Les blogs de la rédaction

[Reportage] Episode 1 : « Election Day » au Barclays Center

Par  — 

roadtrip001Comme chaque année, l’un de nos photographes, Thomas Savoja, effectue un « road trip » aux Etats-Unis, et cette fois-ci, il a choisi de parcourir la côte Est. Première étape à Brooklyn, le soir de l’élection de Donald Trump… 

8 Novembre 2016

BROOKLYN, NY ‐ Il est un peu plus de 13h lorsque mon avion se pose sur le tarmac de l’aéroport JFK. Les formalités d’entrée rondement expédiées malgré l’affluence, je prends possession d’une rutilante Chrysler 200 après d’improbables échanges avec un automate. Musique à fond dans l’habitacle, je quitte Jamaïca et le Queens pour filer vers Brooklyn le long d’Atlantic Avenue sous un doux soleil d’automne. Me voici donc dans Big Apple pour le début de mon Roadtrip mais je ne réalise pas vraiment. Lorsque se dessine à l’horizon la silhouette familière du Manhattan Skyline, c’est non sans émotion que je me rends à l’évidence : c’est parti pour 15 jours de périple qui me feront sillonner la côté Est de Boston à Washington !

brooklyn2J’ai choisi un jour particulier pour débarquer en terre américaine car ce 8 Novembre n’est autre que le jour de l’élection présidentielle. Et le programme débute fort côté Basket puisque j’ai prévu de vivre « Election Day » depuis le Barclay Center où les Nets reçoivent ce soir les Minnesota Timberwolves. J’ai installé mes quartiers à Brooklyn à la limite entre Park Slope et Gowanus. Avec ses rangées typiques de Brownstones, ses maisons en grès rouge, et ses cohortes d’enfants disciplinés, ce quartier très tendance est un lieu hyper plaisant où séjourner. Mais j’ai un mal de chien à atteindre mon hôtel tant le trafic est congestionné en cette fin d’après-midi. Du coup, une fois arrivé à destination, je décide de poser définitivement mon véhicule dans une rue attenante et de me rendre à pied jusqu’au Barclays Center.

Il me faut 25 bonnes minutes pour atteindre ce point névralgique du borough New Yorkais où l’activité commerciale est assez trépidante. Situé à la croisée de différents quartiers, l’endroit regorge de restaurants et de boutiques en tout genre. Nous sommes 2h30 avant le début du match et la lumière est tombée sur la ville. Une foule compacte fait déjà consciencieusement la queue pour pénétrer dans l’enceinte qui date de 2012 et est désormais la propriété au même titre que la franchise des Nets de l’oligarque Russe Mikhail Prokhorov.

J’ai à peine le temps de faire le tour de l’édifice pour admirer les écrans géants qui épousent harmonieusement les formes audacieuses de la façade que me voici face à l’entrée Média .On y vérifie mes sacs photos avant de me remettre la précieuse accréditation qui me permet de prendre l’ascenseur pour atteindre le Ground Floor. Après une courte pause en salle de presse où je me délecte d’un insipide sandwich à la dinde, je pars humer l’atmosphère dans les travées de la salle.

roadtrip003Je suis surpris d’y entendre parler toutes les langues du monde : une vraie tour de Babel ! Les Nets ont vraiment une fanbase des plus hétérogènes, faite d’un mélange de touristes et de locaux ! Je croise ensuite les Cheerleaders posant patiemment pour la photo avec les fans ! Je me laisserais bien tenter mais le devoir m’appelle. Je fais alors un crochet par le Fan Shop qui propose des produits sympas mais met largement en vedette Vasquez et Li alors que les deux joueurs sont blessés ce soir ! Ici, la sélection de nourriture et de boisson est assez impressionnante. Il y en a pour tous les goûts avec en prime une petite touche New Yorkaise, de Brooklyn Bangers à Williamsburg Pizza en passant par Nathan’s Hot Dogs ou encore Buffalo Boss ! Mais heureusement que j’ai déjà mangé car les prix sont prohibitifs : difficiles de grignoter pour moins de 25 USD boisson comprise !

roadtrip004

Me voici de retour sur le parquet pour suivre l’échauffement des joueurs. J’ai hérité d’une place sous les panneaux à deux pas du banc visiteur. Je suis donc aux premières loges pour voir Karl-Anthony Towns chahuter avec Zach LaVine ! C’est désormais l’heure des hymnes. Un improbable duo d’artistes locaux composé d’un vieux beau à la chevelure de rocker et d’une « Castafiore » asiatique s’époumonent sur le « Star and spangled banner » !

Puis c’est la présentation des équipes. La salle est soudainement plongée dans la pénombre avant qu’un clip à l’ambiance très « hip hop » ne mette en scène Thaddeus Young dans un feu d’artifice de lasers ! Sur l’écran géant de la salle, c’est ensuite Brook Lopez qui s’adresse aux fans leur demandant d’ « illuminer la nuit »avec leurs téléphones portables ! Il faut bien admettre que c’est un poil surjoué au regard du niveau sportif de la franchise !

C’est parti pour la rencontre et même si ce n’est pas l’affiche du siècle, l’enceinte a fait le plein ! Le match s’annonce équilibré et il le sera de bout en bout. En l’absence de Jeremy Lin et de Greivis Vasquez, les Nets se font une sacrée frayeur en début de match lorsqu’Isaiah Whitehead titulaire ce soir reste de longue minutes sur le parquet après un contact viril avec Gorgui Dieng qui lui a marché accidentellement sur le visage ! Mais le Rookie est solide et il reviendra sur le parquet après un bref passage par la case infirmerie.

roadtrip057

Tom Thibodeau a sorti un costume à rayures sur mesure du plus bel effet ! Mais au-delà de ces considérations fashion, un joueur crève l’écran ce soir par sa classe et ses exploits athlétiques à répétition : c’est l’arrière canadien des Wolves Andrew Wiggins, explosif et quasi-inarrêtable dans un jour comme celui-ci ! Il battra d’ailleurs son record en carrière avec 36 points dont 6 tirs primes !

Les Brooklynettes ont désormais investi le parquet et j’apprécie en connaisseur leur chorégraphie ultra dynamique ! La maitresse de soirée est une certaine Ally Love, jolie métisse à la coupe afro et aux talons aiguilles, très pro et charismatique. Ses interventions sont impeccables même si aucune mention n’est faite de l’élection en cours. Les animations que se succèdent pendant les temps mort sont parfaitement huilées. J’ai un faible pour les canons à T-shirts capables d’expédier des exemplaires XXL au fin fond des tribunes, le tout dans une ambiance sonore assurée en live depuis la section 1 par un DJ chaud bouillant.

roadtrip091

C’est la mi-temps et je décide de faire un crochet par la salle de presse. Les journalistes sont tous rivés sur Internet à scruter les résultats des premiers Etats qui commencent à tomber. Ils font plutôt grise mine en constatant que le Rouge a pris une longueur d’avance dans les premiers décomptes …

Une des caractéristiques du Barclay Center est que la sale est plongée en permanence dans une obscurité quasi-totale. C’est particulièrement le cas dans les étages. En fait, seul le parquet est illumine ! En gros les fans sont assis dans le noir comme au cinéma. Le bon côté de la chose, c’est qu’ils sont concentrés sur le match mais l’ambiance est du coup un peu trop feutrée à mon goût !

Tom Thibodeau a beau s’escrimer sur son banc de touche, ses Wolves n’ont pas l’air de bien capter ses messages notamment sur les phases défensives où ils apparaissent assez faiblards. En face Kenny Atkinson peut être tout sourire car ses Nets déroulent une belle partition offensive ce soir avec 55 % de réussite aux tirs et 8 joueurs au-delà de 10 points ! A 56 secondes de la fin, Andrew Wiggins réalise un joli shoot permettant à Minnesota de revenir à 2 points. Mais dans la foulée, Bojan Bogdanovic passe un shoot primé qui donne de l’air aux Nets qui termineront la partie sur deux lancers-francs. Brook Lopez inscrira finalement la bagatelle de 26 points pour parapher la victoire des locaux (119-110).

roadtrip067

Pas évident de trouver sa place dans la constellation des franchises pros que propose la mégapole New-Yorkaise. Evidemment que le Barclays Center n’a pas le cachet d’un Madison Square Garden mais sans le moindre doute, j’ai beaucoup apprécié l’expérience de ce soir. D’ailleurs, ma soirée est loin d’être terminée. J’ai décidé de vivre la fin de nuit dans un bar du quartier pour suivre le verdict des élections.

Accoudé au comptoir d’un vieux bouge de Gowanus, je descends les « Bud light » comme on enfile des perles, dissertant avec quelques Brooklynites sur les chances d’Hillary de revenir dans la course. Au fur et à mesure où les minutes s’égrainent, la probabilité d’un retournement devient comparable aux chances des Nets de terminer champion ! Il est temps pour moi de regagner à pied mon hôtel dans une douce nuit où s’est écrite la grande histoire de l’Amérique et la petite histoire du Basket …

Toutes les photos du match c’est ici : Etape 1 – Brooklyn/ Minnesota

roadtrip_basket_2016

+ d’articles de Thomas S :

A voir aussi

Commentaires Forum (et HS)  |  +  |  Règles  |  0 commentaire Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *