Les articles sur "san antonio spurs"

Les Spurs ne voulaient pas mourir

Les Dieux du basket ne voulaient pas voir la carrière de Manu Ginobili s’arrêter sur un « sweep » des Warriors en terre texane, au premier tour de ces playoffs. Mieux, ils ont fait de l’Argentin, autour de qui le doute plane toujours quant à son éventuelle retraite, le grand héros de la fin de ce Game 4 remporté par les Spurs (103-90) avec un money-time dans lequel il a enchaîné trois actions décisives. Les Spurs, qui ont mené toute la partie, ont fini par faire plier un Kevin Durant trop esseulé (34 pts à 12/28 dont 4/13 à 3-pts, 13 rbds) en misant tour à tour sur LaMarcus Aldridge (22 pts, 10 rbds), Rudy Gay (14 pts, 7 rbds) ou Dejounte Murray (12 pts) avant de terminer par le Gino Show (16 pts, 3 rbds et 5pds). Lire la suite »

Ettore Messina reste à la tête des Spurs pour le Game 4 face aux Warriors

C’est encore Ettore Messina qui sera chargé d’éviter l’élimination des Spurs, lors du Game 4 de leur premier tour de playoffs face aux Warriors, demain soir. Après le décès de sa femme Erin, Gregg Popovich reste en effet auprès de sa famille. Lire la suite »

C’était il y a 10 ans : les 40 points de Tim Duncan face aux Suns en playoffs

C’était il y a 10 ans, le 19 avril 2008. Les Spurs du fringant trio Parker-Ginobili-Duncan, champions en titre (3e à l’Ouest) affrontent les Suns d’un Mike D’Antoni en perte de vitesse (6e) pour le premier match du premier tour des playoffs.

Un premier acte illuminé par la prestation d’un joueur unique, Tim Duncan, auteur ce soir-là de la deuxième meilleure performance de sa carrière en postseason, à 40 points (16/24 au tir), sans oublier ses 15 rebonds et 5 passes décisives, pour une victoire texane 117-115 après double prolongation. Lire la suite »

Ettore Messina à la tête des Spurs pour le Game 3

Sa femme Erin étant décédée la nuit dernière, Gregg Popovich ne sera logiquement pas sur le banc des Spurs ce soir, pour le Game 3 de la série face aux Warriors. C’est son premier assistant, Ettore Messina, qui va assurer l’intérim. Lire la suite »

Abattus mais pas résignés, les Spurs veulent capitaliser sur les leçons du Game 2

Cette nuit, pendant les 24 premières minutes de la rencontre entre les Spurs et les Warriors, San Antonio a sorti une copie presque parfaite. Agressifs et physiques en défense, ils sont parvenus à sortir les Dubs de leur zone de confort.

Tous les déplacements étaient contestés, toutes les lignes de passes coupées, forçant Golden State à perdre 7 ballons en premier quart-temps, 11 à la mi-temps. Privés de rythme, les champions en titre n’ont pas trouvé leur adresse alors qu’en face LaMarcus Aldridge a fait régner sa loi à coup de hook shots et de tirs à mi-distance. À la pause, San Antonio était à +6 dans une Oracle Arena dubitative. Et puis, les Dubs ont haussé le ton. En quelques minutes, tout le travail réalisé par les Texans s’est effondré. Les chiffes des 24 dernières minutes sont édifiants sur le gouffre de talent qui sépare les deux équipes.

Score : 69-48
Pourcentage à 3-points : Warriors 61% (11/18), Spurs 9% (1/11)
Ballons perdus : Warriors 4, Spurs 7
Points en contre attaque : Warriors 14, Spurs 5

« Le seul problème, c’est que la balle doit aller dans le panier »

Après la rencontre, nous avons vu Gregg Popovich venir conforter un Rudy Gay assis à son vestiaire, le regarde dans le vide, et taper affectueusement LaMarcus Aldridge sur l’épaule. Il était fier de ses joueurs, de l’effort fourni et de leur rigueur, mais tout de même un poil résigné sur la disparité criante d’adresse entre les deux équipes.

« Je suis satisfait de notre effort. Les gars ont respecté le plan de jeu, ils ont joué avec force, ils étaient agressifs. On fait un bon match, » détaille-t-il. « Le seul problème, c’est que la balle doit aller dans le panier et c’était la différence ce soir. Ils étaient à 50% à 3-points (48%), et nous à 14%, 4/ 28. C’est difficile à surmonter. C’est l’histoire de notre saison à l’extérieur et ce soir c’était flagrant. »

Même son de cloche du côté de Manu Ginobili. L’Argentin, qui a fini avec dix points, était lui aussi satisfait de la réaction de son équipe mais est conscient que face à l’armada de la Baie, ce n’est simplement pas suffisant.

« Je me sens mieux qu’après la défaite du premier match. Nous nous sommes battus, nous avons mieux joué mais il y a toujours quelque chose qui cloche. Aujourd’hui, c’était l’adresse, » concède-t-il. « On doit renverser la balle vingt fois pour trouver un tir ouvert et on le rate. Ça ne peut pas se reproduire, on n’a pas le choix. Nous avons bosser dur mais ce n’est pas suffisant. »

Après ces deux premiers matchs, le constat est simple : les Spurs n’ont aucune marge de manœuvre.

« Si on veut avoir une chance, nous ne pouvons pas faire d’erreurs, nous n’avons pas le droit de perdre la balle, » expliquait Pau Gasol. Si la tâche s’annonce compliquée pour San Antonio, ils peuvent cependant tirer des enseignements de leur première mi-temps. C’est en effet uniquement en jouant le rôle de l’agresseur qu’ils auront une chance de prendre un match et d’injecter une dose de suspense à une série qui tend désormais les bras aux Warriors.

Des Spurs en difficulté loin de leurs bases

« Être agressif en défense et leur rendre la vie difficile. Essayer de ne pas les laisser couper, et bouger facilement. On doit leur faire sentir notre présence, je pense que c’est notre seule option, » explique Patty Mills. « On doit juste le faire pendant 48 minutes, ce n’est pas facile mais nous aurons l’opportunité d’être encore plus agressif à la maison. »

Meilleur joueur de San Antonio lundi soir, LaMarcus Aldridge proclamait haut et fort que les Spurs n’allaient pas abdiquer, qu’ils doivent se servir des mêmes mentalité et intensité jeudi lors du Game 3 pour rester sur la même dynamique et espérer que la réussite change de camp. Après tout, San Antonio n’a perdu que huit matchs à domicile cette saison.

L’espoir est donc bien là… à une exception près. Les Spurs devront s’imposer au moins une fois à Oakland s’ils veulent remporter cette série. Hors, ils n’ont plus gagné loin de leur base depuis le 25 février à Cleveland, mais pour retrouver une victoire chez une équipe de l’Ouest, il faut revenir quatre mois en arrière. Le 20 décembre, à Portland. Pour Manu Ginobili, plus qu’une performance parfaite des Spurs, il leur faudra surtout un coup de pouce… des Warriors !

« Nous ne sommes pas favoris dans cette série et pour gagner ici, nous avons besoin qu’ils sortent une performance plus humaine. Quand Klay est à ce niveau, il n’y a pas grand chose à faire. Durant est… Durant. Alors quand vous avez du mal à marquer et que vous voyez votre adversaire enchainer les tirs, c’est frustrant, » explique-t-il avec candeur. « Ils doivent nous filer un petit coup de main ! »

Propos recueillis à Oakland.

Pas de retour dans ces playoffs pour Kawhi Leonard

« Il faut poser cette question à Kawhi et son groupe. »

Interrogé pour savoir s’il y avait une chance que Kawhi Leonard revienne durant la série face aux Warriors, Gregg Popovich a indiqué que la franchise n’avait pas la réponse. Pas présent sur le banc de l’équipe pour le Game 1 contre Golden State, l’ailier continue en fait son travail à New York, auprès de ses médecins et du staff qu’il a réunis de son côté. Lire la suite »

Gregg Popovich : « Nous étions comme une biche dans les phares d’une voiture »

Entre deux bons mots pendant sa conférence de presse d’après-match, Gregg Popovich a tout de même évoqué les manquements de son équipe dans la gifle prise face aux Warriors en ouverture des playoffs. Manque de rigueur, manque d’agressivité, manque de « physicalité », les Spurs ont été dominés dans tous les compartiments du jeu.

Outsiders dans cette série, les Spurs n’ont simplement pas joué comme une équipe qui n’a rien à perdre et leur entraineur n’a pas caché sa déception. Lire la suite »

Warriors – Spurs : mode playoffs enclenché pour Golden State

Après une fin de saison régulière compliquée, on se demandait quel visage allaient afficher les Warriors durant ces playoffs. Samedi, leur réponse a été sans équivoque. Derrière leur meilleure performance défensive depuis bien longtemps, ils n’ont laissé aucune chance à San Antonio pour remporter le premier match des playoffs (113-92). Lire la suite »

Surclassé par les Pelicans, San Antonio affrontera les Warriors au premier tour

Les Pelicans ont fait mieux qu’assurer leur fin de saison régulière. Les joueurs d’Alvin Gentry ont très facilement dominé San Antonio 122-98 dans un match plié dès la mi-temps. Avec six joueurs à dix points ou plus, New Orleans a parfaitement rempli sa mission et a profité de la faiblesse des Spurs cette saison à l’extérieur. Gregg Popovich en a au moins profité pour ne pas forcer sur ses titulaires. Les Eperons terminent 7e de l’Ouest et joueront les Warriors au premier tour. Les Pels ne connaissent pas encore leur place finale (5e ou 6e) mais ils sont assurés de devoir croiser le fer avec Portland pour débuter les playoffs. Lire la suite »

Dans les dernières minutes, les Spurs arrachent leur place en playoffs

San Antonio s’est fait une sacrée frayeur mais sera bien présent une nouvelle fois en playoffs. La troupe de Gregg Popovich a tout de même décroché, au finish, sa qualification pour les phases finales en disposant de Kings accrocheurs (98-85). L’écart final est plutôt flatteur puisque les Texans n’ont fait la différence que dans le dernier quart-temps après avoir été longtemps mené. Mais le banc porté par Rudy Gay et l’inusable Manu Ginobili a fait la différence pour l’emporter. Lire la suite »