News

La fatigue n’est pas une excuse pour Bradley Beal

Washington avait l’occasion de monter sur le podium de la conférence Est cette nuit face aux Pacers. À la place, les Wizards se retrouvent cinquièmes, doublés par leurs bourreaux du soir. La faute en partie à Bradley Beal, d’ordinaire « clutch », mais trop brouillon hier soir dans le money time. Et clairement fatigué avec presque 43 minutes passées sur le parquet. « Ce n’est pas une excuse » rejette-t-il pourtant, « j’étais fatigué, mais tu ne peux pas porter ton équipe à moitié, tu dois tout donner ».

Les Wizards ont profité du bon, avec 22 points et 11 passes (record en carrière) pour rattraper un retard de 17 points dans le troisième quart et s’offrir une chance de gagner. Puis il y a eu le moins bon : des balles perdues, un 0/5 dans les trois dernières minutes dont trois tirs manqués dans les 19 dernières secondes. Le premier pour passer devant, les deux autres pour égaliser.

« Ils nous ont offert des possibilité. J’ai eu un bon tir dans la raquette, le défenseur m’a un peu touché mais j’aurai dû le rentrer quand même » insiste-t-il. « J’ai eu une autre opportunité à 3-points à la fin, mais ce n’est pas rentré. C’était un ‘pump fake’ facile que j’aurai dû transformer, tout simplement. Une bonne action dessinée par le coach. »

Un calendrier effrayant

Il faut dire que depuis qu’il a pris le relais de John Wall avec brio, lors d’une défaite face au Thunder, Bradley Beal tourne à 38.3 minutes par match : plus que n’importe qui cette saison en NBA. Et si son temps de jeu a un petit peu baissé depuis le All-Star Game, l’arrière a, hier soir, livré une grosse bataille face à un Victor Oladipo sur lequel il a (mal) défendu en fin de partie. Mais il n’en démord pas : « Ce n’est pas une excuse ».

« Tous les joueurs veulent jouer. Il y en a qui aimeraient mais ne peuvent pas, donc je ne peux pas m’assoir et dire que je suis fatigué » affirme-t-il. « Si je suis sur le terrain, je dois être productif. John n’est pas là. C’est la réalité. Et je dois me montrer davantage. L’équipe doit se montrer davantage. Mais je vais jouer entre 37 et 40 minutes ma soir, c’est toujours ce que je me dis. Que je me reposerai après la rencontre. »

Après cette troisième défaite de suite, les joueurs de la Capitale ont intérêt à border leur « go-to-guy » et le laisser se reposer dès que possible vu le calendrier qui se présente : réception du Heat demain puis back-to-back à New Orleans et Miami. Avant un second back-to-back contre Minnesota et à Boston, le tout en neuf jours.

Bradley Beal Pourcentage Rebonds
Saison Equipe MJ Min Tirs 3pts LF Off Def Tot Pd Fte Int Bp Ct Pts
2012-13 WAS 56 31 41.0 38.6 78.6 0.8 3.0 3.8 2.5 2.0 0.9 1.6 0.5 13.9
2013-14 WAS 73 35 41.9 40.2 78.8 0.7 3.0 3.7 3.3 2.1 1.0 1.8 0.3 17.1
2014-15 WAS 63 34 42.7 40.9 78.3 0.9 2.9 3.8 3.1 2.2 1.2 2.0 0.3 15.3
2015-16 WAS 55 31 44.9 38.7 76.7 0.8 2.7 3.4 3.0 2.1 1.0 2.0 0.2 17.4
2016-17 WAS 77 35 48.1 40.3 82.5 0.7 2.4 3.1 3.5 2.2 1.1 2.0 0.3 23.1
2017-18 WAS 82 36 46.0 37.5 79.1 0.7 3.7 4.4 4.6 2.0 1.2 2.6 0.4 22.7
Total   406 34 44.6 39.3 79.4 0.8 3.0 3.7 3.4 2.1 1.1 2.0 0.3 18.7
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *