ne commet que très peu de turnovers (10.4, #14 NCAA), sans compter qu’il se rend plus de 7 fois par match sur la ligne des lancers en les convertissant à 82.2%. Une star des mid-colleges.

    .43 Tyler Davis: Texas A&M I C (2,08m, 120kg) I junior I 20 ans

    Le pivot des Aggies est un bruiser [tabasseur, cogneur] des raquettes avec son style old school et joue comme un vétéran malgré qu’il n’ait que 20 ans. Il sait jouer des épaules sous le cercle, les pieds tankés au sol, dans ce sens il se complète parfaitement avec le très athlétique et aérien Robert Williams son alter ego de la raquette, d’ailleurs les deux sont des aspirateurs au rebond offensif (plus de 3 par match) chacun dans son style, une des forces de l’équipe. Davis pratique donc un basket d’un temps révolu, où les pivots savaient jouer avec leurs forces sans dépasser le cadre de leur fonction, un art qui se perd chez les jeunes big. Vu également son gabarit le conditioning a toujours été son fil rouge mais il progresse dessus chaque saison.

    .42 Jaylen Adams: Saint Bonaventure I PG (1,85m, 84kg) I senior I 21 ans

    Le joueur des Bonnies est devenu l’un des tous meilleurs meneurs-scoreurs en College (20.6 points, 6.5 passes), une vraie star en devenir sans qu’on en parle vraiment, pour cela il va falloir se qualifier pour la Madness, une première pour la fac depuis 2012. Sans être extrêmement athlétique il sait se faufiler dans le trafic et récolter un paquet de points sur la ligne des lancers où il figure dans le top 10 aux nombres de tentatives par match (8.4). La contrepartie est qu’il force parfois ses plays (3.4 turnovers) et que son côté happy shooteur ressurgit de temps en temps mais c’est le lot des joueurs qui ont souvent la balle en main. Avec son mate Matt Mobley il forme l’un des meilleurs backcourt en College, les 2 amigos voudront conclure en beauté leur cursus.

    .41 Aaron Holiday: UCLA I PG (1,85m, 85kg) I junior I 21 ans

    Plus encore que le 'big fundamental' Thomas Welsh ou la flopée de talentueux freshmen qui ont débarqués sur le campus d’UCLA (Kris Wilkes, Jaylen Hands, Cody Riley) c’est sans doute sur les épaules du musculeux combo guard des Bruins que vont reposer une partie des espoirs de la mythique fac. Holiday possède désormais l’expérience de deux solides années, dans un profil de sixth man la saison passée au relais de Lonzo Ball ou Bryce Alford. C’est un shooteur extérieur fiable (51 treys à 41%), un défenseur énergique, mais là où il a accompli de gros progrès c’est sur son attaque du panier, il conclut ainsi 53.9% de ses 2-points contre 38.3% lors de son année freshman. Le junior doit franchir un cap définitif et faire des Bruins des contenders au sein de la Pac-12.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Top 100 Players 2017-18 by PP44

Message par PistolPete44 » 10 novembre 2017, 14:16

Image

COLLEGE TOP 100 PLAYERS

by PP44
40-31
  • Image Image Image
    (de g à d): KeVaughn Allen, Bryant McIntosh, Theo Pinson

    Image Image
    (de g à d): Rawle Alkins, Landy Shamet

    Image Image Image
    (de g à d): Josh Okogie, Jeffrey Carroll, Justin Jackson

    Image Image
    (de g à d): DeAnthony Melton, Vince Edwards
  • .40 KeVaughn Allen: Florida I PG-SG (1,88m, 86kg) I junior I 22 ans

    Le guard athlétique des Gators a vécu une belle saison sophomore, ses pourcentages au tir ont tous été à la hausse, Allen s’est transformé en go-to scorer attendu, capable de grosses séries sur un match grâce à son explosivité naturelle et un tir en net progrès, sans oublier qu’il est quasi automatique sur la ligne des lancers. Il est encore parfois brouillon sur sa sélection et peut disparaitre complètement sur certains matchs lui que l’on compare à un petit J.R Smith, à lui de gagner encore en régularité. Allen sait aussi défendre le plomb même s’il peut avoir des oublis coupables, il doit donc gommer ses quelques errements pour revenir plus fort cette saison et aider Florida à jouer un rôle d’outsider.

    *Ses 35 points face à Wisconsin constituent la meilleure marque pour un Gator lors d’une March Madness.

    .39 Bryant McIntosh: Northwestern I PG (1,91m, 88kg) I senior I 22 ans

    McIntosh est du genre blanc-bec pas spécialement doué athlétiquement mais qui respire le basket par tous les pores, né avec une balle orange dans les mains il fait penser à un Marshall Henderson (Ole Miss) ou un Ryan Arcidiacono (Villanova), des joueurs vénérés en leur temps. Même si B-Mac a vécu une saison statistique en régression, notamment sur son shooting ou sa moyenne à la passe, il s’est avéré solide à la mène, parfois irrésistible comme lors de la victoire à Wisconsin (25 points, 7 passes, 7 rebonds), menant son équipe à March Madness, s’inclinant de justesse face au futur finaliste Gonzaga. Il revient à la tête de Wildcats ambitieux qui retrouvent l’intégralité de leur Cinq majeur, désireux de prendre d’assaut la Big Ten et de revenir causer des dégâts à la March Madness.

    .38 Theo Pinson: North Carolina I SF (1,98m, 100kg) I senior I 21 ans

    Pour la première fois depuis longtemps Pinson a passé un été à s’entrainer et non pas soigner une blessure, ce qui devrait faire toute la différence cette saison. Il a ainsi pu se concentrer sur ses lacunes, notamment son tir qui reste sa grande faiblesse (39.6% au tir, 27.0% à 3 pts en carrière), et aussi renforcer son physique. Il devrait arriver fin prêt en novembre pour encadrer avec le meneur Joel Berry II la jeune classe des Tar Heels, l’équipe ayant perdu beaucoup de pièces majeures à l’intersaison. Son côté facilitateur de jeu (3.7 passes) qui prend soin de la balle (1.1 turnovers en carrière) tout en étant le meilleur défenseur au périmètre de l’équipe le rend unique et indispensable même s’il aura du mal à réaliser le back-to-back avec UNC.

    .37 Rawle Alkins: Arizona I SG (1,96m, 100kg) I sophomore I 19 ans

    Le guard musculeux des Wildcats est un jeune joueur réfléchi, après avoir testé les eaux de la NBA il a décidé de rempiler pour au moins une saison sophomore, contrairement à son mate Kobi Simmons. Il sera protégé de la moindre hype avec la venue du phénomène DeAndre Ayton et pourra ainsi continuer sa progression à l’abri des projecteurs. C’est aussi une très bonne nouvelle pour le coach Sean Miller, Alkins va apporter sa défense au périmètre et son côté compétiteur féroce, ça peut faire toute la différence à la fin de la saison. Ses stats à la passe (2.1) et au rebond (4.9) sont très intéressantes pour un off-guard ainsi que son apport au shooting pour un freshman (46.3% d’adresse générale, 44 tirs primés à 37%). Il a aussi joué les 36 matchs de la saison à 28 minutes de moyenne, solide comme un roc. On redemande du kingrawle !

    *fracture de l’os du pied pour Alkins en septembre, 8-12 semaines d’indisponibilité.

    .36 Landry Shamet: Wichita State I PG (1,93m, 82kg) I sophomore I 20 ans

    Opéré d’une fracture de stress au pied droit en juillet son coach Gregg Marshall pense toujours qu’il sera opérationnel pour l’ouverture de la saison. Une course contre la montre s’est engagée car les Shockers ont besoin de leur meneur pour être à la hauteur de leurs ambitions dans leur nouvelle conférence. Sa blessure est assez préoccupante puisque c’est la même, une fracture de stress, qui l’avait obligé à écourter sa première saison freshman après seulement 3 petits matchs. L’an passsé Shamet avait surgi sur la scène nationale, on avait découvert un meneur de grande taille, pas très athlétique mais habile passeur, excellent shooteur, avec un sens aigu du jeu, capable de jouer sur les 2 postes du backcourt, ce qui lui avait valu d’être élu freshman de l’année de sa conférence. Il doit encore franchir un nouveau cap à la mène cette saison, on croise les doigts pour un retour rapide.

    .35 Josh Okogie: Georgia Tech I SG (1,93m, 96kg) I sophomore I 19 ans

    Le joueur d’origine nigériane est avant tout un freak athlétique avec son énorme envergure de sept pieds et ses paluches de golgoth, le tout dans un corps hyper musculeux de près de 100 kilos pour un arrière. Autant dire qu’il a déjà démontré de solides dispositions comme défenseur d’élite, que ce soit sur la balle ou en aide, c’est son ticket d’appel. Offensivement même s’il force pas mal de plays Okogie est très à l’aise en attaquant le cercle en jouant avec les écrans (souvent posés par son mate Ben Lammers), il récolte ainsi par son agressivité naturelle un paquet de lancers (6.5) qu’il convertit à 74%. Il a également montré quelques flashs de son potentiel sur catch&shoot même s’il est encore inconstant, normal vu son jeune âge. En fait il y a peu de choses à détester chez ce jeune joueur au potentiel de 2-way d’élite, s’il bosse son maniement de balle et son tir il sera quasi inarrêtable.

    * Okogie s’est fracturé un doigt de la main dans un match exhibition face à Georgia State (28/10), il pourrait manquer de nombreuses semaines et comme une mauvaise nouvelle ne venant pas seule il a ensuite été suspendu 'indéfiniment' par sa fac pour avoir bénéficié de petits avantages lors de son recrutement.

    .34 Jeffrey Carroll: Oklahoma State I SG (1,98m, 100kg) I senior I 22 ans

    Un des joueurs en College ayant le plus progressé la saison passée. Après deux saisons dans l’anonymat le big guard des Cowboys a littéralement explosé, finissant à 17. 5 points, 6.6 rebonds agrémenté de remarquables pourcentages (53.7% au tir, 44.4% à 3pts, 80.7% aux lancers). La question va se poser cette saison si ce n’était pas au final une ‘one-year wonder’, avec la complicité d’un meneur comme Jawun Evans qui ne sera plus là pour jouer à ses côtés. Carroll possède tout de même pas mal d’atouts, une capacité à créer son tir, à finir au cercle, à se battre au rebond et à défendre les lignes de passe, qualités qui lui ont valu d’être désigné dans le cinq de pré-saison de la Big XII cette saison, une belle reconnaissance même s’il risque d’être un peu seul chez les Cowboys.

    .33 Justin Jackson: Maryland I SF-PF (2,01m, 104kg) I sophomore I 20 ans

    L’ailier canadien intrigue avec son immense envergure de 7’3 et ses grosses paluches, ce qui lui confère une certaine versatilité, capable de jouer sur les postes 3 et 4, et lui offre une upside défensive. Si sa saison freshman a été dans l’ensemble très satisfaisante il lui reste malgré tout à prouver qu’il peut jouer dans la raquette, il a tout de même posté un affreux 43.8% de réussite à 2 points, curieusement le même pourcentage qu’à 3 points. Il doit aussi passer un cap en défense, en fait lui dont le modèle avoué est un certain Draymond Green a intérêt à améliorer son all around game, ce n’est pas non plus un gros passeur. On le voit le chantier est prometteur mais le chemin encore long avant de devenir un joueur complet, Maryland compte sur lui ainsi que sur ses autres camarades sophomores Anthony Cowan et Kevin Huerter pour jouer un rôle majeur dans la Big Ten.

    .32 De’Anthony Melton: Southern California I SG I sophomore I 19 ans

    Le freshman des Trojans s’est révélé comme un des meilleurs défenseurs au périmètre de tout le College, un joueur capable aussi de se multiplier des deux côtés du terrain, un véritable petit couteau suisse. Jugez-en, Melton est un excellent rebondeur (4.7), passeur (3.5), il figure dans le top 20 aux nombres de steals (69) et tourne à 1 contre de moyenne, pas mal pour un arrière. Il est aussi spécialisé dans les 'deflections', ces charges sur le joueur ou le ballon qui n’apparaissent pas dans une box score. Melton est tellement agile avec ses longs bras, quasi imprenable latéralement qu’il en est effrayant pour l’adversaire. C’est la caution défensive du coach Andy Einfield et le supplément d’âme qui peut permettre à USC de voyager très loin.

    .31 Vince Edwards: Purdue I SF (2,03m, 102kg) I senior I 21 ans

    Edwards est l’un des ailiers les plus complets et expérimentés en College, il me fait penser au Solomon Hill du temps d’Arizona, c'est-à-dire un joueur avisé, capable de jouer juste et d’encadrer les jeunes pousses, bref un vétéran, une denrée rare en College. Pour démontrer combien le garçon est productif sur un court, Edwards a terminé sa saison en étant le seul junior à plus de 1000 points, 500 rebonds, 300 passes et 100 tirs primés sur ses 3 premières saisons. Il doit prendre encore plus de responsabilités au tir et travailler sa défense, son point faible, mais sa versatilité n’a pas de prix, il peut aussi bien évoluer in&out, il est plus rapide que la majeure partie des big et peut exploiter des mismatchs sur des ailiers moins puissants que lui. Purdue compte sur son joueur à tout faire pour continuer à jouer un rôle important en Big Ten.

    30-21
    Image Image Image
    (de g à d): Jordan MacLaughlin, Tyler Hall, Kelan Martin

    Image Image
    (de g à d): Wendell Carter, Jacob Evans

    Image Image Image
    (de g à d): Trevon Duval, Mikal bridges, Collin Sexton

    Image Image
    (de g à d): Mike Daum, Shake Milton


    .30 Jordan McLaughlin: Southern California I PG (1,85m, 77kg) I senior I 21 ans

    Le meneur des Trojans revient pour sa dernière année en College chercher ce qui manque à la fac, un titre national ni plus ni moins. L’équipe retourne tous ses starters, accueille un ex-dukie (Derryck Thornton) plus une classe freshman talentueuse dont l’arrière Charles O’Bannon Jr. Capitaine pour la troisième année consécutive c’est en meneur aguerri et leader du vestiaire qu’il entame une saison de toutes les attentes, il est déjà loin le temps lorsqu’il débarquait sur le campus d’USC sur la pointe des pieds, la fac venait de cumuler péniblement 36 victoires en 4 saisons. McLaughlin a toujours été constant et solide sur ses trois premières années (12.9 points, 5.0 passes, 3.5 rebonds, 1.5 steals, 37.2% à 3pts), il lui sera demandé encore plus cette saison, un titre de Pac-12, voir ramener le titre suprême à L.A.

    .29 Tyler Hall: Montana State I SG (1,93m, 79kg) I junior I 20 ans

    A tout juste 20 ans Tyler Hall a déjà deux saisons de haut vol derrière lui, certes dans une petite conférence, la Big Sky, mais son nom revient de plus en plus souvent dans les discussions, les suiveurs savent désormais qu’une des meilleures gâchettes du College vit dans cet état dépeuplé du Montana, parmi les pumas et les ours. S’il s’est retrouvé dans un endroit aussi paumé c’est sans doute initialement la faute à un physique de crevette, même s’il s’est renforcé depuis il a fait fuir pas mal de recruteurs. Parce que balle en main le kid est très doué, il score (23.1 pts), sait passer (2.8 passes), artiller de loin (120 treys à 42.9%) et prendre soin de la balle malgré un fort usage (2.0 turnovers). Il lui reste un ultime défi, qualifier son équipe des Bobcats pour le tournoi final tout en restant ce scoreur implacable.

    .28 Kelan Martin: Butler I SF (2,01m, 100kg) I senior I 22 ans

    Même s’il a seulement débuté 22 des 34 matchs de Butler la saison passée Martin est bien la pièce centrale des Bulldogs, surtout après les nombreux départs de l’intersaison et un roster rajeuni. L’an passé il a terminé meilleur scoreur (16.0 pts) et rebondeur (5.8 rbs) de l’équipe même si on pouvait s’attendre à mieux. Il a forcé pas mal de plays et de tirs, son adresse générale est tombée de 44.7% à 42.8% et même s’il a convertit plus de trois points c’est avec une adresse moindre (64 treys à 34.8% contre 46 à 37.7%). Cela dit il reste une menace permanente pour l’adversaire avec son physique compact qui lui permet d’attaquer le cercle comme de déclencher à mi-distance, c’est un gros créateur de mismatchs, trop puissant pour beaucoup d’ailiers, trop rapide pour pas mal d’intérieurs, et difficile à passer en défense. Sous les ordres de son nouveau coach LaVall Jordan il espère qualifier une fois de plus ses Bulldogs pour la Folie de Mars et briller en Big East.

    .27 Wendell Carter: Duke I PF-C (2,08m, 116kg) I freshman I 18 ans

    Ce très jeune joueur intelligent à la ville comme sur un terrain de basket, il aurait pu choisir Harvard grâce à son niveau scolaire, est une recrue de choix pour Duke, il va pouvoir montrer sa polyvalence sur les postes 4 et 5, sans doute plus au centre avec la venue tardive de Marvin Bagley III, en concurrence avec Marques Bolden. Carter a de très bonnes mains et déjà une panoplie offensive assez développée pour son âge, notamment un tir renversé déjà maitrisé, le petit shoot par-dessus l’épaule, une finition près du cercle des deux mains, sans oublier un sens de la passe et un solide maniement de balle. Défensivement grâce à son envergure de 7’3 et un excellent timing il devrait gober nombre de rebonds et s’illustrer au contre. L’essentiel est déjà là, il lui manque peut être de la latéralité voir une faiblesse aux lancers mais Carter qui n’est pas sans rappeler un certain Jahlil Okafor pour ses skills est déjà prêt à briller pour les Blue & White.

    .26 Jacob Evans: Cincinnati I SG-SF I (1,98m, 95kg) I junior I 20 ans

    Le natif de Baton Rouge en Louisiane est la valeur ajoutée de cette équipe de Cincy gonflée d’ambition pour la saison à venir. Evans sait à peu près tout faire, dribbler, driver, dégainer de loin comme aller au cercle, il peut aussi défendre plusieurs positions et jouer les facilitateurs. Il a amélioré son midrange game dans de larges proportions la saison passée (passé de 41 à 52% à 2pts) tout comme son tir extérieur (de 33 à 41%, 69 tirs primés), on le voit avec plus de responsabilités en attaque son adresse ne s’est pas délitée au contraire. On attend à peu près la même chose de lui sur sa saison junior, être solide des deux côtés du terrain, sûr balle en main (une seule perte de balle par match sur ses 2 saisons), surtout être plus régulier dans ses performances et encore plus leader vocal, et ainsi permettre aux Bearcats de jouer les yeux dans les yeux avec n’importe qui cette saison, au sein de leur conférence comme au plan national.

    .25 Trevon Duval: Duke I PG (1,91m, 85kg) I freshman I 19 ans

    Ne pas s’y tromper, Trevon Duval est sans aucun doute le meilleur meneur à être débarqué chez les Blue Devils depuis un certain Kyrie Irving. De par sa morphologie et ses qualités athlétiques il ferait plus penser à un jeune John Wall, un buffle balle en main, ultra-rapide, agressif en pénétration, tout en étant un excellent playmaker et un défenseur avisé. C’est la première fois depuis la saison du titre en 2014-15 que Coach K. disposera d’un vrai meneur (Tyus Jones à l’époque), ce qui laisse augurer de belles choses. Si Duval est annoncé comme un tueur sur transition il devra cependant savoir alterner les tempos, ne pas partir à l’abordage, il devra aussi travailler un tir annoncé un poil bancal mais l’équipe regorge de shooteurs autour de lui (Allen, Trent Jr). Playmaker, scoreur, défenseur (envergure de 6’9), Duval remplit suffisamment la colonne des 'plus' pour être certain de son impact immédiat.

    .24 Mikal Bridges: Villanova I SF (2,01m, 95kg) I junior I 21 ans

    L’ailier des Wildcats est un vrai joueur d’équipe au sens noble du terme, il a le sens du devoir et ne se départit jamais de la mission qui lui est confié au grand bonheur de son coach Jay Wright. Il a commencé sa carrière à Nova comme sixième homme avant de glisser l’an passé dans la peau d’un starter suite à l’indisponibilité de Phil Booth out pour la saison. Bridges est un athlète au dessus de la moyenne, capable de défendre plusieurs positions grâce à sa vitesse de déplacement, c’est aussi un excellent shooteur (54.9% au tir, 44 tirs primés à 39.3%) qui ne force jamais rien, on aimerait parfois qu’il ait plus de tickets de tir et qu’il agresse le cercle plus souvent car il est métronomique sur la ligne des lancers (91% mais sur un très faible volume). De toute façon avec les départs combinés de Josh Hart et Kris jenkins il va falloir prendre en charge une partie du scoring, Bridges se tiendra prêt, comme toujours. Possible breakout year.

    .23 Collin Sexton: Alabama I PG (1,91m, 86kg) I freshman I 18 ans

    Gros coup réalisé par Bama avec un joueur du calibre de Sexton, un top 10 national, surtout qu’il ne vient pas seul, une belle classe de freshman l’accompagne dont l’arrière John Petty, un top 25, sans compter l’apport du pivot Daniel Giddens (ex Ohio State) redshirt la saison passée. Sexton est un joueur ultra-confiant en lui même, ce qu'on appelle un 'swagger', un adepte du trash talk, très démonstratif sur un terrain, son jeu reflète cet état d’esprit, c’est un manieur de balle hors-pair, capable de casser n’importe quelle défense sur son dribble, il possède l’instinct du joueur de pénétration car il sait très bien lire le jeu. C’est donc un 'difference maker', il sera difficile de le stopper en attaque et devrait finir parmi les meilleurs marqueurs de la SEC. C’est aussi un créateur pour les autres, un Braxton Key va se régaler avec lui, défensivement c’est un petit taureau qui va faire jouer ses qualités athlétiques, il n’y a que sur la fiabilité de son tir que des doutes persistent. Le coach Avery Johnson a touché le gros lot avec un tel compétiteur, un vrai boost pour la fac de Tuscaloosa.

    *A quelques jours de la reprise Sexton n'a toujours pas reçu le feu vert de la NCAA et n'est donc pas éligible pour la saison à venir.

    .22 Mike Daum: South Dakota State I PF (2,06m, 113kg) I junior I 21 ans

    'The Dauminator' est sans nul doute le meilleur joueur en College hors grosses conférences, à la manière d’un Alec Peters (Valparaiso) l’an passé. Son parcours est digne d’un conte de fées, il sort du lycée non classé et parvient à trouver refuge au fond du Dakota du Sud, pas l’endroit idéal pour faire parler de soi. Et pourtant. Il est parvenu à qualifier ses Jackrabbits pour deux Madness consécutives même si l’aventure s’est à chaque fois terminée d’entrée, face à Maryland et Gonzaga. La saison passée a été celle de la confirmation, Daum a tourné à 25 points et 8 rebonds de moyenne tout en shootant à 41.8% à 3 points, c’est aussi le joueur qui tente le plus de lancers, 251 au total qu’il convertit avec un taux de réussite de 86.9%. Les stats avancées l’adorent, il figurait par exemple dans le top 3 au PER (32.5) ou aux Offensive Win Shares (5.9), on peut aussi rajouter 12 matchs à plus de 30 points, dont un sommet face à Fort Wayne à 51 points, 15 rebonds, 7 treys. Pas mal pour un blanc-bec non athlétique auquel personne ne croyait.

    .21 Shake Milton: Southern Methodist I PG-SG (1,98m, 93kg) I junior I 21 ans

    Milton était attendu la saison passée après le départ du meneur titulaire Nic Moore, il a assuré la succession avec le même calme et la même détermination qui le caractérise. Ce n’était pas si simple de passer de off guard à meneur prioritaire à plein temps, même si c’est son poste de prédilection à la base. Son nouveau coach Tim Jankovich n’a pas eu à se plaindre de ses services, il faut dire que Milton est ce qu’on appelle un ‘joueur à coach’, gros QI, gros compétiteur, dur au mal, équipier modèle, jamais un mot de travers. Le joueur a aussi franchi un cap physiquement, il a ainsi débuté chacun des 35 matchs à plus de 35 minutes de moyenne. Son scoring est passé de 10.5 à 13.0 points, son rebond de 3.0 à 4.1, il est toujours aussi régulier de loin (42.0%) mais en convertissant 30 treys de plus par rapport à sa saison freshman (82 contre 52), surtout son passing game a fait un bond en avant (2.7 à 4.5). Les Mustangs aura besoin d’une monster year de sa part s’ils veulent retourner à March Madness, ils ont perdu beaucoup d’éléments dont Semi Ojeleye parti en NBA, Milton le discret fera le job.

    20-11

    Image Image Image
    (de g à d): Ben Lammers, Chimezie Metu, Mohamed Bamba

    Image Image
    (de g à d): Robert Williams, Bruce Brown

    Image Image Image
    (de g à d): Trevon Bluiett, Jalen Brunson, Angel Delgado

    Image Image
    (de g à d): Ethan Happ, Jevon Carter


    .20 Ben Lammers: Georgia Tech I C (2,08m, 108kg) I senior I 21 ans

    Le natif de San Antonio, Texas, a vécu une saison junior assez sensationnelle, finissant avec le titre très convoité de meilleur défenseur de l’ACC, compilant 9.2 rebonds, 3.4 contres et 1.2 steals, lui qui était cantonné jusque là à un rôle de réserviste chez les Yellow Jackets. Ce tabasseur des raquettes qui adore le combat et faire le sale boulot a aussi fait d’énormes progrès en attaque avec son sens de la passe (2.1) et un vrai feeling pour scorer autour du cercle jusqu’aux 3-4 mètres (14.2 points). Il lui reste à acquérir encore plus de mobilité dans ses déplacements, être plus endurant sur les allers-retours attaque-défense pour parfaire le tableau, et s’il parvient à répéter son année junior avec l’aide des guards Tadric Jackson et surtout Josh Okogie, Georgia Tech pourrait bien être le poil à gratter de l’ACC cette saison.

    .19 Chimezie Metu: Southern California I PF (2,11m, 102kg) I junior I 20 ans

    Le joueur originaire du Nigéria a reçu l’an passé le titre de joueur de la Pac-12 ayant le plus progressé, c’est amplement mérité. Il est passé d’un profil essentiellement défensif à un joueur ayant passé un cap offensif comme sophomore, il a étendu son range et peut vous sanctionner indifféremment des deux mains avec son petit hook shot métronomique, l’équipe lui fait bien plus confiance en attaque. Il a aussi énormément progressé aux lancers (de 51 à 74%), il est moins sujet aux fautes (quasi le même nombre qu’en freshman avec un temps de jeu qui a doublé), il sait mieux se placer et frotter au rebond, bref le métier rentre. Vu sa progression météorique d’une saison sur l’autre on peut supposer qu’il va continuer sur sa lancée et définitivement s’imposer comme un intérieur efficace des deux côtés du terrain. Il sera le leader de la frontline des Trojans, une équipe essentiellement de shooteurs d’où l’importance de son rôle.

    .18 Mohamed Bamba: Texas I C (2,13m, 102kg) I freshman I 19 ans

    Le kid de Harlem sera un 'game changer' en défense dès sa première minute sur un parquet de College, pas de doute, au grand bonheur de son coach Shaka Smart. Bamba est tout d’abord un freak athlétique, un seven foot hyper mobile à l’envergure d’albatros (7’9) et monté sur ressorts, on imagine déjà la quantité de tirs déviés, de contres 'in your face', et le socle défensif au rebond sur lequel s’appuyer pour envoyer des fastbreaks à foison. Bien entendu la partie offensive de son jeu n’est pas encore à la hauteur, bien qu’il soit très précieux pour capter les passes lobées dans la raquette adverse, il pourra cependant vous sanctionner avec son petit tir par-dessus l’épaule difficile à contrer, un brin mécanique mais efficace. Il doit encore se renforcer physiquement, surtout du bas du corps pour résister aux charges, savoir aussi ressortir les ballons quand il y aura inévitablement des prises à deux (voir trois) sur lui mais ce qu’il amène sur la table est déjà immense et donne à son équipe un crédit qu’elle avait perdue l’an passé avec 11 petites victoires au compteur. Ca sent le revival du côté d’Austin.

    .17 Robert Williams: Texas A&M I PF (2,08m, 108kg) I sophomore I 20 ans

    Le jeune intérieur des Aggies a bien fait de résister aux sirènes NBA et repartir pour une nouvelle saison, l’équipe possède du talent à tous les postes et dispose enfin d’un vrai meneur avec le freshman J.J Caldwell, de quoi encore progresser de manière significative, réussir une grosse saison individuelle et collective, et qui sait être drafté très haut en juin prochain. Williams c’est d’abord un freak athlétique, ses qualités de mobilité, détente et vitesse de pied se manifestent avant tout en défense, domaine où il a brillé la saison passée (8.2 rebonds, 2.5 contres) et où il laisse ses adversaires directs shooter à un petit 55% au cercle. Il doit néanmoins se renforcer physiquement du haut du corps pour absorber les charges en un-contre-un et ne pas seulement compter sur son énorme envergure (7’5). C’est en attaque que le chantier demeure, Williams y fait son miel sur les passes lobées, les secondes chances ou en s’enroulant autour de son vis-à-vis après un dribble de dégagement mais il manque terriblement de créativité balle en main à ce stade. S’il parvient à étendre son range et/ou acquérir un tir en hésitation alors le ciel sera sa seule limite.

    .16 Bruce Brown: Miami U I PG-SG (1,96m, 86kg) I sophomore I 21 ans

    Le combo des Canes devrait avoir à peu près le même type de saison sophomore que celle de Donovan Mitchell avec Louisville l’an passé, dans des registres assez similaires. Miami possède une très belle équipe avec les Newton, Huell, le freshman Lonnie Walker, et Brown pourrait en être la valeur ajoutée, de quoi permettre à la fac de jouer les contenders dans l’ACC. Brown a rapidement montré lors de sa saison freshman ce qui fait d’abord sa force, un moteur non-stop et un caractère guerrier, il possède le feu sacré des plus grands compétiteurs. Il a aussi montré son côté versatile en pouvant jouer indifféremment aux deux potes du backcourt même si cette saison Jim Larranaga pourrait l’utiliser plus comme meneur. Défensivement c’est un monstre, il utilise parfaitement ses qualités athlétiques de puissance, de vitesse, et ses longs bras, pour couvrir plusieurs positions, il doit même encore franchir un cap à ce niveau pour devenir un 2-way d’élite. S’il devient aussi plus dangereux sur son tir extérieur (33 treys à 34.5%) alors il ne sera pas loin du titre de meilleur joueur de sa conférence, devant l’un des Dukies à qui la récompense semble promise.

    .15 Trevon Bluiett: Xavier I SG-SF (1,98m, 98kg) I senior I 22 ans

    L’ailier des Musketeers est sans doute l'un des joueurs les plus sous-estimés en College, peut être pas le plus flashy ou skillé balle en main mais sa carrière jusque ici parle pour lui. Bluiett c’est 1,585 points marqués, pour une moyenne de 14.8 points, 5.7 rebonds, 2.1 passes, 214 treys à 37.0%, 101 matchs démarrés sur 107 en trois saisons à Xavier, difficile de faire la fine bouche, avec en plus la volonté farouche de s’améliorer année après année, un vrai rat de gym pendant l’intersaison. Son retour en College après avoir sondé les eaux de la NBA fait des X-men des candidats sérieux à une place de choix en Big East et des outsiders à la March Madness. Il est le cœur et l’âme de cette équipe, il peut aussi bien scorer à l’intérieur en absorbant les contacts grâce à un haut du corps puissant comme sanctionner de loin si on l’oublie et forme un sacré tandem avec l’arrière J.P Macura. Pour ce qui est sa dernière saison en College, et à force de travail et de volonté, Bluiett est devenu un joueur complet, craint et respecté par ses adversaires.

    .14 Jalen Brunson: Villanova I PG (1,88m, 90kg) I junior I 21 ans

    Chaque saison le rôle de Brunson grandit au sein des Wildcats, l’an passé il recevait les pleins pouvoirs à la mène après le départ de Ryan Arcidiacono, cette saison à venir avec le départ du capitaine Josh Hart c’est carrément comme leader d’équipe qu’il devra faire ses preuves, en compagnie des redshirt juniors Phil Booth, Eric Paschall et Mikal Bridges. Brunson est un joueur habitué à la pression depuis son adolescence, ayant toujours figuré parmi les meilleurs de sa classe d’âge, il possède déjà l’expérience nécessaire à ce rôle, c’est une personnalité équilibrée sur et en dehors du court, avec une éthique de travail au dessus de tout soupçon. Sa saison sophomore a été de premier ordre, il a cumulé 14.7 points et 4.1 passes, avec des pourcentages excellents (54.1% d’adresse générale, 87.6% aux lancers, 42 treys à 37.8%). Il pourrait aussi former un duo in&out de premier ordre avec le big man Omari Spellman enfin qualifié, sans compter l’aide de l’arrière Phil Booth, blessé quasi toute la saison dernière (3 matchs disputés), deux nouvelles cibles qui devraient l’aider à accroitre son rôle et sa moyenne à la passe.

    .13 Angel Delgado: Seton Hall I PF (2,08m, 110kg) I senior I 22 ans

    Le dominicain des Pirates est avant tout un monstre au rebond, il était le meilleur dans l’exercice la saison passé avec 13.1 prises de moyenne, devançant un certain Caleb Swanigan d’assez loin (12.5). Bien sûr Delgado est équipé pour la dure bataille du rebond avec son imposante stature (2,08m, 110kg) mais surtout il en possède la science innée, il semble toujours savoir où la balle va arriver et sait se placer en conséquence, il comprend les angles comme personne, vous couplez cela à un moteur non-stop et vous avez le portrait du parfait rebondeur. Pas étonnant donc que Seton Hall figure parmi les meilleures équipes à la marge au rebond (+6.9, #13 NCAA). Il est aussi bien parti pour s’emparer du titre du plus grand nombre de double-doubles, 27 en 33 matchs l’an passé, juste devancé par…Swanigan (28). Si on ajoute de bonnes mains autour du cercle en attaque et un sens aigu de la passe il ne sera pas loin du meilleur joueur de la Big East. En plus du dominicain les Pirates retournent leurs trois autres seniors (Carrington, Rodriguez, Sanogo) et peuvent espérer de l’arrière Myles Powell une breakout year d’où de grosses espoirs du côté du New Jersey cette saison.

    .12 Ethan Happ: Wisconsin I PF (2,08m, 105kg) I Junior I 21 ans

    Les plus gros espoirs sont placés sur les épaules d’Ethan Happ cette saison du côté de Madison, il est le seul survivant du Cinq de l’an passé (Koenig, Showalter, Brown, Hayes) et a terminé premier de son équipe aux rebonds, passes, interceptions et contres, second au scoring, lui valant une place méritée dans la troisième équipe All-American. De ce fait il sera aussi très attendu par les adversaires des Badgers qui n’hésiteront pas à le cibler et devra à ce titre se trimballer une pancarte énorme sur le dos, on le voit cette saison sera un tournant pour lui. Dans une équipe rajeunie il pourra compter sur le concours du meneur D’Mitrik Trice auteur d’une saison freshman prometteuse pour ne pas être le seul joueur d’impact des Badgers, l’an passé il avait su tirer parti du fait qu’il n’était pas le seul focus des équipes adverses, ce ne sera plus le cas. Il devra continuer à répéter à l’infini ce qu’il sait faire de mieux, tabasser près du cercle où il est quasi innarêtable une fois la balle dans ses mains, on le dit encore plus costaud, plus endurant et qu’il aurait même travailler sur son tir, notamment extérieur, lui qui n’en a pas pris un seul en deux saisons.

    .11 Jevon Carter: West Virginia I PG (1,88m, 93kg) I senior I 22 ans

    A le voir comme ça on dirait d’emblée que Carter a 35 ans et dix ans d’expérience en College derrière lui. Blague refermée son retour à WV pour son ultime saison après avoir envisagé un moment de s’inscrire à la Draft est une aubaine pour les Mountaineers, ils récupèrent là le leader de l’équipe, le défenseur de l’année en Big XII et une contribution au jeu inestimable (13.5 points, 5.0 rebonds, 3.7 passes, 2.5 steals, 38.9% à 3pts). Carter c’est d’abord l’histoire d’un parcours, débarqué comme arrière en freshman il est d’abord resté dans l’ombre du meneur Juwan Staten cette même saison avant de progressivement basculer vers un rôle définitif de meneur au fil du temps, jusqu’à devenir ce qu’il est aujourd’hui, un des meilleurs au poste en College. Bien sûr son rôle le plus important est d’être le bras armé de cette press suffocante jouée par WV et concoctée par le coach Bob Huggins, l’équipe est celle qui force le plus de turnovers de tout le pays avec 724, et Carter a sa large part dans ce bilan (92). Ce leader charismatique doublé d’une peste défensive est paré pour emmener ses troupes vers les sommets.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.

PistolPete44

MVP
Avatar du membre
SuperSonics
13221

Re: College Top 100 Players 2017-18 by PP44

Message par PistolPete44 » 10 novembre 2017, 14:17

Image

COLLEGE TOP 100 PLAYERS

by PP44
10-1
  • Image Image Image
    (de g à d): Marvin Bagley III, DeAndre Ayton, Devonte' Graham

    Image Image
    (de g à d): Jock Landale, Grayson Allen

    Image Image Image
    (de g à d): Joel Berry II, Bonzie Colson, Michael Porter Jr

    Image Image
    (de g à d): Allonzo Trier, Miles Bridges
  • .10 Marvin Bagley III: Duke I PF (2,11m, 106kg) I freshman I 18 ans

    Bagley sera un des plus jeunes joueurs de tout le College cette saison, sinon le plus talentueux, sa sélection dans ce top ten peut paraitre un poil exagéré, certains pourraient dire que même sans lui Duke possède une grosse armada. C’est justement pourquoi il est classé si haut, son commitment tardif en fait la cerise sur le gâteau, il change carrément la donne du côté de Durham et devient de ce fait un incontournable de la saison à venir. Allen sera certes l’élément d’expérience et le go-to guy, Duval le meneur attitré, Carter un monstre dans la raquette mais Bagley The Third va apporter des choses inédites chez un freshman, outre des qualités athlétiques hors pair, surtout un body control, une agilité, une fluidité, une coordination qui en font déjà un joueur à part. On peut déjà voir en lui pour toutes ces raisons un rebondeur dominant en College, et si on ajoute à ce portrait un ball handling et un jumper déjà avancés, Coach K. devrait lui confier pas mal de minutes au poste 4 même si la concurrence en interne sera vive. Reste à travailler un tir extérieur largement perfectible, une certaine faiblesse aux lancers, étendre sa panoplie de moves au poste bas mais le package est déjà là, presque effrayant.

    .9 DeAndre Ayton: Arizona I PF-C (2,16m, 113kg) I freshman I 19 ans

    Sean Miller n’a semble t-il jamais possédé un intérieur du talent du jeune bahaméen malgré des prospects du calibre de Aaron Gordon ou Lauri Markkanen ces dernières années, il n’a jamais non plus emmené ses Wildcats au Final Four, vous devinez aisément le lien, et l’impact immédiat du prodige sur la destinée de Zona cette saison. Bonne nouvelle, il a choisi de jouer pour la fac de Tucson il y a plus d’un an et donc eu tout le loisir de s’habituer à la vie locale et aux méthodes du staff. Bien sûr il ne sera pas seul, l’équipe retourne son top scoreur Allonzo Trier, le très précieux guard Rawle Alkins plus des roles players comme Ristic ou Jackson-Cartwright, sans compter une classe freshman très talentueuse (Akot, Randolph, Lee, Barcello) mais aucun n’a le potentiel d’un game-changer, voir d’un program-changer tel que Ayton. Ce qui frappe c’est le côté hybride du joueur, un seven footer athlétique sans être très explosif, mais mobile et fluide pour sa taille, capable de dominer au rebond et au contre, tout en étant capable d’étendre son range au tir, et s’il fait parvient à montrer des moves intéressants au poste bas en attaque il mettra vite la concurrence à genou en College. Encore faut-il justifier la hype qui l’entoure depuis quelques années maintenant. On va vite être fixé (yeux emplis de gourmandise).

    .8 Devonte' Graham: Kansas I PG (1,88m, 84kg) I senior I 22 ans

    Pas simple d’assurer l’après Frank Mason du côté de Kansas, désigné meilleur joueur universitaire en 2017, mais s’il y a un joueur qui a le mental et les qualités pour y parvenir c’est bien Graham. D’ailleurs la Big XII l’a désigné joueur de l’année de la conférence pour la saison à venir, un gage que son talent est désormais reconnu au plus haut niveau. Le plus dur désormais va être de justifier cet honneur, KU a tout de même perdu deux joueurs du calibre de Frank Mason et Josh Jackson, plus un précieux role player comme Landen Lucas, même si l’effectif reste très compétitif (Mykhailiuk, Vick, Newman, Azubuike, Preston…). On ne doute pas de ses qualités de leadership et de compétiteur sur un terrain, son scoring devrait aussi faire un bond même si Malik newman risque de prendre pas mal de tickets de tir, ainsi que son passing game en étant meneur prioritaire (4.1 passes la saison passée). Si on ajoute son côté peste défensive ou qu’il tourne à 41% à 3 points sur sa carrière, c’est le portrait d’un joueur complet qui se dessine, pour le bonheur de son coach Bill Self qui lui voue une confiance absolue. S’il parvient à emmener Kansas vers un quatorzième titre consécutif de conférence il aura bien mérité ce ranking.

    .7 Jock Landale: Saint Mary’s I C (2,11m, 116kg) I senior I 22 ans

    Toute la question va être de savoir si Jock Landale va pouvoir dupliquer sa breakout year, et chose folle, pouvoir encore s’améliorer par rapport à une saison 2016-17 qui l’a vu passer de l’anonymat presque complet à la reconnaissance nationale. Le talent était certes là en couveuse, il aura suffi qu’il double son temps de jeu par rapport à sa saison sophomore (de 14 à 28 minutes) pour s’en apercevoir, Landale a tourné à 16.9 points, 9.5 rebonds, 61% au tir et 17 double-doubles, mais était-ce le fruit d’un simple calcul mathématique. Car en dehors de ces chiffres c’est un intérieur doué balle en main, capable de ressortir les ballons, faire l’extra-passe quand il est doublé, et avec lui impossible de jouer du Hack-a-Jock, il tourne à 73% aux lancers en trois saisons. C’est l’un des intérieurs les plus dominants en College, Gonzaga a du mettre toute sa frontline à contribution pour le limiter, c’est arrivé deux fois sur trois, la troisième il a claqué 24 points et 8 rebonds, tout comme à la Madness où il a tourné à 18.5 points et 12 rebonds en 2 matchs face à VCU et Arizona. Cette saison les Gaels semblent armés pour concurrencer Gonzaga au sommet de la West Coast, affaibli notamment à l’intérieur avec les départs de Karnowski et Collins, le pivot australien attend lui tranquillement son heure.

    .6 Grayson Allen: Duke I SG (1,96m, 92kg) I Senior I 22 ans

    Le bad boy du College, le roi du tripping, le joueur que les fans adverses adorent détester et conspuer, bref une vraie tête à claques de Blue Devil dans la lignée des Bobby Hurley, Christian Laettner, Shane Battier ou JJ Redick avant lui, mais surtout un put… de basketteur, malgré une saison junior très compliquée, entre suspension et déclin statistique. Il va donc devoir jouer sa dernière saison avec ce poids sur les épaules et tenter de se racheter une conduite, à la fois dans son comportement et ses performances. Pour se faire Coach K. l’a désigné capitaine pour la saison à venir. Plusieurs challenges l’attendent, il sera ciblé de partout, à lui de ne pas bouger une oreille face aux provocations sur le court et dans les tribunes. Ensuite reprendre confiance par rapport à son shooting, retrouver une meilleure finition près du cercle, notamment sur ses floaters, comme de loin, il tournait à 46.6% au tir dont 41.7% à 3 points (90 réussis) lors de sa saison soph’, sa meilleure, à lui de retrouver ces standards. Prouver enfin qu’il peut être un défenseur décent, l’arrivée de freshmen plutôt bons dans ce domaine (Duval, Trent Jr, Carter) devrait l’y encourager, il est assez athlétique pour répondre présent et ne pas tomber dans de sales travers. Quoiqu’il arrive Allen reste une personnalité incontournable du College, qu’il mène Duke au titre ou qu’il se batte contre ses démons intérieurs.

    .5 Joel Berry II: North Carolina I PG (1,83m, 88kg) I senior I 22 ans

    Le meneur des Tar Heels sort d’une énorme saison, il fallait tout d’abord faire oublier un certain Marcus Paige et prendre le relai de son leadership, il a rempli sa mission au delà des espérances puisqu’il a conduit UNC jusqu’au titre national, en étant désigné meilleur joueur de la finale. C’est en leader attitré du champion en titre qu’il revient boucler son cursus universitaire, il mérite donc d’être classé parmi les premières places de ce top 100. L'équipe sera la sienne cette saison, UNC a perdu un paquet de joueurs influents (Jackson, Meeks, Hicks) et repart au combat défendre son titre avec un effectif très rajeuni, hormis son acolyte Theo Pinson, Luke Maye dans une moindre mesure et le transfuge de Pitt, Cameron Johnson. Sur un plan personnel on devrait retrouver ce qui fait sa force, Berry est l’un des tous meilleurs drivers en College qui sait agresser le cercle grâce à son body control et un physique compact, doublé d’un shooteur fiable de loin (88 treys à 38.3%), c’est aussi un défenseur qui sait rester avec son vis-à-vis. Il lui reste à devenir un peu plus complet sur son playmaking, être plus gestionnaire, améliorer son ratio passes/pertes de balle (3.6-1.9) et il aura franchi un cap qui permettra à son équipe de rester parmi les powerhouses du College, malgré une saison qui s’annonce comme de transition.

    *fracture d’un os de la main (23/10), absence minimum de 4 semaines.

    .4 Bonzie Colson: Notre Dame I PF (1,96m, 104kg) I senior I 21 ans

    Colson est arrivé sur la pointe des pieds à Notre Dame, en tant que simple recrue 3 étoiles, le bas du panier du recruiting. Il s’est battu au quotidien pour faire sa place dans l’équipe jusqu’à en devenir l’élément incontournable la saison passée, une progression due à son excellente éthique de travail mais aussi sa grande versatilité sur un terrain. C’est en effet le facteur X préféré du coach Mike Brey qui adore utiliser ces joueurs 'undersized' et en faire des pourvoyeurs de matchups, difficile en effet d’arrêter un tel buffle dans la raquette, et si vous l’oubliez à mi-distance ou à la périphérie il saura vous sanctionner. Il peut aussi défendre plusieurs positions car il est très mobile et agile et possède une envergure de ptérodactyle (7’0). S’il a ainsi explosé en junior c’est avant tout le fruit d’un travail sur son physique, il est arrivé dans la forme de sa vie et les résultats n’ont pas tardés, il a tourné sur la saison en double double, 17.8 points et 10.1 rebonds, saupoudré de 1.6 passes et 1.4 contres, sans oublier un petit 43.3% à 3pts mais sur un faible volume (26 sur 60). On peut rajouter un excellent 78.3% aux lancers, pas malin de faire faute sur lui, et seulement 0.9 turnovers sur sa carrière, la balle est en sécurité avec lui. On peut penser que la barre des 20 points par match est possible tout comme devenir un shooteur extérieur bien plus prolifique, le Bonzie est donc parti pour une grosse saison, le titre de joueur de l’année n’est pas qu’une vue de l’esprit, une belle revanche pour cet ancien ‘baby fat’.

    .3 Michael Porter Jr: Missouri I SF-PF (2,08m, 98kg) I freshman I 19 ans

    Rien que sur son nom le jeune prodige annoncé comme possible futur numéro un de draft revitalise un programme tombé depuis quelques saisons aux oubliettes et habitué aux bas-fonds de la SEC. Surtout qu’il amène avec lui une grosse classe freshman, son jeune frangin et intérieur Jontay, le pivot Jeremiah Tilmon, les guards Blake Harris et C.J Roberts (le seul à avoir signé avant le commitment de Porter), soit un Cinq complet, complété par d’excellents joueurs déjà en place comme les juniors Kevin Purvear et Terrence Phillips ou le senior Jordan Barrett, sans oublier le rapatriement de Washington du papa, Michael Porter Sr, à l’origine du decommitment de son fils, qui devient l’assistant du nouveau coach, l’excellent Cuonzo Martin (ex-California). On peut toujours craindre une 'Benny Simmons', après moi le déluge, mais il devrait laisser en héritage un groupe pérenne et durable pour les saisons futures en étant le seul probable one&done de l’équipe. Une fois évoqués les bouleversements et conséquences qu’entraine sa venue, parlons du sportif et là se dessine le portrait d’un joueur capable de jouer à presque tous les postes, à l’aise balle en main comme point forward, pouvant créer son propre tir, disposant du range nécessaire. On imagine le cauchemar de match-up qu’il va représenter avec sa taille et ses fondamentaux, les dégâts dans la raquette adverse avec ses moves et sa capacité à jouer au dessus du cercle, bref un talent presque absurde au niveau du College. S’il réussit l'exploit d'emmener ses Tigers à la March Madness on pourra parler de Porter comme d’un probable POY.

    .2 Allonzo Trier: Arizona I SG (1,96m, 90kg) I junior I 21 ans

    Le talentueux arrière des Wildcats n’a toujours pas effectué une seule saison complète en College, il se blessait à la main en freshman et loupait 7 matchs, plus grave la saison passée une suspension en interne pour un test positif aux PEDS le privait d’une grande partie de l’exercice, et les 18 premiers matchs. S’il parvenait enfin à se tenir éloigné du moindre problème pour sa troisième saison, certain qu’il y trouverait son propre rythme et que ses performances feraient encore un bond en qualité et en régularité. A son retour de suspension en janvier dernier on a retrouvé ce qui fait son bread&butter, sa science agressive du scoring, Trier est un joueur capable de créer ses propres opportunités grâce à un ball handling au dessus de la moyenne couplé a de solides qualités athlétiques, il adore attaquer le cercle comme sanctionner à mi-distance. Cette saison on attend de lui qu’il prenne encore plus confiance sur son tir extérieur (39% l’an passé mais sur un faible volume de 87 tirs), qu’il continue à améliorer son playmaking (2.7 passes tout de même) et qu’il exprime un peu plus son potentiel défensif. On peut penser qu’avec un phénomène comme Ayton pour lui poser des écrans il aura encore plus l’occasion d’aller driver au cercle et y récolter un max de fautes, lui qui se rend déjà 6.4 fois par match sur la ligne de réparation et y sanctionne à 81%. Arizona aura besoin d’un Trier au top pour accéder à l’objectif de la fac, retrouver un Final Four qui se dérobe à elle depuis 2001.

    .1 Miles Bridges: Michigan State I SF (2,01m, 102kg) I sophomore I 19 ans

    Une aubaine pour la Sparty Nation que son meilleur joueur retourne à la surprise générale pour une deuxième (et cette fois surement dernière) année en College, lui qui était censé être un one&done. Avec cette décision Tom Izzo dispose de la meilleure frontline en College (Bridges-Jackson Jr-Ward) et Michigan State devient automatiquement un favori au titre national. Bridges va pouvoir parfaire ses skills, notamment son handle et sa capacité à créer son tir en fin de dribble sur demi-terrain, il comptait trop souvent l’an passé sur ses qualités de vitesse et d’explosivité pour scorer en transition ou sur ses drives. Il doit aussi faire mieux que son petit 68.5% aux lancers pour un joueur de son calibre, et surtout se rendre plus souvent sur la ligne des lancers que ses médiocres 3.3 tentatives par match, avec un tel physique. Pour le reste il a (presque) tout, un jump shot bien huilé, un tir extérieur fiable (56 treys à 38.9%), c’est aussi un excellent rebondeur (8.3 rebonds), il y a du playmaker en lui (2.1 passes), il peut contrer en trailer (1.5 contres). Bref impacter des deux côtés avec son moteur non-stop, en plus d’être un cauchemar de mismatch en étant utilisé petit ailier ou small-ball 4. Bridges est donc tout naturellement un candidat au titre de POY, titre national ou pas en poche, et peut très bien boucler une saison à 20 points-10 rebonds-4 passes.
Greta Thunberg. A puppet for the masses.