Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
BOS32
PHI39
CLE67
ORL47
HOU
MIN3:30
POR
IND4:00
News

En toute décontraction, Michael Beasley s’est mis New York dans la poche

Kristaps Porzingis pourrait commencer à être jaloux ! Titulaire à deux reprises, Michael Beasley avait pleinement profité de l’absence du Letton avec 30 points contre OKC puis 23 à Charlotte. L’intérieur a retrouvé le cinq majeur cette nuit mais vu son 0/11 aux tirs, les Knicks avaient besoin d’un autre héros pour s’offrir le scalp des Celtics. Rôle assuré par Michael Beasley puisque l’ailier termine avec 32 points pour dominer Boston et surfer sur la hype new-yorkaise.

Au cours de la partie, il a même eu droit à des « MVP, MVP » du public quand il s’est rendu sur la ligne des lancers-francs !

« Je fais simplement mon boulot » réagit-il pour NewsDay, enfouissant sa satisfaction bien au fond de lui. » Je suis là pour l’équipe. Qu’importe ce qu’ils veulent, scoring, rebond, défense, je fais de mon mieux. En toute humilité, je pense toujours que mes tirs vont rentrer. Chaque tir manqué me rend fou. »

Et quand on lui demande depuis quand il a la main chaude, sa réponse est géniale : « 9 janvier 1989 », soit sa date de naissance !

« Ça ne s’arrête pas là »

« Je n’ai pas su trouver mon rythme, Michael Beasley a assuré mes arrières ce soir » avouait KP après la rencontre tandis que Jeff Hornacek assurait ne pas être surpris par ce qu’il a vu.

« Il avait la main chaude, il a pris les choses en main offensivement et on s’est reposés sur lui » décrit l’entraîneur. C’est un deuxième choix de draft, il est talentueux, vous l’avez vu ce soir ».

L’ancien Buck a tout de même inscrit 28 points dans les 16 dernières minutes de la rencontre ! Mais l’homme de la soirée a mis un point d’honneur à minimiser sa performance.

« Je bosse extrêmement dur en dehors des matchs (…) Que ce soit sur le banc, sur le terrain, avec les cheerleaders et des pompons : je ferai tout ce que l’équipe a besoin pour gagner » assure-t-il quand à son rôle à NYC, avant de revenir sur ses stats. « Je me sens bien, je me sens normal, je me sens moi-même. Je n’avais pas l’impression d’avoir la main chaude, plutôt le sentiment qu’on a fait des actions en équipe, surtout en défense. Doug (McDermott) a mis un gros tir en tête de raquette, Frank (Ntilikina) nous a donné deux gros 3-points. J’ai plus le sentiment d’un travail d’équipe. »

Il n’empêche que B-Easy tourne à 28.3 points de moyenne sur les trois derniers matchs et le plus dur commence puisqu’il va falloir confirmer cette bonne passe, avec un déplacement à Detroit demain en ligne de mire.

« Ça fait du bien, mais ça ne s’arrête pas là » rappelle-t-il. « La soirée est terminée. Il faut passer à la prochaine comme si celle-ci n’existait pas. Mais ça fait du bien, surtout parce que c’est une victoire. C’est une bonne équipe et on savait qu’on allait devoir se battre jusqu’à la dernière seconde. Ça fait vraiment du bien. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *