Partie I : L’homme que l’on voyait plus grand

by Xarphios

Retourner vers « Les 70ans de Wes Unseld, MVP 1969 »

Xarphios

Admin - Xarphios
Avatar du membre
Windy City
15946

Partie I : L’homme que l’on voyait plus grand

Message par Xarphios » 14 mars 2016, 10:13

Ce 14 Mars 2016 est un jour de fête pour le monde de la NBA. En plus d’être l’anniversaire des 60 ans de l’un de ses trophées les plus prestigieux, le Most Valuable Player ou MVP, d’être l’anniversaire de Stephen Curry qui sera très prochainement double tenant en titre du trophée, ce sont également les 70 ans de Wes Unseld, l’un des joueurs qui a le mieux représenté cette récompense au cours de sa carrière, et qui est l’un des 2 seuls joueurs de l’histoire à avoir remporté ce trophée lors de sa première saison NBA. Retour sur la carrière d’un immense joueur que les livres d’histoires ont trop souvent oubliés, et d’un grand homme qui a tout au long de sa vie était le porte drapeau et la figure de sa franchise de cœur, les Bullets.


L’homme que l’on voyait plus grand



Westley Sissel Unseld est venu au monde le 14 Mars 1946 à Louisville dans l’état du Kentucky. Sa mère Cornelia s’occupait de lui et de ses 8 frères et sœurs, pendant que son père cumulait un travail comme ouvrier dans le bâtiment, ainsi qu’un autre dans une compagnie pétrolière, pour faire vivre cette grande famille. Son père, Charles, était un ancien boxeur qui a également fait partie des Indianapolis Clowns, une ancienne version des Harlem Globetrotteurs. Le jeune Westley a grandit dans une famille où le sens des valeurs était extrêmement fort, et la priorité de ses 2 parents était d’avoir des enfants bien éduqués. Ils ne leur demandaient pas de ramener des A à chaque examen, mais par contre ils tenaient à ce qu’ils aient un comportement irréprochable. Leur père ne cessait de leur répéter qu’ils pouvaient être les personnes les plus stupides au monde, tant qu’ils étaient des gens biens. Au-delà d’une ligne de conduite, son père a également légué au jeune Westley sa soif d’apprendre, sa curiosité, ainsi que son esprit vif. C’est lui qui l’a poussé, avec ses frères, à faire beaucoup de sport. Selon lui c’était un bon moyen d’éviter les ennuis, et il leur faisait pratiquer une palette très variée d’activités. La seule sur laquelle il passait était la pêche, qu’il considérait comme un sport de paresseux.

Ce fut à 9 ans que le tout jeune Westley disputa son premier match de basketball. Sa classe devait affronter celle du niveau supérieur, et sa maîtresse insista pour qu’il aille jouer. Sur le moment il prit cela pour une punition, et ne retoucha plus un ballon durant 3 ans. Il alla plus tard au lycée de Seneca, et en plus d’être le meilleur de sa classe en histoire, il mena l’équipe du lycée à 2 titres de champion d’état. A l’époque son entraîneur mentait sur la taille de son joueur pour impressionner ses futurs adversaires, et il le poussait à adopter une coupe afro pour paraître plus grand. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’Unseld a, si l’on peut dire, rapetissi tout au long de sa carrière. Listé à 6-8 lors de ses années lycée, il est descendu à 6-7 ½ lors de son passage à la fac, puis à 6-7 à son entrée en NBA, et a fini à « seulement » 6-5 ¾ au moment de sa retraite.

Image

Après la fin de son cursus de HighSchool et le gain de son second titre de champion d’état, Unseld désire rester dans le Kentucky pour être proche de sa famille, il rejoint donc les Cardinals de Louisville. Pour sa première saison, il joue dans l’équipe freshman de l’université (équipe composée uniquement de 1ères années), et lors de ses 14 matchs il réalise des moyennes de 35,6 points et 23,6 rebonds. L’année suivante il est évidemment promu dans la grande équipe de la franchise, et la guide au NIT avec des moyennes de 19,9 points et 19,4 rebonds. Dans le même temps la grande université de l’état, les Wildcats de Kentucky, traversent une mini crise. Ils viennent de se faire éliminer par l’université de Texas Western et son équipe constituée uniquement de joueurs noirs. L’entraîneur de l’équipe, Adolph Rupp, se voit attaquer de tous les côtés, et ses dirigeants lui mettent la pression. Il tente donc de faire venir Unseld, en lui proposant de devenir le premier joueur noir de la prestigieuse université de Kentucky. Ce à quoi le jeune homme de 19 ans lui répond très calmement: « Je ne veux pas être votre premier joueur noir, mais seulement un joueur de basket. ». A une époque où le racisme était extrêmement présent, cela lui a valût quelques problèmes. Pat Riley alors somophore chez les Wildcats, raconta plus tard que bien qu’il n’y ait jamais eus de problèmes avec d’autres joueurs, il savait que ça avait été différent avec des fans des Wildcats, et qu’Unseld avait reçu plusieurs menaces de mort. Cela n’empêche pas Unseld de continuer sa progression, et lors de ses 2 dernières années chez les Cardinals, il conduit son équipe à la March Madness, et est élu dans la First All American Team.

Déjà à cette époque on voyait se dessiner le joueur qu’il deviendrait par la suite en NBA. Un joueur d’équipe, qui faisait le travail de l’ombre, et qui aimait ça. Son déficit de taille face aux autres pivots était largement compensé par sa détermination et son engagement total sur le parquet. Finalement il quitta l’université avec un bilan de 60-22 sur ses 3 années passées dans l’équipe première, ainsi que des moyennes de 20,6 points et 18,9 rebonds. A ce jour il est encore le 5ème rebondeur de l’histoire de la NCAA (à la moyenne), juste devant le légendaire Wilt Chamberlain. Au-delà de ses performances sportives, il sortit également diplômé en Education Physique et Sportive, ainsi qu’en Histoire.

Image

Il se présente à la draft de juin, les Rockets de San Diego qui détiennent le premier choix de cette 22ème draft sélectionnent Elvin Hayes. Le jeune intérieur qui vient de finir son cursus chez les Cougars de Houston, est notamment sorti vainqueur de ce qui à l’époque est appelé le match du siècle. Une victoire face à Lew Alcindor et son équipe d’UCLA devant une salle de plus de 50 000 personnes. Ce fût le premier match de saison régulière de NCAA à être diffusé en direct à la télévision. Ce soir là Hayes marque 39 points, gobe 18 rebonds, et ajoute 8 contres pour aller arracher la victoire. Il faut tout de même noter que le futur Kareem Abdul Jabbar joua ce match blessé, et que lorsque les 2 équipes se retrouvèrent en demi-finale de la March Madness, ce fut UCLA qui s’imposa et qui alla glaner son second titre consécutif. Wes Unseld fut sélectionné avec le second choix, et s’envola pour Baltimore rejoindre la franchise des Bullets pour ne plus jamais la quitter.

Image
Chicago needs Sam Hinkie.

Retourner vers « Les 70ans de Wes Unseld, MVP 1969 »