News

Bilan à la mi-saison : Lou Williams sans concurrence comme meilleur 6e homme ?

Après quasiment trois mois de compétition, les équipes viennent de passer ou dépasseront dans les prochains jours la barre des 41 matches joués, c’est-à-dire la moitié de la saison régulière. Le moment idoine pour faire un bilan dans la course aux différents trophées.

Pour le trophée de meilleur sixième homme, les deux favoris sont d’anciens vainqueurs puisqu’il s’agit de Lou Williams, auteur de sa meilleure saison en carrière avec les Clippers, et d’Eric Gordon, qui pourrait réaliser le doublé.

Point important à rappeler : pour postuler au trophée, la NBA stipule qu’un joueur doit avoir débuté plus de la moitié de ses matches sur le banc. C’est le cas, pour l’instant, de Williams mais pas de Gordon, mais aussi de Tyreke Evans (titulaire à 21 reprises). Voilà pourquoi nous ne les avons pas inclus dans ce classement, mais le retour de James Harden à Houston, et de Mike Conley à Memphis leur permettront de devenir, illico, de sérieux candidats pour cette récompense.

 

1 – Lou Williams (Clippers, 23.1 pts, 4.9 pds, 45% aux tirs, 41% à 3-points en 32 minutes)

Si les Clippers sont à l’équilibre, ils le doivent à leur coach évidemment, mais aussi à Lou Williams, arrivé l’été dernier en échange de Chris Paul. Ancien meilleur sixième homme de la NBA lorsqu’il évoluait aux Raptors, Williams est tout simplement le digne successeur de Jamal Crawford, dans un style encore plus flamboyant. Auteur d’énormes coups de chaud, comme récemment face aux Warriors, Williams n’a débuté que 11 matches sur 42, et il sera donc très difficile de lui ravir ce trophée. Peut-être même qu’il pourrait s’inviter dans la course au Most Improved Player.

2 – Will Barton (Nuggets, 14.4 pts, 4.8 rbds, 4.0 pds, 45% aux tirs en 31 minutes)

C’est l’un des meilleurs rapports qualité/prix de la NBA, et à Denver, on sait bien qu’on possède l’un des meilleurs remplaçants de la ligue. Ce qui impressionne cette saison, c’est que Barton se comporte en « playmaker ». Au relais de Jamal Murray, il a éclipsé Emmanuel Mudiay dans la direction de la second unit, sans pour autant perdre ses qualités de scoreur. Capable de prendre feu comme tout joker qui se respecte, il lui faudra gagner en régularité pour rattraper Lou Williams.

3 – Marcus Smart (Celtics, 9.8 pts, 4.7 pds, 3.6 rbds en 30 minutes)

On parle rarement de lui pour cette récompense et pourtant, Marcus Smart est le leader du banc des Celtics, numéros 1 de la conférence Est. Capable de jouer à trois postes, le bouillant arrière de Boston n’est pas qu’un simple energizer et son impact sur le jeu de Boston dépasse le simple cadre des stats. Il dynamise le groupe et lorsqu’il est associé à Kyrie Irving, il fait tout le sale boulot pour soulager son meneur de jeu. Tout simplement indispensable même si sa maladresse aux tirs reste pénalisante.

4- Domantas Sabonis (Pacers, 12.5 pts, 8.2 rbds, 53.8% aux tirs en 25 minutes)

Et si deux anciens joueurs du Thunder raflaient deux trophées cette saison… Si Victor Oladipo est le favori pour le titre de Most Improved Player, Domantas Sabonis s’épanouit comme 6e homme des Pacers. Le Lituanien est parfait comme rotation derrière Myles Turner et Thaddeus Young, et à terme, on ne serait pas étonné qu’il devienne titulaire au poste 4. Il lui faudra pour cela se doter d’un shoot à 3-points fiable pour écarter le jeu. Pour l’instant, c’est sa technique qui fait merveille avec des appuis et des mains en or à 4-5 mètres et près du cercle.

5- Rodney Hood (Jazz, 16.5 pts, 2.8 rbds, 40% aux tirs, 38% à 3-points en 29 minutes)

Donovan Mitchell lui a piqué sa place dans le cinq de départ mais Rodney Hood n’en reste pas moins une arme de tout premier plan. En sortie de banc, sa polyvalence lui permet de soulager Mitchell mais aussi Joe Ingles, et c’est un vrai leader offensif. Pour franchir un cap, il lui faudra participer davantage au jeu, que ce soit au rebond, en défense ou à la création. Des secteurs dans lesquels Mitchell est davantage actif.

Mentions : Tyler Johnson (Heat), Jordan Clarkson (Lakers), Rudy Gay (Spurs), Jeremy Lamb (Hornets), Nikola Mirotic (Bulls), J.J. Barea (Mavericks), Malcolm Brogdon (Bucks), Michael Beasley (Knicks), Dwyane Wade (Cavaliers)…

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *