Prospects hors NCAA (Europe et Monde)

Pro A, EuroLeague, ChampionsLeague
opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1725

Re: Prospects hors NCAA (Europe et Monde)

Message par opigucci » 27 juillet 2020, 12:48

Je viens de lire les articles sur les futures stars européennes sur basketEurope et je ne comprends pas pourquoi les Banchero (2002), Haltali ou encore Tubelis n'apparaissent dans aucunes prévisions des mocks 2021? Idem pour Giddey d'ailleurs? Si quelqu'un peut m'éclairer?

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
8117

Re: Prospects hors NCAA (Europe et Monde)

Message par Garcy22 » 19 octobre 2020, 10:16

victor wembanyama et maxime raynaud ont pu faire un petit 2x2 contre Gobert et Poirier. Au dela de la photo de groupe sur laquelle ont voit Wembanyama largement depassé Gobert du haut de ses...16 ans. La petite vidéo contenue dans l'article montre le jeune français mettre 3 paniers de suite sur le museau du double DPOY!

Sky is the limit pour Wembanyama (qui va devoir prendre de la masse)

https://www.bebasket.fr/championnat-nba ... irier.html
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

opigucci

Rôle-Player
Avatar du membre
1725

Re: Prospects hors NCAA (Europe et Monde)

Message par opigucci » 21 octobre 2020, 09:07

Sengun fait un chantier en turquie, quelqu'un connait un peu?

Garcy22

All Star
Avatar du membre
College Basketball
8117

Re: Prospects hors NCAA (Europe et Monde)

Message par Garcy22 » 21 octobre 2020, 09:28

Wembanyama a fait un chantier hier pour son premier match en N1 avec le Pole France : 32 d'évaluation!

Plus important, le Pôle France a décroché à cette occasion sa 5ème victoire à ce niveau en 251 matchs, qui plus à l'extérieur (au Havre). Le début d'une nouvelle ère avec le prodige géant?
"Play hard; play smart; play together" - Dean Smith

jujug

Greatest
Avatar du membre
18352

Re: Prospects hors NCAA (Europe et Monde)

Message par jujug » 22 novembre 2020, 18:15

opigucci a écrit :
21 octobre 2020, 09:07
Sengun fait un chantier en turquie, quelqu'un connait un peu?
Il continue à faire de belles performances et a de grosses responsabilités pour un joueur de 18 ans. MVP du match Besiktas/Tofas Bursa aujourd'hui avec 22 pts/14 rebds et 36 d'éval. A surveiller.

"Some people did not like this ceremonial style. But after all when you have to kill a man it costs nothing to be polite." (W. Churchill, déclaration de guerre au Japon, 8 décembre 1941).

Cracker

Blazers
Avatar du membre
Rip City
9510

Re: Prospects hors NCAA (Europe et Monde)

Message par Cracker » 23 novembre 2020, 19:23

Victor Wembanyama est une anomalie de la nature. Un jeune homme hors du commun comme on en voit qu’une seule fois dans une vie d’éducateur et encore, si l’on est chanceux. « Il est… étonnant, sourit Jacques Commères, directeur de la performance et des équipes de France de basket-ball. Même quand on pense avoir de l’expérience à haut niveau, dans le suivi des joueurs depuis 1984 me concernant, des individus comme lui, on n’en voit pas tous les jours. »
Victor Wembanyama est tellement unique qu’on pourrait le croire sorti tout droit de l’esprit créatif d’un scénariste de cinéma. Il a 16 ans, il mesure 2,20 m, il court (vite), il shoote (très bien), il dribble (bien) et il a surtout la tête très bien faite. Philippe Da Silva, entraîneur adjoint de l’équipe de Nanterre, où il évolue, et en charge du développement des jeunes résume bien le phénomène : « il a la tête d’un meneur de jeu, la mobilité d’un arrière et le physique d’un intérieur. Allier ces trois choses-là, c’est quasiment du jamais vu ».
« On a tendance à me résumer à ma taille, mais je montre d’autres qualités à Nanterre », soufflait le joueur en février. Commères valide : « non seulement il a un shoot, mais avec son intelligence de jeu, c’est un remarquable passeur ». Da Silva aussi : « Au niveau de la passe, il ressemble à Nikola Jokic (joueur de Denver), il a la mobilité et la vitesse de Giannis Antetokounmpo (le MVP de NBA) et le tir et la faculté à s’écarter de Kevin Durant. »

Le natif du Chesnay, dans les Yvelines le 4 janvier 2004, évolue sur un chemin tout tracé vers l’excellence depuis son plus jeune âge. En basket, il a toujours été surclassé, de son club du Chesnay-Versailles où il a fait ses débuts à 8 ans, à Nanterre où il joue depuis 2014. À l’école, il est aussi en avance, puisqu’il va passer son bac cette année.

Il est le cadet de sa famille, dont la vie est tournée autour du sport : son père, Félix, est un ancien athlète (triple saut, longueur), sa mère, Élodie, a joué au basket à haut niveau, sa grande sœur, Ève, est membre des équipes de France jeunes de basket et au centre de formation de l’Asvel et son frère, Oscar, performe en handball.

Mais le plus prometteur de la famille, c’est bien Victor. Nanterre a mis en place un dispositif spécial cette saison, en lien avec la Fédération, pour lui permettre de s’épanouir. Il jouit d’une double licence, qui lui permet de participer au championnat espoirs et aux matches de Jeep Élite et d’Eurocoupe avec Nanterre, mais aussi à la Nationale 1 avec le Centre Fédéral. « C’est un gamin très précoce, alors il fallait très vite trouver un moyen pour qu’il progresse davantage, relève Da Silva. La double licence lui permet de jouer en N1 contre des adultes, plus imposants que ceux qu’il peut rencontrer en espoirs. S’il arrive à dominer avec une telle différence d’âge cette année, l’an prochain il sera opérationnel pour être un pro à part entière. »

Lors de son seul match avec le Centre Fédéral jusqu’ici, il a crevé l’écran : 22 points, 10 rebonds, 7 contres et un succès, le quatrième seulement de l’histoire de l’Insep en N1 en 250 matches. Les vidéos ont fait le buzz sur les réseaux sociaux, comme toute l’actualité qui touche de près ou de loin à ce gamin. Quelques jours avant ce match, la vidéo d’un duel avec Rudy Gobert était devenue virale. L’international français avait lui même adoubé le jeune prodige sur RMC. « C’est le plus grand talent, loin devant moi, que j’ai vu. À 16 ans, moi je jouais en cadets région ! On n’a jamais vu ça en France. Et franchement, j’ai rarement vu ça dans le monde. »

« C’est un gamin qui travaille beaucoup, qui est humble et qui sait où il va, commente le meneur des Bleus Andrew Albicy, qui a joué face à lui en Eurocoupe il y a quinze jours. Sur le terrain, on sent qu’il est à l’aise. On n’a pas l’impression que c’est un petit jeune qui vient de rentrer. Il est impressionnant quand même et on le sent, ça pue le basket… »
Sociable, souriant, bien élevé, Wembanyama fait l’unanimité auprès de tous. « Pour l’anecdote, il s’est encore entraîné avec nous récemment et tous les joueurs pros sont conscients qu’il a un gros travail physique à faire. À un moment donné, il avait cinq pompes à effectuer avec l’équipe qui avait perdu. Mais pour lui, cinq pompes c’est énorme. Tout le monde s’est mis à l’encourager », révèle Da Silva. Déjà doté d’une très belle technique, l’intérieur doit maintenant progresser sur l’aspect physique.

Da Silva glisse une autre anecdote : « En deux ans, Victor a gagné 23 kg ! Il pesait 72 kg au moment où il intègre le centre de formation et là il en pèse 95. Il y a un énorme travail de fait, qui va lui permettre d’encaisser les impacts, d’être plus solide sur ses jambes, pour que l’on puisse éviter toutes les blessures possibles ». La Fédération pense déjà à lui « en vue de Paris 2024, même s’il n’aura que 20 ans », dixit Commères.
Fan de dessin – une activité qu’il pratique au quotidien – Victor Wembanyama ne semble pouvoir être freiné que par une blessure. Lui, en tout cas, regarde déjà dans les étoiles. « J’imagine me faire drafter, disait-il en février. Pas seulement jouer, mais être un joueur dominant et mener une équipe à un titre NBA. Il y a encore énormément d’étapes à franchir et de paliers entre le Victor d’aujourd’hui et celui que j’espère devenir. » Il brillera. Tout là-haut. (Source : Ouest France)
Peace and Basket.
https://blazers.fr