Matchs
hier
Matchs
hier
News

J.R. Smith, de la tête brûlée au coéquipier modèle

Pour la première rencontre de la « nouvelle saison » des Cavs, face à Boston, JR Smith a rappelé qu’il n’était pas complètement cramé. Sur une pénétration, avec l’air de ne pas y toucher, il a tout de même postérizé Aron Baynes ! Dans les mots de King James : « JR nous a donné un petit quelque chose pour nous faire savoir qu’il était encore bien là. »

Et pour cause, l’ancienne tête brûlée des Nuggets ou des Knicks est désormais un des quatre derniers survivants du titre des Cavaliers en 2016, alors même qu’on l’imaginait faire ses valises. Mais coach Tyronn Lue compte bien sur l’arrière pour mettre ses nouveaux coéquipiers au parfum.

« Si je me fais échanger, au moins, je vais jouer comme je sais le faire »

Evoqué dans les rumeurs de transfert, avec insistance, JR Smith a finalement décidé de prendre le taureau par les cornes. En travers en adresse depuis le début de saison, l’arrière des Cavs a changé d’approche.

« Je me suis dit : « Allez, tu sais quoi, allez tous au diable ! » Si je me fais échanger, au moins, je vais jouer comme je sais le faire », explique-t-il sur ESPN. « Mon nom circulait de partout et c’était assez stressant à vivre. Quand tu vois six gars de ton équipe se faire dégager, et qu’il reste une heure avant la deadline, on ne peut pas savoir ce qui va se passer. »

Mais Koby Altman et le staff des Cavs ont décidé d’épargner J.R. Smith. Certainement sous couvert de Tyronn Lue qui a voulu protéger son noyau dur : LeBron James, Kevin Love, Tristan Thompson et donc JR Smith.

« JR a fait beaucoup pour nous », justifie le coach. « Si JR n’avait pas rentré ses 8 points de suite en début de 3e quart en 2016, on n’aurait pas gagné le titre. J’entends dire : « Lâche J.R., abandonne »… Mais non, ce n’est pas juste. Il nous donne de l’énergie chaque soir. Parfois, son tir ne rentre pas mais ça fait partie du jeu. Mais en général, son effort est là chaque soir. C’est pour ça que je veux le garder. Il est important pour nous. Et quand il rentre ses tirs, qu’il est agressif, notre équipe est complètement différente. »

« On a une toute nouvelle équipe… mais on a une putain d’équipe ! »

Il faut bien reconnaître qu’à 8 points par match et 39% de réussite aux tirs, JR Smith a connu de meilleurs jours en NBA. Mais, même s’il a considéré proposer à son coach de le remiser sur le banc, le vétéran ne s’est pas désuni. Et sur le mois de février, ça va nettement mieux à 13 points et plus de 50% aux tirs et à 3-points !

« C’est fou tout de même. Dans l’avion, je jetais un coup d’oeil et il n’y a plus que 4 fauteuils qui sont encore les mêmes. J’ai dit que c’était dingue et qu’on avait une toute nouvelle équipe. Et LeBron secouait la tête et il a dit : « Oui, oui, mais on a une putain d’équipe maintenant. »

Dans ce nouveau contexte à Cleveland, JR Smith fait donc partie des meubles et les Cavs comptent sur lui pour intégrer les nouveaux venus et représenter dignement les valeurs locales. Un sacré revirement dans la carrière du scoreur fou !

« On fait beaucoup de trucs ensemble hors terrain. C’est ce que je disais à Jordan [Clarkson] qui m’expliquait que tout le monde partait de son côté à LA. On est une équipe sur et en dehors des terrains. Avec les nouveaux gars qui arrivent et le noyau dur de ce qu’on avait pour ainsi dire il y a trois ans, le soleil va sortir à nouveau sur Cleveland, c’est sûr. On doit bosser maintenant. »

Rescapé d’un des plus gros chantiers de l’histoire de la trade deadline en NBA, JR Smith peut s’estimer heureux d’être passé entre les mailles du filet. Fidèle à sa philosophie du « shoot plutôt que le doute », l’arrière ressort en tout cas de ce ravalement de façade avec un capital confiance au beau fixe.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *