News

Le retour en trombe de Joel Embiid

Joel Embiid ne pouvait pas mieux fêter son contrat de 148 millions de dollars et faire taire ses détracteurs : pour son premier match de la saison, le Camerounais a compilé 22 points (dont 14/18 aux lancers), 7 rebonds et 3 passes en 15 minutes seulement. Une démonstration.

« Il a été dominant. Prendre 18 lancers en 15 minutes, le fait d’avoir autant d’impact en si peu de temps… il a été dominant » constatait ébahi Brett Brown après la victoire de ses hommes, au micro du Philly Inquirer. « C’est une combinaison de toutes les choses qu’on a pu dire sur Joel, et c’est la raison pour laquelle il a été payé comme il a été payé. Il a une palette et une polyvalence unique. Il peut tirer à 3-points, aller chercher des lancers, jouer dos ou face au panier. Il contraint les équipes à changer leurs plans de jeu. On voit l’impact qu’il a en défense. Une performance comme celle-là nous rappelle pourquoi il a été payé comme il l’a été. »

Ses allers-retours aux lancers témoignent que le pivot avait à coeur de montrer son talent. Tout comme cette phrase lancé après un 2+1 : « Ils ne peuvent pas défendre sur moi » (« They can’t fucking guard me » en anglais dans le texte).

S’il avoue être un peu rouillé, l’essentiel est là : Jojo est toujours aussi fort.

« Je me sens très bien » assure-t-il. « J’ai encore beaucoup de travail à faire. Mes jambes étaient un peu lourdes mais je n’ai pas joué depuis six ou sept mois donc ça arrivera (…) Je ne m’attendais pas à ça, mais j’ai travaillé dur tout l’été, je n’ai pas passé beaucoup de temps sur le terrain donc j’ai l’impression d’être resté en retrait, mais tout se mettra en place avec les répétitions. »

Dario Saric : « 148 millions seulement »

Avec une menace pareille sur le terrain, les défenses sont obligées de se concentrer sur Joel Embiid. Ben Simmons l’a constaté cette nuit pour sa première sortie officielle avec son camarade.

 « Il attire tellement d’attentions » souligne l’Australien. « C’était bien pour lui de prendre le rythme dès le début et de le laisser faire son job. Comme je l’ai dit, personne ne peut l’arrêter. C’est une bête. »

Même son de cloche chez un autre partenaire, Dario Saric, qui résume la situation avec une pointe d’humour.

« Je pense que Bryan (Colangelo, le GM) a fait un super boulot. Il l’a signé pour 148 millions seulement » sourit le Croate. « C’est du talent pur. Il en assez pour devenir un des plus grands joueurs de tous les temps. S’il reste en bonne santé, j’espère que je serai dans son équipe parce que je pourrai avoir un titre plus tôt. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *