News

Un an après le trade de DeMarcus Cousins, Vlade Divac n’a pas de regret

Il y a un an, quasiment jour pour jour et alors que le All-Star Week-end s’achevait, l’annonce d’un trade secouait la planète NBA : DeMarcus Cousins était envoyé aux Pelicans ! « C’était l’un de ces trades, inattendu, que personne n’avait vu venir », décrit aujourd’hui Buddy Hield, principale monnaie d’échange récupérée par les Kings, avec Tyreke Evans et Langston Galloway.

Cet échange avait surpris à plus d’un titre. À l’époque, les Kings pointent à un bilan médiocre de 24 victoires pour 33 défaites. Mais DeMarcus Cousins et les siens viennent de remporter 5 de leurs 7 derniers matches et l’équipe n’est pas très loin du 8e spot à l’Ouest. L’optimisme est présent dans le vestiaire et le mot « playoffs » ne semble pas être tabou.

« On avait décidé d’écrire au tableau qu’il nous restait 25 matches et on s’est dit qu’il nous fallait 3 victoires – 2 défaites dans chaque période de cinq matchs et que tout irait bien », se souvient Garrett Temple. « Puis le trade est arrivé. Nous avions vraiment de grands espoirs. Nous pensions aux playoffs et nous pensions que nous aurions pu le faire. »

« Si tu as un All-Star, tu dois aller au moins en playoffs »

Willie Cauley-Stein n’est pas de cet avis car il n’a pas eu le sentiment que c’était l’objectif visé par la franchise. « Vous devez faire face à tout ce qui se présente à vous », juge lui Dave Joerger. « Ce que vous sentiez n’a pas vraiment d’importance. »

« Est-ce qu’on pouvait faire les playoffs cette année-là ? », s’interroge Vlade Divac. « C’était peut-être du 50/50 mais je pense que notre but ici est de construire un candidat au titre, pas juste faire les playoffs. »

Sans DeMarcus Cousins, les Kings terminent finalement la saison à neuf victoires des playoffs (32-50) et… seulement deux victoires des Pelicans. Mais Vlade Divac reste persuadé, encore aujourd’hui, qu’il était temps de changer la culture de la franchise, que « les personnalités comptent ».

« Avant de prendre cette décision, j’ai été ici durant une année et demie, presque deux ans à ce poste, donc je savais ce qu’il se passait. Selon moi, si tu as un All-Star, tu dois aller au moins en playoffs. Ce n’était pas le cas. C’était vraiment dur d’attirer des free agents à Sacramento parce que personne ne voulait venir. Il y avait beaucoup de raisons. »

Au lendemain de son départ, Willie Cauley-Stein, qui a logiquement récupéré du temps de jeu dans cette affaire, a noté « un changement de culture instantanée ».

« C’était beaucoup plus relax, beaucoup plus détendu, plus productif à l’entraînement. Tout le monde avait un rôle et tous les joueurs touchaient le ballon et jouaient les uns pour les autres. »

« Un environnement sain et une équipe qui peut grandir »

C’est précisément ce que Divac recherchait en rajeunissant un maximum pour créer une « équipe qui allait jouer ensemble ». Aujourd’hui, alors que les Pelicans s’accrochent à leur 8e place malgré la blessure de DeMarcus Cousins, les Kings, eux, sont dans les bas-fonds de la conférence Ouest. Depuis ce fameux transfert, les Pelicans ont gagné plus de la moitié de leurs matches (42-40), contrairement à Sacramento (26-56).

Mais Vlade Divac, qui vient d’obtenir une prolongation jusqu’en 2019-2020, estime que cela fait partie du processus.

« On veut être une équipe à plus de 30 victoires. Proche des playoffs dans un environnement sain et une équipe qui peut grandir, je pense que nous y sommes. On a toujours beaucoup de choses à faire mais on avance vers cet objectif. On a Buddy, Fox (De’Aaron), Justin (Jackson), Harry Giles, Frank Mason et d’autres atouts pour le futur. Nous essayons de laisser ces gars jouer nous montrer ce qu’ils peuvent faire, et nous sommes heureux avec ça. »

Si bien que le plan pour l’été prochain sera de faire des ajustements, « créer de la flexibilité » mais aucun « transfert fou » au programme. Priorité à la maturité de cette jeune équipe.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *