NCAA News

NCAA : DeAndre Ayton, un homme parmi les ados

Dans la famille des freshmen qui déchirent tout en NCAA, on a donc Marvin Bagley III et Trae Young. Mais pas loin derrière, il y a aussi DeAndre Ayton, d’Arizona.

Le pivot bahaméen d’Arizona est un monstre physique de 2m16 et 113 kg et ses prestations avec les Wildcats commencent à intriguer sérieusement. Avec un corps ciselé dans le marbre mais une belle mobilité pour sa taille, et puis un toucher de balle intéressant dans le petit périmètre, il détonne dans le jeu universitaire.

La preuve encore hier soir dans le derby entre Arizona et Arizona State. Avec 23 points, 19 rebonds, 3 passes et 3 contres, DeAndre Ayton est un homme parmi les mioches avec son 10e double double de la saison !

Dans la veine d’un Joel Embiid, il est un véritable phénomène avec un physique de géant mais de vraies qualités basket également. Attendu chez les pros à la fin de son cursus du lycée, il a finalement choisi d’aller à la fac pour faire plaisir à sa maman… mais pas que !

« Une des raisons pour laquelle je suis ici, c’est pour faire taire les critiques », justifie-t-il dans Sporting News. « Je ne suis pas celui qu’on présente. Je voulais être le premier enfant de ma mère à aller à l’université. Ça fait beaucoup de devoirs à la maison mais il n’y a aucun cours où je galère. »

Un « grand bon à rien » qui pourrait bien finir n°1 de la Draft…

Repéré dans l’orchestre de son école à 12 ans alors qu’il jouait du tuba et atteignait déjà 1m96, DeAndre Ayton a quitté son île des Bahamas et le football pour San Diego et le basket. Avant un nouveau déménagement dans un autre lycée d’Arizona. Mais l’apprentissage a été rude à l’image de ce surnom dégradant : « TFN » pour « Tall for Nothing » (Grand Bon à Rien).

« On se moquait de moi. Parfois, je pleurais car c’était très difficile. Je n’avais aucune idée de combien ce serait dur de devenir bon. Je pleurais car je ne voulais pas abandonner. Mes parents se sacrifiaient pour moi et je ne voulais pas devenir un raté. Je voulais profiter de cette opportunité. »

Et le grand DeAndre a tenu bon. Désormais au-dessus du lot en NCAA, il poursuit son ascension folle en Arizona. Capable de soulever 84 kg 16 fois de suite en développé-couché, DeAndre Ayton veut conserver son agilité et sa vitesse de déplacement tout en étant capable de tenir le choc des joutes intérieures en NBA.

Car bien que massif, le pivot a de la dynamite dans les guiboles ! Plus d’un mètre de détente après un pas d’élan, ce n’est pas rien quand on est déjà à 2m16 avec des bras à rallonge…

« Il a touché, et je l’ai vu de mes propres yeux, le sommet de la planche de mesure », commente son coach Sean Miller qui en a vu d’autres (Andre Iguodala, Richard Jefferson, Aaron Gordon et Lauri Markkanen dernièrement). « Il a des qualités innées, il est tellement costaud, explosif et intelligent. Je ne peux pas imaginer qu’il ne soit pas n°1 [de la prochaine Draft]. »

À 19 points et 11 rebonds (dont 62% de réussite aux tirs), DeAndre Ayton est en train d’affoler les compteurs avec les Wildcats. Et il pourrait bien griller la politesse aux grands noms attendus en juin prochain à la Draft…

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *