News

David Stern confiant pour l’avenir de la NBA

Il y a trois ans, David Stern léguait une ligue qui pesait près de 5 milliards de dollars à son ancien bras droit, Adam Silver. Après 30 ans sous sa direction, la NBA tournait ainsi la page de ce commissionner qui incarnait le développement, la mondialisation et la modernisation de la ligue.

Un sacré héritage à porter pour son successeur. Mais David Stern n’est pas inquiet pour le futur de la NBA.

« Je suis en admiration devant tout ce talent, de Stephen Curry, de Klay Thompson, d’un Russell Westbrook et un James Harden, etc, énumère-t-il. « Mais je suis aussi en admiration devant le potentiel de la ligue, au niveau numérique et mondial. Le niveau de jeu est fort, les affluences dans les salles font des records, le futur au niveau international est extraordinaire et la ligue est devenue leader dans la sphère numérique avec Adam Silver. C’est une superbe opportunité pour les propriétaires, les joueurs et pour mes anciens collègues. »

« Personne n’appelle, personne ne monte dans les gradins… »

Si une partie de l’avenir financier de la ligue dépend des revenus d’accords télévisuels, David Stern pense qu’il faudra aussi mettre le paquet sur le volet numérique. Car les habitudes des « consommateurs » de NBA changent.

« Les fans vont vouloir être capables de voir ce qu’ils veulent voir, quand ils le veulent, et par n’importe quel moyen possible. »

En gros, être capable de s’adapter à la demande de chaque fan en utilisant le streaming et la réalité virtuelle. « La devise clé, c’est la personnalisation », résume David Stern. Ce dernier, âgé de 74 ans, est aujourd’hui reconverti dans le conseil aux entreprises. Une vie dans laquelle il semble plus paisible que dans la précédente.

« Je suis plus occupé que jamais, mais pas la nuit. Personne n’appelle, personne ne monte dans les gradins, personne ne s’en prend à son coach, personne n’entre en contact avec un arbitre. Ma vie a été purifiée. »

Gérer des milliers de joueurs et de coaches, ça use. Surtout quand certains s’appelaient Ron Artest ou Mark Cuban.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *