Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
CHA112
SAC107
ATL104
UTH90
HOU99
MIA90
MEM103
PHI100
MIL109
PHO105
NOR116
CHI119
DAL82
WAS63
DEN63
POR67
LAC
MIN4:30
News

Les précieux vétérans des Sixers

Si Joel Embiid et Ben Simmons incarnent le nouveau visage des Sixers ainsi que le futur de la franchise de Philadelphie après des années de galère, il ne faut pas oublier les vétérans qui les accompagnent.

Hommes de l’ombre, les JJ Redick, Jerryd Bayless ou Amir Johnson sont également précieux dans la belle saison des Sixers (14v-14d). Outre l’impact statistique (ils pèsent 30.2 points de moyenne), c’est bien évidemment leur expérience qui apporte le plus dans ce jeune groupe, biberonné à la défaite depuis plusieurs années.

L’expérience existait déjà aux Sixers, mais elle était incarnée par des anciens joueurs comme Elton Brand et Jason Richardson. Seulement, le terrain exige une autre vérité.

« Avoir désormais des joueurs qui transpirent sur le court, qui peuvent apporter leur leadership, et pas simplement quelque chose d’oral dans une salle vidéo, c’est inestimable », confirme Brett Brown à ESPN. « Cette combinaison est puissante et j’apprécie que Bryan Colangelo m’aide à construire une équipe en gardant ça à l’esprit. »

Il manquait effectivement des joueurs d’expérience à Philadelphie, rodés aux joutes de printemps, pour encadrer ces jeunes talents et les guider. Amir Johnson a connu ça avec Toronto ou Boston, J.J. Redick avec Orlando ou les Clippers, Jerryd Bayless avec Memphis et Portland.

Les arrivées de l’ancien intérieur des Celtics et du shooteur de Los Angeles s’expliquent par une volonté de composer un effectif digne d’une compagnie militaire. « Une étude disait qu’il fallait un ratio de 1 pour 3 : trois jeunes pour un vétéran », raconte le coach des Sixers. Encore plus important : il faut des anciens prêts à enseigner aux plus jeunes.

« Dans beaucoup de cas, on peut avoir un vétéran qui ne sait pas donner ses petits trucs. Ce n’est pas leur cas », remarque James Michael McAdoo qui arrive de Golden State. « Ils sont disposés à le faire car ils savent que ce sera bénéfique pour l’équipe. »

Et comment ! Il faut remonter à la saison 2011-2012 pour retrouver une équipe de Philadelphie capable de gagner 14 rencontres avant le 29e match de la saison. Et cette année-là, ils avaient atteint les playoffs avec les jeunes Jrue Holiday, Evan Turner et Thaddeus Young, entourés des vétérans Andre Iguodala et Elton Brand.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *