Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
TOR108
SAC93
DET114
ORL110
BRO84
IND94
WAS93
CLE97
Magazine News Previews

[Previews] Still The Process

Comme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA. Place aux Sixers aujourd’hui, qu’on voit terminer aux portes des playoffs en attendant que le fameux « Process » arrive à maturation.

A priori, tout le monde devrait enfin être en bonne santé à Philly, où l’excitation est à son comble. L’équipe ambitieuse de l’an passé s’apprête à accueillir Markelle Fultz, Ben Simmons, mais aussi J.J. Redick, sur qui la franchise a décidé de miser cet été. Le cocktail entre potentiel et expérience est bien dosé, mais ce groupe revu et corrigé, sans grand vécu, peut-il tenir la route tout au long d’une saison NBA ?

Still The Process

Bryan Colangelo est sur le point de récolter les fruits des graines semées par Sam Hinkie. Après une saison pleine de promesses mais hachée par les absences de Joel Embiid, Philly entrevoit le bout du tunnel. On l’a vu, quand Jojo est sur pied, il frôle le niveau All-Star et porte son équipe. Quand il est sur pied. Soit 31 fois la saison passée…

Les fans des Sixers imaginent maintenant leur équipe complétée par Ben Simmons et Markelle Fultz, les first pick des deux dernières Drafts. Le premier a des fourmis dans les jambes après une saison sur le flanc, et vu la puissance du garçon, il risque de frapper fort – au sens propre comme figuré – d’entrée. Le second n’a pas eu l’occasion de prendre confiance cet été en Summer League, blessé. Mais l’ancien de Washington avancera dans l’ombre de Simmons et Embiid, ou du moins, partagera la lumière avec toutes les autres pépites de l’équipe. Toujours plus agréable pour plonger dans le grand bain.

Derrière eux, les T.J. McConnell, Dario Saric et Timothé Luwawu-Cabarrot font presque figure de tauliers dans la mesure où l’on sait quoi attendre d’eux. Tout comme Robert Covington et Justin Anderson qui sont eux à mi-chemin entre potentiel et expérience. Dans ce réservoir rempli de jeunes talents, Nik Stauskas et Richaun Holmes devront se lever tôt pour avoir une chance de briller. Quant à Jahlil Okafor, il pourrait enfin quitter Philly puisque ses dirigeants ne comptent plus sur lui.

 De l’expérience individuelle mais pas de vécu collectif

Pour franchir un cap, il faut de l’expérience, et les Sixers possèdent toujours Jerryd Bayless – qui va entamer sa deuxième année en Pennsylvanie – et ils se sont payés Amir Johnson ainsi que J.J Redick cet été. Les trois hommes joueront un rôle primordial puisqu’ils sont les seuls de l’effectif à dépasser les quatre ans d’ancienneté en NBA. Amir Johnson a l’expérience celte pour lui, avec deux saisons comme titulaire au sein d’une bande de jeunes loups. J.J. Redick est lui le vrai plus de l’équipe : le shooteur de 33 ans était ciblé par la franchise, et celle-ci a mis 23 millions de dollars pour le convaincre.

L’ancien Clipper devrait trouver sa place dans une équipe pleine de jeunes talents qui ne demandent qu’à l’étaler : derrière la ligne à 3-points et, bien sûr, dans le vestiaire. Finaliste NBA avec le Magic, il a depuis roulé sa bosse à Los Angeles pour devenir une personnalité respectée tant sur le terrain qu’en dehors. Un relais parfait pour Brett Brown.

L’ancien bras droit de Gregg Popovich aura la lourde tâche de mettre l’équipe sur les bons rails d’entrée. Dès demain pour l’ouverture du training camp, le technicien devra faire comprendre son rôle à chacun. Embiid, Fultz et Simmons devront accepter de partager le scoring. Les jeunes talents sur le banc – Korkmaz, Luwawu-Cabarrot, Anderson, McConnell – devront eux accepter de ronger leur frein, de mettre leur progression personnelle entre parenthèses. Ce groupe sans vécu devra se trouver une identité, apprendre à perdre, à être patient. Tous ces jeunes pêcheront forcément au niveau de la régularité, feront face au « rookie wall », et ce malgré toute la bonne volonté du monde. Mais dans une saison ou deux, ces Sixers devraient faire très, très mal. Qui plus est avec l’argent qui dort sur leur compte en banque…

 Mouvements de l’été

Arrivées : Markelle Fultz (1er choix de draft), J.J. Redick (Clippers), Amir Johnson (Celtics), Furkan Korkmaz (Anadolu Efes)

Départs : Shaun Long (Rockets), Sergio Rodriguez (CSKA Moscou), Gerald Henderson

Le joueur à suivre : Ben Simmons

Déjà NBA ready au moment de sa draft, avec son physique hors norme, l’ancien de LSU a eu un an pour parfaire sa musculature et s’acclimater à la culture NBA. De fait, Ben Simmons fait partie des grands favoris pour le titre de rookie de l’année, même s’il devra – à l’inverse des autres débutants qui auront carte blanche – partager le ballon et les « tickets shoots » aux Sixers. Avec Markelle Fultz notamment, first pick en juin dernier, et concurrent aussi pour ce titre de ROY. Annoncé au poste 4 en défense, mais créateur en chef de l’autre côté du terrain, le point forward devra gérer une configuration singulière pour devenir ce fer de lance tant attendu en Pennsylvanie. À condition d’éviter les blessures.

 LE CINQ DE DEPART EN DEBUT DE SAISON

 LE BANC

Meneurs : Jerryd Bayless, T.J. McConnell
Arrières : Nik Stauskas, Furkan Korkmaz
Ailiers : Timothe Luwawu-Cabarrot, Justin Anderson
Ailiers forts : Dario Saric, Amir Johnson
Pivots : Jahlil Okafor, Richaun Holmes

MOYENNE D’AGE : 24.7 ans
MASSE SALARIALE : 82.5 millions (29e sur 30)
SI TOUT VA BIEN

Critère numéro un à la réussite des Sixers : tout le monde doit rester en bonne santé. Les trois jeunes stars locales se complètent parfaitement et mettent rapidement feu à Philly avec leur énergie et leur bonne humeur.

À leur côtés, les Covington, Redick et consorts se plaisent à ramasser les miettes et shooter de loin tandis que la « second unit », toute aussi prometteuse, continue également de progresser. La magie opère, le début d’exercice est prometteur et Philly est en bonne place dans la course aux playoffs. La longueur de la saison n’a pas raison de leur bilan : les Sixers sont en playoffs et revoient enfin la lumière.

SI TOUT VA MAL

Même si on ne leur souhaite évidemment aucun mal, on ne peut envisager une saison des Sixers sans évoquer l’infirmerie. Touché en summer league, Markelle Fultz devra éviter d’imiter Joel Embiid et Ben Simmons. Comme ce même Embiid manque le training camp et tarde à retrouver son niveau de l’an passé, c’est Ben Simmons qui devient dépositaire du jeu des Sixers à plein temps. Irréguliers, les jeunes joueurs de Brett Brown perdent patience, et les dirigeants avec eux. Pour la première fois, l’entraîneur est contesté alors qu’il n’arrive pas à tirer partie de tous ses talents. Le club échoue encore dans sa quête de playoffs et les fans s’impatientent de plus en plus…

PREVIEWS : les équipes déjà présentées
30 – Chicago Bulls (15e Est)
29 – Phoenix Suns (15e Ouest)
28 – Atlanta Hawks (14e Est)
27 – Indiana Pacers (13e Est)
26 – Brooklyn Nets (12e Est)
25 – Sacramento Kings (13e Ouest)
24 – Orlando Magic (11e Est)
23 – New York Knicks (10e Est)
 22- LA Lakers (12e Ouest)
21 – Dallas Mavericks (11e Ouest)
20 – Philadelphie Sixers (9e Est)
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *