Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
TOR117
CHI101
OKC105
NYK84
LAL4
LAC11
News

Jaylen Brown héritier de la défense celte

Avery Bradley et Jae Crowder partis cet été, Marcus Smart se retrouve dépositaire de l’identité défensive des Celtics. Mais le meneur de jeu remplaçant ne compte pas assumer cette responsabilité seul : il fonde beaucoup d’espoirs en Jaylen Brown et ses capacités physiques pour prendre de la place dans ce domaine.

« Il a 20 ans, j’en ai 23, mais il commence sa deuxième année, il apprend encore mais il apprend vite et il sera très bon » affirme Marcus Smart dans les colonnes du Boston Herald. « La perte d’Avery et de Jae ouvre des opportunités aux gars comme Jaylen pour prendre en responsabilités, pour montrer ce qu’il sait faire. Sa taille, son corps, son envergure : il peut vraiment être un super défenseur. Ça l’aide à faire des choses que les autres ne peuvent pas faire. »

Néanmoins, pour devenir une véritable menace défensive, le sophomore va devoir gommer un certain nombre d’erreurs.

« Tu laisse tes instincts prendre le dessus, et tu fais ce que tu es censé faire. Tu es bien placé », voilà ce qu’attend Marcus Smart de son camarade. « L’an dernier il était souvent au mauvais endroit, parce qu’il ne savait pas trop ce qu’il faisait, il se pressait au lieu de se fier à son instinct. Il doit faire confiance à ses instincts et aux techniques qu’il a appris. Mais il ralentit des deux côtés du terrain. Il a fait du bon travail l’an passé avec ce qu’on lui donnait à faire. Cette année, il comprend un peu mieux qu’on n’a plus Avery et Jae, qu’il doit prendre ce rôle. »

Le fantôme d’Avery Bradley

À l’arrière ? À l’aile ? À l’intérieur ? Personne ne sait vraiment, mais le jeune homme est paré à toutes les éventualités, avec toujours deux places à prendre dans le cinq majeur de Brad Stevens.

« J’ai défendu du poste 1 au 4 en Summer League. Je suis prêt à défendre sur n’importe qui » assure-t-il. « Je pense que ça me va, en grandissant je ne me suis jamais attribué de poste. Je dis que je suis un joueur de basket. Comme le dit notre entraîneur : on joue au basket, pas « aux postes ». C’est exactement ce que pense Brad. On a plusieurs postes à défendre, on va dans toutes les zones. »

Jaylen Brown utilise le pronom « on » car beaucoup de Celtes sont dans le même cas que lui. Ils peuvent évoluer à différentes positions, sans véritable poste attribué : Jayson Tatum, Marcus Smart, Guerschon Yabusele, Marcus Morris… Et d’ailleurs, il n’incombe pas seulement à Jaylen Brown de compenser les départs de Crowder et Bradley.

« C’est à l’équipe, en groupe, de répondre » insiste-t-il pour contrebalancer les propos de Marcus Smart. « On avait quelques bons défenseurs qui donnaient le ton l’an passé, maintenant ce sera un effort collectif. Je ne crois pas qu’un seul gars soit responsable pour bloquer un adversaire. »

Une chose est sûre, avec l’élève Jaylen Brown, il y aura toujours un peu du maître Avery Bradley à Boston.

« Je pense que ça va bien pour moi, que je suis dans les temps » tient-il à préciser. « Je me suis toujours considéré comme un joueur défensif – c’est une fierté – c’est ce qui sépare les bons des mauvais défenseurs. Il y a un effort, une fierté, une mentalité. Avery parlait de ces choses-là. Si on fournit le même effort et qu’on joue avec régularité tous les soirs, ça ira. »

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *