News Previews

Coupe du Monde 2014 : la présentation complète du groupe A (France)

Préparation Coupe du Monde 2014 Photo officielleLa Coupe du Monde 2014 démarre samedi, en Espagne, et sera diffusée sur les chaînes du groupe Canal+. Pour la France, ça démarre fort avec une première rencontre face au Brésil avant d’enchaîner face à la Serbie. Les Bleus évolueront en tout cas dans un groupe A très relevé, avec notamment l’Espagne.

Vincent Collet et sa troupe joueront le premier tour au Palacio Municipal de Deportes (7 350 places) de Grenade et BasketUSA sera sur place pour vous faire vivre la première partie de la compétition au plus près des Français. En attendant, voici la présentation complète de ce groupe A.

ESPAGNE *****

LE JOUEUR À SUIVRE

Pau Gasol. Depuis 2006, l’Espagne a été médaillée sur toutes les compétitions auxquelles elle a participé, sauf au Mondial 2010. Coïncidence : Pau Gasol était absent lors de cet évènement. Toujours intraitable dans le basket FIBA, son retour dans la raquette, aux côtés de son frère Marc, de Serge Ibaka et de Felipe Reyes, a de quoi faire très peur au sein d’une équipe ultra complète.

FORCE : très solide à tous les postes

Non seulement l’Espagne a une raquette surpuissante (Marc et Pau Gasol, Serge Ibaka, Felipe Reyes…) mais elle est aussi très solide sur tous les autres postes. À la mène, Ricky Rubio et Jose Calderon profitent des règles FIBA pour faire vivre l’Enfer à leurs adversaires directs.

Sur les ailes, Juan-Carlos Navarro et Rudy Fernandez sont aussi géniaux qu’agaçants. De quoi offrir un cinq majeur de haute volée, sans compter que le banc est aussi de très bonne facture avec notamment la mobylette Sergio Llull ou le génial Sergio Rodriguez pour ne pas baisser le rythme de jeu. Du très lourd.

FAIBLESSE : beaucoup de pression ?

Difficile de trouver des faiblesses à ce groupe qui se connait désormais très bien, d’autant que c’est l’un des seuls à arriver avec tous ses meilleurs éléments. À domicile, l’Espagne fait quasiment figure de favorite alors que les Etats-Unis doivent faire avec le forfait de Kevin Durant. La sélection de l’équipe américaine montre d’ailleurs que les Américaines craignent cette équipe, surtout chez elle.

On se souvient néanmoins que l’Espagne avait perdu la finale de l’Euro 2007, à domicile, face à la Russie. Grande favorite, la troupe de Pau Gasol avait cédé face à la pression. Est-ce qu’elle peut connaître la même mésaventure, malgré l’expérience et les succès engrangés depuis ? À moins que le poids des ans ne ralentisse finalement trop Juan-Carlos Navarro ou Pau Gasol face aux athlètes américains…

EFFECTIF

Meneurs : Jose Calderon, Ricky Rubio, Sergio Rodriguez
Extérieurs : Alex Abrines, Dani Diez, Rudy Fernandez, Sergio Llull, Juan-Carlos Navarro, Pau Ribas
Intérieurs : Victor Claver, Marc Gasol, Pau Gasol, Guillermo Hernan-Gomez, Serge Ibaka, Felipe Reyes

LE BILAN EN PREPARATION

100%

8 victoires – 0 défaite
635 points marqués
487 points encaissés
+148

RESULTAT AU DERNIER MONDIAL

Quarts de finale – Battu par Serbie
Sixième place

BRESIL ***

LE JOUEUR À SUIVRE

Tiago Splitter. Désormais remis de ses blessures, Leandro Barbosa devrait de nouveau dégainer à tout-va et le précieux Marcelinho Huertas aura en charge de gérer ce petit monde. Néanmoins, la fixation intérieure de Tiago Splitter semble l’un des points déterminants pour les Brésiliens.

FORCE : un gros secteur intérieur

Avec le pivot des récents champions NBA mais aussi Anderson Varejao, Nene Hilario ou Rafael Hettsheimeir, les Brésiliens ont l’un des meilleurs secteurs intérieurs, en tout cas sur le papier, de la Coupe du Monde. Marcelinho Huertas (FC Barcelone) étant à la baguette, il y a de quoi régaler tout ce petit monde et faire mal aux équipes adverses dans la peinture. En pratique, les intérieurs NBA du Brésil ont néanmoins souvent eu du mal à cohabiter et c’est pour ça que l’apport de Tiago Splitter sera essentiel.

FAIBLESSE : limité sur les ailes

Mais entre la traction arrière Marcelinho Huertas – Leandro Barbosa et le gros secteur intérieur, il y a un vrai manque avec des ailiers pas tout à fait au niveau de leurs partenaires.

EFFECTIF

Meneurs : Marcelinho Huertas, Raul Neto, Larry Taylor
Extérieurs : Leandro Barbosa, Alex Garcia, Marcel Machado, Marcus Vinicius de Souza
Intérieurs : Guilherme Giovannoni, Rafael Hettsheimer, Nenê, Tiago Splitter, Anderson Varejao

LE BILAN EN PREPARATION

62%

5 victoires – 3 défaites
633 points marqués
555 points encaissés
+78

RESULTAT AU DERNIER MONDIAL

Huitièmes de finale – Battu par Argentine

FRANCE ***

LE JOUEUR À SUIVRE

Nicolas Batum. Boris Diaw sera le patron du groupe, d’autant plus qu’il se montre de plus en plus agressif dans le jeu. Mais si la France veut réussir une belle Coupe du Monde, elle doit pouvoir compter sur un Nicolas Batum de très haut niveau, tant sur le plan défensif que sur l’adresse ou l’agressivité vers le cercle. Si Vincent Collet voulait qu’il vienne, c’est ainsi pour commencer la transition avec « l’après-Tony Parker » et ça démarre donc dès samedi.

FORCE : une défense de fer

Avec Nicolas Batum, Boris Diaw, Mickael Gelabale ou encore Florent Pietrus, les Bleus ont toujours des joueurs capables d’imposer une défense de fer à leurs adversaires. Avec la taille et l’envergure de Rudy Gobert ou Ian Mahinmi, le bloc français est solide, malgré des trous d’air à la mène et un repli qui a inquiété en préparation. Néanmoins, la défense reste la grande force de cette équipe.

FAIBLESSE : un trop gros manque offensif ?

Par contre, sans Tony Parker, on peut légitimement s’inquiéter pour l’équilibre offensif. Il faudra compter sur les performances de Nicolas Batum et Boris Diaw, toujours épaulés par Mickael Gelabale. Mais autour, il faudra bien trouver d’autres solutions. Vincent Collet a mis l’accent sur la rigueur offensive et l’application des systèmes car il sait qu’individuellement, son équipe n’est pas assez forte pour rivaliser en attaque avec les grosses cylindrées. La discipline sera-t-elle suffisante pour suppléer le manque de créativité ?

EFFECTIF

Meneurs : Antoine Diot, Thomas Heurtel
Extérieurs : Nicolas Batum, Evan Fournier, Mickael Gelabale, Edwin Jackson, Charles Kahudi
Intérieurs : Boris Diaw, Rudy Gobert, Joffrey Lauvergne, Ian Mahinmi, Florent Pietrus

LE BILAN EN PREPARATION

67%

6 victoires – 3 défaites
662 points marqués
606 points encaissés
+56

RESULTAT AU DERNIER MONDIAL

Huitièmes de finale – Battu par la Turquie

SERBIE ***

LE JOUEUR À SUIVRE

Nenad Krstic. Si Nemanja Bjelica et Bogdan Bogdanovic devraient assurer le scoring sur les ailes, on attend surtout de voir à quel niveau seront les deux Serbes du CSKA Moscou, Milos Teodosic et Nenad Krstic. Auteurs d’une saison décevante en Russie, ils se remettent en plus de pépins physiques qui ont entaché leur préparation. Centre de l’attaque serbe lors du dernier Euro, le niveau de Nenad Krstic pourrait d’ailleurs être essentiel, lui dont les fixations permettaient de libérer ses shooteurs.

FORCE : des shooteurs expérimentés

Avec Nemanja Bjelica, Milos Teodosic ou le drafté de Phoenix, Bogdan Bogdanovic, la Serbie possède de sacrés shooteurs extérieurs, rompus aux grandes joutes européennes. De quoi faire mal à n’importe quelle défense, pour peu qu’ils aient un peu d’espace pour opérer.

FAIBLESSE : des éléments majeurs en méforme ?

Le problème, c’est bien que Milos Teodosic et Nenad Krstic ne semblent pas à leur meilleur niveau. Eléments forts de l’équipe ces dernières années, les deux joueurs du CSKA Moscou sont en phase de retour et ça peut poser des problèmes à l’équipe, surtout en début de compétition. S’ils montent en pression au cours de la compétition, ils peuvent par contre faire très mal. Surtout que le groupe a montré qu’il avait des ressources, notamment avec un Miroslav Raduljica souvent très bon, par exemple face à l’équipe de France.

EFFECTIF

Meneurs : Milos Teodosic, Stefan Markovic
Extérieurs : Nemanja Bjelica, Bogdan Bogdanovic, Stefan Jovic, Nikola Kalinic, Marko Simonovic
Intérieurs : Stefan Bircevic, Rasko Katic, Nenad Krstic, Miroslav Raduljica, Vladimir Stimac

LE BILAN EN PREPARATION

67%

6 victoires – 3 défaites
722 points marqués
688 points encaissés
+34

RESULTAT AU DERNIER MONDIAL

Demi-finales – Battu par la Turquie
Quatrième place

EGYPTE *

LE JOUEUR À SUIVRE

Sherif Abdalla. En l’absence de sa star, l’intérieur Assem Marei insuffisamment remis d’une opération du genou, l’Egypte va devoir réaliser des miracles pour se sortir d’un groupe très relevé. Le pays n’avait pas participé au championnat du monde depuis 23 ans et la surprise du dernier championnat d’Afrique compte sur son artilleur en chef, Sherif Abdalla, pour inquiéter ses adversaires.

FORCE : des joueurs qui n’ont pas peur de shooter ?

Difficile honnêtement de dégager les forces et les faiblesses d’une équipe qu’on a si peu vu jouer. Ce qui est sûr, c’est que les Egyptiens n’hésitent pas à dégainer souvent de loin, malgré un pourcentage de réussite assez faible. L’an dernier, Assem Marei était néanmoins là pour ramasser des rebonds offensifs.

FAIBLESSE : un manque de présence sous le cercle

Sans lui, la raquette égyptienne risque bien de souffrir face à des adversaires de bien meilleur niveau que ceux rencontrés lors du championnat d’Afrique. Comme les Philippines en préparation, les Egyptiens semblent ainsi jouer très large pour compenser ce manque d’impact à l’intérieur.

EFFECTIF

Meneurs : Mouhanad El Sabagh, Wael Khedr
Extérieurs : Sherif Abdalla, Amro Sherif Abdellhalim, Moamen Abouelanin, Moustafa Ali Elmekawi, Ibrahim El Gammal, Youssef Abou Sousha
Intérieurs : Rami Abdalla, Haytam Khalifa, Asraf Rabie, Seif Samir

LE BILAN EN PREPARATION

56%

5 victoires – 4 défaites
655 points marqués
615 points encaissés
+40

RESULTAT AU DERNIER MONDIAL

Non qualifié

IRAN *

LE JOUEUR À SUIVRE

Hamed Haddadi. Après un passage en NBA, à Memphis et Phoenix, puis en Chine, Hamed Haddadi est rentré en Iran, où il domine dans les raquettes du pays. Meilleur marqueur, meilleur rebondeur et deuxième meilleur contreur du dernier championnat d’Asie, le pivot de 2m18 est l’homme fort de sa sélection.

FORCE : une vraie présence au rebond

Avec la taille d’Hamed Haddadi et l’activité d’Oshin Sakahian, les Iraniens ont dominé le rebond lors du dernier championnat d’Asie, leur permettant d’atteindre la finale de la compétition. Bien sûr, ça ne devrait pas être aussi simple face aux grosses cylindrées du continent européen et américain, plus fournies à l’intérieur et plus équilibrée globalement. Mais ça reste un domaine à surveiller.

FAIBLESSE : un manque de shooteurs extérieurs

Comme pour l’Egypte, il est assez compliqué de juger les défauts et les qualités d’une équipe qu’on a si peu vu jouer. Néanmoins, l’adresse extérieure de l’équipe est très faible, malgré la présence de l’ancien palois Samad Nikkhah Bahrami ou d’Hamed Afagh, les deux principaux soutiens d’Hamed Haddadi.

EFFECTIF

Meneurs : Mahdi Kamrani, Erfan Nasaj Pour
Extérieurs : Hamed Afagh, Rouzbeh Arghavan, Mohammad Jamshidi, Sajjad Mashayekhi, Samad Nikkhah Bahrami, Behnam Yakhchalidhkodi, Arman Zangeneh
Intérieurs : Hamed Haddadi, Asghar Kardoust, Arsalan Kazemi, Oshin Sahakian

LE BILAN EN PREPARATION

44%

8 victoires – 10 défaites
1 264 points marqués
1 266 points encaissés
-2

RESULTAT AU DERNIER MONDIAL

Eliminé en poule

CALENDRIER

30 août (15h30) : Egypte – Serbie
30 août (18h00) : France – Brésil (Canal+ Décalé)
30 août (22h00) : Iran – Espagne
31 août (15h30) : Serbie – France (Canal+ Décalé)
31 août (18h00) : Brésil – Iran
31 août (22h00) : Espagne – Égypte
1er septembre (15h30) : Iran – Serbie
1er septembre (18h00) : France – Égypte (Canal+ Sport)
1er septembre (22h00) : Brésil – Espagne
3 septembre (15h30) : Égypte – Iran
3 septembre (18h00) : Serbie – Brésil
3 septembre (22h00) : Espagne – France (Canal+ Sport)
4 septembre (15h30) : Brésil – Égypte
4 septembre (18h00) : Iran – France (Canal+ Sport)
4 septembre (22h00) : Serbie – Espagne

QUALIFICATION

Les quatre premiers se qualifient pour les huitièmes de finale, où ils croiseront à Madrid avec le groupe B (Argentine, Grèce, Croatie…). Si deux équipes sont à égalité de points, c’est la résultat de la confrontation directe qui détermine la place des deux équipes. Si trois équipes sont à égalité, les équipes sont classées par la différence points marqués / points encaissés lors des matches directs.

Enfin, si cela ne suffit pas, c’est la différence générale qui détermine l’ordre des qualifiés.

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *