Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
MIL
CLE1:00
CHA
ATL1:00
IND
POR1:00
PHI
BOS1:00
WAS
DET1:00
BRO
ORL1:30
MIN
UTH2:00
DAL
SAC2:30
NOR
GSW3:30
PHO
LAL4:00
Reportages

[reportage] Les Mavs en rodage

Dernier opus de notre virée texane pendant la présaison. C’était il y a 15 jours, et nous voilà partis pour les coulisses d’un Dallas – Phoenix avec en vedette, des bestiaux, JFK ou encore Lance Arsmtrong.

Enfin presque…

Episode 1

Episode 2

Episode 3 : Mercredi 17 Octobre 2012

Il faut 4 heures de route pour rejoindre Dallas depuis Houston à travers la plaine centrale du Texas désespérément plate et monotone. Me voici donc désormais à « Big D » et j’ai posé mes valises  au Sheraton Downtown, le genre d’hôtel où il faut faire 100 mètres de queue pour récupérer ses clés et où rejoindre sa chambre au 32éme étage de la tour Nord relève de l’expédition.

L’air est heureusement plus respirable ici qu’au Sud Texas et même si la ville tarde à me dévoiler ses charmes, ma visite matinale de la « Texas State Fair » m’a réconciliée avec les foires aux bestiaux ! Il faut admettre que les concours de taureaux Brahman c’est du sérieux au Texas! La foire se déroule au cœur d’un parc dont l’épicentre n’est autre que le Cotton Bowl, stade mythique du College Football. Les Halls d’exposition et autres attractions en tout genre font le bonheur d’un public bon enfant. Pour ma part, ce n’est pas totalement ma tasse de thé et je conseillerais plutôt à toute personne de prévoir une halte au « 6th Floor Museum » à Dealey Plaza, lieu de triste mémoire dans l’histoire américaine. On y retrouve en effet une émouvante exposition sur les événements qui se sont déroulés à quelques mètres de là un 22 Novembre 1963. J’avoue que lorsque je me suis retrouvé à la place de Lee Harvey Oswald dans l’encablure de la fenêtre du 6éme étage et que je me suis imaginé le convoi présidentiel qui remontait la rue, cela m’a fait un truc.

Pas de Nowitzki, pas de Beaubois…

A deux pas du « Museum district » où je flâne nonchalamment en cette fin d’après midi se trouve un grand bâtiment de briques rouge qui n’est autre que l’American Airlines Center. Ce soir les Mavericks y accueillent les Suns pour ce qui sera le troisième et dernier opus de mon périple Texan. J’étais très enthousiaste à l’idée de « shooter » Dirk Nowitzki sauf que je viens d’apprendre sur ESPN Radio que l’Allemand ne jouerait pas ce soir et qu’il serait même out pour plusieurs semaines à cause de son genou droit récalcitrant. Rodrigue Beaubois manque également à l’appel pour blessure il y a de l’eau dans le gaz avec Delonte West qui a été suspendu par son coach Rick Carlisle. Sa conduite a été jugé incompatible avec les règles de vie l’équipe et même s’il sera réintégré pour le match du soir, son avenir aux Mavs semble bien compté.

Nous sommes deux bonnes heures avant le « Tip-Off » et je franchis les portes de l’enceinte pour m’engouffrer dans le premier ascenseur venu direction la « Press Box » au 6éme étage. Je débouche alors sur un espace toute en longueur avec une vue plongeante sur le parquet à vous donner le vertige. Ce n’est pas une salle de Basket, c’est une cathédrale ! D’ici, le terrain est microscopique et je plains les journalistes qui suivent la rencontre depuis ce poste d’observation. Je retrouve rapidement le sous-sol et dépose mes affaires dans la salle photo. Je sympathise au passage avec deux photographes qui me prennent de prime abord pour un Allemand, Dirk oblige. Puis la conversation dérive sur Lance Armstrong dont l’image est très forte dans son Texas natal. L’annonce du désengagement de Nike fait jaser. Le comportement de la presse française à son égard également et je marche sur des œufs !

Je prends congé de mes nouveaux amis, direction l’échauffement d’avant match. Une jeune photographe chinoise sollicite alors mon aide pour régler son appareil : on croit rêver ! Même si c’est un Canon et que je suis Nikoniste je m’exécute et lui sauve son shooting in extremis!

Je croise alors sur le bord du terrain Dan Majerle qui fait partie du staff des Suns. Il n’a pas pris une ride « Dan the Man » et le voir ainsi réveille en moi les doux souvenirs de la finale 93 face aux Bulls !

La nonchalance de Mike Beasley…

C’est parti pour cette rencontre de présaison et le début de match est à l’avantage de Dallas. La doublette d’arrière OJ. Mayo et Darren Collison fait le boulot bien épaulée par un Elton Brand auteur de 11 points dans le premier quart-temps. Mais les trop nombreuses pertes de balle vont rapidement plomber le tableau du côté des Texans. On sent qu’il y a beaucoup de nouveaux à Dallas et les schémas ne sont pas encore bien assimilés. Marcin Gortat le pivot polonais des Suns ne fait pas dans la dentelle avec son look de bûcheron transylvanien. Franchement sa barbichette en collier et son crane rasé, c’est la grande classe ! Michael Beasley est exaspérant : c’est  un joueur dont le talent naturel crève les yeux mais son attitude est d’une telle nonchalance sur un terrain qu’être son coach doit être ulcérant ! Une intense partie de « Trash talking » s’est d’ailleurs engagée  entre Beasley et Vince Carter. Ils échangent allègrement les noms d’oiseaux, un sourire en coin.

Le meneur slovène des Suns Goran Dragic est sobre mais diablement  efficace. Heureusement le vétéran Vince Carter a la main chaude à mi-distance ce qui permet à Dallas de limiter la casse et de n’être mené que de 5 points à la pause. Je m’éclipse lors des danses folkloriques qui agrémentent la mi-temps qui et j’en profite pour repasser par la salle de presse afin de me désaltérer.

De retour sur le parquet, les Suns ont passés la seconde par l’intermédiaire de leur pivot argentin Luis Scola hyperactif et Dallas coince aux entournures. C’est la défense qui n’était pas au niveau confiera en conférence d’après match le grand Chris Kaman auteur de 16 points et qui a remplacé Nowitzki au pied levé. Lors d’un temps mort, une vidéo est projetée  sur l’écran géant de la salle retraçant les premiers pas de Nowitzki en Allemagne. Le pivot Star présent toute la rencontre sur le banc auprès des ses coéquipiers se fait copieusement chambrer pour l’occasion. Les deux Rookies des Suns Kendall Marshall et Luke Zeller que j’ai eu la chance de shooter l’an dernier en NCAA restent à mon grand damn désespérément scotchés au banc. Les Cheerleaders sont particulièrement spectaculaires ici à Dallas et elles dansent sacrément bien. « Texas blondes » me lâche mon voisin dans un clin d’œil complice.

Delonte West a fait son apparition sur le parquet. Difficile de le rater avec son corps couvert de tatouages. Il essaie de produire du jeu et donne de sa personne en plongeant dans l’assistance pour récupérer une balle perdue. Un photographe et une brochette de VIP en prennent pour leur grade ! Dans le 4ème quart temps, c’est au tour des Rookies de Dallas de faire leurs gammes : Josh Akognon, Jared Cunningham, Dominique Jones, Jae Crowder et Bernard James jouent donc les utilités dans les dernières minutes sans réussir à renverser la vapeur.

Les Mavs s’inclinent finalement 100 à 94 malgré une prestation offensive correcte.

Un bout de Mayo

A la sortie du parquet les fans s’amassent pour taper dans les mains de leurs idoles. O.J. Mayo me laisse gracieusement sa coudière en souvenir. Elle est maculée de sang mais je la glisse tout de même dans ma poche. Le volubile propriétaire des Mavericks Mark Cuban parlait dans la semaine de l’alchimie comme la composante essentielle dans le succès d’une équipe de sport collectif. Force est de constater que cette alchimie n’est pas encore présente à Dallas même si l’adjonction de joueurs comme Collison ou Brand peut laisser augurer de belles choses au retour de Nowitzki dans 6 semaines.

Voilà, je remballe mon matériel photo car c’est ici que s’achève cet épisode Texan. Je suis vraiment heureux d’avoir vu évoluer les 3 franchises NBA de l’état et espère vous avoir fait partager un peu de mon plaisir ! Alors que je rentre dans la nuit à mon hôtel, admirant au passage le skyline de Dallas scintiller devant mes yeux, j’ai un pincement au cœur en pensant qu’il me faudra attendre de long mois avant de retrouver ces terrains « where amazing happens ».

Toutes les photos du match c’est ici : Dallas – Phoenix

 

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *