Draft Magazine News

Draft 2018 : notre Mock Draft 2.0

Après notre première Mock Draft publiée au lendemain de la lottery, il est temps de mettre à jour nos prévisions, en fonction des déclarations et des rumeurs, plus ou moins insistantes. À une semaine de la Draft, il y a comme d’habitude pas mal de bluff et d’écrans de fumée autour de la nouvelle promotion, même s’il est possible de déceler quelques tendances…

#1 PHOENIX SUNS

Le choix : DeAndre Ayton

Le GM des Suns, Ryan McDonough, a plusieurs fois évoqué l’idée d’un transfert du premier choix, moyennant tout de même une offre « époustouflante ». Si une superstar se retrouve sur le marché, Phoenix étudiera forcément l’option mais il semble tout de même plus probable de voir l’équipe conserver son choix.

Dans ce cas, DeAndre Ayton apparait désormais comme une quasi-évidence. La franchise de l’Arizona a bien testé différents joueurs mais le pivot des Bahamas est lui certain de rejoindre Phoenix, du fait de son potentiel et du manque dans la raquette des Suns. Son physique et son shoot peuvent faire de lui l’un des intérieurs dominants dans les années à venir, même si son instinct défensif pose toujours question.

L’option Luka Doncic, évidente après l’arrivée de son ancien coach en sélection, Igor Kokoskov, a elle du plomb dans l’aile. Même si elle n’est pas à exclure, il semble de moins en moins probable que le joueur du Real Madrid soit le premier choix de la Draft 2018, malgré tous les trophées récoltés en Europe.

Les alternatives : Luka Doncic, un échange

Si DeAndre Ayton est considéré comme le joueur de cette Draft le plus à même de devenir un véritable « franchise player », Luka Doncic a prouvé en Europe qu’il avait suffisamment de talent en main pour être plus qu’un plan B. Les Suns ont peut-être davantage besoin d’un intérieur que d’un extérieur qui a besoin du ballon, mais le Slovène est trop fort, à 19 ans, pour ne pas être envisagé avec beaucoup de sérieux. Même si Phoenix envisage peut-être de moins en moins cette option.

#2 SACRAMENTO KINGS

Le choix : Marvin Bagley III

Luka Doncic peut-il encore descendre ? C’est l’option qui semble se dessiner tant les Kings semblent assez peu intéressés par le prodige slovène. Avec De’Aaron Fox, Bogdan Bogdanovic et Buddy Hield sur les lignes arrières, Sacramento a déjà du monde pour s’occuper du ballon et Vlade Divac pourrait donc se concentrer sur un intérieur.

Il faut dire qu’il y a de ce côté-là quelques prospects très intéressants, à l’image de Jaren Jackson Jr ou de Marvin Bagley III. Avec son jeu offensif et son énergie, l’ancien de Duke a ainsi les armes pour amener de l’impact dans la raquette des Kings, sur le long terme. Avec son sens du rebond, l’intérieur peut ainsi former un duo très intéressant avec Willie Cauley-Stein. Reste à voir si ses problèmes de placement défensif, qui ont forcé Coach K à beaucoup utiliser la zone cette saison, ne seront pas un gros point noir pour son futur.

Surtout que Marvin Bagley III risque d’être entre deux postes en NBA. Peut-être pas assez puissant pour s’imposer comme pivot et pas assez mobile pour être ailier fort, surtout dans un jeu qui s’écarte de plus en plus. Il aura donc certainement du pain sur la planche pour pouvoir pleinement exploiter son talent.

Les alternatives : Luka Doncic, Michael Porter Jr ou un échange

Vlade Divac et Peja Stojakovic peuvent toujours avoir bluffé tout le monde pour prendre Luka Doncic, dont le talent évident mérite forcément attention, tandis que Michael Porter Jr a des chances d’être aussi très sérieusement envisagé. À moins que la franchise ne décide de faire un échange pour récupérer un vétéran, ou pourquoi pas pour descendre dans la Draft…

#3 ATLANTA HAWKS

Le choix : Luka Doncic

Si les Suns et les Kings décident de faire l’impasse sur Luka Doncic, on voit mal les Hawks le laisser passer. Après son année magique conclue par une médaille d’or à l’EuroBasket avec la Slovénie, son titre en Euroleague avec le Real Madrid, ses trophées de MVP de la saison régulière et de MVP du Final Four de la compétition et alors qu’il tente actuellement de remporter à nouveau le championnat d’Espagne, la pépite n’a plus rien à prouver.

Bien sûr, certains mettent en doute son explosivité et son premier pas, qui pourraient l’empêcher de dominer face aux incroyables athlètes de NBA, tout comme sa défense. Mais Luka Doncic est sans doute le joueur européen le plus abouti à se présenter à une Draft NBA. Sa vision du jeu et son sens de la passe sur le pick-and-roll font de lui un talent capable de briller partout, et ses renversements de jeu sont une pure merveille. Dans des défenses NBA plus écartées qu’en Europe, difficile de voir cet Hedo Turkoglu survitaminé ne pas pouvoir imposer sa patte.

Avec un Dennis Schröder sur la sellette, les Hawks pourraient donc miser sur Luka Doncic pour construire une base d’avenir pour l’équipe, aux côtés de Taurean Prince et Josh Collins.

Les alternatives : Jaren Jackson Jr, Michael Porter Jr ou Mo Bamba

Il n’est néanmoins pas impossible que les Hawks préfèrent eux aussi miser sur un intérieur, comme Jaren Jackson Jr ou Mo Bamba. À moins que Michael Porter Jr ne soit également envisagé, lui dont le potentiel pourrait renverser les prévisions, si une équipe décide de passer outre les doutes sur son dos.

#4 MEMPHIS GRIZZLIES

Le choix : Jaren Jackson Jr

C’est le plus jeune joueur attendu au premier tour et pourtant, la cote de Jaren Jackson Jr monte. Polyvalent, hyper mobile, doté d’une envergure impressionnante, il représente l’intérieur moderne dont la NBA actuelle raffole. Ce type de joueur capable de « switcher » sur tous les écrans tout en représentant une force de dissuasion près du cercle, le tout en étant capable d’écarter le jeu en attaque et même de remonter le terrain avec le ballon.

Sa saison freshman à Michigan State ne lui a pas permis d’exprimer totalement ses qualités mais les équipes sont enthousiastes, bien que Jaren Jackson Jr manque encore de puissance, ce qui l’handicape lors des batailles au rebond. On s’interroge aussi sur ses capacités de passeur, même si ce n’est pas ce qu’on lui demandera en premier.

Les alternatives : Michael Porter Jr, Mikal Bridges ou un échange

Si les Grizzlies veulent redevenir compétitifs rapidement autour du duo Mike Conley – Marc Gasol, peut-être qu’un ailier serait alors plus adapté. On peut alors les imaginer mettre la main sur Michael Porter Jr ou Mikal Bridges. Mais un échange n’est pas totalement exclu, surtout si Marc Gasol met la pression sur ses dirigeants pour éviter la reconstruction. Ce choix de Draft pourrait alors, pourquoi pas, faire partie d’un plus gros trade.

#5 DALLAS MAVERICKS

Le choix : Mo Bamba

Dallas cherche un pivot depuis le départ de Tyson Chandler. Les Mavericks pourraient le récupérer lors de la « free agency » puisque DeMarcus Cousins et DeAndre Jordan sont free agents mais ils pourraient également le faire lors de la Draft.

Avec sa taille et son envergure, Mo Bamba est souvent comparé à Rudy Gobert, avec peut-être le shoot en plus. Après l’échec de la greffe Nerlens Noel, le natif de Harlem pourrait bien devenir le point de fixation intérieur que cherche la franchise depuis désormais quelques saisons. Un joueur capable de couvrir les arrières de Dennis Smith Jr et de combiner avec lui sur le pick-and-roll. Le potentiel est en tout cas très intéressant.

Les alternatives : Michael Porter Jr, Wendell Carter Jr

Si Dallas est davantage en quête de talent offensif, Michael Porter peut à nouveau être une option. Certes, il y a déjà Harrison Barnes sur l’aile mais ce dernier peut se décaler à l’intérieur dans le « small ball » actuel et, de toute façon, les franchises draftent en priorité le meilleur joueur, avant de choisir un joueur qui colle absolument à leurs besoins. Si les Mavericks veulent un pivot, l’intéressant Wendell Carter Jr est aussi une option à suivre.

#6 ORLANDO MAGIC

Le choix : Michael Porter Jr

Désigné coach d’Orlando, Steve Clifford a du pain sur la planche. Chantre de la défense et d’une limitation des balles perdues, l’entraîneur va avoir du boulot en Floride et ça pourrait en effet bouger dans l’effectif floridien cet été, histoire d’équilibrer un effectif bancal. Malgré une saison quasiment blanche à Missouri après une opération du dos, Michael Porter Jr serait en tout cas une belle prise lors de la Draft.

Le phénomène, coaché par Brandon Roy au lycée, assure qu’il est le meilleur joueur de la promotion, ce que beaucoup semblaient penser avant sa blessure. Depuis, des doutes ont émergé, notamment par rapport à son efficacité offensive. Remarquable scoreur, doté d’une bonne taille pour le poste et d’un dribble correct, il va devoir prouver qu’il n’est pas qu’un shooteur et qu’il peut apporter à une équipe dans tous les compartiments du jeu.

Les alternatives : Trae Young, Collin Sexton, Wendell Carter Jr

Sauf qu’avec Evan Fournier, Terrence Ross, Aaron Gordon et le dernier drafté, Jonathan Isaac, le Magic a déjà du monde sur les ailes. En cas de Draft de Michael Porter Jr, il faudra sans doute transférer au moins un de ces joueurs car, sinon, ça risque d’être très encombré. Plutôt en quête d’un meneur, Orlando pourrait donc jeter son dévolu sur le scoreur Trae Young ou le plus défensif Collin Sexton. À moins que le club n’équilibre son secteur intérieur avec Wendell Carter Jr, là aussi avec l’idée d’effectuer un trade (Nikola Vucevic, Bismack Biyombo) dans la foulée…

#7 CHICAGO BULLS

Le choix : Wendell Carter Jr

Certes, les Bulls ont déjà Robin Lopez et Bobby Portis sous le cercle, mais l’important est sans doute pour eux de trouver un joueur complémentaire à Lauri Markkanen et c’est bien ce que pourrait être Wendell Carter Jr. S’il n’est pas forcément très grand ou très athlétique, le joueur de Duke est la définition du joueur solide.

Pas mal comparé à Al Horford, il partage en effet avec l’intérieur des Celtics une force générale. De bonnes mains près du cercle, un bon shoot extérieur, des capacités en tant que passeur et contreur, un vrai sens du jeu et une mobilité qui lui permet de défendre à l’extérieur au besoin. Dans l’ombre de Marvin Bagley III à Duke, Wendell Carter Jr a laissé entrevoir le joueur précieux qu’il pourrait être à l’étage supérieur.

Les alternatives : Miles Bridges, Mikal Bridges, Trae Young

Ailier capable de tout faire sur le terrain, Miles Bridges serait un joueur presque idéal dans le système de Fred Hoiberg et les Bulls pourraient donc se diriger vers lui s’ils décident de donner toutes les cartes à leur coach. Dans un rôle de « 3&D » capable de se fondre dans n’importe quel collectif, Mikal Bridges pourrait également être une option intéressante alors que le profil de Trae Young mérite également que Chicago s’y arrête, d’autant que son association avec Lauri Markkanen pourrait faire de sacrées étincelles. Surtout que des rumeurs sur le mécontentement des Bulls à l’encontre de l’éthique de travail de Kris Dunn sont apparues ces derniers temps.

#8 CLEVELAND CAVALIERS

Le choix : Trae Young

Ah, Trae Young… Le meneur d’Oklahoma State a connu deux saisons en une. D’abord inarrêtable, capable de planter de partout et de très loin, le freshman semblait parti pour tout emporter sur son passage. Et puis les défenses se sont adaptées et il a alors beaucoup forcé, révélant une sélection de shoots inquiétante et énormément de pertes de balle.

Si ses limites physiques pourraient freiner les franchises, sa défense allant sans doute être mise à rude épreuve en NBA, les espaces pourraient également lui permettre de mettre en avant son shoot et sa vision du jeu, deux domaines dans lesquels il rappelle Stephen Curry. On ne serait donc pas étonné que Cleveland tente le pari, soit pour lui permettre de soulager LeBron James en attaque, soit pour entamer un nouveau cycle en cas de départ du King.

Les alternatives : Mikal Bridges, Collin Sexton, Miles Bridges

Avec son profil de « 3&D », Mikal Bridges serait parfait aux côtés de LeBron James alors que Collin Sexton permettrait d’ajouter de la percussion à une équipe des Cavaliers qui en manque et en cherche. Quant à Miles Bridges, comme pour les Bulls, son côté d’ailier à tout faire peut toujours être intéressant.

#9 NEW YORK KNICKS

Le choix : Collin Sexton

À New York, on semble désormais penser que Frank Ntilikina a besoin d’un joueur à côté de lui pour créer balle en main. S’il a parfois montré des choses intéressantes cette saison, le Français a en effet été souvent très timide avec le cuir, manquant de percussion.

Une association avec Collin Sexton serait donc le mélange de la glace et du feu. Gros physique, le meneur d’Alabama évolue dans un style complètement opposé à celui de l’ancien Strasbourgeois. Lui n’hésite pas à attaquer les défenses dès qu’il en a l’occasion, quitte parfois à s’embarquer dans des situations impossibles ou à forcer des passes compliquées. Néanmoins, sa mentalité pourrait véritablement aider Frank Ntilikina et les Knicks, qui ont besoin d’un joueur capable de mettre la pression sur les défenses adverses.

Les alternatives : Mikal Briges, Miles Bridges, Kevin Knox

L’arrivée de Collin Sexton aux Knicks peut être bénéfique à Frank Ntilikina mais elle peut aussi énormément compliquer le développement du Français. Tim Hardaway Jr n’est ainsi pas apparu très à l’aise à l’aile la saison dernière et s’il est replacé à l’arrière, le tricolore pourrait bien devoir se contenter d’un rôle de remplaçant. Si David Fizdale veut lui faire confiance, les Knicks pourraient plutôt miser sur un ailier, que ce soit dans le style « 3&D » de Mikal Bridges, dans un genre plus polyvalent comme Miles Bridges ou un talent plus brut comme Kevin Knox.

#10 PHILADELPHIA SIXERS (via LA LAKERS)

Le choix : Mikal Bridges

Pour les Sixers, le défi est d’entourer au mieux Ben Simmons, Joel Embiid et Markelle Fultz. Si le « régional de l’étape » Mikal Bridges est un joueur très intéressant, au service du collectif et capable de se muer en excellent « 3&D » dans n’importe quel effectif, ses limites pour créer son propre tir pourraient sans doute faire réfléchir pas mal d’équipes pour le choisir dans le Top 10.

Mais Philadelphie n’a pas besoin d’un joueur qui a besoin du ballon et les priorités de son recrutement vont vers des shooteurs capables d’écarter le terrain. L’an passé, ils ont ainsi mis la main sur JJ Redick, Marco Belinelli et Ersan Ilyasova dans ce rôle. S’ils peuvent trouver sur un ailier défensif capable de rentrer des tirs extérieurs et d’accepter d’être un « role player », comme Mikal Bridges, ce serait un beau coup en Pennsylvanie.

Les alternatives : Troy Brown Jr, Kevin Knox ou un trade

Si Mikal Bridges a le profil parfait pour les Sixers, les autres choix autour de la 10e place sont moins évidents pour eux. Troy Brown Jr est un arrière défensif qui doit développer son shoot alors que Kevin Knox a le talent pour devenir un super scoreur mais reste un diamant brut qui n’est peut-être pas le complément idéal pour Joel Embiid sous le cercle.

Un trade pourrait donc être dans les tuyaux pour Philadelphie, pour mettre la main sur un joueur qui colle plus à ses plans.

#11 CHARLOTTE HORNETS

Le choix : Miles Bridges

Charlotte doit sans doute faire exploser son trio Nicolas Batum – Michael Kidd-Gilchrist – Marvin Williams pour pouvoir reconstruire, alors que ses finances sont pourtant bloquées. Dans cette perspective, le choix de Miles Bridges pourrait être très intéressant. Le joueur de Michigan State est un monstre de physique et d’explosivité, dont la polyvalence sur le terrain est un atout précieux dans la NBA actuelle.

Mais l’ailier/intérieur interroge aussi pas mal d’équipes car il a la taille d’un ailier et aura sans doute du mal face à des joueurs beaucoup plus longs que lui. C’est sans doute sa vision du jeu et son sens de la passe qui posent le plus de problèmes car si Miles Bridges peut tout faire sur le terrain, il n’est pas ce deuxième créateur que les équipes adorent avoir sur le pick-and-roll ou près du cercle. En clair, il n’est pas Draymond Green.

Un récent article de Cleaning The Glass met aussi le doigt sur un autre problème du Spartan : le fait que Miles Bridges provoque très peu de lancers francs pour un joueur qui attaque autant le cercle, la faute à sa volonté de prendre ses appuis à deux pieds face aux défenseurs et d’essayer d’éviter les contacts en l’air.

Les alternatives : Shai Gilgeous-Alexander, Kevin Knox

Difficile d’anticiper les choix de Charlotte car le nouveau GM, Mitch Kupchak, choisira peut-être en fonction de sa vision pour l’effectif. Shai Gilgeous-Alexander peut être un bon choix pour trouver un back-up à Kemba Walker, avant peut-être son départ. Robert Williams peut lui être une option sous le cercle, suivant ce que le club veut faire avec Dwight Howard, même si on n’oublie pas que Cody Zeller a également un contrat sur plusieurs saison. Enfin, il y a aussi Kevin Knox qui pourrait également s’inscrire dans une logique plus longue sur les ailes.

#12 LA CLIPPERS (via DETROIT)

Le choix : Lonnie Walker IV

Depuis l’arrivée de Jerry West, les Clippers ont fait des choix clairs et forts. Avec les 12e et 13e choix de la Draft, le club californien ne pourra pas mettre la main sur les prospects les plus convoités, à moins de monter un échange pour récupérer un meilleur choix de Draft et ainsi choisir plus haut, peut-être pour récupérer Michael Porter Jr ou Luka Doncic…

C’est quand même quelque chose qui s’avère souvent compliqué, surtout si on veut intégrer le Top 7. Que va faire Los Angeles si le club conserve ses choix en milieu de premier tour ? La rotation extérieure du club est en chantier avec Patrick Beverley, Milos Teodosic ou encore Austin Rivers. S’il n’a pas réussi une grande saison freshman à Miami, manquant notamment d’efficacité, Lonnie Walker IV reste un potentiel qui intrigue. Avec sa bonne taille, son envergure et son potentiel offensif, il peut être un pari pour la franchise californienne.

En espérant qu’il ne devienne pas un autre extérieur inefficace dans une rotation déjà en manque de joueurs d’impact. C’est le risque mais en milieu de premier tour, peut-être vaut-il mieux tenter le coup…

Les alternatives : Shai Gilgeous-Alexander, Troy Brown Jr ou un trade

Si les Clippers veulent un profil plus meneur, Shai Gilgeous-Alexander est à surveiller. Troy Brown Jr est lui un arrière défensif qui peut aussi densifier la rotation extérieure. Alors qu’un trade est évidemment une option.

#13 LA CLIPPERS

Le choix : Kevin Knox

Comme pour le choix précédent, les Clippers vont peut-être essayer d’échanger ce pick, histoire de monter dans la Draft et de récupérer un joueur d’impact immédiat. S’ils ne le font pas, ils peuvent miser sur des guerriers comme Shai Gilgeous-Alexander ou Keita Bates-Diop mais également sur le potentiel pur. En milieu de Draft, on peut ainsi tenter des paris sur des joueurs que beaucoup considèrent comme peu sûr, malgré leur potentiel.

C’est par exemple le cas de Kevin Knox, un ailier très jeune et assez fruste. Pourtant, son potentiel offensif et ses capacités physiques et défensives ont de quoi intéresser toutes les franchises, et sa cote a d’ailleurs fortement augmenté ces dernières semaines.

Reste qu’il demeure un talent brut que John Calipari veut voir mis en couveuse. Un pari qui pourrait être payant à long terme mais qui mettra peut-être du temps à porter ses fruits. Un pari que les Clippers, sous la houlette de Jerry West, sont-ils prêts à faire ?

Les alternatives : Shai Gilgeous-Alexander, Troy Brown ou un trade

Comme pour le choix précédent, les Clippers pourraient penser à Shai Gilgeous Alexander ou Troy Brown Jr. Mais c’est un trade qui a peut-être le plus de sens si la franchise ne veut pas accumuler les jeunes joueurs, et plutôt tenter de recruter un vétéran.

#14 DENVER NUGGETS

Le choix : Shai Gilgeous-Alexander

Sa bonne taille, son énergie et ses qualités de défenseur peuvent faire de Shai Gilgeous-Alexander un choix intéressant pour les Nuggets sur le poste de meneur. Voilà de longs mois que la franchise essaie de trouver des solutions sur le poste, après l’expérience ratée Emmanuel Mudiay.

Denver a ainsi rapatrié le vétéran Devin Harris pour tenter d’accrocher les playoffs, tandis que Jamal Murray et Will Barton se relaient au lancement des actions, même s’ils ne sont pas des meneurs « naturels ». Certes, le jeu des Nuggets dépend surtout de Nikola Jokic et posséder un véritable meneur n’est peut-être pas une priorité, mais avoir un joueur à l’aise dans ce rôle ne serait pas non plus un problème.

Avec son profil de meneur/arrière, Shai Gilgeous-Alexander pourrait en tout cas parfaitement s’intégrer au collectif des Rocheuses, avec un profil défensif qui pourrait équilibrer l’ensemble, que ce soit avec les titulaires ou les remplaçants.

Les alternatives : Zhaire Smith, Robert Williams

Si les Nuggets veulent par contre se diriger vers un extérieur, Zhaire Smith peut être un choix sur l’aile, tandis que Robert Williams est lui une option pour le club à l’intérieur, dans son profil d’intérieur mobile.

#15 WASHINGTON WIZARDS

Le choix : Zhaire Smith

#16 PHOENIX SUNS (via MIAMI)

Le choix : Aaron Holiday

#17 MILWAUKEE BUCKS

Le choix : Robert Williams

#18 SAN ANTONIO SPURS

Le choix : Keita Bates-Diop

#19 ATLANTA HAWKS (via MINNESOTA)

Le choix : Troy Brown Jr

#20 MINNESOTA TIMBERWOLVES (via OKLAHOMA CITY)

Le choix : Chandler Hutchison

#21 UTAH JAZZ

Le choix : Kevin Huerter

#22 CHICAGO BULLS (via NEW ORLEANS)

Le choix : Jerome Robinson

#23 INDIANA PACERS

Le choix : Elie Okobo

#24 PORTLAND TRAIL BLAZERS

Le choix : Khyri Thomas

#25 LOS ANGELES LAKERS (via CLEVELAND)

Le choix : Mitchell Robinson

#26 PHILADELPHIA SIXERS

Le choix : Anfernee Simmons

#27 BOSTON CELTICS

Le choix : Donte DiVincenzo

#28 GOLDEN STATE WARRIORS

Le choix : Jalen Brunson

#29 BROOKLYN NETS (via TORONTO)

Le choix : Moritz Wagner

#30 ATLANTA HAWKS (via HOUSTON)

Le choix : Dzanan Musa

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *