Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
MIL
BOS2:00
Coaching News

[Coaching] La science des Rockets

Cette saison, les Rockets sont l’équipe dont les joueurs parcourent le moins de distance et vont le moins vite, en moyenne, en attaque. Ils sont également la 29e équipe en termes de passes par match, juste devant le Thunder. Et pourtant, avec 113.6 points en moyenne sur 100 possessions, la troupe de Mike D’Antoni est l’attaque la plus efficace de NBA…

Ça peut paraître étonnant mais Houston prouve que le mouvement du ballon n’est pas forcément synonyme d’efficacité. Bien sûr, la base de l’attaque texane repose sur James Harden, et sa capacité à faire la différence en isolation. Mais les Rockets maîtrisent également les pièges simples, et s’adaptent surtout très vite aux réactions de la défense. Face aux Blazers, au début du quatrième quart-temps, on a ainsi vu Eric Gordon obtenir un layup sur jeu placé, et ce n’est pas la première fois.

Pour comprendre pourquoi ça fonctionne, il faut voir que Houston joue avec les peurs de ses adversaires.

Sur cette séquence, les Rockets ont complètement vidé la raquette et donnent la balle à Chris Paul ou James Harden sur le côté du terrain. Eric Gordon vient dans la raquette et fait comme s’il allait remonter en prenant l’écran de son intérieur. De quoi effrayer son défenseur, qui doit coller le sixième homme adverse pour ne pas lui laisser un 3-points totalement ouvert.

D’ailleurs, quelques minutes avant ce layup où Eric Gordon avait profité de l’anticipation de Shabazz Napier pour le piéger en coupant vers le cercle, il avait puni Evan Turner, qui… avait lui anticipé cette coupe vers le panier.

Il est d’ailleurs assez drôle d’observer la réaction des assistants des Blazers sur le banc. Ils reconnaissent l’action sur la première séquence et demandent à Evan Turner de bien gérer la raquette mais sont consternés quand le joueur se fait ensuite surprendre par la sortie de l’adversaire. Et sur la deuxième défense, ils tentent de prévenir Shabazz Napier du piège et de la coupe vers le cercle. À leur côté, Meyers Leonard semble lui penser qu’Eric Gordon va encore ressortir.

Ces séquences illustrent assez bien les difficultés à défendre Houston avec Chris Paul et James Harden aux manettes. Les schémas de base ne sont pas très compliqués (« It’s not rocket science », comme le veut l’expression américaine) mais ils varient en fonction des réflexes défensifs adverses et des réactions que les Rockets peuvent percevoir et punir.

Ainsi, face aux Wolves, on a vu Eric Gordon et Chris Paul mettre en place la même action. Sauf que Derrick Rose protégeait bien une éventuelle coupe dans la raquette, avec Taj Gibson en soutient dans son dos.

Du coup, les Rockets se sont une nouvelle fois adaptés en faisant d’Eric Gordon un poseur d’écrans. Simple mais efficace.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *