Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
LAL
CHI4:30
Interviews Magazine News

Interview Timothé Luwawu-Cabarrot : « Ben Simmons a un mode entraînement et un mode match »

Drafté la saison dernière par Philadelphie, Timothé Luwawu-Cabarrot a doucement mais sûrement gagné sa place dans la rotation des Sixers. Avant la défaite des siens face aux Warriors, l’ailier français est revenu pour Basket USA sur le bon début de saison de sa franchise, sur les différences par rapport à l’année dernière et sur l’engouement incroyable qui entoure les coéquipiers de Ben Simmons et Joel Embiid.

Sur un plan collectif, comment évaluez-vous votre début de saison ?

Je dirais… solide. On a fait un bon boulot sur la plupart des matchs mais par contre on en a lâché certains qu’on aurait dû prendre comme dernièrement à Sacramento. Je pense que tous ces matchs contre Sacramento, Washington et Houston à domicile, ça va nous faire grandir et nous apprendre à mieux gérer les fins de match. On ne gagnait pas beaucoup l’année dernière, et les années d’avant non plus d’ailleurs. C’est comme tout, c’est un apprentissage. Mais c’est bien d’avoir des gars comme J.J. (Redick) qui savent faire, qui savent quoi dire avant, pendant, et après les matchs… qui savent gagner tout simplement, ça nous aide beaucoup.

Est-ce que c’est la principale différence avec l’effectif de l’année dernière ? Pouvoir compter et apprendre de vétérans comme J.J. Redick ou Amir Johnson ?

Bien sûr. C’est sûr que ça aide d’avoir l’un des meilleurs shooteurs, ou presque, de l’histoire. Et puis en plus d’être bon et rigoureux sur le terrain, humainement il est super en dehors du terrain. Il sait être juste. Il est sérieux quand il faut l’être mais il sait aussi rigoler. Il sait comment mener sa barque en NBA et c’est bien d’avoir quelqu’un comme lui dans l’effectif. L’autre différence, c’est que nous sommes beaucoup plus prêts maintenant qu’on ne l’était l’année dernière en janvier par exemple. On sait ce qu’il faut faire pour gagner, et on sait ce qu’il faut faire pour se donner les moyens de gagner.

« Ben Simmons fait des choses en match qu’on n’avait jamais vu à l’entraînement »

Est-ce que vous pensez que vous êtes en avance compte tenu du fait que vous êtes encore jeune, et que vous avez du incorporer de nombreux nouveaux joueurs mais aussi quelqu’un comme Ben Simmons ?

Franchement, je ne suis pas du tout surpris. Je pense même qu’on aurait dû faire mieux parce que, comme je te le disais, je pense qu’on a laissé filer quelques matchs. Maintenant, il faut qu’on continue comme ça. On ne peut pas se relâcher. Il faut continuer à défendre comme on le fait, continuer à faire vivre la balle en attaque. Je crois qu’on est deuxième en passe par match…

Vous êtes même premiers avec 350 passes par match.

C’est quand même une grande réussite mais il faut continuer, ne pas se poser de questions, et écouter les vétérans.

Sur un plan personnel, vous avez été blessé pendant le training camp. Vous sentez-vous en retard par rapport à vos coéquipiers que ce soit sur le plan foncier ou dans le jeu ?

J’ai la chance d’avoir été là l’année dernière et de connaitre la plupart des systèmes donc de ce côté là je n’ai pas eu vraiment de souci. Niveau physique, c’est un peu plus dur même si je n’ai pas vraiment perdu. Je ne pouvais pas courir mais je faisais du vélo et d’autres choses pour rester en forme. Au final, j’ai simplement eu besoin d’un petit temps d’adaptation pour apprendre à jouer avec tous les recrues et même les gars qui étaient là la saison dernière mais qui ne jouaient pas. Par exemple, Embiid n’a joué que trente matchs l’année dernière, Simmons, Redick, Johnson, Bayless. Donc il me fallait surtout apprendre à jouer avec eux plus qu’autre chose.

En parlant de Ben Simmons, vous l’avez côtoyé la saison dernière même si il n’a pas joué. Êtes-vous surpris par son niveau depuis le début de saison ou est-ce que c’est quelque chose que vous aviez déjà vu à l’entrainement ?

C’est le genre de gars qui a un niveau de plus pendant les matchs. En fait, il a un mode entrainement et un mode match. Et c’est vraiment différent. Il fait des choses en match qu’on ne l’avait jamais vu faire à l’entrainement et donc c’est impressionnant… Et c’est une bonne surprise parce que ça nous aide à gagner des matchs et à faire un bon début de saison donc c’est plutôt cool !

Avec les débuts de Ben Simmons, avec Joel Embiid en bonne santé, avec cet objectif de faire les playoffs, est-ce que l’atmosphère dans la ville autour de votre équipe a changé ? 

La vibe est clairement différente. C’est vraiment fou cette année et je pense que ça va l’être encore plus au fur à mesure que les matchs passent si on arrive à enchainer les victoires. Après il y a encore la saison de foot US avec les Eagles qui cartonnent et Philly c’est avant tout une ville de football. Mais une fois que ce sera terminée et qu’on aura réussi à bien se situer au classement, je pense que de plus en plus de fans vont se pencher sur nous. Déjà maintenant quand on gagne des matchs à domicile, c’est incroyable. Et même quand on est à l’extérieur, parfois on entend des « trust the process » quand on est sur la ligne des lancers, c’est juste incroyable !

« Will Smith qui vient nous voir, ça c’était incroyable »

En plus de ça, quand vous êtes à l’extérieur, est-ce qu’il y a plus de médias qui viennent à vos matchs ? Est-ce que vous ressentez cette attente et cet engouement autour de l’équipe ?

Oui, il y a beaucoup plus d’attente, beaucoup plus d’intérêt, beaucoup plus de tout. On est une équipe qui gagne, qui vise les playoffs, les médias le savent, les gens le savent et je pense qu’il y a vraiment cette envie de voir Philly retrouver les playoffs et retrouver les sommets comme à l’époque d’Iverson. Et je pense que les gens qui étaient fans des Sixers à cette époque, et qui ont peut-être lâché prise lors des dernières années, se disent que leur équipe est de retour et ils se remettent à nous soutenir. C’est plein de choses comme ça.

Vous avez aussi eu droit à une visite de Charles Barkley lors du training camp, est-ce que vous ressentez plus que l’année dernière d’être soutenu par toute la communauté des anciens Sixers ?

Forcément oui. C’est fou mais ce n’est pas aussi impressionnant que ça car ils viennent vraiment en tant que grand frères, en tant que conseillers ou mentors. Ils viennent pas pour nous dire « J’ai fait ci, j’ai fait ça à mon époque », ils sont vraiment là pour nous aider, pour nous donner des conseils. Et ce sont des leçons qui nous aident à avoir le bon état d’esprit. Ce sont des choses dont tu te souviendras toute l’année et même pendant toute ta carrière… C’était différent de mon premier training camp par exemple où Will Smith était venu nous parler de Philadelphie. Là c’était vraiment impressionnant pour des raisons différentes. Surtout pour moi, c’était ma première fois aux US entourés d’américains, et puis c’est mon acteur préféré donc ça c’était incroyable.

Propos recueillis à Oakland

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *