Interviews News

Interview Chauncey Billups : « avec Chris Paul et moi, les Clippers vont vite progresser »

Parti fâché de New York, Chauncey Billups a bien failli tirer sa révérence sur un crime de lèse-majesté : une amnesty clause. Un affront que Mr Big Shot a digéré mais pas oublié. Une aubaine pour les Clippers, qui récupèrent un vétéran motivé comme un rookie.

« Je suis prêt à jouer plus de 30 minutes par match. Je n’attends que ça, je suis là pour ça », clame-t-il.

Le MVP des Finals 2004 a encore des choses à prouver, aux Knicks comme à lui même.

Ses 23 points pour sa première sortie officielle aux côtés de CP3 et Blake Griffin promettent une fin de carrière angélique pour le classieux et affable Chauncey.

Dans les vestiaires du Staples Center lundi soir, Basket USA a taillé la bavette avec le mentor des ambitieux et déjà séduisants Clippers. 

 Chauncey, battre les Lakers avec une telle facilité, ça pose des bases prometteuses non ?

Bien sûr. Mais bon, qui on avait en face n’était pas vraiment important. L’essentiel, c’était de profiter de ce que je considère comme entraînement de luxe pour continuer de bien bosser ce qu’on a déjà commencé à travailler au training camp. Le résultat importe peu et cette victoire ne signifie rien du tout. Ce qui compte c’est notre jeu, notre développement collectif et notre progression.

Et si on s’arrête sur votre cas personnel, tout va bien ?

Je ne me fais aucun souci pour moi et vous ne devriez pas non plus (sourire). Ma seule attention, c’est l’équipe. Je suis dans cette ligue depuis un moment, je vais trouver le moyen d’être efficace pour les Clippers et de jouer sur mes points forts.

Justement, on vous a trouvé à l’aise en défense, même sur Kobe. Chris Paul et vous allez souvent avoir des arrières plus grands en face de vous, vous pensez que ça peut être un avantage ou un souci ?

Un peu des deux mais on va s’arracher et aller au combat. Car quasiment à chaque match on va avoir un déficit de taille à combler à l’arrière. On va trouver le moyen d’en faire un atout. Et je pense déjà que les gars en face vont avoir du mal à défendre sur nous. La plupart des postes 2 ne savent pas bien défendre sur les pick and roll donc pour moi c’est un gros avantage.

 

La défense sera-t-elle la clef pour aller en playoffs et faire rapidement de cette équipe une machine à gagner ?

Totalement. Sur ce match on a été très adroit mais ça ne sera pas le cas tous les soirs et il faudra qu’on gagne en shootant moins bien. Cela passe par la défense et on a montré qu’on avait de solides bases, même sans beaucoup d’entraînements collectifs derrière nous. On avait un plan défensif et on a su le respecter, c’est important. On joue dur et avec agressivité, il faut continuer. Par expérience, je sais que ça peut permettre de compenser quelques erreurs défensives.

« Si on ne gagne pas, je me moque de l’enthousiasme autour de l’équipe »

Vous même, à votre âge devoir ressortir le bleu de chauffe ce n’est pas un problème ?

J’ai toujours été un défenseur solide. Je ne vais pas vous dire que je suis le même à 35 ans qu’à 25 mais mon coeur n’a jamais changé et je suis un compétiteur qui se donne toujours à fond. A Detroit nous avions des défenseurs incroyables, on se connaissait par coeur et on se faisait confiance. Si on arrive à avoir la même chose ici, on sera très dangereux.

Et combien de temps cela peut-il prendre justement pour cette équipe de trouver son point d’équilibre et son fonctionnement optimal ?

C’est difficile de répondre. Parfois ça peut prendre une saison entière, d’autres quelques mois. Certains processus peuvent s’accélérer rapidement et soudainement mais je n’ai pas encore les éléments pour dire ce qu’il en sera avec les Clippers. Ce que je sais déjà, c’est qu’avec les renforts de Chris Paul et moi-même, qui avons l’expérience des playoffs, ça peut aller vite. Mais la saison sera intense, il va falloir éviter les blessures et ne pas forcer sur la machine.

Sentez-vous déjà la perception changer autour des Clippers, que ce soit auprès des fans, des médias ou des autres joueurs avec qui vous parlez dans la ligue ?

Je le sens. Même si je viens d’arriver, je sens une réelle excitation en ville autour de l’équipe et des nouveaux venus. Cette équipe était déjà belle la saison passée, il ne faut pas l’oublier. Le leadership a manque de constance sur la durée mais avec l’expérience apportée par les recrues, ces Clippers là vont être très excitants à voir jouer. Mais pour moi, si ça ne s’accompagne pas de victoires ça ne veut rien dire et je m’en moque.

A titre personnel, avec CP3, Blake, DeAndre Jordan et Caron Butler qui vont concentrer l’attention en défense à l’intérieur ou sur des shoots ouverts, vous avez une belle carte à jouer pour réaliser une grosse saison !

Pour moi c’est une situation qui peut en effet être très agréable. On va jouer une certaine liberté, avec un jeu de passe rapide, le ballon va tourner et bouger. Maintenant il va falloir que j’apprenne à anticiper les déplacements de Blake, savoir où il veut la balle exactement, mettre DeAndre dans les meilleures conditions pour qu’il soit efficace, là donner au bon moment à Caron. Cela va prendre un peu de temps.

Propos recueillis par Benjamin Adler au Staples Center
Photo : Keith Allison
Basket USA

A voir aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles  |  83 commentaires Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>