Matchs
ce soir
Matchs
ce soir
BRO116
ATL104
OKC
MIN1:00
LAL
NOR3:30
Magazine News Previews

[Previews] Orlando magique ou tragique ?

NBA: OCT 28 Wizards at MagicComme chaque année, Basket USA propose une présentation de la saison NBA et des 30 franchises sous la forme d’un compte à rebours, de la 30e place à notre favori pour le titre de champion NBA. Direction la Floride pour le moment, avec une équipe d’Orlando qui occupe la 24e place de notre classement, la 11e de la conférence Est.

Pour la première fois de son histoire, le club vient de passer cinq saisons sans playoffs. Une période qui correspond au mandat compliqué de Rob Hennigan, finalement remercié, et qui a laissé sa place au tandem formé par John Hammond et Jeff Weltman. De quoi repartir sur de bonnes bases, avec pour objectif de reproduire leur réussite à Milwaukee.

 Nouvelle direction, nouvelle méthode

Orlando a retenu les leçons du passé. Ou plutôt, elles sont parties dans les valises de Rob Hennigan. Un an après les arrivées en fanfare de Bismack Biyombo, Serge Ibaka ou encore Jeff Green, le Magic s’est fait discret cet été et l’a joué fine. Le club a engagé Jonathon Simmons, Arron Afflalo, Marreese Speights et Shelvin Mack, pour une facture annuelle de 16.7 millions de dollars en cumulé pour la saison prochaine. Soit à peine plus que les 15 millions de Jeff Green l’an passé, et moins que le salaire de Bismack Biyombo. Forcément, le marché n’est pas le même, mais le duo arrivé à la tête de la franchise semble décidé à poser des bases solides, en divisant son effectif en trois groupes. Les vétérans, pour la plupart arrivés cet été. Les jeunes cadres dynamiques : Evan Fournier, Bismack Biyombo, Elfrid Payton, Nikola Vucevic ou Aaron Gordon. Et leur pépite sélectionné en 6e position de la dernière draft, Jonathan Isaac.

Comme l’expliquait Frank Vogel après la draft, le rookie commencera les matchs sur le banc cette saison, et sera doucement couvé par son entraîneur, une manière de rompre avec les pratiques de ces dernières années puisque les jeunes sélectionnés très haut par le Magic n’ont jamais véritablement percé, qu’il s’agisse d’Elfrid Payton, Mario Hezonja, Aaron Gordon ou même Victor Oladipo. L’objectif est donc d’y aller de manière graduelle avec Jonathan Isaac, au lieu de le lancer directement dans le grand bain sans véritable projet de formation.

En Floride, tout le monde espère que cette nouvelle direction saura relancer la franchise après un exercice complètement raté. « Une saison galère » pour Evan Fournier, « une des saisons les plus dures de (la) carrière » de Nikola Vucevic… On veut tourner la page rapidement à Orlando, et on veut que la méthode Frank Vogel, celle qui lui a permis de tirer le meilleur des Pacers, prenne. Mais pour ça, tout le monde va devoir élever son niveau d’un cran, sous peine de voir exploser l’effectif : les nouveaux architectes du Magic devront rapidement faire des choix pour mener à bien leur projet.

 Tourner la page de la saison dernière

À la mène, Elfrid Payton doit enfin prendre les rênes de l’équipe à pleines mains. Ses cinq triple doubles, tous réalisés après mars, sont à ce titre très encourageants. Solide il y a deux ans à son arrivée à Utah, puis fébrile l’an passé, Shelvin Mack aura à coeur d’apporter un peu de concurrence au jeune meneur. Evan Fournier, go-to-guy, doit lui continuer sa progression et profiter de son statut pour atteindre les 20 points de moyenne. Il doit être le scoreur et le franchise player qui fait tant défaut au Magic. Quatrième choix de draft en 2014, Aaron Gordon est sur les bons rails au sortir d’une saison à presque 13 points de moyenne. Décalé au poste d’ailier, l’ancien d’Arizona a retrouvé son poste 4 à mi-saison, celui qui lui sied le mieux et qui convient au « small ball ». Evan Fournier et Terrence Ross, arrivée en échange de Serge Ibaka, se partagent les ailes.

L’ancien Raptor a fait son trou avec une douzaine de points par match, mais doit maintenant régler la mire pour apporter de l’adresse longue distance. Comme tous ses partenaires : l’équipe était avant-dernière de la ligue en la matière l’an passé.

Jonathon Simmons commencera sûrement la saison derrière Fournier et Ross dans la rotation, de quoi renforcer le banc de Frank Vogel. De la même façon, l’entraîneur aura le choix entre Bismack Biyombo et Nikola Vucevic sous le cercle. Défense ou attaque ? C’est un peu le problème pour le coach, avec un effectif fait d’attaquants ou de défenseurs, mais peu de joueurs capables de briller des deux côtés du terrain. Comme l’an passé, il risque de passer du temps à chercher un équilibre.

Une chose est sûre : avec Bismack Biyombo et Jonathon Simmons, Frank Vogel a deux bons défenseurs sous la main. Et avec les nouveaux arrivés Arron Afflalo et Marreese Speights, il aura deux nouveaux shooteurs dans son équipe. Pour un peu que Mario Hezonja trouve enfin ses marques et que Jonathan Isaac soit à l’aise rapidement…

LES MOUVEMENTS DE L’ÉTÉ

Arrivées : Jonathon Simmons (Spurs), Jonathan Isaac (6e choix de draft), Arron Afflalo (Kings), Marreese Speights (Clippers), Shelvin Mack (Jazz), Wesley Iwundu (33e choix de draft), Khem Birch (Olympiakos)

Départs : Jeff Green (Cavaliers), Jodie Meeks (Wizards), C.J. Watson

LE JOUEUR À SUIVRE : Evan Fournier

« Il est vrai qu’il n’a pas le physique d’un LeBron James, mais il est dur, fort et surtout il travaille très dur. Il montre sur le terrain qu’il peut faire pleins de choses. Evan est né pour être un scoreur, il peut driver, il peut shooter, c’est un super joueur. »

Nikola Vucevic ne tarit pas d’éloges sur son ami Evan Fournier, et l’intérieur vise juste : Evan Fournier joue dur. Malgré son déficit de taille face aux ailiers adverses, il a plutôt bien résisté l’an passé, et la présence de Jonathon Simmons devrait lui permettre de changer de poste en défense. De l’autre côté du terrain, le Français doit faire preuve de régularité – en évitant les blessures – si possible autour des 20 points par match, pour endosser véritablement le rôle de franchise player, y compris dans les moments chauds. Du rendement de l’arrière dépend la saison du Magic.

LE CINQ MAJEUR DU DÉBUT DE SAISON

LE BANC

Meneurs : D.J. Augustin, Shelvin Mack
Arrières : Jonathon Simmons, Wesley Iwundu, Arron Afflalo
Ailiers : Mario Hezonja, Jonathan Isaac, Damjan Rudez
Ailiers forts : Khem Birch
Pivots : Bismack Biyombo, Marreese Speights

MOYENNE D’AGE : 26.1 ans
MASSE SALARIALE :  100.5 millions de dollars (21e sur 30)
SI TOUT VA BIEN

Le Magic entame la saison du bon pied avec un Frank Vogel qui trouve rapidement sa rotation. Un cinq « small ball » athlétique, une « second unit » solide et une adresse lointaine enfin là : tout le monde a un rôle et l’exécute plutôt bien.

Fournier, Payton, Gordon, Hezonja, Ross, Simmons : les jeunes sont à maturité et exploitent enfin leur potentiel, avec un Jonathan Isaac intéressant calé dans leur roue. Derrière, les réguliers Augustin, Vucevic, Afflalo ou Speights apportent un peu de sérénité et c’est une rotation d’une douzaine de joueurs qui va chercher les playoffs. Enfin !

SI TOUT VA MAL

Jeune et athlétique, la bande floridienne manque de patrons sur le terrain comme en dehors, et ça se ressent sur le bilan de l’équipe. Le message de Frank Vogel ne passe pas dans un effectif déséquilibré : les attaquants ne défendent pas et les défenseurs manquent de talent offensif. Malgré la patience affichée par la nouvelle direction, c’est l’impatience qui gagne lentement mais sûrement le groupe.

Le Magic reste une équipe « à potentiel » et se fait doubler assez facilement pour le dernier wagon des playoffs. Les mois passent mais rien ne change à Orlando, toujours en quête d’une identité.


PREVIEWS : les équipes déjà présentées
29 – Phoenix Suns
Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *