News

Malgré la saison « moyenne » des Spurs, leurs adversaires ne sont pas dupes…

S’ils poursuivent sur leur rythme de croisière actuel, les Spurs pourraient terminer la saison avec un peu moins d’une cinquantaine de victoires. Pour une franchise lambda, c’est une saison déjà très accomplie. Pour les Spurs, qui nous habituent à l’excellence depuis 20 ans, ce serait… du jamais vu sous l’ère Gregg Popovich. Hors lockout, les Texans ne sont jamais passés sous la barre des 50 victoires depuis la saison 1996-1997 !

La blessure de Kawhi Leonard, qui s’éternise, est bien sûr pour beaucoup dans cette saison moins bonne que les autres. Faut-il s’inquiéter pour autant ? Et s’imaginer, dans le pire des scénarios, ne pas les voir se qualifier pour les playoffs ?

Là où certains fans s’interrogent peut-être, leurs adversaires eux, savent qu’il faut toujours compter sur les Spurs. « C’est une machine », formule Lou Williams, à la lutte avec ses Clippers pour arracher la 8e place. « Ils sont 3e à l’Ouest ? Comment vous pouvez les mettre de côté ? », s’interroge Anthony Davis. « Il ne faut jamais le faire. »

Une fin de calendrier pas simple

San Antonio est bien dans le trio de tête à l’heure actuelle. Mais en regardant de plus près le classement, on note que les hommes de Gregg Popovich n’ont pas tant d’avance sur leurs adversaires. Avec 35 victoires et 24 défaites, les Spurs comptent bien cinq victoires de plus que les Clippers… mais seulement 2 défaites de moins.

« C’est une course serrée. Si une équipe connait une mauvaise semaine, cela pourrait les mettre dans une mauvaise position », juge Lou Williams.

D’autant que le calendrier pour terminer la saison s’annonce relativement corsé : déplacement à Cleveland, un enchaînement Golden State – OKC – Houston à l’extérieur, puis la réception de ces trois têtes d’affiche de l’Ouest face auxquelles ils galèrent cette saison (1-4)… « S’ils sont en bonne santé, ils seront l’une des meilleures équipes », assure de son côté Mike D’Antoni.

À quand le retour de Kawhi Leonard ?

C’est sans doute là tout l’enjeu. Si Rudy Gay est sur le retour, le cas de Kawhi Leonard inquiète toujours. « Je n’ai rien à dire à ce sujet, je ne sais pas », a répondu LaMarcus Aldridge lorsqu’on lui demande s’il est sûr que son coéquipier reviendra après le break. Pas question en revanche pour ce denier de parler de saison de transition ou de « saison perdue ».

« Pour me faire l’avocat du diable, Dejounte Murray gagne en expérience sur le parquet, Bryn (Forbes) également. Aucune saison n’est un gâchis quand vous pouvez obtenir de l’expérience pour les débutants afin qu’ils gagnent en confiance. »

Éternels sous-estimés à cause du vieillissement de leurs cadres, les Spurs vont-ils refaire le coup classique de « surprendre » tout leur monde une fois les playoffs démarrés ? Reggie Miller semble être de cet avis.

« C‘est absolument parfait pour Gregg Popovich. Toute l’attention se concentre sur Golden State et Houston, et à juste titre, et les Spurs avancent dans l’ombre. (Mais) ils seront très difficiles à jouer à cause du facteur Gregg Popovich. Cette expérience du titre jouera toujours un rôle pour les Spurs. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *