Draft News

Draft 2012 : le bilan un an après…

Damian LillardÇa fera un an tout pile ce jeudi, et il est donc temps de tirer le premier bilan annuel de la classe de draft de 2012. Damian Lillard a dominé les débats de bout en bout, mais composée de très jeunes joueurs, ce crû n’est pas si mauvais qu’on a pu l’entendre pendant la saison.

Damian Lillard, Anthony Davis, Michael Kidd-Gilchrist, Harrison Barnes, Andre Drummond ou encore Maurice Harkless et notre Evan Fournier national… Tout ces petits âgés de 22 ans ou moins ont l’avenir devant eux ! Revue d’effectif complète.

 

1. Anthony Davis (13 points, 8 rebonds, 2 contres)

Premier choix de la dernière draft, Anthony Davis a démontré (quand il n’était pas sur le flanc) qu’il avait toute la panoplie pour dominer… Et ce n’est pas rien quand on sait que le pivot des Hornets est encore très fruste en attaque ! Avec un été complet de préparation, Davis doit revenir plus costaud pour pérenniser cet impact. La comparaison avec Marcus Camby était juste.

 

2. Michael Kidd-Gilchrist (9 points, 6 rebonds, 1 contre)

Ailier à tout faire des Bobcats, MKG a réalisé une première saison correcte au regard de son jeune âge (19 ans). Evidemment encore trop tendre physiquement, et donc inconstant, le fugace pensionnaire de Kentucky a cependant tout l’avenir devant lui et avec Kemba Walker, il doit relancer la franchise de son altesse sérénissime. Pour franchir un palier, il devra progresser aux tirs. Bonne nouvelle, Charlotte a engagé Mark Price pour l’aider.

 

3. Bradley Beal (14 points, 4 rebonds, 2 passes)

Attention scoreur ! Le jeune arrière des Wizards a certes connu des hauts et des bas pendant la saison mais avec une fin de saison en boulet de canon (17 points, 5 rebonds en février notamment), il va former avec John Wall un des duos dynamiques à l’arrière pour les années à venir. On le comparait à Ray Allen, mais c’est plutôt un Eric Gordon 2.0.

 

4. Dion Waiters (15 points, 2 rebonds, 3 passes)

Dévoreur de ballons et d’espaces, et arrière dans un corps de quarterback, Dion Waiters a prouvé pour sa première année qu’il pouvait scorer, et même se comporter en leader. Mais Kyrie Irving a les clés du camion, et l’arrière des Cavs doit s’adapter. Ou quitter le navire…

 

5. Thomas Robinson (5 points, 4 rebonds)

C’est le flop de la draft 2012 pour le moment ! Ailier-fort avec des qualités athlétiques hors normes, le King transféré aux Rockets n’a pas vraiment eu la chance de se montrer. Autant à Sacramento car il n’y avait aucune structure de jeu, qu’à Houston où il a pris le train en marche, T-Rob va jouer gros sur sa saison sophomore… On ne sait pas encore où puisque Houston cherche à le transférer…

 

6. Damian Lillard (19 points, 6 passes, 3 rebonds, 1 interception)

LA surprise du chef ! Le maestro de cette draft ! Damian Lillard a écrasé la concurrence en raflant tous les trophés de rookie du mois et empochant évidemment le titre suprême. Que dire de plus ! Le meneur des Blazers est déjà une star… Reste à voir s’il va pouvoir donner corps à une équipe de Portland sans playoffs cette saison ?

 

7. Harrison Barnes (9 points, 4 rebonds, 1 passe)

Seul Rookie de la loterie à avoir participé aux playoffs avec les Warriors (et quel run !), Harrison Barnes a grandi sous nos yeux pendant le printemps ! Auteur de matches énormes face aux Spurs (dont 26 points et 10 rebonds dans le succès au match 4), le Faucon Noir est un diamant brut. Golden State peut se féliciter d’avoir récupéré un tel athlète.

 

8. Terrence Ross (6 points, 2 rebonds, 1 passe)

Même cas de figure que Thomas Robinson pour Terrence Ross. Le vainqueur du dernier concours de dunks n’a pas obtenu beaucoup de temps de jeu dans la rotation des Raptors derrière DeRozan et Rudy Gay arrivé en cours d’année. Véritable marsupilami des parquets, le natif de Portland mérite qu’on lui offre davantage de minutes… ne serait-ce que pour ses acrobaties aériennes !

 

9. Andre Drummond (8 points, 8 rebonds, 2 contres)

Alors qu’on ressort les cadavres des placards avec la draft 2003 et le « bust » Darko, les Pistons doivent croiser les doigts pour que leur nouvelle pépite intérieure, Andre Drummond, ne soit pas du même bois. A priori, non ! Le pivot sorti de Connecticut a impressionné par son physique, proche de Dwight Howard, sur certaines séquences. A lui de peaufiner son jeu encore brut de pomme !

 

10. Austin Rivers (6 points, 2 rebonds, 2 passes)

Le fiston du Doc est entré dans la Grande Ligue par la petite porte. Entouré de hype depuis son plus jeune âge, le meneur des Hornets a souffert pour sa première année et si les doutes subsistent sur son réel poste (arrière ou meneur), le jeune Austin a de quoi faire taire les pessimistes.

 

11. Meyers Leonard (5 points, 4 rebonds)

Les Blazers montrent leur intérêt pour Marcin Gortat… Un mauvais présage pour le jeune Meyers Leonard ? Oui et non ! Si le marteau polonais ne venait pas dans l’Oregon, le message est clair pour le pivot remplaçant sorti d’Illinois : montre nous qu’on a eu raison de te choisir ! Avec un physique de bûcheron et des bonnes mains, Leonard peut faire son trou.

 

12. Jeremy Lamb (3 points, 1 rebond)

C’est (littéralement) le sleeper de cette draft. Késako ? C’est-à-dire que le jeune arrière du Thunder (drafté par Houston mais échangé contre James Harden) est probablement le meilleur joueur de cette draft qui n’a pas eu la chance de montrer ses talents. Mais OKC compte sur lui, et la saison prochaine, il va jouer ! Le Thunder attend de lui qu’il rentre les tirs ouverts dans le périmètre… pour s’économiser un contrat par exemple (Kevin Martin).

 

13. Kendall Marshall (3 points, 3 passes)

Sans dire que les Suns s’attendaient au nouveau Steve Nash, Kendall Marshall a déçu en tant que doublure de Goran Dragic. Le Tar Heel va jouer gros la saison prochaine…

 

14. John Henson (6 point, 5 rebonds)

Derrière l’éclosion de Larry Sanders aux Bucks, le filiforme John Henson n’a pas beaucoup vu la lumière. Mais le garçon a un sérieux potentiel avec sa papatte gauche. A suivre, et il pourrait exploser la saison prochaine. Comme Larry Sanders.

 

15. Maurice Harkless (8 points, 4 rebonds, 1 passe)

C’est le coup de cœur de cette draft ! Franchement, le petit Maurice (19 ans) nous a régalés cette année. Dans la tourmente d’Orlando, il a prouvé tout au long de la saison que le Magic n’avait pas tout perdu avec le départ de Dwight Howard. A surveiller de près !

 

16. Royce White (0 point, 0 match)

La saga de l’année… Dont la NBA se serait bien passée ! Sans aucun match officiel au compteur, l’ailier prometteur est victime d’hyper anxiété, ce qui l’empêche de prendre l’avion… Embêtant pour un joueur NBA ! Le futur bide de cette draft sans aucun doute !

 

17. Tyler Zeller (8 points, 6 rebonds, 1 passe)

En attendant son frangin dans la prochaine draft, Tyler Zeller s’est fait sa place sans broncher en NBA. Au sein de la raquette désertée des Cavs (blessure de Varejao), le produit de North Carolina a été bon. Un solide pivot qui a été sélectionné pour effectuer le stage de Team USA.

 

18. Terrence Jones (5 points, 3 rebonds, 1 contre)

C’est lui qui a le plus profité du bide Royce White. Mais de là à convaincre sur le long terme, ça reste à voir…

 

19. Andrew Nicholson (8 points, 3 rebonds)

Avec ses yeux mi-clos, ses énormes péniches de pied et ses épaules qui tombent, on ne donnait pas cher d’Andrew Nicholson. Mais le canadien sorti de St Bonaventure vit sa belle aventure. Un talent offensif certain.

 

20. Evan Fournier (5 points, 1 rebond, 1 passe)

On ne va pas se voiler la face, la saison rookie d’Evan Fournier n’a pas été emballante ! Sur la fin, un peu, avec ce nouvel élan avant et pendant les playoffs. Evan a fini par convaincre George Karl de sa maturité dans le jeu. La situation à Denver (sans coach) reste encore à démêler pour avoir une idée de quoi l’avenir du scoreur français sera fait. En tout cas, on le verra en équipe de France, et ça c’est déjà énorme !

 

21. Jared Sullinger (6 points, 6 rebonds)

Saison de frustration pour Sullinger qui offrait de solides minutes derrière Garnett, dans son style panzer… mais qui a dû hisser le drapeau blanc après une grosse blessure (dos). Espérons qu’il puisse rebondir.

 

22. Fab Melo (1 point)

Pas grand-chose à dire pour le Brésilien des Celtics qui a joué la bagatelle de 36 minutes sur 82 matchs…

 

23. John Jenkins (6 points, 1 rebonds)

On n’en attendait pas beaucoup mais Jenkins a réussi à surprendre et prendre 15 minutes par match chez les Hawks. Une bonne pioche de la draft 2012.

 

24. Jared Cunnigham (2 points)

Perdu à Dallas après sa sélection par Cleveland, le Beaver d’Oregon State a encore tout à prouver.

 

25. Tony Wroten (3 points, 1 passe)

Joueur de bout de banc chez les finalistes de l’Ouest, les Grizzlies de Memphis, Wroten a peu joué… mais a déjà côtoyé les cimes, c’est toujours ça de pris !

 

26. Miles Plumlee (1 point, 2 rebonds)

Un grand gabarit qui a tourné les serviettes chez les Pacers.

 

27. Arnett Moultrie (4 points, 3 rebonds)

Le Heat l’a envoyé à Philadelphie. Dommage pour la bague gratoche mais l’intérieur de Mississippi State a été productif dans ses minutes.

 

28. Perry Jones (2 points, 2 rebonds)

Comme son copain Jeremy Lamb, le Thunder n’a eu que peu de minutes pour son rookie. Mais l’ailier fort qui voudrait jouer ailier shooteur a un potentiel physique hallucinant. OKC devrait le laisser jouer davantage !

 

29. Marquis Teague (2 points, 1 passe)

Le frangin du Hawk, Jeff, a été le troisième meneur de Chicago en profitant de la blessure de Derrick Rose pour prouver qu’il avait du ballon.

 

30. Festus Ezeli (2 points, 4 rebonds)

Une bonne pioche aussi sachant qu’on parle du dernier choix du premier tour pour les Warriors. Un intérieur dur au mal qui soulage aux rebonds. Opéré du genou, il sera absent 6 à 9 mois !

 

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *