Finances Magazine News

Fiscalité des joueurs NBA : qu’est-ce que la « jock tax » ?

cavs-bobcatsSuite à la parution du classement des joueurs les mieux rétribués après prélèvements fiscaux, beaucoup d’entre vous nous ont interrogés sur la signification de la « jock tax », à laquelle sont confrontés tous les joueurs NBA et plus globalement, l’ensemble des athlètes professionnels circulant aux États-Unis dans le cadre de leur travail. 

Un impôt sur le revenu pour les travailleurs non-résidents

Cet impôt est simple et consiste pour des juridictions (états, localités) à imposer les athlètes professionnels qui effectuent leur activité professionnelle au sein de leurs frontières géographiques. Ainsi, ces états ou villes considèrent que lorsque les sportifs viennent effectuer une rencontre chez eux, ils gagnent de l’argent, dont une partie leur revient. C’est un impôt sur les revenus pour les travailleurs en déplacement professionnel.

Pour éviter une double-taxation, les États de résidence des sportifs offrent en générale des crédits d’impôts à hauteur de la somme payée dans les États visités. L’athlète paye donc au final la différence entre le taux d’imposition de l’État visité et celui de résidence.

Techniquement, chaque travailleur venant exercer une activité dans un de ces états est censé être assujetti à cet impôt, mais la somme d’individus concernés est telle que les états préfèrent se concentrer sur les personnalités ayant une profession publique : c’est le cas des athlètes qui peuvent difficilement cacher leurs déplacements.

Floride, Texas, Washington et Washington D.C exemptés de jock tax

L’impôt sous sa forme moderne avait été lancé par l’état de Californie en 1991 pour taxer les joueurs des Chicago Bulls, venus disputer une partie de la finale NBA dans la Cité des Anges. L’état de l’Illinois avait rétorqué en faisant de même, bien que ce dernier n’impose que les joueurs en provenance d’états qui eux-mêmes pratiquent cet impôt.

Car il y a des exceptions et des juridictions qui ne la pratiquent pas. C’est le cas de la Floride, du Texas et de l’état de Washington qui n’imposent pas sur le revenu, mais aussi de la ville de Washington, interdite par le Congrès Américain d’imposer sur le revenu les travailleurs non-résidents de la capitale (afin d’éviter aux responsables politiques, diplomates et autres lobbyistes une ponction fiscale supplémentaire).

Calculé sur la base du taux d’imposition par le nombre de jours travaillés

Au total, cet impôt existe dans la plupart des états, sauf neuf d’entre eux. Il est basé sur le taux d’imposition sur le revenu normal de chaque état, multiplié par le nombre de jours considérés comme travaillés (préparation, match, réunion ou autre représentation).

Certains états présentent des spécificités de calcul. Ainsi, le Tennessee (où se situent les Memphis Grizzlies) prélèvent un forfait de 2 500 dollars par match, limité à 7 500 dollars par an. Ce n’est pas forcément plus juste dans la mesure où des athlètes aux salaires différents payent la même somme. Ce forfait n’aura d’ailleurs plus cours à partir du 1er juin 2016.

Plus de 11 000 dollars d’impôt par jour pour Kobe Bryant lors de son déplacement à Cleveland

Concrètement, cela signifie que Dirk Nowitzki ou Chris Bosh ne sont imposés sur le revenu que lorsqu’ils jouent à l’extérieur. De même, les joueurs en déplacement à Miami, Dallas ou Houston ne sont pas taxés par les États concernés. En revanche, une finale de conférence NBA en sept matchs entre les Los Angeles Clippers et les Portland Trail Blazers (deux villes situées en Californie et l’Oregon où l’impôt sur le revenu est le plus élevé) peut coûter très cher.

Selon GovernmentExecution.com, lorsque Kobe Bryant se déplacera à Cleveland, il devra payer 11 595 dollars d’impôt par jour passé dans la ville. L’exemple de la ville des Cavaliers est un des nombreux cas à part : là-bas, l’État et la ville prélèvent en effet chacun un impôt pour les travailleurs non-résidents.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *