Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
MIA95
PHI105
NOR23
POR18
SAS
GSW3:30
News Portrait

De la N2 luxembourgeoise aux Raptors, l’incroyable odyssée d’Alfonzo McKinnie

Il y a deux ans, il fréquentait des gymnases des lycées dans la deuxième division luxembourgeoise. En cette rentrée, Alfonzo McKinnie (2m03, 25 ans) traverse le continent américain avec le jet privé des Raptors pour sa première année en NBA. Dans la famille des parcours peu communs, il se pose donc en bonne compagnie !

Pour ce gamin de Chicago qui a forcément rêvé « d’être comme Mike », la NBA a longtemps été une chimère. Un rêve perpétuellement repoussé. Basket USA vous propose une plongée dans l’incroyable odyssée NBA d’Alfonzo McKinnie. 

Une carrière NCAA brisée par les blessures

Gamin du West Side de Chicago, Alfonzo McKinnie commence le basket au collège, en sixième. Mais pour lui, la balle orange est avant tout une occupation, un moyen de ne pas traîner les rues dangereuses de Chi-Town. Du coup, une fois au lycée, il comprend rapidement qu’il ira nulle part s’il reste à Curie.

Il veut rejoindre Marshall, la place forte des quartiers Ouest. Et le lycée d’un certain Patrick Beverley.

« C’est une grosse école de basket », explique Alfonzo McKinnie au légendaire Sam Smith. « Même quand je ne savais pas que j’allais jouer chez eux, j’allais voir les matchs car tout le monde en parle dans le West Side de Chicago. Ils ont une réputation de défenseurs rugueux et agressifs. Comme Patrick Beverley. Certains pensent qu’il joue sale mais c’est comme ça qu’on joue à Marshall, la défense d’abord. On nous pousse et ça m’a aidé plus tard, car je suis un bosseur. »

Pas nécessairement un gros scoreur, Alfonzo McKinnie se fond dans le collectif de Marshall et ce n’est que tard dans sa dernière année de lycée qu’il reçoit une offre d’université, à Eastern Illinois. S’il tourne à 10 points et 7 rebonds pour son année sophomore, il manque d’exposition. Il choisit alors de partir à Wisconsin – Green Bay, un programme plus reconnu.

Malheureusement, après l’année redshirt qu’il doit observer comme le veulent les règlements NCAA pour tout transfert en cours de scolarité, Alfonzo McKinnie se pète au genou. Le ménisque est touché… et le sera à nouveau la saison suivante.

Dans le Triangle des Bermudes du basket

Il ne joue que 8 matchs durant sa saison junior. Et il tourne à 8 points et 5 rebonds pour sa dernière saison. En quête de reconnaissance à Green Bay, Alfonzo McKinnie est au contraire tombé dans les oubliettes de l’infirmerie !

« C’est passé d’une guérison de quatre à six semaines, à six à huit semaines, à huit et douze semaines. Au final, c’était : quand il sera prêt à jouer, il jouera. Mais pour moi, c’était douloureux car je connais mon corps mieux que quiconque. Mon genou n’a jamais vraiment été complètement remis avant le milieu d’année dernière [à la mi-2015 donc]. Je pouvais jouer, mais je n’étais pas encore pleinement moi-même. »

À cause de ses tracas au genou, Alfonzo McKinnie rate le coche de la draft. Non sélectionné, il démarre donc sa carrière professionnelle chez les Pirates de Berbourg (en Nationale 2 du Luxembourg). Le choix est osé et, honnêtement, il laisse perplexe (on peut le voir ici dans la brochure du club de Nationale 2 !)… Alfonzo McKinnie fait d’ailleurs rapidement le tour de la question au Luxembourg : 26 points et 16 rebonds de moyenne, histoire de retrouver la forme physique en somme.

Dans un gymnase du Luxembourg (ne ratez pas la réaction mythique d’un adversaire en bas de l’écran)

De retour à Chicago, Alfonzo McKinnie n’y fait pas de vieux os. Un ami lui conseille un petit contrat au Mexique, du côté des Rayos de Hermosillo. Là non plus, ce n’est pas la possibilité de se montrer qui prévaut mais simplement la force des choses. Ainsi va la vie dans les ghettos chicagoans…

« Quand je suis rentré chez moi, ma famille était toujours sur mon dos, à me dire ce que je ne peux pas faire, là où je ne peux pas aller. Il y a beaucoup de trucs qui arrivent à Chicago et beaucoup de gens se font attraper au mauvais endroit au mauvais moment. Quand je leur ai dit que j’allais au Mexique, tout le monde était soulagé car je n’allais pas rester à la ville trop longtemps… »

La sélection du 3×3 qui change tout !

À son retour du Mexique, une autre opportunité inattendue se présente sous la forme d’une session d’entraînement menée par Randy Brown, un des assistants des Bulls, qui doit opérer une sélection à Chicago pour former une équipe de 3×3. Invité à y participer à plusieurs reprises, Alfonzo McKinnie se décide à y aller à la troisième requête. Et bien lui en a pris.

Il fait partie de l’équipe de Chicago qui ira gagner le tournoi national du côté de Colorado Springs et le voilà embarqué pour le championnat du monde 2016 à Canton en Chine, avec le Team USA (avec Myke Henry et Stefhon Hannah). Battu en finale par la Serbie, il repart tout de même avec une médaille d’argent autour du cou. Et surtout un allié solide en Randy Brown !

L’ancien coéquipier de Michael Jordan insiste effectivement pour que Alfonzo McKinnie se rende à un open tryout des Windy City Bulls. Et comme Jonathon Simmons il y a quelques années chez les Spurs, il est rapidement retenu pour faire partie de l’effectif de G-League. Il cumule 15 points et 9 rebonds de moyenne, et un paquets de dunks en cours de route.

Son ancien coach en G-League, et actuel assistant de Fred Hoiberg à Chicago, Nate Loenser, était ainsi particulièrement ému de recroiser Alfonzo McKinnie sur un parquet NBA.

« Je suis sûr qu’il savait combien c’était énorme pour moi de le voir sur le terrain, après tout ce qu’il a accompli en douze mois seulement », explique le coach. « Il est comme ça. Il est très conscient de son passé et d’où il vient. Et de ceux qui l’ont aidé en chemin. C’est un bel exemple qui confirme qu’il faut croire en son avenir. »

De la G-League à la NBA, il n’y a qu’un pas

Signé par les Raptors l’été passé, Alfonzo McKinnie passe par l’inévitable case des ligues d’été. Et là encore, il saute l’obstacle, en présentant 9 points et 8 rebonds en 24 minutes sur quatre matchs à Vegas.

« Je regarde tout ce que j’ai dû faire pour en arriver là et je suis fier de moi. Mais en même temps, je sais que j’ai encore beaucoup de travail. Je dois encore beaucoup montrer aux entraîneurs et aux joueurs pour gagner leur confiance. Pour obtenir davantage de minutes et avoir l’opportunité d’aider cette franchise. Même si j’ai déjà donné tort à mes critiques, c’est comme si j’en reprenais pour un tour. Personne ne me connaît donc je dois continuer à travailler pour montrer aux gens partout dans la ligue quel type de joueur je suis. »

Au sein de l’effectif des Raptors, il sait bien qu’il repart d’en bas. Il doit à nouveau faire ses preuves et attendre son tour. Mais après un tel parcours, Alfonzo est blindé !

En présaison, Alfonzo McKinnie a ainsi récité une belle partition à 13 points, 8 rebonds et 4 interceptions. Et pour le premier match de la saison, même si ce ne fut que pour 74 secondes, il a enfin joué dans un match NBA…

« J’ai jeté un regard tout autour de moi, et je me suis dit que c’était fou : je suis vraiment là ! » sourit-il sur TSN. « C’était un peu surréaliste. C’était un moment spécial pour moi avec tout ce que j’ai traversé pour en arriver là. Tout ces obstacles et tout le travail accumulé, ça a rendu ce moment encore plus spécial. »

Le parcours fou d’Alfonzo McKinnie

Lycée
2006-08 : Curie High School (Chicago)
2008-10 : Marshall High School (Chicago)
  -> L’ancien lycée de Pat Beverley

Université
2010-12 : Eastern Illinois
  -> Transfert et année redshirt
2013-15 : Green Bay
  -> deux grosses blessures au ménisque coup sur coup

Draft
Juin 2015 : rien !

Carrière pro
2015-16 : Pirates de Berbourg (Luxembourg – N2)
21 mai 2016 : Rayos de Hermosillo (Mexique)
   -> 25 septembre 2016 : Open tryout des Windy City Bulls (Palatine, Illinois)
   -> 11-15 octobre 2016 : Médaille d’argent en 3×3 (Canton, Chine)
2016-17 : Windy City Bulls (D-League)
   -> 9 juillet 2017 : Contrat et ligue d’été avec les Raptors (Las Vegas, Nevada)
2017-18 : Toronto Raptors (NBA)

Son passage en 3×3 en 2016

Ses highlights en D-League (2016-17)

Sa belle copie à Portland en présaison NBA

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *