Humeurs Internet

[Le carnet de route d’Andrew Albicy] La tête dans les étoiles

Appelé de dernière minute pour pallier le forfait de Rodrigue Beaubois, Andrew Albicy a rejoint l’équipe de France juste au moment où elle s’apprêtait à s’envoler pour l’Amérique du Nord.

Du Canada aux États-Unis, le récent champion d’Europe des moins de 20 ans nous raconte son premier stage au sein des Bleus.

Épisode 4 : La tête dans les étoiles

Dans quelques heures, je vais voir Rajon Rondo et les autres, j’ai trop hâte ! Le matin, tout le monde est détendu, on mange tranquillement, mais ça se voit qu’on a tous hâte d’y être.

Lorsqu’on arrive à la salle, c’est le choc ! HAL-LU-CI-NANT ! Ce Madison Square Garden est magnifique. Et quelle histoire ! Quand on pense à tous les grands joueurs qui ont joué ici, ça nous fout la chair de poule, c’est obligé. En plus il y a trop de monde dans la salle, ça nous change de Toronto où ça sonnait franchement creux.

Je passe à côté de Chauncey Billups, il y a les autres un peu plus loin. Je dois me pincer pour y croire, j’ai du mal à réaliser ! Je suis tellement content d’être là. J’ai aussi hâte de voir les autres joueurs. Là, c’est Kevin Durant qui passe. Qu’est-ce qu’il est grand et long ! Je ne pensais pas qu’il était aussi grand, c’est dingue. En NBA, il joue 3, alors qu’en France il jouerait au poste 5. Trop drôle.

Le début de match se passe pas trop mal, on est dedans, on joue mieux que lors des deux matches face au Canada. Beaucoup mieux même et on n’est qu’à moins 9 à la mi-temps. On est dans le match. On voit vraiment que le public du Garden aime le beau jeu, car à chaque fois qu’il y avait un dunk ou une belle action, genre un cross, la salle prenait feu. Ils aiment le spectacle ces New-Yorkais !

En deuxième mi-temps, on prend l’eau, malheureusement. Les États-Unis ont haussé leur niveau de jeu et puis nous, on a arrêté de faire ce qui nous avait réussi avant la pause. Malgré tout, notre prestation est correcte. En tout cas bien meilleure que ce qu’on avait montré jusque-là, même si on finit à moins 30. Perso, j’aurais trop aimé jouer, je suis quand même un peu dégoûté.

Après le match, on va se balader dans New York. L’idée, c’est de se faire plaisir. Donc direction Macy’s pour vider le magasin. C’est pas tous les jours qu’on vient à New York, donc autant en profiter !

Basket USA

à lire aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles et contenus illicites  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *