News

La « Harden Rule » ne perturbe pas les Rockets

Les « Pachulia Rule » et « Harden Rule ». Tels sont les petits noms donnés aux deux « nouvelles » règles d’arbitrage. On met « nouvelles » entre guillemets car il n’y a rien de très nouveau. C’est juste que la NBA a demandé aux arbitres d’être plus vigilants sur les contacts entre un shooteur et son défenseur au moment de la réception, c’est la « Pachulia Rule ».

Dans le même temps, la ligue a aussi décidé d’observer de près les drives de James Harden, spécialiste du moulinet de bras pour aller chercher des lancers. Désormais, il devra être touché au moment où il monte la balle pour un lay up ou un shoot pour récupérer des lancers.

« C’est mieux de ne pas être un problème » a réagi la star des Rockets dans le Houston Chronicle. « J’étudie tellement le jeu, et chaque année, je reviens en essayant d’être meilleur. Une faute reste une faute, et peu importe où elle est sifflée. C’est une faute, et on ne peut choisir le moment où il ne faut pas siffler. »

En fait, la NBA a décidé de modifier la règle de la « continuité », et ça ne concerne pas que James Harden. Beaucoup de joueurs se mettaient à shooter uniquement après un contact, dans l’unique espoir de récupérer des lancers.

« J’espère qu’on ne va pas prendre trop de techniques ou qu’on va trop s’énerver » prévient Mike D’Antoni. « C’est une décision difficile, et ils ont simplement besoin de faire du mieux possible, et ils le feront. Mais il y a un petit malentendu. Il n’y a pas de changement dans l’interprétation. Si le ballon était au sol, au moment de la faute, ce n’était jamais une faute sur le shoot. Parfois, ils laissaient faire. Maintenant, ils vont siffler ça de manière juste, s’ils le peuvent car ça va tellement vite. »

Même attention sur les shoots à 3-points où James Harden avait la spécialité de jeter ses bras sur les défenseurs pour récupérer des lancers francs.

« C’était des fautes » insiste Mike D’Antoni. « Si un gars tend le bras et que Harden monte pour shooter, on ne peut pas lui en vouloir d’être intelligent. Il leur faut garder les mains en l’air. Les Spurs le font, et il suffit d’apprendre à le faire. Si vous ne le faites pas, ça se siffle. »

La saison passée, James Harden shootait près de 11 lancers par match. Avant la rencontre face aux Grizzlies de mercredi soir, il n’en avait tiré que 8 en trois matches… Certes, ce n’était que la présaison mais plusieurs fois, les arbitres n’ont sifflé que de simples fautes là où il aurait récupéré en plus des lancers la saison passée.

« Peu importe, c’est mieux qu’ils trouvent des solutions » concède-t-il. « Je vais continuer à faire ce que j’ai toujours fait, être agressif et essayer d’aider mon équipe à gagner. C’est ce que je fais. »

A priori, on ne reverra donc plus jamais ça…

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *