News Résumé

Tournoi de Villeurbanne : La France perd et inquiète

Troisième et dernière journée du tournoi de Villeurbanne dans une Astroballe qui s’est enfin remplie pour assister à la nouvelle victoire des Australiens face aux Ivoiriens. Avant de voir l’équipe de France tomber face aux Brésiliens (79-66).

Une nouvelle défaite inquiétante car les progrès d’hier n’ont pas été suivis d’effet. Malgré une première mi-temps plutôt convaincante, les Bleus se sont effondrés lors du troisième quart temps, incapables de trouver des solutions offensives.

Australie – Côte d’Ivoire : 78-59

L’Australie sort vainqueur du tournoi en enregistrant une victoire annoncée face à la Côté d’Ivoire. Celle-ci a pourtant mis longtemps à se dessiner car les Ivoiriens ont vaillamment défendu leurs chances. Portés par l’adresse de Pape Philippe Amagou et le talent offensif d’Hervé Lamizana, ils restaient au contact jusqu’à la mi-temps (39-34), imposant en plus une pression constante à leurs adversaires.

Mais le banc ivoirien est trop faible pour que cette équipe puisse tenir sur 40 minutes. Alors, lorsque les titulaires s’épuisent, l’écart se fait. Et comme Aleksandar Maric avait enfin compris qu’on pouvait jouer au basket sans ses coudes, le secteur intérieur australien prenait le dessus pour prendre le large.

L’Australie s’impose donc avec un Ingles toujours précieux, même si son jeu est l’antithèse du spectaculaire. Et peut donc avoir des ambitions pour le Mondial. La Côte d’Ivoire aura elle pas mal de soucis et il lui faudra réussir des matchs pleins pour espérer quelque chose.

France – Brésil : 66-79

La préparation de l’équipe de France est terminée. Elle s’apprête désormais à rejoindre la Turquie avec cinq défaites dans ses valises, deux victoires face à la Tunisie et la Côte d’Ivoire, des signes encourageants face à l’Australie et une bonne première mi-temps dans ce dernier match.

Avant de sombrer, incapable de trouver des solutions offensives. Repoussés près du cercle, maladroits de loin, en manque de leaders capables d’assumer le scoring dans les instants où rien ne va, les Bleus ont vaincu un troisième quart-temps cauchemardesque.

« Il y a une énorme différence entre la première mi-temps et la deuxième, » expliquait ainsi Vincent Collet.

Oui. Quand les Français courent, partagent la balle et créent du mouvement, ils arrivent à lutter. Surtout que, défensivement, ils sont toujours là. Mais cette équipe est désormais dépendante du scoring d’Ali Traoré. L’ancien joueur de l’ASVEL a ainsi tiré sur les 5 premières possessions françaises. Quand il est adroit, comme en début de match, tout va bien. Mais quand il est en manque d’adresse, comme par la suite, la France doit avoir d’autres solutions. Ce n’est pas le cas.

Nando de Colo a bien réussi quelques pénétrations intéressantes, Florent Pietrus s’est battu (comme toujours) et Yannick Bokolo a été adroit.

Nicolas Batum, serré de près par les défenses adverses, peine à exister offensivement. Lui qui a encore du mal à créer son propre shoot n’a pas d’espace, faute de solutions offensives à ses côtés, et doit donc réaliser des exploits pour marquer.

Satisfaction de la soirée : Ian Mahinmi. Le jeune intérieur a été bon en première mi-temps, avant de s’effondrer, comme les autres, à la reprise.

« Il a été excellent en première mi-temps mais ça a été plus difficile pour lui en deuxième, » déclare Vincent Collet. « C’est la leçon d’aujourd’hui. A la mi-temps, l’effet de satisfaction leur fait du mal et on voit que la marge est étroite. Si on ne défend pas fort, on s’oblige à jouer arrêté face à une équipe qui met les dix pieds dans la raquette. On donne du jeu rapide à nos adversaires, alors que c’est nous qui l’avions en première mi-temps. Je trouve notre prise de risque à trois points insuffisante par rapport à une défense qui s’est vite fermée. »

Une prise de risque insuffisante dont Boris Diaw est largement responsable. Quand le bateau coule, on attend du capitaine qu’il prenne la barre et guide tout son monde. Collet, voyant le Bobcat inefficace offensivement, l’a d’ailleurs sorti lors du dernier quart-temps pour tenter un come-back qui s’était doucement dessiné avant d’être effacé par l’adresse de Machado et la finesse de Tiago Splitter.

La France meurt finalement à 13 points et on se demande quel visage affichera cette équipe en Turquie. Celle d’un groupe soudé, volontaire et collectif, comme en première mi-temps ? Ou celle d’une assemblée de joueurs impuissants, frustrés par leurs propres limites, comme en seconde mi-temps ? Réponse samedi.

Basket USA

A voir aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles  |  50 commentaires Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>