Les blogs de la rédaction

[reportage] Episode 3 – Le réveil des Sixers

Par  — 

philadelphia

Comme chaque année, l’un de nos photographes, Thomas Savoja, effectue un « road trip » aux Etats-Unis, et cette fois-ci, il a choisi de parcourir la côte Est. Après des étapes à Brooklyn et Washington, place à Philadelphie, la ville de l’amour fraternel…

9 Novembre 2016

J’ai quitté Washington pour le Maryland voisin et sa ville étendard Baltimore afin d’assister au « Thursday Night Football ». L’équipe locale des Ravens reçoit les modestes Cleveland Browns pour un match qui s’annonce à sens unique. Le temps est exceptionnellement clément et j’ai même le privilège de déjeuner en terrasse sur le port de plaisance. Mieux : je suis en t-shirt mi-novembre pour me délecter de la spécialité du coin le « blue crab cake » généreusement arrosé d’une bière locale. Le pied quoi ! Baltimore étant le siège social de la société Under Armor, je ne manque pas de faire un crochet par le « Showroom » de la marque qui fait belle place à la collection « Stephen Curry ».

baltimore

Au lendemain de cette escapade fort appréciée, je remonte deux heures vers le Nord pour rejoindre Philadelphie. Berceau de la création des Etats-Unis, celle que l’on surnomme affectueusement « Philly » est la 5e ville du pays par la taille. Elle possède un centre ville chargé d’histoire puisque c’est ici même que fut écrite et signée la déclaration d’indépendance le 4 juillet 1776 ainsi que la signature de la Constitution américaine. Philly fut même la première capitale des Etats-Unis, de 1790 à 1800 !

Je m’installe au Marriot de Fairmont Park situé au nord de la ville. Avec ses 200 km de sentiers j’aurais de quoi faire quelques footings ! Ce soir les Sixers à la recherche de leur première victoire de la saison reçoivent les Pacers d’Indiana et je serais de la partie ! Il est midi passé. Après avoir déposé mes affaires à l’hôtel, je décide d’aller faire un tour en ville. Je commence par une pause déjeuner sur les bords de la rivière Delaware où je déguste une excellent Pizza avant de prendre la direction d’« Old City » pour une leçon d’histoire américaine.

C’est un quaker anglais, William Penn qui donna à la ville le nom de « Cité de l’Amour Fraternel». Je me gare sur « Independance Mall » qui regroupe la « Liberty Bell », le Hall de l’Indépendance et la « President’s House ». Un peu plus loin, je découvre la maison de Betsy Ross qui cousu le premier drapeau américain en 1776 et déambule dans « Elfreth’s Alley », la plus vieille rue habitée du pays avec ses maisons de brique rouge.

Il est 16h30 lorsque je prends la direction de « South Philly » en même temps que le flot des « commuters ». Il me faut une vingtaine de minutes pour atteindre le complexe sportif qui regroupe le stade de Baseball hébergeant les Phillies, le stade de Football où jouent les Eagles et enfin le « Wells Fargo Center » où évoluent les Flyers dans la NHL et bien évidemment les Sixers en NBA ! Le coin est un peu isolé et encore désert 3h avant le début du match. Une grande avenue mène aux différents Parkings. Du coup je décide de faire un crochet par le tout nouveau « XFinity Live Center » situé au sud de Broad Street. L’établissement propose notamment un « Sport’s Bar » avec des écrans absolument gigantesques. C’est à cet endroit que ce trouvait l’ancienne salle des Sixers, le fameux Spectrum !

Après cette pause régénératrice, je reprends ma voiture pour la poser sur le gigantesque parking dédié aux medias. Le « Wells Fargo Center » me fait désormais face dans la nuit tombante et c’est une sacrée enceinte ! Lorsque les Philadelphia Warriors quittèrent San Francisco à l’issue de la saison 1962, ils vinrent s’installer non loin d’ici à Hersey en Pennsylvanie pour jouer leurs rencontres à domicile. C’est dans cette petite salle que le grand Wilt Chamberlain inscrivit 100 points face aux New York Knicks. La saison suivante, l’équipe devenue les Syracuse Nationals déménagea à Philadelphie même car une franchise avec d’aussi bons résultats sportifs ne pouvait décemment plus évoluer dans une si petite enceinte. Ce fut d’abord au Spectrum, détruit il y a quelques années, puis ce Wells Fargo Center.

philly001

La salle dans sa configuration actuelle date donc de 1996 et accueille également l’équipe de Hockey des Flyers et celle d’Arena Football du Soul. L’équipe de Basket NCAA Wilcats de Villanova jouent aussi quelques gros matches ici. Avec ses 20 318 sièges c’est l’une des plus impressionnantes de la NBA par la taille !

Je débute mon exploration par une petite balade dans les coursives afin de capturer l’ambiance générale. Je suis accueilli par une bannière au slogan prometteur : « Made in Philadelphia since 1776 » ! Juste à l’entrée principale sont suspendues au plafond les faits d’armes de la franchise. N’oublions pas que les Sixers, même s’ils traversent depuis quelque temps une période de creux ont décroché trois titres NBA (1955, 1967 et 1983) et ont accumulé le 3e plus grand nombre de victoire de l’histoire de la ligue ! Un peu plus loin, je passe de longues minutes devant les vitrines qui reviennent sur ce passé glorieux. Le mur intitulé « Remember The Spectrum » semble faire l’unanimité auprès des fans qui se replongent ainsi avec délectation dans ces temps pas si anciens où la franchise brillait de mille feux.

philly004

Si vous êtes un fan de l’équipe locale, le « Souvenir shop » propose toutes sortes de gadgets estampillés « 76ers ». J’ai un petit faible pour le service vaisselle et les verres à bières alors que le maillot #21 de Joel Embiid arrive au top du hit parade des ventes. Côté nourriture, je suis impressionné par la multitude de stands : il y en a vraiment pour tous les gouts et je trouve les tarifs moins onéreux qu’à New York ou Washington. Quoi que le hotdog à 6 USD c’est un peu abusé quand même ! « Campos », une chaine locale de Cheesesteak ou encore « Chickie and Pete’s » dans le style « Sport’s bar » proposent de sympathiques alternatives. Pour ma part ce sera assiette de Nachos et « Frozen yogurt », histoire de donner dans la « junk food » !

philly173

Me voilà de retour sur le bord du parquet. Aujourd’hui c’est le « Military Appreciation Day », journée d’hommage aux forces armées. Du coup, tout le monde a enfilé des tenues de circonstance. « Franklin le chien », la Mascotte déjantées des Sixers est en treillis et les Cheerleaders ont enfilé des mini-shorts de camouflage !

J’ai hérité d’une place sous les panneaux côté visiteurs. Du coup je suis aux premières loges pour assister à l’échauffement des Pacers. Des jeunes fans ont fait une haie d’honneurs aux joueurs pour leur entrée sur le parquet. Ils ont les yeux qui brillent lorsque ceux-ci débarquent sur le terrain en leur tapant dans les mains. Paul George, premier arrivé fait office de bon élève par son assiduité et son application apparente.

philly005

La « Flight Squad » est un groupe d’acrobates qui assure l’animation tout au long de la rencontre. Leur démonstration de hip hop lors l’avant match est assez énergisante ! Une cloche géante réplique de la « Liberty Bell » symbole de la ville a fait son apparition au milieu du terrain, signe que le début du match est imminent. Le protocole de présentation des deux équipes est en marche et la vidéo introductive est projetée à même le parquet. Elle met en scène les exploits de Wilt Chamberlain, Dr. J, Charles Barkley et plus récemment Allen Iverson : du très lourd qui donne des frissons !

Puis les Pacers sont gentiment conspués par les fans lors de l’annonce officielle du speaker alors qu’un feu d’artifice de flammes et de clameurs accompagne le « starting five » des Sixers ! L’ambiance s’annonce bouillante … C’est le moment que choisit « Franklin le chien » pour frapper la cloche de la liberté et lancer les hostilités !

philly018

Je suis impressionné du début de match réalisé par trio Monta Ellis, Paul George et Jeff Teague, une sacrée triplette de manieurs de ballons et quelle fluidité dans leurs mouvements ! Sauf que Paul George se retourne rapidement le pouce et qu’il doit faire un crochet par l’infirmerie. Cela permet aux Sixers d’amortir le choc et de rester dans la partie par l’intermédiaire d’un TJ Mc Connell sobre et efficace.

Comme évoqué précédemment, le « Wells Fargo Center » est l’une des plus grandes salles de la ligue mais ses concepteurs ont réussi le tour de force de la rendre néanmoins conviviale. La lumière y est excellente et le rendu sonore est au top ce qui fait que même si les Sixers jouent assez rarement à guichets fermés, on a l’impression du contraire vu le niveau de rendu des murmures et des clameurs provenant du public !

philly044

Je fais une petite fixette sur les chaussures en daim de Monta Ellis. On ne va pas se mentir je les trouve assez hideuses tant pour leur design que pour leur couleur caca d’oie ! Jahlil Okafor qui sort d’une intersaison où il a été opéré au genou n’était pas supposé rentrer en jeu aujourd’hui mais Il fera une brève apparition sur le parquet dont l’utilité m’échappe au regard de son inefficacité !

A la mi-temps, j’apprécie en connaisseur la performance de haute volée des dunkers sur trampoline. La « Dream Team », l’équipe locale de Cheerleaders se produit également avec conviction, accompagnée aujourd’hui par un groupe de jeune Cheerleaders tout aussi méritantes.

philly104

Le match a repris. Le meneur espagnol Sergio Rodriguez fait des prouesses pour maintenir son équipe à flot, parfaitement épaulé par l’étonnant ailier turc Ersan İlyasova qui fait preuve d’une redoutable adresse ce soir. Une clameur s’élève soudainement des gradins : Allen Iverson est parmi nous ! Au lendemain de sa visite du centre d’entrainement des 76ers, il a fait le déplacement ce soir et le public semble grandement apprécier l’attention !

philly119

 

La réputation des fans de Philadelphia n’est pas usurpée. Ce n’est pas pour rien qu’ils balancent des boules de neige sur le parquet en période de Noël. En d’autres termes, ils n’ont pas toujours un comportement irréprochable. OK à côté des fans des Eagles ou des Flyers, ce sont des enfants de cœur mais tout de même … Moi qui était aux premières loges j’ai été le témoin d’un florilège de quolibets descendus des tribunes et reçus avec stoïcisme par les joueurs des Pacers.

Joel Embiid a faim de ballon ce soir et il faudrait être fou pour l’en priver puisqu’il enquille les paniers avec un toucher que je ne lui connaissais pas ! Il ne jouera que 25 minutes mais saura être extrêmement prolifique pour inscrire 25 points dont 16 dans le 4e quart temps et en prolongation !

philly155

Car les Sixers sauront défier les pronostics et arracher en « overtime » une première victoire cette saison sur le score de 109 à 105. Bilan des courses je suis conquis pas cette soirée à South Philly ! Même si j’aime bien les Pacers, je suis ravi d’avoir assisté à la première victoire des Sixers cette saison et à l’éclosion d’une nouvelle star, le camerounais Joel Embiid qui revit après deux saisons blanches !

Toutes les photos de la rencontre c’est ici : Sixers – Pacers

philly057

+ d’articles de Thomas S :

A voir aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *