Magazine News Previews

[Previews] Les Rockets dévoilent le deuxième étage de la fusée

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA.

Sur la deuxième marche du podium, et devant toutes les équipes de l’Est, la rédaction a opté pour les Rockets. La greffe D’Antoni a pris l’an passé, et les dirigeants lui ont offert le meilleur meneur de sa génération : Chris Paul ! A 32 ans, le meneur All-Star débarque avec deux très bons défenseurs (Tucker et Mbah A Moute) et la volonté de déboulonner les Warriors. 

Houston sort son plan anti-Warriors

A Houston, on n’a jamais fait les choses à moitié et la franchise texane a tout simplement vécu l’un des étés les plus importants de son histoire. D’abord dans la coulisse puisque Les Alexander a vendu son équipe pour 2.2 milliards de dollars. C’est tout simplement un record NBA, et il laisse à son successeur une équipe plus ambitieuse que jamais. Avant de partir, il a ainsi donné son feu vert à la venue de Chris Paul, sans doute le meilleur meneur de sa génération et l’un des free agents les plus courtisés de l’été. Sauf que Houston a dégainé avant tout le monde. Avant même que CP3 ne soit free agent. Les Clippers n’avaient pas le choix et ils ont été très sympas en l’envoyant à Houston, où il voulait jouer. Les Rockets perdent beaucoup (Beverley, Williams, Harrell, Dekker…) mais aucun joueur majeur du niveau de Chris Paul.

Mais l’appétit des Rockets ne s’arrêtait pas là. L’équipe voulait aussi récupérer Carmelo Anthony pour s’offrir un « Big Three » royal. Mais les Knicks n’ont pas voulu du contrat de Ryan Anderson, et finalement Melo a rejoint le Thunder, un des principaux adversaires des Rockets à l’Ouest.

A l’arrivée, Houston possède un superbe effectif avec deux des meilleurs « playmaker » actuels. Un duo Paul-Harden complémentaire mais les deux peuvent aussi jouer en alternance avec les remplaçants pour permettre à Houston de garder un niveau homogène pendant 48 minutes. Avec Mike D’Antoni, meilleur coach de l’année, et des shooteurs pour les entourer, ça peut à nouveau faire des étincelles.

Suffisant pour aller en finale de conférence ?

Les Rockets sont-ils mieux armés que la saison passée ? Feront-ils mieux que l’an passé, et sont-ils capables de se qualifier en finale de conférence ? Chris Paul est-il un « winner » capable de dépasser le cap des demi-finales de conférence ? Voici quelques questions dont on aura les réponses en fin de saison.

En attendant, il paraît évident que Houston semble mieux armé. Certes Pat Beverley et Lou Williams étaient deux joueurs majeurs, mais le premier était essentiellement un super défenseur, tandis que le second n’était arrivé qu’en cours de saison, sans que ça ne change foncièrement le niveau de l’équipe. En revanche, la venue de Chris Paul est un énorme plus. D’abord parce que c’est l’un des meneurs les plus complets de la NBA, et un formidable leader. Ensuite parce qu’il va soulager James Harden, dans la gestion du jeu bien sûr, mais aussi en défense et dans le leadership. L’ancien meneur des Clippers est une teigne et un aboyeur. Un relais du coach. Un leader par l’exemple. Ça va bien au-delà des stats.

Du côté des joueurs qui rempilent, Ryan Anderson et Eric Gordon vont encore faire un malheur, tandis que Trevor Ariza, sous-estimé, est l’ailier idéal pour faire le liant. Sous les panneaux, Clint Capela aura encore Nene Hilario pour l’épauler, et on a bien vu, en playoffs, combien l’absence du Brésilien pouvait être préjudiciable. Tarik Black, qui connaît la maison, peut aussi faire du bien sur de courtes séquences.

Pour aller loin, il faut aussi défendre et les dirigeants sont allés chercher deux « stoppers » en les personnes de P.J. Tucker et Luc Mbah A Moute. Ils sont là pour faire le sale boulot, et eux aussi veulent (enfin) aller loin en playoffs. On peut reprocher un manque de jeunesse et de pep’s dans cette formation, mais c’est équilibré, talentueux et surtout déterminé à faire tomber les Warriors.

Mouvements de l’été

Arrivées : Chris Paul et Luc Mbah A Moute (Clippers), Tom Quarterman (Blazers), P.J. Tucker (Raptors), Zhou Qi, Tarik Black (Lakers)

Départs : Patrick Beverley, Sam Dekker, Montrezl Harrell, Lou Williams et Kyle Witjer (Clippers)

Le joueur à suivre : Chris Paul

 

 

C’est un peu le transfert de la dernière chance pour l’ancien meneur des Clippers. Son palmarès collectif reste d’une pauvreté indigne de son talent. Bien sûr, la poisse joue beaucoup mais en 12 ans de carrière, sa meilleure perf’ reste une finale de conférence. C’était avec les Hornets… Il y a une éternité. Aux Clippers, CP3 était presque devenu une caricature de lui-même à force de dribbler et de ralentir le jeu. Etait-ce sa faute ou celle de Doc Rivers ? On le saura cette saison, et on verra bien si le meneur All-Star est capable de mener les Rockets au moins jusqu’en finale de conférence.

Autre pression : son contrat. CP3 est dans sa dernière année de contrat et à 32 ans, il pourrait signer son dernier gros contrat. Si tout se passe bien, il prolongera aux Rockets. Mais si l’équipe n’atteint pas ses objectifs, son CV en prendra un coup, et il pourrait à nouveau faire ses valises…

LE CINQ DE DÉPART EN DÉBUT DE SAISON

LE BANC

Meneurs : Bobby Brown
Arrières : Eric Gordon, Tim Quarterman
Ailiers : Troy Williams, P.J. Tucker, Luc Richard Mbah A Moute
Ailiers forts : Nene Hilario
Pivots : Tarik Black, Zhou Qi, Chinanu Onuaku

MOYENNE D’AGE :  27.1 ans
MASSE SALARIALE : 120,9 millions de dollars (9e sur 30)
SI TOUT VA BIEN

Déjà très impressionnants l’an passé, les Rockets font encore mieux ! Chris Paul est tout simplement parfait comme leader, et James Harden est encore plus efficace lorsqu’il peut se concentrer uniquement sur le scoring. Leur tandem est l’un des plus forts de la NBA, et Houston dépasse souvent les 110 points. Le gros plus, par rapport à la saison passée, c’est la défense avec un trio Ariza-Tucker-Mbah A Moute qui s’occupent des meilleurs extérieurs adverses. Autre idée lumineuse : la présence de Harden ou Paul avec les remplaçants, ce qui permet aux Rockets de connaître aucun coup de moins bien pendant les matches.

SI TOUT VA MAL

Les Rockets semblent à l’abri d’une catastrophe. Même si Harden ou Paul devait passer au travers, le collectif est déjà en place, et il restera toujours l’un des deux sur le terrain… Le vrai souci, c’est peut-être dans l’équilibre à trouver entre une attaque de feu et une défense renforcée. Les Warriors ont cette capacité à très bien attaquer, mais aussi à très bien défendre quand il le faut. A Houston, il manque un leader défensif dans la raquette. Un intimidateur. Quelqu’un de 2m10 et plus qui permettrait aux Rockets de soulager les extérieurs. Rien de rédhibitoire mais face à des attaques de feu comme celles des Warriors, du Thunder et des Spurs, ça peut faire la différence.

PREVIEWS : les équipes déjà présentées
30 – Chicago Bulls (15e Est)
29 – Phoenix Suns (15e Ouest)
28 – Atlanta Hawks (14e Est)
27 – Indiana Pacers (13e Est)
26 – Brooklyn Nets (12e Est)
25 – Sacramento Kings (14e Ouest)
24 – Orlando Magic (11e Est)
23 – New York Knicks (10e Est)
22 – LA Lakers (13e Ouest)
21 – Dallas Mavericks (12e Ouest)
20 – Philadelphie Sixers (9e Est)
19 – Detroit Pistons (8e Est)
18 – Charlotte Hornets (7e Est)
17 – Memphis Grizzlies (11e Ouest)
16 – New Orleans Pelicans (10e Ouest)
15 – Utah Jazz (9e Ouest)
14 – Miami Heat (6e Est)
13 – Denver Nuggets (8e Ouest)
12 – Portland Trail Blazers (7e Ouest)
11 – Milwaukee Bucks (5e Est)
10 – Toronto Raptors (4e Est)
9 – LA Clippers (6e Ouest)
8 – Minnesota Timberwolves (5e Ouest)
7 – Washington Wizards (3e Est)
6 – San Antonio Spurs (4e Ouest)
5 – Oklahoma City Thunder (3e Ouest)
4 – Boston Celtics (2e Est)
3 – Cleveland Cavaliers (1er Est)
2- Houston Rockets (2e Ouest)
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *