Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
MIN
HOU2:00
UTH
OKC4:30
Magazine News Previews

[Previews] Chez les Wizards, la stabilité comme baguette magique à l’Est

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA. C’est le tour aujourd’hui des Wizards qui, contrairement aux autres équipes du haut du panier à l’Est, ont fait simple cet été : prolonger leurs cadres à prix fort.

En gardant un effectif quasiment inchangé par rapport à l’année dernière, les homme de la capitale peuvent-ils se mêler à la course pour la première place de la conférence avec Cavaliers et Celtics ? Et pourront-ils aussi franchir ce cap en playoffs, pour faire mieux que cette demi-finale perdue d’un cheveu face aux Celtics et s’inviter en finale à l’Est ?

On prend les mêmes…

Les Wizards voulaient-ils vraiment de cette continuité quasi totale ? La question se pose car cet été, John Wall a multiplié les déclarations d’amour envers… Paul George. Sa venue, pour renforcer le tandem Wall-Beal déjà en place, aurait clairement donné une autre dimension à Washington. Finalement, l’ailier a atterri au Thunder et les Wizards ont dû mettre le paquet sur leur joueur déjà titulaire au même poste et convoité par d’autres franchises : Otto Porter Jr.

Et quel paquet : 106.5 millions sur quatre ans ! L’ailier s’est installé comme titulaire indiscutable mais ça fait très cher pour un joueur qui ne tournait qu’à 13 points de moyenne. Il sera donc attendu au tournant car, désormais, Otto Porter Jr. a le statut de joueur le mieux payé de l’équipe (devant Wall et Beal…) pour les deux prochaines années. Puis John Wall reprendra ce statut car le meneur a signé son « supermax contract » de 170 millions sur quatre ans. Bref, Washington a explosé sa masse salariale mais si son trio Wall-Beal-Porter va coûter très cher, il est en place pour plusieurs années.

Un banc pour enfin faire souffler les cadres ?

En plus des trois premiers cités, Marcin Gortat et Markieff Morris, débarrassé comme son frère de son démêlé avec la justice, complètent le cinq majeur à l’intérieur. Comme l’an passé, c’est du très solide à chaque poste. Mais le gros point d’interrogation qui plane autour des Wizards, c’est la qualité de son banc. La saison dernière, c’était la deuxième « second unit » la moins sollicitée de la ligue, et par conséquent la moins productive, derrière celle des Wolves.

Le comble est que la franchise n’a pas été en mesure de conserver son meilleur remplaçant, Bojan Bogdanovic. Otto Porter Jr. a coûté trop cher pour garder le Croate, très gourmand et parti aux Pacers… Malgré cette perte importante, Washington a pu s’offrir les services de quelques « role players » de valeur, qui plus est bons shooteurs. Jodie Meeks d’abord, auteur de quelques bons passages avec le Magic l’an passé. Et Mike Scott qui, après plusieurs saisons intéressantes chez les Hawks en tant qu’intérieur shooteur, connait un début de chute aux enfers et a l’occasion de relancer sa carrière.

Quant à Ian Mahinmi, s’il est enfin en bonne santé, sa présence sera un plus indéniable en sortie de banc.

Autre signature qui peut avoir son importance, celle de Tim Frazier. Ce meneur de poche va connaître sa quatrième équipe en cinq saisons. Il a terminé une saison plutôt correcte avec les Pelicans. S’imposera-t-il comme le back-up attitré à la mène, tant recherché depuis plusieurs saisons ? On rappelle que durant les derniers playoffs, John Wall et Bradley Beal ont dû jouer tous les deux près de 40 minutes par match. « Nous devons aider notre banc car pour être franc, c’est ce qui a causé notre perte dans cette série en demi-finale de conférence », plaidait le meneur en mai dernier.

Mouvements de l’été

Arrivées : Jodie Meeks (Magic), Mike Scott (Hawks/Suns), Tim Frazier (Pelicans), Donald Sloan (Chine), Carrick Felix (D-League)

Départs : Bojan Bogdanovic (Pacers), Brandon Jennings (Chine), Trey Burke

Le joueur à suivre : John Wall

L’an passé, le meneur quadruple All-Star a tout simplement terminé son meilleur exercice en carrière, en s’invitant même dans le troisième meilleur cinq de la ligue. Une première en carrière. Toute la question est de savoir s’il peut encore faire mieux ? Notre petit doigt nous dit que oui. Prolongé cet été, il voit que ses dirigeants ont confiance en lui. Surtout, les bisbilles avec Bradley Beal semblent définitivement être de l’histoire ancienne. Le patron de l’équipe, c’est lui. Et s’il mène les Wizards toujours plus haut à l’Est, il pourrait se hisser parmi les prétendants pour le trophée de MVP.

LE CINQ DE DEPART EN DEBUT DE SAISON

LE BANC

Meneurs : Tim Frazier, Donald Sloan
Arrières : Jodie Meeks, Tomas Satoransky
Ailiers : Kelly Oubre Jr.
Ailiers-forts : Mike Scott, Chris McCullough
Pivots : Ian Mahinmi, Jason Smith, Daniel Ochefu

MOYENNE D’AGE : 27.3 ans
MASSE SALARIALE : 125.2 millions de dollars (4e sur 30)
SI TOUT VA BIEN

Les Wizards avaient raison de se voir très beaux et de se considérer comme l’équipe à abattre. Le tandem Wall-Beal tourne à plein régime, les intérieurs font leur travail dessous et Otto Porter Jr. passe un cap en tournant à plus de 17 points par match. Les défenses adverses ont trop de mal à gérer les trois hommes et John Wall est plus que jamais intenable sur le jeu de transition. Grâce à la stabilité de l’effectif, les Wizards se trouvent les yeux fermés. Et comme Cavs et Celtics peinent à se lancer en début de saison, ils prennent vite les commandes à l’Est et tiennent leur première place jusqu’au bout. Le meneur s’impose même comme un candidat crédible au titre de MVP et les Wizards visent la finale de conférence.

SI TOUT VA MAL

Comme l’an passé, Scott Brooks est obligé de tirer sur son cinq de départ car son banc n’est pas à la hauteur. Résultat : Bradley Beal rechute et connait une nouvelle blessure. En plus des pépins de santé, une guerre d’egos rejaillit dans les vestiaires. Otto Porter Jr. ne justifie pas du tout le pactole misé sur lui cet été et le duo Wall/Beal ne rate pas une occasion de le rappeler. Trop confiants dans leurs forces, les Wizards se maintiennent difficilement dans le Top 4 à l’Est.


PREVIEWS : les équipes déjà présentées
30 – Chicago Bulls (15e Est)
29 – Phoenix Suns (15e Ouest)
28 – Atlanta Hawks (14e Est)
27 – Indiana Pacers (13e Est)
26 – Brooklyn Nets (12e Est)
25 – Sacramento Kings (14e Ouest)
24 – Orlando Magic (11e Est)
23 – New York Knicks (10e Est)
22 – LA Lakers (13e Ouest)
21 – Dallas Mavericks (12e Ouest)
20 – Philadelphie Sixers (9e Est)
19 – Detroit Pistons (8e Est)
18 – Charlotte Hornets (7e Est)
17 – Memphis Grizzlies (11e Ouest)
16 – New Orleans Pelicans (10e Ouest)
15 – Utah Jazz (9e Ouest)
14 – Miami Heat (6e Est)
13 – Denver Nuggets (8e Ouest)
12 – Portland Trail Blazers (7e Ouest)
11 – Milwaukee Bucks (5e Est)
10 – Toronto Raptors (4e Est)
9 – LA Clippers (6e Ouest)
8 – Minnesota Timberwolves (5e Ouest)
7 – Washington Wizards (3e Est)
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *