Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
CHA
MIA1:00
IND
DET1:00
ORL
POR1:00
PHI
OKC1:00
WAS
LAC1:00
BOS
UTH1:30
TOR
BRO1:30
MEM
ATL2:00
MIL
CHI2:00
DEN
NOR3:00
HOU
SAS3:30
Magazine News

La course au titre : Houston répond aux attentes

Au contraire de notre course au MVP, qui est hebdomadaire, nous proposons une « course au titre » tous les mois et demi, soit environ tous les vingt matches. Aux Etats-Unis, on appelle ça les « power rankings » et ce Top 10 ne tient pas forcément compte du véritable classement.

Après un quart de la saison, les cadors sont déjà là avec Boston et Cleveland à l’Est, qui ont enchaîné les plus belles séries, et le duo Houston-Golden State à l’Ouest. A l’Est, Detroit et Philly surprennent tandis que Toronto est déjà à sa place. A l’Ouest, San Antonio, sans le duo Parker-Leonard, a limité la casse, à l’inverse du Thunder qui déçoit.

1- Houston Rockets (17v-4d)

Clairement, les Rockets sont plus forts que l’an passé avec le recrutement de spécialistes défensifs comme Luc Mbah A Moute, PJ Tucker et bien sûr Chris Paul. Mené par un grand James Harden, Houston nous semble en ce début de saison un poil au-dessus de Boston et de Golden State par leur régularité et leur capacité à garder le même rythme pendant 48 minutes. Le retour de Chris Paul est justement déterminant pour faire souffler Harden, tout en permettant de conserver un meneur de grande classe pendant tout le match. Très peu de failles dans cette équipe même s’il manque sans doute une rotation intérieure pour que Mike D’Antoni puisse être plus à l’aise.

2- Boston Celtics (20v-4d)

On a craint le pire pour les Celtics après la grave blessure, dès le premier match, de Gordon Hayward. Mais au propre comme au figuré, ce coup du sort a soudé les joueurs, et les Celtics ont bâti, à partir de leur défense, une superbe série de 16 matches victoires d’affilée. Outre un tandem Irving-Horford au meilleur de sa forme, Boston peut compter sur un effectif riche, fort d’éléments polyvalents qui collent au basket de Brad Stevens. L’attaque, bien qu’agréable à regarder, pourrait gagner en efficacité avec davantage d’adresse (44.7%, 21e sur 30).

3- Golden State Warriors (17v-6d)

Steve Kerr a tout résumé cette semaine : son équipe a perdu sa faculté à faire mal et à vouloir enfoncer son adversaire. On peut appeler ça de la suffisance, mais c’est tout simplement la difficulté de se motiver après un second titre en trois ans, alors même qu’on sait que les choses sérieuses ne commencent qu’en avril. Trop rarement, on a vu les Warriors évoluer à leur véritable niveau, et ils ont déjà perdu six matches, dont trois à domicile. Rien de vraiment inquiétant mais il faudra corriger ce manque de hargne.

4- Cleveland Cavaliers (16v-7d)

Après avoir complètement loupé leur début de saison avec une défense inexistante, les Cavaliers ont soudainement trouvé leur rythme de croisière au moment même où ils perdaient Tristan Thompson et Derrick Rose. Résultat, un jeu qui mise sur la polyvalence de ses éléments et le jeu sur transition avec un LeBron James plus efficace que jamais dans un rôle de couteau-suisse, capable de jouer à tous les postes ou presque. Avec Jeff Green, Kyle Korver et Dwyane Wade, le banc est plus efficace que l’an passé, et ça se traduit par 11 victoires de rang. Sans vraiment totalement convaincre, mais aussi et surtout sans Isaiah Thomas.

5- San Antonio Spurs (15v-7d)

Après 22 matches, les Spurs comptent un revers de moins que les Warriors et le même nombre que les Cavaliers. Sans Parker, ni Leonard, Gregg Popovich aurait signé des deux mains pour afficher un tel bilan. Le Français est revenu, et Leonard devrait revenir ce mois-ci. Deux absences qui ont permis aux Spurs de relancer LaMarcus Aldridge, mais aussi de progresser en défense (la meilleure de la conférence Ouest). Comme l’expliquait Scott Brooks à propos de l’absence de John Wall aux Wizards : « On ne sera pas aussi fort sans lui, mais on sera plus fort lorsqu’il reviendra. » Et c’est sans doute ce qu’espère Coach Pop’ avec Leonard.

6- Detroit Pistons (14v-8d)

Les Pistons sont la vraie belle surprise sur la côte Est avec un Andre Drummond devenu la plaque tournante de l’attaque, tout en rayonnant au rebond. Reggie Jackson s’est assagi, et il se comporte davantage comme un vrai meneur de jeu. Tobias Harris fait partie des joueurs les plus sous-estimés, et Avery Bradley apporte son expérience, sa hargne en défense, mais aussi du punch en attaque. C’est le joueur qui manquait à cette formation.

7- Toronto Raptors (14v-7d)

Les joueurs et leur coach avaient promis du changement dans le style de jeu, mais au final, on retrouve les mêmes Raptors… Le duo Lowry-DeRozan fait la pluie et le beau temps, et ça va encore terminer dans le Top 5 de la conférence. Du classique mais la marge de progression semble inexistante, contrairement aux Pistons ou aux Sixers.

8- Philadelphie Sixers (13v-9d)

Si Philly maintient ce niveau de jeu, l’objectif du début sera atteint : décrocher les playoffs. Ben Simmons a transformé l’équipe par son talent, et son entente avec Joel Embiid. Ces deux-là peuvent devenir le meilleur duo meneur-pivot de la NBA, et ils sont bien entourés avec des shooteurs comme Redick et Covington, un lieutenant modèle comme Saric et des role players comme Johnson et McConnell. Au complet, les Sixers peuvent tenir tête à n’importe qui, et la bonne nouvelle, c’est que leur jeu est l’un des plus plaisants à regarder. Seule ombre au tableau : l’absence de Markelle Fultz…

9- Minnesota T’Wolves (13v-10d)

On attend forcément mieux d’une équipe qui a recruté du très lourd : Butler, Teague, Gibson et Crawford. Certes, l’équipe s’est solidement installée dans la première moitié de sa conférence, mais le duo Wiggins-Towns stagne, et les Wolves ont toujours autant de mal à se faire violence et à gérer les fins de match serrées. Clairement, il y a encore un monde entre ces Wolves et le trio Rockets-Warriors-Spurs.

10- Denver Nuggets (13v-9d)

Sans véritable meneur de jeu, les Nuggets ont trouvé la bonne formule avec la doublette Murray-Harris pour débuter le match, et Emmanuel Mudiay comme 6e homme dans un rôle « à la Tyreke Evans ». Sous les panneaux, Nikola Jokic est le baromètre de l’équipe. Quand il est dans un bon soir, tout va bien. Quand il est bien contenu ou dans un jour sans, c’est toute l’équipe qui tousse. Comme le duo Millsap-Chandler est à l’infirmerie, et que Jokic vient de les rejoindre, la suite risque d’être plus compliquée…

Les bonnes surprises : Milwaukee, Indiana, New Orleans, New York…

Les déceptions : OKC, LA Clippers, Memphis, Charlotte, Dallas…

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *