Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
MIA
PHI1:00
NOR
POR3:00
SAS
GSW3:30
News

Ben Simmons connaît sa feuille de route pour progresser aux tirs

Ben Simmons, c’est peut-être Brett Brown qui en parle le mieux. Quand il est arrivé à Philly en 2013, le technicien était loin de se douter qu’il allait coacher un des plus grands potentiels du basket mondial, qui n’était autre que le fils de l’un de ses anciens joueurs. Pourtant, les destins des deux hommes se sont croisés en 2016 lorsque que Philadelphie a gagné le droit de choisir en premier à la draft.

« Quand on s’est retrouvé à New York et qu’on a eu la boule qui nous offrait le first pick à la lottery, tout le monde savait ce qu’elle allait devenir » se souvient l’entraîneur, interrogé en conférence de presse après la défaite contre Boston à Londres. « J’ai une grande histoire avec sa famille, je connaissais son père et sa mère avant qu’il naisse. J’ai coaché son père en Australie. De le suivre au lycée, à LSU, puis savoir qu’il allait venir à Philly… »

Vu le potentiel physique du joueur, habitué à évoluer à la mène, les Sixers n’hésitent effectivement pas une seule seconde et le jeune joueur se retrouve en Pennsylvanie.

« La courbe de progression, son jeu, son physique, sa taille… Il peut être qui il veut. Quand on le regarde monter la balle… C’est un meneur de 2m10 » rappelle l’entraîneur, subjugué.

Le lancer-franc, le jump shot puis ensuite le 3-points

Blessé au pied, Ben Simmons passe une année blanche qui n’est pas totalement perdue puisqu’elle lui permet d’être fin prêt pour ses premiers pas dans la grande ligue. Aujourd’hui, et après une demi-saison, il s’est sans doute imposé comme le meilleur rookie de sa cuvée et un potentiel All-Star. Le tout avec un tir quasi inexistant à plus de cinq mètres du cercle, problème auquel les 76ers comptent remédier petit à petit.

« Quand on voit ce qu’il fait en attaque, on est tous enthousiastes ! Il faut maintenant lui faire bosser ses lancers évidemment (56%, ndlr) et son jumpshot. Puis le tir 3-points à un moment donné. Dans l’immédiat ce sera les lancers francs et le jumpshot, pour rendre sa palette offensive plus complète. »

Et en faire un véritable monstre, car comme le résume très bien l’entraîneur, « son jeu combiné à son physique lui font faire des trucs de licorne ».

Propos recueillis à Londres.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *